Les « Oscars » africains 2020 de la finance dominés par les femmes

La Banque africaine de développement (BAD) a tenu son assemblée générale le 26 août à Abidjan et reconduit à sa tête le nigérian M. Akinwumi Ademola. L’assemblée a aussi été l’occasion de décerner les Trophées African Banker 2020, qui sont les « Oscars » de la communauté bancaire africaine. Les banquières ont été les grandes gagnantes de cette cérémonie.

Dans une période chahutée à cause de la situation sanitaire qui prévaut dans le monde et en Afrique en particulier, la BAD a organisé son assemblée générale à Abidjan le 26 août dernier. C’était l’occasion pour tous les grands financiers, banquiers en particulier, du continent, de se donner rendez-vous et de promouvoir leurs entreprises. Si ce secteur a toujours été monopolisé par les hommes, au fil de ces dernières années, les femmes leaders se sont positionnées en véritables cheffes d’entreprises dans ce domaine. En effet, toute l’Afrique reconnaît les talents de banquiers tels que Tidjane Thiam, qui a notamment dirigé le Crédit Suisse, 2ème banque suisse, ou encore du brillantissime dirigeant sud-africain, Daniel Mminele, CEO d’ABSA, anciennement Barclay Africa.

Mais depuis quelques années, des femmes entrepreneures africaines s’illustrent par leurs impressionnantes capacités de dirigeantes de grandes banques, au point de figurer dans les classements des meilleurs de la profession en Afrique. L’assemblée générale d’Abidjan était l’occasion de vérifier et éventuellement de confirmer cette réalité. Cette année, pandémie du coronavirus oblige, les Trophées ont été décernés à travers une cérémonie virtuelle, en marge de l’assemblée générale annuelle de la Banque africaine de développement qui accorde son haut patronage à la remise des Trophées. La cérémonie est très bien suivie en Afrique et représente l’occasion pour certaines entreprises d’accroître leur visibilité à travers du sponsoring. C’est le cas notamment du Fonds africain de garantie qui en est le sponsor platine, de la Banque de l’industrie, sponsor or et de la société Moza Banco, sponsor associé.

Les résultats de ces « Awards » étaient très attendus en cette année particulière de coronavirus, même si le continent africain est moins touché que les autres continents, avec « seulement » un peu plus de 22 000 décès pour un peu plus d’un million de cas de contaminations. Les gagnants de cette édition sont nombreux. Les principaux sont le groupe nigérian Access Bank ainsi que les femmes du secteur bancaire et financier. Concernant les femmes, leur ascension est-elle due aux fortes protestations qui ont suivi l’édition de 2019 ? L’on se rappelle que certains responsables africains avaient regretté la marginalisation des femmes. Il est fort probable que les organisateurs aient entendu cette plainte, vu que cette année, ils ont décidé de récompenser les entreprises qui ont fait de l’inclusion féminine une forte priorité.

Résultat : Les femmes ont été les grandes gagnantes des Trophées, cette année. À titre d’exemple, Mme Caroline Abel, des Seychelles, a été nommée Gouverneur de la Banque centrale de l’année. Quant à la Nigériane, Mme Zainab Ahmed, elle a reçu le prix de ministre des Finances de l’année. Elle doit son titre à ses grandes compétences qui lui ont permis d’avoir réussi à faire passer des réformes ambitieuses dans son pays, sans compter le fait qu’elle ait pu mobiliser des partenaires internationaux qui se sont engagés à soutenir le Nigéria dans sa lutte contre une crise économique des plus graves.

Une autre femme a également été récompensée à travers le trophée de African Banker Icon. Il s’agit d’une autre Nigériane, Mme Vivien Shobo, qui occupait jusqu’en décembre 2019 le poste de directrice générale de l’agence de notation et de conseil Agusto & Co. Elle doit sa récompense à son excellent travail de développement des marchés du crédit au Nigeria.

À côté de ces femmes leaders, la cérémonie a aussi été l’occasion pour certains hommes de recevoir des honneurs. C’est le cas du directeur général du groupe nigérian Access Bank, M. Herbert Wigwe qui a été élu Banquier africain de l’année.

Quant au pionnier tunisien de la finance, M. Ahmed Abdelkefi, il a reçu le trophée de Carrière exemplaire pour l’ensemble de son oeuvre. Fort d’une très riche expérience, l’homme d’affaires s’est distingué par la fondation de plusieurs entreprises à succès spécialisées dans les domaines du crédit-bail, du courtage et de la banque d’investissement. Il est aussi à l’origine de la création du groupe de capital-investissement Tuninvest, rapidement suivi par celle d’une autre entreprise qui fait la fierté des Tunisiens, et aussi des Africains en général, l’ Africinvest, laquelle est aujourd’hui l’une des sociétés de capital-investissement les plus prospères d’Afrique, de surcroit gérée par des Africains.

Celui qui courait le plus de risques à l’occasion de cette assemblée générale de la BAD est sans doute son président sortant, M. Akinwumi Ademola, qui briguait un nouveau mandat de 5 ans après avoir fait l’objet d’accusations de mauvaise gestion. Des influenceurs lui reprochaient « la nomination ou la promotion de personnes soupçonnées ou reconnues coupables de corruption, ou d’avoir accordé des indemnités de départ démesurées à certains cadres. » Mais les avocats du président sortant ont visiblement apporté des preuves suffisantes pour disculper leur client qui a été finalement blanchi de toute accusation, à la fin du mois de juillet, par un comité d’experts.

Ceci a eu une conséquence directe sur sa reélection à la tête de l’auguste institution financière africaine. Le candidat de 60 ans a obtenu ni plus ni moins que la totalité des suffrages, soit 100 % des votes, ce qui lui permettra de relever son prochain grand défi, à savoir, faire face aux conséquences économiques de la pandémie sur le continent. Mais ceci ne sera possible que si les grandes banques africaines, notamment celles dirigées par des femmes, mettent leur expertise à disposition. Vu le rôle capital que devront jouer les banques africaines dans la relance post-Covid, il est vital que le leadership féminin africain soit mis à contribution.

Tidiane Diouwara

Tidiane Diouwara

Tidiane Diouwara est journaliste RP et spécialiste des sciences de l’information. Il est titulaire d’une maîtrise universitaire en linguistique, d’un doctorat 3 ème cycle en sciences de l’information. Il est Directeur du CIPINA (www.cipina.org), une association spécialisée dans la promotion de l'image de l'Afrique. Il est également Conseiller diplomatique et expert des Droits de l'Homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *