Une 3ème piqûre? Et si on nous informait préalablement?

Sans doute avez-vous été choqués, comme moi, d’entendre aux nouvelles de 20H, ce 23 août, M. Poggia interrogé au sujet de la possibilité éventuellement envisagée de faire payer une partie de leurs soins hospitaliers aux personnes non vaccinées, déclarer qu’il serait normal de faire appel à la responsabilité personnelle « des personnes qui choisissent de ne pas prendre deux fois 20 minutes pour se faire vacciner » (sic). Comme si le refus du vaccin ou la non-précipitation sur celui-ci était juste l’expression d’un petit manque de temps égoïste.

Quand comprendra-t-on enfin que la vaccination peut poser un problème d’atteinte éventuelle à la santé de la personne vaccinée en particulier quand le vaccin nouveau n’en est qu’en phase III de son élaboration. C’est la raison pour laquelle l’autorisation de mise sur le marché des vaccins anti-covid n’est que provisoire. Sauf erreur, elle prend fin, pour Pfizer notamment et peut-être aussi Moderna – je ne sais plus – en octobre de cette année. Il est donc indispensable que l’on soit maintenant parfaitement et honnêtement informé au sujet des résultats déjà observés dudit vaccin. En particulier sur les inconvénients que l’on a pu constater et recenser, spécialement grâce à l’Etat d’Israël dont la très grande avance sur les autres pays en matière de dossier électronique du patient a permis, en vertu d’un accord rendu partiellement public avec Pfizer, de faire de sa population très largement vaccinée, une population témoin.

Le fait qu’un nombre important de membres du personnel hospitalier, donc de la santé publique, ne se fasse pas vacciner indique peut-être que ces personnes, mieux au fait que d’autres des suites des vaccins, en éprouvent plus de crainte. Des membres du corps médical ont des intérêts assez variés en ce qui concerne les pharmas et expriment parfois, en privé, ce qu’ils ne disent pas en public. Il est temps maintenant de jouer carte sur table. Tant que les personnes ne pourront pas, avant d’être vaccinées, prendre connaissance d’une liste des risques réels liés au vaccin et la signer comme elles le font avant une intervention chirurgicale importante – j’en ai subi trois et peux donc en parler en connaissance de cause – il est malhonnête d’essayer de les convaincre de se faire vacciner par des menaces ou des susucres. Nous sommes des adultes. Qu’on nous parle comme à des adultes !

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

253 réponses à “Une 3ème piqûre? Et si on nous informait préalablement?

    1. @ Mme Michèle Herzog.
      Je pense qu’il faudrait demander directement à M. Poggia à partir de quel âge, il estime que les gens devraient payer une partie des frais d’hospitalisation si ils sont atteints du Covid et non vaccinés. J’avais cru comprendre qu’il n’était pas très enthousiaste pour autoriser cette nouvelle technologie de vaccins chez les jeunes enfants. Mais peut-être que je me trompe.

      1. Il faudrait aussi demander quel est le prix du soin des personnes touchées par des effets indésirables liés à Moderna et Pfizer:
        ttps://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/news/coronavirus-covid-19/covid-19-vaccines-safety-update-5.html
        Le nombre de cas grave ne fait qu’augmenter – 2161 cas remonté au 31 août, et assurément plus dans la réalité, vu que les cas ne sont jamais complètement remontés.
        Et l’âge des personnes concernées ne fait que de baisser à chaque comptage – 59 ans à présent. Qu’en sera-t-il à la fin de l’année? Sera-t-on à 40 ans de moyenne d’âge pour les effets indésirables graves?
        Telle est la question. Or je ne vois aucun empressement politique à se poser des questions sur les conséquences de santé à long terme de la stratégie du tout vaccinal.
        Qui assumera le coût des jeunes personnes atteintes irrémédiablement dans leur santé?
        Qui sera responsable?

        1. Bonjour et merci Samy de soulever de vraies et excellentes questions.
          A nouveau, je peux vous confirmer qu’en Suisse PERSONNE ne veut jamais rien savoir des « EFFETS SECONDAIRES GRAVES » mais surtout INDÉLÉBILES, donc très difficilement CORRIGIBLES sur la vie entière bouleversée qui nous reste. Vous l’aurez compris, c’est un thème que je connais par cœur depuis 1970. Dans ce pays, il y a un monstrueux déni de responsabilité sur ce sujet précis.
          Zéro coupable hormis la victime (mineure = encore pire), zéro prise en charge des coûts y relatifs et des corrections médico-chirurgicales le cas échéant.
          Zéro avertissement des effets secondaires tardifs à très tardifs. Il faut vraiment s’expatrier pour en être complètement et massivement informé(e)s. Très peu de patient(e)s entreprend cette démarche de vérité car cela demande des nerfs à toute épreuve, beaucoup d’endurance voire même parfois de la hargne pour arracher la vérité.

          Par définition les Pharmas et les médecins sont toujours innocents en Helvétie.
          L’État lui-même – cantonal versus fédéral – réagit de manière désintéressée du style « ma foi, nous sommes désolés mais c’est comme cela, supportez et surtout taisez-vous, votre cas fait désordre ».

          Même nos dérangeants « dossiers médicaux foireux » pourraient disparaitre sans laisser de trace.
          Voilà pourquoi j’ai procédé à une organisation méthodique et extrêmement pointue afin que rien ne soit jamais oublié ni enterré, surtout pour ma descendance.

          Aux habituels détracteurs qui critiquent sans rien savoir de l’impact des effets indésirables sur une vie: un seul de mes 10 effets secondaires cumulés s’étend sur une surface d’environ mille cinq cents centimètres carrés. Je vous laisse vous faire une idée et j’attends déjà les sarcasmes de certain(e)s.

          Je ne le répèterai jamais assez. La communauté médicale et l’État attendent juste que nous crevions rapidement des suites des effets secondaires indélébiles, médicamenteux ou autres. Affaire poutsée.

          Bienvenue en Helvétie, avec ses aspects que bien de mes compatriotes ne veulent surtout pas voir.
          Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire, et surtout ne rien savoir des dégâts infligés aux autres humains, c’est tellement plus agréable, tellement plus peinard … n’est-ce pas ?
          Entre-temps portez-vous bien. Je repars sous très peu sous des cieux plus positifs du point de vue “ambiance générale”.

      1. Vraisemblablement avez-vous raison mais 9500 décès par an liés ( chaque année donc !!! ) au tabac et 1000 personnes décédés par année liées au tabac passif( donc des victimes collatéraux de cette liberté de fumer). Que fait-on? Des lois beaucoup trop souples et permissives dans la publicité de ce poison qui rapporte il est vrai des milliards à l’économie. Non, les services ne sont pas débordés liés au tabac mais un décès reste un décès. M.Poggia est à nouveau sur de l’idéologie et il tends à se crisper de plus en plus dans ces propos. Une forme d’autoritarisme avec un ton paternaliste qui est en parfait décalage avec ce qu’une partie de la population souhaite entendre.

        1. Malheureusement, la dépendance des fumeurs ne se règle pas par un vaccin.

          Et l’engorgement des soins intensifs dû aux patients non-vaccinés fait des victimes collatérales.

          1. Culpabilisation et moralisation à part, pouvez-vous nous concrètement dire qui est victime des non-vaccinés?

      2. A Nicolas Besson: Si les traitements précoces étaient fournis immédiatement aux personnes malades du Covid (au lieu de les envoyer chez elles en quarantaine avec du dafalgan!), eh bien la grande majorité des personnes malades n’iraient pas à l’hôpital …

        1. J’ai de la peine à comprendre pourquoi dire à la fois non à un vaccin parce que la substance à injecter pourrait être dangereuse, et à la fois oui à un traitement “efficace” qui comporte des effets secondaires potentiellement plus graves.

          Êtes-vous médecin ?

          1. A Nicolas Besson: Désolée, mais c’est exactement l’inverse ! La thérapie génique en phase de tests est potentiellement plus dangereuse que l’ivermectine utilisée depuis des lustres …

          2. @CEDH,
            Aucun idée. C’est à Michèle Herzog à qui vous auriez dû demander. Mais elle a répondu depuis et apparemment c’est l’ivermectine…

            @Michèle Herzog,
            Je vous mets en lien le récent rapport de Pascal Meylan, professeur de la Faculté de biologie et de médecine à l’université de Lausanne :
            ttps://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2021/revue-medicale-suisse-739/inefficacite-de-l-ivermectine-sur-les-symptomes-de-covid-19-leger

            Je cite sa conclusion particulièrement piquante :

            “En résumé, cette étude ne fournit pas d’arguments pour proposer l’ivermectine dans le Covid de sévérité modérée. Compte tenu des données PK/PD peu prometteuses, dans d’autres formes cliniques, plus sévères, de Covid, il serait peu utile de la compléter avec ces cas. Par rapport à une approche rationnelle du développement des médicaments, l’approche du « repurposing », qui consiste, fondamentalement, à espérer que des médicaments déjà connus dans d’autres indications, soient par chance efficaces sur le Covid, est paradoxalement chère aux sceptiques, voire aux complotistes qui font le moins confiance à la recherche biomédicale et à l’industrie pharmaceutique. En cherchant si des médicaments connus ne seraient pas par chance actifs sur le Covid, elle est une réminiscence de la blague classique du soulon qui cherche ses clés sous un lampadaire et qui, au quidam lui demandant s’il pense qu’il les a perdues à cet endroit, répond que non, mais que c’est le seul endroit où il y voit quelque chose.”

      3. Quelle proportion d’obèses parmi les jeunes aux soins intensifs ? Parmi les autres personnes aux soins intensifs quelle proportion le sont à raison de complications de l’obésité/sédentarité ? Quel est le coût global de l’obésité/sédentarité pour la société ?

      4. De plus, les fumeurs ou buveurs ne contaminent pas, ne bloquent pas l’entièreté de l’économie, ne confinent aucune communauté, ne font pas porter de muselière ni n’ont occasionné un arsenal répressif et punitif comme le font les autorités dites sanitaires spécialement montées pour ce virus élu.
        Pour le tabagisme, les mesures prises ont été raisonnables, et sensées, elles n’ont rien détruit et ne détruisent personne. Les accès de tous les lieux publiques et privés ont été maintenus libres. Il n’y avait pas non plus l’instauration d’un passe ou disons plus précisément d’une autorisation pour fréquenter ces lieux communs qui sont l’oeuvre et la propriété de l’ensemble des citoyens dont les gouvernements en profitent et confisquent. Ils en ont fait des objets de rançonnage.

        C’est très moche, c’est vil. Tout ça pour justifier le tranfert de notre argent vers big pharmas.
        C’est de la kleptomanie chez les kleptocrates corporatisés.

    2. Les fumeurs paient indirectement pour les soins hospitalier par les taxes sur le tabac. ttps://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/strategie-und-politik/politische-auftraege-und-aktionsplaene/politische-auftraege-zur-tabakpraevention/tabakpolitik-schweiz/tabaksteuer.html.
      L’obésité a plusieurs causes et peut difficilement être attribuée à une décision aussi claire que celle de ne pas se faire vacciner.

      1. Il est affaire de choix dans sa santé. Être sédentaire, manger gras, fumer sont la plupart des cas des choix parfaitement conscients. Bien sûr des exceptions ont lieu. La personne décide soit d’y rester ou d’en sortir.Cela nécessite de faire des choix et de s’engager. Respectons toutes les sensibilités de chacun sur les choix qu’il décide de faire pour sa santé car personne n’a raison et personne n’a tort.

      2. De toutes les manières ceux qui paient pas ou peu d’impôts cantonal ne contribuent pas au financement cantonal des hôpitaux et il s’agit là de la majorité des habitants.

  1. Sachez que les médecins suisses ont reçu une lettre de Pfizer et Moderna les avertissant que des myocardites et des péricardites pouvaient avoir lieu après les « vaccins ». Voilà le lien :
    ttps://www.covidhub.ch/moderna-pfizer-avertissent-les-medecins-suisses-des-risques-de-myocardite-pericardite/
    Dans ces conditions, alors pourquoi les autorités sanitaires ne préviennent-elles pas les citoyen-nes, qu’elles incitent à se faire vacciner, de ces risques cardiaques ?
    Pourquoi Swissmedic continue-t-elle d’autoriser ces vaccins et de refuser de fournir une autorisation à l’ivermectine sous forme de comprimés (traitement précoce efficace contre le Covid avec peu d’effets secondaires) ?
    Dans de telles conditions comment faire confiance aux autorités ?

    1. Pour l’ivermectine, je vous invite à lire:

      ttps://www.fda.gov/consumers/consumer-updates/why-you-should-not-use-ivermectin-treat-or-prevent-covid-19

      Dans un article publié ce week-end, les autorités sanitaires américaines ont mis en garde le public contre l’utilisation d’un médicament antiparasitaire animal, l’ivermectine, pour traiter une infection au Covid-19 à domicile.

      L’avertissement de l’agence intervient alors qu’ont récemment été publiés plusieurs rapports de personnes ayant été hospitalisées aux États-Unis après avoir pris de l’ivermectine pour tenter de traiter une infection à coronavirus.

      ttps://thehill.com/homenews/state-watch/568834-mississippi-officials-warn-against-using-ivermectin-for-covid-amid-spike

      “Vous n’êtes pas un cheval. Vous n’êtes pas une vache. Sérieusement, arrêtez tous maintenant”, a déclaré sur Twitter l’US Food and Drug Administration (FDA), partageant un article expliquant pourquoi l’ivermectine ne devrait pas être utilisée pour traiter le coronavirus.

      ttps://mobile.twitter.com/US_FDA/status/1429050070243192839

      1. A Jean Bill: Sachez que de nombreux médecins dans le monde ont utilisé l’ivermectine sous forme de comprimés pour soigner le Covid, en traitement précoce, et ont obtenu d’excellents résultats. L’ivermectine est utilisée depuis des lustres et ses effets secondaires peu importants sont parfaitement connus. Le problème: l’ivermectine est très bon marché …
        En Suisse romande, des médecins l’utilisent avec succès. Je le sais car je me suis renseignée auprès de plusieurs médecins. Comme par hasard, le site Internet lié à l’ivermectine en Suisse romande a été censuré pendant pusieurs semaines et il est très difficile de le trouver car Google ne le référence pas !!! Le voilà: ttps://ivermectine-covid.ch/
        Ce site fournit trois adresses de centres d’urgence traitant leurs patients avec de l’ivermectine.
        La pétition que j’ai créée réclamant l’emploi de l’ivermectine en Suisse a été censurée par change.org après 2 jours !

        1. “et ont obtenu d’excellents résultats.”

          Source ?
          La même dame qui vous avait juré qu’elle avait signé une décharge lors de sa vaccination à Genève ? Ou votre pote qui fait des petites vidéos tous les jours ?

          “L’ivermectine est utilisée depuis des lustres et ses effets secondaires peu importants sont parfaitement connus.”
          Vous voulez la liste des effets secondaires de l’ivermectine ? fièvre soudaine,· réactions cutanées soudaines (telles qu’éruptions cutanées ou démangeaisons) ou d’autres réactions cutanées graves, difficulté à respirer, maladie du foie (hépatite aiguë),· augmentation des enzymes hépatiques, augmentation du taux de bilirubine dans le sang, augmentation du taux d’éosinophiles…, présence de sang dans les urines, sensation de faiblesse inhabituelle,· perte d’appétit, douleur à l’estomac, constipation ou diarrhée,· nausées ou vomissements,· sensation de somnolence ou d’étourdissements,· frissons ou tremblements,· maux de tête,· douleurs musculaires, articulaires et de tout le corps, douleur à l’estomac (douleurs abdominale et épigastrique),· toux ou gorge douloureuse,· baisse de la tension artérielle lors du passage en position debout – vous pouvez avoir des étourdissements ou une sensation de tête vide,· douleur ou gêne au niveau des testicules, · troubles de la fonction cérébrale,· douleurs du cou ou douleurs dorsales,· saignements au niveau du blanc de l’œil (aussi appelé œil rouge),· essoufflement,· perte de contrôle au niveau de la vessie ou des intestins,· difficulté à se tenir debout ou à marcher,· troubles de l’état mental,· sensation de somnolence ou de confusion,· impossibilité de répondre à d’autres personnes ou coma, etc.

          C’est ce que vous appelez “peu importants” ? Et je vous rappelle que les sites auxquels vous faites références recommandent des “doses de cheval”…

          “Le problème: l’ivermectine est très bon marché …”
          L’ivermectine est vendue environ 4 fr. le comprimé, généralement par boîte de 20 comprimés (80 fr.). La boîte coûte donc ~ 6x plus cher qu’une dose de vaccin. C’est cher le prix pour être un cobaye d’un traitement décrit comme dangereux ou inefficace contre la covid par TOUTES les instances de sécurités sanitaires.

          Pourquoi êtes-vous convaincue que les pharmas gagnent plus avec le vaccin qu’avec un traitement ? alors que les traitements sont généralement toujours plus chers qu’un vaccin…

          Coût du protocole Raoult ? 1 264 euros LA visite. Coût d’une dose de vaccin ? < 20 fr.

          "En Suisse romande, des médecins l’utilisent avec succès."
          Débat sans fin.
          D'un côté, vous mettez en avant le taux de mortalité relativement faible de la covid.
          De l'autre, vous mettez en avant des cas individuels (sur la base d'un "on dit que") dont on ne sait rien, pas même s'ils souffraient d'une gastro ou de la covid…

          " Je le sais car je me suis renseignée auprès de plusieurs médecins. "
          Vous ont-ils répondu ? Sur votre blog, vous vous plaignez de ne pas obtenir de réponse des médecins à qui vous écriviez… Faites-vous référence aux médecins antivaax français qui fréquentent les plateaux de tv ? ou des médecins suisses au contact de vrais patients ?

          "Comme par hasard, "
          C'est le cri de ralliement des antivaax ?

          "Ce site fournit trois adresses de centres d’urgence traitant leurs patients avec de l’ivermectine."
          Pas trouvé les trois adresses sur le site…
          fakenews ?

          "La pétition… a été censurée … après 2 jours !
          Ils ont mis beaucoup de temps.
          Pourquoi souhaitez-vous lancer des pétitions pour incites des personnes vulnérables à jouer les cobayes ? d'un traitement que tous les spécialistes vous expliquent gentiment qu'il est dangereux et inefficace ?

          1. Là ce n’est pas digne de vous. On préconise le paracétamol. Est-ce que Madame Herzog copie la notice pro du paracétamol ?

      2. Loin de moi l’idée de prétendre que l’Ivermectine est d’une grande efficacité. Cependant, il existe de l’Ivermectine a usage humain (parasitose tropicale; galle) et ce n’est pas un médicament dangereux si on le consomme raisonnablemenr, entre autre pas à dose de cheval.

        Par contre, il est dangereux de laisser entendre qu’il s’agit d’un médicament efficace contre la covid. Rappelons donc aux personnes vulnérables qu’il se pourrait qu’il existe dans leur cas un traitement précoce et que le mieux est qu’elle fasse une RT-PCR (pour le certificat “guéri”) au sein d’une structure hospitalière qui pourra rapidement les informer des possibilités thérapeutiques précoces.

        Laisser les malades chez eux avec de l’Ivermectine peut-être criminel.

        1. Non.
          La FDA a autorisé l’OsyContin pour les malades du cancer en phase terminale et la chirurgie lourde.

          Puis des visiteurs médicaux ont recommandé par appât du gain aux médecins de “diffuser l’OxyContin hors de son domaine initial d’application.” Cela a tué des centaines de milliers de personnes.

          Et Mme Herzog s’interroge pourquoi les sites qui recommandent l’utilisation de l’ivermectine “hors de son domaine initial d’application” sont déférencés par google ? …

          Il ne faut pas tout confondre. Vous êtes dans le camp de ceux qui veulent jouer les cobayes avec des médicaments qui n’ont pas prouvé leur efficacité, sauf “à des doses de cheval” (pour paraphraser CEDH).

          Vous ne voulez pas deux doses de vaccin, utilisées plus de 5 milliards de fois et scrutées par tous les spécialistes de la planète; mais vous êtes prêts à vous auto-prescrire des doses de cheval d’un traitement dont tous les spécialistes disent que c’est (1) dangereux et (2) inefficaces. Faut savoir.

          1. La vaccination des moins de 40 ans non vulnérables n’offre pas un bilan favorable sous l’angle de la mortalité si l’on recourt à astrazeneca. En Suisse nous ne disposons pas de ce vaccin. Cela montre tout de même qu’il faut réfléchir avant de vacciner une population à bas risque de létalité.

            Moins de 40 ans : 17 morts attribués au covid, personnes vulnérables comprises.
            ttps://www.rts.ch/info/suisse/11137312-le-coronavirus-en-chiffres-et-en-cartes.html
            ttps://www.covid19.admin.ch/fr/epidemiologic/death?time=total

          2. Pour l’ivermectine, il ne s’agit pas de s’administer des doses de cheval. Le problème, c’est que là où les gens n’arrivent pas à trouver de l’ivermectine pour humain, ils se rabattent sur des produits vétérinaires et il peut donc y avoir des surdosages.

            Oui, je suis prêt à jouer les cobayes avec de l’ivermectine (bien dosée) car il n’y a aucun décès lié à son utilisation depuis des dizaines d’années (avec un dosage adéquat, donc) et parce que ceux qui conseillent ce traitement semblent être exempts de conflit d’intérêts (la molécule étant dans le domaine public) et non, je ne suis pas prêt à jouer les cobayes avec ces vaccins car ceux qui les recommandent me semblent baigner dans les conflits d’intérêts et donc je ne leur fais pas confiance. J’espère avoir été clair. Si vous avez d’autres questions, ne vous gênez pas.

    2. @ Mme Herzog

      Ivermectine : Parce que nul importateur ou producteur suisse n’a sollicité une telle autorisation. D’ailleurs vos allégations d’efficacité sont les vôtres et nul ne pourrait obtenir une telle importation sur la base d’un usage anti-covid.

      1. A Cedh: Voir ma réponse ci-dessus faite à Jean Bill. Merci. Comment pouvez-vous savoir que personne n’a fait cette demande en Suisse ? Et à quoi servent Swismedic et les autorités sanitaires ? Le problème est ailleurs: Les médicaments bon marché ne sont pas les bienvenus … Tout est entrepris pour entraver leur emploi. J’espère vivement qu’un jour nous recevrons des explications à ce sujet.

      2. Il existe de nombreuses études contrôlées randomisées qui montrent une belle efficacité de l’ordre 75%. Avec de la bonne volonté, une autorisation serait certainement possible.

          1. Efficace à 75%, ça veut dire que cela guérit 3 personnes sur 4 qui le prennent.
            Des références: ttps://ivmmeta.com

          2. @ Erwan

            Il y nettement plus de trois personnes sur quatre qui ne prennent rien et qui guérissent.

          3. A CEDH: Oui, plus de 3 personnes sur 4 ne prennent rien et guérissent. Mais quand la situation s’aggrave et qu’il faut utiliser l’ivermectine (sous forme de comprimés pour les humains …) eh bien 3 personnes sur 4 guérissent. Et cela permet de ne pas saturer les hôpitaux …

          4. Ben non. Les prescipteurs d’Ivermectine la prescrivent non pas dès l’aggravation mais bien dès le début afin d’éviter l’aggravation. C’est ce qu’on appelle un traitement précoce. Traitement dont l’efficacité n’est pas démontrée. Il faudra vous y faire, le moment venu, il n’y aura pas de traitement.

          5. Cette efficacité de 75% veut dire que ça le médicament fonctionne dans 3 cas sur 4. Comme tout médicament, il n’existe pas de 100%.

            “Il y nettement plus de trois personnes sur quatre qui ne prennent rien et qui guérissent.” Même sans traitement, le taux de guérison est de l’ordre 99.7% je vous le rappelle, soit 997 personnes sur 1000.

        1. Tout à fait Erwan,
          Ivermectine. Une merveille dont le brevet a été donné en cadeau par Mercks pour le bien de l’humanité. En plus c’est un matériel naturel et bio. Une levure que les labos peuvent produire facilement et conditionner sous plusieurs formes pour rendre les multiples usages et la distributions pratiques, y compris le stockage.

          Et voici un témoignage. Ces paroles ne sont pas d’un complotiste, Pr Pautl Craigh Roberts est une personnalité très respectée dans les universités américaines, Une personnalité connue dans les milieux gouvernementaux sous Reagan.

          “Dr. Roberts contends, “They are withholding cures from people so they can continue the vaccine profits. This is grounds for arrest and indictment of every one of them: Fauci, the Head of the FDA, the Head of the CDC and everybody involved. This is legitimate evidence for arresting them, indicting them and putting them on trial. They killed people for vaccine profits by withholding cures. . . . The deaths from Covid, but they would not let them use HCQ, Ivermectin, and now they are blocking a cure from Eli Lilly. This, I think, is the only case we need to make. . . . We have proof they withheld treatment. We know that. It’s not speculative and not a theory. It is an absolute known fact. They withheld treatment, and they are continuing to withhold treatment so they can sell a vaccine.”

          En effet, pour les gens sains d’esprit, leur place est en prison, et non pas en train de conseiller les gouvernements.

          A cause de cette méconduite en Inde, on a induit et empêché les médecins d’utiliser l’Ivermectine, jusque là livrable même sans ordonnance, il en est résulté l’explosion de décès et la saturation des hôpitaux. Les vaccins ont été le facteur principal de ces mesures stupides comme ici. Mais l’Inde, avec les nouvelles données que nous connaissons aujourd’hui, dépose plainte contre leur conseillère à l’OMS pour crime contre l’humanité, d’avoir commis cette fraude faite de mensonges dès le départ, avec des recommandations meurtrières. (on peut lire cette annonce dans Tribune de Genève du 28 août 2021).

          ttps://usawatchdog.com/they-killed-people-for-vaccine-profits-paul-craig-roberts/

          Comme chez nous, nous avons de grands bureaucrates redoutables. Je pense que les élus sont comme des petits enfants devant eux. Fauci. Grand bureaucrate. Un grand seigneur. Le mal en granit. ….

          1. Je pense qu’il est utile de préciser que le Dr Paul Craig Roberts n’a pas une formation médicale. Il n’est pas médecin, il est journaliste.
            Son titre de docteur correspond à un “Ph.D.”
            Son opinion à propos des vaccins n’a donc pas plus de crédibilité en termes médicaux que la mienne.
            Par ailleurs, le lien ci-dessus propose d’acheter ses livres et de lui faire un don. Son avis est-il vraiment désintéressé ?
            À méditer.

    3. Bonjour,
      Ce risque est annoncé, en tout cas sur le site informant sur la vaccination dans le canton de Vaud.
      Mais les cas annoncés sont très rares et il n’y a que présomption de lien de cause à effet avec le vaccin (!).

      “[En Suisse], le taux de déclaration de ces réactions est donc à présent de l’ordre d’une réaction pour 400’000 doses injectées.”
      “[…] la majorité des cas déclarés ont affiché une évolution sans gravité.”
      Cette source est beaucoup plus officielle, factuelle et détaillée :
      ttps://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/news/coronavirus-covid-19/untersuchung-berichten-ueber-myokarditiden-zusammenhang-mrna-impfstoffe.html

      Par ailleurs, le vaccin de Pfizer vient de recevoir une autorisation “définitive” par la FDA.

      Avoir peur de ce qu’on ne connaît pas c’est bien naturel. S’informer soigneusement via des sources sûres, garder la tête froide et l’esprit critique, permet d’agir avec sérénité.

      Au sujet des propos de M. Poggia, du tabagisme et de l’obésité : sachez qu’une partie des coûts induits pour la santé est déjà prélevé via une “prime” à l’achat des cigarettes, et des boissons et aliments très sucrés dans plusieurs pays.
      L’objectif étant autant de dissuader leur consommation que de couvrir une partie des coûts qu’ils engendrent (+ payer des campagnes de prévention).

      1. @Thierry
        Je ne doute pas que les risques relatifs à la vaccination soient mentionnés sur divers sites du canton de Vaud et de la Confédération. Toutefois les centres médicaux qui ont en charge la vaccination ne devraient pas être exemptés de communiquer les risques éventuels à leurs patients et je pense notamment à la jeune génération. Même si ces risques sont très faibles, par précaution, ils doivent être communiqués clairement. Mme Sandoz le dit très justement lorsque vous devez subir une opération, on vous informe consciencieusement de tout se qui pourrait y avoir comme complications. Nous en avons tous fait l’expérience. Il ne peut pas y avoir deux poids deux mesures en terme d’informations surtout dans le domaine médical.

        1. Doivent-ils aussi informer du risque de myocardite découlant de l’infection par le sars-cov-2 ? Vous a-t’on informé du risque hépatique découlant de l’usage de paracétamol ?

          1. Bonjour CEDH et mille mercis pour le paracétamol ….. J’enrage lorsque j’entends des médecins (parfois même des profs) dire en rigolant à la télévision “mais prenez du paracétamol” ….. alors qu’il est si facile de dire “prenez un antalgique-fébrifuge qui vous convienne”…… Ce banal exemple “paracétamol” peut être multiplié à l’infini en regard de l’infinité des profils humains. Au plaisir de vous lire entre deux virées. eab.

          2. @CEDH
            Pour ma part, j’estime que toutes les informations pertinentes sont bienvenues que ce soit en matière de Covid ou de vaccination. En ce qui concerne les adultes, ils font leur choix avec les informations qu’on leur donne. Quant aux enfants, on se doit d’avoir une certaine prudence. Bien entendu ces derniers peuvent aussi tomber malade du Covid mais le facteur risque bénéfice de la vaccination doit être particulièrement bien documenté. Du reste, je n’invente rien, j’ai regardé tout à l’heure, l’émission “C dans l’air” de nos voisins français et les médecins sur le plateau semblent ne rien vouloir précipiter, notamment pour les jeunes enfants.

        2. Hélas non Chantal, j’ai même téléphoné à l’OFSP car il y avait des médecins engagés pour répondre à toutes les interrogations bien légitimes des humains face à ces nouveaux vaccins. Une médecin interniste était tellement dépassée par mes questions précises qu’elle m’a d’emblée renvoyée à mes médecins spécialistes. Le serpent qui se mord la queue, vous connaissez je pense. L’OFSP n’a pas daigné engager des médecins compétents pour ce travail, parce que l’OFSP dénigre non-stop la population générale depuis des années et des années. Quel gâchis ! Portez-vous bien

        3. Hélas Chantal vous êtes dans l’erreur. J’ai procédé à divers tests dans nos langues nationales …. (j’adore les tests multi-lingues). Ils ont oublié moult cas de figure et, par exemple, les MDRD ou GFR ont été rajoutés très-trop tardivement. Et si nous analysons dans le détail, les valeurs MDRD ou GFR sont différentes d’un Canton à un autre Canton. Affreusement suspect et peu professionnel. Portez-vous bien malgré tout le micmac ambiant…. L’essentiel est de garder un moral de titane…. eab

        4. Chère Chantal,

          Je peux vous donner mon expérience personnelle.
          Avant ma première dose, j’ai eu droit à un entretien administratif avec une infirmière qui m’a dit (1) qu’un médecin était à ma disposition si j’avais des questions spécifiques (qu’elle ne pouvait pas répondre), puis (2) elle m’a très gentiment exposé au mieux de ses connaissances le risque, les effets secondaires, les avantages, etc.

          De mon exemple personnel, je peux vous affirmer que le personnel des centres de vaccination sont disponibles, formés et prennent le temps nécessaire pour répondre à toutes vos questions au mieux de leurs connaissances.

          Avant la piqure, l’infirmière prescriptrice (une autre) m’a encore demandé si j’avais des questions, des craintes particulières ou si j’avais des allergies, etc.

          J’ai trouvé qu’ils étaient très pro et qu’ils prenaient le temps pour répondre à toutes mes questions.

          A aucun moment, j’ai ressenti une pression, une volonté de me cacher un risque/des effets secondaires, etc…

          En ce moment, ils ont du temps, vous devriez y aller faire un tour et poser vos questions. Ils prendront certainement le temps nécessaire pour répondre à vos questions, même si vous n’avez pas de rdv. A condition de ne pas venir accompagnée de 50 antivaax vociférateurs ou menaçants :o))

          1. @Jean Bill
            Pour ma part, je suis vaccinée et donc je ne suis pas anti-vaccins. Depuis le début de cette pandémie, je trouve que c’est surtout au niveau de l’information qu’il y a un gros problème. Le monde scientifique s’est beaucoup contredit. Souvenez-vous lorsqu’il était question des masques, certains y étaient favorables d’autres n’en voyaient pas l’utilité et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Bien sûr, vous me direz que ce virus est nouveau et que les scientifiques doivent se documenter également. L’erreur aura été pour certains de s’exprimer sans cesse sur les plateaux de télévision. Je pense que cela a contribué à semer le doute chez les téléspectateurs . On le dit bien : “trop d’informations tue l’information”.
            D’autre part et je persiste et signe, il faut garder la plus grande prudence vis à vis des enfants. J’ai bien compris que cette technologie est étudiée depuis longtemps mais les années de recul qui nous font défaut, nous ne pouvons pas les inventer.

    4. Mme Sandoz , tel Don Quichotte, repart en croisade contre ses ´moulins à vent’ …sans rien comprendre au sujet …
      On aurait pu , bien sur, laisser tous les patients à la maison avec une boîte de dafalgan et accepter que 2-3 pour 1000 de la population meurent de cette maladie, peut-être 10% des retraités, ce qui aurait été profitable à l´AVS !?
      Parmi les traitements prodigués aux premiers patients, y compris celui du Dr Raoul, aucun ne s’est montré vraiment efficace …
      Ce n’est que depuis qu’on a injecté les 2 doses de vaccins que la mortalité ne suit pas les vagues de contaminations , si on lit bien les statistiques …
      Le risque de d’accepter ce vaccin n’est pas pire que de traverser une route …il n’est jamais nul !
      Il est en tout cas moindre que de suivre le traitement de cheval des premiers mois en encombrant les soins intensifs qui ne peuvent plus fonctionner correctement …
      De même que tous les nouvelles méthodes , celle-ci revêt une certaine incertitude qu’il faut suivre avec prudence …
      La troisième dose sera peut-être nécessaire ( le vaccin anti rabique en nécessite 4 ! ) de manière à accroître les anti corps qu’il faudrait sans doute vérifier avant …
      Fondamentalement, il faut choisir entre la médecine ou rien ….

      1. M. Giot, vous écrivez: Ce n’est que depuis qu’on a injecté les 2 doses de vaccins que la mortalité ne suit pas les vagues de contaminations

        Pourriez-vous être plus clair. Pourquoi pensez-vous que c’est uniquement le vaccin qui provoque cet effet?
        Trouvez-vous normal de traiter les personnes jeunes, n’ayant jamais eu d’enfant, comme les autres, spécialement les retraités?

        Merci!

  2. Chère Madame,
    Voilà les chiffres des hospitalisations en Suisse de la semaine du 9 au 15 août 2021:

    – 2 hospitalisations d’une personnes vaccinée de > 80 ans (sur un effectif de 369986 personnes), et 23 d’une personne non-vaccinée de > 80 ans (sur un effectif d’environ 85’212 personnes); = 50 x plus de risque si non-vaccinés.

    – 3 vaccinés 70-79 ans, et 14 non-vaccinés;
    – 1 vacciné 60-69 ans, et 36 non-vaccinés;
    – 2 vaccinés 50-59 ans, et 53 non-vaccinés;
    – 0 vacciné 40-49 ans, et 32 non-vaccinés;
    – 1 vacciné 30-39 ans, et 32 non-vaccinés;
    – 0 vacciné 20-29 ans, et 20 non-vaccinés;
    – 0 vacciné 10-19 ans, et 3 non-vaccinés;
    – 10 non-vaccinés 0-9 ans.

    Cela donne un facteur de risque pour les non-vaccinés:
    (Je ne peux pas diviser par zero)
    28x plus de risque pour les 30-39 ans;
    44 x plus de risque pour les 50-59 ans;
    100x plus de risque pour les 60-69 ans;
    23x plus de risques pour les 70-79 ans;
    50x plus de risques pour les >80 ans.

    Que vous faut-il de plus?

    Et les USA ont accordé une autorisation définitive pour le vaccin pfizer:

    ttps://www.fda.gov/news-events/press-announcements/fda-approves-first-covid-19-vaccine

    “the public can be very confident that this vaccine meets the high standards for safety, effectiveness, and manufacturing quality the FDA requires of an approved product”.

    Vous n’avez aucune raison d’avoir peur; et il n’y a plus rien à attendre. Il est scientifiquement acquis au-delà de tout doute que le bénéfice-risque est en faveur de la vaccination de toutes les classes d’âge.

    1. Ce que je ne comprends pas c’est que vous proclamiez des résultats meilleurs que ceux qui ressortent de la meilleure étude disponible sur l’efficacité des vaccins ARNm face au variant delta, celle dite du Michigan. Seriez-vous proche de Duperrex et de son étude unique au monde validée par la tsr ?

      Me permettez-vous de préférer l’étude du Michigan à la vôtre ?

      Quant à l’approbation de Pfizer par la FDA, elle ne change rien à la question du niveau d’efficacité puiqu’elle ne prend pas en considération le variant delta mais des ancients variants (sic).

      Enfin, quelle est la distribution de l’âge des “jeunes” hospitalisés et leurs facteurs de comorbidités ? Pensez-vous que leur létalité est/sera importante ?

      ttps://www.covid19.admin.ch/fr/epidemiologic/death?time=phase2b

          1. Vous devriez lire les réponses du président de la société vaudoise de médecine.

            ttps://www.blick.ch/fr/news/suisse/propos-antivax-du-dr-saegesser-le-comite-soumettra-cette-situation-a-sa-commission-de-deontologie-id16779777.html

            Je cite:”La liberté thérapeutique (donc de prescription) est effectivement un point très important de la relation médecin-patient à laquelle la SVM est aussi attachée que le Dr Saegesser. Mais l’interdiction temporaire d’en prescrire ne visait qu’à garder des stocks suffisants pour sauver des vies, à l’heure où l’on pensait encore que cette molécule pouvait être efficace et pour traiter les patients qui en reçoivent pour d’autres indications. Dès le 18 juin 2020, les médecins retrouvaient leur entière liberté de prescrire de l’hydrochloroquine. Cette information avait été transmise au corps médical en lui précisant toutefois, qu’en l’absence d’incitation reconnue dans la prévention ou le traitement du Covid-19, les prescripteurs devaient en assumer, comme pour tout autre traitement et/ou prescription, la pleine responsabilité au plan civil et pénal.

            Comme vous le savez, l’inefficacité de la Chloroquine a clairement été établie. J’observe que notre collègue a également demandé que le corps médical privilégie ensuite l’utilisation d’ivermectine (démontrée inefficace), puis le zinc et la vitamine D et qu’enfin, on mette l’accent sur de développement de traitements efficaces plutôt que des vaccins pour la prévention. Je m’interroge encore sur la pertinence tant éthique que scientifique de cette démarche.”

          2. Désolée de vous contrarier, mais les titres FMH du Président que vous citez ne sont pas pertinents par rapport à certaines autres spécialités médicales plus pointues. Pas le meilleur exemple qui soit du point de vue crédibilité. Bonne journée.

          3. @Jean Bill

            Cet article du blick est intéressant car révélateur de la position dogmatique des instances de décision, en l’occurrence du Dr Eggimann, président de la société vaudoise de médecine.

            A la toute fin de l’article, on trouve cela:

            Dr Saegesser (le médecin “dissident”, donc):
            [À propos des études randomisées en double aveugle] On sait malheureusement qu’une bonne partie de ces articles scientifiques sont soumis à la pression notamment des lobbys pharmaceutiques qui financent et on sait qu’il y a une forme de corruption vis-à-vis de cette certitude.

            Dr Eggimann: Ces allégations reposent sur la généralisation de quelques exemples connus. Cette vision est problématique en ce qu’elle remet en cause les gigantesques progrès de la médecine réalisés au cours des dernières décennies et qu’elle conduit le Dr Saegesser à lui tourner formellement le dos en incitant d’autres à le faire.

            Il n’y a donc absolument aucune remise en question, aucun interrogation de la part de ces instances de décision quant à la validité de ces études (publié dans des “grandes” revues), quand bien même on sait que les lobbies tentent et parvienne souvent à en influencer les résultats. Pour le Dr Eggimann, ce n’est pas l’influence des lobbies qui est problématique, c’est le fait d’en avoir la “vision”, donc d’en être conscient. C’est comme si le Lancet Gate n’avait jamais existé ou qu’il soit l’oeuvre d’un individu isolé sans lien d’intérêt (qui croirait cela ?). Ou peut-être que, le problème étant systémique, ces décideurs, même s’ils sont conscients du problème, préfèrent faire comme s’ils ne voyaient rien, par facilité ou pour conserver leurs positions.

    2. Peut être que vous serez mieux conforté avec cet article de Mme Liliane Held-Khawam qui a interviewé le Professeur Greub du CHUV.

      ttps://lilianeheldkhawam.com/2021/08/24/on-a-parle-de-pcr-avec-le-professeur-greub-du-chuv-constat-dun-nouveau-biais-statistique-lhk/

      Toutes les statistiques poursuivent une cible. Parfois et sans doute plus souvent qu’on ne le voudrait, pour desservir, discréditer ou induire un autre objectif.

    3. Voir l’enquête de la NZZ. Les hôpitaux sont remplis de patients qui arrivent des pays balkaniques, déjà malades, qui viennent se soigner chez nous à nos frais, certains sont résidents ok, et par ricochet ils font exploser les statistiques dans le sens de “plus de non-vaccinés dans les hôpitaux”. Je pense qu’en 2023 le peuple va chasser les gardiens actuels du palais fédéral et des personnalités comme M. Berset risque des poursuites, s’il a accepté en toute connaissance de cause de faire courir aux jeunes des risques génocidaires pour satisfaire une politique imposée par des puissances étrangères !

    4. Il est parfaitement normal qu’il y ait des hospitalisations, vu qu’on ne traite pas les malades avec les molécules anciennes mais efficaces. CQFD

  3. Nous informez préalablement ? On va nous dire que la FDA a homologué le vaccin Pfizer. Certes, mais cela est sur la base des études de phase III, 6ème mois et donc sans tenir compte du variant delta. L’étude du Michigan nous le dit : 42 % d’efficacité. Pas plus de 90 % comme contre les anciens variants. Les études à la base de cette homologation sont donc dépassées.

    Cela est important parce qu’il est impossible de stopper l’épidémie avec un tel vaccin. Cette remarque ne concerne nullement l’intérêt de la vaccination chez les personnes vulnérables. Cependant le modèle 2019 du vaccin est en cette fin d’été 2021 est dépassé et l’on s’apprête à palier l’absence d’une qualité attendue par la quantité.

  4. MERCI Madame. Le lobbys des pharmas ont une force insoupçonnée !!! Vous l’avez vu à Berne. Mais aussi dans le monde. De même les Médias ! Avec le pseudo vérité ! Pour moi c’est un ensemble qui court vers l’argent et le progrès ! Quels progrès ?
    Il faut avoir d’autres références ! Pour moi c’est des écrits de Chrétiens, qui ont parfois +2000 ans. Ou des psaumes qui ont plus de 4000 ans. Ou simplement la Genèse pour voir comment le Créateur a créé l’humain comme un père avec Ses enfants.

    1. “le Créateur a créé l’humain comme un père avec Ses enfants”. Il a créé quel humain exactement? La sous-famille des homininés (gorilles, chimpanzés, et humains) s’est séparée de celle des ponginés (orang-outans) il y a environ 16 millions d’années; ces groupes se sont ensuite diversifiés en Afrique et en Eurasie tout au long du Miocène moyen et jusqu’au début du Miocène supérieur; l’apparition des Hominina (ou hominines) en Afrique à la fin du Miocène remonte à environ 7 millions d’années; etc. (Wikipédia).
      La Bible propose un récit SYMBOLIQUE de la création (pas mal fait d’ailleurs); il ne faut pas la prendre au pied de la lettre comme les Talibans et autres le font des récits du Coran par exemple!

  5. “Qu’on nous parle comme à des adultes !”

    Alors pourquoi ne poseriez-vous pas vos questions en adulte?

    Qu’est-ce qui vous faut concrètement comme informations pour évacuer vos doutes ? Vous n’avez pas envie de survivre à cet hiver?

    ttps://vm.tiktok.com/ZMRJVs34e/

      1. Bonjour CEDH, cela m’intéresserait énormément pour deux de mes organes (cellulairement différents des normes) …… Comme vous, je me réjouis de voir cette publication (à haut facteur d’impact, sinon je vais avoir des doutes automatiques). Vous posez toujours de pertinentes questions et avez un d’esprit d’analyse remarquable. Merci + excellente journée.

        1. Je n’ai pas connaissance d’une telle étude. Le fait qu’elle ait été demandé par Swissmedic ne veut pas dire que le producteur y ait donné suite.

  6. Personne n’est mort des vaccins injectés en Suisse.
    Près de 11 000 personnes sont mortes du Covid, combien souffriront à long terme de conséquences graves de ces covid longs ?
    L’expérience antillaise montre le succès du scepticisme antivaccinal: hôpitaux dépassés, tri des patients, morts entassés dans les sacs poubelles, et on voudrait nous faire croire que le vaccin est pire ? De qui se moque-t-on ?

    Madame Sandoz, si prompte a nous étaler l’expérience de son grand âge (qui lui fait oublier qu’en Suisse, les nouvelles ont toujours été à 19h30) n’est quand même pas encore assez antique pour se rappeler la grippe espagnole de 1917.

    Laisser le courir le Covid sous prétexte d’une prudence qui ne cache qu’une phobie antipharma, c’est prendre le risque de laisser apparaître un variant qui remplira les morgues de jeunes enfants et adolescents. Quelle belle prudence !

    1. “Personne n’est mort des vaccins injectés en Suisse”. D’où tenez-vous cela ? Eventuellement aucun décès de personne hospitalisée en raison du vaccin n’a encore été mentionné par les autorités médicales. Mais comment expliquer les nombreux arrêts cardiaques de sportifs entre 60 et 70 ans récemment publiés dans les avis mortuaires de la presse romande (et qui échapperont au recensement) ?

    2. Les jeunes ne remplissent pas les morgues.

      Plus de 10’000 morts dont 17 moins de 40 ans, y compris les personnes manifestement vulnérables.

      ttps://www.covid19.admin.ch/fr/epidemiologic/death?time=total&rel=abs

      Cessez donc de vous en prendre aux enfants et de manipuler la population.

    3. attendez un peu les données qui vont arriver dans les prochaines semaines…les vaccinés vont malheureusement avoir quelques cauchemars …les chiffres s accumulent dans les coulisses des hôpitaux et chez les professionnels médicaux qui n osent pas encore parler….ils affleurent maintenant et il va devenir evident qu il y a une sacrée tromperie et une belle precipitation dans cette affaire…melee a un manque de courage pour cacher les incompetences et les collusions.
      Je ne suis pas du tout anti vaccin, et les miens sont a jour….;) mais ‘l injection génique’ pour le Covid n est pas sur ma liste étant donne qu il ne sait pas d un veritable vaccin et qu on ne voit pas pourquoi traiter avec des technologies sans recul des episode pandémiques nouveaux..
      je comprends qu on souhaite se rassurer et je crois aussi a la science…mais la on est face a plus de bêtise, incompetence, precipitation, argent et pression….je n irai pas jusqu au complot mais pour une fois dans ma vie je comprends ceux qui se laissent tenter. Esperons qu il restera assez de soignants non vaccines pour prendre soin de tout ce qui va venir…je suis inquiète.

  7. Donc la FDA a donné l’autorisation définitive pour le vaccin Pfizer sur des bases qu’on qualifierait de loufoques si la situation n’était pas si tragique, alors que la phase III n’est pas terminée, que cette phase III est invalidée par la vaccination des sujets contrôles, que la vaccination de masse s’est effectuée sans une pharmacovigilance active, et que les données disponibles sont tout à fait insuffisantes…

    Voici un article et un fil sur twitter qui reprennent en détails les différents aspects problématiques de ce dernier épisode du scandale sanitaire.
    ttps://lnkd.in/dj-UcSZ3
    ttps://lnkd.in/dPPAiHkK
    Marc Wathelet Consultant, coronavirus specialist
    Villers-la-Ville, Région wallonne, Belgique: …

  8. Bonjour Professeure et merci beaucoup.
    Vous avez parfaitement raison de remuer le couteau dans la plaie, une plaie devenue purulente à Genève (aussi mon Canton comme Vaud), afin de vigoureusement secouer les cervelles. A croire que les humains ne souhaitent plus réfléchir mais uniquement se laisser bercer d’illusions (pharmaco-médicales).

    A Mme Michèle Herzog: tout à fait, nous le savions déjà depuis le tout début de la mise sur le marché de ces vaccins. J’ai été mise au courant par écrit face aux nombreux autres potentiels effets secondaires chez des patient(e)s à profils particuliers. Même s’il me manque encore 1/4 des réponses (le silence est toujours coupable, donc 25 % ne sont plus représentatifs à ce jour).
    Les Pharmas, les médecins non spécialisés, les politiques ont une sale mentalité et ne veulent pas admettre que la voie unidirectionnelle n’est pas la seule acceptable dans un monde complexe.
    Il suffit de lire quelques articles récents de médecins non spécialisés qui se croient spécialistes mais sans être porteurs de titres FMH bien précis pour bien vite remarquer que la médecine aléatoire semble avoir pris le dessus face à la vraie médecine spécialisée (ou hyper-spécialisée).

    Genève va devenir la risée de notre pays. Ce Canton ne l’aura pas volée et qui sait, peut-être devrait-il être détaché de mon pays définitivement ? De ci, de là, j’ai lu les commentaires haineux démontrant bien que la colère couvait déjà depuis longtemps sous la surface bien policée.
    Clairement, le légendaire esprit consensuel de la Suisse se dissout dans une préparation “vaccinale” destinée à provoquer des insurrections.

    Et par chance, la contagion comportementale genevoise n’a aucune chance d’atteindre des hôpitaux étrangers nettement plus grands, plus réputés, avec en leur sein a) un accueil chaleureux resté intact (malgré la pandémie) et bien sûr b) une efficacité médicale redoutable.
    Je sais, je sais, Genève a toujours prétendu être la meilleure au monde pour tout et rien donc Genève n’a aucune chance d’attraper le virus de la modestie, ni d’ailleurs celui de la sagesse. Une tare irréversible.

    Depuis belle lurette, les autorités cantonales versus fédérales se moquent des citoyen(ne)s. C’était déjà évident auparavant mais nous avions des œillères. Le réveil est d’autant plus brutal. Les tromperies réitérées ont anéanti tout espoir de confiance. Et pour de longues décennies.

    A noter que je vais poursuivre les tests des exemptions vaccinales médicales multi-lingues, auprès des Pharmacies bien sûr et step-by-step auprès d’autres prestataires. Je verrai et notifierai si le gouvernement helvétique a correctement prévu la gestion de ces exemptions médicales, pas seulement en aval mais aussi en amont.
    On nous teste sous toutes les coutures, testons sous toutes les coutures.

    L’immunisation naturelle contre la bêtise et la méchanceté humaines c’est à la portée de toutes et tous, pour autant que nous le souhaitions vraiment.

    Au plaisir de vous lire encore. Entre-temps portez-vous bien !

    1. Bonjour Eliane,
      Je vous cite :
      “j’ai lu les commentaires haineux démontrant bien que la colère couvait déjà depuis longtemps sous la surface bien policée”
      C’est amusant, c’est précisément ce que je ressens en lisant vos nombreux commentaires.
      Avez-vous déjà lu la Zizanie d’Astérix ?
      Mme Sandoz, vous et quelques autres personnes me rappelez le protagoniste, Tullius.

      Je comprends votre colère si votre santé a été affectée par une erreur médicale. Se démener pour que cela arrive le moins souvent possible est une bonne chose.
      Selon vos précédents postes, vous semblez craindre un risque plus grand d’un effet secondaire dans votre cas. Soit.
      Mais s’il vous plaît, ne faites pas de votre situation (et de celle d’un certains nombre d’autres personnes) une généralité.
      Merci de ne pas décourager les personnes qui ont la “chance” d’avoir simplement peur.
      Portez-vous bien.

      1. Merci Thierry. J’apprécie tous les commentaires (sauf ceux des talibans de la médecine) et le vôtre me touche profondément. Oui je suis très dure. Oui je défends mes droits ainsi que ceux d’autres patient(e)s qui n’osent rien dire en face de leur médecin mais qui pleurent à chaudes larmes après coup parce qu’ils(elles) ont été carrément insulté(e)s et rabaissé(e)s par ledit médecin.
        A chacun(e) sa personnalité. Je ne fais aucune généralité, je note, j’enregistre déjà depuis trop longtemps que TOUT devrait changer dans la relation patient(e)s-médecins. Pas pour moi-même, bien trop tard. Mais j’adorerai voir des changements pour mes petits-enfants.
        Hélas, nous en sommes encore trop éloignés. La pandémie n’arrange évidemment pas les choses.
        Je ne suis pas une fan d’Astérix et Obélix. J’ai toujours préféré Ulysse31, étant moi-même une rôdeuse invétérée (je repars demain en vadrouille et suis à nouveau dans les bagages).
        Ceci écrit, portez-vous bien et n’hésitez jamais à me critiquer-rembarrer.
        C’est toujours positif pour avancer.

    2. Bonjour Eliane,
      Merci beaucoup pour votre réponse/message, je suis rassuré qu’il existe encore des personnes capables de discernement, lire tous ces commentaire pro-vax et surtout pro-injection-ARN me laisse sans voix.

      Des personnes qui ont et prennent pour argent comptant ce que l’école leur a appris “les vaccins ont sauvé le monde” ou ce que des entités ou politiques qui sont en conflits d’intérêts perpétuels préconisent, si seulement ils/elles faisaient un peu de recherches, ils/elles réaliseraient que la vaccination n’est pas le bienfaiteur mais celui qui détruit l’immunité naturelle, oui je suis anti-vax mais contrairement aux autres, je sais pourquoi et je ne prétends pas savoir parce qu’on me l’a inculqué ou déconseillé, je sais pourquoi car j’ai pris le temps faire des recherches en acceptant de remettre en question mes soi-disant connaissances et surtout en n’écoutant pas ceux qui reçoivent des contributions (déclarées) comme Swissmedic de 75 millions de francs par année par les pharmas.
      Je ne cite ici que Swissmedic mais les pharmas donnent des contributions aux universités, aux écoles, aux états, aux élections, après évidemment, ceux qui veulent continuer à être conseillés par la corruption, ils sont libres de choix et je respecterai leur choix tant qu’ils respecteront le mien.

      Beaucoup m’ont dit, même les médecins conseillent l’injection Covid, oui c’est vrai mais les médecins sont comme vous, ils prennent pour argent comptant ce qu’on leur raconte car ceux qui ont décidé de se renseigner ou qui ont les connaissances scientifiques (sans conflits d’intérêts) eux mettent en garde contre cette injection Covid.

      Pour parler de l’Ivermectin, que dire, pro-vax je ne vous empêchent pas de vous faire injecter bien que j’essaye de vous en dissuader, alors laissez ceux qui ne veulent pas se faire injecter cette immonde corruption dans le corps choisir leurs traitements, je m’en fous de devoir payer 100frs la boite d’Ivermectin de ma poche et je ne vais pas m’attarder sur les pays qui l’ont adopté et qui voient les cas Covid graves chuter, ces informations sont partout, enfin, partout sauf dans les médias payés par nos impôts et les réseaux sociaux qui eux (Facebook, YouTube) ont des actions dans les entreprises Pharmas.

      Sur ce, Eliane, encore un grand merci, vous lire m’a vraiment fait du bien.

      Je vous embrasse,
      Un Bernois non injecté et non masqué

      1. Bonjour ! Votre message m’a touchée en plein cœur. Merci infiniment ….. Je vous réponds brièvement car je suis en vadrouille. Ce matin je suis partie à l’aube pour faire le Nufenen. C’était magique, avec un tapis de fleurs de montagne tout au long du chemin. Quelle beauté, quelle paix en regard de toute la haine et de tout le mépris actuels des humains envers les humains ….. Je vais continuer après-demain avec la Furka, puis le Col du Four et ensuite droit devant Sud-Est, je vais plonger en Alto Adige … pour d’autres aventures, évidemment toujours avec mes tests archi-négatifs, les docs médicaux indispensables et ma microscopique pharmacie “privée” de secours.

        Après des décennies de “dénigrations médicales systématiques et très hard”, j’ai eu l’immense chance de trouver un pharmaco-généticien et une pharmaco-toxicologue en Suisse allemande (en sus de la néphrologie italienne) . Le pharmaco-généticien a été très sincèrement surpris de trouver une humaine présentant une constellation aussi peu fréquente d'”interdictions formelles” et de “dangers extrêmes”. Ma liste de base comporte une vingtaine de pages A4 d’avertissements aux médecins “lambda”, vous voyez bien, ceux qui savent tout mieux mais qui ne savent strictement rien dans ce domaine.
        J’avais donc raison sur toute la ligne et depuis toujours. Mes possibilités “pharmacologiques” sont vraiment très restreintes, je bénéficie d’un stock de base de 4 produits sur 3 ans et ainsi je reste indépendante et j’évite toutes les discussions stériles.

        Ce genre de recherches est à payer soi-même. Il n’y a qu’un seul laboratoire habilité en Suisse, chez vous à Berne (ZH envoie à BE par exemple). C’est dommage car cela éviterait tellement de problèmes à tellement de patient(e)s.
        Donc les médecins avaient tout faux depuis toujours, si faux que parfois c’est rageant d’y repenser. Quant à reconnaître ces erreurs chroniques de jugement, c’est une autre affaire car la vanité médicale est incommensurable ….
        L’important est de poursuivre sa route (relativement positivement) même s’il est très difficile d’oublier et de pardonner.

        J’ai vécu dans le Canton de Berne (Belp) et je me sens très bien dans votre Canton. La campagne est sublime, les humains sont discrets, aimables, courtois. J’ai été opérée 2x à Berne . Plein succès car mes particularités ont été respectées. Tout payé de ma poche – je précise bien car il y a toujours des esprits qui critiquent.

        Sur ce blog qui est mon favori, nous sommes au moins une petite dizaine à garder intactes nos convictions tout en respectant les convictions d’autrui ….. voilà la richesse du monde et non pas l’uniformisation abusive (avec ou sans pandémie), ni la dictature médicale (!).
        Au plaisir de vous lire ! Et surtout portez-vous bien.

  9. Merci, Madame Sandoz, de tant de franchise! Pour beaucoup de raisons, je ne suis pas vaccinée -et pas prête de l’être! Je ne souhaite nullement entrer dans une guerre des pro et des anti, mais j’apprécierai que l’information ne soit pas -pour l’essentiel- uniquement en faveur du vaccin!

    1. Bonjour Crisinel, vous avez raison, vous appelez à la modération. Ce serait en effet très bénéfique.
      Hélas, le politique genevois que vous citez a jeté de l’huile sur le feu (catégorie F+) au lieu de pondérer ses propos.
      Comme bon nombre d’entre-nous, notre modératrice en cheffe cherche la vérité, celle que certains acteurs tentent de nous cacher. Et nous devons la remercier de ses textes pertinents.
      A l’usure, nous obtiendrons les vérités. Entre-temps, je continue à rôder sans modération, toujours accompagnée de mon sac à dos rempli à ras bord de tests négatifs et de mes incontournables exemptions vaccinales.
      Le paysage est toujours si beau débarrassé de certains humains “conditionnés, fanatisés dans un seul sens et très prompts au meurtre de leurs semblables”.
      Portez-vous bien.

  10. Juste une question: on comprend bien ce que vous ne voulez pas, mais que préconisez.vous alors pour que l’on ne traine pas cette pandémie encore des années, avec le risque en plus de voir alors le virus muter en des formes beaucoup plus dangereuses et cela pour toutes les classes d’âge (plus le virus circulera et plus longtemps, plus ce risque augmentera)?

    1. Non justement, selon la généticienne Alexandra Henrion-Caude, entre autres, il semblerait que ce soit la “vaccination” (thérapie génique) à large échelle qui engendrerait des mutants (de nouvelles souches), comme cela se passe dans les pays qui ont injecté massivement (israël, Islande).

      1. A vous lire on se croirait dans les Tortues Ninja. …

        J’aime aussi beaucoup le commentaire de la dame qui se plaint que l’information n’est favorable qu’au vaccin, mais c’est parce que l’information relate les faits.

        Malheureusement il semble aujourd’hui qu’une partie de la population prend ses désirs et ses fantasmes pour des faits. On a sans doute oublié que pour lire de la fiction c’est un roman, pas un journal qu’il faut ouvrir.

      2. C’est une simple question de logique, plus longtemps et plus largement le virus circulera, plus il aura le temps et l’opportunité de muter, et personne ne peut prédire dans quel sens. Imaginez juste que l’on ait pu stopper la propagation du virus après quelques semaines, on n’aurait jamais eu de variants. Encore une fois, c’est de la simple logique. Tout le reste sont des hypothèses que rien ne permet pour le moment de valider (peut-être que oui, peut-être que non); le problème est que l’on n’a précisément pas pu bloquer assez vite la propagation du virus, et que certains font tout encore aujourd’hui pour retarder plus cette issue.

        1. La simple logique, c’est que comme tous les virus de ce type, ce virus continuera de muter. Et donc, que la vaccination comme solution pour faire disparaître ce virus est une illusion.

          1. @Samy: Donc? Que proposez-vous? Le vaccin n’est certainement pas à lui seul LA solution, mais il fait incontestablement partie de la solution (avec le maintien des gestes barrières en particulier tant que le virus circulera de manière importante). De nouveau, en inversant ma formulation cette fois (!), moins le virus circulera et moins longtemps il le fera, moins il y aura de risques (car moins de personnes infectées) de le voir muter dangereusement. Si vous ne comprenez … pas cette simple logique, alors c’est sans espoir et j’en resterai là de ce dialogue de sourds pour ma part.

          2. Le virus ne peux muter que s’il a des hôtes à infecter et dans lesquels il peux se reproduire à foison.
            Cela dit, les vaccins actuels (en Occident) ne permettant pas d’empêcher radicalement la contamination, mais le développement des atteintes sévères, effectivement dans leur configuration actuelle, ces vaccins ne permettront pas, à eux seuls, d’éradiquer le virus. Il en faudra d’autres…

          3. @ CEILTEACH
            Et vos solutions, elles fonctionnent? La logique, c’est d’apprendre de l’expérience et non de répéter ce qui ne fonctionne pas en espérant avoir un résultat différent.
            Comme le montre le cas israélien, qui est pourtant bien plus isolé et sévère que bcp de pays dans le monde, votre logique ne fonctionne pas dans la réalité.
            Donc, à un moment donné, il faut changer de logique en apprenant de l’expérience: ce virus mute et mutera, nous devons vivre avec et développer des soins adaptés pour les personnes à risque. Et le temps passant, l’immunité humaine en fera une maladie de moins en moins grave.
            Donc, il n’y a pas de solution miracle. Le temps fera son affaire. Et les médecins feront leur travail – chaque patient étant différent et le soin devant être adapté au patient. Comme on l’a vu l’obésité étant un facteur aggravant très important, il faudrait enfin que les politiques de santé publiques s’en préoccupent – notamment de l’obésité des enfants et des jeunes – en taxant sévèrement les boissons sucrées et autres mauvaises alimentation (et en interdisant la publicité). Mais c’est là un travail sur le long terme.

  11. Pourquoi se cacher derrière un prétendu manque d’information?
    L’information de Swissmedic est publique pour qui veut la voir:
    ttps://www.swissmedicinfo.ch/ShowText.aspx?textType=FI&lang=FR&authNr=68225#section13
    ttps://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/news/coronavirus-covid-19/covid-19-vaccines-safety-update-4.html.
    La RTS a publié des informations: ttps://www.rts.ch/info/sciences-tech/medecine/12266591-ce-quil-faut-savoir-sur-les-effets-secondaires-lies-aux-vaccins-anticovid.html.
    Les effets du vaccin sont suivi attentivement (comme le montre la lettre mentionnée par Michèle Herzog, ainsi que ceux du virus, en particulier la suroccupation des hôpitaux.
    Tous les médicaments ont leur lot de risques d’effet secondaires publiés et on ne fait pas signer à chaque client des pharmacie un formulaire de consentement comme pour une opération.
    Pour le vaccin anti-Covid, ce formulaire existe d’ailleurs: pour les femmes enceintes.
    Entre les risques d’un vaccin contrôlé et ceux d’un contamination incontrôlée, le choix me paraît clair et vite fait.
    Que ceux qui ont des preuves de l’efficacité de l’Ivermectine contre le covid le montrent.
    Pour le moment, on en est à dire qu’il n’y en a pas.ttps://www.20minutes.fr/sante/3097239-20210804-coronavirus-non-institut-pasteur-prouve-efficacite-ivermectine-chez-homme, ttps://www.cochrane.org/fr/CD015017/HAEMATOL_livermectine-dans-la-prevention-et-le-traitement-de-la-covid-19.
    Pourquoi Swissmedic, qui n’a pas autorisé le vaccin AstraZeneca pour manque de données, autoriserait-elle l’Ivermectine sans preuve d’efficacité?

    1. A Etienne Moret: Oui, Swissmedic a autorisé les thérapies géniques de Pfizer et Moderna alors que ces “vaccins” sont en cours de tests et que les effets secondaires à moyen et long termes sont inconnus. Si ces effets secondaires (risques) sont plus dangereux que les bénéfices (ce qui est déjà le cas pour les enfants et pour les jeunes adultes), Swissmedic va-t-elle retirer l’autorisation pour ces “vaccins” ? J’en doute ! Car dans ce cas, ce serait déjà fait … pour les enfants et les jeunes adultes !
      Concernant l’ivermectine: Pourquoi pensez-vous que trois centres d’urgence l’utilisent avec succès depuis des mois en Suisse romande ? Voilà le lien: ttps://ivermectine-covid.ch/ (site parfois censuré).

  12. Et pendant ce temps, les USA autorisent pleinement le vaccin Pfizer. Vous avez une guerre de retard.

    Allez vous faire vacciner avant la mauvaise saison! La covid sera piquante ces prochains mois. On me glisse à l’oreillette que la situation dans les hôpitaux de Suisse orientale est déjà bien tendue. La variante qui circule est plus contagieuse et sévère que les précédentes. La salvatrice solidarité inter-générationnelle, qui a permis une certaine acceptation des confinements et mesures a coûté cher au moral et au porte-monnaie, a été rendu obsolète par l’efficacité des vaccins.

    En cas de négligence grave, une assurance peut refuser de payer ou se retourner… Donc voilà, soit on se vaccine, soit on n’attrape pas la covid en restant chez soit, masque FFP2 en permanence sur le nez et pas mal de chance pour les brefs moments au contact de la population.

    Comme je vous l’ai déjà dit, on vit un problème pour lequel il n’y a pas de meilleure solution. Vous le savez. Les plus illuminés parlent de leurs médicaments miracles, mais vous savez qu’ils n’existent pas et que vous vous exposeriez en les présentant comme solution. Vous n’avez donc jamais répondu à la question que je vous ai posé 2 fois déjà et n’y répondrez pas cette fois non plus (j’espère avoir tort): quelle est la solution que vous proposez?

    Concernant le taux de vaccination du personnel hospitalier, un article du Temps du 7 juillet, soit il y a un mois et demi… parle de 80% de vaccination à Unisanté et 84% du personnel en contact direct avec les patients. Je ne pense pas que cette population soit assaillie par le doute. Débiaisé des enfants non vaccinables pour le moment, leur taux est supérieur à la population générale. Un exemple à suivre donc.

      1. De quelle vérité voulez vous parler?
        De celle qui ressort de l’omniscience de Dieu?
        Celle ci est effectivement impossible à obtenir.
        Mais ce que nous savons déjà devrait nous permettre de choisir.
        Sauf a considérer tout les autres comme menteurs.

        1. Et comment se passent les choses en Israël et au Royaume-Uni? On parle très peu de l’Angleterre.
          ttps://www.theguardian.com/world/2021/aug/24/covid-claims-100-lives-a-day-on-average-across-the-uk-statistics-show
          Par ailleurs, comment modifier des statistiques avec un biais?
          C’est assez simple, il suffit de décréter que toute personne qui entrera dans un hôpital soit vaccinée ou aie un test Covid.
          Du coup, les vaccinés ne sont plus systématiquement testés. Or, les faits montrent que les vaccinés peuvent être transmetteurs comme les non-vaccinés. Mais cela on ne le retrouvera plus dans les statistiques.
          Il y a donc des mensonges, mais il y a surtout des politiques qui aboutissent à une distorsion de la réalité.

          1. “il suffit de décréter que toute personne qui entre dans un hôpital”… Cher Samy, vouliez-vous réellement parler des hôpitaux ?
            La mesure que vous évoquez n’est en vigueur nulle part il me semble (elle s applique aux visiteurs, mais en aucun cas aux patients).
            Pour le surplus, je pense que vous avez raison, le biais de test est très probable (comme il l’a été avec les enfants l’an dernier). Restera les taux d’admission en soins pour cause de covid, mais le “monitoring” des contaminations en général va s’affaiblir avec la baisse des tests, où leur usage pour des segments de plus en plus limités de la population.

          2. @Fdidoux
            A ce que j’ai lu, depuis le 9 août, sans vaccin, il est obligatoire en France de faire un test pour accéder à l’hôpital sauf pour les urgences. Pour les visiteurs aussi. Pour le personnel aussi chaque semaine.
            D’autres pays ont la même règle que la France. L’Italie est très sévère (même l’accès à l’université demandera le test ou le vaccin dès le 1er septembre). L’Espagne n’est pas très souple de mémoire (à vérifier sur un site dédié).
            Donc tous les non-vaccinés seront bcp plus testés que les vaccinés, c’est un fait. Et cela donnera des statistiques en conséquence.
            En Suisse, la situation reste plus souple, mais pour combien de temps?

          3. Samy, pour l’Italie, ce n’est pas tout à fait vrai. Je vais régulièrement en consultation néphrologique en Italie (suivi pointu). Aucune demande particulière ni pour le laboratoire, ni l’entretien qui suit (hormis le doc. négatif) …… Il faut aller sur le terrain pour vraiment savoir ce qui se passe. A quand date votre dernier séjour dans la Péninsule ? Pour ma part, très récent. Et je repasse les frontières sous très peu – je n’ai jamais eu aucune difficulté aux douanes. Au plaisir de vous lire prochainement. eab

      2. Ce n’est pas une solution! D’ailleurs, la vérité scientifique est là. Vous ne voulez juste pas la voir. D’autres réponses vous donnent les chiffres dans leur froide brutalité quand aux impacts de la covid, alors que les risques long terme du vaccin semblent tendre 0.

        La connaissance “totale”, de ce virus et du vaccin n’existera pas avant des années. Les connaissances actuelles progressent de semaine en semaine. Cet écart entre la connaissance totale et la connaissance actuelle, qui diminue, est traité comme un risque. Chaque semaine qui passe permet de diminuer le facteur d’impact et le facteur de probabilité du risque lié au vaccin, vu le nombre de doses administrées depuis 10 mois, alors que le risque lié à la covid fluctue avec une tendance haussière dû au taux de personnes contaminées et aux variantes.

        Si par “vérité” vous englobez des concepts autres que scientifiques, je peux le concevoir, alors attaquez ces manquements de manière frontale mais tordre la science pour régler des comptes politiques ou économiques est vain.

    1. Effectivement, il n’existe pas à ce jour de médicament miracle et il est criminel de laisser courir l’idée que tel est le cas. Mais d’où vous viennent vos certitude sur la gravité de la maladie ?

      1. Je m’en référais a doi.org/10.1016/S1473-3099(21)00475-8 qui semble pointer vers un doublement des hospitalisations par rapport au variant alpha.

  13. Nos libertés sont effectivement bafouées par les autorités de ce pays! Celà n’empêche pas les personnes conscientes de ne pas transmettre de maladie à leurs proches de prendre des mesures adaptées à leur santé sans y être forcées. Depuis que nos autorités ont reçu l’alerte en octobre 2019 de la part de Taiwan que nous serions touché par une pandémie et qu’ils n’ont rien prit en compte, est ce que nous devrions faire confiance aux autorités ?
    Ils n’agissent qu’en fonction des intérêts des pharmas, des banques, des irresponsables de l’UDC qui crient plus fort que les autres, etc… donc il serait mieux de ne JAMAIS faire confiance aux autorités mais de leur accorder quelques crédits de temps en temps sur des sujets qui servent le peuple ! et qu’ils maitrisent ! Ces sujets sont de plus en plus rares ….
    Il ne faut pas oublier que Swissmedic est phagocyté par les grosses pharmas et assurances … donc il ne sera pas simple de les contrer. Ce ne sont pas quelques braves conseillers nationaux qui vont pouvoir inverser la tendance.

    1. Bonjour vous avez tout à fait raison. Il est impossible d’avoir confiance et depuis très longtemps. Je note aussi avec effarement que des médecins SANS titres professoraux, SANS publications sérieuses dans les domaines qui nous occupent actuellement, voire même des dermatologues (!) écrivent sur des sujets aux antipodes de leurs spécialités respectives et de base …..
      Un gigantesque micmac médical qui fait bien sourire les vrais spécialistes très discrets depuis presque 2 ans…
      Autre exemple amusant: les orthopédistes qui veulent faire de la néphrologie (oui oui, aventure écrite) au lieu de s’occuper exclusivement de leur business et laisser aux néphrologues certaines décisions.
      Je connais tout cela par cœur via mes anciennes fonctions.

      Conclusions: Les vrai(e)s spécialistes, celles et ceux qui peuvent vraiment conseiller leurs patient(e)s respectifs(ives) droit dans les yeux sont contraint(e)s de rester très discrets(discrètes) en ce moment. Ce n’est pas si grave, cela passera, comme tout le reste.
      Portez-vous bien. eab

    2. A M Largo: Vous avez raison, la confiance d’un grand nombre de citoyen-nes est en chute libre. Quant à Swissmedic, il est inacceptable qu’elle continue à porter ses deux caquettes. 1. Autoriser les médicaments en Suisse. 2. Traiter les plaintes liées aux médicaments qu’elle a autorisés … (pharmacovigilance). D’où ma pétition.

  14. A ces diverses questions, voici une réponse de médecin
    1) autorisation de mise sur le marché:
    les 2 vaccins mRNA par Pfizer/BioNTech et Moderna ont une autorisation en Suisse qui n’est pas provisoire mais usuelle. Aux USA, le vaccin Pfizer/BioNTech a été approuvé le 23.08. par la FDA. La demande d’autorisation usuelle est en examen pour celui de Moderna.
    2) soignants et la vaccination:
    la réticence de certains soignants à se faire vacciner est associée à un niveau de formation plus faible dans la spécialité (immunologie/virologie/vaccinologie) et à un status social moins favorisé: allez voir la pétition des soignants suisses, il y a peu de médecins, les rares sont généralistes voir anesthésistes. Voir aussi :
    ttps://www.medpagetoday.com/infectiousdisease/covid19vaccine/93846?xid=nl_covidupdate_2021-08-02&eun=g231307d0r&utm_source=Sailthru&utm_medium=email&utm_campaign=DailyUpdate_080221&utm_term=NL_Gen_Int_Daily_News_Update_active
    3) risque relatif du COVID et de la vaccination chez les jeunes:
    Oui il y a un risque rare de myocardites et des péricardites suite à la vaccination. Toutefois, le risque d’hospitalisation est largement plus faible suite à la vaccination qu’après une infection avec le COVID/delta. C’est pour ces raisons que le CDC du gouvernement USA recommande la vaccination des jeunes entre 12-17 ans:
    ttps://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/vaccines/recommendations/adolescents.html
    4) l’ivermectine n’est pas un traitement recommandé par l’OMS en dehors des essais cliniques
    ttps://www.who.int/news-room/feature-stories/detail/who-advises-that-ivermectin-only-be-used-to-treat-covid-19-within-clinical-trials
    Avec ces réponses, il est légitime et fondé de faire confiance aux autorités suisses et américaines

    1. je voudrais pas être votre patient si réellement vous êtes médecin mon Dieu Arrêtez de parler des risques vous n’en savez rien du tout mais rien nous n’avons pas de recul nécessaire Les soignants qui ne se vaccinent pas sont aussi compétents que ceux qui se vaccinent !

      1. Pierre, le Docteur Luc Otten est bien médecin (voir divers sites web et Linkedin pour les détails). L’avantage des administratives multilingues discrètes ayant bossé pour des vraies sommités, c’est de voir passer du monde, beaucoup de monde, énormément de candidat(e)s, une masse de recalé(e)s et …. très très peu d’élu(e)s. Et lorsque nous avons bonne mémoire, c’est extrêmement utile !
        Nous sommes deux à ne pas souhaiter être supervisés médicament parlant par le Docteur Luc Otten, même si sa formation est tout à fait respectable.
        Un excellent-extraordinaire médecin, c’est un tout autre chapitre. Portez-vous bien.

    2. “Avec ces réponses, il est légitime et fondé de faire confiance aux autorités suisses et américaine”. Entièrement d’accord avec vous, je suis persuadé que nos autorités font tout leur possible pour gérer au mieux cette très difficile et mouvante crise (ce qui n’exclut pas des tâtonnements, voire d’éventuelles erreurs, de temps en temps évidemment). Qui peut sérieusement croire (à part les complotistes invétérés) qu’elles mettraient sciemment en danger les citoyens qui les ont élus?!
      J’attends d’ailleurs toujours que Mme Sandoz réponde à la question qui lui a été déjà posée à maintes reprises: que préconise-t-elle, ELLE, pour sortir de cette crise? Ce serait plus utile que de continuer un travail de sape contre les mesures définies par lesdites autorités, sans jamais rien proposer de crédible et efficace à la place.

    3. Cher Monsieur Otten,

      La confiance ne se décrète pas, elle se mérite. Il est très clairement établi depuis de nombreuses années que l’industrie pharmaceutique influence de façon problématique la recherche et les questions de santé publique. Or, plutôt que de s’attaquer au vrai problème des conflits d’intérêt, les autorités semblent plutôt s’intéresser aux travaux de chercheurs en sciences sociales qui portent sur la propagande et le marketing social pour faire adhérer le peuple à leurs politiques publiques quoiqu’il en soit.

      Il semble que le consensus scientifique (fabriqué entre les médias, les pharmas, les gouvernements, google et accessoirement des scientifiques) soit qu’aucun traitement préventif ne fonctionne. Je peux pourtant vous fournir un nombre important d’études qui montre une bonne efficacité et un nombre respectable de pays ou régions qui l’utilisent déjà.

      De plus, on nous vend la vaccination aujourd’hui en faisant miroiter l’immunité collective: c’est une chimère. Imagineriez-vous pouvoir atteindre l’immunité collective avec la grippe ? Impossible, car le virus mute sans cesse. C’est pareil pour celui-ci, sauf qu’en plus, le vaccin n’est que très peu efficace contre le variant actuel (environ 40%) et que les vaccinés semblent être tout aussi contagieux que les autres quand ils l’attrapent.

      Ceci dit, à chacun son background et ses idées: si vous avez confiance dans les décisions des autorités, tant mieux pour vous. Et je précise que je ne suis pas anti-vaccins: que toutes celles et ceux qui veulent le faire le fassent. Il semble en effet présenter une certaine efficacité (résiduelle). Mais il faudra bien un jour que chacun constate que cette politique qui consiste à ne miser que sur la vaccination mène à une impasse.

    4. A Luc Otten: Non, de nombreux médecins traitants agissent en Suisse suite aux décisions incompréhensibles des autorités qui ont mis une pression énorme sur les médecins désirant soigner leurs patients avec de l’ivermectine ou d’autres traitements précoces.
      Des associations ou collectifs de médecins ont été créés en Suisse-allemande et en Suisse romande.
      Effectivement, l’OMS ne recommande pas l’ivermectine et c’est un scandale !
      L’OMS prétend aussi depuis l’automne 2020 que seule l’immunité acquise par les “vaccins” permettra de créer l’immunité collective et c’est une aberration. Car les personnes guéries du Covid, possédant une immunité naturelle, créent aussi l’immunité collective …

      1. “suite aux décisions incompréhensibles des autorités qui ont mis une pression énorme sur les médecins désirant soigner leurs patients avec de l’ivermectine”

        ?source???
        Quelle pression ???

        “ou d’autres traitements précoces.”

        Si seulement il en existait…

        “L’OMS prétend aussi depuis l’automne 2020 que seule l’immunité acquise par les “vaccins” permettra de créer l’immunité collective et c’est une aberration.”

        fakenews.

        1. A Jean Bill: Oui, les médecins traitants de Suisse romande qui veulent soigner leurs patients au lieu de les vacciner subissent d’énormes pressions.
          Concernant l’OMS, voilà des informations publiées sur mon blog en janvier 2021:
          Début octobre 2020 des épidémiologistes renommés ont créé la déclaration de Great Barrington. Cette déclaration permet de comprendre ce qu’est l’immunité collective et quelles sont les propositions faites afin de lutter contre le Covid. Voilà le texte en français :
          ttps://gbdeclaration.org/la-declaration-de-great-barrington/
          Après cette déclaration de Great Barrington, l’OMS a modifié la définition de l’immunité collective afin de promouvoir la vaccination ! Ne pas oublier que la fondation Bill et Melinda Gates finance l’OMS et en plus détient des intérêts dans les entreprises pharmaceutiques … Voilà la déclaration de l’OMS du 31.12.2020:
          ttps://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/herd-immunity-lockdowns-and-covid-19

    5. Merci de ces précisions. Mais il n’est pas sûr que Mme Sandoz désire être bien informée et connaître la “vérité”!

      1. Quelle “vérité” la vôtre ?, désirez-vous vous-même, la connaitre la vérité , celle de Big Brother? Vous êtes-vous posé la question , à savoir pourquoi de grands chercheurs ont été mis à ban pour avoir dit eux, certaines vérités qui ne sont pas bonnes à dire.. (Raoult, Perrone, Montagnier et bien d’autres) Ces chercheurs – entre autres Montagnier Prix Nobel pour ses recherches et ses découvertes sur le virus du sida!- sont-ils plus idiots que ceux qui les condamnent ? Montagnier a été “condamné” pour avoir osé déclarer que le virus Covid venait d’une tentative de fabrication d’un vaccin contre le sida . Je crois savoir que Montagner en connait beaucoup plus sur le sujet que ceux qui le conspuent !
        Je ne suis pas anti-vaccin ( j’ai eu le Covid en novembre 2020 , mais j’ai fait “l’effort” de me faire vacciner le mois passé malgré les nombreux anticorps que mon organisme avait “fabriqués” ( test sérologique en avril) Mais je suis effarée, et inquiète de cette façon dont les “sachants” – sachant rien du tout, on le constate à leurs tâtonnements, à leurs déclarations contradictoires tous les 2 jours!- condamnent ceux qui en savent plus qu’eux! Vous avez le Covid ? et bien , restez chez vous, prenez du doliprane et attendez de ne plus pouvoir respirer pour venir aux urgences pour vous faire “entuber” pardon, intuber !! Ne pas vouloir essayer de soigner avec des médicaments qui existent et sont prescrits depuis des décennies relève d’une faute de non assistance à personne en danger ! Et je suis persuadée qu’un jour assez proche, il va se passer avec ce vaccin ce qu’il s’est passé avec la Thalidomide, le sang contaminé … mais évidemment on nous répondra : “responsables mais pas coupables”….

        1. Bonjour Marie-France, très joli commentaire. Merci ! Vous avez noté “responsables mais pas coupables”. Bizarre, pour ne pas dire étrange, c’est ce que mes parents ont entendu déjà en 1970 ….. suite à une erreur médicale épouvantable, dont je ne suis de très loin pas la seule et unique victime.
          Comme quoi les médecins et scientifiques n’ont jamais retenu les leçons du passé.
          Portez-vous bien. eab

          1. Bonjour Eliane, bonjour à tous,
            “Comme quoi les médecins et scientifiques n’ont jamais retenu les leçons du passé.”
            Vous – les personnes avec le même schéma de pensée incluses – êtes bien ingrats. Il n’y a pas qu’eux qui oublient parfois les leçons du passé…
            Je vous rappelle que c’est en particulier grâce à eux (dans l’ensemble) que l’espérance et le confort de vie ont augmenté de façon spectaculaire.
            Je vous rappelle aussi que les médecins sont des humains, qui font des erreurs, comme vous et moi, sauf qu’eux ont la lourde responsabilité supplémentaire que leurs erreus affectent directement la santé voire la vie de leur patient.
            Combien de gens ont vu leur vie sauvée ou améliorée grâce à la médecine ? Pour combien de malheureuses erreurs peut-être évitables ?

            Mme Sandoz réclamait de pouvoir signer un document avant d’être vaccinée, comme pour une opération lourde. Je rappelle au passage qu’il s’agit certes d’informer des risques (à prendre si on souhaite être opéré !), mais en même temps d’empêcher une attaque en justice, sauf bien sûr en cas de négligence grave…
            Je propose alors le “contrat” imaginaire suivant :
            Nous sont informés par écrit sur tous les risques connus du covid-19 ET du vaccin en question (+ risque résiduel inconnu pour les deux). Nous choisissons alors librement le vaccin ou non, et signons un document signifiant qu’on accepte les risques du vaccin ou de la maladie éventuelle, selon le choix fait + clause spéciale d’exception pour les rares cas avec attestation médicale où le vaccin est déconseillé. Avec comme conséquence qu’on accepte ainsi d’être pris en charge en dernière priorité si une hospitalisation était nécessaire en lien direct avec notre choix (même après un nonagénaire en phase terminale). Puis on supprime le pass sanitaire et on demande juste aux gens de faire attention selon leur jugement.
            * Est-ce vraiment ce que vous voulez ?! *
            Quel groupe aura le taux de mortalité le plus élevé, après disons 5-10 ans ?
            (En option, vous pouvez cocher Ivermectine, HCQ, jus de citron, Paracetamol, infusion de votre choix, etc. — même principe).

            Évidemment, c’est plus compliqué que ça et l’éthique des médecins les feront prendre une décision plus “équilibrée” (serment d’Hippocrate), sans ingratitude et sans rancune, plutôt que de nous laisser “crever la gueule ouverte”. De même que la plupart des scientifiques essayeront tant bien que mal d’améliorer nos conditions de vie.

            Autant que possible, j’aimerais que le libre choix existe et demeure pour ce vaccin (en Suisse). Mais j’en ai marre de lire des attaques envers les médecins, les scientifiques, les politiciens, la pharma, etc. en tant que groupe. Et cela m’exaspère plus encore de lire des mensonges et des déformations grossiers de la réalité à propos du covid, du vaccin et d’autres sujets (même si, oui, quelques fois, c’est aussi dans “l’autre sens”).

            Portez-vous bien.

          2. Bonjour et merci de votre commentaire. Il n’y a pas d’ingratitude. Au contraire puisque j’ai réussi à trouver un autre type de médecins (hyperrespectueux) certes avec beaucoup de ténacité. Néanmoins, les dix (10) effets secondaires indélébiles sur une vie entière, je les porte toute seule et clairement abandonnée par le corps médical responsable. Avec en prime les horribles remarques émanant de la majorité de mes congénères humains ….. Un excellent week-end. Il fait trop beau pour se bagarrer inutilement.

          3. Bonjour,
            Oui, j’ai lu votre commentaire en dernier et votre remarque a été un peu la goutte de trop. Je me suis rendu compte en cours d’écriture que mon commentaire s’adressait en fait plus à d’autres que vous. Voici pourquoi je l’ai adapté pour m’adresser à tous et toutes.

            “[…] les dix (10) effets secondaires indélébiles sur une vie entière, je les porte toute seule.”
            Je comprends bien. Même si j’ai la chance de ne pas être dans votre situation. Je porte moi-même un effet qui ne disparaîtra jamais complètement – même si sa cause n’est pas médicale.

            “Un excellent week-end. Il fait trop beau pour se bagarrer inutilement.”
            C’est bien vrai. Merci, un excellent week-end à vous aussi.

          4. Bonjour Thierry, merci de votre très aimable message. Et vous avez parfaitement raison, il fait trop beau pour des querelles stériles….. je n’épilogue pas car j’ai encore des kilomètres à parcourir via des paysages qui me surprendront toujours ! Mes bons messages dominicaux. eab

    6. Qui est Luc Otten qui met en avant ses qualifications. Il nous le dit sur son blog :

      “Luc Otten est médecin et biologiste. Après 15 années de recherche académique, il a travaillé comme analyste financier puis comme venture capitaliste dans le domaine des sciences de la vie. Maintenant, il travaille dans le monde des start-ups en biotechnologie.”

      ttps://blogs.letemps.ch/luc-otten/

      1. CEDH, il n’y a pas seulement le blog, il y a divers sites web. Et un nombre très minime de publications originales (peer-reviewed, avec facteur d’impact) si je compare avec les médecins que je connais professionnellement parlant ou que je consulte régulièrement pour ma santé particulière. D’ailleurs, le nombre de publications n’est pas similaire d’un site à l’autre. Dans tous les cas, aucune spécialisation dans les quatre domaines me concernant de près.
        Le message diffusé-réitéré (genre piqué-collé) du Dr Luc Otten sur divers autres blogs passe donc aussi efficacement que de l’eau sur les plumes des canards. Au plaisir de vous lire. eab encore en vadrouille.

    7. La théorie “pluss diplômés pluss vaccinés” est fausse. Au fait, d’après une étude américaine les plus diplômé (niveau Ph.D) et les moins diplômés sont réticents. Votre commentaire est copie collé de ce que vous avez écrit déjà sur le Blog de M. Neirynck. Quelle énergie !!!, défendre bec et ongle ces vaccins-poisons, pourquoi faire, pour quel avantage personnel?

    8. @Luc Otten
      Je profite de votre expertise pour vous demander si vous avez plus d’informations que nous concernant le décès de ces deux malheureux jeunes hommes japonais qui ont reçu une 2ème dose du vaccin Moderna. Encore une fois de plus, les médias et la RTS ne fait pas exception, nous communiquent des informations sans savoir réellement ce qui s’est passé. On parle d’impuretés ou de résidus. Bref personne n’y comprend rien.
      Pourquoi les médias n’attendent ils pas d’avoir tous les éléments pertinents avant de publier cette information. C’est consternant mais c’est ainsi depuis le début de cette pandémie !

      1. La peur n’est pas bonne conseillère.

        Vous êtes vaccinée, donc vous êtes à l’abri d’une forme grave pour le moment.
        Respectez les gestes barrières, continuez votre vie et faites simplement attention.

        L’abus d’informations nuit à la santé.
        ttps://www.huffingtonpost.fr/entry/covid-attention-au-variant-porn-cette-vision-catastrophiste-et-souvent-trompeuse_fr_6077febce4b0e554e81bb4d1

        Nos autorités prennent les bonnes mesures pour nous assurer le confort de nos vies d’occidentaux. Nul besoin de paniquer à chaque information.

      2. Version officielle.

        Les impuretés découvertes dans des lots du vaccin anti-Covid de Moderna au Japon se sont révélées, après analyse, être des particules métalliques. Le problème provient d’une ligne de production d’un sous-traitant en Espagne, Rovi, qui produit les vaccins de Moderna pour les marchés hors Etats-Unis. Selon l’enquête interne menée par Rovi, «la cause la plus probable» est «une friction entre deux pièces de métal installées dans le module de pose de bouchons de la ligne de production, à cause d’un mauvais montage», explique le communiqué.

        De très nombreux enquêtes administratives et pénales (qui prendront plus de temps) sont parallèlement en cours.

  15. L’erreur est humaine… persévérer… On connaît le proverbe. M. Poggia, outre son erreur politique, court le risque de se tromper deux fois: médicalement… et juridiquement si l’obligation de vacciner engendre à l’avenir des inconvénients imprévus pour une part importante de la population. Les vaccins pourraient être alors considérés comme des armes chimiques. (Ce que bien sûr je n’espère pas!) C’est pourquoi je recommanderais à ce magistrat de retirer publiquement sa proposition. Il en retirerait le bénéfice de sa charge et ne fermerait pas son futur politique, et bien sûr, son avenir tout court.

  16. 1. Les trois vaccins qui ont reçu une autorisation n’ont pas reçu une autorisation ordinaire au sens de l’article 9 de la loi fédérale sur les produits thérapeutique mais une autorisation provisoire au sens de l’article 9a de la loi sur les produits thérapeutiques. Laquelle autorisation provisoire suppose qu’il n’existe aucun médicament permettant de traiter le covid. Il en est de même au niveau européen (autorisation conditionnelle).

    2. Au vu des dizaines de milliards de bénéfice annuel en jeu on peut supposer que des entreprises pharmaceutiques seraient fortement impactées si un médicament existait, surtout si elle ne le vendait pas avec grand profit. N’oublions pas que Pfizer a été condamné à des amendes de plus d’un milliard de dollars pour des malversations ayant porté préjudice à la santé de nombreuses personnes, malversations au détriment de la santé qui alors visaient à lui faire gagner beaucoup moins que les dizaines de milliards annuels en jeu. Il est donc légitime de penser que cette société est prête à tout pour engranger des dizaines de milliards par an.

    3. L’Institut Pasteur de Lille n’a pu obtenir quelques millions de l’Etat français pour procéder à des études plus avancées d’un médicament dans le domaine public qui, sur la base de résultats préliminaires, pourrait donner de bons résultats au prétexte que ce projet n’était pas prioritaire. Un mécène a payé de sa poche cette étude qui est encore en cours (5 millions d’euro). Certains parlent de corruption au sein de l’administration française. Cela est plausible.

    Le Lancet a fait l’objet d’une manipulation par la publication d’une fausse étude visant à dénigrer un médicament repositionné qui, s’il avait été efficace (ce dont il est maintenant établi que ce n’est pas le cas), aurait taillé des croupières à Pfizer. Le Lancet a une trop haute teneur pour qu’il puisse s’agir d’une erreur. L’omerta quant aux tenants et aboutissants de cette publication est assourdissante.

    4. L’autorisation de la FDA est une aubaine financière pour Pfizer au vu de ce qu’elle va rassurer la population et donner lieu à une avalanche de vaccination obligatoire. Elle n’a pas été donnée suite à des auditions publiques en présence d’experts mais par la seule bureaucratie de la FDA à huit clos.

    Elle se fonde sur les six premiers mois de l’étude de phase III, dont moins de 3 mois en 2021, et aboutit à la conclusion de plus de 90 % d’efficacité contre la maladie symptomatique.

    L’autorisation n’a donc pas été donnée sur la base de l’efficacité contre le variant delta mais seulement contre les anciens variants.

    Cela est important car l’efficacité de ce vaccin contre le variant delta laisse à désirer. Selon l’étude du Minesota l’efficacité contre la maladie symptômatique est de 42 %, c’est dire qu’il ne divise pas même par deux le risque d’être atteint de la maladie.

    5. Le profil se sécurité de l’Ivermectine est bien connu. Ce médicament comporte guère de risque s’il est de qualité médicale et utilisé aux posologies usuelles pour l’humain. Son efficacité est douteuse et, si elle existe, est faible.

    1. Un complément :

      Moderna : Autorisation No 68267; Du et dès le 12.01.2021; Jusqu’au 11.01.2023
      Pfizer: Autorisation No 68225; Du et dès le 19.12.2020; Jusqu’au 18.12.2022

      Source Swissmedic

    2. Excellent CEDH. Merci. Point 1: l’aspect tordu est magnifiquement développé. Point 2: devrait nous faire réfléchir (et nous induire quelques cauchemars). Point 3. j’ai été effarée par ce refus étatique, alors que la solution proposée était économique.
      Les États semblent volontairement refuser les solutions à plusieurs tiroirs. Peut-être nous croient-ils assez stupides ou ramollis cérébralement pour ne pas nous en rendre compte. Qui sait ?
      Portez-vous bien. eab

    3. Ad 1 Dont acte.
      Ad 2 Contesté.
      Vous ne prouvez pas les faits allégués.
      Votre raisonnement suppose que Pfizer & Cie auraient le pouvoir d’étouffer sur 18 mois l’existence d’un traitement. C’est ridicule. Le découvreur du traitement gagnerait aussi des dizaines de milliards, voire plus. Et l’information est libre. Le druide de Marseille l’a assez prouvé.

      C’est digne des guignols de l’info… mais pas digne de vous.

      ttps://m.youtube.com/watch?v=STPopTOrPVE

      Ad 3 Faux.
      Il n’y a aucune omerta s’agissant du lanceletgate. Et l’étude bidonnée a été dénoncée en quelques jours puis rétractée. Si Pfizer avait les moyens de cacher un traitement, pourquoi l’étude aurait fait un tel scandale aussi rapidement ? C’est pas cohérent.

      Pasteur de Lille: l’octofène.
      La recherche est soutenue par LVMH, qui a une surface financière/médiatique supérieure à Pfizer. On peut douter que ce groupe serait donc à la botte de Pfizer ou voudrait passer sur les milliards d’un traitement.
      Oui, Lille a perdu 5 mois dans les méandres de l’administration française. C’est malheureusement le fonctionnement ordinaire d’un pays aussi mal géré que la France. Et à l’époque, Macron était officiellement réticent au vaccin, qu’il ne pensait pas sortir avant fin 2021.. A moins de véhiculer le stéréotype ridicule qu’il serait à la botte de Pfizer, pourquoi aurait-il voulu empêcher le développement d’une découverte française ?

      Ad 4 Faux.
      L’autorisation a suivi le chemin ordinaire.
      Et les vaccins sont déjà achetés par les USA… L’autorisation ne change rien aux commandes déjà passées.

      L’étude du Minnesota
      ttps://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.08.06.21261707v1

      Les vaccins de Pfizer et de Moderna restent très efficaces pour prévenir les hospitalisations selon ce preprint (75% pour Pfizer, 81% pour Moderna).

      C’est une excellente chose. Le vaccin nous protège contre les formes graves et nous permet d’avoir sans risque en plus une immunité naturelle. Vous comptez sur des statistiques des comorbidités pour vous protéger contre une forme grave, moi j’ai une garantie de + 81 % grâce a Moderna. 🙂

      5. Faux
      Les doses pour que l’ivermectine soit efficace sont largement supérieures à celles administrées habituellement à l’homme. Si vous regardez mon lien donné à Mme Herzog, cela vous place dans le domaine vétérinaire…

      1. 1. Les condamnations pénales de Pfizer sont nombreuses.
        2. Un médicament efficace est de nature à péjorer le bénéfice de Pfizer.
        3. Les autorisations suisses et UE présupposent l’absence d’un médicament efficace.

        Qui est prêt à se faire condamner pour quelques milliards est prêt à le faire pour des dizaines de milliards. Vous pouvez voir l’ange. Libre à vous. Pour moi un hearing public préalable et devant des experts indépendants était nécessaire. D’ailleurs, les résultats de 6 mois n’ont pas fait l’objet d’une publication revue par les pairs qui ait été publiée.

        4. Le scandale du Lancet n’a toujours pas été expliqué. Certes la rétractation a été rapide devant la stupidité qu’était cet article. Mais comment se fait-il que le Lancet a laissé passer une telle publication y compris au vu du peu de sérieux des gugus derrière la publication ? Ce n’est tout de même pas une publication en les mains d’un mandarin du sud. L’argent peut-être ? En attendant il y a omerta sur les tenants et aboutissant de ce coup.

        5. Il faut donc une puissance plus grande que Pfizer pour arriver à investir dans un médicament qui peut-être sera utile.

        6. L’autorisation va augmenter les commandes futures dès lors que le vaccin sera plus utilisé, y compris hors des EU au vu de l’impact planétaire des décisions de la FDA.

        7. Vos chiffres extraits de l’étude du Minesota sont exacts. Pfizer divise par 4 le risque de nécessiter une hospitalisation (75 %) et par moins de deux (42 %) le risque de contaminer. Ce dernier chiffre est bas. Bien trop bas pour empêcher une épidémie au sein de la population vaccinée.

        8. Diviser par 4 le risque à 75 ans c’est mieux que rien. Mais cela donne un risque résiduel bien plus élevé que si l’on est 30-39 ans et non vacciné.

        9. Il faut être cinglé pour envoyer des 70+ans dans des salles confinées en pleine jauge sans mesures de protections sous le prétexte qu’ils sont vaccinés (voire ont un certificat covid). Ils vont se faire contaminer, contaminer, participer de clusters, être hospitalisés et mourir.

        10. Le vaccin c’est bien si on laisse, à tort ou à raison, tomber le problème de l’innocuité. Mais c’est insuffisant pour empêcher la progression de l’épidémie, protéger les hôpitaux et la vie des 70+.

  17. M. Alain Berset nous dit depuis mi-décembre 2020 que le vaccin contre le Covid est sûr et efficace. Ce qu’il nous a encore répété le 11 août 2021. Pourtant il ne peut pas savoir si le vaccin est sûr (effets secondaires à moyen et long termes inconnus …) et s’il est efficace (le taux de protection est inconnu lui aussi …).
    Effectivement, comme le dit Mme Sandoz, Israël ayant énormément vacciné sa population est un exemple à étudier. Et pour l’instant les résultats ne sont pas encourageants ! Voir ce lien:
    ttps://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=israel+situation+covid

      1. Et quel sera-t-il ce taux dans 3, 6, ou 9 mois?
        Inconnu!
        Donc Madame Herzog a raison: on ne possède pas le recul suffisant pour évaluer le taux de protection, vu que la pandémie est en cours et qu’elle est loin d’être terminée.
        Ni de suffisamment de recul pour les effets indésirables (cela vous l’admettez).
        Pour évaluer l’efficacité et l’innocuité d’un vaccin, il faut plus de recul, au moins plusieurs années. En cela, une politique d’Etat rationnelle serait de ne pas demander à la population en bonne santé de se vacciner, sauf s’ils le désirent et en assument les risques. Mais les messages délivrés ne vont pas dans ce sens – bien au contraire…
        Engagez-vous qu’ils disaient!
        Nous verrons dans quelques mois les résultats de cette politique militariste.

        1. Merci Samy …… eab embêtante survivante du Protocole Ponticelli. Il a fallu des années aux scientifiques pour enfin avouer par écrit que ce protocole était hautement destructeur et ne modifiait pas les défauts cellulaires initiaux (ni ne ralentissait le processus). Masse de littérature professionnelle à ce sujet. Dommage que les leçons du passé ne servent à rien au jour d’aujourd’hui. Bonne journée.

        2. Je trouve étrange votre commentaire. Nul ne prétend que les vaccins sont aussi efficaces contre le variant delta que contre les variants précédents. Nul ne prétend que leur efficacité n’est pas, les mois s’écoulant, evanescente.

          Sauf peut-être Poggia et Berset qui sont obnubilés par la proportion de non-vaccinés hospitalisés et qui, par là, perdent de vue que les non-vaccinés sont certes pas vaccinés mais adoptent des comportements plus risqués que les vaccinés. A moins qu’ils ne le perdent pas de vue et soient des manipulateurs ?

          Etude du Michigan (dont la qualité est reconnue par les spécialistes). L’un divise par quatre le risque d’hospitaliation et l’autre par cinq.

          1. @ CEDH
            Le discours sur l’efficacité mesurée, qui change jour après jours comme le cours du bitcoin, me semble un miroir aux alouettes.
            Les personnes sont influencées par les chiffres, croyant à tort que cela, c’est du solide.
            Or, ici, c’est trop instable, pour dire comme vous le dites – VRAI ou FAUX.
            Vrai pour moi dans ce cas c’est : on ne connaît pas encore le degré d’efficacité de ces vaccins dans le temps.
            Car la pandémie est en cours. Cela n’est pas fini. Donc un instantané n’est pas forcément un bon reflet de la réalité. Ce n’est qu’un instantané, et même si ces chiffres disent quelques choses, ils ne doivent pas être pris comme de l’argent comptant. Nous n’avons pas la profondeur chronologique pour le faire. Tout cela dépend aussi des courbes épidémiques qui sont dynamiques. Donc si on mesure maintenant, on obtiendra d’autres résultats que dans 3 mois. Cela ne veut pas dire grand chose. Sans parler des problèmes de méthodologie – je ne comprends pas pourquoi on ne mesure pas l’efficacité du vaccin dès le jour de l’injection. Si on devait le faire à l’aveugle, il faudrait le faire dès le premier jour, sinon on exclut un risque – celui que les personnes vaccinés soient plus susceptible de contracter la maladie directement après l’injection. Ce risque existe et doit être mesuré systématiquement.
            Et si l’Etat suivait et testait les vaccinés comme les non-vaccinés de manière plus systématique, on aurait des données plus solides. Mais cela n’est pas le cas – aucune volonté de le faire. Il n’y a pas de méthodologie qui soit stable pour assurer de chiffres consolidées. Il y a bcp trop de confusion.
            Donc, je préfère dire – l’efficacité des vaccins est pour l’heure difficile à évaluer. Cela me semble un reflet plus correct de la réalité.

          2. Bonjour Samy & CEDH. Merci de vos commentaires toujours intéressants. De mon côté je déteste lorsque mes investissements boursiers se dévaluent ….. une relative stabilité est clairement plus rassurante ! Un excellent week-end. eab

  18. Bachelard: “Une loi scientifique n’est vérifiable qu’à un moment donné de l’histoire des sciences, sa vérité est rendue provisoire.” En sciences, l’irréfutabilité est négative. Avec le vaccin anti-covid ARNm, on est devant un pari de type pascalien: bien sûr ce vaccin pourrait m’empêcher de tomber malade et protéger mon prochain. Il pourrait aussi me rendre malade, plus vulnérable, ne pas empêcher de contamination, favoriser des mutations. On voit bien qu’on n’est pas devant un raisonnement de type *…ou bien…ou bien…* mais de 2 propositions qui ne s’excluent pas symétriquement. Pourquoi comparer avec la grippe espagnole? Si on recourt à cet exemple, c’est qu’on est vivant maintenant. Or, vaccinés ou non, nous sommes mortels et nous ne sommes pas encore bien informés de tous les alea de notre possible et meilleure survie. Blaise Pascal concluait sa démonstration ainsi:”Ne blâmez donc pas de fausseté ceux qui ont pris un choix; car vous n’en savez rien.”

  19. Madame,
    Pourriez vous concrètement m’indiquer QUI et via quel(s) médias dira la vérité. Sur base de quels critères ?
    Vous refusez les autorités de santé, (HAS,NICE,CDC,OMS)
    Quel serait l’organisation ou l’interlocuteur en lequel vous auriez confiance ?

    1. Le Temps de ce 25 août, p. 11, “La troisième dose, une décision politique qui divise les scientifiques” répond à votre question. Quand les milieux scientifiques reconnaissent des divergences scientifiques dans des domaines nouveaux, alors on a le sentiment qu’on exerce aussi sa propre responsabilité par exemple en suivant ou non une médication proposée. Mais quand toute divergence d’opinions entre des spécialistes différents dans le domaine de la santé au sujet notamment d’une maladie nouvelle dont les effets sont découverts jour après jour est sanctionnée par le mépris, les insultes, voire de vraies sanctions, on n’a jamais le sentiment de pouvoir avoir confiance en qui que ce soit.

      1. Quand une maladie fait des millions de mort, qu’elle a tué autant de français en 1 année, que la guerre en Afghanistan en 20 ans… et qu’on a un vaccin efficace sur les formes graves et prescrit plus de 5 milliards de fois sans effets secondaires graves… il vous faut quoi en plus ??

        Dites clairement si vous êtes antivaax, mais, de grâce, arrêtez de faire comme s’il y avait deux points de vue raisonnables…

        Il y a les certitudes de la science en faveur de la vaccination, et … comment qualifierez-vous les élucubrations des antivaax ?

          1. Je le prends personnellement.

            Toutes les opinions ne se valent pas.
            Je ne suis pas un “religieux du vaccin” mais j’essayais d’apporter des éléments objectifs.

            Je vais donc m’abstenir de lire votre blog, si je vous importune.

            @CEDH: je te laisse donc sans contradicteur. Tâche de rappeler un peu (au moins) que la vaccination est utile pour les plus vulnérables de tes lecteurs. Toute vie compte. Et les vaccins sauvent des vies.

          2. Enfin je vous comprends mieux… C’est une guerre de religions, et vous souhaiteriez que les scientifiques soient Dieu ! Mais même le vrai nous laisse souvent sans réponses…

          3. @ Jean Bill

            Vous me tutoyez quand vous êtes vexé puisque vous pensez que j’ai entre 30 et 39 ans alors que vous en avez nettement plus. Si vous m’attribuez cet âge c’est parce que je répète inlassablement la très faible létalité pour les moins de 40 ans. Votre raisonnement est un peu court. Ne peut-on se préocupper de ses enfants et
            petits enfants ? Il n’est pas besoin d’avoir 12 ans pour s’indigner de ce qu’une bande de gérontocrate égoïstes et appeurés organise l’injection d’enfants de 12 ans. Qui plus est pour pas grand chose puisque pfizer-vaccinés ils seront contaminés et contamineront et participeront à la circulation d’un virus sans que l’immunité de groupe puisse être atteinte.

            Quant aux vulnérables je ne les oublie pas, ni les moins de 40 ans qui ont des facteurs importants de vulnérabilité, ni les plus de 70+ pour lesquels je préconise l’obligation vaccinale.

            Je les informe même des risques comparés sur quelques mois du virus et du vaccin.
            ttps://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2110475?query=featured_coronavirus

            Ne boudez pas trop longtemps. Bien à vous.

          4. J’adore votre style précis avec cette délicieuse petite touche d’ironie.
            Merci pour les références. Vous avez toujours une longueur d’avance, c’est très appréciable.
            Portez-vous bien. eab

      2. La question de l’utilité de se vacciner une troisième fois, discutée entre scientifiques, révèle des divergences d’avis, sans intention de booster les ventes puisque ces médecins ou personnes affectées à la recherche ne partagent pas toutes un intérêt commun avec les pharmas. Dans quelle mesure existe-t-il des réponses claires, donc rassurantes à vos questions ? Cela semble être la condition que vous fixez pour prendre votre décision face à un remède. Dans ce cas, de manière générale, vous choisiriez les risques de la maladie contre ceux du médicament ? Bien sûr vous me direz que vous voulez mettre sur la balance des risques en opposition, mais les résultats de recherche en rapport avec l’observation des effets ne sont pas immédiats, vous devriez l’admettre plutôt que de poser des hypothèses exclusivement dans le sens d’influences menées dans le but d’intérêts purement égoïstes. Même les remèdes qui ont fait leurs preuves durant dix ans ou plus ont révélé des effets nocifs ignorés jusque-là, et ont été abandonnés, au profit d’une nouvelle composition adaptée, ce qui n’aurait pas été possible plus tôt. Le choix de se soigner dans les conditions que vous souhaiteriez, en « toute transparence », se restreindrait à une bonne tasse de thé s’il fallait vous suivre. Comme tout le monde vous avec employé des produits d’hygiène ou des sprays contre l’angine contenant des ions d’argent, c’était très positif pour prévenir dans le premier cas, et se soigner dans le second. Puis les ions d’argent se sont révélés nocifs, aurait-il fallu dès le début y renoncer par prudence ? Vous pouvez alors renoncer à une quantité de remèdes faute d’une connaissance totale de la part des scientifiques, et ne vous diriger que sur les potions de la droguerie d’il y a cent ans, et encore… Un choix éclairé doit tenir compte qu’il est impossible de progresser, et pour nous d’en tirer profit, sans le risque d’erreurs. Maintenant les déclarations l’OMS, n’incitant pas à la troisième prise de vaccin, ne mettent pas en doute l’utilité de celle-ci, mais vont dans le sens de déplacer ces stocks vers les pays où il n’y en a pas suffisamment pour vacciner déjà une première fois une population qui veut en majorité se protéger. Nous pouvons alors penser à un geste qui tient compte de la nécessité prioritaire des uns contre une trop solide prévention tôt envisagée des autres, mais une question pourrait être posée aux scientifiques qui en débattent : Laisser le virus prendre de l’expansion dans ces pays défavorisés pourrait-il avoir des conséquences fâcheuses jusque chez nous ?.. De cela je n’ai rien entendu… Voilà un grain de sable qui pourrait s’ajouter positivement aux autres, et vous donner une fois raison pourquoi pas ?

  20. Ces blogs du « Grain de sable » qui pourraient s’intituler « Liberté et Santé » font monter la fièvre sans véritablement rendre malade, et c’est Madame Sandoz qui a découvert l’agent messager et multiplicateur qui fonctionne à merveille, elle pique les lecteurs à la chaîne, pour le bien de tous ?.. Quelques-unes, parmi toutes ces personnes qui déferlent sans avoir pris rendez-vous, tentent de freiner quelque peu l’ivresse bénéfique de l’alcool de cactus instillé à l’occasion de chaque nouvel article, ces personnes sont les trouble-fête qui ne boivent que de l’eau, tel le médecin microbiologiste qui revient courageusement escalader les dunes avec l’espoir d’être un peu écouté, mais il n’est apparemment pas assez doué en communication, il n’a pas trouvé comment donner bon goût à ses messages, et pourtant… Il doit savoir que pour faire avaler un sirop contre la toux à un enfant qui ne sait pas grand-chose mais croit à tout, il faut y ajouter de l’arôme de framboise ! Il tente assurément d’autres moyens avec les personnes adultes, les rapports qu’il fournit ont pour but d’instruire et de démontrer, sans aucun adjuvant. Ses blogs au parfum d’éther ont beaucoup moins de succès que ceux du sable chaud, mais peut-être ne sont-ils pas moins lus, le désir de se manifester tient à autre chose que le seul intérêt pour les questions importantes. Regardez ce qui se passe sur une plage où il est grandement important de soigner son bien-être, quand une personne se lève pour secouer son drap : tout le monde se frotte les yeux, et cela peut conduire à des discussions très animées. Cela arrive chaque semaine dans les blogs de Madame Sandoz, juste après son bain de soleil.

    1. Bonsoir Dominic, à votre texte sympathiquement critique, une réponse de cactus:
      1. Rappel vaccinal: l’alcool est un poison, du genre épidémique.
      2. Vos commentaires pourraient s’accrocher aux piquants de ma sublime collection de cactus (régulièrement fleuris) et de plantes grasses rares. Ils(elles) ne risquent rien !
      3. L’art de la communication n’est pas donné à tout le monde. Certes. Néanmoins, il est toujours possible de se former pour y exceller, surtout pour un médecin et lorsque ce médecin met un point d’honneur à transmettre des informations importantes voire vitales.
      4. La plage est le pire exemple possible puisque l’exposition des peaux humaines aux rayons solaires n’est pas une bonne idée du point de vue maintien d’un bel épiderme en prenant de l’âge ni du point de vue de la nocivité bien documentée des rayons solaires en excès. Une grande modération semble être préférable dans les deux cas, sauf pour la vitamine D3 qui ne demande pas forcément un micro-bikini pour être bien « synthétisée ».
      Dommage, après consultation à distance, votre commentaire n’obtient aucune validation de la part de mes cactus. Ni validation par ma peau d’une pâleur « aristocratique », donc exempte de plage et donc de rides malgré mon grand âge, une peau synthétisant toujours parfaitement la D3 …
      Néanmoins, la tolérance des autres avis reste la seule chose importante.
      Donc merci encore de votre commentaire.
      Une excellente soirée, à l’ombre bénéfique d’un palmier ? d’un vieux chêne ? d’un parasol aux Bahamas ? Au plaisir de vous lire encore.

      1. Bonjour Eliane,

        La tolérance des avis est une disposition appréciable dans les échanges d’opinions, tenant parfois à la bonne éducation plus qu’à une vraie ouverture d’esprit. Certaines discussions entre personnes tolérantes et courtoises ressemblent à un long corridor décoré de fausses portes, excepté l’entrée et la sortie aux deux bouts.

        La communication d’un médecin comme le Dr Luc Otten ne serait pas sérieuse si elle se voulait agréable pour être mieux écoutée, il ne s’agit pas de rassurer pour influencer, mais d’informer les personnes qui veulent savoir à défaut de croire. Le Dr Ottent « n’est pas doué » pour faire croire, ce n’est pas le but d’un médecin, bien heureusement. C’est dans ce sens que je parlais de sa communication, il est loin des médecins de Molière qui éblouissent par leur style raffiné sans guérir personne.

        Aller à la plage pour se mettre au soleil n’est pas qu’une affaire de vitamines ou de cancer, là vous êtes à l’image du Dr Luc Ottent qui refroidirait tout le monde en déconseillant le petit bikini pour raison de santé. Moi aussi je suis d’un grand âge et je ne regrette pas les coups de soleil à la plage, nous ne savions pas, et ce que je sais aujourd’hui c’est que je mourrai plutôt d’une autre forme de cancer, ou de rien du tout c’est encore mieux ? Pour que ce soit naturel et que je puisse expirer sans regrets ou sans reproches ? Quant aux jeunes filles qui aiment porter des maillots de bain pas trop grands, elles sont bien conscientes des possibles effets secondaires du soleil, mais l’effet principal contribue à la synthèse du bonheur en soi, puis elles vieilliront et auront le souvenir d’avoir été un temps un écureuil.

        Vous voyez, ce qui nous aide dans la vie, c’est aussi la poésie, un médecin sérieux, vos écrits et les miens qui dérivent loin du sujet, et Madame Sandoz que j’allais oublier… Le sable !

        (Ce sera mon dernier commentaire, j’ai déjà pris trop de place dans l’ascenseur).

        1. Merci Dominic de votre très élégant (et subtil) commentaire. Portez-vous très bien ….. je suis toujours en vadrouille et peu disponible pour trop écrire

  21. Le monde entier et son frère sait que l’âge, la malbouffe et la sédentarité affaiblissent nos défenses naturelles. Le bon sens ne voudrait-il pas qu’on commence par renforcer notre système immunitaire qui constitue le meilleur moyen de lutter contre les virus et les bactéries de tous ordres. Quelqu’un a-t-il entendu un de nos savants de la task force scientifique se prononcer à ce sujet?
    Tous les virus perdent de leur agressivité à mesure que le temps passe. S’ils devenaient plus virulents en mutant il y a longtemps qu’il n’y aurait plus un humain sur terre pour en parler

    1. @M. Hirschi
      Sur ce point, je vous donne raison, le bon fonctionnement de notre système immunitaire devrait faire l’objet de recherches plus approfondies. Il est vrai que le climat anxiogène qui règne depuis quelques années, du reste bien avant le Covid et que les médias entretiennent allègrement ne contribue pas à la bonne santé de tout en chacun. Certains médecins en sont bien conscients. Mon médecin qui est loin d’être d’être un “illuminé” m’avait rendue attentive sur le fait qu’une bonne qualité de sommeil aidait énormément à la guérison. Or lorsqu’on discute entre amis, on constate que bon nombre d’entre nous n’ont pas une bonne qualité de sommeil ce qui à l’évidence affaiblit notre système immunitaire.

      1. Permettez que je joue à l’ avocat du diable, je dirais qu’une bonne défense immunitaire naturelle ne fait pas l’affaire de nos actuelles techno-pharmas – de l’industrie lourdes et de la défense bactériologique, elles doivent se recycler et se reconvertir avec les nouvelles donnes écologiques. Et elles le font parce qu’Il y a à gagner, autrement elles ne le feraient pas. Il y a énormément à gagner, presque de manière pérenne avec les humains malades. Quelle que soit la maladie. Le plus crucial est de ne pas manquer le coup. Et il l’ont réussi. Un temps c’était la psychiatrie pour le bocal, ensuite c’était la psychologie, la psychanalyse pour le mal vivre, les socio-thérapeutes pour les maux de la société ou de la famille: Tous des thérapeutes, une belle population universitaire ou demi-universitaire qui avait vu leurs professions se décoller. Aujourd’hui, malheureusement ils sont très nombreux à se partager une seule et même patientèle qui est moins riche que pendant les trente glorieuses. Mais voilà, un malin a trouvé que la santé biologique, physiologique de l’humain est un territoire inégalable, insondable qui garantit la robustesse de son discours ou de son récit. Pour absorber ce profit unique, il n’y a qu’une solution: concentrer les adhésions à un seul système afin d’ uniformiser les prestations de soin: Le vaccin! La vaccination des quelques 8 milliards d’individus. Voilà qui est rationnel et qui rapporte et que ces gains ne s’éparpillent pas entre les mains de petits indépendants thérapeutes ou médecins. Après tout, peu importe ce qu’il y a dans la fiole, l’essentiel n’est pas là, l’essentiel est d’amener les gens à l’adhésion de la fiole, qu’ils aient foi en elle et qu’ils aient l’impression d’agir pour le bien. Comme en religion ou en politique, ce sont eux les meilleurs ambassadeurs de la fiole.
        Si on fait l’inventaire de ses vertus, on peut déjà commencer ainsi:
        un vaccin contre la peur. Un vaccin pour la liberté, Un vaccin pour regonfler son égo. Un vaccin pour se sentir en règle. Un vaccin pour retrouver ses privilèges de mouvements et de penser. Un vaccin qui déculpabilise. Un vaccin qui vous évite un interrogatoire ou un refoulement. Un vaccin qui rend heureux. C’est un peu comme de l’argent liquide ou le bitcoin, on achète ses libertés petites ou grandes au nombre des vaccins. On rachète à l’état des droits au détail auprès des ses dépositaires concessionnaires qui sont le gouvernement et ses autorités sanitaires , les éditeurs du permis de mise en circulation.

        Nous venons de découvrir qu’il y a une nouvelle frontière entre nous, vaxxés et Non vaxxés.
        Merveilleuse fiole du bonheur du paradis retrouvé pour les piqués. La piquouse est gratuite, elle a déjà été payée avec les sous de tout le monde, y compris des non vaccinés.
        Et on hésite encore…?
        Et on refuserait cela aux enfants alors qu’on veut les voir heureux?
        Après tout, que vaut une vie? 20 francs? 40? 60? ou encore au maximum 250 francs (merci à la Fondation Gianada pour sa générosité).

        Corruption éducationnelle. Corruption institutionnelle. Chosifier l’humain et le vivant. Outre son travail, on veut aussi que son corps sain ou malade, soit une source de profit. C’est cela la réalité pour eux et le nouveau standard moral et sociétal pour nous.
        Il faut bien que le capital fictif (en bourse) travaille et qu’il continue d’alimenter la poche des sociopathes kleptomaniaques.

        Savez vous que nos voisins français nous envient? Nos vaccins suisses sont efficaces et produisent zéro effet secondaire léger, zéro effet graves, zéro décès. Interrogez les Suisses piqués, ils vous le confirmeront eux-mêmes, fiers d’avoir reçu la piquouse.
        Le Pass?
        Certains voudraient qu’il fasse la loi, à lui tout seul. Pouce en haut pour ceux qui possède la Passe-droits et pouce en bas pour ceux à qui on refuse la vie parce qu’ils n’ont pas été Obedients. C’est ainsi, c’est inscrit dans le naturel de l’homme.
        ttps://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/faire-vacciner-les-enfants-vraiment

        1. Bonjour et merci de votre commentaire. Je suis contrainte de faire venir des USA des produits (tout à fait approuvés par ailleurs par la FDA) parce que chez mois cela pinaille “grave”. Malgré les publications sérieuses, malgré que je voie les bénéfices sur ma santé très particulière…. Lorsque je suis en Italie, je les trouve presque à l’identique (autre laboratoire forcément), mais ils sont un peu moins efficaces.
          Portez-vous bien. eab

    2. Evidemment! L’essentiel n’est pas le vaccin, mais nos défenses immunitaires naturelles! Cela devrait quand même être l’évidence pour tout médecin normal, ceux de la task-force étant apparemment perdus pour la cause!

  22. On nous conçoit de plus en plus des lieux fermés réservés de facto aux vaccinés sans moindre mesure de protection à l’intérieur. Au vu du peu d’efficacité des vaccins contre la transmission, les contaminations vont augmenter. Voilà des lieux que les vulnérables vaccinés doivent éviter, notamment les plus de 70 ans qui bien que vaccinés ont bien plus de chance de mourir du covid que les jeunes non vulnérables de 20 ans non vaccinés. L’année passée les tergiversations et dissimulations ont retardé la prise de mesure de protection nous faisant pulvériser le mur des 10’000 morts. De grâce maintenez les mesures de protection dans les lieux protégés. Et vulnérables n’y allez pas ! Un Pfizer-vacciné d’aujourd’hui est plus susceptible de contaminer qu’un non-vacciné de l’année passée.

  23. Voilà le lien de l’émission Infrarouge d’hier soir sur les non-vaccinés: ttps://www.rts.ch/emissions/infrarouge/12435532-nonvaccines-les-nouveaux-pestiferes.html
    A la minute 38’40” M. Mauro Poggia, responsable de la santé dans le canton de Genève, pose la question de savoir pourquoi les non-vaccinés ne se vaccinent pas ! Je ne pense pas qu’il ne connaisse pas les raisons ! Il fait semblant de ne pas connaître les raisons pour ne pas devoir en parler ! Très malin.
    MM. Poggia et Pittet ne citent jamais les traitement précoces qui permettent en général de guérir de la maladie et donc de ne pas surcharger les hôpitaux.
    Pendant toute l’émission, M. Poggia cherchait le soutien de M. Pittet, mais ce dernier jouait au chat et à la souris.

    1. @Mme Herzog
      Oui j’ai aussi regardé l’émission et j’ai été très déçue. M. Poggia a montré son agacement vis à vis de la représentante des “amis de la Constitution”. En effet, il lui a conseillé de retourner sur les bancs de la Faculté. Avait-il raison ou pas? Je n’en sais rien. Quant au Dr. Pittet, il était dans son rôle. Seul le Monsieur UDC – dont j’ai oublié le nom – a très bien exposé ce que ressent le citoyen lambda. Du reste, c’était assez amusant lorsqu’il a décrit sa petite excursion en France voisine. Personne ne lui a rien demandé, pas plus en passant la frontière qu’au restaurant où le patron lui a bien signifié qu’il avait autre chose à faire que de contrôler les certificats Covid. Nos voisins français semblent être très précautionneux dans les discours mais moins dans les actes. Ce ne sont pas des paroles et des actes mais bien plutôt des paroles sans les actes. Et c’est une personne vaccinée qui vous dit cela.

      1. Poggia a raison lorsqu’il (r)envoie la dame sur les bancs de l’université, première année. La distinction qu’elle dénonce ne tombe par sous le coup de l’article 8 alinéa 2 de la Constitution fédérale. En effet, le critère cerificat/non certificat ou même vacciné/non vacciné n’est pas un critère sensible au sens de l’article 8 alinéa 2 Cst.féd. La question se pose sous l’angle de l’art. 8 al. 1 Cst.féd., qui laisse une plus gramde lattitude législative et réglementaire.

        ttps://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/1999/404/fr#art_8

        1. @CEDH
          Quand bien même M. Poggia avait raison, je me réfère à ce que vous me dites, cela n’a pas été très élégant de sa part de renvoyer Mme Michelle Cailler sur les bancs de la faculté. Nous avons tous pu constater que suite à cette remarque sans appel, elle n’a plus trop osé s’exprimer.

        2. Désolé, mais un état sanitaire ou vaccinal est tout aussi “sensible” selon l’alinéa 2 (art. 8 Constitution) que l’âge, la langue ou la déficience corporelle! C’est l’adverbe “notamment” qui d’ailleurs fait toute la différence! Quant à l’alinéa 1, il s’applique aussi fort bien, c’est vrai!

          1. Non car dès lors que vous pouvez choisir de vous faire vacciner ou de vous faire tester, vous pouvez facilement changer votre état de non (vacciné, testé) en état de (vacciné, testé).

          2. Absurde sophisme, CEDH! Ce qui compte dans cette affaire, c’est l’état précis d’une personne à un moment donné, et non pas le fait qu’il aurait pu être différent! Ainsi, vous auriez très bien pu apostasier, changer de religion, de mode de vie, apprendre une autre langue, abandonner vos convictions philosophiques, et caetera, puisque l’adverbe notamment permet de rajouter toutes sortes de discriminations auxquelles ni vous ni moi n’avons pensé! J’ajoute que le fait de refuser de se faire vacciner relève généralement de la conviction philosophique!

          3. A vous suivre toute distinction est discrimination.

            L’article 8 al.2 Cst.féd., tout comme l’article 14 CEDH, est ouvert, certes, mais il n’admet pas comme critère sensible n’importe quel critère que vous ou moi estimons sensible. Distinguer entre le titulaire d’un permis de conduire une automobile et celui qui n’en a pas est une distinction qui ne se fonde pas sur un critère sensible. Et la distinction testé, non-testé n’a elle aussi rien de sensible. La communauté interprétative vous suit elle dans le caractère sensible du critère testé/non testé ? Si oui avez-vous des références ?

            Une fois que le critère pris en compte est sensible encore faut-il que la distinction faite soit inadmissible pour qu’on la puisse taxer de discriminatoire. Par exemple l’âge est un critère sensible puisque mentionné par l’article 8 al. 2, cela n’a pas empêché le Tribunal fédéral d’admettre qu’il pouvait être pris en compte pour limiter l’accès à la fonction de notaire ou à celle de juge.

            Si le critère n’est pas sensible faut-il encore pour qu’il soit admissible qu’il soit pertinent sous l’angle de l’article 8 al.1 Cst.féd. et de celui de l’égalité renforcée en relation avec un droit fondamental substantiel.

          4. Réponse à CEDH.
            Voilà ! Vous ne répondez pas vraiment, et vous préférez vous réfugiez derrière un juridisme peu ambitieux sinon étroit, qui permet en fait d’éviter d’aborder le fond de la question ! Soit. Cependant, en tant que citoyen, je revendique le droit d’interpréter et d’analyser la Constitution avec mes arguments personnels !
            Si, en effet, toute distinction n’est pas une discrimination, je maintiens que le critère de l’état sanitaire d’une personne (vacciné, non vacciné, infecté donc contagieux, non infecté donc non contagieux), et non simplement testé, non testé, est un critère « sensible », comme vous dites, et même un des plus sensibles, car il touche à notre santé, à notre être intime !
            En outre, la perception de ce qui est une discrimination change avec le temps. L’obligation, depuis de nombreuses années, de vacciner contre la coqueluche le personnel de la pédiatrie, de la gynécologie et de l’obstétrique des HUG n’a, à ma connaissance, pas posé de problème particulier, car cela n’était pas vu comme discriminatoire à l’époque, alors que l’obligation vaccinale contre le corona est très souvent vue comme une discrimination de nos jours. C’est un net changement de mentalité, dans lequel l’Etat joue aussi, il est vrai, un certain rôle (pass sanitaire).
            Maintenant, à supposer que la Constitution n’admette pas comme sensible un critère simplement parce qu’il est jugé comme tel par « vous et moi », a contrario elle peut très bien admettre comme sensible un critère que vous et moi jugerions comme ne l’étant pas ! La liste de l’alinéa 2 n’est pas exhaustive, cela est clairement démontré par l’adverbe « notamment ». Cet alinéa n’exclut strictement rien. Il s’ensuit que la vaccination peut très bien y prendre place !
            Quant à « la communauté interprétative », délicieux jargon, qu’en sais-je ? Je ne suis pas juriste, et ne me soucie guère de ce genre d’arguties ! Je juge le critère de la vaccination comme étant sensible, c’est tout ! Peu m’importe que d’autres l’aient également fait ! Depuis quand le nombre ferait-il autorité ? Je juge selon une approche plus philosophique, religieuse, voire eschatologique. La vaccination touche en effet l’être intime, l’être profond, elle s’adresse à l’état sanitaire, à la conception de la maladie, de la vie et de la mort, elle relève d’une authentique conception philosophique, de croyances religieuses.
            De plus, si je suis votre argumentation, est inadmissible ce qui est jugé tel par un tribunal. Eh bien, nous verrons ! Je me cantonne au principe, à ce stade. Je relève que la jurisprudence est multiple et variée, et que rien ne m’empêche de partir au combat, quels que soient les jugements précédemment rendus ! Qui sait ? Un juge hardi, effronté, original, moins grégaire, pourrait peut-être m’entendre ! Du moment que le droit n’est pas une science exacte !
            Pour finir, concernant votre dernier paragraphe, je constate qu’ici le jargon confine au sublime ! Mais peu importe. Vous n’avez en rien démontré que ce critère n’est pas recevable. La chose reste, quoi qu’il en soit, ouverte et défendable !

          5. Le juge unique qui vous suivrait s’agissant du caractère sensible de la distinction testé/non testé se verrait rapidement désavoué par une instance supérieure et collégiale, notamment par le Tribunal fédéral. Pourquoi ? Parce que la communauté interprétative ne soutient pas votre point de vue. Je n’ai pas lu chez vous la moindre ébauche de raisonnement juridique tendant à démontrer votre point de vue. A ce jour celui-ci ne tient pas la route.

      2. Bonjour Chantal,
        Ce récit du monsieur de L’UDC est un cas particulier.
        J’ai été en France dernièrement. En 12h : 4 contrôles sur 4 restaurants/cafés + 1 contrôle de vérification par la police dans l’un d’eux… Et pourtant ce n’était pas en ville.

    2. Madame, je suis bien contente de lire votre dernière phrase. J’ai pris connaissance de l’émission en différé. Mais encore, j’ai reçu quelques mails genevois et ce que vous notez rejoint l’unanimité des commentaires. Monsieur M. Poggia cherchait désespérément l’aval de Prof. D. Pittet.
      Monsieur M. Poggia s’est lui-même mis dans un beau pétrin. Qu’il assume donc.
      Le moins que l’on puisse dire c’est que Prof. D. Pittet est resté complètement impassible, à la limite je dirai presque qu’il s’ennuyait ferme ….. (et je peux le comprendre).
      A l’opposé des Messieurs, Madame Michelle Cailler défendant notre Constitution a démontré une incomparable élégance dans ses propos. Bravo ! Une excellente soirée, eab

    3. “Traitements précoces qui permettent en général de guérir la maladie” (vous le sous-entendez évidemment aussi pour le Covid) : Information 100 % fausse et nocive.

    4. Cette dernière édition du défenseur de la santé des enfants vous donnera raison.
      Extrait que je choisis ici pour montrer l’autre face de la médaille dite de solidarité…Nationale!
      Union des forces pour l’anéantissement de l’autre moitié dissemblable du pays.
      Cela fait-il du bien de faire partie des plus forts???

      Sous la plume de l’inventeur de l’ARNm. Joseph Mercola
      ttps://www.globalresearch.ca/what-segregated-society-look-like-unvaxxed/5752

      “La pratique consistant à créer des classes de personnes déshumanisées puis à les assassiner est plus ancienne que l’histoire… La campagne contre les non-vaccinés, vêtus de la blouse blanche de la Science, munitionnés de données biaisées et agitant le fanion de l’altruisme, canalise une impulsion brutale et ancienne.”

      Ah! Si on avait des scientifiques de la conscience de Mercola, de Mc Cullough, de Peronne et de tant d’autres que l’on tait et que l’ont flétrit en ce moment, on n’en serait pas là à devoir mendier son maigre repas auprès de nos cantons. (Avec un Poggia, morts de faim et non soignés, on sera de bons citoyens. Et pourtant on paie tous les impôts, taxes et primes).
      L’absence du minimum d’éthique et de scrupule, dans la TaskForce de la Confédération est bien le début dans l’entrée au moyen âge pour le pays. 2030 sera plus barbare. Et le consul Berset feint d’être bon serviteur rongé par sa conscience.

  24. “MM. Poggia et Pittet ne citent jamais les traitement précoces qui permettent en général de guérir de la maladie et donc de ne pas surcharger les hôpitaux”.

    Il n’existe pas de tels traitements à l’heure actuelle. Le Prof. Pittet l’a clairement dit. Votre inébranlable conviction ne laisse pas d’inquiéter. Prennez-soin de vous les 70+ arrivent dans les hôpitaux avec le risque important de décès qui est le leur.

    1. A CEDH: Vous ne voulez pas comprendre que tout est entrepris pour favoriser uniquement les “vaccins” au détriment des traitements précoces.

      1. “tout est entrepris”

        … par qui ?

        Vous soutenez l’ivermectine à ce que je lis.
        Or l’ivermectine est produite par la société pharmaceutique internationale Merck… qui fait immanquablement partie de votre “qui”, non ?

        C’est quoi votre idée ? Merck laisserait passer des milliards de bénéfices pour favoriser les bénéfices de ses concurrents américains (après avoir raté l’invention d’un vaccin) ?

        pourquoi ?
        dans quel but ?

        Et ce traitement ne fonctionne pas.
        Le brave Ricardo a oublié de vous informer sur:
        – le grand essai clinique “Together” mené par l’Université canadienne McMaster et réalisé au Brésil a montré que l’ivermectine n’avait “aucun effet”.

        ttps://www.latimes.com/business/story/2021-08-11/ivermectin-no-effect-covid

        – l’Inde ne recommande plus l’ivermectine.

        ttps://www.indiatoday.in/coronavirus-outbreak/story/revised-health-ministry-guidelines-stop-usage-of-ivermectin-doxycycline-in-covid-treatment-1811809-2021-06-07

        – l’étude égyptienne en faveur de l’ivermectine a été retirée car elle présentait d’énormes biais.

        ttps://www.theguardian.com/science/2021/jul/16/huge-study-supporting-ivermectin-as-covid-treatment-withdrawn-over-ethical-concerns

        Et vous ? vous avez quoi comme sources en faveur de l’ivermectine?

      2. A Michèle Herzog : Vous ne voulez pas comprendre que vous entreprenez tout pour favoriser des traitements précoces qui n’existent que dans votre esprit.

  25. Voilà les informations envoyées aux médecins genevois par le médecin cantonal concernant l’ivermectine et l’hydroxychloroquine !
    ttps://www.ge.ch/document/25794/telecharger
    Tout est entrepris, une fois de plus, pour favoriser la « vaccination » avec des « vaccins » en cours de tests ! Et pour proposer ensuite une 3e dose, puis une 4e, etc.
    J’espère vivement que suite à cette lettre des médecins réagiront et qu’ils retrouveront leur liberté de prescrire les médicaments qu’ils jugent utiles !

    1. Il est piquant de relever que cette missive est de nature à affaiblir la position juridique du médecin prescripteur et doit donc être considérée comme une décision susceptible de recours. Or cet acte administratif n’est pas désigné comme tel, n’indique pas les voies de recours et n’est nullement motivé en droit. Cet acte administratif est irrégulier et donc illicite. Ces agissements illicites sont imputable à ces deux auteur(e)s. Quid de la qualité pour recourir du patient ?

      1. Vous avez vraiment étudié le droit ?

        C’est Mme Sandoz qui vous as enseigné le droit administratif? Parce que je n’en reviens pas qu’elle vous laisses écrire un tel non-sens juridique sans intervenir.

        Vous ne pouvez pas recourir contre une recommandation, faut attendre la décision d’application concrète. Droit: 1e semestre, 1e année. B-a.ba

        1. Effectivement, la solution que vous nous apportez est celle que l’on est tenté de donner en 1ère année. Si l’on peut appeler cela une solution dès lors que vous préconisez au médecin d’aller au casse-pipe et ne proposez aucune solution au patient ! Cependant la question est plus complexe qu’il est possible de le percevoir en première année.

          Il s’agit là d’une question de droit cantonal genevois et celui-ci ouvre la porte au recours contre les actes administratifs affaiblissant la position de l’administré dans le cadre d’une procédure diciplinaire ultérieure. Vous ne pouvez admettre dans notre Etat de droit qu’il n’existe pas de voie de droit permettant un contrôle judiciaire en amont dès lors que la sanction d’aval peut être l’interdiction d’exercer la médecine. C’est dire que le droit infraconstitutionnel doit être interprété de manière à offrir une telle voie de droit et le droit cantonal le genevois le permet.

          Dès lors il ne me semble pas qu’il y ait lieu auparavant de provoquer une décision constatatoire. Mais sans doute cela est mieux de le faire tout en prenant toute mesure pour ne pas être forclos face à l’ordre administratif dont il est question. Quoiqu’il en soit la solution n’est pas de ne rien faire comme vous le préconisez.

          Il est interessant que vous préconisiez “d’attendre la décision d’application concrète”. C’est dire que vous percevez une règle de droit dans cette circulaire.

          Quid du patient ? Il doit attendre de mourir par la privation de la substance à ses yeux (pas aux miens) salvatrice ? Se rendre en un tiers pays et l’importer illégalement en Suisse ? S’en procurer ici (ou pas loin) au marché noir sans être sûr de ce que sera le médicament acheté ? Ce alors que la substance est importée illégalement pas certaines pharmacies ayant pignon sur rue afin de traiter la Galle ?

          Et d’ailleurs les médicaments interdits ont un effet heureux dans le traitement de la covid dès lors que les malades y croient puisqu’alors il s’agit d’un puissant placebo. En soustraire l’administration à tout contrôle médical est par contre dangereux.

          1. “C’est dire que vous percevez une règle de droit dans cette circulaire.”

            Précisément non.

            Si l’autorité vous envoie un courrier pour vous rappeler le cadre légal, ce n’est pas le courrier qui crée la règle de droit. Encore une fois, c’est du b.a-ba.

            Mme la professeure, vous confirmez ?

            Depuis juillet 2020, il n’y a plus aucun traitement interdit en Suisse dans le cadre de la covid. Ou alors j’en ai pas connaissance et je serais intéressé de votre source.

            Par contre, administrer des produits en rupture de stocks comme placebo peut effectivement entraîner des sanctions.

          2. 1. Mais c’est vous qui avez parlé d’application concrete de la circulaire. Pas moi. Ainsi il semble, maintenant, que vous avez voulu parler d’application concrete du droit topique. Soit. Quoiqu’au fond il n’est pas impossible que des délégations législatives sur des questions techniques soient faites en faveur d’un office cantonal dans la mesure où le canton est compétent pour ce faire et, en matière disciplinaire, il l’est. Auquel cas cet office cantonal aurait pu émettre une circulaire comportant des règles de droit. Qu’en est-il ? Je n’en sais rien. Je vous laisse examiner la question de manière complète et non propédeutique. Je vous signale que l’on trouve nombre de circulaires non disciplinaires émanant du pharmacien cantonal dont certaines comportent indubitablement des règles de droit. Cela vous faira un point d’appui et de départ. Je vous confie ce petit travail.

            2. Plus fondamentalement, quelles sont donc les normes que trangresserait le praticien prescrivant de l’Ivermectine comme placebo anti-covid ? Je me le demande bien.

            Vous nous suggérez que cela résulterait de la pénurie résultant d’une prescription inconsidérée d’Ivermectine. Aussi je vous rappelle que le traitement-placebo de la covid par Ivermectine suppose l’utilisation d’une forme orale comme cela est recommandé pour traiter la gale. Or, il n’existe pas une telle forme galénique en Suisse . Dès lors la question de pénurie en Suisse de cette forme orale ne se pose pas puisque celle-ci doit être importée par le pharmacien après prescription médicale et que toute préconstitution de stock heurte le droit fédéral.

            Qu’est-ce donc qui, légalement, fonde la pression exercée sur les praticiens ?

  26. Chère Mme Sandoz,

    Je vous invite de manière courtoise à consulter les informations suivantes et à préciser quelles informations préalables il vous manque.

    Le cas échéant, je leur demanderai de compléter les notices d’information.

    Situation sanitaire et prévision:
    ttps://sciencetaskforce.ch/fr/evaluation-de-la-situation/

    Traitements:
    ttps://www.hug.ch/coronavirus/recommandations-pour-professionnels-sante

    Vaccination:
    ttps://www.infovac.ch/fr/

    4. CONSIDÉRATIONS LIÉES AUX MÉDICAMENTS

    Synthèses et considérations pratiques

    Vue d’ensemble des traitements COVID-19 (date de mise à jour : 10.08.2021)

    Evidences et évaluations pharmacologiques

    Corticostéroides et COVID-19 (date de mise à jour : 16.10.2020)
    Anti-IL6R et COVID-19 (date de mise à jour : 19.03.2021)
    Anticorps monoclonaux et COVID-19 (date de mise à jour : 01.06.2021)
    Remdesivir et COVID-19 (date de mise à jour : 16.10.2020)
    Anakinra et COVID-19 (date de mise à jour : 02.11.2020)
    Hydroxychloroquine et COVID-19 (date de mise à jour : 10.11.2020)
    Ivermectine et COVID-19 (date de mise à jour : 19.03.2021)
    Azithromycine et COVID-19 (date de mise à jour : 20.11.2020)
    Kaletra et COVID-19 (date de mise à jour : 06.11.2020)
    Favipiravir et COVID19 (date de mise à jour : 06.11.2020)
    Fluvoxamine et COVID-19 (date d’ajout : 27.11.2020)
    Sitagliptine et COVID-19 (date d’ajout : 23.10.2020)
    Bromhexine et COVID-19 (date d’ajout : 20.11.2020)
    Vitamine C et COVID-19 (date de mise à jour : 26.02.2021)
    Vitamine D et COVID-19 (date de mise à jour : 23.11.2020)
    Zinc et COVID-19 (date de mise à jour : 10.11.2020)
    Colchicine et COVID-19 (date de mise à jour : 19.03.2021)

  27. Si on me disait que la propagation virale a été le but recherché, je n’aurais pas de peine à le croire.
    Les vaccins comme moyen imparable moralement serait une excellente trouvaille.
    Cela ressemblerait donc à une guerre bactério-virologique. L’OMS serait elle le nouveau Pentagone?

    Les dernières nouvelles devraient inciter nos autorités sanitaires à regagner un peu d’humilité et penser aux gens qui ne sont pas des objets à expériences ni qu’ils sont nés pour devenir des cobayes. Si ces dit scientifiques officialisés ont un minimum d’humanité, ils devraient plaider pour d’autres traitements et mettre un terme immédiatement à cette folie vaccinale qui est aussi leur délire du totalitarisme.
    Et si celles-ci conçoivent qu’il n’y a pas d’autres traitements à part le vaccin qui est arrivé après une année entière d’attente, cela veut il dire que les hôpitaux ne soignent pas, ils offrent un lit (payant) et un respirateur (payant) que ce dernier aurait pu tout aussi bien être mis en location à domicile, cela veut sans doute dire que les médecins ont fait, jusque là, semblant de traiter, qu’ils ont probablement prescrit des poisons autorisés et que malgré tout on a survécu…?
    A-t-on attendu, pendant un siècle, le vaccin Pfizer ARNm, pour envisager le salut de l’humanité???
    De toute façon, les éléments des taskforces ne sont que des statisticiens-épidémiologistes-sociologues, avec un médecin cantonal ou fédéral bien pharmacointance, plus près de la chimie que des gens, ils ne sont ni scientifiques dans le domaine génétique., ni dans le génie artificiel. Ils disent eux-mêmes qu’il s’agit d’une nouvelle maladie. Comment peuvent-ils prétendre déjà connaître les moyens adéquats de la contenir. Comment peuvent ils dire que le vaccin pfizer est efficace? Il n’y a qu’à voir: deux ans pour un échec annoncé et toujours en navigation à vue, sans boussole et sans radars, à part un bréviaire des industries-star des bourses européennes.

    Il faut arrêter cette imposture aussi bien dans les milieux politiques que sanitaires ou juristique car on est en train de remplacer toute notre organisation par des règles de jeu avec récompenses ou sanction. Des règles qui veulent invalider nos constitutions et législations. Ces élus ne gèrent plus nos patrimoines matériels et immatériels nationaux pour le bien du peuple, ils ne pensent qu’à leurs bénéfices personnels et à celui de leurs sectes politiques. Les multimilliardaires aux fondations tentaculaires sont leurs nouveaux dieux alors qu’on devrait les identifier comme des sociopathes. De monstrueux humanoïdes. Ceux-si sont sur la route à la recherche du paroxisme à leur folie! Ils veulent que le monde s’éteigne avec eux. Ils sont dangereux! Et ils ont les moyens de l’être.
    Arrêtons d’avoir peur, peur du microbe, peur de ces gens, cessons de laisser faire. La répression ne peut que se renforcer dans sa spirale hyperbolique et avec toujours plus de violence physique et psychologique.
    Si on n’y parvient pas, ils continueront de nous nuire.

    ttps://lilianeheldkhawam.com/2021/08/28/des-informations-affluent-et-sont-defavorables-au-vaccin/

    Savez vous que les seuls qui n’en ont pas peur, sont ceux qui ont connu l’ holocauste et la mort de près ou la famine extrême. Pour eux, les bourreaux deviennent transparents. Revenus à la vie normale, ils les détectent là où ils sont, comme on lit un livre.

    1. Voilà, on y est! Plus aucun lien avec la réalité, les faits et la raison n’est nécessaire. Le point de Godwin se rapproche. En même temps, un peu de forum sliding n’est finalement qu’un moindre mal.

    2. “les éléments des taskforces ne sont […] ni scientifiques dans le domaine génétique., ni dans le génie artificiel.”

      a) C’est bien connu: là où y a gène, y a pas d’plaisir.

      b) Le génie artificiel n’existe pas. En revanche, l’intelligence artificielle qui, elle, existe bien, n’a souvent pour égale que la stupidité naturelle. …

  28. Faire payer une partie des frais hospitaliers aux non vaccinés lors d’une hospitalisation pour covid comme le suggère M.Poggia ( et d’autres) est proprement scandaleux et contraire au principe de solidarité. Va- t- on pénaliser les fumeurs, les obèses, les cardiopathies ischémiques, tous ceux qui n’ont pas une hygiène de vie optimale ou les sportifs ayant un accident en leur faisant payer une part de leur hospitalisation ?
    Encore une fois stigmatiser les non vaccinés en les rendant responsable de prolonger la pandémie et de manquer de solidarité est malhonnête.
    La vaccination est très utile chez les personnes à risques chez qui elle diminue la sévérité de la maladie et donc la surcharge hospitalière, mais elle est beaucoup plus discutable pour les jeunes, chez lesquels la balance benefice/ risque n’est pas aussi favorable que le discours officiel veut bien le dire. Par ailleurs la personne vaccinée est certes protégée dans une certaine mesure, mais peut encore transmettre le virus. Il n’est donc pas correct d’accuser les seuls non vaccinés d’ être les propagateurs de la pandémie. Quant à la fameuse immunité collective qu’on nous fait miroiter avec la vaccination de masse ce n’est qu’un élément intervenant, parmi d’autres qu’on ne connaît pas, dans la régression d’une épidémie.
    Regardons ce qui se passe en Israël pour s’en convaincre.
    Il est probablement vrai que la majorité des patients hospitalisés, notamment aux soins intensifs, ne sont pas vaccinés , mais il s’ agit certainement pour la plupart de patients à risques qui auraient dû l’être.

    Dr P.Flouck, médecin retraité

    1. “Faire payer une partie des frais hospitaliers aux non vaccinés lors d’une hospitalisation pour covid comme le suggère M.Poggia ( et d’autres) est proprement scandaleux et contraire au principe de solidarité.”

      Bien d’accord avec vous. Mais à tout prendre, je préfère la solution de la conseillère d’Etat zurichoise en charge de la santé Natalie Rickli, qui estime que les «personnes opposées à la vaccination devraient remplir des directives anticipées attestant qu’elles ne souhaitent pas être hospitalisées et être admises aux soins intensifs en cas de covid». Selon l’élue UDC, ces personnes feraient ainsi preuve d’une “véritable responsabilité individuelle».” (Voir Le Temps d’aujourd’hui: “Selon Natalie Rickli, les personnes qui refusent la vaccination devraient aussi refuser d’être hospitalisées” – ttps://www.letemps.ch/monde/continu-selon-natalie-rickli-personnes-refusent-vaccination-devraient-refuser-detre)

      Pour une fois, l’UDC ne fait-elle pas une proposition cohérente?

      1. Bonjour R. Naldi, merci de votre commentaire. Vous oubliez qu’il y a déjà de nombreux(ses) patient(e)s qui ont des directives anticipées depuis fort longtemps et qui n’ont pas attendu une pandémie quelconque pour s’organiser optimalement, donc aussi juridiquement.
        Par exemple ZÉRO hospitalisation en Suisse (hormis une clinique privée à Berne pour moi-même), tellement les hôpitaux publics sont dangereux et vraiment peu respectueux des profils “médicaux très/trop particuliers”.
        Et SVP attention à ne pas mettre les exempté(e)s de la fameuse vaccination dans le même panier que les anti-vax. Merci ! Nous bénéficions de documents médicaux très précis et détaillés (avec motivation etc.).
        Le cas échéant, il pourrait même y avoir transfert manu militari à l’étranger, là où mes particularités ne sont jamais moquées – comme systématiquement en Suisse – mais au contraire prises très au sérieux.
        Et du moment que je finance le tout de ma poche, sans aide de quiconque, personne n’a rien à y redire. Surtout après deux erreurs médicales fortement documentées et qui sidèrent encore au jour d’aujourd’hui les spécialistes étrangers.
        Mais encore, depuis “ailleurs”, je reçois des “possibilités thérapeutiques non exclues” si je devais (un jour) être concernée par le virus et/ou un de ses variants.
        Mon cher pays a décidé d’une seule voie possible. Je prends acte, à mon plus grand regret.
        Et je laisse vraiment très volontiers tous les lits de soins intensifs aux autres humains qui en auraient besoin. Vacciné(e)s ou non-vacciné(e)s. Cela m’est complètement égal !
        Aux habituels détracteurs: je connais par cœur le milieu très particulier des “soins intensifs” ….. vraiment au micron près mais pas comme patiente !
        Ceci écrit, portez-vous bien et profitez de ces magnifiques journées de fin d’été.

      2. ” …devraient…”. Il n’appartient pas à cette dame de dire ce que les citoyens doivent ou ne doivent pas faire. Il ne lui appartient pas de faire la morale aux uns ou aux autres. Une Conseillère d’Etat ne devrait-elle pas s’abstenir d’agresser les citoyens de ce pays ? Ne devrait-elle pas cesser d’exercer des pressions sur ceux qui ne suivent pas ses convictions propre alors qu’il n’y a pas obligation légale.

        Les vaccinés ne devraient-ils pas renoncer à se voire pris en charge par la collectivité en cas de problème vaccinal ? Ne devrait-on pas renoncer à appliquer la loi sur les épidémies et la lamal dans de tels cas ? Vous direz que de tels cas n’existent pas. Il est donc facile de renoncer à cette prise en charge.

        1. Bonjour CEDH, cette dame est bien connue pour ce type de dérives dans le Canton de Zurich. Il ne s’agit pas de son coup d’essai, bien au contraire. Je lui ai écrit en allemand. Nous verrons bien si elle répond un jour ! Mais comme il y a des copies à des personnes nettement plus influentes, une réponse reste souhaitable pour elle, pas pour moi-même. Portez-vous bien. eab

  29. J’espère que la task force et le gouvernement y compris Alain Berset ont lu cela avant de décider de notre futur. Il me semble que le producteur de vaccin Pfizer n’est pas capable de faire une étude serieuse car ils n’ont pas de données suffisantes. Mais comment donc peut le FDA accepter ce vaccin sans étude scientifique adéquate? Pourquoi l’accepter alors maintenant et avant le janvier 2023 prévu? C’est purement politique. Pourquoi donc le monde entier devrait suivre le FDA qui a perdu toute crédibilité en se pliant à une pression politique au lieu de se soumettre uniquement aux critères scientifiques

    ttps://blogs.bmj.com/bmj/2021/08/23/does-the-fda-think-these-data-justify-the-first-full-approval-of-a-covid-19-vaccine/

    1. Effectivement on navigue à l’aveugle. A la décharge des autorités cela est expliqué par les circonstances extaordinaires.

      Je voulais juste ajouter que Swissmedic voulait savoir si des études comparatives sur les anticorps anti-organes, annonciateurs de troubles auto-immuns selon Swissmedic, pouvaient être faites. Je vous laisse imaginer la suite donnée à la demande de Swissmedic. Il est grave que Swissmedic désire des renseignements complémentaires relatifs à la sécurité du vaccin et que Swissmedic devant y renoncer n’informe pas la population et n’en tire aucune conséquence.

      1. A CEDH: Avez-vous un lien du document de Swissmedic sur ce qu’ils voulaient savoir exactement et ils ont adresse a qui leurs demandes? Et a la reponse?

          1. Vous avez échoué à rechercher un document de swissmedic publié dans le compendium suisse des médicaments. Cela démontre votre inaptitude à la recherche documentaire …

            S’agissant du fond, avez-vous trouvé une publication sérieuse relatant une étude de la question des anticorps anti-organes ?

  30. Complément à mon commentaire précédent. Quand je disais : » il est probablement vrai que la majorité des patients hospitalisés sont des non vaccinés qui auraient dû l’etre » je devais préciser que ce n’ est pas une raison pour pousser comme on le fait à la vaccination de masse en vaccinant les jeunes très peu à risques dans leur immense majorité, malgré le covid long.
    Sans nier le sérieux de cette pandémie je constate que depuis une année et demi on n’arrête pas d’angoisser et de culpabiliser la population avec à chaque fois des arguments différents, mais récurrents et interchangeables: nombres de « cas », de décès , d’hospitalisations, covid long, nouveaux variants,etc et à chaque fois faisant appel à l’émotionnel et au sensationnel.
    Les autorités médicales et politiques ( chez nous et ailleurs) auront – elles une fois la sagesse, le bon sens et le courage de dire: vaccinons les personnes à risques ( yc les rares jeunes qui le sont), laissons vivre normalement la société en maintenant un minimum de précautions ( par ex désinfection des mains), dépistage ciblé, promotion de ttt précoces ( peu chers et sans effets secondaires sérieux) qui au pire ne marcheraient pas mais dont bcp d’études montrent l’efficacité, n’en déplaise aux puristes universitaires?
    Dr P.Flouck

    1. Je vous explique pourquoi vous avez tort.

      Si on se concentre sur les personnes vulnérables

      1. le virus va circuler intensivement chez les non vulnérables;
      2. le virus va muter plus rapidement (car moins de mesures de protection);
      3. le virus va muter plus rapidement et au contact de personnes vaccinées (vulnérables ou pas);
      4. il faudra adapter régulièrement le vaccin pour protéger les vulnérables;
      5. les personnes vulnérables seront toujours plus nombreuses (chaque mutation élargit le cercle des personnes vulnérables) et toujours plus souvent exposées au virus.
      6. Les morts seront nombreux.

      A l’inverse, si on vaccine tout le monde dès 18 ans, le R0 va baisser drastiquement et les variants vont s’éteindre plus rapidement et muter moins souvent.
      = on sauve des vies.

      Après, à titre personnel, je trouve qu’on ferait mieux de dire:
      1. Vaccinez-vous ! (avec l’envoi d’une date précise de vaccination à chaque résident);
      Deux mois plus tard
      2. On organise des covid-party géantes où toutes les personnes qui le souhaitent seront exposées au virus (avec ou sans vaccin, chacun sa responsabilité).
      = il y aura quelques semaines avec des morts (chacun assume son risque), puis une baisse importante et définitive du R0.

      1. Votre raisonnement ne tient pas compte des connaissances les plus récentes à savoir que le virus circule aisément parmi les pfizer-vaccinés. Cette population conjugue circulation et sélection de variants contournant le vaccin. De plus, votre idée selon laquelle le virus a un répertoire de mutations opérationnelles infini est sans fondement. Enfin, votre assimilation des deux vaccins quant à l’efficacité actuelle est erronée.

        A prémisses erronées conclusions peu convaincantes.

    2. Je partage vraiment votre avis Dr. Flouck. A titre personnel, ce qui m’exaspère au plus haut point et je n’ai pas de termes assez forts pour dire mon agacement, c’est que les journalistes, la presse en général est totalement sortie de son rôle qui est ou qui devrait être : informer la population. Elle a péché par orgueil, se considérant comme experts en matière médicale, donnant des conseils à tout en chacun. La télévision n’a eu de cesse que d’encourager les gens à se faire vacciner, jeunes en bonne santé, très jeunes enfants, personnes âgées et ou à risque – toutes mises sur un même plan. Il n’est pas question ici d’être pro-vaccins ou anti-vaccins. L’on constate que l’argument que beaucoup d’experts et membres de nos Autorités ont mis en avant était que la vaccination vous protège et protège les autres. On le voit bien aujourd’hui, même si vous êtes vaccinés, vous pouvez quand même contaminer vos proches. Bien entendu et on l’a bien compris parce qu’on n’est pas tout à fait stupides, on contamine moins en étant vaccinés vu que la charge virale est moindre. Mais pour qui est observateur ou observatrice et je le suis, les personnes vaccinées ont repris leurs petites habitudes (j’en fait partie, c’est pourquoi je me permets d’en parler), la tentation d’être plus souple avec les gestes barrière est malheureusement bien réelle. C’est donc quelque peu une fausse sécurité. Autrement dit seule la vaccination ne saurait suffire pour mettre un terme à cette pandémie. Il faudra évidemment chercher des médicaments efficaces et peut-être aussi être plus attentifs en période de vacances lorsque beaucoup de gens voyagent car ce n’est pas la première fois qu’on fait cette expérience de recrudescence du virus. Normalement on devrait apprendre des erreurs !

    3. Bonjour Dr Flouck, j’apprécie beaucoup vos commentaires, surtout votre dernier paragraphe qui obtient mon complet aval. Un rééquilibrage très sain et foncièrement humain.
      Le but du gouvernement, des pharmas et des hôpitaux est de stresser-culpabiliser-angoisser la population générale. Pour les amener dans une voie uni-directionnelle sans échappatoire possible (en théorie). Et cela semble marcher.
      Alors qu’en médecine, il n’y a jamais qu’une seule voie possible, hormis pour l’apoptose.
      Les gens s’offusquent du tri aux soins intensifs. C’est vieux comme le monde, le triage des patient(e)s et pure routine aux soins intensifs médicaux versus chirurgicaux.
      Au plaisir de vous lire encore (entre deux virées avec tests négatifs of course).

  31. QUESTIONS PRATIQUES AUX LECTEURS DU BLOG DU PR. SUZETTE SANDOZ.
    Si demain vous devez être confronté au passe sanitaire auprès de votre employeur, prenez exemple ici du comment résister et comment défendre votre contrat de travail. A une variante près, les contrats de travail sont analogues voire identiques dans l’UE dans leurs principes contractuels. Les adjonctions ultérieures du patron (vaccin ou licenciement par exemple) sont-ils valables? Demandez un temps de réflexion et de consultez un conseil mais ne signez jamais rien tout de suite. Devant cette situation, consultez un avocat en droit du travail. Attention! Votre signature équivaut à acceptation des nouvelles conditions. Si le patron vous propose un nouveau contrat, examinez bien tous les termes et toutes les clauses. Comparez le avec l’ancien.

    Ce article peut vous inspirer.ttps://www.levilainpetitcanard.be/edifier-votre-forteresse/

  32. Je viens de me relire et j’ai vérifié le lien du “Vilain Petit Canard” que j’ai soumis précédemment. Il ne fonctionne pas. J’ai récupéré l’information essentielle, voici le lien il va sûrement fonctionner, je l’ai testé pour vérification.
    ttps://lecourrierdesstrateges.fr/2021/08/29/guide-pratique-pour-eviter-la-suspension-sans-salaire-a-partir-de-demain/

  33. Banque (selon les directives internes), Shop de station service (avec quinte de toux et au vu de la police municipale et de la police cantonale), Pharmacie (clients et personnel) se caractérisent à Genève par un non respect des gestes barrières. $

    Dès lors qui est responsable de ce que les soins intensifs sont, à Genève, au bord de la congestion ? Les licitement non-vaccinés ou ceux qui par leurs comportements illicites mettent en danger de manière illégale la vie d’autrui ? Les policiers qui laissent faire ? Les rabais que leur concède les Shops épargnés y est-t’il pour quelque chose ?

    A quoi sert d’édicter des normes si la Poggiesque police, qui ferme les yeux, est complice et les petites pontes sanitaires cantonales largement inefficaces.

    ttps://www.hug.ch/coronavirus-maladie-covid-19/situation-aux-hug

    1. Ceux qui dénoncent la vaccination (pourtant facultative) sont les premiers à demander des mesures autoritaires… pour les autres.

      Egoïstes.

      Soyez cohérents.

      1. Les mesures en question ont été valablement édictées et doivent être respectées dès lors que les tiers peuvent de bonne foi s’attendre à ce qu’elles soient respectées et agir en conséquence.

        1. Vaccine-toi, et tu arrêteras d’avoir peur de la respiration de ton voisin.

          Les recommandations en faveur de la vaccination ont également valablement été édictées. Tu fais des choses bonnes pour toi que sous la contrainte de la loi ?

          1. Que savez-vous de mon statut vaccinal ? Et de celui de la Professeure Sandoz ? Rien.

            A vous voir attendre votre troisième injection vous êtes âgé, vacciné depuis des mois. Faites donc attention, le vaccin ne rend pas immortel et ceux qui meurent le plus sont loin d’êtres tous hospitalisés et sont les plus âgés. Quelle est la proportion de décès extra-hospitalier chez les 80+ ? Et de vaccinés parmi les décès des 80+ ?

            Désolé pour les forcénés de la vaccination mais :
            – Il n’y a toujours pas d’hécatombe chez les moins de 40 ans.
            – Le variant delta n’est pas plus dangereux que les précédents pour les enfants.
            – L’autorité britannique en matière de vaccination n’a pas encore cédé aux pressions politiques et ne recommande pas l’injection prophylactiques des enfants. Fichez donc la paix aux enfants.

            J’y pense vous pourriez nous informer de toutes les études relatives à l’évolution des anticorps anti-organes chez les vaccinés. Cela serait utile à tous puisque fort utile selon Swissmedic.

          2. En France, graphique des < 40 ans.

            ttps://mobile.twitter.com/GuillaumeRozier/status/1434076805032554497

            Chez les jeunes (20 à 39 ans), il y a 245 admissions à l’hôpital chaque jour pour 10 Mio de non vaccinés.

            Il y en a 6 chez les vaccinés.

            La réalité est sous vos yeux, mais vous ne voulez pas la voir. …

            La réalité est plus forte que vous. Vous pouvez argumenter, mais la réalité est tenace.

          3. La réalité est là.

            L’augmentation des hospitalisation chez les enfants est, selon le cdc, proportionnelle aux contaminations. Ce que vous ne contestez pas.

            Il n’y a pas d’augmentation de la gravité de la maladie chez les enfants aux USA, contrairement à ce qu’insinuent les plateaux médiatiques. Ce que vous ne contestez pas.

            La mortalité chez les moins de 40 ans n’augmente pas malgré le fait qu’ils soient largement contaminés. Ce que vous ne contestez pas. Cela demeure une maladie de vieux et non une maladie de jeune non vulnérable.

            Parmi les hospitalisés de moins de 40 ans que vous alléguez (twitter à l’appui) combien sont-ils qui ne sont pas vulnérables ?

            Comme l’a fait remarquer l’autorité vaccinale britannique la vaccination des 12-15 ans ne saurait être recommandée au vu de l’avantage minime que cela leur apporte au vu des connaissance que l’on a. Ce que vous ne contestez pas. Alors pourquoi ne combattez vous pas le piquodrome dans la cour de récré ? Ce d’autant plus que vous n’avez aucune information sur les anticorps anti-organes. Est-ce pour votre confort de personne âgée ?

      2. Au demeurant comme les apôtres de la vaccination (Flahault, par exemple) le reconnaissent les vaccins ne font que diminuer la transmissibilité (bien peu pour l’un des deux) sans pour autant être apte à mettre fin à l’épidémie. Sans mesures de protection vous serez contaminé et contaminerez, y compris les vaccinés. Certains des vaccinés contaminés périront de la covid, notamment les personnes âgées qui ne sont souvent pas même hospitalisées (et sortent du comparatif hospitalier que les autorités aiment à diffuser).

        Créer des lieux sans mesures de prévention au prétexte d’un certificat covid est criminel. Les fréquenter est, pour les vulnérables, fort hasardeux. Renoncer à appliquer les mesure barrières est réserver de beaux jours au virus. Il est inadmissible de les violer en les lieux où elles doivent être légalement respectées car il y faut protéger les non vaccinés et les vaccinés. Les transgressions doivent être dénoncées et punies.

        On vous a vendu liberté et monde d’avant. Certaint tombent dans le panneau.

        1. On nous a vendu l’absence de forme grave; tu essaies de nous vendre l’obligation d’un test pcr pour sortir de chez nous au nom d’une loi sanitaire.

          La tyrannie est de ton côté, car tu as peur. Pas du nôtre.

          Vis avec ton risque.
          Nous, vaccinés, savons que nous ne feront pas une forme grave à > 90%. Et toi, t’as juste peur.

          1. Quelle obligation de test PCR pour sortir de chez vous ? Bizarre réaction. Pourquoi niez vous que lors de votre première injection on vous vendait du 95 % contre la maladie.

            Aujourd’hui, on vous vend du 90 % contre les formes hospitalières. Pour être exact, je dirais au mieux, selon votre vaccin, du 82 % (étude du Michigan). Vous perdez cependant de vue que les efficacité relatives (le % que vous articulez) reflètent une réduction qui n’est pas la même pour toutes les classes d’âge, celle-ci étant plus importante chez les plus jeunes (qui en ont le moins besoin) et moins importante chez le plus âgés (qui en ont le plus besoin). Ne vous laissez donc pas berner par la mise en avant des chiffres hospitaliers. Les 80+ ans, qui sont encore les plus grandes victimes, décèdent sans passer par la case hôpital (ce qui n’est pas forcément plus mal si elles ont de l’oxygène en ems).

            Mais faites donc attention à votre santé. Votre vaccin à ses limites. A 88 ans la probabilité d’y rester est de plus 2’500 fois élevé que d’y rester à 16 ans. Même divisé par dix, cela fait encore beaucoup plus.

  34. Une anthologie covidienne.
    On en avait déjà parlé, mais de cela, il y a 12 mois. Il est bon d’avoir du recul, une certaine distance, et de relire les évènements dans leur chronologie.

    ttps://les7duquebec.net/archives/266676

    1. Les chiffres d’Israel montrent que les vaccins fonctionnent.

      Nous y assistons à une épidémie de non-vaccinés !

      ttps://datadashboard.health.gov.il/COVID-19/general

      C’est incroyable comme les gens mentent sur les bons chiffres d’Israel (pour les vaccinés).

  35. Lorsqu’une petite ponte cantonale articule une contre-vérité elle amène l’Etat à trangresser le principe de bonne foi constitutionnellement consacré quand bien même elle serait, elle, de bonne foi. Notre norme fondamentale est allergique aux faqueniouz d’Etat.

    Allégué hier soir sur lemanbleu : efficacité vaccinale 95 %.
    Meilleurs résultats :
    – Michigan et contre la contamination 42 % pour l’un et 76 % pour l’autre.
    – Michigan et contre l’hospitalisation 76 % pour l’un et 82 % pour l’autre.
    Diviser par deux, quatre ou cinq ce n’est pas diviser par 20.
    – CDC (contagion ts vaccins US confondus) 66 %. UK (contagion ts vaccins UK confondus) 50 %.

    1. Vos chiffres sont insuffisants. Vous sélectionnez certaines études, omettez celles qui ne vont pas dans votre sens. …

      ttps://datadashboard.health.gov.il/COVID-19/general

      ttps://mobile.twitter.com/chezpasdur/status/1433979994200551424

      1. Nullement. Les études les plus complètes sont citées. CDC/UK/Michigan. Quant à Israël les données anté-3ème dose se trouvent dans la même ligne. D’ailleurs, pourquoi aurait-ils fait vacciner tout le monde avec une troisième dose si cela n’était pas nécessaire ? On aurait pu ajouter la situation catastrophique en Floride bien qu’ils y soient plus vaccinés qu’en Suisse.

  36. Madame la Professeure,

    Vouloir être informé est mal. Poser une question, même si c’est celle posée par Swissmedic, est mal. Porter à la connaissance du public la prise de position négative de l’autorité vaccinale britannique quant à la vaccination des enfants est mal. Tout cela est mal car il s’agit, disent-ils, de messages de haine.

    Favoriser par un discours la mise à mort des non vaccinés qui serait en détresse médicale c’est bien. Surtout si l’on est Conseiller d’Etat en charge de la santé de son canton. Ce sont alors des messages d’amour. Ne pas augmenter les capacités de soins intensifs, malgré la requête fédérale d’agir en ce sens, c’est bien ou mal ?

    Après cela ils vont s’étonner qu’ils ne soient pas aimés. Qu’un boulanger refuse de leur vendre des croissants. Ils s’étonnent d’entendre “Tous pourris”, “Vendus à big pharma”, “Etat nazi”, “Parlement castré”, “Exécutif faciste”. Ils s’étonnent et s’indignent et crient aux messages de haine. Ces cris sont légaux. Pourtant “Ils” ne forme pas un groupe spécifiquement protégé, notamment pas par l’article 261bis CP. “Ils” ont, en démocratie libérale, le privilège de se voir exposer plus qu’un autre à la critique. “Ils” ne sauraient bénéficier de curieuses interventions par des “lettres de recadrage” fédérales. Soit il y a infraction et elles doivent être dénoncées à la justice (légalité des poursuites) ou il n’y en a pas et alors le citoyen doit être laissé en paix (légalité des délits). L’entre deux est nauséabond.

    Madame la Professeure, ne posez donc pas trop de question ou vous serez recadrée, ce alors que vous n’avez pas besoin d’être décorée.

    1. Ce n’est plus un débat, mais du harcèlement textuel. Au fait, sachant qu’un seul e-mail équivaut à 4 grammes de CO2, avez-vous fait le compte de votre contribution au réchauffement climatique avec vos commentaires?

  37. Pourquoi la mortalité associée au covid dans le canton de Berne est-il si élevé ? La contamination est similaire à celle de Vaud/Genève, l’hospitalisation est semblable à celle de Vaud/Genève mais il y a beaucoup plus de décès à Berne ? Pourquoi ?
    Source : covid19.admin.c

    Au vu des déclaration du Conseiller d’Etat en charge de la santé dans ce canton, déclarations justifiant un tri accentué dirigé contre les non- vaccinés, on est en droit de se demander si les critères de tris sont-les mêmes à Berne qu’à Genève ou dans le canton de Vaud et de savoir si la politique dirigée contre la vie d’une partie de la population, qui, elle, agit licitement, est déjà à l’oeuvre.

    1. Le tri est là. On tue, par de coupables omissions, les non vaccinés. Un droit de ne pas être vacciné, certes, mais un droit sous peine de mort. Les non vaccinés, qui très largement ne mourront pas, ni même ne seront pas hospitalisés, pourront-ils vivre avec les vaccinés totalitaires et supporter la dictature de gouvernements qu’ils jugeront assassins. J’en doute. Notre société est détruite. Il n’est plus aucune raison de payer pour ceux qui ont la faiblesse de boire, de fumer, d’être obèse, d’être sédentaire, de ne pas se protéger, etc…, mais demeurent prioritaires.

  38. @ Jean Bill & co

    Je vous laisse à votre propagande à côtés de médecins de plateaux et des censeurs.

    Cela sera plus facile pour vous, forcenés de la vaccination, y compris des enfants de 12 ans (10-19 ans, un décès depuis le début), ce d’autant que vous êtes confrontés à des antivax totaux et primaires.

    En attendant, vous avez convaincu une personne de plus de ne pas être vaccinée.

    Merci à madame la Professeure Sandoz de son accueil.

    1. CEDH, je suis désolée de lire vos dernières lignes sur le blog que je préfère. Vous ne devez absolument pas vous sentir personnellement visé s’il y a de vrais barbares qui ne savent ni écrire ni s’exprimer correctement (autrement qu’avec des émoticônes et des menaces) et qui répondent très mal, de manière générale via ce blog toujours très pertinent versus d’autres blogs moins subtils.
      Il s’agit des dérives standards des nouveaux moyens de communication, donc il faut ignorer avec superbe ces attaques pour avancer sereinement.
      Personnellement, je trouve toujours intéressant de confronter moult avis contradictoires afin de progresser dans une thématique fort complexe, sans automatiquement se “crêper le chignon” et/ou souhaiter exterminer les “avis différents”.
      Même si je suis fermement exemptée médicalement parlant, j’essaie encore de comprendre les deux camps “vaccinaux” opposés, d’autant plus que je ne dépends pas du système de santé helvétique (documents juridiques inviolables).

      En corollaire, il y a vraiment des contrées où personne ne va vous embêter sur ce sujet et où l’accueil est resté similaire avant, pendant le pic pandémique, et même maintenant. J’y retourne sous très peu en prospection “locative”. Les suisses y sont tout à fait bienvenu(e)s et ce n’est pas si loin de chez nous ! Il est néanmoins indispensable d’être germanophone et italophone. Ce sera ma troisième expatriation, mais ne dit-on pas “jamais deux sans trois ” !
      Alors CEDH, j’espère toujours pouvoir vous lire et élargir mon horizon avec les références sérieuses que vous citez toujours. Je file aussi demain à l’aube en Lombardie-Insubria où l’ambiance est nettement moins délétère-toxique que chez moi en Helvétie (bizarre tout de même) et lirai de temps à autre les textes des blogs. Entre-temps portez-vous bien !

      1. Vous aviez fait état d’un mathématicien de Bolzano. En Insubrie vous trouverez la très intéressante mathématicienne Olivia Caramello qui enseigne à l’Université d’Insubrie. Vous pouvez jeter un coup d’oeil sur youtube. Et puis peut-être qu’elle vous offrira un café. C’est une femme passionnée et passionante.

        ttps://www.oliviacaramello.com/
        ttps://www.ihes.fr/professeur/olivia-caramello/

        1. Bonsoir CEDH, merci pour la référence. J’étais encore dans les collines entre Como et Varese ce matin ! Demain je ferai un surf sur le site de cette toute jeune dame (qui pourrait être ma fille). Le mathématicien dont je parlais est originaire d’Alto Adige, retraité de l’Université de Ferrara …. ville que je connais aussi évidemment entre autres cités italiennes où j’ai zoné un certain temps.
          Vous savez aussi que l’ETH ZH a “chipé” un autre génial mathématicien de Pise, Prof. Dr. Alessio Figalli….. Comme je file près de Merano d’ici peu, je vais contacter ce Prof. retraité et il saura certainement qui est Mme Prof. Olivia Caramello.
          L’ambiance est si malsaine chez moi en Suisse que je n’ai qu’une hâte: check-up de la voiture, filer plein Sud, virer sur l’Est, dépasser Bergamo (et sa Fondation Mario Negri, la quintessence de la néphrologie cf. site web), revoir le Monte Orfano en arrivant près de la Franciacorta (lac d’Iséo), foncer plein Est sur Brescia, Verona et remonter au Nord sur Trento etc !
          Et peut-être qu’en rentrant, j’irai encore au Parc Sigurtà revoir les arbres majestueux et les nouvelles couleurs automnales.
          Que du pur bonheur en prévision (avec test négatif of course) et beaucoup moins de radars si je compare avec nos chères autoroutes. Gardez un moral d’acier malgré la morosité et au plaisir de vous lire. eab
          ttps://www.marionegri.it/struttura
          ttps://www.marionegri.it/giuseppe-remuzzi-bio

  39. Je ne peux m’empêcher de penser à ces veaux de la vaccination un peu contrainte qui se font vacciner sans réflexion en faisant la queue devant le centre de vaccination. Combien se feront injecter du 2ème choix ? Dans six semaines auront-ils encore besoin du passe sanitaire qu’ils auront en main ? Vont-ils se faire tester pour se rendre en des lieux nécessitant un passe sanitaire et au sein desquels il n’existe plus de mesure de protection ? Combien vont détester 4 ou 5 membres du Conseil fédéral (pas les UDC et certainement un socialiste) ?

    Pour comparer les vaccins à ARNm on peut se référer à l’étude du Michigan (mois de juillet), à l’article récent dans le jama (taux d’anticorps) et à diverses études (demi-vie : 100 jours). Nos irresponsables devraient observer la situation suisse sans confondre les deux vaccins à ARNm. La question de la troisième dose se pose plus vite pour Pfizer que pour Moderna.

    Vacciné sans facteur majeur de risque faut-il attendre une troisième dose ou, comme Drosden l’imagine pour lui, rechercher le contact avec le variant delta, dans un lieu protégé (sic).

    1. Bonsoir CEDH, dans le JAMA, vous parlez de celui-là …. ? étude belge:
      ttps://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2783797?widget=personalizedcontent&previousarticle=2783834
      Comparison of SARS-CoV-2 Antibody Response Following Vaccination With BNT162b2 and mRNA-1273
      Steensels D, et al. JAMA. Published online August 30, 2021. doi:10.1001/jama.2021.15125.

      Pour le reste, la plupart des humains ne sait pas ce que cela implique (sur la très longue durée) d’être un sujet expérimental. Et sur ce thème, mon expérience comme survivante est particulièrement longue + édifiante.
      Merci d’avance de votre réponse. Bonne soirée, eab

      1. Bonjour Eliane,

        Ce que je trouve édifiant est que depuis des semaines (Preprint de l’étude rétrospective du Michigan) on sait que les deux vaccins à ARNm ne sont pas cliniquement égaux face au variant delta. L’étude que vous avez citée -et une autre étude dont je donne le lien- explique assez bien pourquoi tel est le cas lorsque l’on sait que la demi-vie des IgG en question est de 100 jours. La collation raisonnée de données du CDC, dont la presse généraliste romande s’est fait l’écho, confirme cette différence. Et pourtant en Suisse on continue à faire comme si rien n’était. Peut-être est-ce un choix politique ?
        ttps://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2783685?resultClick=1

        Vous avez raison la plupart des vaccinés ne vont pas se faire vacciner en envisageant d’éventuels effets délétères à long terme des vaccins. De là le qualificatif de veaux. A leur décharge ils sont victimes des comportements tordus de l’Etat et de ses agents.

        Bien à vous.

        1. Même la presse généraliste passe aux aveux.

          “Une autre étude, qui a analysé l’efficacité des différents vaccins entre juin et août dans plus de 400 hôpitaux, a déterminé que le sérum de Moderna était le plus efficace contre les hospitalisations (95%), que celui de Pfizer (80%) et celui de Johnson & Johnson (60%).”

          95 % c’est diviser par 20 (Moderna)
          80 % c’est diviser par 5 (Pfizer)

          Le consentement éclairé suppose que cette différence soit portée à la connaissance de tout vacciné potentiel tant il est objectivement important. Est-ce fait ? Informez vous donc pour savoir si l’on vous informe. Faites le aussi sur le terrain, si une personne sensément qualifiée (médecin) ne vous informe pas correctement, la question de la (tentative) de lésion corporelle simple se posera.

          Et dire que notre charmant Etat et ses agents, perspicaces et prévoyants, ont reporté la livraison de 500’000 doses de Moderna.

        2. Bonjour / Bonsoir CEDH, merci de votre commentaire. De loin je ne suis pas aussi qualifiée que vous-même. J’essaie juste de lire et suivre les vraies études sérieuses, tout en gardant ma farouche indépendance mentale ainsi que le contrôle pour ne pas bêtement activer (via des produits grands prématurés) un syndrome néphrotique de type « zone noire irréversible » dont les autorités, les pharmas et les médecins lambda se foutent complètement en Helvétie (mais pas en-dehors des frontières, je le précise). Sans revenir sur le sujet des allergies aux contenants-contenus et des interdictions selon mes interminables listes d’interactions émanant de pharmaco-génétique etc.

          La presse romande est devenue spécialistes des lapalissades. J’ai laissé tomber depuis un moment tant le niveau des articles et des commentaires est proche de la fange dans laquelle se roulent les pourceaux …. Bref, une vraie fable champêtre comme vous l’avez fort bien relaté et que je poursuis bien modestement ci-après ….. Donc d’ici quelques jours, je vais aller voir comment est l’ambiance dans les étables zurichoises, en espérant que le niveau local d’agressivité ne me coupera pas l’appétit – néanmoins il y a très peu de risques étant donné ma quête acharnée de protéines. Habituellement Zurich est fort agréable, même pour les 60+. Je ferai un stock d’aiguillette baronne (Tafelspitz) au passage, c’est « aux petits oignons » contre la déprime contagieuse. Puis j’irai en Valais observer les bouveries de la race d’Hérens (à chair très goûteuse en général) sans penser une seconde au Jeûne.
          Encore plus tard, à mon retour d’Alto Adige, j’irai faire un tour du côté des prés broutés par la Simmental à robe fauve, histoire de me faire une idée encore plus globale des divers courants gustatifs helvétiques du moment.
          Sans oublier qu’entre mes déplacements, je dois terminer la lecture d’un thriller japonais – une vraie boucherie humaine – écrit par une femme, Natsuno Kirino. Irrésistiblement, cela me fait penser au bœuf de Kobé dégusté à Naoshima.

          Bien entendu, mes virées sont toujours accompagnées de mes tests chroniquement négatifs (précision importante pour les détracteurs), de mes valeurs CD4/CD8 à plus du double des normes supérieures (vous savez bien ce que cela signifie en vrai de vrai) et de ma compagne de toute une vie, ma bien-aimée GNCM-CMGN dont le MDRD a récemment pris une superbe teinte « rouge automnal ».
          Vous savez que les peureux-vindicatifs ont en général un MDRD dans le « délicieux vert herbeux » – même pas dans l’orange-mandarine – donc dans la zone de confort maximal et/ou de grande normalité banale.
          Il est dès lors très difficile pour eux d’imaginer la vie des autres beaucoup moins « parfaits » et slalomant sur le fil du rasoir depuis bien plus d’un cinquantenaire.

          Ah si seulement je pouvais vivre en permanence dans un Camper Concorde …. Avec un chat à 3 pattes assorti à mes imperfections naturelles. Ce serait merveilleux. Zéro domicile physique et juste une adresse purement « administrative ». Zéro frontière. Une masse infinie d’horizons nouveaux jusqu’au bout de la vie. Le seul hic, c’est que la force physique n’a jamais été mon point fort !

          Au plaisir de vous lire …. et également de rechercher les textes des références sérieuses que vous citez. Portez vous bien.

          PS: Je dois lire cet article du Lancet sur l’éthique et les vaccins (tout récemment paru)
          ttps://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)01378-7/fulltext
          Il y a une réf. citée, plutôt ancienne (1972 – No19) qui m’intéresse et que je vais tenter de trouver – Auteur = Hirschmann A.

    2. veaux ?
      Vous ne seriez pas en train de vous vaaxiser? à défaut de vous vacciner ?

      à tous, consulter les sources et regarder les chiffres brutes; ne vous laissez pas influencer par les interprétations/suppositions des autres.

      p. ex.
      pour la Suisse:

      ttps://www.covid19.admin.ch/fr/vaccination/persons

      Graphique:

      ttps://mobile.twitter.com/duc_qn/status/1434874213463203846

      pour la France:

      ttps://covidtracker.fr/vaximpact/

      etc.

      1. Me vaxiser ? Je ne suis ni pour ni contre. A chacun de faire son choix. Il est certain que celui qui ne résisterait pas au virus et ne peut vivre en ermite ne devrait pas être enclin à faire le même choix que le jeune sans vulnérabilité aucune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *