On avait failli n’avoir plus peur du virus et couler Moderna!

Par bonheur, le Temps du 15 mars (p. 9) ravive la peur du virus grâce à son titre entre guillemets, citant les propos du Prof. Flahault : « On ne sait prévoir ni l’ampleur, ni la sévérité de la vague qui va déferler sur l’Europe ». Voilà qui va assurément détendre l’atmosphère par rapport à l’Ukraine !…..

L’article vaut la peine d’être lu. On y apprend notamment cinq choses.

  • Il s’agit d’un sous-variant d’Omicron

« BA.1 cède actuellement sa place à son successeur BA.2 »

Dès lors, on se demande évidemment si, vu que le vaccin n’empêchait déjà pas la contagion par Omicron, il aura encore la moindre utilité contre ses sous-variants. Mais silence de l’article…

  • « Le sous-varians BA.2 d’Omicron est 30% plus transmissible que BA.1. Sa virulence fait toujours débat »

« L’ expérience des Britanniques et des Danois tend à faire penser que BA.2 n’est pas plus virulent que BA.1, voire qu’il serait même moins virulent. Néanmoins l’expérience sud-coréenne où la couverture vaccinale est supérieure à celle de la plupart des pays d’Europe de l’Ouest, de l’ordre de 87 %, avec en grande partie des vaccins à ARN messager, semble néanmoins montrer une forte propension du sous-variant BA.2 à entraîner des formes graves conduisant à l’hospitalisation en soins intensifs et au décès ».

Dès lors on se demande si les vaccins antérieurs à Omicron sont vraiment à recommander ! Mais silence de l’article …

  • Au Danemark , « la mortalité est en augmentation »

« La situation du Danemark est préoccupante dans le sens où elle évoque celle que vivent les Sud-Coréens actuellement. Les deux pays sont très vaccinés …. Et les deux pays subissent une vague de mortalité sans précédent depuis le début de la pandémie, liée au sous-variant BA.2 ».

Y a-t-il un lien entre la vaccination et la mortalité ?  C’est quand même troublant. Silence de l’article…

 

  • Danemark et Allemagne divergent quant aux causes de décès

« Les autorités danoises …. affirment que la plupart des décès seraient incidentaux, c’est-à-dire << avec le Covid – 19 >> et non << à cause du Covid-19 >>. Cela va toutefois à l’encontre d’une récente étude allemande publiée dans le Lancet qui montre, à partir des autopsies de décès rapportés au Covid-19, que 86 % étaient dus au coronavirus. »

Est-ce que les deux études danoise et allemande ont été faites pendant la même période, dans la même population?  Pour que l’une d’elles donne déjà lieu à une publication, peut-être est-elle antérieure à l’autre. Silence de l’article…

  • « …En Suisse, …. on jouit, depuis l’arrivée de la vaccination, de l’une des plus faibles mortalités d’Europe, alors même que la population est plutôt moins vaccinée (70 %) que celle de ses voisins directs

Quel rôle peut donc bien jouer la vaccination dans cette galère ? Le prof. Flahault esquisse une réponse : « est-ce le fait du choix par les autorités du vaccin de Moderna qui protégerait mieux et qui a été utilisé à plus de 60 % en Suisse ? Il est un peu tôt pour le dire…. »

Sacrément bonne idée d’évoquer les qualités éventuelles de Moderna, qui intéresse particulièrement la Suisse, mais avait été un peu écarté dans notre pays, donc offert en cadeau – quelque deux millions de doses – à des pays pauvres et qui, en outre, avait, à cause de Pfizer, perdu pas mal de valeur économique. Petit coup de pouce à Moderna ? Silence de l’article….

Contentons-nous d’avoir peur d’une éventuelle sixième vague sans poser de questions!

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

69 réponses à “On avait failli n’avoir plus peur du virus et couler Moderna!

  1. Bonne lecture:

    ttps://jamanetwork.com/journals/jamaoncology/fullarticle/2790203

    résumé:

    Il existe à ce jour des données comparatives très limitées sur la réponse immunitaire induite par les vaccins à ARNm contre le virus SARS-CoV-2, chez les patients immunodéprimés et chez les participants sains. Les traitements médicamenteux et immunosuppressifs réduisent fortement les anticorps neutralisants induits par les vaccins à ARNm chez les patients immunodéprimés. Ces patient-e-s courent ainsi un risque plus élevé de développer des complications et une mortalité associée au virus SARS-CoV-2.

    Les chercheurs se sont demandé s’il existe des différences dans l’amplitude et la durabilité des réponses immunitaires contre les différents variants beta et delta selon les vaccins utilisés, Moderna vs Pfizer.

    Pour répondre à cette question essentielle pour optimiser la stratégie vaccinale de nos patient-e-s à risque, une grande étude nommée ImmunoVax a été réalisée au CHUV. Elle a impliqué 841 participants dont 204 participants sains, 399 avec des tumeurs solides, 101 avec des hémopathies malignes, 99 avec des maladies auto-immunes et 38 transplantés d’organe solide. ImmunoVax a comparé l’amplitude et la perte de la réponse vaccinale des deux vaccins Moderna vs Pfizer sur une période de 6 mois. Il s’agit là de la première étude qui a comparé les réponses des anticorps neutralisants dans la plus grande cohorte mondiale de patient-e-s immunodéprimé-e-s.

    ImmunoVax a révélé des différences substantielles dans la diminution des réponses des anticorps neutralisants. Elle a montré que le vaccin ARNm-1273 (Moderna) induit des réponses humorales d’une plus grande ampleur et d’une durabilité plus longue, de deux mois environ, que le vaccin BNT162b2 (Pfizer). ImmunoVax a aussi permis d’identifier les traitements immunosuppresseurs inhibant la production d’anticorps neutralisants.

    Cette augmentation de la durabilité s’explique par la dose vaccinale de Moderna, trois fois plus puissante que Pfizer. Elle stimule ainsi davantage la réponse immunitaire. Ces résultats ne remettent pas en question l’efficacité de ces deux vaccins sur la population saine. Ils permettent toutefois de mieux personnaliser les stratégies de rappel vaccinal en fonction de la maladie sous-jacente et du traitement utilisé et pour informer sur le choix du meilleur vaccin pour les populations vulnérables.

    Enfin, les analyses de la même cohorte concernant le variant omicron sont en cours, elles seront publiées ces prochaines semaines.

    Ce travail de grande ampleur est le fruit d’une étroite collaboration initiée par le Pr Giuseppe Pantaleo, chef du Service d’immunologie et allergie et chef du Département des laboratoires et la Pre Solange Peters, cheffe du Service d’oncologie médicale – en collaboration avec le Pr Michel Duchosal, chef du Service d’hématologie et du Laboratoire central d’hématologie, Pr Raphael Gottardo, chef du Centre de la science des données biomédicales, et Pr Manuel Pascual, chef de service du Centre de transplantation d’organes et Doyen de la Faculté de biologie et de médecine (FBM).

    L’excellence de la plateforme immunologique développée par le Service d’immunologie et allergie, qui a développé les deux tests sérologiques utilisés dans cette recherche, s’est avérée un atout majeur dans la réalisation de cette étude de grande envergure.

  2. Franchement, vos questions (comme “Y a-t-il un lien entre la vaccination et la mortalité ?”) ne m’avaient pas manqué.

    Il est temps de passer à autre chose, non ?

    Vous avez généré de très nombreux commentaires grâce à vos interrogations putacliques, mais, heureusement, l’écrasante majorité des gens se sont vaccinés et n’ont pas souffert d’effets secondaires. Maintenant, pour nous, la pandémie est du passé.

    Désolé que vous restiez bloquée sur cette période. Vous aviez tort, les spécialistes avaient raison. Faut passer maintenant à autre chose. Faut vivre.

    1. Une écrasante majorité ne signifie pas que la minorité est acceptable, surtout si on a vendu ces vaccins commes “sûrs et efficaces” et que les patients ne sont pas informés des effets secondaires graves potentiels.

      Je vous rappele d’ailleurs que les variants les plus virulents ont un taux de létalité d’ordre de 0.5 % à 0.7 %. Omicron environ 2 à 3 fois moins soit une létalité légèrement supérieure à la grippe. Je pourrais donc vous répondre que l’écrasante majorité des patients guérissent tout seul du Covid.

      Contrairement à ce que vous semblez prétendre, les effets secondaires des vaccins sont loin d’être négligeables. Le risque est d’autant plus important qu’il faut renouveller la vaccination périodiquement pour être protégé correctement.

      “Faut passer maintenant à autre chose. Faut vivre”

      Eh bien voilà, certaines personnes ne peuvent plus le faire car le vaccin a détruit leur vie. C’est le cas de plusieurs personnes que je connais. Et la propagande qui matraquait que les effets secondaires étaient des “fake news complotistes” est à la peine: je vous parle de cas qui font l’objet de rapports médicaux officiels établis en Suisse par des médecins compétents.

      Non, il n’est pas temps de tourner la page. Cela ne fait que commencer et, faites-moi confiance, les avocats aux USA vont ouvrir le feu car ils se paient sur les indemnités. En Europe, des associations se créent car l’union fait la force.

      Cela prendra le temps qu’il faudra mais nous irons jusqu’au bout pour que les victimes soient reconnues et éviter de tels dérapages dans le futur. Votre discours est un peu facile. Vous parleriez probablement autrement si votre fille avait été atteinte d’une maladie neurologique grave suite à la vaccination.

      La moindre des choses, c’est que l’on parle publiquement de ces victimes et qu’elles soient reconnues ainsi que leurs souffrances. La négation de leur état en utilisant des étiquettes “complotistes” est un vrai scandale.

      Et l’argument du, “ça aurait été pire si la personne avait attrapé le Covid” ne tient pas, un vaccin est là pour protéger une personne, pas pour lui annoncer des statistiques boiteuses en cas de problème. Certaines personnes handicapées suite au vaccin ne sont plus protégées contre le virus mais elles ne peuvent plus se faire vacciner. Par contre les séquelles du vaccin les ont rendues plus vulnérables aux virus. Leur vie est un enfer.

      Si un mort du Covid était un mort de trop (c’est ce qu’on disait pour défendre la vaccination des enfants alors qu’un seul décès avait été recensé), alors un seul effet secondaire grave du vaccin est un effet secondaire de trop !

      1. Bonjour Trop facile,
        Nous sommes bien d’accord, un seul effet secondaire est un effet secondaire de trop !
        Il faudra beaucoup de courage aux personnes lésées que vous citez car elles vont d’emblée se cogner à la lâcheté médicale et à cette systématique négation des dégâts collatéraux infligés …. des altérations trop souvent irréversibles.

        Et encore plus de courage pour la compilation méthodique des preuves (par obligation pour survivre la tête haute, je suis devenue une redoutable experte en la matière). Or même face aux preuves indéniables/irréfutables, ces personnes ne doivent pas s’attendre à la moindre compassion, ni aux excuses (alors que c’est logique), ni à la moindre reconnaissance ou alors si minuscule (genre arrachée au bout des lèvres) qu’elle en devient ridicule.

        Tout est très soigneusement organisé afin de toujours culpabiliser les victimes d’effets secondaires variés, jamais ou extrêmement rarement les bourreaux médico-pharmaceutiques. Les politiques sont hypnotisés et/ou bavent face aux affirmations furieusement partielles et/ou erronées émanant de cette caste de “nous savons tout mieux que les manant(e)s”, il n’est donc pas possible de compter sur eux pour obtenir une quelconque justice.

        Transmettez à ces personnes lésées toute ma sincère compréhension…
        Portez-vous bien. eab

    2. Vivre ne m’empêche pas de me poser des questions. Vous si ?

      Il y a peut-être deux types de personnes. Celles qui traversent les événements en se posant le moins de questions possibles (et donc en ingurgitant le discours dominant) et qui, une fois l’événement terminé, oublient tout. Et celles qui cherchent à comprendre et qui n’oublient pas.

      Et cela m’amène à une autre question (désolé): que font ces personnes du “premier” type de leur “temps de cerveau disponible” et de leur mémoire ? Utilisent-elles toutes ces capacités dans un but qui leur est profitable et que je n’imagine pas ? De la méditation ? Des heures supplémentaires payées double ? Si vous avez une réponse, je suis preneur.

    3. Cf. La tribune qui demande une commission d’enquête en France:
      ttps://qg.media/2022/03/21/tribune-le-senat-a-t-il-peur-de-connaitre-les-consequences-de-la-vaccination-massive-de-la-population/
      Cette tribune est signée de nombreux professionnels courageux, et elle note une hausse anormale de la mortalité de 15-44 ans en Europe concomitante au développement de la campagne de vaccination en Europe – et demande son analyse.
      Cette hausse est effectivement perceptible sur le site euromomo.eu, qui analyse la mortalité en Europe.
      Ces questions sont tout à fait légitimes – pour vérifier que les mesures qui ont été prises par les divers pays contre le Covid n’induisent pas des conséquences imprévisibles et graves pour les personnes vaccinées.

  3. L’Ukraine vient d’annoncer qu’elle est le premier pays à avoir implémenté le “great reset” suisse en mettant en place leur application de “crédit social” regroupant, crédit social, identité numérique, pass vaccinal et à peu près toute votre vie inclus dans des fichiers numériques.

    Pas de crédit-social = pas d’identité !

    Bravo Davos, bravo la Suisse.

    Ne pas s’étonner si Poutine lorgne la Suisse avec un regard plus que suspect !

  4. Et contentons-nous d’avoir peur de la passivité persistante d’une moitié de la population face à tout cela.
    Vu de France. Merci encore pour ce que vous écrivez.

  5. Chère Madame,

    Vos billets sont des perles. Dans toute cette manipulation médiatique, ils nous permettent de nous rassurer d’être un peu moins des isolés de la pensée honnête.

    Mille mercis !

    Bien à vous,
    Michel Vernaz

  6. Vous êtes antivax? Un infecté covid par “voie naturelle” voit son immunité ne pas durer. Idem avec les vaccins. Cela est décevant. Est-ce la faute la faute du virus, qui ne déclenche pas une immunité à vie, ou celle des immunologues “qui ne savent pas construire un vaccin efficace”? Toutes ces infos sur le covid sont trop pour la tête, mais porter un masque et se désinfecter les mains ne peuvent pas faire de mal. Ça, tout le monde l’a compris.

    1. Daniel, vous alléguez ; “Un infecté covid par “voie naturelle” voit son immunité ne pas durer”.

      Aucun virus type “rhume” ne déclenche une immunité spécifique à vie, c’est pour cette raison que les rhumes existent toujours !

      Il est actuellement impossible par ailleurs de produire des vaccins efficaces contre des virus qui “mutent” tous les 20 jours, car en fait, le virus se “vaccine” plus vite que les laboratoires pharma et le temps qu’il faut pour réagir dans les délais. C’est totalement absurde à la base, vouloir vacciner contre ce type de virus, qui justement utilisent la transformation pour subsister, si un tel virus n’avait pas cette faculté de déguisement, cela ferait des millions d’années qu’il aurait disparu, comment mieux l’expliquer ?

      Porter un masque et se laver les mains, certes, c’est pas mal, mais s’immuniser c’est mieux. Savez vous que si votre organisme n’a plus à se battre contre des intrus, par exemple viraux, que vous perdez votre potentiel de défenses immunitaires et que vous mourrez ?

      Le système immunitaire fonctionne comme un muscle, si il n’a plus contre quoi se battre, il se retourne contre vos cellules et autres métabolismes vitaux. Si nous vivons, c’est grace au système immunitaire et si le système immunitaire fonctionne, c’est grâce aux virus, surtout grâce à ces virus de faible dangerosité, il y en a des milliers, que vous ne ressentez même pas, mais ils ne cessent de faire travailler le système immunitaire et c’est grâce à eux que le système immunitaire se maintient en fonction !

      Bien à vous

    2. Bravo ! 100 % d’accord avec vous. Des virologues reconnus ont alteré au début puis se sont tus pour ne pas perdre leur job et leurs crédits de recherche.

      Attention toutefois à ne pas utiliser le terme “antivax” pour décrire ceux qui ont décidé de ne pas se faire vacciner contre Covid car ne faisant pas partie des groupes à risque. Ils sont maintenant immunisés suite à la maladie tout comme leurs amis triples vaccinés qui l’ont quand même eu en janvier.

      Mais nous pouvons encore travailler sur des traitements dès fois qu’un variant plus dangereux refasse surface car les vaccins et notre immunité naturelle pourraient ne plus être suffisants.

      ça complèterait les masques et autres règles pour éviter un confinement et des fermetures.

    3. Petit détail révélateur, vous persistez dans la théorie qu’il s’agirait d’un “vaccin”, ce qui n’est pas le cas, ce fait est admis par tous !

  7. J’ai noté comme vous que le point de la corrélation entre formes graves et taux de vaccination n’avait pas été éclairci par le journaliste.

    C’est bien regrettable quand on sait que l’épidémie se diffuse mieux dans les pays à fort taux de vaccination. Ceci conforte l’idée selon laquelle le vaccin, surtout après la seconde dose, et je ne parle pas de la troisième, détruit totalement l’immunité cellulaire des sujets vaccinés. J’ai autour de moi une nuée de gens bien vaccinés et mal en point, qui font rechutes sur rechutes au moindre virus.

    Mais ça on n’en parle pas! Bravo la médecine!

  8. Bonjour,
    Il m’est vraiment sympathique de vous lire. Dommage que je ne vous aie pas connu plus tôt.
    J’anime le café philo d’Annemasse-Genève (sur toutes sortes de thématiques qui sont fonction des questions que se posent les participants présents) et j’essaie de faire passer des informations pour contrer la désinformation sur des forums dédiés.
    Je souhaitais simplement vous remercier.
    Bien cordialement.
    Ps : avez-vous reçu la pétition de Laurent Mucchielli qui demande au Sénat l’ouverture d’une enquête sur la mortalité toute cause et le statut vaccinal des personnes ? Sinon, je vous l’envoie (pdf), mais il ne faut pas la distribuer sur internet, mais simplement donner son accord pour la signer.

  9. Chère Madame Sandoz, votre canard préféré prépare le terrain car après avoir lâché un peu de lest, notre … bien-aimé A…. Berset nous mettra à nouveau au pas à coup de lockdown, quarantaines, isolements des personnes à risque (dont vous et moi), vaxx obligatoire avec un produit expérimental qui a heureusement démontré son inefficacité à protéger d’une infection au coronavirus, pass “sanitaire” à la OMS (en réalité contrôle à la chinoise), masques et d’autres stupidités. Il faudra déjà pouvoir écouler les doses achetées à coup de milliards en prévision des futures “vagues” orchestrées par Schwab et sa bande de globalistes. D’ici la fin de l’année, les temps seront très très durs pour ces obstinés qui refusent de se faire injecter un produit expérimental (Pfizer, Moderna, J&J, peu importe) et espèrent ainsi échapper à un génocide programmé de longue date. Heureusement que dans notre pays, les mougeons constituent la majorité et se jetteront sur les vaxx pour pouvoir manger au restaurant, voyager, fréquenter les bistrots et faire les commissions (ce qui sera interdit aux non-vaxxés). Mais l’aspect positif est que l’AVS réduira fortement son déficit ce qui était le premier objectif de nos sept nains.

    1. Bonjour ED, sans rire j’adore votre commentaire …. Pour les “mougeons”, vous pensiez à 50 % moutons blancs et 50 % pigeons bien gras à déguster ou à une autre image littéraire ? Au plaisir de vous lire. eab

  10. Malheureusement, je crains que bien des gens ne soient gravement malades à cause de complications dues à ces vaccins expérimentaux ces prochaines années.
    Ce risque existe, et est démultiplié par l’ajout des doses de rappel successifs – mais aucun Etat qui a recommandé et recommande la vaccination ne souhaite sérieusement l’étudier. Donc rien ne sera entrepris pour mettre en place ce type d’études du risque.
    Ce risque est même devenu complètement tabou.
    Toute personne malade suite à des effets indésirables sera considérée comme prioritairement victime du “covid long”. Vu que nous avons quasiment tous été en contact avec le Covid, c’est une catégorie générique très utile pour l’Etat, comme pour les fabricants – qui financent en ce moment de nombreuses études sur le “covid long”. Qui valorisent le statut de victime du “covid long”… pas de reconnaissance en revanche pour les victimes des injections, qui sont complètement invisibles médiatiquement.
    Je ne vois pas d’études sur les effets indésirables des vaccins à ARNm à long terme non plus.
    C’est comme si nous vivons une forme de crépuscule scientifique…
    Chère Suzanne Sandoz, merci pour votre courage à soulever ces question, et je sais que vous serez insultée pour les avoir posées.

  11. Les études allemandes ne peuvent qu’être favorables à l’ARNm puisque Pfizer fait de la logistique du vaccin pour l’inventeur allemand BioNtech!

  12. ttps://jacquelinelagace.net/2022/03/16/reponse-a-normand-qui-se-pose-des-questions-a-propos-de-la-pertinence-du-vaccin-actuel/
    Cela pourrait vous éclairer:
    Madame Lagacé a enseigné l immunologie à l université de Montréal et se positionne souvent en marge de la Medecine conventionnelle.
    Avec mes meilleurs messages

    1. La réponse citée est un beau résumé de la pub pour le vaccin ARNm de ces derniers mois.

      Mais il y a le mérite de l’honnêteté: le système immunitaire est très complexe et nous le connaissons peu. Il y a une très belle phrase qui résume la difficulté pour notre système immunitaire à tuer le “non-moi” sans affecter le “moi”. Demandez à ceux qui vivent un Guillain-Barré ce qu’ils en pensent…

      On apprend aussi que le nouveau vaccin basé sur la souche omicron n’est pas plus efficace contre que l’ancien vaccin. C’est lourd de conséquences: cela signifie qu’il est presque impossible de developper un vaccin qui empêche de contracter la maladie. C’est d’ailleurs assez logique quand on constate les cas de réinfections (doubles vaccinés ou infectés). On constate même des cas avec des guéris de BA.1 qui attrapent ensuite BA.2.

      Finalement elle nous dit que les coronavirus étaient peu étudiés et peu connus avant SARS1.

      En fait, cette dernière affirmation n’est pas tout à fait exacte: on les connaît au contraire très bien et plusieurs scientifiques avaient avertis de la complexité de développer un vaccin contre cette catégorie de virus dès le début (vitesse de mutation, contagiosité malgré les anticorps, durée de la mémoire immunitaire).

      Certaines souches connnues de Corona plus anciens circulent toujours et provoquent d’ailleurs parfois plus que des rhumes.

      Ce que j’attend maintenant, c’est qu’une recherche scientifique libre (donc indépendante de tout financement privé) se penche sur le bilan de cette pandémie avec des études ciblées et les publient.

      Une analyse rapide des données dans les pays les plus vaccinés révèle que plus de 96 % des personnes qui ont contracté la maladie étaient vaccinées. C’est quand même peu banal: un vaccin efficace à 4 % !

      Mais là, peu de publication récente. On essaie pas vraiment de comprendre pourquoi. Et si le but d’un vaccin n’est plus de lutter contre la propagation d’un pathogène pour endiguer une vague mais de réduire la mortalité qui touche majoritairement les populations à risque, alors un traitement semble plus appproprié qu’un vaccin.

      Finalement, je suis assez halluciné du peu d’études sur les effets secondaires. La seule étude sérieuse que j’ai lue concernait les myo et péricardites. Le seul objectif était de démontrer qu’il y avait plus de chance pour quelqu’un de plus de 40 ans d’avoir un problème cardiaque en attrapant la maladie plutôt qu’avec le vaccin.

      Mais cette étude était basée sur delta et n’était plus valable avec omicron. Ce qui n’empêche pas qu’on l’a matraquée pour continuer avec les 3èmes doses en janvier…

      Mais aucune étude ni de recherche n’existe à ma connaissance pour essayer de comprendre pourquoi le vaccin générait des problèmes cardiaques alors que des pistes existent puisque l’on a maintenant analysé la quantité de protéine S qui circule dans le sang après la vaccination.

      Le problème de notre “science” n’est donc pas dans la publication de contre-vérités mais dans l’absence d’études qui nous donnent toute la vérité.

      Dans ce contexte, j’ai décidé de m’abstenir dans le futur quelles qu’en soient les conséquences. Avec le temps, la vérité finit par s’imposer, nous pourrons alors enfin choisir de manière éclairée.

  13. Cela fait deux ans que le professeur Raoult explique que les variants sont de moins en moins virulents. Ils en va de la survie du virus. Mais comme chacun sait, Didier Raoult est un charlatan.

  14. Merci pour votre article qui, effectivement, pose des questions essentielles. On demande toujours aux “anti-vax” de prouver leurs dires mais rien n’oblige un prof. de dire ce qu’il veut sans qu’il ait besoin de citer ses sources, ses conflits d’intérêts et encore moins le contexte de ce qu’il avance dans les études citées… On peut donc se poser la question de l’utilité d’un tel article si ce n’est de continuer à répandre la peur… tiens, me vient une question : Plus les pays sont vaccinés, plus il y a de morts… est-ce un hasard ? Y a-t-il des études qui sont faites pour se questionner à ce sujet ? Comme vous le dites… rien dans l’article et rien dans les journaux… sauf les vrais “reporters” ! Toute belle journée et merci pour votre franchise !

  15. Professeure Sandoz,
    Merci de votre texte, tellement réaliste et à mourir de rire (ce n’est pas contagieux) surtout je vous cite « silence de l’article ».
    Des silences qui me font penser à un dialogue de sourds.
    Et pouvons-nous vraiment avoir peur du Silence avec un grand S, puisque la « Science du Silence » a vite remplacé les M comme Mensonges ou Manipulations ou encore Magouilles ou peut-être …. Mafia.

    Maintenant que Moderna et compagnie sont sur la corde raide « financière » parce que leurs vaccins « new wave » ne sont plus efficaces contre ces « mignons » variants si prompts à muter à chaque tentative humaine de les neutraliser, il est réaliste d’extrapoler que toute cette clique de grands copains (politiques y compris) trouvera bien une astuce pour, d’une manière ou d’une autre, alarmer-affoler massivement la population générale dans le but de la contraindre à poursuivre des rappels vaccinaux réputés inefficaces, mais la contrainte et les menaces peuvent s’avérer souveraines pour écouler de la Marchandise périmée.

    Mince alors, nous allons devoir prévoir un abonnement bimestriel pour adapter nos « exemptions sans QR-code », mais vu que sur ce thème nous sommes très rapidement devenus de redoutables sportifs d’élite, nous allons bien trouver une solution pragmatique, voire plusieurs en parallèle, en anticipant allégrement les coups fourrés de l’adversaire.

    Merci encore Professeure d’avoir si joliment égaillé ma journée. Bons messages …. eab

  16. Dans ce que nous proposent les médias, la distorsion vient presque toujours du choix opéré entre ce qui est dit et de ce qui est passé sous silence. “Choix” ou indigence intellectuelle des journalistes, incapable de (se) poser les bonnes questions? Celle-ci reste ouverte. Quant au sujet particulier du COVID, les comparaisons entre pays n’ont pas beaucoup de sens, car il y a beaucoup trop de facteurs confondants: la densité de population y est différente, la pyramide des âges également, et aussi la politique générale de santé, les habitudes alimentaires, le climat, etc.

  17. Madame, J’ai aussi lu l’article dans le « Temps » et j’ai fait la même analyse que vous. Pendant cette pandémie, nos experts auront soufflé le chaud et le froid et les informations contradictoires auront été une constante. Actuellement, nous sommes beaucoup moins informés sur la pandémie car la guerre en Ukraine est au centre de nos préoccupations et c’est tout à fait normal. Comme on dit communément « un clou chasse l’autre ». Pour ma part, je suis terriblement inquiète pour la population ukrainienne mais aussi très préoccupée par les répercussions de cette guerre sur nos enfants et petits-enfants. Pendant, deux ans ces derniers auront entendu quotidiennement que ce virus est potentiellement mortel et qu’ils pourraient transmettre ledit virus à des personnes âgées. Quelle responsabilité ! Depuis trois semaines, les enfants sont noyés sous des images de bombardements et de menaces de guerre nucléaire. Alors si j’avais un message à faire passer aux parents et aux enseignants, ce serait le suivant : Il est normal d’informer les enfants, leur dire qu’il y a une guerre en Ukraine, que la Russie attaque ce pays, cela va de soi. Par contre, brandir le spectre d’une guerre nucléaire, c’est aller trop loin, c’est transmettre aux enfants l’angoisse des adultes. S’il vous plaît protégez les enfants, vous êtes les adultes. Informez les enfants, c’est logique mais avec un minimum de psychologie.

  18. Et ça repart pour un tour! On avait failli n’avoir plus en tête l’obsession anti-vax de Madame Sandoz et son patient travail de sape des mesures prises par nos autorités pour gérer la crise du coronavirus. Le fait que les projecteurs de l’actualité soient actuellement braqués sur une autre crise est visiblement une cause de frustration pour elle et donc méritait une piqûre de rappel (!) de son sujet favori.

    1. L’Ukraine est en queue de classement en ce qui concerne la vaccination: seulement 35 % de vaccinés et aucun booster. Leur gouvernement n’a pas fait le travail.

      Donc vous devriez vous défouler sur les 65 % d’antivax Ukrainiens mais vous ne le faites pas ? C’est la moindre des choses vu ce qu’ils endurent. Du coup, pas besoin de PCR pour entrer en Europe même non-vacciné.

      Mais heureusement le virus n’est pas suffisament grave pour empêcher l’armée de se défendre efficacement et bloquer cette affreuse invasion causée par un criminel de guerre (rappelons qu’en 1812 Napoléon s’est pris une déculotée en Russie à cause d’une épidémie de typhus propagée par des poux – alors pensez-vous s’il avait eu affaire à delta ou omicron !!!).

      Bref, la guerre semble être une chose bien plus sérieuse et grave que ne l’a été cette pandémie. Retour au bon sens ?

  19. A vous lire, j’ai le sentiment que la seule solution qui nous reste quand on aborde le sujet du Covid, c’est la dérision et l’humour noir, et là vous avez excellé, bravo et merci. Mais attendez-vous aux pleureuses qui vous rappelleront (ou me rappelleront à moi) qu’il ne faut pas plaisanter sur un sujet où il y a eu des morts, qui, à première vue, ne sont pas morts de rire. Bôôôff ! Nous n’en mourrons pas…

  20. Comme toujours, un tout grand Merci, chère Suzette, pour tous vos commentaires. Double vaccination Pfizer comme je vous l’avais dit pour pouvoir faire une visite en EMS… Après une exposition directe cas contact en janvier dernier, le test officiel était négatif. En ce moment, je sors d’un Covid positif (similaire à une grippe), sauf erreur, via une personne triple vaccinée qui n’y peut rien ! Aucun conseil, sauf de m’enfermer à triple tour à mon domicile jusqu’à la date précisée. Aucun téléphone…. Rien … Je ne veux plus écouter ni les radios, ni regarder les télévisions… Je n’attends que vos commentaires éclairés. Y compris sur l’Ukraine et tout le reste. Avec toutes mes amitiés.

  21. “Y a-t-il un lien entre la vaccination et la mortalité ? C’est quand même troublant. Silence de l’article…”

    et y a-t-il un lien entre non-vaccination et mortalité? Au début de la crise, il y a deux ans en arrière, les gens ne tombaient-ils pas comme des mouches?

    1. bonjour, HUGO M . ” les gens tombaient comme des mouches ” par manque de soins, entre autres raisons; lisez les bouquins écrits par le Pr Didier Raoult de l’IHU de Marseille, mais comme vous savez ce grand scientifique est réputé être un charlatan; tout comme le Pr Montagnier, décédé récemment; la caste des sachants et autres spécialistes de plateau TV sont fous de rage, leurs dogmes étant battus, grave, en brèche par ces deux grands Messieurs (entre autres)!

    2. C’était moins qu’une grosse grippe, sauf dans les pays / villes ou la population présentait déjà des déficits au niveau santé génerale.

      En plus, la demande d’autorisation pour l’ivermectin est sur la table de swissmedic depuis avril 2020, mais malgré toutes les études existantes voir ww.ivmmeta.com, et le fait qu’elles montrent une baisse de la mortalité de 65 à 90%. Swissmedic ne faut rien. La question c’est pourquoi?

      J’ai testé sur moi l’ivermectine. J’ai eu très probablement la variante delta. Et bien après 2 jours presques tous les symptômes avaient disparu. Après 5 jours je n’avais plus rien. Et j’ai quand même 52 ans et de l’asthme. Mon père, 84 ans et médecin intensiviste, et qui a eu covid en octobre 2020, m’a dit que j”avais été nettement moins malade que lui.

      Alors expliquer moi pourquoi swissmedic n’authorise pas l’ivermectine? C’est un scandale à mon avis

  22. Merci beaucoup Madame Sandoz de poser cette question cruciale , pour l’avenir de l’humanité … Oui , rien de moins … ( ” Y a-t-il un lien entre la vaccination et la mortalité ? ” ) En France , cette question pertinente est aussi sur toutes les lèvres des gens bien intentionnés … Le nombre de personnes qui commencent à realiser les effets secondaires graves des vaccins Arn , ( cycles perturbés et problèmes cardiaques , etc ) , augmente tout les jours … A tel point que plus personne ne veut de ces vaccins dangereux , et les gouvernements qui s’ apprêtent à les rendrent obligatoires , vont perdre leurs légitimité … L’ avenir de l’humanité dépend du cycle des femmes et du rythme cardiaque des hommes … Même un enfant pourrait le comprendre … Pour répondre à Mr F. Morand : L’ écrasante majorité des gens se sont vaccinés … et le regrette amérement , ils se sentent trahis … Vos soit disant spécialistes sont vus et reconnus comme des empoisonneurs … C’est eux que vous voulez defendre … ? Ils ont osés demander en France la vaccination des enfants juste avant la Noël … J’ai eu honte de mon propre pays … La pandémie n’est pas terminée , puisque des Etats prévoient encore de rendre cette vaccination dangereuse obligatoire … Pour répondre à Ceilteach : C’ est vous qui faites un travail de sape … , à la bienveillance … Vous ne travaillez pas pour la Vie , mais pour l’ombre … Et , ” l’ombre fuit à perdre haleine , telle une bête traquée , lorsque le soleil se lève …” A ce moment là , vous rigolerez certainement un peu moins … Mes amis , courage , je vous serre contre mon coeur … Serge , Montpellier , Occitanie , France , le 17 mars 2022 . ( nuageux )

  23. Il est urgent de se “vacciner” contre le forum économique de Davos et ses psychopathes, les suisses ne peuvent plus tolérer ces sauteries qui finissent par provoquer des millions de victimes !

    1. Malheureusement il n’existe aucun vaccin efficace pour les mougeons. Les Suisses vont continuer docilement à mettre la main au porte-monnaie pour financer les réunions de psychopathes de Davos. La sécurité aérienne du WEF a été invoquée pour acquérir un nouvel avion de combat(!)

  24. Toutes ces absurdités ont été mises en place, uniquement pour tester les populations et leur faculté de soumission, il s’est agit d’un errement sans précédent et les voilà qui se félicitent, car à ce stade, tout est dès-lors possible. Ils peuvent recommencer encore 1’000 fois et comme des moutons, les populations ne se lasseront pas de suivre dans l’unique but de se sentir asservis dans une cloaque général. Ah, le bien être de l’asservissement, ne plus avoir à penser, ne plus avoir à fatiguer ces rares neurones juste capables d’acquiescer sans distinction ce qui est prémâché, prédigéré. Quel bonheur de ne plus avoir à débattre, même plus besoin d’être curieux, la contradiction, n’en parlons même pas, tout ça, c’est dans la case complot etc., quelle béatitude collective et quelle sérénité largement partagée. Un peu comme ceux qui ont acceptés la mort, cette mort salvatrice, paisible !

    Et voilà que soudain, la partie n’est pas terminée, voilà qu’à quelques centaines de km, que les canons grondent en choeurs, qu’il faut fuir les bombardements, qu’il n’y a plus rien à se mettre sous la dent, incroyable comme la vie réserve des surprises, passer de la seringue à la kalashnikov, le temps d’un sourcillement. Des gros porteurs chargés d’armes remplacent les charters, d’abord ce ne sont que des lueurs lointaines, puis des grondements et enfin cette chaleur incomparable des brasiers, mais comme avec le covid, n’oubliez surtout pas de prendre part à cette nouvelle partie collective !

    Commencez par vous forgez la même opinion que celles auxquelles vous vous êtes accoutumez, voilà bien longtemps, parait-il, qu’elle est bonne conseillère !

  25. Merci de poser des questions. De ne pas juste avaler ce que nous raconte le main stream.

    Trop peu de gens se posent des questions quant à ce qui se passen. Depuis que ma tante est décédée en 1997 d’un cancer du sein, je n’avais eu autour de moi que deux autres cas de cancers (leucémie et cancer du sein). Là dans les derniers 3 mois j’ai 4 cas de cancers autour de moi (cerveau – 30 ans, estomac 55 ans, ….).Des hommes entre 30 et 55 ans. Coincidence ? Ou réalisations des hypothèses du Dr. Sucharit ?

  26. Il serait temps de bien nommer les choses !

    Aucun de ces produits appelés faussement “vaccins” ne sont des vaccins, no n’ont jamais été développés dans l’objectif d’en faire des vaccins, il s’agit de produits développés dans des but thérapeutiques très spécifiques intervenant sur les chaines ADN parfois déficientes dans le cas de “maladies génétiques”, terme très large et sujet à interprétations.

    Les nombreuses recherches de ces dernières décennies en matière d’ARN-M, n’ont fait que consister à modifier les ADN afin de palier à certains “défauts” pouvant être également classifiés dans le cadre de campagnes eugénistes.

    Nonobstant les innombrables échecs constatés lors de ces recherches, l’industrie après avoir investi des sommes considérables dans ces approches de modification des ADN voyait ses actions fondre en bourse, catastrophe et crise mondiale dans les branches pharmas surtout que 99% des médicaments vendus sont des génériques low cost et produits, distribués par des laboratoires chinois, indiens, cela sans avoir à payer des droits de licences.

    Que faire pour sauver un secteur aussi important de l’économie occidentale ?

    Que faire, pour justifier auprès des investisseurs qui se sentent bernés par tant et tant de fausses promesses ?

    facile dès lors pour des intermédiaires institutionnels de planifier ce à quoi nous venons d’assister.

    Dans les pays n’ayant pas utilisés les produits arn-m pour contrer ce soi-disant virus annoncé comme monstrueux, les vagues successives n’ont pratiquement pas eu d’effet sur le nombre de cas contaminés. Inde, Chine, Russie n’ont subis pratiquement aucune résurgence de ces “mutations” virales, aucune de ces campagnes de presse ravageuses, aucun rappel vaccinal etc.

    Conclusion, il ne s’agit rien d’autre qu’un virus fabriqué dans le but de provoquer cette croisade commerciale coïncidant avec des manipulations financières et des abus de pouvoir concoctés avec des états consentants, un énorme gâchis économique, humain et éthique auquel nous exigerons des réponses.

  27. Chère Madame,
    Les bonnes questions sont posées et elles contiennent les réponses. Bravo ! Peu à peu de plus en plus de gens réalisent dans quelles aberrations elles ont été entraînées. Le nombre de vos détracteurs fond à vue d’œil. Quels bons signes !

  28. Chère Madame, merci de continuer à nous tenir éveillés. Ce 18 mars, le CF décide de ramener à 180 jours la durée de validité du certificat pour personne guérie du Covid-19. Au motif que “cette mesure n’a pas de conséquence directe pour les personnes guéries, le certificat n’étant plus obligatoire.” (Pour poser ma question, je laisse de côté l’adaptation des mesures 18.03.22 concernant les entrées en Suisse.) Bref résumé d’un cas: il y a 158 jours, une administration cantonale refuse un certificat à une personne suisse guérie, sérologie attestée Unilab CH comme présentant suffisamment d’anticorps, jamais vaccinée, mais ayant guéri plus de 6 mois auparavant (onze mois) et test négatif au virus le jour du rapport Unilab. Je me demande comment on pourrait à l’avenir légiférer en matière de santé et d’assurance Lamal afin de 1. Avoir plus de considération pour la personne guérie. 2. Éviter de favoriser par n’importe quel moyen ou absence de moyens l’administration d’un vaccin ou d’un médicament à une personne immunisée naturellement. (Rapport Swissmedic au 11 mars 2022: 13’388 déclarations d’effets indésirables, dont 5’165 graves, 51 ans en moyenne.) Je vous prie de m’excuser de la longueur de ma question et vous adresse mes cordiales salutations.

    1. Bonjour De Lege Sanitatis, merci pour vos lignes. Nous pourrions ajouter en vitesse (et pour rire) un point 1 bis …. avoir beaucoup plus de considération et se poser d’autres et cruciales questions « médicales très sérieuses et approfondies » envers les personnes jamais contaminées, à tests chroniquement négatifs (j’en aligne plus de 110 à ce jour, les premiers du début 2020 effectués hors de Suisse – tous enregistrés sous .ppt) et à mode de vie clairement nomade et transfrontalier.
      Écrit en vitesse sur une terrasse ensoleillée d’Alto Adige, eab exemptée – ni pro-vax, ni anti-vax – à quelque part dans une zone indéfinissable que même les médecins-cantonaux souhaitent ignorer en se cachant a) derrière l’écran étatique bien pratique et b) faute d’études poussées suffisantes.
      Bons messages. eab

  29. Ce sont les mêmes qui hurlaient pour enfermer les non-“vaccinés” qui aujourd’hui crient pour la liberté en Ukraine !

    1. Corto, c’est juste le contraire : j’étais et je suis encore contre l’obligation vaccinale et pourtant, je dénonce également l’invasion et la destruction de l’Ukraine par son grand voisin, la Russie de Poutine.

  30. Est ce que l’on peut envoyer cette vieille salope en Russie, Dégage Sandoz, la Suisse n’a pas besoin de nazies comme toi !

      1. Je répète régulièrement cette phrase de Monsieur Churchill ; “Les fascistes d’aujourd’hui seront les antifascistes de demain.”

        1. Churchill n’a jamais dit cela.

          ttps://blogs.mediapart.fr/johann-elbory/blog/021014/quand-la-louisiane-etait-une-dictature-le-regne-huey-p-long

  31. Il est étrange que ni la presse, ni la Professeure Suzette Sandoz ne parle de la condamnation de la Suisse par la CEDH concernant la gestion de la crise covid ??

    1. Je ne vais pas systématiquement lire les dernières décisions de la Chambre de la CEDH. Il arrive que la presse attire mon attention sur un arrêt. Celui-ci est très intéressant, y compris la dissenting opinion de 3 juges sur 4. Allez sur le site du TF sous jurisprudence gratuite et cliquez arrêts du TF et de la CEDH. Etrange en effet que la presse n’en ait pas parlé, car le vrai problème étudié était celui de la proportionnalité de la mesure portant atteinte au droit fondamental de manifester pacifiquement, or la proportionnalité est précisément un des points les plus délicats des différentes mesures prises par nos autorités sur les conseils des scientifiques de la santé.

      1. Comprend pas votre réaction, la question est : La Suisse a t’elle été objectivement condamnée ou pas ?

        Les notions de subjectivité et d’objectivité sont induites dans le verdict, le problème réside dans le fait que la Suisse bat des records au niveau de la CEDH, plus que la Turquie d’Erdogan, ça devrait, pour rester poli, soulever certains questionnements sur le système juridique et judiciaire helvétique, tout le reste est accessoire !

        Madame la Professeure, le problème le plus désastreux qui gangrène un pays provient de son niveau de corruption juridique et judiciaire, le reste, n’est qu’un effet secondaire, des conséquences de cette pourriture institutionnelle !

  32. Mme Sandoz, Mme Herzog.

    Pourriez-vous me faire le grand plaisir de visionner la dernière vidéo de Me Di Vizio ?

    ttps://m.youtube.com/c/DIVIZIONAIR/videos

    Il explique en détail tout ce qui s’est réellement passé en France durant la crise du covid, notamment sur la liberté de prescrire des médecins. Et il répond factuellement à une complotiste. Et lui, l’avocat des antivax, vous convaincra peut-être…

    Il s’agit de la vidéo “”Vous reproduisez les mêmes c****ies que Macron” : Fabrice Di Vizio VS Jacline Mouraud (Reconquête)”

    Il faut passer les 7-8 premières minutes de salutations et blabla de politesse. Il démonte ensuite les fakenews du programme de santé de gargamel.

  33. La Suisse a été condamnée pour ne pas avoir prévu un contrôle de conventionnalité des mesures urgentes du CF en mars-mai 2020.

    La condamnation ne porte donc pas sur le fond (proportionnalité des mesures, etc) mais sur l’impossibilité de pouvoir saisir un tribunal pour s’en plaindre. C’est une violation formelle.

    Ce jugement est provisoire et sera naturellement cassé par la Grande Chambre. Les syndicats avaient retirer leur demande d’autorisation de manifester, privant les autorités de se prononcer.

    Je relève qu’à 3 contre 3, le juge suisse a choisi de voter contre la Suisse ! Votre argumentation ne résiste donc pas à l’examen.

    Tableau des pays condamnés par la CEDH. La Suisse fait très bonne figure.

    2019 (je n’ai pas trouvé plus récent)

    ttps://blogs.mediapart.fr/daniel-ac-mathieu/blog/250720/la-russie-est-toujours-le-pays-le-plus-condamne-par-la-cedh

    Toutes les statstiques:
    ttps://www.echr.coe.int/Pages/home.aspx?p=reports&c=fre

  34. Merci pour votre blog. On prépare déjà l’opinion à une 4ème dose.

    En Angleterre, c’est bientôt le cas pour les personnes vulnérables Aux USA, une demande d’autorisation d’urgence a été déposée par Moderna pour les plus de 18 ans. Sacrée urgence: très utile pour un jeune adulte qui ne fait pas de formes graves et est déjà vacciné trois doses (et a probablement déjà eu la maladie).

    Lu dans rts.ch:

    “Il est possible qu’une deuxième dose de rappel soit nécessaire, par exemple pour les personnes vulnérables. Il s’agit d’avoir des plans de vaccination pour prendre la décision le moment venu. On peut comparer la situation avec la vaccination saisonnière contre la grippe, a encore souligné Christoph Berger.”

    Donc en Suisse, c’est prévu pour l’automne alors que la grande majorité aura déjà attrapé et guéri d’omicron: “Trois quarts de la population suisse devraient entrer en contact avec le coronavirus prochainement, a indiqué mardi Patrick Mathys”

    Quand est-ce que les autorités sanitaires et les experts vont arrêter de se moquer de nous ?

    Il y a 3 mois, on parlait de 3ème dose dans un schéma vaccinal standard prévu dès le début. On nous a comparé ça aux autres vaccins en citant des maladies comme la polio (discours des mêmes experts dans votre quotidien favori).

    La vaccination contre la grippe, c’est un cocktail de souches de virus influenza inactivées les plus récentes (donc mis à jour tous les ans). Il s’agit donc à chaque fois d’une nouvelle vaccination pas d’un rappel.

    Alors que pour Covid, pour la 4ème dose, on utilise encore le même produit car la protection du vaccin ne dure que quelques semaines et, en plus, en deux ans le produit n’a jamais été mis à jour (alors que les prix ont augmentés pour cette raison).

    Car les marchands de vaccins sont en retard avec leur version adaptée omicron et, pour l’instant, il ne semble pas plus efficace contre omicron que l’ancienne version. Donc il y a de fortes chances que quand ce vaccin adapté sortira, il soit en retard de 3 variants. Par ailleurs, un autre vaccin efficace contre omicron est déjà sorti (études scientifiques publiées) mais il n’est pas homologué en Suisse.

    Faut arrêter ce cirque, mettons-un rappel à disposition des personnes qui le souhaitent pour éviter les formes graves (âgées ou vulnérables) et f… la paix aux autres.

    La médecine et la recherche sont en train de perdre toute crédibilité. Les ficelles sont de plus en plus grosses: vendre n’importe quoi à tout prix pour tenir les objectifs.

    Tout cela est devenu ridicule.

    1. Ce n’est pas seulement ridicule, c’est franchement dangereux. Il est hors de question de parler d’un rappel ou d’une 4e dose avant d’avoir fait honnêtement le point sur les effets secondaires notamment de la 3e dose. Il faut absolument que les médecins soignants osent dire en public ce qu’ils disent en privé.

      1. Georges I. et Professeure Sandoz, merci pour vos lignes. J’adhère à mille pourcents avec “arrêter tout ce cirque”. Pour la crédibilité, je le savais déjà précédemment car les patient(e)s, à force de mensonges à la chaîne et durant bien trop longtemps, sont devenu(e)s hyper-informé(e)s et critiques.
        Pourtant la médecine et la recherche n’ont pas voulu admettre ce réveil à contre-courant et ont persisté dans le confortable système du “bla bla bla” qui leur permettait de tout faire avec nos organismes.

        Aujourd’hui j’ai reçu mon dernier labo, toujours aussi bizarre et hors-normes, puis j’ai revu ma néphrologue avec mes courbes de suivi mises à jour (valeurs cumulées sous .xlsx depuis 1972 environ).
        Irrévocablement, ces nouveaux vaccins à la “nouvelle mode” = direction poubelle.
        Interdiction médicale spécialisée formelle, réitérée ce même après-midi……. et comme vous l’aurez lu précédemment, mes tests sont restés négatifs sur toute la ligne depuis le tout début malgré des déplacements transfrontaliers incessants.
        Bons messages super ensoleillés de Bolzano e dintorno, eab

        1. Merci pour vos commentaires. Il est rassurant de constater que certaines personnes savent raison garder.

          Dans les faits, l’étau se resserre car les vendeurs font leur sale travail. Voici ce qu’on pouvait lire dans la presse romande aujourd’hui:

          “Les États-Unis autorisent une quatrième dose de vaccin pour les 50 ans et plus”

          ou

          “Les vaccins adaptés à Omicron pas disponibles avant «l’automne» selon Berlin c’est pourquoi il est très important que nous n’attendions pas l’arrivée des nouveaux vaccins adaptés pour procéder à la quatrième vaccination”.

          Hier encore, un éminent membre du lobby “pro-vaccin” en Suisse qui fait partie du petit groupe exclusif à qui les médias donnent la parole sous l’appellation d’expert réagissait à l’autorisation des vaccins pour les 2 à 5 ans en trouvant ça utile.

          Et, toutes ces autorisations pour les 4ème doses sont délivrées avec la procédure d’urgence ! Laquelle ?

          Après avoir épuisé toutes les justifications possible, on en arrive au vaccin… pour le vaccin !

          Comment oser encore parler de rappels vaccinaux dans le contexte actuel ? Il n’y plus aucune justification pour une 4ème dose. Même les chiffres de l’OFSP démentent l’utilité de la 3ème dose contre Omicron depuis quelques semaines.

          C’est délirant: oser proposer une 4ème dose basée sur une souche datant d’il y a deux ans contre un virus que 80 % de la population a déjà eu (parfois plusieurs fois) malgré la vaccination (que ce soit deux ou trois doses). Avec des réinfections qui démontrent l’impossibilité d’une immunité qui empêche la transmission. Tout cela contre une maladie dont la dangerosité est proche de celle de la grippe ?

          Ni la situation sanitaire, ni aucune étude sérieuse sans conflit d’intérêt ne justifie de poursuivre dans cette voie. Même les laboratoires qui devaient être capables d’adapter leurs vaccins en un temps record grâce à une technologie miraculeuse sont incapables de le faire en 10 mois ! Que penser alors en cas de nouveau variant très dangereux.

          Le retard semble d’ailleurs dû à l’incapacité de disposer de données confirmant l’efficacité du vaccin. Ce qui est logique, puisqu’il est impossible de bloquer la transmission et que l’on parle uniquement de protection contre les formes graves avec un virus qui en génère de moins en moins. Surtout si on élimine tous les biais dans les populations âgées qui sont hospitalisées “avec” et non ” à cause de”.

          Par contre, par une seule étude n’a été lancée pour comprendre la cause des effets secondaires comme les myocardites pourtant fréquentes. Les seules études financées (Fondation Gates) cherchent à démontrer que le vaccin reste indiqué dans tous les cas en utilisant tous les biais possibles et imaginables. Une étude a même été lancée pour essayer de démontrer qu’un “vacciné” est mieux protégé qu’un “guéri” (donc vous pouvez déjà anticiper les critères du prochain pass vaccinal).

          Et, malgré les faits, les personnes qui osent critiquer ces vaccins publiquement sont toujours taxées de complotisme ?

          Pendant la crise, on pouvait encore comprendre que la presse avait été invitée à ne pas mettre de bâtons dans les roues des gouvernements. Maintenant, il est temps de se réveiller: des documents ont été publiés qui permettent de soulever des questions embarrassantes et ouvrir ainsi un débat public. Les faits sont pourtant parfois graves (“Pfizergate”).

          C’est très inquiétant alors que l’on essaie de donner des leçons de démocratie au monde.

          1. Bonsoir Georges I. Merci de votre commentaire très pertinent.
            Pour ma part, l’affaire des vaccins-business est définitivement clôturée.
            Exemption vaccinale encore confirmée (toujours par écrit), malgré la grande mode vaccinale italienne bien plus accentuée que chez moi en Helvétie. Certain(e)s spécialistes de très haut niveau ne se sont pas laissé(e)s entraîné(e)s, même une seconde, dans cette marche-mascarade forcée.

            D’ailleurs, il peut y avoir tous les rapports du monde (cf. commentaire de Jean B), de mon côté il n’y aura JAMAIS DE PARDON par rapport à l’oubli helvétique et la mise au rebut délibérée des catégories particulières de patient(e)s, cela même si nous sommes peu nombreux(ses). Nous existons pourtant et avons été traité(e)s comme des déchets.

            Que les autorités helvétiques fassent officiellement et publiquement leur mea culpa envers nous, les mis-de-côté, celles et ceux de nulle part, celles et ceux dans une “catégorie improbable” mais bien réelle. Nous verrons pour la suite, tout éventuellement dans 10 ou 20 ans ou encore 50 ans. Sans certitude. Ce sera selon …

            Pour les médias helvétiques rémunérées via nos deniers, toutes langues confondues, c’est un but direct dans une déchiqueteuse. Point.

            Ouf, le printemps amène de belles floraisons (mes muscaris roses par exemple) et efface toute cette GM …. comme Gigantesque Mascarade ……

            Portez-vous bien Georges I. J’ai eu beaucoup de plaisir à vous lire. eab

  35. Remerciements aux membres de la Swiss covid task force. Et bravo pour cet exercice de transparence (publication du rapport final)

    ttps://sciencetaskforce.ch/fr/abschlussbericht-der-swiss-national-covid-19-science-task-force-ncs-tf-2/

    Alors les Covidistes, vous êtes prêts pour votre autocritique ? On attend en tout cas vos excuses.

    1. Jean B. Bonsoir …. vous avez surdosé vos anxiolytiques …. ou vous croyez encore au Père Noël.
      Aucune excuse, aucune auto-critique de la part du clan des exempté(e)s vaccinaux(ales) pour raisons médicales très pointues. JAMAIS.
      A contrario, nous attendons un mea culpa officiel des autorités helvétiques pour nous avoir oublié(e)s, méprisé(e)s), effacé(e)s des possibilités existantes et traité(e)s comme des M humaines …..
      Et pour avoir férocement pinaillé face à nos documents médicaux imparables et très spécialisés, donc documents beaucoup trop compliqués à comprendre dans les très médiocres cercles médico-administratifs ne disposant PAS du moindre minuscule titre FMH y relatif.

      Nous attendons de vraies excuses, même si nous savons que ces Messieurs-Dames rechigneront à avouer, car les médecins n’avouent jamais ….. même lorsqu’ils amputent la mauvaise jambe d’un patient au bloc op (“ah oui je me trompe mais ce n’est pas ma faute”) ou amputent les deux seins de la mauvaise patiente (“ah oui je me suis trompé de personne, mais ce n’est pas grave”).

      Jean B vous voulez encore des exemples de mauvaise foi médicale, de très mauvaise gestion hospitalière, de scandales pharmaceutiques et de délires dans la gestion tout court ?
      J’en ai en réserve pour la durée d’un voyage jusqu’à Jupiter ou Uranus.

      Que la médecine suisse débute maintenant, de suite son auto-critique, fasse une psychanalyse d’urgence et réfléchisse à comment continuer, complètement différemment et en évitant de réitérer indéfiniment les mêmes erreurs. C’est très très mal parti avec le piratage des données-patient(e)s (cf. mesvaccins.ch et affaire NE), une autre merveille “suisse” d’absence totale de maîtrise du domaine (“ah oui mais ce n’est pas notre faute, c’est la faute de ………”).

      Portez-vous bien Jean B. eab définitivement exemptée, ni pro-vax, ni anti-vax

    2. Ce rapport dresse un bilan mesuré selon ses propres critères. Il laisse les questions les plus importantes sans réponses.

      Mais le ton et le contenu de votre commentaire démontre à quel point la gestion de cette pandémie a été désastreuse en causant une division profonde et durable dans la population.

      La crise passée, on s’attendait à plus de dialogue et à un discours moins radical pour unir la population. Vous confirmez malheureusement que c’est un poison pire que le virus. La confiance est perdue.

      Chacun a vécu une réalité différente en fonction de sa situation et des évènements qui en ont découlé dans son cercle personnel. Chacun connait donc une partie de la vérité qu’il faudrait reconstituer comme un puzzle.

      Pour ma part, si je suis passé par la case virus en automne 2020 sans dommages n’étant pas dans les groupes à risque (la Suisse detenait alors presque le record d’incidence mondial), j’ai eu moins chance avec le vaccin un an plus tard.

      Si je devais remercier quelqu’un, ce serait mon médecin qui a été capable de jongler entre le dogme et les faits pour tenter d’en minimiser les conséquences. Les autorités sanitaires n’ont été d’aucun secours et encore moins l’OFSP.

      Des excuses, oui j’en attend effectivement mais je suis plus patient que vous. La vérité fera son chemin lentement: elle n’est ni celle des complotistes ni celle des laboratoires.

      Ce qui est plus inquiétant, c’est que rien n’est réglé. La nature nous a sorti de la crise en nous accordant un répit avec un variant moins dangereux. Au lieu d’en tirer les leçons, nous sommes passés de la psychose au déni.

      Mais en cas de retour de crise, les blessures se rouvriraient vite surtout si les mêmes recettes sont appliquées. Il n’est alors pas certain que la société y survivrait dans un contexte économique et géo-politique beaucoup plus fragile.

      Vous parlez d’autocritique ? Je vous invite donc à faire une partie du chemin: mettez d’autres lunettes, écoutez et libérez votre esprit critique. La vérité n’est pas monochrome: la finesse d’esprit permet d’en saisir toutes les couleurs.

      Et surtout, fréquentez des gens avec lesquels vous n’êtes pas d’accord et posez leur des questions au lieu de les juger.

      1. William, tout simplement MERCI INFINIMENT ! Envoyé en vitesse depuis quelque part en Lombardie. Mon pays la Suisse me fait honte avec toujours la même histoire “du bout des lèvres on reconnaît oui mais …. vous comprenez”. NON nous ne comprenons PAS. Une très belle année 2022. eab

  36. Scoop. La stratégie de la Suisse en matière de Covid a été écrite par le cabinet américain McKinsey, comme en France !!!

    ttps://insideparadeplatz.ch/2022/02/14/bersets-bag-hat-mckinsey-fuer-impf-studie-mandatiert/?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=en

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *