Les solutions provisoires d’aujourd’hui feront-elles le monde de demain ?

Dans le soin, l’alimentation ou la collaboration médicale, le bénévolat a suscité une créativité inédite pour faire face à notre nouveau monde pandémique. Ces innovations sont-elles durables ? Quel futur préfigurent-elles ?

Trouver un producteur ou un commerçant local en Suisse romande n’a jamais été aussi pratique, grâce à la plateforme Local Heroes. Si vous êtes à risque et que vous cherchez un·e volontaire en bonne santé pour faire vos courses, vous le trouverez sur l’application gratuite Covhelp, le site Coronaide.ch, ou une autre initiative locale, parmi les dizaines ayant émergé. Grâce au hackathon #VersusVirus et ses 5000 participants d’autres projets devraient encore voir le jour.

Le point commun de toutes ces innovations ?

Elles sont bénévoles, initiées par des personnes qui ont offert leur temps, leurs fonds et/ou leurs compétences. Et en cela, elles rendent notre monde plus humain. Ces particulier·e·s, ces entrepreneur·e·s, ces étudiant·e·s, ou ces coaches, ont choisi de donner. Spontanément, face à l’urgence, ils ont imaginé des réponses, rassemblé des partenaires, agi. Ils montrent que construire des solutions collectives est possible hors d’une logique marchande et comptable.

Surtout, ces projets créent du lien. On a vu, grâce à la générosité, des contacts se nouer entre des personnes qui n’avaient jamais échangé : habitants d’une même région, d’un même quartier, bénévoles engagés autour d’une même cause… À l’échelle de villes, de villages, de nouvelles solidarités sont nées, des conversations ont été initiées. 20 % des Suisses apprécient l’amélioration des contacts avec leur voisinage selon un sondage SSR.

Enfin, une série de ces micro-initiatives portent en germe de nouveaux moyens pour prendre soin. Elles nous outillent pour être attenti·v·e·s les uns envers les autres, s’impliquer sur un territoire, s’approprier la santé publique, que nous redécouvrons comme un bien commun.

Parmi ces solutions émergentes, lesquelles vont demeurer ?

On peut imaginer que celles qui facilitent la vie, par exemple ces tablettes distribuées par les HUG aux patients pour communiquer avec leurs proches, resteront. Celles qui ont accéléré la réponse à des aspirations de longue date, — consommer plus localement —, sans doute aussi.

Enfin, tout ce qui permet de prévenir d’autres situations d’isolement sera forcément utile à l’avenir. Ainsi, lister les personnes fragiles et isolées dans un quartier facilite leur suivi en cas de très forte canicule, par exemple.

Et après ?

On le voit, la philanthropie, quand chacun se l’approprie, se révèle un puissant espace d’innovation. Dans un monde devenu complexe et incertain, elle ouvre des îlots de simplicité ou s’élabore cet « après », qui, nous l’avons désormais compris, sera forcément très différent. Est-ce que cela préfigure d’autres modes d’organisation sociale ? Aux Pays-Bas, l’entreprise de soins infirmiers Buurtzorg fait déjà florès, avec ses services à domicile holistiques, centrés sur le local et l’humain. Et certains penseurs comme Jacques Attali voient, demain, l’empathie devenir un moteur économique…

Et si finalement, être philanthrope, y compris à petite échelle, c’était, au même titre qu’un entrepreneur, être pionnier ? Initier des solutions ou soutenir celles des autres ? Repenser les liens au monde qui nous entoure ? Le quotidien d’avant-pandémie misait sur la rapidité, l’efficacité, mais il était vulnérable à bien des égards. Les solutions que construisent ces « innovateur caritatifs », parce qu’elles développent des liens durables, contribuent à la résilience de nos sociétés.

Crédit illustration : www.save2020.org

 

Avatar

Camille Andres

Journaliste et autrice, Camille Andres pratique un journalisme de terrain et de convictions. Elle prend goût au reportage en Alsace au sein de la presse quotidienne régionale (Le Messager, Dernières Nouvelles d’Alsace). Persuadée que les questions religieuses, éthiques, spirituelles offrent un éclairage crucial sur l’actualité, elle explore différentes communautés locales. Elle se spécialise dans l’islam, après une formation initiale en sciences politiques et en journalisme. Elle rejoint la Suisse romande en 2014, où elle collabore pour différents médias, lançant notamment le portail de conseils d’empowerment FemmesLeaders en collaboration avec Bilan et Tamedia. Elle renoue avec le terrain pour le compte d’Heidi.News en parcourant le Pays d’Enhaut, pour l’exploration L’Etivaz, le génie fromager. À compter de novembre 2018, elle rejoint l’équipe du journal protestant Réformés comme journaliste vidéo et print, et travaille toujours en tant qu’indépendante. Crédit photo : Jérôme Bontron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *