Chronographe et chronomètre, deux objets au service du temps

Les fonctions chronographe et chronomètre font partie des complications. C’est un exercice délicat que de les dissocier. L’une reste actuelle et l’autre bien moins. Courte histoire et usage du chronographe.

Chronomètre et chronographe, deux mots différents pour dire deux choses différentes

Pourtant, il s’agit de deux fonctions qui peuvent s’appliquer à un seul et même objet.

Un chronomètre est un appareil horaire de haute précision. C’est un mécanisme capable de garder le temps, c’est-à-dire d’être précis. Selon des critères définis, il peut être certifié en Suisse par le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC).

Alors qu’un chronographe, c’est un appareil horaire avec une, ou plusieurs aiguilles indépendantes que l’on peut démarrer, stopper et remettre à zéro, en vue de mesurer un intervalle de temps. Privé des aiguilles d’heures et des minutes, c’est un compteur; car il ne donnera pas l’heure, il permettra seulement des mesures de temps courts. Une montre chronographe indiquera en plus l’heure.

Le chronométrage avec un chronographe, une situation ubuesque?

Non, c’est très simple! Il est facile de semer le trouble entre ces deux termes, entre ces deux appareils horaires, le chronographe et le chronomètre. Il suffit de construire un mouvement de montre chronographe, donc capable de mesurer des intervalles de temps puis de le faire certifier chronomètre : faire vérifier que ce mouvement reste précis dans la marge définie par le COSC. On aura donc une montre chronographe chronomètre, ou alors un chronomètre chronographe; mais pas un chronographe chronomètre ! Car cette dernière appellation prête à confusion en sous-entendant que ce chronographe possède l’indication de l’heure, qui plus est, très précisément; alors que le terme chronographe n’inclut pas la notion d’affichage de l’heure.

Et pour rajouter à la confusion, fréquente entre ces deux appellations, nous utilisons le verbe «chronométrer» pour désigner l’opération de mesure d’un intervalle de temps court. Donc c’est tout simple: on utilise un chronographe pour chronométrer! D’où l’exemple du chronomètre chronographe qui permet de chronométrer. Pour mieux éclairer la situation, et comme nous l’avons bien compris, le chronomètre chronographe, comme la montre chronographe chronomètre, ne permettra en aucun cas de ʺchronographerʺ, car ce mot n’existe pas. Un peu dommage et inéquitable car si, avec une montre chronographe, il est possible de chronométrer; avec une montre chronomètre il n’est pas possible de ʺchronographerʺ.

Mais ce n’est pas grave, c’est déjà assez touffu comme cela.

Un peu désespérant, mais surtout cela aide à démêler les deux fonctions et leurs deux appellations.

Reprenons tous ensemble

Le chronomètre est une montre précise et le chronographe est un appareil horaire pouvant mesurer des espaces de temps.

Qui prétendrait que cela est compliqué à saisir? Peut-être feu mon grand-père, horloger, qui a passé sa vie à expliquer et à réexpliquer tout cela, mais en plus court.

 

Le chronomètre à l’heure atomique

Quant aux chronomètres, aujourd’hui à l’époque des horloges atomiques qui se surveillent entre elles pour être encore plus précises, ils ont bien perdu en importance. Qui se réfère encore à un mouvement horloger mécanique pour connaître avec précision le temps ? Le mot chronomètre ne désigne, via le COSC, plus que certaines montres de précision. Et les critères requis de tenue de l’heure sont désormais bien loin de la précision offerte par le réveil à bas prix, toujours à la seconde car surveillé via l’Allemagne par des signaux radio d’une horloge atomique.

Les débuts du chronographe et son usage

Toute histoire n’est pas figée et celle du chronographe le prouve avec sa récente mise à jour. Dès la fin du 18e siècle, certaines montres sont dotées d’une aiguille de seconde qui peut être arrêtée. Le premier appareil nommé «chronographe» est un mécanisme permettant la mesure des temps courts en déposant une gouttelette d’encre sur un cadran. Eh oui! Dans le mot «chronographe» il y a le mot «graphe» car il s’agissait bien d’écrire le temps. La fonction remise à zéro, indispensable pour mesurer efficacement des intervalles de temps, n’apparaîtra qu’au milieu du 19e siècle. C’est le début d’une utilisation massive du chronographe dans les sports, la recherche scientifique et surtout l’industrie. Le chronographe de poche devient l’outil indispensable du technicien, de l’ingénieur pour comprendre et améliorer les processus industriels. Demandez aux vieux ouvriers comment ils voyaient les fameux «pique-minutes», ces agents de méthodes qui surveillaient la vitesse de production dans les usines. «Time is money» et pas qu’un peu!

Variété des informations offertes

Pour étalonner son compteur de vitesse, on peut mesurer le temps nécessaire pour parcourir un kilomètre. Par un rapide calcul, il est alors possible d’obtenir sa vitesse en kilomètre/heure.

Un chronographe, avec une échelle tachymétrique sur son cadran, donnera la même information. En mesurant avec lui le temps pour parcourir un kilomètre, l’aiguille indiquera directement la vitesse.

Ainsi permettant de mesurer des temps courts, le chronographe a été vite équipé d’échelles particulières sur son cadran. Le principe en est simple: on mesure le temps d’un cycle de référence ou d’une distance à parcourir, avec l’aiguille de chronographe; une fois arrêtée, celle-ci indiquera à son extrémité une vitesse, une distance, une quantité ou autre chose par heure, ou avec une autre référence. Le chronographe pourra donc donner des indications comme des vitesses, le nombre de pièces produites, des rythmes vitaux comme les pulsations ou les respirations, des distances via une échelle télémétrique etc…

Benoît Conrath, horloger chez Vaucher Manufacture Fleurier

 

www.vauchermanufacture.ch

Vaucher Manufacture Fleurier

Vaucher Manufacture Fleurier

Vaucher Manufacture Fleurier (VMF) est une manufacture de mouvements mécaniques, de kits horlogers et montres haut de gamme. Elle a pour clients et partenaires des grands noms de l’horlogerie suisse. Pour eux, elle réalise des calibres offrant différents niveaux de personnalisation, ou développe des mécanismes exclusifs de haute horlogerie à partir d’une feuille blanche.

2 réponses à “Chronographe et chronomètre, deux objets au service du temps

  1. A mon avis une erreur subsiste au coeur de cette belle rédaction horlogère, au demeurant plutôt pédagogique.
    En effet, une montre certifiée chronomètre ne fait pas partie des montres à complications.
    Ce qui la rend plus précise qu’une montre de qualité inférieure ce sont les matériaux utilisés lors de sa fabrication ; il est nul besoin d’y ajouter un élément supplémentaire.

    1. Merci de votre commentaire qui nous permet de préciser :
      Les mécanismes additionnels, dits complications horlogères, s’ajoutent à une montre pour indiquer plus que l’heure, la minute et la seconde, ou alors pour lui adjoindre une autre fonction.
      Donc la montre chronomètre n’est pas une montre avec une complication, mais une montre qui assure convenablement son rôle premier qui est l’indication du temps.
      Comme vous l’avez relevé, c’est la qualité des matériaux, leur terminaison, comme l’attention portée par les horlogers au montage, au réglage de la montre qui lui permettra de recevoir le certificat COSC.
      Meilleures salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *