Le prix du lumbago

Le TGV entrait en gare de Lausanne. J’avais neuf minutes pour attraper ma correspondance, alors je m’étais levée un peu avant pour sortir ma valise, enfouie sous plusieurs bagages que je devais dégager. La dernière pesait des tonnes. J’essayais en vain de la bouger.  Sur le siège à côté un homme, quarante-cinquante pas très frais, blouson et catogan, un peu comme le fameux beauf immortalisé par Cabu. Finalement, j’ai tout de même réussi à bouger l’énorme machin et à extraire ma pauvre petite valise, au prix d’un mal de dos que je sens encore.

J’ai soupiré. Nos regards se sont croisés et il a dit : « Ah ça oui, quand on voyage, il faut mieux avoir des biscottos » (des biscottos !! Des siècles que je n’avais pas entendu ce mot). Le souffle court, mais la parole prompte j’ai répliqué : « Ou alors rencontrer des hommes bien élevés ! » Et puis j’ai poussé ma valise,  et je suis descendue en vitesse pour attraper ma correspondance. Dommage, j’aurais bien aimé voir sa tête.

Et depuis, je repense à cette scène et à ma réponse.

Est-ce que cela ne repose pas tout le problème de l’ambiguïté des rapports entre les hommes et les femmes ? Les derniers événements en France autour du vice-président de l’Assemblée Nationale Denis Baupin, député vert (toujours vert, a-t-on envie d’ajouter) aux mains baladeuses et aux SMS salaces, et toutes les révélations qui ont suivi sur les mœurs du monde politique ont ravivé cette question. Qu’est-ce, aujourd’hui que la galanterie ? Peut-on à la fois revendiquer l’égalité et des égards particuliers ? Où s’arrêtent la drague gentille et le marivaudage, et où commencent le harcèlement et la grossièreté ? Cet homme dans le train que j’ai traité de mal élevé, il avait peut-être mal dans le dos, une côte cassée ? Ou peut-être s’était-il déjà fait remettre à sa place alors qu’il proposait son aide à une virago du féminisme intégriste ?

On a parlé, à propos justement de cette « affaire Baupin », du fameux marivaudage à la française, ce rapport particulier fait de séduction réciproque, d’humour et de galanterie, qui serait si mal compris à l’étranger et en particulier des Anglo-saxons.

Il est vrai que la première fois que j’ai pris une porte dans la figure, c’était peu après mon arrivée aux Etats-Unis. J’entrais sans me méfier derrière un type dans un magasin, habituée que j’étais à ce qu’on me tienne la porte, et bang ! je l’ai reçue dans la gueule, alors que le goujat (que je ne pouvais même pas insulter vu mon niveau d’anglais) continuait sans se retourner. Il faut dire qu’on était en plein effervescence du « women’s lib » et qu’une galanterie un peu trop appuyée (ou même pas) exposait son auteur à des accusations de « male chauvinisme » désagréables.

Cet apprentissage a continué à mon arrivée en Suisse et j’ai découvert un monde où on ne vous siffle pas dans la rue, où on ne vous jette pas en passant un petit compliment souvent poétique (l’espagnol a un mot pour cela, le piropo), mais où on fait 50/50 pour l’addition et où ne vous aide pas non plus à porter votre valise…

Maintenant, je ne sais plus ce que je préfère. La galanterie suppose que les femmes sont des êtres faibles qu’il faut défendre et qui méritent des soins particuliers. Le marivaudage suppose que les femmes sont toujours sur le mode séduction, que les rapports homme/femme sont toujours sexualisés. Et, quand les hommes manquent de finesse et de feeling (c’est à dire fréquemment), cela se transforme en main au panier style DSK ou Baupin. On s’est tout de même pas mal battues là contre.

Mais dans un monde en transformation accélérée comme le nôtre, les codes aussi se transforment, et il est parfois difficile de les suivre.

Certaines pratiques « galantes » sont totalement obsolètes. Je pense par exemple à la carte sans prix que certains restaurants chics s’obstinent encore à donner aux femmes alors que se sont souvent elles qui invitent. Certaines habitudes d’ « hommage », comme les remarques "admiratives" ou les sifflements dans la rue sont devenues absolument inacceptables.

Mais tous les bouleversements sociaux n’empêcheront pas les hommes de peser en moyenne 20 kg de plus que leur compagne et d’avoir davantage de « biscottos » pour parler comme mon goujat du train. Alors là, il ne s’agit pas de « galanterie » mais juste de politesse, comme, par exemple, lorsque dernièrement j’ai aidé un très vieux monsieur à descendre du train.

Dans ce domaine aussi, on a eu tendance à jeter le bébé avec l’eau du bain.  A confondre la simple gentillesse ou même le plaisir de plaire et qu’on vous plaise, avec le machisme et la goujaterie.

Résultat, les Baupin et les DSK ne font plus la différence, et les femmes supportent leur lumbago comme signe indiscutable de leur libération…

 

 

 

Sylviane Roche

Sylviane Roche

Sylviane Roche, professeur et écrivain, s'intéresse depuis toujours aux règles qui gèrent la vie en société. Pour les connaître, les comprendre et même, éventuellement, les enfreindre en connaissance de cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *