Le courage des lâches

Partout en Europe, aux Etats-Unis, en Chine, voire ailleurs encore et même, ô honte, en Suisse, c’est la mise au « rebut » des artistes russes, des sportifs russes, des joueurs russes, des auteurs russes y compris ceux déjà morts. D’aucuns préconisent même l’interdiction d’avoir des chats russes – ils confondent peut-être euphoniquement avec des « chars russes ». Et cette vague haineuse s’étend hélas aussi aux ressortissants russes ou russophones établis dans tous nos pays.

Que l’on craigne, ici ou là, un « agent russe » camouflé, passe encore, on serait gagné par la terreur KGB-iste des espions, mais faire ainsi porter à des particuliers qui n’y peuvent « mais » la responsabilité des actes de leur chef d’Etat – et en particulier en l’absence de toute démocratie, ce qui exclut l’association de la population à la décision de l’invasion de l’Ukraine -, c’est hélas favoriser une atmosphère de guerre d’une cruauté particulière. Cette forme de condamnation de l’action de M. Poutine est la manifestation du courage des lâches.

J’ajouterais en outre que c’est une attitude tout à fait contre-productive. En effet, quand les artistes et sportifs chassés retourneront dans leur pays et raconteront leur exclusion et leur punition, cela accréditera dans leur public la propagande officielle qui présente l’invasion de l’Ukraine comme une expédition salvatrice pour une population menacée. Si au contraire, on traitait les personnes russes de manière « normale », sans les mettre au ban de la société « pacifique », les artistes, les sportifs et autres pourraient rentrer en Russie et raconter peut-être la réalité ukrainienne visionnée par eux sur nos télévisions encore libres et rapporter des informations différentes de la propagande officielle. Cela pourrait contribuer à raccourcir la guerre.

Reprenons vite nos esprits et redevenons humains !

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

150 réponses à “Le courage des lâches

  1. Merci Mme Sandoz !
    Merci de venir aux Beaux Parleurs, émission rescapée des bombardements de la Bien Pensance.
    Vous êtes lumineuse et nécessaire, comme tous ces scientifiques, juristes, magistrats etc toutes les Belles Personnes de par le monde qui luttent au quotidien pour y garder le bon-sens, l’amour, l’humanité, la connaissance, la solidarité.
    Courage à tous les justes dans cette Europe qui se perd à nouveau …

    1. Madame la Conseillère nationale
      Les lâches sont ceux qui bombardent les villes et provoquent un exode massifs de femmes et enfants inoffensifs
      Les musiciens ukrainiens ont troqué leurs instruments pour épauler leurs armes contre les panzers Z de Poutine.
      Gardez le sens de la proportionalité dans le choix de votre vocabulaire.

  2. Les réactionnaires de tout poil ont mal. Ils voient leur champion montrer son vrai et indéfendable visage.

    Personnellement, même si je trouve injuste qu’un sportif ou artiste russe rate une opportunité, je m’assieds volontiers sur cette injustice tant que l’artillerie russe pilonne des civils ukrainiens. Mal et pire ne sont pas égaux.

    1. A Paris, il existe un restaurant canadien qui s’appelle : “La Maison de la poutine”. La poutine est un plat typiquement canadien.. Ce restaurant a reçues moultes insultes et menaces… Comme quoi, l’inculture est souvent synonyme de conflits…surtout si elle est alimentée par la démagogie et le parti-pris des médias qui répètent et affichent en boucle leur propre ignorance..

      1. Et ? Où voulez-vous en venir ? Que l’inculture n’est pas pire que bombarder un hôpital ? Que l’inculture mêne aux conflits ?

  3. Chère Madame, je partage entièrement votre point de vue,… jusqu’à l’avant dernière phrase. Croyez-vous vraiment que nos télévisons sont encore libres? Que nos médias sont absents de toute propagande? La récente crise du Covid nous a bien démontré le contraire. Informations tronquées, chiffres biaisés pour faire naitre la peur….. et aujourd’hui c’est la même chose…. le problème ne se résume pas malheureusement aux “gentils” Ukrainiens contre les “méchants” russes….. ce serait trop simple…. si rien ne justifie la guerre et ses souffrances (j’en sais quelque chose, j’ai travaillé plusieurs années pour le CICR)….M Poutine ne disait pas que des sottises lorsqu’il s’opposait à une extension de l’OTAN … alors j’ai de la peine à voir aujourd’hui cette levée de bons sentiments occidentaux alors que l’on a détruit l’Irak sous le faux prétexte d’armes de destruction massives, que l’on a fichu le bordel (je m’excuse pour le terme) en Libye, sans parler de l’Afghanistan ou des drones qui tuent au Yemen…

  4. Cette mise au ban de la société n’est pas juste, en effet. Il en est tout autrement de ceux que l’on appelle oligarques, en clair les très grandes fortunes proches de Poutine. Les priver de leurs sous, de leurs jouets (yachts, avions…) pourrait les pousser à se retourner contre celui qu’ils soutiennent. Idem pour les équipes de sport. Le sport est en effet un des bras de la propagande russe (et d’autres pays aussi). Exclure les sportifs, c’est toucher au coeur celui qui tire profit de cette propagande.

  5. Que voulez-vous… Qui sème le vent… Personne n’a voulu en arriver là. Le peuple russe aura deux choix: se poser en victime du Reste du Monde, ou se poser en victime de Poutine et agir.

  6. Pour une fois je suis 100% d’accord avec vous. Il est complètement stupide de “mettre tous les Russes dans le même panier”. La très grande majorité des Russes est pacifique et ne souhaite absolument pas la guerre, encore moins contre leurs frères ukrainiens. Malheureusement, peu de Russes ont accès à autre chose que la propagande “poutinienne” qui présente l’opération “spéciale”(!) en cours comme une action visant à rétablir la paix en Ukraine et en Europe en s’attaquant à des soi-disant hordes de nazis, soutenues par les Occidentaux, qui infesteraient le pays. La dernière des choses à faire est de donner raison à cette propagande en s’attaquent ici à des Russe qui ne sont absolument pour rien dans le déclenchement de cette guerre. D’autant moins que le seul espoir de sortir de la crise actuelle ne repose plus à ce stade que sur les Russes eux-mêmes. Si la vérité arrive à se faire jour dans ce pays, et au vu des pertes subies, un renversement de Poutine n’est pas exclu, même si je suis bien conscient que cet espoir est pour le moment assez mince. En tout cas, si cela devait arriver, il faudrait alors saisir la balle au bond pour établir avec un gouvernement plus responsable des relations de confiance et de coopération (ce qui passerait par la dissolution de l’OTAN), et non pas repousser une nouvelle fois les avances qui pourraient être faites par ce pays, comme l’erreur en a été faite après la chute de l’URSS.

  7. Bien vu, mais malheureusement cette affaire d’Ukraine a déchaîné la bêtise humaine, et nous n’en sommes qu’au début. Il y a même des tarés qui déclarent qu’il faut boycotter la salade russe, à la Migros ou ailleurs. Nous sommes bien d’accord que Poutine est devenu fou, mais entre la bêtise d’un peuple choyé, et la folie d’un dictateur qui a été provoqué par les USA depuis 2014 si ce n’est avant, il n’y a pas lieu de s’étonner.

    1. @Avocat Santschi :”la folie d’un dictateur qui a été provoqué par les USA depuis 2014 si ce n’est avant,”
      Oui, bien avant, à partir de la chute du mur et de l’URSS redevenue la Russie à qui le maître de l’OTAN avait promis de ne pas s’étendre au delà des frontières de l’Allemagne réunifiée… Ce même OTAN pourtant , malgré ses promesses, n’avait eu de cesse de s’avancer vers l’EST :la guerre à la Serbie , les bombes sur Belgrade pour “délivrer” les gentils Kosovars des griffes de cette dernière permis à cette organisation d’installer l’une des plus grandes bases militaires au Kosovo , à Bondsteel… la base a été construite par le sforces armées américaines.. Comment alors ne pas comprendre la réaction de Poutine qui voit s’approcher de son pays , depusi des années, ces bases militaires ? On se souvient de la réaction des USA lorsque l’URSS installa ses missiles à Cuba, missiles pointés vers les USA.. la réaction de Kennedy ne s’était pas fait attendre.. on se demandait qui de Kennedy ou de Khrouchtchev allait appuyer le 1er sur le bouton nucléaire…L’affaire se régla par des concessions faites par les deux parties, mais le monde avait eu chaud !!

  8. Madame, votre billet est remarquable. En écho au courage des lâches que vous dénoncez à juste titre, on pourrait relire “Vivre sans mentir” (1974) ou encore “Le déclin du courage” (1978), de Soljénitsyne, textes pour le moins prophétiques et éclairants. N’y a-t-il pas un lien entre lâcheté et mensonge, comme entre courage et vérité? Soljénitsyne, qui venait d’un monde où mensonge et délation régnaient, répétait que le vrai courage était celui de la vérité. Il faut souvent accepter d’être seul et d’aller à contre-courant de la doxa bien-pensante pour chercher la vérité. Merci de ce que vous écrivez. Vous invitez à un réveil bien différent de l’affreusement dénommé “wokisme”, qui n’a pas d’affreux que le nom.

  9. Merci d’évoquer cette attitude de rejet injuste, cruelle et dangereuse. Associer aux actes et décisions d’un chef d’État aux personnes partageant avec lui leur origine, leur langue et leur culture est une absurdité qui ne peut créer que malentendus, tensions et conflits.

  10. Bonjour Madame,
    Merci pour cette prise de position. Effectivement je trouve très inhumain de mettre tout le monde dans “le même panier”. Bien sûr on élit nos politiciens, dans des systèmes plus ou moins démocratiques et dans ce sens là on est tous un peu responsable de nos gouvernements, mais humain mérite le même respect et dignité. On ouvre plus vite nos frontières à ces réfugiés qu’à ceux venant d’Afghanistan ou de Syrie !

    1. “On ouvre plus vite nos frontières à ces réfugiés qu’à ceux venant d’Afghanistan ou de Syrie !” C’est vrai, peut-être parce que culturellement, ils sont plus proches de nous et qu’en plus ce sont en majorité des femmes, des enfants, des personnes âgées… les hommes étant restés au pays pour le défendre, eux…

  11. Chère Madame, une fois de plus, je suis entièrement d’accord avec vous. Les Russes d’ici et d’ailleurs sont devenus les nouveaux “juifs”, des pestiférés (comme les “non-vaxxés”) et des personnes à jeter au rebut, en tous cas si l’on suit et se conforme au narratif officiel et politiquement correct (comme au temps du Covid miraculeusement disparu depuis l’invasion russe en Ukraine). Pour ma part, je continue à fréquenter et à apprécier mes amis russes établis dans notre pays car, contrairement à certains “immigrés” qui abusent de notre hospitalité, les Russes que je connais sont polis, aimables, fiables, travaillent, paient leurs impôts et ne sont pas des nouveaux-riches.

  12. La guerre loyale et héroïque, cela n’existe pas, sauf au cinéma. Il n’y a que des courageux plus discrets qui combattent les conséquences de la guerre en apportant de l’aide aux blessés à leurs risques et péril. Je ne parle évidemment pas de l’ancien acteur devenu président, qui invite main sur le cœur les mères russes à venir chercher leurs enfants pour les épargner.

  13. Bonjour Madame, merci de votre appel à davantage de discernement. Si au moins le mot courage avait présentement quelque résonance! Partout, et je suis étonnée d’observer à quel point cela est manifeste dans notre entourage direct, c’est le désir d’en découdre qui s’exprime: angoisses développées par la pandémie qui ainsi se déplacent vers un autre objet? Frustrations telles que la neutralité “bienveillante” n’aurait plus cours? Qu’arrive-t-il à notre prétendue citoyenneté et aux défenseurs des droits élémentaires dans notre pays? Le premier principe, qu’on soit croyant ou non, n’est-il pas de vivre indemne? Sans parler des médias de service public qui s’emballent et diffusent une animosité incompréhensible il y a encore quelques mois.

  14. Bonjour Madame,
    Je vous remercie de cet excellent article prônant le respect, l’humanisme et l’empathie. Mais quand je vois comment est traité ce conflit par nos médias( parlons de “merdias”) sans aucun recul et avec un parti-pris honteux pro-ukrainien, j’ai de plus en plus l’impression de vivre dans une dictature.
    Le bonjour vous va.

  15. Même la salade russe est en risque d’être bannie des supermarchés. Si j’étais industriel dans l’alimentaire, j’aurai inventé la salade ukrainienne, et là banco !

  16. Durant le début du Covid, les personnes qui vivaient chez nous et avaient les yeux bridés étaient parfois considérés comme des pestiférés (par exemple lorsque des passagers les empêchaient de monter dans les transports publics).

    On revit maintenant la même chose avec les Russes. Cela ne mérite qu’une seule appellation: la bêtise.

    L’espèce humaine s’est totalement plantée dans sa gestion des ressources de la planète (aucun respect, elle a réussi à ficher en l’air son environnement en quelques décennies), elle n’a guêre brillé durant la gestion de la pandémie Covid (si la nature n’avait pas fait muter la bestiole dans el bon sans, nous serions toujours confinés après une nième dose de vaccin).

    Maintenant, nous trouvons encore le moyen de nous taper dessus en criant “c’est pas moi qui a commencé”.

    Alors que le peu d’intelligence dont nous disposions a été utilisée pour inventer une arme capable ne nous détruire tous, nous avons ensuite décidé d’en produire une quantité gigantesque pour assurer notre sécurité selon la logique “pour maintenir la paix préparons la guerre”.

    Le résultat, c’est qu’une bonne partie des stocks de ces charmants engins sont entre les mains de quelqu’un que nous qualifions aujourd’hui d’instable et de très dangereux.

    Et vu que ce n’est suffisant, nous faisons monter la pression sur cet individu pour voir jusqu’où il est capable d’aller. Pour l’isoler, nous insultons donc aussi sa population, reforçant ainsi le sentiment d’une nation bafouée.

    Bref, nous faisons tout pour aller au point de rupture.

    Je ne sais pas si l’humanité jour sa survie ces prochains mois mais je suis, par contre, de moins en moins convaincu que l’humanité la mérite (sa survie, donc). Nous verrons bien: tout dépend de nous, aucune force extérieure ne nous menace.

    Si nous ratons cette épreuve et que, dans un futur lointain, une autre forme de vie douée d’un minimum d’intelligence est capable de reconstituer notre histoire, elle sera totalement incapable d’expliquer pourquoi notre espèce animale a disparu subitement. La bêtise est, en effet, une notion peu compréhensible pour les formes de vies dotées d’un minimum d’intelligence.

  17. Jusqu’où se loge la perversion – bien-pensance ou inconscient? – engendrée par ce que vous nommez “le courage des lâches”: tout à l’heure, je consulte en ligne l’excellente encyclopédie Treccani pour un travail en cours. Tous les articles sont recouverts en moins d’une seconde par l’entrée “PACE” et sa définition. Si on ne trouve pas le petit truc pour tourner cette page, on n’a plus accès à ce qu’on cherche. Astucieux? Mobilisateur? Pacifique? Quand on sait qui a créé cet outil à Rome en 1925, avec quels financements et avec la bénédiction de qui… Même si le conseiller scientifique Giovanni Gentile, très près du pouvoir, a bataillé afin que des intellectuels non signataires du Manifeste fasciste soient associés à la rédaction de ce double ouvrage (Enciclopedia italiana e Dizionario biografico degli Italiani), la “Pace” n’était pas alors vraiment le premier mot recherché à l’époque… M. Despot nous a informés ce matin sur la rts1 de la tentative d’annuler une conférence ou un événement à propos de Dostoievski dans l’une des universités de Milan. De curieuses entreprises d’inverser les signes s’affichent, à croire qu’entre 1945 et… 2019, la transmission des savoirs s’est éteinte.

  18. Chère Madame,
    Je ne peux que m’associer à votre légitime indignation. L’attitude raciste des Européens, mus par les Américains, est tout simplement indigne. Comment des gouvernements peuvent-t-ils prendre des mesures coercitives contre des individus pour la seule raison de leur nationalité ? Ou sont les Droits de l’Homme, devenus ridiculement des droits humains, dont les détracteurs de la Russie se gargarisent ?
    Comme les prisonniers de la Caverne de Platon, les occidentaux tournent le dos à la lumière et prennent les ombres pour la réalité. Les orientaux, civilisations toujours vivantes nées à l’Est, au Levant, à la lumière regardent tristement les occidentaux dont les civilisations juives, chrétiennes et islamiques, également nées à l’Est, déclinent en direction de l’Ouest, le Couchant, la nuit ainsi que l’a prédit l’Apocalypse de Saint Jean. L’Ayatollah Khomeiny, diabolisé par les Américains, n’avait peut-être pas tort de les qualifier de Grand Satan, le maître du mensonge et du renversement des valeurs ? N’assistons-nous pas en Occident à la négation du divin et du sacré, à la corruption du concept de la démocratie, c’est-à-dire du respect de l’autre et de son droit à la parole, remplacé par le totalitarisme des gouvernement actuels et exporté fallacieusement dans le reste du monde tout en mettant en place des chefs d’état pantins endoctrinés par l’Oncle Sam ? La guerre en Ukraine ? Poutine n’a aucun intérêt à envahir l’Ukraine. Si cela avait été son intention, n’y serait-il pas parvenu en quelques jours ? Regardons les cartes. Où est l’invasion ? Poutine n’envahit pas l’Ukraine, il l’étrangle, l’affame et lui fera rendre gorge jusqu’à ce qu’elle donne l’autonomie aux Républiques russophones du Donbass et renonce à s’aligner sur l’OTAN et l’UE qui menacent ses frontières: la simple mise en application des Accords de Minsk ! L’Occident peut continuer en vain de le diaboliser, de l’insulter, de le menacer, il n’en a cure et rien ni personne ne pourra l’arrêter !
    A cela s’ajoute une désinformation systématique disséminée par les médias à la solde de la bien-pensance. Ne prenant que le conflit en Ukraine pour exemple, les médias ne nous font entendre que les Américains, les occidentaux et les Ukrainiens de Kiev. Et rarement Poutine tout en dénaturant ses propos de la part d’interprètes incapables ou téléguidés. Et les Ukrainiens du Donbass, qu’ont-ils à dire ? Les médias parlent pour eux et prétendent, alors que Poutine a simplement répondu à leur appel au secours, qu’ils sont opposés à son intervention ! Mais qu’ont fait d’autre les Américain en Afghanistan, en Irak et en Syrie ou les Français en Libye ou au Sahel ? En quoi le djihadisme islamiste et le génocide Ukrainien des russophones du Donbass sont-ils différents ? Quant à la soi-disant menace nucléaire, quel ridicule ! La Russie détient la plus grande capacité nucléaire du monde. Elle connait mieux que quiconque quelles pourraient être les conséquences d’un conflit nucléaire et que, même si elle a la capacité de détruire le monde, elle en fait partie et commettrait donc un suicide. Mais que l’Occident qui le traite de fou ne poussent pas la bête traquée à la folie, il en serait alors seul responsable !
    Enfin, que les gouvernants totalitaires cessent d’utiliser la peur pour assouvir leur instinct de lucre, leur seule motivation dont les soi-disant vaccins contre le coronavirus en sont l’exemple type. Il est amusant à cet égard de voir la publicité du Ministère de la Santé français à la télévision: «Bien que vaccinés, continuez d’observer les gestes barrière». Y-a-t-il meilleur aveu d’échec ? Mais le peuple ne veut pas voir et le pouvoir se gausse ! Comme les vaccins, toute opération militaire comporte des effets collatéraux indésirables. Alors que les médias cessent de faire pleurer dans les chaumières, de faire croire en montrant un immeuble en feu que toute une ville est détruite, de dire que l’invasion russe est en panne pour annoncer peu après que les Russes contrôlent toutes les centrales nucléaires et, surtout, qu’ils arrêtent d’encenser le Président Zelenski, ce pantin de théâtre gesticulant avec ses tirades d’opéra bouffe !

  19. Et que dire des lettres d’insultes et même des menaces de morts- anonymes bien sûr, quel courage !- que reçoivent des restaurateurs russes en France ? (source :BFMTV) Quelle honte !

  20. En effet… il y a un phénomène clanique-politique en Europe qu’à mettre de l’huile sur le feu sans mesurer les conséquences…
    Comme il s’agissait d’un jeu… Vraiment dangereux !!

  21. “364 civils ukrainiens tués jusqu’à présent selon l’ONU, dont 41 enfants”

    Et il y avait avant le conflit 500 civils qui mourraient de la covid chaque jour.

    Avec le manque d’accès aux soins, la promiscuité, les difficultés alimentaires, les morts de la covid explosent ! Il faut envoyer des médecins, des traitements, des ambulances, pas des armes !

  22. Je suis nuancé. Les proches de Poutine, sportifs, artistes doivent être sanctionné si ils sont pour l’invasion. Et donc en tant que complice du système Poutine, ils devraient dénoncer l’invasion pour éviter les sanctions.

    Pour les autres, ce sont des citoyens russes qui n’ont pas à subir les conséquences si ils ne représente qu’eux-mêmes (sportifs .. ).

    C’est la guerre de Poutine, pas de la Russie, donc les sanctions contre les proches de Poutine sont une nécessité pour montrer qu’on fait la différence entre un citoyen russe et les complices de Poutine. A une autre époque on aurait sanctionné des nazis.

    Ce n’est donc pas de la lâcheté, mais une évidence.

  23. Chère madame, en tant que Russe vivant en Suisse je peux vous dire que vous êtes encore plus à coté de la plaque dans ce post que pour le covid. Taisez vous ! Idiote !

    1. Vous maitrisez bien le français ? parce que vous semblez ne pas avoir réellement compris les propos de Mme Sandoz me semble-t-il…

  24. Chère Madame. Enfin une réponse sensée à cette hystérie collective. Comment une grande partie de l’opinion publique se laisse-t-elle embarquer dans cette opération visiblement télécommandée ? J’espère que tout ce vacarme va se calmer. Votre article devrait y contribuer. Merci.

  25. Il n’y a plus que les filières de proxénétisme ukrainiens qui remplacent les arts, les sports et les sciences.

    Les mafieux ukrainiens affiliés aux polices locales et aux milices qui arborent des croix gammées inondent la planète avec des jeunes filles kidnappées dans les régions russophones, ils tabassent, menacent de mort les membres de la famille des filles déportées dans les bouges des villes de l’ouest, les polices ferment les yeux, en contre partie ils ont droit à certains privilèges. Dès que la culture et les arts sont sanctionnés, ce sont les démons qui s’introduient, et parfois c’est le contraire, comme dans ce cas, c’est la pègre qui a réussi à exclure la musique, le ballet, le sport et tout ce que la Russie avait malgré le communisme, préservé !

    Pour mémoire, 14’000 russophones ont été massacrés, tués par les milices ukrainiennes, des centaines de milliers d’autres ont été pillés, kidnappés, mises de force dans les réseaux de traite des blanches, sans parler des enfants vendus à des clubs très selectes.

  26. Vous avez oublié les scientifiques, qui eux aussi peuvent être frappés d’un ostracisme dégoûtant. J’ai en effet reçu la semaine passée le message d’un chercheur d’un pays européen voisin demandant à notre groupe international de travail de ne plus collaborer avec nos collègues russes, ce à quoi j’ai répondu que j’étais opposé à une politisation de la science et que nos amis et collègues de là-bas n’étaient pas personnellement responsables des actions de leur gouvernement. Cette réponse m’a valu en retour une volée d’insultes de la part de l’auteur de cette suggestion “woke” de rejet. Je pense qu’au final ce manque de discernement et de mesure finira bel et bien par nous mener à une guerre générale, s’il n’y a pas un sursaut. C’est une bien triste époque que l’on vit actuellement !

  27. entièrement d’accord avec vous, parfois seulement partiellement, c’est rassurant! On pourrait critiquer dans ce contexte les entretiens accordés pour des raisons publicitaires à Depardieu, Russe pour économiser ses impôts, ami de Poutine (peut-être comme on est ami sur facabook) mais qui fait une déclaration opportune, deux poids deux mesures. Et rappeler les camps français qui internèrent les Allemands, dont Max Ernst bien connu comme espion d’Hitler ou aux USA les Japonais installés et qui se considéraient comme assimilés. Nil novi sub sole, en tout cas pas la bêtise moutonnière.

  28. Chère Madame,
    Pour la première fois depuis que je vous lis et vous apprécie, je constate que vous êtes immergée dans le “narratif” officiel – la version officielle – qui, comme pour le corona circus soudain résolu, n’est qu’un tissu de manipulations et de mensonges éhontés. Renseignez-vous sérieusement Madame, la Russie est en train de nous sauver la mise, pas le contraire. N’aboyez pas avec les chiens, votre intelligence ne le mérite pas !
    Depuis 8 années, l’armée ukrainienne et ses bataillons néo-nazis bombardent les civils du Dombass – 15’000 morts – sans que personne n’y trouve à redire. Une quinzaine de laboratoires travaillant sur des armes biologiques de combat ont été construits en Ukraine. L’état est détenu par une clique de corrompus qui n’ont d’autre souci que de renflouer leurs comptes off-shore et servir ceux qui les manipulent.
    Le pompon, c’est quand vous parlez de “… nos télévisions encore libres … “, vous plaisantez ??? Elles sont comme tous les médias de masse occidentaux, sous le contrôle absolu d’une poignée de fous pervers et mentent effrontément sans le moindre scrupule. Comparez simplement tous les mensonges qu’ils ont accumulés depuis le début de ce coup d’état pseudo sanitaire avec la simple réalité des données statistiques.
    Il est vrai que c’est tellement gros que même après avoir vérifié l’information à plusieurs sources, on a encore de la peine à y croire !

  29. Renseignez-vous, la vérité n’est pas celle de l’AFP ou de Reuters servilement relayés par nos médias sous contrôle !
    ttps://odysee.com/@Re-information2.0:2/blog-rebellion-donbass:3

  30. Pendant que les microprocesseurs de nos ordinateurs personnels augmentent régulièrement leur puissance de calcul et travaillent maintenant sur des mots de 64 bits, le cerveau humain diminue la sienne et travaille maintenant sur 1 bit, 0 ou 1, blanc ou noir, pour ou contre. La nuance n’a plus sa place dans le raisonnement des gens.
    Celui qui ne rejette pas ce qui vient de près ou de loin de la Russie sera frappé d’anathème.

    1. Mille fois merci pour votre commentaire ! 100 % d’accord avec vous.

      Après Covid où toute personne qui émettait un simple doute sur l’efficacité d’un vaccin était instantanément classé de dangereux anarchiste, débile mental égoïste bon à enfermer, on tourne la page. Toute personne appréciant de près ou de loin la culture russe sera brûlé vif.

      On a zappé d’un coup ! Covid a disparu (on doit vivre avec), alors même s’il tue presque autant qu’avant actuellement dans certains pays d’Europe, ce n’est plus d’actualité. La vérité commence à faire son chemin mais on n’en parle plus. Oubliettes de l’histoire.

      Nul doute qu’il en sera de même pour cette guerre et que le peuple Ukraininen sera vite oublié quand ceux qui auront profité de cette guerre passeront à autre chose.

  31. Tout à fait d’accord, et vu l’offre pléthorique d’informations à disposition à l’Ouest, on pourrait aussi étendre votre raisonnement aux médias russes.

    1. Au sujet des médias russes, je puis vous informer qu’étant russophone, je suis reliée par YouTube à toutes les chaînes de TV russes et ukrainiennes, et que le gros travail, quand je les regarde, c’est de détecter laquelle ment le plus. Et c’est évidemment impossible. Hier soir, le porte-parole de l’armée russe disait tout triste qu’il y avait des morts parmi les militaires russes, gradés ou non. Ensuite il comptait avec complaisance les ouvrages et engins militaires ukrainiens détruits par la русская войска (l’armée russe). Je pense que nos médias occidentaux, malgré les efforts (rares) de certains, ont aussi de la peine à détecter le vrai du faux, la situation sur le terrain évoluant sans cesse. Mais la majorité, en Suisse également, semble oublier volontairement le rôle pervers des Américains depuis la перестройка (reconstruction) et depuis 2014. Et je doute qu’ils s’améliorent.

  32. Malheureusement, les décisions de nos Autorités sont une fois de plus prises sur le coup de l’émotion et en prime avec des rétropédalages. Espérons que l’on ne décide pas de brûler les ouvrages des auteurs russes !

  33. Bonjour Madame,
    Vous écrivez : “Cela accréditera dans leur public la propagande officielle qui présente l’invasion de l’Ukraine comme une expédition salvatrice pour une population menacée.” En fait, chaque camp dispose de sa propre propagande. Notre propagande nous inflige des valeurs telles que le progrès, le travail, le matérialisme, etc., lesquelles ne sont pas meilleures que les valeurs plus traditionnelles soutenues par la propagande russe, religion, famille, etc. Ce sont deux visions du monde qui s’opposent. Mr Poutine ne s’en prend pas uniquement à l’Ukraine, mais à nos valeurs progressistes, dont il semble considérer (selon les interviewes qu’il a données) qu’elles sont une forme de décadence et une menace pour la Russie. Il se trouve que je suis d’accord avec lui, au moins sur ce point.

  34. Absolument, les musiciens, danseurs et autres artistes n’y sont pour rien et je ne comprends pas qu’ils ne puissent pas se produire normalement. D’autant que dans certaines troupes de danse classique, des couples sont mixtes (Russes et Ukrainiens).
    Il en est de même de l’interdiction des médias Russes en Europe de l’Ouest, nous faisons exactement ce que l’on reproche à Poutine, restreindre la liberté d’expression. En représailles, il interdit les médias de l’ouest qui sont la seuls voie d’information non russe de la population Russes.

  35. “la manifestation du courage des lâches” !

    La véritable lâcheté n’a pas eu à attendre si longtemps, ça fait bien plus longtemps que la lâcheté gouverne les nations, comme celle d’accueillir les immenses fortunes des oligarques russes qui ont tous leurs somptueuses villas sur les côtes lémaniques et de celles du lac de Zurich.

    La l’acheté, c’est d’avoir isolé le peuple russe tout en accueillant les pillards de ce pays appauvrit par tant de pillages en règles. Je les ai vu nos banquiers et nos avocats d’affaires faire des courbettes et génuflexions dès qu’un milliardaire russe ou ukrainien débarque sur nos aéroports, comités d’accueil officiels avec bouquets de fleurs en bandoulières. 90% des fortunes nationales russes et ukrainiennes remplissent les coffres des banques occidentales tandis que nos politiques craignent, par “courage” toute forme de dialogue avec ceux qui gouvernent ces mines d’or à ciel ouvert.

    Et si la Suisse commençait par rendre ces fortunes aux citoyens des pays concernés ?

    Sans doute que ça se passerait beaucoup mieux “là bas” !

  36. Comment ne pas être d’accord avec vous ?
    En effet, même si l’on peut imaginer que le vieil adage “dans chaque russe, il y a un espion potentiel” ait un infime fondement, il est temps de séparer l’action du gouvernement d’un pays et celle d’un artiste, sportif, enseignant, etc.

  37. Chère Madame
    Merci pour votre courage. Je suis en contacte avec une amie Ukrainienne depuis 20 ans. Sa version de la situation est bien différente des medias. A présent elles veut rapatrié une fillette de 5 ans aux Portugal ou elle habite- la fille de ça nièce. Elle décrit ça nièce et son marie comme des fous complètement violents sans respect pour autrui qui veulent juste prendres les armes. La sécurité de leurs progéniture et secondaire. Elle prétend que le pire scenario pour l’Europe est de recevoir ces Ukrainiens radicaux qui ont été soumis a une propagande violente, qui n’ont jamais travaillées de leur vie et qui vivent a travers les réseau sociaux.

    1. L’Ukraine est devenue la poubelle de l’Europe, alors que finalement la Russie, loin d’être parfaite assure de plus en plus sa destinée. Une fois de plus cette “Europe” technocrate n’a pas réussi à saisir une occasion de faire de l’Ukraine un pays capable de donner l’exemple, notamment à la Russie.

      Au contraire l’Europe a laissé ce pays tomber dans les pires contorsions de la corruption et de l’imoralité, c’est devenu un égout putride et en décomposition, pays contrôlé par des milices et des autorités soumises aux mafias locales, un véritable gâchis !

      Il est évident que les rats seront les premiers à quitter le navire ukrainien, ce sont des gros rats biens gras et joufflus, aux dents affutées, genre ceux qui torturent les filles kidnappées dans les réseaux de la traite des blanches. Je me répète, je sais, mais il est urgent de voir la réalité de ce pays broyé par les corruptions, vouloir systématiquement comparer l’Ukraine à la Russie est ridicule, en Russie il n’y a pas de filière de prostitution ukrainienne tandis qu’en Europe et dans les pays du golfe, c’est devenu une multinationale.

      1. Personnellement , j’ai gardé le – mauvais- souvenir de ces Femen ukrainiennes manifestant , torse nu, à l’intérieur de la cathédrale N-D de Paris, tapant sur les cloches qui attendaient d’être remises à leur place, Je me souviens aussi de ces “mêmes ?” femen perturbant la messe de minuit à Cologne, l’une d’elle se précipitant sur l’autel, debout, poitrine à l’air comme un étendard, criant “Je suis Dieu”…

  38. Certains ici, répètent les mensonges poutiniens…
    Sur le “génocide” silencieux au Donbass perpétrés par des nazis ukrainiens, alors que la moitié des 13.000 victimes de la guerre du Donbass, sont le fait des séparatistes russophones… les victimes se comptant des deux côtés des belligérants.
    Par ailleurs, qui bombardent les civils des villes ukrainiennes aujourd’hui ?
    Étonnant aussi de traiter les Ukrainiens de nazis alors que leur président Zelensky est d’origine juive !
    Aujourd’hui, malgré toutes ces arguties et inversions, c’est un grand pays qui envahit son voisin.
    Et c’est cela qui est inacceptable !

    1. J’ai rencontré hier 3 réfugiés venus du Donbass, votre allégation est monstrueuse ; “sont le fait des séparatistes russophones…” !

      Premièrement le caractère “russophone” n’a rien à voir dans le contexte, mais que ce soit les séparatistes qui seraient responsable de la moitié des victimes du Donbass est faux, archi-faux.

      Premièrement il s’agit de bombardements opérés par l’armée ukrainienne (financée par l’Europe), les séparatistes n’ont pas d’avions capables de bombarder.

      C’est pas joli d’affirmer des annonces aussi douteuses, quelles sont vos sources ?

      1. M. Corto, est-ce monstrueux de constater la réalité, corroborée par le simple bon sens:
        la moitié des victimes sont le fait des séparatistes et l’autre moitié sont les victimes des loyalistes ukrainiens ?
        Oui, d’un côté l’armée ukrainienne aidée par l’Europe et de l’autre les séparatistes soutenus par la Russie
        Source : « Guerre du Donbass » sur Wikipédia.
        Un excellent article, historique, à jour, objectif, qui explique et documente la réalité des deux camps belligérants.

        1. On vous indique le témoignage de trois réfugiés venus du Dombass, quelle source est plus sûre qu’un témoignage direct et on vous demande vos propres sources contradictoires !
          Pas des affirmations péremptoires fondées sur Wikipédia dont tout le monde sait que cette plateforme est désormais manipulée par les mêmes milliardaires qui musèlent nos médias et corrompent nos gouvernements.
          Ouvrez les yeux, nous sommes manipulés depuis plus de deux ans et les informations qui dérangent sont purement et simplement censurées, avec l’appui de “spécialistes” auto-proclamés qui participent – sans doute sincèrement – à la diffusion de mensonges éhontés.

          1. Vous avez raison, il y a autant de mensonges d’un côté que de l’autre. Les réseaux sociaux sont le rêve pour la propagande.
            Espérons que l’humanité sera capable de vaincre ce chancre.

        2. La moindre des choses serait de ne pas courir sur wikipedia, ensuite il serait encore mieux de bien lire les articles, même sur wikipedia !

          Les chiffres exposés sur wikipedia ne parle que des morts dans les forces en présence et des civils dans une case à part.

          Concernant les 3’350 civils tués, là il s’agit de civils quasi tous de religion orthodoxe, car ne nous y trompons pas, les civils du Donbass sont à 97% de religion orthodoxe et pro-russe et également russophones. Mais où votre discours coince sur les cotés, regardez une carte et expliquez qui attaque qui ?

          Cela fait 8 ans que les forces et les milices armées nationalistes acculent les populations du Donbass et pas seulement dans leurs retranchements, c’est à dire aux confins des frontières avec la Russie.

          En fait le Donbass n’est rien d’autre qu’un réservoir parmi d’autres en Ukraine de kidnapping de filles pour alimenter les réseaux de la prostitution en Europe et dans les pays du golfe principalement. Alors évidement, que beaucoup “s’indignent” d’oser imaginer que ce trafique d’humains puisse s’arrêter !

          1. Très intéressant d’entendre la propagande russe en français. Encore une fois, cette terrible guerre est notamment une guerre de communication donc de propagande de part et d’autre et vous nous fournissez celle que nos journaux ne nous fournissent pas.

  39. Cela fait des années, que l’Europe soutien activement un gouvernement ukrainien pro-européen, c’est à dire par opposition, “anti”-russe. Bravo, depuis 10 ans le salaire moyen à triplé en Russie et n’a pas bougé en Ukraine. Le salaire moyen en Ukraine est 3 fois inférieur à un salaire moyen russe !

    Il est là le noeud de l’affaire !

  40. Allez !!!! Les fameux vérificateurs de l’info encore pris la main dans le sac du Mensonge ! Victoria Nuland, haut responsable du département d’État, confirme mardi 8 mars 2022 que l’Ukraine dispose de plusieurs installations de «recherche biologique» que les États-Unis essaie d’empêcher de tomber entre les mains des Russes. Les médias et les “vérificateurs des faits” ont déclaré qu’il s’agissait de désinformation au cours des deux dernières semaines !!! Des purs petits menteurs aux ordres !

      1. Excusez-moi de m’immiscer dans votre discussion avec Corto … Pour en savoir plus sur cette secrétaire d’Etat au niveau fédéral : “département exécutif fédéral des États-Unis chargé des relations internationales ” ttps://fr.wikipedia.org/wiki/Victoria_Nuland

  41. La vérité sur la centrale nucléaire de Zaporojie

    Irréfutable depuis l’extinction de toutes les sources d’information russes à l’ouest du rideau de presse, la propagande antirusse dans le monde ex-libre accuse bruyamment la Russie d’avoir tenté le 4 mars dans la nuit de détruire la centrale nucléaire de Zaporojie, la plus grande d’Europe, dans un but qu’elle ne peut évidemment pas rationnellement expliquer.
    Pour mémoire la sécurisation de la quinzaine de centrales nucléaires ukrainiennes était l’une des priorités du gouvernement russe dès le début de l’intervention. La zone de Tchernobyl est protégée conjointement par une unité ukrainienne et une unité russe depuis le 26 février, la zone de Zaporojie est sous le contrôle de l’armée russe depuis le 28 après la fuite désordonnée de l’unité ukrainienne locale.
    Le ministère russe de la Défense a annoncé qu’un commando ennemi infiltré dans le voisinage immédiat de la centrale nucléaire avait ouvert le feu « vers 2 h 00 » (3 h 00 locales) sur une patrouille russe, laquelle avait riposté. Les premières informations venues du terrain évoquaient un départ de feu dû soit à l’utilisation de munitions éclairantes, soit à un incendie provoqué intentionnellement par ledit commando pour couvrir sa fuite. Les images ultérieures du bâtiment, des fenêtres duquel cet élément avait ouvert le feu, laissent supposer que la riposte n’a impliqué que les armes d’infanterie de la patrouille prise à partie.
    Dmitri Orlov, dont les parents lui avaient fait traverser le rideau de fer pour qu’il puisse grandir en liberté, a récemment traversé le rideau de presse pour vieillir en liberté (né soviétique et devenu étatsunien il est désormais russe), et vient de résumer avec sa minutie d’ingérieur la chronologie des événements selon la presse russe. Entre 3 h 00 et 4 h 30 locales un accrochage armé a eu lieu dans un bâtiment administratif à l’extérieur de la centrale nucléaire, résultant en un début d’incendie. Entre 4 h 51 et 4 h 59 les pompiers ukrainiens ont éteint ou vérifié ce qui restait de feu (on devine que les troupes russes sont intervenues sans attendre l’arrivée des pompiers). À 5 h 47 le président ukrainien Zelenski accusa la Russie de tenter de créer une nouvelle catastrophe Tchernobyl. À 6 h 36 l’Agence internationale de l’Énergie atomique déclara que le feu dans la zone de la centrale de Zaporojie n’avait pas affecté cette centrale.
    Plus tard dans la matinée le service de presse de la centrale nucléaire déclara que le feu avait eu lieu dans le service de formation situé à l’extérieur du site de la centrale, puis le directeur de la centrale déclara à la presse ukrainienne que la sécurité radiologique n’avait pas été menacée, et enfin le directeur de l’AIEA en personne assura que la sécurité de la centrale n’avait pas été menacée et que les outils de contrôle restaient pleinement opérationnels.
    Le groupe assaillant a réussi à prendre la fuite, ce qui signifie que les tirs de riposte ont fait taire ses armes (neutralisation des points de tir) mais ne l’ont pas détruit. On ignore donc sa composition et son appartenance, à savoir ukrainienne ou étrangère, unité régulière ou groupe irrégulier, ainsi que son objectif et le commanditaire. Néanmoins l’intervention publique du président ukrainien, moins d’une heure après l’arrivée des pompiers et vraisemblablement avant leur retour à la caserne, laisse supposer soit que le directeur de la centrale nucléaire a jugé nécessaire de le réveiller pour lui dire qu’un incident bénin (accrochage sans victimes) avait eu lieu dans le pays en guerre et que tout allait bien, soit qu’un intervenant tiers, en liaison directe avec le groupe assaillant, venait d’apprendre le résultat du coup de main et de décider le maintien voire l’accélération de l’opération médiatique.
    Dans les pays qui viennent d’interdire la pluralité d’information, le feu est loin d’être éteint et la période de demi-vie des retombées s’annonce longue.
    Stratediplo
    PS : pendant ce temps, le Japon continue de jeter les déchets radioactifs de Fukushima dans l’océan dans l’indifférence médiatique et en toute impunité politique.

    1. Comme vous avez dit écrire en donnant une fausse adresse informatique, ce qui est vrai car vous ne répondez jamais à mes courriels quand je vous pose une question au sujet de vos commentaires (que je finis, parfois, par censurer), je suis obligée de vous demander au vu et au su de tous d’être moins long, car la règle reste que les commentires doivent êre brefs et j’ai une peine folle à faire respecter cette règle.
      Vous avez tout à fait le droit de travailler pour la propagande russe, car cela nous permet ainsi d’avoir les deux sons de propagande en temps de guerre, ce qui présente un intérêt historique futur certain.

      1. Madame, le débat est ouvert, je parle de ce qui concerne le conflit Russie/Ukraine, pas de moi, par contre, en ce qui vous concerne, dans le cadre d’un débat concernant la Russie/ Ukraine, vous ne parlez que de ma petite personne, c’est ainsi qui vous voulez construire le débat ?

        PS. Concernant mon email, je vous expliqué que la suisse ne garanti pas les anonymats des infos des blogueurs !

    2. ” La zone de Tchernobyl est protégée.”

      Vous êtes vraiment très au courant, semble-t-il. Ceci pourrait donc vous intéresser:

      “La centrale de Tchernobyl totalement coupée du réseau électrique”

      L’alimentation électrique de la centrale nucléaire de Tchernobyl et de ses équipements de sécurité est «complètement» coupée en raison d’actions militaires russes, a annoncé mercredi l’opérateur ukrainien Ukrenergo. La centrale de Tchernobyl, à l’origine de la plus grave catastrophe nucléaire civile en 1986, «a été complètement déconnectée du réseau électrique en raison des actions militaires de l’occupant russe. Le site n’a plus d’alimentation électrique», a-t-il déclaré sur sa page Facebook. ”

      – Le Temps avec AFP, aujourd’hui (13:18 h).

      Et aussi ceci:

      “L’AIEA dit avoir perdu le contact avec les systèmes contrôlant les matériaux nucléaires de Tchernobyl”

      “Les systèmes permettant de contrôler à distance les matériaux nucléaires de la centrale de Tchernobyl en Ukraine ont cessé de transmettre des données à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AEIA), a-t-elle indiqué mardi. Rafael Grossi, le chef de l’AIEA – organisme de surveillance des Nations unies dans le domaine du nucléaire – «a indiqué que la transmission à distance des données des systèmes de contrôle des garanties installés à la centrale nucléaire de Tchernobyl avait été coupée», a affirmé l’AIEA dans un communiqué.”

      – Le Temps/AFP, ce matin (03:32 h).

      1. D.Renald,

        Vous feriez quoi en temps de guerre avec une centrale nucléaire ?

        Vous laisseriez les réacteur fonctionner plein pot ?

        Comme ça en cas d’accident ou dû à un tir, d’où qu’il viennent, vous aurez “la chance” de voir un réacteur s’emballer dans une réaction en chaine impossible de stopper et le réacteur part en fusion comme ce fut le cas à Tchernobyl et à Fukushima ?

        Si l’on stoppe la production d’un réacteur, c’est à dire, on introduit les barres de cadmium entre les barres d’uranium enrichi, il y a 1’000 fois moins de risques de voir partir un réacteur nucléaire en fusion totale.

        Maintenant concernant l’AIEA, ça fait 20 ans qu’ils démontrent leur totale impuissance en Iran et les voilà qu’ils viennent donner des leçons alors qu’aucune enquête n’a été diligentée en Ukraine.

        Soyez tranquilles, si la Russie contrôle le site, c’est que la Russie a décidé officiellement de se portée garante de Tchernobyl, si comme le disent certains, que la Russie voulait provoqué une nouvelle catastrophe nucléaire, la Russie ne se serait portée responsable pour contrôler Tchernobyl.

        Par contre, ce qu’il s’est passé dans la centrale de Zaporijia, voir ci-dessus !

  42. Propagande, propagande, mais vous rêvez en couleurs !

    En répondant à Monsieur Tissot, j’ai uniquement repris à la lettre les sources mentionnées par lui-même, par contre, il ne semble pas bien comprendre ce qu’il affiche comme référence !

    Mais écoutez, propagande pour propagande, que l’Europe et la Suisse continue dans leur voie, qu’ils envoient des armes aux nationalistes ukrainiens, mais, n’oubliez pas d’aller vous achetez des bougies !

  43. MM. C. Jabès et Corto,
    Voulez-vous nous faire prendre des vessies pour des lanternes ?
    Ou plus sérieusement, Wikipédia serait elle moins fiable que la propagande émanant du pays agresseur, la Russie poutinienne ?
    Wikipédia serait elle une émanation de l’OTAN ?
    Par ailleurs, M. Corto, si l’on pouvait vous suivre dans votre lutte contre la nouvelle religion vaccinale anti-covid, sur l’Ukraine envahie, vous avez perdu toute crédibilité. Et c’est très décevant…

    1. Vous vous référez aux morts dans le Donbass mentionnés sur wikipedia, de part et d’autre, il y a eu les combatants morts au combat, mais qu’en est il des 3’500 civils tués dans ces 8 ans largement soutenues par l’Europe, ne s’agit-il pas de russes de l’Est de l’Ukraine ?

      “Vous êtes vraiment très fiable” dans vos allégations !!

  44. Tout cela devrait rappeler ce qu’il s’était passé dans la presse suisse et européenne à propos de la bataille de Stalingrad où 1,5 millions de russes ont été tués par les “héros” du moment contre ces “monstres” russes, l’histoire bégaie ou alors, seuls les russes savent faire la distinction entre ce qui fait la différence.

  45. D’une manière générale, nous ne sommes pas encore sorti d’une gigantesque campagne de mensonges médiatiques concernant le covid, je ne vais pas faire le rappel de tous les mensonges et “certitudes” annoncées dans la presse, ce serait long et obscène, mais nous venons de subir une incroyable campagne de désinformation mise en place visiblement pour collecter les ADN de la population mondiale et en plus pour injecter un produit “expérimental” dont la composition n’a même pas été donnée à nos officines étatiques de santé publique. En sus, nous voyons soudain suite à ces injections des milliers de personnes mourir subitement de myocardites autour de nous, d’autres pathologies exploser dans tous les sens, tout ça encore dans un silence médiatique total et en plus une exploitation à outrance de la guerre en Ukraine et vous trouvez ça normal ?

    Le fait d’ajouter une nouvelle couche d’intox sur une couche précédente aura suffit pour vous convaincre ?

    C’est ainsi que vous fonctionnez ?

    1. Corto Bonjour, si j’ose une microscopique suggestion d’une zone méridionale: vous perdez beaucoup trop de votre précieuse énergie vitale à tenter de convaincre des personnes que vous ne pourrez jamais convaincre (C….-.9 , guerre entre slaves, etc.) même avec tout l’or du monde, même dans cent mille ans.
      Relax, relax, gardez intactes vos convictions et vivez votre vie au bord de la Méditerranée ou ailleurs, de facto peu importe.
      Vos commentaires sont toujours intéressants même s’ils génèrent une masse de critiques.
      Alors please, faites doucement disparaître les attaquants/contradicteurs de votre esprit.
      En différé, nous avons regardé « Doc à la Une : Covid-19 – Une société qui déraille ? ». Un vrai nanar déjà complètement dépassé sauf le mot « dérailler » se prêtant parfaitement à la situation « hostile » et « guerrière » actuelle.
      Donc pas la peine de se ronger les sangs pour des critiques-clopinettes.
      Bons messages très ensoleillés, eab
      Stephen King « Seigneur, donne-moi un peu de sérénité afin que j’accepte ce que je ne peux changer, un peu de ténacité afin que je change ce qui peut l’être, et un peu de chance afin que je ne déc…. pas trop souvent ».

  46. @ Corto
    Nous nous sommes éclairés à la bougie pendant des siècles … Et Navalny , il aimerait bien s’ éclairer avec aussi … Qu’ importe le système d’ éclairage , le principal est d’ être libre … de penser , d’ écrire , et de peindre …. Serge , Montpellier , Occitanie , France , le 10 mars 2022 ( nuageux )

    1. Réponse ironique,

      Et les bougies, vous allez les produire avec de la cire d’abeilles ?

      60% des abeilles ont disparues en France, grâce aux produits monsanto, alors vous parlez sans doute de bougies produites avec du pétrole, de la paraffine ?

      Savez-vous qu’éclairer avec de la bougie en paraffine consomme 3 fois plus de pétrole qu’avec des générateurs électriques ?

      Bonjour Montpelier

  47. Une hystérie en remplace une autre. Il y a deux ans l’hystérie Covid a émoussé celle du réchauffement climatique. Maintenant l’hystérie anti-Russe éclipse celle du virus. Tout se passe comme si les populations occidentales devaient en permanence être maintenues dans un état de peur et de sidération. A qui profite cette situation?
    Quand aux belles âmes qui s’offusquent de “l’agression” du peuple ukrainien, on ne les a pas beaucoup entendues lorsque l’OTAN a déversé ses bombes sur Belgrade ni durant les huit années de bombardement ukrainiens du Donbass qui ont coûté la vie à 12’000 civils russophones. Certes Poutine est coupable de l’invasion de l’Ukraine, mais les vrais responsables se terrent plus à l’Ouest, et ils vont continuer à nous pourrir la vie à grand renfort de mensonges et de désinformation.

  48. Serge,

    Je l’ai dit dans un comm précédent, le système russe est très loin d’être parfait, mais j’ai aussi dit qu’un citoyen russe a un salaire moyen 3 fois plus élevé qu’un citoyen ukrainien, sans parler du reste.

    Comment se fait-il que l’Ukraine se retrouve dans une pareille misère alors qu’elle s’est éloignée de la Russie et rapprochée de l’Europe ?

    A un moment donné, il faut se poser les bonnes questions, bombarder le Donbass pendant 8 ans, laisser des ordres de nazis attaquer des populations civiles comme l’ont fait plusieurs gouvernements ukrainiens, est-ce ça, se rapprocher de l’Europe ?

    Laisser les mafias contrôler un pays aux frontières de l’Europe à un si haut niveau n’allait pas un jour ou l’autre nous retomber sur la face ?

    Vous parlez des siècles passés éclairés à la bougie, lors de ces siècles, il n’a jamais cessé d’y avoir des guerres dans cette région, une région qui sépare les catholiques des orthodoxes, ce n’est rien d’autre qu’une guerre de religion.

    Dès 1926 l’Ukraine de l’ouest a été prise en main par des ultra-nationalistes, par la suite alliés d’hitler, aujourd’hui, bientôt 80 ans après la 2ème guerre mondiale, des ordres de nostalgiques de l’alliance ukraino-nazie défilent en nombre dans les rues, avec des croix-gammées et leurs symboles dégénérés.

    Sans vouloir défendre le système russe, certainement très imparfait, il faut savoir choisir entre la peste et le choléra !

    1. Cher Corto,
      Vous passez le plus clair de votre temps à vous justifier et je ne peux pas croire que vous ignorez qu’une justification est une réponse à une question qui n’est pas posée.
      Je ne peux pas croire non plus que vous ignorez que sur ce genre de forum les commentaires dépassant la demi-page ne sont pas lus. Madame Sandoz vous le rappelle de manière polie: soyez concis. Personnellement je le formule de la façon suivante: moins on a de culture plus on l’étale à l’instar de la confiture sur la tartine.

      1. Si vous n’intervenez que pour me faire la morale, je vois, à nouveau, que l’on tire sur le messager, c’est tellement plus aisé !

    2. Je vous donne parfaitement raison, Corto, comme ce fut le cas auparavant.
      Pour rafraichir la mémoire de celles et ceux qui ont du mal à se retrouver dans l’imbroglio de ce conflit, latent d’abord, effectif à présent, je me suis permis de rédiger un “mémento” de la progression de la tension qui a conduit Poutine à déclencher cette guerre. Le texte est un peu long pour ce blog, mais une fois n’est pas coutume, et j’interviens rarement dans cette discussion, faute de temps – ce que je regrette. Voici donc le résumé de mes réflexions, telles que je les ai conçues sur la base de mes informations, mais aussi sur celle de vos interventions.

      L’histoire permet souvent d’éclairer le présent. On ne saurait s’en passer. Mais, elle peut aussi être un piège et ce lit douillet dans lequel on se love pour éviter de réfléchir. Puisque tout a été pensé avant moi, pourquoi ne pas reprendre les analyses d’hier et les plaquer à la réalité d’aujourd’hui ? Ce sera toujours plus simple que d’essayer de comprendre, avec des instruments certes toujours imparfaits, un monde en plein bouleversement.
      Ainsi en va-t-il de ces comparaisons boiteuses de Poutine avec Hitler, du conflit ukrainien avec la Seconde Guerre mondiale et de l’héroïque résistance ukrainienne avec la guerre d’Espagne. On peut peut-être excuser Volodymyr Zelensky d’avoir, dans un élan de lyrisme néanmoins déplacé, évoqué la « solution finale » devant le Parlement israélien. Mais le microcosme médiatique n’a pas cette excuse.
      Bien sûr, on peut toujours trouver des parallèles. Depuis un mois, on nous raconte avec moult détails que l’agression russe en Ukraine serait la réplique de ce que fit Hitler, qui rêvait d’une « Grande Allemagne ». On évoque l’Anschluss, qui vit les troupes allemandes entrer en Autriche sous prétexte de « rétablir l’ordre et la paix ». Des mots que Poutine a aussi prononcés. On évoque l’épisode tchèque où Hitler invoqua le sort réservé aux Allemands de Bohème, les Sudètes, pour envahir le pays.

      Il suffirait donc d’y substituer les Russes du Donbass pour tout expliquer. De là à conclure que tous ceux qui ont sous-estimé Poutine et qui ont considéré que l’Europe ne devait pas se faire le servile instrument de l’OTAN sont les descendants des pleutres qui ont signé l’infâme traité de Munich, il n’y a qu’un pas que plusieurs ont allègrement franchi.

      Ceux-là oublient pourtant cette vérité élémentaire : pour tous les agresseurs, il y a toujours une minorité à défendre quelque part, un prétendu « génocide » à stopper ou un fasciste à abattre. Une rhétorique qui fut d’ailleurs celle de l’invasion de l’Irak.
      Cela n’empêche pas ces comparaisons d’être fantaisistes. Ne serait-ce que parce qu’avec un PIB par habitant qui représente moins de 25 % de celui du Canada, la Russie demeure un nain économique. Ce qui n’était pas le cas de l’Allemagne nazie. Mais aussi parce que la pensée impérialiste, nostalgique et réactionnaire de l’autocrate de Moscou n’a rien à voir avec le projet révolutionnaire et totalitaire d’Hitler.
      Certes, le débat sur ce qui se passe dans la tête de Vladimir Poutine n’est pas terminé. Mais faute de savoir correctement apprécier un ennemi, on ne saurait trouver les bons moyens de le combattre. C’est d’ailleurs exactement ce qui vient d’arriver à Poutine face à la résistance ukrainienne.
      Avant de croire que Moscou est sur le point d’envahir la Pologne, il serait utile de considérer ce qu’écrivait la spécialiste suédoise de la culture russe Maria Engström à propos de ce qu’elle appelle le « messianisme contemporain » de la Russie de Poutine. Selon elle, « l’attaque de Poutine vise d’abord et avant tout à réunir les trois pays orthodoxes qui composaient l’empire russe (Russie, Biélorussie, Ukraine) ». C’est d’ailleurs Jean-François Colosimo, fin connaisseur du culte orthodoxe, qui nous rappelait que depuis la chute de l’URSS, l’Église orthodoxe d’Ukraine était l’enjeu d’une rivalité entre le patriarcat de Constantinople et celui de Moscou. Kiev étant le berceau de l’orthodoxie russe, comme le rappelle en permanence le patriarche moscovite Kirill 1er. Au pays de Dostoïevski, la religiosité et le mysticisme ne sont jamais bien loin. Sans compter que les crimes du communisme n’ont jamais eu leur tribunal de Nuremberg.
      Tout cela pour dire que les raccourcis historiques ne seront jamais les meilleurs alliés de l’Ukraine.
      En passant, il est étonnant de constater combien nombre de pacifistes se transforment aujourd’hui comme par magie en va-t-en-guerre. Où sont donc passés ceux qui, à chaque budget du Canada, de la France ou de l’Allemagne, poussaient des cris d’orfraie pour le moindre dollar consacré à la défense et aux armées ? Un mauvais élève de l’OTAN comme le Canada ne s’en mord-il pas les doigts aujourd’hui ?
      Il est encore plus renversant de voir un grand nombre de ceux qui passaient hier encore leur temps à dénoncer les frontières, l’identité nationale et l’idée même de nation se prendre soudainement d’affection pour l’indépendance de l’Ukraine, la défense de ses frontières et de son identité. Car c’est bien pour la nation ukrainienne que l’on se bat aujourd’hui.
      En France, le 26 février dernier, la militante écologiste et féministe Sandrine Rousseau a été photographiée brandissant un drapeau ukrainien dans une manifestation. Or, pas plus tard que le 17 janvier, elle décrivait le drapeau comme « la source du nationalisme et donc, à la fin, du fascisme » ? Tiens, encore lui !
      On se demande pourquoi ce qui semble à la source même de la démocratie pour les Ukrainiens ne le serait pas aussi pour les Français, les Polonais ou les Québécois.
      Or, le parti Nationaliste ukrainien Svoboda et ses fondateurs, Oleh Tyahnybok et Andriy Parubly ont joué un rôle de premier plan dans le coup d’État de février 2014, soutenu par les États-Unis, et qui s’était rangé du côté du président Viktor Ianoukovytch. L’ambassadeur américain Geoffrey Pyatt a d’ailleurs mentionné à plusieurs reprises Tyahnybok comme l’un des dirigeants avec lequel il travaillait pour rétablir un président nationaliste à la tête du pays. C’est dans cette optique que les milices de Svoboda ont balayé des manifestations pacifiques à Kiev et, pour ce faire, ont affronté des officiers de la police qui les défendaient et attaqué leur arsenal. Ce sont ces hommes d’obédience néonazie qui étaient les leaders de facto des agressions des partisans de l’UE qui occupaient le Maïdan Nézalejnosti.
      Parallèlement à ces événements, des manifestations hostiles aux Maïdan se propagent dans les régions du sud et de l’est où Viktor Ianoukovitch avec le Parti des régions était majoritaire et où la langue russe est prédominante dans certains territoires comme à l’est du Donbass. Une grande partie de cette population reprend le projet de fédéralisation ou de décentralisation de ce président déchu pour donner plus de poids à leurs régions par rapport aux autorités de Kiev. La guerre éclate dans les oblasts de Donetsk et de Louhansk en avril de cette même année. Une guerre qui, en dépit des négociations de Minsk et des tentatives de cessez-le-feu, se poursuivra pendant des années et sera alimentée par un soutien militaire russe aux séparatistes. Le projet de ces derniers devint plus radical que la fédéralisation car ils souhaitent la partition du pays pour créer un état sécessionniste pro russe, la Nouvelle Russie, dans le Donbass, voire dans toute cette moitié sud-est de l’Ukraine jusqu’à la Transnistrie en Moldavie en incluant aussi la Crimée avant qu’elle soit annexée par référendum à la Russie.
      En effet, quasi simultanément, Le 11 mars, le Conseil suprême de Crimée proclame l’indépendance de la République autonome de Crimée, indépendance qui sera entérinée à la suite d’un référendum qui s’est tenu le 16 mars, et lors duquel la population a voté à une écrasante majorité pour un rattachement à la Russie. Les conditions de ce rattachement ont été critiquées par la communauté internationale.
      Quant aux élections qui ont suivi à Kiev, qui impliquaient surtout le reste de l’Ukraine, les élections sont marquées par une forte abstention et donnent la victoire à Petro Porochenko, alors que Ioulia Tymochenko arrive deuxième avec 13 %. Le 27 juin 2014, le nouveau président Petro Porochenko signe un accord de libre-échange avec l’Union européenne à Bruxelles.
      En 2019, l’élection présidentielle porte au pouvoir l’humoriste et comédien Volodymyr Zelensky, qui, après avoir éliminé dès le premier tour Ioulia Tymochenko, pourtant donnée favorite durant toute l’année 2018, récolte 73 % des voix au second tour face à un Porochenko affaibli par cinq années de guerre et de corruption.
      Sur le plan international, Zelensky entend relancer le dialogue avec la Russie sur la question du Donbass. Le début de son mandat est marqué à cet égard par des succès, dont des échanges de prisonniers sans précédent entre l’Ukraine et le camp pro russe et la restitution par Moscou des trois navires ukrainiens arraisonnés lors de l’incident du détroit de Kertch un an plus tôt. Cette politique de détente mécontente néanmoins les ultranationalistes qui manifestent dans les grandes villes d’Ukraine pour dénoncer une « capitulation ». Le 22 juillet 2020, Kiev et Moscou n’en signent pas moins le plus long accord de cessez-le-feu depuis le début du conflit. Mais celui-ci est presque aussitôt fragilisé par des tirs en provenance des territoires séparatistes, le 27 juillet, mais Zelensky réaffirme son attachement à l’accord en imputant ces agissements à des « groupes armés illégaux ». Parmi ceux-ci, l’on trouve une fois de plus les milices néonazies Svoboda. C’est alors que Zelensky, rompant avec sa position conciliante, se tourne vers l’OTAN et l’Union européenne, considérant que l’adhésion de l’Ukraine à ces organisations est la seule façon de mettre fin à la guerre dans le Donbass. Après quelques semaines de tergiversations, Vladimir Poutine lance finalement son armée à l’assaut du pays en février 2022.
      Les médias qui ont la faveur du public, comparent souvent Poutine à un nouvel Hitler. Ce raccourci ne manque pas de sel, puisque ce sont précisément des lointains disciples de ce personnage fétiche qui ont provoqué, à tort ou à raison, l’exaspération du président russe. Et bien que celui-ci soit indiscutablement un autocrate, il n’est ni ce sombre petit sous-fifre du KGB dont Madame van der Leyen dénonce les ambitions mégalomaniaques, ni un tortionnaire semblable à Pinochet et à ses homologues sud-américains, ni moins encore ce monstre froid dont le regard évoque d’ailleurs davantage la tristesse que la cruauté, mais un nostalgique d’une Russie véritablement à l’abri des idéologies occidentales exclusivement motivées par la course à l’argent et par l’intégration de toutes les communautés marginales (y compris sexuelles) dans le grand projet néolibéral qui fait aujourd’hui florès dans le monde entier, au détriment de toutes les caractéristiques spécifiques des peuples ainsi uniformisés par une mentalité strictement commerciale.
      De plus, sans qu’il soit nécessaire d’élever une statue à cet homme qui se comporte en politique comme un joueur d’échecs, il convient de comprendre que la Russie, déjà encerclée par l’OTAN, qui dispose à présent de bases de missiles sur le territoire de ses anciens satellites, a toutes les raisons de redouter la présence de cette organisation militaire aux frontières de l’Ukraine, c’est-à-dire d’un pays qui a toujours servi, en raison de sa géographie, de voie privilégiée pour les tentatives d’invasion qui la concernaient directement. L’on peut certes invoquer le fait que de Napoléon à la Wehrmacht, ces tentatives furent des catastrophes, mais il faut également souligner que les États-Unis, dont l’Europe n’est déjà plus qu’une annexe économique et culturelle en voie de développement, n’ont jamais reculé durant toute la période d’après-guerre, devant les projets belliqueux aussi téméraires, suicidaires que sanglants, ne laissant derrière ses aventures armées, que des ruines et de la désolation.
      Cette brève rétrospective nous conduit à penser que cette guerre n’est pas moins bienvenue que celles qui ont directement précédé, depuis celle du Vietnam, jusqu’à celle de l’Irak et de l’Afganisthan.
      La solidarité avec les immigrés n’est pas en cause. Mais elle n’est pas un cadeau pour l’Europe, et les États-Unis, qui l’encouragent à hue et à dia, le savent pertinemment. Non, honnêtement, il serait temps qu’une vaste entreprise diplomatique puisse voir le jour, avec pour programme la ferme indépendance de l’Ukraine occidentale et les concessions minimales exigées par la Russie, c’est-à-dire l’indépendance des provinces de Donetsk et de Louhansk.

      1. Cher Monsieur,
        En somme la raison du plus fort est donc la meilleure. Donnons à M.Poutine, grand nostalgique bien plus respectable que l’affreux général Pinochet, ce qu’il souhaite pour daigner arrêter cette guerre! Les ukrainiens pourront déjà s’estimer heureux que les massacres s’arrêtent.
        le titre du billet faisait mention de lâcheté, vous en faites une convaincante démonstration. Au demeurant, La Russie après Poutine risque d’être autrement plus moribonde que le Chili post Pinochet…

        1. Vous vous trompez sur le contenu de nos désaccords, cher Monsieur. Que la Russie soit en définitive perdante dans ce conflit, je vous le concède volontiers, puisque l’histrion qui lui fait face n’est que le commissionnaire de Washington et de ses alliés – autrement dit un représentant de plus de la loi du plus fort, et donc aussi de la meilleure, comme vous le soulignez. Pour le reste, je ne doute pas plus que vous qu’il est de loin plus souhaitable de vivre sous le régime bienfaisant du général Pinochet, envers lequel vous semblez avoir une affection particulière, que sous la dictature sanglante du KGB orchestrée par l’un de ses sous-gradés, propulsé à la tête de la République des Soviets camouflée sous les oripeaux de l’orthodoxie tsariste. Il est vrai, pour prolonger cette équation binaire, que le Chili est, lui aussi, un satellite de l’oncle Sam.
          Pour en revenir brièvement à mes propres positions, qui reposent sur la conviction que cette guerre aurait pu être évitée si une campagne diplomatique avait été entreprise des années auparavant, lorsque les Russes du Donbass étaient impunément persécutés par les unités paramilitaires ukrainiennes héritées de la seconde guerre mondiale, je les résumerais par deux citations extraites du billet de Suzette Sandoz: 1) à savoir « Cette forme de condamnation (*fanfaronne) de l’action de M. Poutine est la manifestation du courage des lâches ». Car sous le couvert d’une morale bon teint, elle ne fait qu’encenser une mentalité socio-politique « grande-gueule »dont la seule justification rationnelle se réduit à la défense de nos propres intérêts. 2) « Si au contraire, on traitait les personnes russes de manière « normale », sans les mettre au ban de la société « pacifique, »ce comportement permettrait à nos journalistes de rapporter des informations différentes de la propagande officielle. . . Ce qui pourrait contribuer à raccourcir la guerre ». Car, en réalité, il n’y a ni gagnants, ni perdants à l’issue d’une guerre, mais partout de la désolation, un deuil qui n’en finit pas, des aspirations à la vengeance, des destructions qui affectent des générations entières. On a voulu la peau de Che Guevara, de Yasser Arafat, de Saddam Hussein, puis celle du général Kadhafi, et de tant d’autres que l’on considérait comme des malpropres, et quel en fut le bénéfice ?

          Partout en Europe, aux Etats-Unis, en Chine, voire ailleurs encore et même, ô honte, en Suisse, c’est la mise au « rebut » des artistes russes, des sportifs russes, des joueurs russes, des auteurs russes y compris ceux déjà morts. D’aucuns préconisent même l’interdiction d’avoir des chats russes – ils confondent peut-être euphoniquement avec des « chars russes ». Et cette vague haineuse s’étend hélas aussi aux ressortissants russes ou russophones établis dans tous nos pays.
          Que l’on craigne, ici ou là, un « agent russe » camouflé, passe encore, on serait gagné par la terreur KGB-iste des espions, mais faire ainsi porter à des particuliers qui n’y peuvent « mais » la responsabilité des actes de leur chef d’Etat – et en particulier en l’absence de toute démocratie, ce qui exclut l’association de la population à la décision de l’invasion de l’Ukraine -, c’est hélas favoriser une atmosphère de guerre d’une cruauté particulière. Cette forme de condamnation de l’action de M. Poutine est la manifestation du courage des lâches.
          J’ajouterais en outre que c’est une attitude tout à fait contre-productive. En effet, quand les artistes et sportifs chassés retourneront dans leur pays et raconteront leur exclusion et leur punition, cela accréditera dans leur public la propagande officielle qui présente l’invasion de l’Ukraine comme une expédition salvatrice pour une population menacée.

          1. “Partout en Europe, aux Etats-Unis, en Chine, voire ailleurs encore et même, ô honte, en Suisse, c’est la mise au « rebut » des artistes russes, des sportifs russes, des joueurs russes, des auteurs russes y compris ceux déjà morts. D’aucuns préconisent même l’interdiction d’avoir des chats russes – ils confondent peut-être euphoniquement avec des « chars russes”.

            Sans oublier la salade russe, le caviar, la vodka, les blinis et autres produits d’origine russe, interdits de vente sur les étalages des supermarchés dans l’Union européenne qui omet, comme par hasard, de sanctionner pétrole, gaz, charbon et autres matières premières russes aussi indispensables à ses pays membres que le sont leurs devises à la Russie pour financer son effort de guerre.

            Sanction inutile, puisque la salade russe est fabriquée… en Suisse, comme le confirme le journal 24 Heures du 3 mars dernier:

            “Inutile de boycotter la salade russe, elle est faite en Suisse

            L’attaque de l’Ukraine a déclenché des envies de boycott. Problème, les produits réellement d’origine russe sont très rares dans les supermarchés. Et les faux ennemis très nombreux.”

            L’imbécillité est sans limites de part et d’autre, d’ailleurs, puisqu’en Russie, depuis que le mot “guerre” est associé au blasphème et son usage passible de quinze ans de prison, il a été question de re-baptiser le roman “Guerre et paix” de Tolstoï “Opération militaire spéciale et paix”.

            Quelle salade, la guerre…

          2. Pour définir le football, Lineker a fameusement dit qu’à la fin, ce sont toujours les allemands qui gagnent.
            Vous reprenez cet adage à votre compte: peu importe le sujet, à la fin (voire même dès le début) c’est toujours la faute aux américains. Le reste de votre prose ne sert qu’à tenter vainement d’emballer votre réthorique biaisée et réductrice. Vous pourriez vous épargner cette peine et nous épargnez votre réthorique … tautologique.
            Au demeurant, c’est bien grâce aux américains que la définition de Lineker se limite au domaine du football…

          3. En lisant votre précédent message, j’ai éprouvé spontanément que j’avais affaire à un cuistre ; il me restait à apprendre que vous étiez aussi un discutailleur …. Dans votre dernier post, il n’est absolument pas question de ce que je vous ai écrit, mais vous en déformez le contenu avec une bassesse à peine imaginable. S’il appartient à l’art de la rhétorique de faire dire à votre interlocuteur l’exact contraire de ce qu’il vous signifie expressément, il faut déduire de vos lignes que vous en êtes devenu un maître. Primo, je n’ai jamais affirmé ni insinué que les États-Unis sont responsables de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, dont vous prenez garde d’ailleurs de mentionner. En revanche, vous faites une allusion érudite à un sombre personnage d’un sport de masse pour me coincer dans le piège du discours binaire qui oppose les pros américains aux antiaméricains, alors que c’est précisément ce cliché absurde que je ne cesse de critiquer et dont j’appelle mes lecteurs à tenir pour secondaire, et de se détourner de toute analogie hâtive par ailleurs. Deuxièmement, je ne vois ici aucun rapprochement vraisemblable avec la libération des pays alliés envers l’oppression nazie – libération que vous prenez à témoin pour rappeler à ma mémoire que cette libération ne fut pas possible sans les Américains, comme si l’armée soviétique n’y était pour rien. Ceci ne démontre rien de plus que votre ignorance de l’histoire, et de celle des pays de l’Est en particulier. Vous n’avez aucune connaissance du contexte de ce drame, mais vous n’êtes rien d’autre qu’un pauvre type qui s’efforce de jongler avec des idées issues des médias les plus communs, aussi friables que des dents creuses, pour feindre d’avoir un avis sur la question. Humainement parlant, vous n’imaginez rien de ce qu’une guerre implique pour les belligérants et leurs proches avec son cortège de souffrances pour les deux parties, pour n’accorder que la valeur d’une opinion opposée à la vôtre (c’est-à-dire au néant de son contenu), à la thèse de Madame Sandoz selon laquelle le vrai courage consiste précisément à refuser cette guerre comme une fatalité – ce que je démontre à mon tour en insistant sur le fait que les prémices de ce conflit étaient perceptibles depuis bien longtemps et qu’une offensive diplomatique de la part des pays européens, qui n’ont rien à gagner de l’exclusion de la Russie de ses partenaires culturels, scientifiques et commerciaux (pour ne citez qu’eux)aurait été en mesure de la neutraliser. Si je me suis abstenu de justifier mes craintes par des arguments ad hoc, en faisant un appel succinct à mes compétences, c’est parce que vous vous en fichez, du haut de votre présomption morale qui fait fi de toute approche sérieuse du dossier, et qu’une telle analyse ne vous aurait offert qu’une motivation supplémentaire de vous livrer à vos sarcasmes. Sachez cependant que je suis en communication avec la responsable du pôle d’expertise juridique de Trial international ayant trait aux crimes de guerre, à savoir Madame Pamela Capizzi, et que je n’ai en conséquence aucune raison de souscrire à votre jugement selon lequel mes hypothèses ne seraient que des tautologies infantiles visant à « emballer » mes lecteurs. Quoi qu’il en soit, il est toujours permis de réfléchir au cours de notre histoire sans se faire aussitôt agresser par des remarques désobligeantes sur son mode d’expression. Vous n’êtes d’ailleurs qu’un médiocre théoricien en logique modale. Dès lors, abstenez-vous de lancer des injonctions scripturales aux participants de ce blog. Vous n’êtes pas mandaté pour ce faire, que je sache.

          4. Monsieur Celis,
            Merci pour vos nombreux qualificatifs dédaigneux à mon égard qui contrastent avec mes commentaires qui ne sont pas des attaques ad hominem et ne portent que sur le contenu de vos propos. Force est de constater que mes remarques ont fait mouche puisqu‘elles ont déclenché ce torrent d‘insultes…
            Il suffit de voir à quel niveau de mépris et de condescendance vous vous situez pour en déduire que tout avis contraire au vôtre vous est insupportable. Qui plus est, vous démontrez une maîtrise assez remarquable de la réthorique que je me permets de qualifier de „poutinienne“, qui consiste à me reprocher d‘user de stratagèmes auxquels vous recourrez allègrement.
            Sans rien connaître de ma personne, vous vous permettez de me juger de manière éhontée. Cette manière de procéder permet certes aisément d’expliquer vos positionnements moraux affichés lors de nos brefs – du moins en ce qui me concerne – échanges, mais ne m‘autorise pas à espérer autre chose de votre part que des invectives stériles. Je veux croire que nous avons tout deux mieux à faire de notre temps.
            Je vous vous souhaite bonne continuation dans les combats qui sont les vôtres.

          5. Il n’y a pas d’avis contraire au mien dans vos propos, puisque vous déformez ce que j’écris qui va dans un sens non pas antagoniste, mais différent du vôtre. Vous n’avez rien compris à mon texte, voire vous ne l’avez pas lu. Il en va de même pour le billet de Madame Sandoz. Et il suffit que vous ne compreniez pas ce que vous lisez, pour en qualifier le contenu de rhétorique – mot dont vous ne mesurez manifestement pass le sens. Quant à mes insultes, soit, je vous présente mes excuses. Mais, en dépit de vos affirmations, vos qualificatifs ne sont pas moins méprisants et sont, plus gravement encore, totalement arbitraires, puisque vous ne vous risquez pas UN SEUL exemple pour illustrer ce que vous nommez rhétorique dans ma prose. De surcroît, nous ne participons pas à un concours de dissertation, que je sache, mais à une tentative de comprendre et d’évaluer un événement dramatique et bien concret. Mais c’est peut-être cela qui vous dérange : le fait que j’évoque cette guerre en rapport avec la souffrance réelle qu’elle occasionne, pour lui subordonner son caractère stratégique. Tautologie ou non, je crois en effet qu’il est dans l’intérêt de tous que cette guerre se termine par une paix diplomatiquement négociée, plutôt que par la victoire de l’un ou l’autre de ses protagonistes.

          6. Professeur Célis, merci pour vos deux récents commentaires. Je ne connais rien à la politique de la guerre et j’évite de m’en mêler.
            Par contre, très modestement j’aimerais vous transmettre que vos lignes sont un pur délice stylistique. Merci pour cette leçon de très bon français. On en a bien besoin, des leçons, à n’importe quel âge. Et ce n’est pas votre collègue linguiste Bernard Cerquiglini qui me contredira.
            Pour le reste, soit les critiques, les attaques, les pugilats rhétoriques, jetez-les par la fenêtre et/ou du haut d’une abrupte falaise bien sûr en prenant bien garde à ce qu’il n’y ai pas trop de rôdeurs sur le bas-côté. Vous verrez, cela fait un bien fou ! eab

          7. Chère Éliane,

            C’est un réel réconfort de vous lire lorsque l’on sort d’une tentative de s’expliquer honnêtement dans un échange avec un esprit tordu. En effet, vous êtes toujours présente quand il faut rendre justice à celui qui n’a pas réussi à s’acquitter de cette tache impossible.
            Je ne vais pas vous reproduire mon apologie adressée au personnage auquel je fais allusion, car vous m’avez déjà parfaitement compris : si je soigne mon écriture, ce n’est pas pour convaincre clandestinement mon interlocuteur en ayant recours à des stratagèmes séditieux, mais dans le but exclusif de me faire comprendre, en dépit des consignes inhérentes par ce type d’échange. Vous méritez mieux, parce que l’encouragement que vous m’adressez m’invite à clarifier davantage les mobiles de ma prise de position inspirée par les propos de Suzette Sandoz. En effet, celle-ci me surprend à chaque fois par la justesse et l’équilibre de ses réflexions qui vont droit au cœur de situations ou de problématiques aussi complexes telles que cette guerre qui bouleverse toute l’Europe, si ses dégâts ne s’étendent pas au-delà. Elle en résume l’enjeu et les issues possibles avec un réalisme qui ne trahit jamais son aspiration à ce qu’il soit exercé avec un maximum d’humanisme.
            Après avoir lu son texte, voici les questions qui me sont venues à l’esprit : que peuvent espérer les acteurs de cette guerre, qu’ils en obtiennent ou non la victoire, si ce n’est un nombre effrayant de victimes blessées à jamais dans leurs corps, estropiées ou définitivement handicapées., et psychiquement traumatisés ? Dans quel environnement feront-ils le bilan de leurs initiatives agressives ou défensives hormis dans un amas de ruines et dans un paysage marqué par une désolation commune ? Et quel que soit le vainqueur, à quel héritage socio-politique auront-ils encore le droit d’espérer, qui soit autre qu’un accroissement de haine, d’amertume et de ressentiment dont ils ne pourront calculer la durée des effets délétères ? À l’inverse, une paix négociée, où sont reconnues de concert les responsabilités des parties impliquées, et où l’on s’accorde mutuellement, en guise de réparation, et selon les règles de l’équité, ce qui revient à chacune d’elles, prépare un avenir apaisé, où les motifs d’hostilité ne feront progressivement plus obstacle aux possibilités immenses de collaboration et de protection réciproque latentes dans ces deux pays et qui ne demandent qu’à se concrétiser. Certes, un devoir de mémoire s’impose d’emblée : il s’agit pour l’Ukraine de se dégager de des fantasmes résiduels issus de sa complicité avec le national-socialisme, et pour la Russie de faire l’aveu des crimes staliniens qui ont infligé des souffrances révoltantes à des milliers d’Ukrainiens et qui exigent encore aujourd’hui réparation. Tels sont là les termes, assurément imprécis et imparfaits, dans lesquels je condense mon espoir de vivre encore la fin de ce drame, lequel pourrait compromettre les chances dont l’Europe dispose encore de ne pas devoir revivre le cauchemar qu’elle a pu dissiper de justesse au milieu du siècle passé.

          8. Nous vivons une époque décevante. Malgré des millénaires d’histoire qui devraient nous permettre d’éviter de répéter les mêmes erreurs et le développement de technologies de pointe comme nous n’en avons jamais connu auparavant, l’être humain reste un animal profondément stupide surtout dans son comportement collectif.

            Le peu d’esprit analytique et critique qui existe encore chez certain de nous est raboté quotidiennement par la propagande et la publicité. La seule quantité encore tolérée sert principalement à choisir la meilleure offre sur Amazon ou Zalando selon des critères sociaux que la publicité nous a heureusement enseigné (sinon nous serions perdus donc en proie aux terribles dépressions – nerveuses et économiques).

            Le type d’échange que j’ai lu sur ce blog ne m’étonne donc pas alors qu’il m’aurait halluciné il y a 10 ans encore.

            Je ne suis (et de loin), pas forcément d’accord avec toutes vos affirmations mais j’apprécie la lecture de ce blog et, en particulier, vos commentaires. D’ailleurs, contrairement à d’autres que la longueur d’un texte peut rebuter, j’essaie d’entretenir mon cerveau par la lecture tout comme d’autres font de la course à pied. On observe alors le même phénomène d’endurance (vitesse et capacité) que certaines personnes semblent avoir perdu à force de communiquer par SMS et autres émoticons.

            Communiquer et échanger devrait nous enrichir. Car si chacun est capable de “filter” l’information qu’il reçoit tout en sortant de sa zone de confort en se mettant dans la peau de son interlocuteur, on apprend en permanence et de tout le monde.

            Mais, depuis un certain temps, la machine s’est enrayée. On ne dialogue plus. Chaque débat d’idée ressemble à un match de football: seules les deux couleurs de maillots sont acceptées. Le rôle de l’arbitre est d’ailleurs confié à une machine sur les réseaux sociaux.

            Il en résulte une atrophie progressive mais grave du seul organe qui devait nous distinguer des autres espèces animales.

            Tout ce qui peut ralentir ce terrible processus de dégéneréscence cérébral est donc bienvenu.

            Bref, merci de continuer de nous apporter vos idées et vos commentaires.

          9. Bonjour et merci infiniment Simone Q. de votre commentaire. J’abonde dans votre sens. Belle journée. eab
            PS: Amazon et/ou Zalando et/ou autres “mange-cervelles” de type Facebook versus WhatsApp” n’ont jamais fait partie de mes choix.

        2. Avez vous pris position par rapport au message de ce blog? Puisque je supposé ne pas supporter la contradiction qu’elle contient, j’aimerais malgré tout savoir quel est son contenu.
          Avec ma plus parfaite considération.

  49. Alors que l’invasion russe de l’Ukraine en est à son quinzième jour, le 10 mars est aussi la date anniversaire, douloureuse, du soulèvement pacifique des Tibétains, qui ont protesté contre l’invasion chinoise et la répression féroce de l’armée d’occupation qui s’est abattue sur eux le 10 mars 1959.
    Dans le sillage de cette tragédie, le Dalaï lama s’est exilé en Inde suivi par des milliers de Tibétains.

    1. Quelle bizarre analogie ! Pourquoi pas l’invasion de l’Irak, de l’Afghanistan, la destruction de la Libye, et l’intervention sanglante et stérile au Vietnam, pour ne citer que des faits connus, imputables à la puissance mondiale que vous vénérez, je présume…

  50. Etait-ce de la lâcheté lorsque la Russie dès 1930 a sciemment orchestré une famine en Ukraine qui a fait des milliers de morts en 1932 ?

    1. Si vous voulez revenir sur cette période, je vous rappelle que le nazisme ou l’ultranationlisme ukrainien n’a pas attendu l’anschluss pour former des troupes et des milices en Ukraine dès 1926. Si vous voulez des infos, puisque la mode de ce blog est de faire court, je suis à votre entière disposition, mais je sais que vous savez et que vous n’allez pas insister sur le sujet. Oui staline a combattu l’ultranationalisme inspiré par stepan banderé dès 1926 et son ralliement avec hitler dès 1928 !

      C’est je ne suis pas trop long et que je n’ai pas fait trop de fautes d’orthographe !

  51. @corto @nicolas… absolument de votre avis.. malheureusement, on n’entendra jamais ce genre de propos sur les ondes… Je commence à être agacée par cette hystérie anti russe sur les ondes …. le milieu journalistique serait-il composé uniquement de moutons ? ou de pétochards ?

  52. Ukraine.

    Ceci juste pour vous faire peur. Le danger des labos P4 à nos portes et aux portes de la Russie.
    Qui en parle? A part Karine Kolovko Beuchet ou les 7 du Québec.
    ttp://russiepolitics.blogspot.com/2022/03/les-usa-reconnaissent-avoir-des.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email

  53. La situation est complexe mais on la saisit mieux chaque jour … Le temps apporte un peu de clarté à peine maintenant sur l ‘ ombre du vaccin covid … Le gros de l’info fait encore silence sur ce qui serait pertinent .. Mais plus personne n’est dupe … Il faudra aussi du temps pour la guerre .. . pour comprendre … que la Paix est inestimable … Le japonais sur you tube qui a survécu aux 2 bombes atomiques , a réussi à m’en convaicre … Je vais me mettre une bougie , j’aime bien , ça fait moyen age … Mes amis , je vous serre contre mon coeur … Serge , Montpellier . France . le 11 mars 2022 ( pluie )

  54. Nous sommes en train de débattre, poison ultime craint par la gouvernance helvétique et qu’elle est la réaction, il faut attendre 2 ou 3 jours pour que les commentaires soient publiés !

    Le silence imposé aux habitants de la Suisse est le premier symptôme visible dans cette organisation diabolique, déjà que la Suisse est coupée en 3 ou 4 avec des régions linguistiques, ça ne suffit pas, voilà qu’au niveau des blog, c’est la dictature systématique organisée par la junte. Ils sélectionnent qui a le droit de publier un blog et ensuite ils comptent bien sur ces personnes d’organiser le silence !

    1. Cher Monsieur,
      Ne faites pas de procès d’intention. Si la publication des commentaires n’est pas immédiate, cela ne dépend que de moi. Or il se trouve que je ne passe pas mon temps devant mon écran, ayant, par bonheur une vie très remplie. Et puis, suivant la longueur et le nombre de fautes d’orthographe des textes, il m’arrive de n’avoir pas le courage de me mettre tout de suite à l’indispensable lecture préalable. Ce soir, par exemple, je me suis demandé si j’aurais le courage de lire les commentaires maintenant, après avoir répondu à x messages privés avec pièces jointes et j’en ai encore gardé pour la soirée.
      Merci de votre compréhension.

      1. Oui, d’ailleurs, une réponse que j’ai faite à Eliane et une autre faite à Nicolas n’ont pas été publiée.

        J’ignorai qu’il s’agissait d’un concours d’orthographe ou d’une dictée de Bouvard !

        1. Bonsoir Corto, dommage pour votre réponse, j’aurais bien aimé la lire.

          Expérimentez et vous constaterez que sur la plupart des autres blogs du Temps il y a d’emblée boycott des avis qui ne vont pas dans le sens des auteurs, le bien-pensant « sens unique ».
          Cette attitude est devenue un « standard » et démontre aisément comment la pensée est dorénavant « poussée – forcée » dans des normes de plus en plus serrées.
          Les tests sont donc très révélateurs de l’état d’esprit de notre époque. Et d’autres articles publiés dans d’autres journaux (du style TdG) sont à éviter comme un virus décapant la cervelle.
          Sous très peu, je me retirerai du blog de Prof. S. Sandoz que j’apprécie particulièrement (99,9 %) car je serai dans un tout autre environnement linguistique et j’irai sur des blogs locaux.

          Par rapport aux informations unidirectionnelles dont la Suisse est si friande, je viens de prendre connaissance d’un « special report » émanant d’un mix de centres réputés en Hollande = 1 – Belgique = 2 – Allemagne = 3 – France = 3 – Italie = 3 – Pologne = 2, dont les auteurs sont 8 femmes et 3 hommes, et publié dans un journal à haut facteur d’impact ……
          Je ne suis guère étonnée que mon propre pays soit absent de cette étude multicentrique car il est nullissime dans ce domaine de recherche. Cela fait longtemps que j’attendais la publication de telles évidences, les voilà, plus foudroyantes que jamais.

          Ce micro exemple démontre que tous nos voisins progressent et osent publier des vérités qui dérangent beaucoup alors que la Suisse, à force de fédéralisme, continue à tourner en rond sans oser se jeter à l’eau et avouer ses faiblesses dans bien des domaines, hélas. Une attitude passablement pathologique dont les pauvres humains constituant la base font toujours les frais.

          En conclusion, ces pays qui osent et le mien qui hésite trop souvent ne pourraient pas se lier sous le même chuppah.

          Portez-vous bien Corto. eab

  55. Chère Suzette,

    Une fois de plus, je suis en phase avec votre évaluation de ce dossier. La solidarité hystérique t par conséquent brutale et irréfléchie avec l’Ukraine, dont les traces de la collaboration avec l’Allemagne nazie, n’ont pas été totalement effacée, est complètement contre-productive. Il aurait été nécessaire d’entrer en matière, de façon diplomatique, avec Poutine, il y a bien longtemps, si tant est que nous considérions la guerre et ses victimes comme étant le pire des maux.

      1. Bien entendu, Corto. J’ai tenté d’être un peu plus “exhaustif”, dans mon dernier commentaire. Mais il est fort long. Et vous connaissez ce dossier au moins aussi bien que moi.

    1. Professeur Célis, absolument ! Je rejoins votre avis. Nous avons « raté le coche » si j’ose cette image désuète, alors qu’il y a eu énormément d’occasions favorables pour « décanter » la situation, éviter un enlisement donc une péjoration presque trop prévisible ….. Bons messages d’une future expat (Suisse à ailleurs pour la Xème fois). eab

      1. Merci pour votre message encourageant. L’on ne trouve guère de personnes de bonne foi et lucides comme vous à propos de cette affaire. C’est déplorable, car si un effort de réflexion est vraiment nécessaire, c’est en priorité pour un dossier comme celui-ci.
        Portez-vous bien.
        Ra.Celis

  56. Hier à l’onu, une majorité de nations ont demandé aux USA de s’expliquer concernant 336 labos biologiques situés dans une trentaine de pays !

    Dont une quinzaine situés en Ukraine et le fils de joe biden, hunter biden est toujours lié avec des contrats juteux !

    A part ça, tout va bien Madame la marquise !

  57. Lorsqu’un état ou un organisme quelconque fait appel à une sorte de censure, c’est qu’il signe sa fin proche !

    c’est l’arme des faibles et des lâches !

  58. On ne sait plus quoi faire pour éviter une guerre mondiale … Il y a comme un rouleau compresseur qui lui fait comme une autoroute … On la sent et on l’endend venir … Elle se raproche … Mais les peuples eux , n’ en veulent pas de cette guerre … ! Ils sont beaux nos dirigeants à Versaille … , mais parlent t ‘ ils au nom de leurs populations … ? Elles , elles voudraient faire l’ Amour … , pas la guerre mondiale … L’ atome ridiculise à fond les nouveaux Napoléon … ! … Et avec une force incommensurable … Permettez le lien désactivé de 3 tableaux qui témoignent de la pensée des peuples libres … La Paix est le seul trésor inestimable … Merci … ( à voir sur Instagram : sergeolivier771 )
    Serge , Montpellier , Occitanie , France , le 12 mars 2022 .

  59. Ils voulaient virer Trump pour empêcher la 3e Guerre Mondiale, alors ils ont mis Biden et maintenant ils souhaitent la 3e Guerre Mondiale. Allez comprendre…

  60. On dirait presque que certains veulent la guerre à tout prix , et que Poutine n’ est qu’un pretexte sérieux pour déclencher celle ci … La guerre pourrait être une situation de repli pour cacher bien pire … car l’ombre du fiasco vaccin ne veut plus rester sous le tapis … et des gouvernements craignent pour leurs légitimité … Quoi de mieux qu’une guerre pour redorer leurs blasons , et créer l’oubli generalisé de leurs fautes graves … ? Ont ils une autre solution pour noyer le poisson … ? Si glissant de leurs inconpétences … Les peuples ne sont pas dupes , et l’Histoire est en marche … Serge , Montpellier , Occitanie le 13 mars 2022

    1. Cher Serge, premièrement, Poutine comme d’autres ne s’est pas soumis au totalitarisme pfizer et autres semblables arn-m. Nous venons de voir le 10 amrs que la secrétaire d’état Victoria J. Nuland Confirme l’existance de laboratoires d’armes biologiques entièrement financés par les USA en Ukraine. Pire,, les disques durs retrouvés dans les ordinateurs de hunter biden attestent que le fils de l’actuel président alors qu’il était vice-président, blanchissait l’argent de l’état américain pour les intérêts de son père, joe biden, par le biais de ces laboratoires d’armement biologique.

      Que biden hystérise l’invasion russe, pour la simple raison qu’il craint que la Russie mette au jour des preuves impliquant son voyous de fils dans ces détournements d’argent via ces laboratoires meurtriers liés à pfizer et moderna, la boucle est bouclée !

      L’un de ces laboratoire et certainement l’un des plus important dans ce complot génocidaire mondial a été le premier objectif de l’armée russe et a été encerclé le premier jour de l’invasion de l’Ukraine, il se trouve à 12 km de la frontière biélorusse, raison pour laquelle Poutine a utilisé le territoire biélorusse pour initier son plan dès la première heure. L’armée russe a investi ledit laboratoire et récupéré suffisamment de preuves pour mettre hors de nuire les biden, ce qu’il cherche même en voulant activer l’arme nucléaire. Heureusement que le haut commandement de l’armée US vient d’écarter violement les ambitions nucléaires de biden et ce n’est pas demain que ça risque de changer !

      Poutine sait que les provocations verbales de biden resteront sans effet et il sait qu’il est inutile de réagir à ces vociférations grotesques. Et à nouveau nous avons vu les médias accuser Poutine de proférer des menaces alors qu’il ne faisait que répondre aux menaces de biden !

    2. J’ai l’impression – agaçante -que le président ukrainien Zelenski pousse l’OTAN a s’impliquer; ses interventions à la TV semblent vouloir donner mauvaise conscience à l’UE qui ne veut rien faire pour l venir en aide à son pays et laisse ainsi mourir le peuple ukrainien…. Il sait pourtant que si l’OTAN intervient c’est la guerre sur tout notre continent , et plus loin encore selon les alliances …

        1. Bonjour Marie-France et Prof. S. Sandoz. Merci beaucoup à toutes deux car je ressens le même malaise, qui s’accentue à chacune de ses apparitions, induisant une masse de doutes “éruptifs très irritants”. Au début, j’ai pensé que cela provenait de ma sensibilité particulière, vous me rassurez donc pleinement.
          Le tout ressemble furieusement au chantage vaccinal dont nous sortons à peine, sauf que là c’est beaucoup plus grave. Portez-vous bien, eab

      1. L’OTAN n’accepte pas de pays en état de conflit interne. Jusqu’ici, comme l’UE elle a su éviter de se laisser entraîner dans une guerre avec la Russie, ce que Zelenski, et bien d’autres avec lui, voudraient en effet. Le danger ne vient donc pas de l’OTAN, ni de l’UE, qui ne sont pas dupes du discours mensonger de Poutine et de sa bande, mais bien de ces derniers.

        Comme l’a relevé un spécialiste français, depuis que le tsar de carnaval, de plus en plus isolé, a mis sa force nucléaire en état d’alerte, comme la relevé un spécialiste français dans une récente émission “Forum”, la menace nucléaire n’a jamais été aussi extraordinairement élevée. Et ce ne sont ni l’OTAN, ni l’UE, qui l’ont activée.

        Je ne sais de quelle génération vous êtes, mais pour avoir vécu toute la guerre dite “froide”, qui n’avait de froid que le nom (pour rappel: la crise des missiles de Cuba en 1962), je prends son avis très au sérieux. Il n’est donc pas question pour les Occidentaux de céder au chantage du Rambo russe et ex-agent du KGB, qui ne connaît pas d’autre langage que la force et l’intimidation. Pour ma part, entré à la retraite voici déjà plus de dix ans, je ne pensais pas devoir la finir, après deux ans de confinement, dans un bunker.

        Nous vivons une époque vraiment formidable….

        1. Poutine sait fort bien que la seule chose qui peut tenir les États-Unis en respect, dés lors que ceux-ci ne manquent jamais une occasion d’intervenir militairement où que ce soit, c’est effectivement de faire mine d’utiliser, eux aussi, la même arme que celle qui fut utilisée à Hiroshima et Nagasaki. En faisant semblant de croire qu’il est susceptible de passer à l’acte et qu’il est assez inconscient et cruel que le président Truman, la presse occidentale qui en est arrivé à anticiper sur les propos de leurs gouvernements respectifs nourrit la croyance que le gouvernement de la Russie n’est disposé à aucune concession et qu’il n’est disposé à cesser son agression qu’au terme d”une victoire militaire. C’est tout simplement prendre les gens pour des imbéciles. Quiconque a connaissance des idées de Poutine sur l’usage de la force armée, pour n”avoir entendu que quelques unes de ses intterviews antérieurs, comprend aussitôt qu’il s’agit dans cette menace d’une intimidation exaspérée, c’est-à-diire le résultat de la surdité que les Occidentaux ont invariablement opposée à ses revendications légitimes et au respect des accord de Minsk.
          Une connaissance un peu rigoureuse de l’histoire permet d’ailleurs de prendrre conscience que la reddition du Japon n’est pas due en premier lieu à l’emploi de cette bombe, qu’Hannah Arendt et d’autres personnalités en dehors de tout soupççon, n’ont pas hésité à qualifier de “crime contre l’humanité”. Mais c’est le 14 août, à la suite de l’invasion soviétique de la Mandchourie commencée le 8 août que la reddition de l’armée japonaise du Guandong le 10 août, a eu lieu et que le gouvernement japonais a finalement accepté sa capitulation, sans que l’on sache vaiment si l’usage criminel de cette bombe était nécessaire pour obtenir ce résultat. Poutine le sait bien et, de surcroît, n’ignore pas la présence, aux alentours de sa frontière, des missiles américains prêts à riposter. Nul ne sait d’ailleurs, pour risquer une hypothèse aussi gratuite que la vôtre, que ce ne sont pas ces derniers qui entreront les premiers en action

          1. Cher Monsieur,

            Ce n’est qu’aujourd’hui que je découvre votre longue réponse à mon commentaire du 15 mars dernier. En effet, sans retour de votre part dans les jours suivants, j’en avais déduit que vous n’aviez pas jugé utile de me répondre, ce que j’aurais tout à fait compris. Vous voudrez donc bien me pardonner de rebondir avec retard sur vos derniers propos.

            Quitte à vous surprendre, non seulement je suis en plein accord avec vous à bien des égards, mais ce sont les positions mêmes que j’essaie de faire valoir, ceci bien avant l’intervention russe du 25 février dernier. En particulier, j’ai toujours dénoncé la présence de l’OTAN aux ports de la Russie plus de trente ans après la disparition du Pacte de Varsovie. En ce qui concerne les accords de Minsk, comme l’a rappelé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov dans une récente interview sur CNN, ce n’est pas la Russie qui les a rompus mais l’Ukraine. De plus, il est évident que le président Poutine est intervenu “manu militari” après avoir perdu patience face aux Occidentaux restés sourds à ses avertissements, en particulier depuis les révolutions orange de 2004 et de Maïdan en 2014 à Kiev, avec le soutien américain, y compris militaire (l’entraînement du régiment Azov va plus loin que la simple présence de “conseillers techniques”, comme au début de la guerre du Vietnam).

            Tout ceci, avec un peu de bon sens chacun peut le comprendre. Mais il n’est pas moins vrai que la donne a changé depuis la fin de la guerre froide. Même si l’OTAN a englobé les anciens pays satellites du Pacte de Varsovie et a installé ses lance-missiles aux frontières mêmes de la Russie – en effet, rien n’exclut qu’ils ne tireront pas les premiers -, ceci dans le cadre du Conseil de partenariat OTAN-Russie, qui n’existait pas à la chute de l’URSS, ses capacités opérationnelles ne sont plus du même niveau qu’il y a trente ans.

            Pour rappel: en 1994, la Russie a adhéré au programme du Partenariat pour la paix et, depuis lors, l’OTAN et la Russie ont signé plusieurs accords de coopération importants. Selon Vladimir Poutine, il a proposé l’idée d’une adhésion de la Russie au président Bill Clinton en 2000 lors d’une visite à Moscou, à laquelle Clinton a répondu qu’il n’y voyait pas d’inconvénient.

            La coopération entre la Russie et l’OTAN s’est développée depuis cette époque dans plusieurs secteurs principaux, notamment: la lutte contre le terrorisme, la coopération militaire, la coopération en Afghanistan (y compris le transport par la Russie de fret non militaire de la Force internationale d’assistance et de sécurité et la lutte contre la production locale de drogue), la coopération industrielle et la non-prolifération des armes.

            Le 1er avril 2014, l’OTAN a décidé à l’unanimité de suspendre la coopération avec la Fédération de Russie à la suite de l’annexion de la Crimée par la Russie dans le cadre du conflit russo-ukrainien. Le 18 février 2017, le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré qu’il soutenait la reprise de la coopération militaire avec l’OTAN. Fin mars 2017, le Conseil s’est réuni avant la conférence des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN à Bruxelles. Les relations se dégradent significativement durant la crise diplomatique russo-ukrainienne débutée en mars 2021, puis l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022.

            Il ne reste pas moins que le pseudo-référendum mené en Crimée avec l’appui de “petits hommes verts” du Kremlin est, ni plus, ni moins, l’annexion du territoire d’un Etat souverain, membre de l’ONU et reconnu au niveau international. Or, la conception poutinienne d’une “Russie unie” englobant Ukraine, Biélorussie et Russie (sans parler du reste, et il est vaste), soit le retour aux frontières de l’empire russe au temps de Nicolas 1er et d’Alexandre III, relève d’une interprétation biaisée de l’histoire, contestée aujourd’hui à la quasi unanimité par les historiens. Je ne vous apprends sans doute rien à ce sujet.

            Sur le plan idéologique, les références de Poutine à des penseurs tels qu’Ivan Ilyne et à l’ultra-réactionnaire eurasianiste Alexandre Dougine, dont la barbe, aussi longue que ses idées sont courtes, confirme qu’elle ne fait pas le philosophe – il est surnommé le “Raspoutine de Poutine” – , ne reflètent pas moins le sevrage idéologique de ce dernier depuis la chute de l’URSS, dont il est, comme ex-agent du KGB, le pur produit.

            Et le soutien qu’apporte au locataire du Kremlin l’autre ex-agent du KGB, le James Bond en chasuble et patriarche de Moscou et de toutes les Russies fantômes Kyrill 1er, grand amateur de Mercedes, d’appartements de luxe – celui qu’il occupe sur les bords de la Moskova est estimé à trois millions d’euros -, de manoirs aux bords de la mer Noire, de trafic d’alcool et de cigarettes – la fortune qu’il a réalisée dans ce dernier racket est évaluée à 4’2 milliards de dollars – n’incite guère les orthodoxes sincères à lui donner le bon Dieu sans confession.

            Enfin, votre hypothèse sur la menace nucléaire, version Poutine, en rapport avec les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki est tout à fait plausible. Toutefois, je n’ai pas le don divinatoire nécessaire pour savoir ce qui se passe dans le tête de Poutine – le sait-il d’ailleurs lui-même – et ne puis donc vous confirmer sa pertinence.

            Une chose est sûre: comme pour Anna Arendt, que vous citez, et tant d’autres, les bombardements des 6 et 9 août 1945 ont fait des Etats-Unis les premiers criminels contre l’humanité. Comme vous le relevez à juste titre, ils n’ont pourtant pas été le facteur décisif qui a conduit à la reddition du Japon. C’est bien l’entrée en guerre de l’Union soviétique contre le Japon, le 8 août 1945, soit entre les deux bombardements, et l’invasion de la Mandchourie par l’armée rouge, qui a décidé les Japonais de se rendre. Ni le président Eisenhower, ni le général Mac Arthur, qui les jugeait inutiles, n’ont approuvé les bombardements sur deux cités historiques dont l’une, Nagasaki, ne présentait aucun intérêt stratégique par les Etats-Unis, qui n’ont jamais connu d’attaque sur leur propre sol continental jusque là.

            Mais d’un pays qui n’a connu de ses 246 ans d’existence que deux ans de paix, a fomenté des coups d’état un peu partout dans le monde au nom de la démocratie et a bâti l’essentiel de sa prospérité sur la guerre – n’est-il pas intéressant de constater que celles-ci ont toujours commencé sous des présidences démocrates au cours du siècle passé? -, comment s’en étonner?

            Aucun tribunal de Nuremberg n’a jamais jugé les Robert Oppenheimer et les participants du programme Manhattan, de sinistre mémoire, qui n’ont pas moins contribué au prestige de l’Université de Californie à Berkeley et posent le dilemme de la complicité des autorités universitaires en cas de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Les universités allemandes n’étaient d’ailleurs pas en reste à cet égard avec leur lâche abdication face à la montée du nazisme – ni plus moins, d’ailleurs, que celle des universités russes, aujourd’hui, dans leur soutien quasi unanime à la politique de Poutine.

            Triste humanité…

            Pardonnez-moi ma longue digression (Madame Sandoz me “condensera” au besoin), mais je pensais que vos intéressantes remarques méritaient réflexion.

            Cordialement,
            B. O.

  61. “Le courage des lâches” !

    …..
    L’Europe et les USA voient que leur lâcheté se retourne sans détour contre ses auteurs !

    C’est pas magnifique, c’est ce que j’avais écrit, il y a déjà 7 ans …. Les Européens vont très vite voir que s’ ils doivent se prendre des missiles sur le coté, qu’ils viendront d’Iran et pas de Russie !

  62. Chère Madame Sandoz, je vous saurai gré de mentionner sur votre blog ce lien qui permettra à vos lecteurs d’avoir une vision plus juste de la situation actuelle en Ukraine: Entretien avec Jacques Baud publié par RR à l’initiative du Docteur Dominique Schwander.
    ttps://resistancerepublicaine.com/2022/03/14/jacques-baud-les-usa-veulent-faire-echouer-north-stream-ii-lukraine-veut-la-crimee/

  63. Il est vrai que le Danemark et la Corée du Sud , largement vaccinés Arm , voient les courbes de déces augmenter . ( voir le Temps de ce jour ) . Le nouveau sous variant d’ Omicron ne touche t’il que les vaccinés … ? Qui osera poser clairement la question cruciale … ? Les cycles des femmes sont perturbés … Les labos ont du souci à se faire … Il ne faut sourtout pas se laisser entrainer dans cette guerre qui voudrait étouffer la vérité …. car ” Seule la vérité nous rendra libre … “

  64. Je parle des missiles tirés sur le consulat américain à Erbil et vous censurez ?

    Attendez, ça va vite, très vite se rapprocher !!

    1. M. Corto, vous oubliez le chantage à la menace nucléaire, pratiquée par le sinistre Poutine, pour faire plier nos frileuses démocraties.

  65. Tu as raison , Corto , la boucle est presque bouclée , il manque plus que les peuples soit au courant de la vérité , et que les médias officiels en parle enfin … Ce qui ne va pas être une mince affaire …

  66. Oui, d’ailleurs, une réponse que j’ai faite à Eliane et une autre faite à Nicolas n’ont pas été publiée.

    J’ignorai qu’il s’agissait d’un concours d’orthographe ou d’une dictée de Bouvard !

    1. Il y des moments où le texte devient incompréhensible et comme vous donnez une fausse adresse informatique, je ne peux pas vous interroger.

      1. Surtout lorsqu’il s’agit de vos amis de l’uni qui aujourd’hui participent de très près aux pires blanchiments de fric sale !

        Est-ce assez compréhensible ?

        Que personne ne s’en fasse, il y a des milliers de blogs très lus et moins sujets à la censure !

        L’image de cette Suisse féérique en prend un sale coup !!

        1. Corto Bonjour, relax please.
          La Suisse n’a jamais été féérique, loin s’en faut. C’est une illusion d’optique savamment entretenue.

          Exemple concret parmi d’autres: La Suisse va loger des ukrainiens alors que des milliers de retraité(e)s modestes ne trouvent pas à se loger chez eux à un prix abordable. Pourtant ces retraité(e)s ont bossé très dur pour la Suisse durant toute leur vie, en payant un max d’impôts. Pourtant les agences immobilières et propriétaires les traient comme des moins-que-rien, ces gens-là. Qui s’en préoccupe ? Personne, absolument personne.

          Pour l’adresse mail, pourquoi ne créez-vous pas un identifiant parallèle juste pour le blog, ce qui éliminera toute acrimonie ddc ? Je le fais, y compris avec .it à la fin puisque j’étais affiliée hors-frontières plusieurs fois, donc pourquoi pas à l’inverse depuis ailleurs ? Les adresses mails ne s’éliminent pas lorsque nous changeons de pays, vous le savez bien. Où que je sois résidente, j’ai toujours ma vieille adresse mail suisse .ch (pas celle pour le blog).

          Une belle journée, eab

  67. Où tomberont les 600 missiles longue portée (4’000 km) récemment produits par les mollahs iraniens ?

    A Erbil, avant hier, il s’agissait de 12 missiles de moyenne portée (200km) avec des charges de l’ordre de 500 kg d’explosifs. Par contre les 600 missiles longue portée (4’000 km) embarquent 2’000 kg de charge, à défaut de charges nucléaires !

    Officiellement, puisqu’il s’agit de parler de lâcheté, ces missiles sont officiellement destinés à Israel, mais nous venons de voir qu’avant hier, des missiles iraniens se sont retournés contre les USA alors que biden vient de proposer aux mollah de débloquer 90 milliards dans un nouvel accord refusé par les mêmes mollahs. Les mollahs ne sont pas aussi suicidaires que décrit, ils s’en prendront au ventre mou de la planète !

  68. Eliane, je ne suis pas une entité publique, ce n’est pas parce que j’utilise une entité publique que je serait dans l’obligation de communiquer à titre privé. Je réserve mes accès privés ainsi que mon identité avec des proches ou amis, pas avec le public !
    Il n’y a aucune obligation de transmettre un email valable et Madame Sandoz a manqué de ses obligations vis-à-vis de la charte qu’elle acceptée en révélant publiquement que je ne répondais pas à ses tentatives de me contacter à titre privé. Bien que professeure de droit, elle n’a pas su distingué le fait d’une parole publique et d’une relation à titre privé. Elle s’arroge le droit de censurer, ce contre quoi, je n’ai aucune forme de droit, aucun contrat ne nous lie, par contre elle s’est engagée de ne rien révéler sur ce qui relève de ma sphère privée, rien de très préoccupant au demeurant, mais de manière générale en Suisse, je relève d’un certain d’éducation élémentaire souvent délaissé au profit d’une forme d’intrisvité et tachetée de familiarités truffées d’inélégances. Derrière le ton sec et formel de certains individu ne peut que se cacher de la vulgarité.

    1. Corto, mille excuses si je vous ai irrité – ce n’était pas du tout mon but.

      Par rapport à l’aspect « intrusif » et aux familiarités excessives (qui semblent devenir une norme), je vous donne entièrement raison. Ce nivellement par le bas a contaminé une bonne partie de la planète. Dans certains milieux en Italie, d’emblée on nous dit « tu » au lieu de « vous ». Je déteste. Encore pire outre-Atlantique. Une exception = le Japon.

      Je suis à nouveau dans les bagages, déplacements à l’Est et donc changements de langue (D + IT). Portez-vous bien. eab

      « Nous entrons mollement dans une apocalypse d’amnésie et de vulgarité ». Frédéric Beigbeder, 1965-…

  69. La Suisse a nouveau condamnée par la CEDH pour violation du droit de réunion, ça devient une habitude de voir la Suisse se faire condamner par la CEDH, sans doute le pays au monde plus condamné du monde par la CEDH, cela malgré sa petite taille !

  70. Mes amis , mettons en sourdine nos querelles égo-centrées , respectons notre antique page blanche comme un rare parchemin sacré , et recentrons nos recherches , reflexions et intuitions , sur le plus important des sujets : l’ avenir du monde libre … N’est il pas serieusement menacé … ? N ‘ at ‘il pas besoin d’ un peu de sagesse … A t’ elle disparue … ? Esprit de la bienveillance , daigne revenir à notre table … Que notre verbe soit créatif de solutions dignes pour tous … La génération future vous serre contre son coeur pas encore formé … mais palpitant de souhaits …
    Bisous …. Serge , Montpellier , France , le 16 mars 2022 . ( nuageux )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *