“Tour d’horizon des effets indésirables liés au vaccin”

Tel est le titre de l’intéressant article publié par Le Temps de ce 15 juin (p. 13), suivi du texte en gras : « Fatigue intense, maux de tête et douleurs aux bras : les personnes vaccinées contre le covid-19 sont nombreuses à se sentir affaiblies quelques jours après la piqûre. Ces réactions, qui touchent davantage les plus jeunes, sont désagréables mais anodines ».

J’adore « anodines » quand je pense à ce qu’ont vécu certaines de mes connaissances !

Pour information, je relève mot à mot ci-dessous quelques passages (en gras)  de l’article et les fais suivre d’un bref commentaire.

Combien de décès dénombrés après la vaccination ?

« Selon Swissmedic, 90. Leur moyenne d’âge dépassait les 83 ans et elles souffraient toutes d’affection préexistantes. ». << Selon les dernières conclusions toutefois, ces décès étaient dus, en dépit de leur concordance temporelle avec la vaccination, à des maladies dont l’apparition n’a rien à voir avec la vaccination >>. « Des autopsies sont en cours »

Sauf erreur de ma part, c’était aussi le cas de personnes de cette tranche d’âge comptabilisées comme mortes de la covid . Y a-t-il eu autopsies ?

« A ce jour, plus de deux millions de personnes sont entièrement vaccinées en Suisse… Swissmedic … recense à ce jour plus de 2700 annonces d’effets indésirables, une majorité étant considérée comme « non grave ». …

Et un petit peu plus loin :

« Le nombre total de réactions déclarées à Swissmedic est presque deux fois plus grand avec le Moderna qu’avec le Comirnaty – 4323 contre 2656, respectivement. Mais pour Alessandro Diana, il faut prendre ces chiffres avec des pincettes, car ils pourraient être liés à des effets statistiques ».

Y a-t-il une concordance entre ces chiffres si divers (2’700 ou 6979) ? Et, en matière de morts et de malades de la covid, les chiffres nécessitent-ils les mêmes pincettes ?

« Si les effets sont forts, suis-je mieux protégé contre le covid ? » << Collectivement oui, mais individuellement non >> répond le médecin vaudois Philippe Eggimann. Comprenez : ce n’est pas parce que vous avez été fatigué plusieurs jours que vous pouvez vous passer de la deuxième dose, ou que les anticorps vous protégeront du virus pendant plus d’un an »

C’est sans doute là ce que l’on appelle une réponse étayée scientifiquement !

« Comment s’informer sur les effets indésirables ? En théorie, des informations sont dispensées au moment de la vaccination. Mais le personnel n’en a pas toujours le temps. Les médecins cantonaux de Suisse romande, responsables de la prévention sur le sujet n’ont, semble-t-il, pas prévu de documentation spécifique. Chez Swissmedic, on en appelle au bon sens : << Le patient responsable d’aujourd’hui a le devoir de s’informer, par exemple sur les sites de l’Office fédéral de la santé publique et de Swissmedic>>. Sur son site, la plateforme Infovac donne aussi des informations complètes.

Tout le monde sur internet ! Et si vous n’avez pas les outils nécessaires, c’est parce que vous manquez de bon sens selon Swissmedic ! On sent l’empathie et l’amour du prochain ! Qui est-ce déjà qui prêche la solidarité par le vaccin ?

Et je n’ai reproduit fidèlement ci-dessus que quelques passages ! Merci au Temps de ces précieuses informations !

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

115 réponses à ““Tour d’horizon des effets indésirables liés au vaccin”

  1. Bonsoir Madame Sandoz,
    Merci pour ce nouvel article.

    J’aimerais beaucoup que vous écoutiez ceci: ttps://emakrusi.com/video/35-11-06-2021-vaccin-et-immunite-cellulaire/
    C’est impressionnant, inquiétant et parle entre autres des réponse du médical aux citoyens.
    De même que de ces notions troubles d’immunité dont personne ne sait rien puisque l’on est en période “d’essais”.
    Bien cordialement

    1. Ah oui Ema Crusi, la vendeuse de chaussures bas de gamme, experte auto-proclamée en infectiologie ! Il y a aussi une intervention des professeurs renommés Francis Lalanne et Jean-Marie Bigard ? Une analyse de Kim Glow ? Est-ce que Régis-Michel, chef d’équipe chez ABC pneus à Cossonay viendra parler des vaccins à ARN messagers ?
      Les rubriques de Mme Sandoz et les commentaires de ses fans si fragiles sont un délice !

        1. Un grand merci à vous pour votre indignation à géométrie variable.

          Quand les vrais patriotes font un effort pour la collectivité et se font traiter de moutons crédules par les experts en copier-coller qui vous adulent on ne vous lit pas curieusement.

          1. Il est évident que cette marchande de chaussure, chaussures dont je ne sais si elles sont bas de gamme, ne comprend pas ce qu’elle dit comme le démontre le fait qu’elle le dit de travers en faisant usage de mots et concepts qui la dépasse.

            Mais ce qu’elle dit est vrai dans son principe : Il peut exister une immunité cellulaire adaptative contre le sars-cov-2 sans que l’on ne puisse détecter la présence d’anticorps dirigé contre ce virus.

      1. @MR CREOSOTE: créosote = goudron de houille, pesticide reprotoxique, cancérogène, polluant persistant, écotoxique. Vous avez merveilleusement bien choisi votre sobriquet. …

      2. Après avoir écouté la vendeuse de chaussures bas de gamme, je trouve que son travail de vulgarisation de notions aussi complexes que la “culture cellulaire” est tout à fait adéquat, informatif et salutaire. Pouvez-vous s.v.p. étayer votre propos quant à la “fragilité” des fans de Mme Sandoz ?

  2. @Mme Sandoz : Ironie, sarcasme, exaspération et résignation, tout y est et votre analyse est limpide, sauf pour les petits moutons crédules qui donnent leur “consentement éclairé” avant de se faire piquer.
    On vit une époque formidable qui durera jusqu’en 2032, grâce au verdict des urnes de dimanche dernier.

      1. @ MR CREOSOTE

        Si vous ne savez pas à quoi il est fait référence, vous devriez vous retirez du débat et vous abstenir de voter.

        Allez donc lire la loi covid-19 et revenez nous expliquer que cette référence à 2032 est ridicule au vu de la faible étendue de ce qui subsiste de la loi covid-19 jusqu’en 2032.

        L’argumentation sérieuse vaut mieux que la dérision.

  3. Il y a évidemment une concordance entre les chiffres indiqués. L’article sur le site du Temps contient un lien vers le site de Swissmedic qui recense les effets indésirables (ttps://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/news/coronavirus-covid-19/covid-19-vaccines-safety-update.html). Il y a 2700 annonces d’effets secondaires (= 2700 personnes qui ont reporté *au moins* un effet secondaire), et 7000 réactions au total, soit 2.6 réactions en moyenne par personne qui a rapporté un effet indésirable.

    Tout ceci est très bien expliqué sur le site de Swissmedic, auquel vous avez probablement accès. Mais vous avez maintenant les informations pour mettre à jour votre billet de blog, afin que vos lecteurs ne restent pas sur la fausse impression que Swissmedic ne sait pas compter.

    1. C’est juste, Madame Sandoz confond le nombre de personnes touchées, avec le nombre d’effets mentionnés.
      Mais de mémoire, il est aussi dit sur le site de Swissmedics que les chiffres en question sont sans doute sous-estimés, vu le temps de remontée des informations et vu le fait que toutes les personnes ne remonteront pas les effets indésirables.
      Par ailleurs, il y a aussi l’étude des cas de myocardites – ttps://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/news/coronavirus-covid-19/untersuchung-berichten-ueber-myokarditiden-zusammenhang-mrna-impfstoffe.html

  4. “La moyenne d’âge dépassait les 83 ans…” Ah.. ben alors.. ils seraient morts de toute façon.. Quand je dis que “les vieux” ont servi de cobayes , je ne suis pas loin de la vérité !!

  5. ….Oui, à quand un droit fondamental à ne pas être connecté ? Nul n’est sensé ignorer le droit. Mais d’où provient ce dicton ? On ne voit nulle part un devoir des services publiques, de faciliter un accès universel au droit… Le monde est plein de paradoxes.

    1. On écrit nul n’est “censé”, et non “sensé”. Et ce “dicton” est un adage du droit romain, qui disait: “Nemo censetur ignorare legem”, ce que l’on traduit par “nul n’est censé ignorer la loi”. Mais le meilleur est que cet adage était appliqué dans un empire où 90% de la population était illettrée. Mais il est très commode en droit suisse, là où 10% de la population est illettrée, 70% inculte, et 20% de mauvaise foi…

      1. Je vois que Mme Sandoz n’a pas publié mon commentaire précédent… Je réitère car Avocat Santschi me traite d’inculte ou de mauvaise foi.
        Êtes-vous donc vous-même inculte ou de mauvaise foi Avocat Santschi?

      2. Vous avez bon cœur d’après vos “20% de mauvaise foi”. Si vous écriviez 70% ça reste faux ainsi que 80 et 90%. La mauvaise foi est constituante chez l’être humain et gouverne nos attitudes la plupart du temps. Des rares fois dans une journée elle fonctionne en alternance avec la bonne foi à l’égard de certains, pour autant que nous soyons épris d’amour à l’égard de proches très proches.

  6. Chère Madame,
    Vous savez que les antivax vous suivent. Vous pourriez éviter d’alimenter des débats stériles… (soupirs). Vous valez mieux que cela.

    En date du 2 juin 2021, 2701 déclarations d’effets indésirables présumés de vaccins (EIV) contre le Covid-19 avaient été évaluées en Suisse. La plupart des déclarations mentionnent plus d’une réaction (7065 réactions au total pour 2701 déclarations, soit 2,6 réactions par déclaration en moyenne). Au total, 1751 (64,8 %) soit la majorité, rapportaient des effets indésirables non graves, tandis que 950 (35,2 %) déclarations évoquaient des effets graves.

    1. Mise à jour au 15 juin: ttps://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/news/coronavirus-covid-19/covid-19-vaccines-safety-update-1.html
      On voit qu’il s’y est ajouté 7 morts, et 93 effets secondaires graves en 2 semaines.
      On peut trouver cela négligeable, mais il est aussi noté sur le site de swissmedic, tout au fond de la page, sous “informations complémentaires”:
      “Le nombre de réactions de vaccination pourrait être plus élevé que le nombre d’annonces.” (ce qui est une évidence, vu qu’il paraît peu probable que chaque cas remonte toujours)
      Sachant qu’on ne vaccine plus vraiment les personnes âgées en ce moment (ni même des gens à fortes comorbidités), on va voir que l’âge moyen des effets graves va sans doute baisser.
      Ce qui pourrait changer sensiblement le rapport bénéfice/risque pour toutes celles et ceux qui recourent à ces traitements à ARNm et qui sont plus jeunes.
      Mais comme tout cela est en cours, et que la communication est volontairement “très positive”, il faut se limiter aux hypothèses. Hypothèses qui ne sont bien sûr pas du tout communiquées aux postulants, qui n’ont qu’une envie, c’est d’aller en vacances sans trop de contraintes après plus d’un an de mesures sanitaires…

  7. Moi aussi je me permets le sophisme de la génération abusive: un peu mal au bras après le premier vaccin, et état fébrile entre les heures 6 à 24 suivant la deuxième dose. En regard des avantages démontrés du vaccin comme le fait que je ne tomberai pas ou très faiblement malade, et fortement probables comme le fait que je ne transmettrai pas ce virus, les inconvénients sont bien dérisoires.

    Vous évoquez le nombre absolu plus importants d’effets indésirables du Moderna par rapport au Pfizer, 4623 contre 2656 soit un ratio de 1.74.
    Le site de la Confédération nous indique qu’au 13 juin, 3’655’000 vaccins Moderna ont été administrés, contre 2’465’000 doses du Pfizer soit un ratio de 1.48. Ce même site nous indique aussi qu’au début de la vaccination, donc lorsque les personnes âgées, a priori moins sujettes aux effets indésirables, étaient vaccinées en majorité, ce même ratio était < 1. Voici donc pourquoi M. Diana dit qu'il faut prendre ces chiffres avec des pincettes, car ils pourraient être liés à des effets statistiques !

    Soit vous publiez ces chiffres avec l'intention douteuse de répandre de la crainte, des incertitudes et des doutes (le fameux FUD anglophone), soit vous êtes de bonne foi mais manquez d'outils et de rigueur. Ce qui est regrettable vue la large tribune qui vous est offerte. Dans ce dernier cas, n'hésitez pas à m'envoyer vos projets de billets. Mes moyens sont ce qu'ils sont, mais deux paires d'yeux valent mieux qu'une.

    1. Tout va bien pour vous et jusqu’à maintenant. Belle démonstration ! Nous sommes donc tous convaincus de l’innocuité à long terme.

    2. “…les inconvénients sont bien dérisoires”. Allez dire ça à mon père qui s’est pris 10 ans dans sa face en un seul jour après la 2ème dose. Quand on a bientôt 80 ans, ça change la vie, croyez-moi.

      Je précise que ni son médecin traitant, qu’il a vu plusieurs fois en quelques semaines, ni l’hôpital dans lequel il a passé une semaine en observation, n’ont fait de déclaration d’effet indésirable à Swissmedic et qu’il a fallu la faire lui-même pour que ce soit comptabilisé.

      Les médecins et les hôpitaux ont visiblement autre chose à faire que de la paperasserie inutile. On nous dit que la pharmacovigilance du vaccin serait faite de manière extrêmement rigoureuse, mais on comprend qu’il s’agit avant tout de communication et de marketing pour rassurer et que c’est du flan.

        1. Cas particuiler, certes, mais combien y en a-t-il ? C’est toute la question. Il est certain que les 2700 effets indésirables de Swissmedic sont sous-évalué. Mais de combien ? D’un facteur 10 ? Et ce ne sont là que les effets à court terme.

          1. Je ne les nie pas, ni ne nie qu’ils sont très probablement sous-estimés, ni ne nie leurs effets localement dramatiques. Je les mets en regard du coût et des souffrances du nombre de morts, d’hospitalisés, des malades symptomatiques de la covid et de tous ceux qui ont souffert des effets collatéraux sur les bientôt 18 mois écoulés.

          2. Oui, là je vous comprends. Vous faîtes donc ce désormais célèbre rapport bénéfices-risques.
            Ce serait effectivement bien de pouvoir le faire en toute connaissance de cause, mais c’est une équation avec trop d’inconnues et il y a donc une infinité de résultats possibles actuellement.
            Vous pensez que les effets secondaires sont marginaux et qu’il n’y aura pas d’effets secondaires à long terme: donc que les bénéfices sont plus grands que les risques.
            Mais si les effets secondaires à court et long termes s’avèrent catastrophiques, on saura rétroactivement que le bénéfice-risque était défavorable. C’est donc une question de croyance ou d’argument d’autorité.

  8. C’est la fin du consentement éclairé. Maintenant, c’est le consentement manipulé par le discours abrutissant de type bisounours répété 24h/24, 7jours sur 7.
    Et s’il y a un problème – on dira que tout était écrit sur le site Swissmedics en bas de page (effets indésirables “attendus”).
    La pression sociale est tellement forte, que même les gens qui ne le voulaient pas vraiment ou qui n’en attendaient aucun bénéfice médical se retrouvent dans la file des vaccinés, sans trop savoir pourquoi.
    Cela ressemble à un acte religieux, comme les sacrifices humains à Baal pour sauver la cité contre une grave menace.
    Si peu de science et humilité en tout cela hélas.

    1. Bonjour Samy, j’adore vos commentaires …… tellement pertinents. Mais je pense que ce n’est pas la fin du consentement éclairé. Nous avons toujours le pouvoir de tout annuler “à la dernière minute” si un consentement éclairé ne nous plaît pas trop après analyse très approfondie de la terminologie et des tournures utilisées. Comme patiente, je le fais sans aucun état d’âme. Parole de scribe ayant amélioré par le passé de nombreux “consentements éclairés” dans le cadre de “divers protocoles”. Bonne journée. eab

      1. Merci, c’est bien gentil de votre part, chère Eliane.
        Mes commentaires sont peu de choses, vu ce que vous avez visiblement vécu dans votre santé.
        Ce qui me peine beaucoup, c’est l’inquisition morale actuelle envers les personnes qui ne défendent pas le point de vue des autorité, qui est relayé avec si peu d’esprit critique dans les médias. La culpabilité est utilisée à large échelle, de manière presque religieuse. Je trouve cela très dangereux pour la science (qui se retrouve sous une forme de tutelle de l’Etat et des groupes pharmaceutiques), mais aussi pour les libertés fondamentales (notamment de se soigner de telle ou telle manière, de se déplacer, de penser, de s’associer, de faire du commerce, etc.).
        Cette crise engendre un climat délétère qui imprègne beaucoup de strates de la société et qui pourrait nous ramener à des formes de tyrannie, qui sait?

  9. C’est comme si on annonçait un crash d’avion et la mort de 250 suisses seulement en fin du télé-journal, pas besoin d’en faire la une, 250 c’est rien !

  10. En même temps, ce qu’on peut dire ici… (et comme au concours eurovision de la chanson, là où on conclut l’émission en disant: “And the winner is… ” mais sauf que ici on dit; “And the GUILTY is… “), c’est: “and the guilty (donc) is… LIBERALISMUS !!!!!

    Et cela conformément à la géniale phrase titre du blog de Lilianne Helh-Khawam, je la copie-colie ici: «Après avoir usé et abusé d’un faux libéralisme, la réorganisation sociétale semble promettre de ressusciter le modèle soviétique, au profit de privés cette fois. » Coup d’Etat planétaire”.

    Et là où je modifierais encore cette phrase ainsi.. moi… :”Tout en USANT d’un FAUX libéralisme, la réorganisation sociétale ressuscitait le modèle soviétique… mais au profit de privés néanmoins cette fois. Coup d’Etat planétaire que cela”.

    Et là où en tant que Libérale, RACHETEZ-VOUS maintenant Suzette Sandoz. Vous avez déjà commencé (ICI) mais mettez les bouchées doubles si vous voulez y arriver… avant d’être… “épuisée”, merci.

  11. Le travail que vous menez depuis maintenant pas mal de temps est un sabotage des efforts du corps médical visant à combattre au mieux la pandémie.

    Vous trouverez évidemment toujours de nombreux échos qui vous sont favorables dans la colonne des commentaires. Mais qui sont leurs auteurs ? Pas des médecins, mais en majorité des personnes se prétendant instruites dans le domaine de la santé, et qui ne seraient pas même capables de faire un lit à l’hôpital. Vous avez toutefois eu deux commentateurs médecins (et auteurs de blogs dans ce journal), qui à leur manière ont tenté de redresser un peu la barre du cap que vous avez choisi pour emmener vos passagers tous incités à se défaire de leur gilet de sauvetage. L’un de ces médecins, sans grand tact, vous a suggéré d’abandonner les sujets dans les domaines que vous ne connaissez pas, en vous expliquant que vous créez le désordre en cultivant le doute. L’autre a voulu apporter de multiples informations de sources sérieuses, afin de contrebalancer le lest que vous déposez au fond de la cale de son navire et celui de ses collègues soucieux d’informer dans un but positif. Mais qu’importe, vous n’avez pas eu envie de prendre en considération ces deux interventions, vous préférez continuer à viser la transparence au travers de votre brouillard. Mais qu’est-ce qui manque donc pour que vous puissiez prendre conscience des conséquences négatives du travail que vous menez ? Ni les facultés intellectuelles, ni le raisonnement, ni la sensibilité, encore moins l’empathie. Alors quoi ?.. Vous êtes assise sur des représentations, il vous échappe la vision de la simple réalité de la souffrance à laquelle vous semblez n’avoir pas été trop confrontée. Des personnes ne sachant pas même lire ou écrire savent mieux se battre pour vivre que vous et influencent les autres pour leur bien, en prenant sans hésitation le cap qui leur donnera les meilleures chances de s’en sortir.

    Le joueur de flûte de Hamelin a sauvé les habitants en emmenant les rats au bord de la falaise, vous c’est l’inverse, ce sont les habitants que vous charmez de votre flûte pour leur faire connaître la liberté du vide.

    1. “Vous trouverez évidemment toujours de nombreux échos qui vous sont favorables dans la colonne des commentaires. Mais qui sont leurs auteurs ? Pas des médecins, mais en majorité des personnes se prétendant instruites dans le domaine de la santé”
      …………………………………….
      Si, il y a des médecins qui parlent comme Mme Sandoz, mais ils sont mis à ban ! Mon propre médecin généraliste refuse de vacciner.. avec un autre médecin de ma région, ils ont donné leurs raisons dans un quotidien bien connu.. Ils se sont fait “démolir” par d’autre toubibs qui les ont traités de complotistes.. C’est comme pour le climat, ou comme il y a 30 ans pour “l’Europe”, nous sommes tous obligés de penser comme la doxa.. interdiction d’évoquer le moindre scepticisme , le moindre doute, Big Brother détient LA Vérité … et ceux-là mêmes qui interdisent toute opposition avec arguments à l’appui, se gargarisent du mot “démocratie”..

      1. Bonjour Marie-France, merci de votre mise au point tout à fait pertinente. En Helvétie, il y a de nombreux médecins (niveau professoral) qui émettent des doutes/bémols justifiés et les notifient à titre privé. Bien sûr, ces spécialistes ne sont pas du tout “à la mode” actuellement, mais ils gèrent des patient(e)s complexes chaque jour qui passe. Donc ils ont aussi une énorme expérience des dangers de ces nouveaux vaccins pour leurs patient(e)s.
        Au point où nous en sommes, il vaut mieux profiter au maximum de ce que la vie peut nous offrir ……
        Une belle journée, pour ma part je file en Lombardie (avec test négatif bien sûr) où il y a eu beaucoup plus de décès que chez moi, mais où l’ambiance est restée malgré tout nettement plus positive ! eab

      2. Je n’approuve pas, moi non plus, les thèses malhonnêtes qui attribuent facilement de mauvaises intentions à des personnes qui ne font que défendre leur point de vue, que ce soit dans un camp ou dans un autre. Ces procédés sont courants dans le monde politique où tout est permis pour tenter d’imposer sa vision d’un monde meilleur, plus juste, mais pour qui ? Dans le domaine de la santé, au moins, nous avons tous le même corps qui a les mêmes besoins, et la force des idées n’a aucun pouvoir sur sa physiologie, nous ne sommes pas encore capables de fabriquer de nouveaux corps adaptés aux idéaux politiques. Mais les esprits déjà bien plus, et la pandémie nous révèle aujourd’hui que nous ne sommes pas capables de nous calmer pour cesser ces affrontements improductifs alors que le temps compte. Est-ce que nous ferions de même pour aller secourir une personne en risque de se noyer ? Discuter d’abord du type de bouée à emporter avec soi, demander aux personnes prêtes à se lancer à l’eau de confirmer au préalable qu’elles disposent bien des capacités que leur confère leur certificat de maître nageur ? Ou appeler Madame Sandoz pour qu’elle stimule et enrichisse le débat… Ce débat peut avoir lieu après que la personne en détresse a été ramenée tant bien que mal sur la plage, par le meilleur nageur du monde ou un intrépide qui a appris à nager comme un chien…

        Nous ne sommes pas tous obligés de penser comme la doxa. Pour preuve on me publie, quand bien même j’excède les personnes qui se félicitent mutuellement dans ce blog et d’autres. Votre médecin qui ne veut pas se faire vacciner essuie des critiques et fait l’objet d’accusations malhonnêtes, mais il conserve ses patients qui lui font confiance, contents de ce qu’il leur apporte. Madame Sandoz a certainement aussi trouvé le médecin qui a la patience de l’écouter dans de fructueux échanges en toute transparence, pour qu’il lui remette ensuite l’ordonnance qu’elle examinera au microscope. La liberté que vous souhaitez est impossible à mettre en œuvre, à moins de croire que le meilleur médecin pour tous est le sien. Dans le cas particulier de la pandémie, c’est la collectivité qu’il est prioritaire de prévenir et soigner, cela ne serait pas possible sans un minimum d’incitations à suivre les conseils envers et contre le confort de se sentir compris. Les voies de soins peuvent rester multiples quand il s’agit de répondre à des besoins personnels qui ne contrarient pas ceux des autres. Même si la transparence relative aux risques d’effets secondaires du vaccin était totale, le problème des vaccinés et non vaccinés qui se côtoient demeurerait entier sur le plan de la santé individuelle et collective. Chacun semble déterminer son choix en rapport de la question : « Comment est-ce que je veux vivre ? », en omettant : « Comment vivre ensemble ? » La démocratie ne pourra jamais être la liberté pour tous, elle permet de vivre des libertés individuelles ou partagées, c’est de cela qu’il faut prendre soin. Madame Sandoz contribue à ces soins avec bonne intention, en jetant de l’huile de roses sur le feu.

        1. Bonjour Dominic, désolée mais vous vous fourvoyez complètement en écrivant innocemment “dans le domaine de la santé, nous avons tous le même corps qui a les mêmes besoins”.
          C’est totalement incorrect et c’est une vision fortement réductrice et complètement archaïque.
          En extrapolant votre vision, il est évident que vous souhaitez m’éliminer “propre en ordre” en m’administrant par exemple du Paracétamol, de la Pénicilline et/ou de l’Amoxycilline, ou encore de l’Indéral ou même de l’Amiodarone voire même encore un produit hautement néphrotoxique …. pour accélérer le processus d’éradication.
          En vous réveillant chaque matin, vous pratiquez donc une forme d’eugénisme en dégustant votre petit-déjeuner.
          Dominic, avec tout mon respect, vous n’avez aucune idée des avancées scientifiques dans les domaines pointus “pharmaco-génétique” et “pharmaco-toxicologie”.
          Vous n’avez donc également aucune idée du fait que certains humains peuvent très bien vivre longtemps et paisiblement avec des valeurs sanguines/urinaires “hors normes” et cela en alignant décennies sur décennies (sans déranger et sans rien coûter à la collectivité).
          Si vous saviez, si vous aviez lu un jour un rapport des spécialités modernes indiquées préalablement, vous n’écririez pas de telles inepties.

          Tout récemment, nous avons pris connaissance en différé de la vidéo d’un prof. lausannois, recommandant l’usage du paracétamol post-vaccination si nécessaire. A mourir de rire tant ces paroles sont volontairement minimalistes mais hélas des paroles potentiellement très dangereuses pour nous si nous suivions ces conseils carrément méprisants …..
          Mais c’est mon cher Canton de Vaud et ses “limitations” dans toute leur splendeur !

          Les Pharmas profitent honteusement de notre ignorance généralisée. Notre devoir d’humain lambda est donc de pallier à ces manques qui arrangent bien tout le monde.

          De votre côté arrêtez de jeter du méthanol dans le feu. Un très bel été. Eliane AB

    2. @Dominic: … l’on comprend que vous n’avez rien compris au fonctionnement démocratique. Selon vous, tout argument même pertinent doit d’abord être soumis à “ceux qui savent”, soit les “experts auto-proclamés” qui nous expliqueront que penser et dire.

    3. 1. “Les études n’ont pas encore pu mettre en évidence des effets secondaires rares ou ceux qui surviennent après trois mois.”
      2. “Les résultats déjà disponibles indiquent néanmoins clairement que les risques associés au COVID-19 sont bien plus élevés que ceux associés au vaccin.”

      Je me demande comment on peut écrire le point 2 si l’on écrit le point 1. C’est pourtant ce qu’écrit l’Office fédéral de la santé publique.
      ttps://ofsp-coronavirus.ch/vaccination/effets-secondaires-et-questions/

      Est-il raisonnable de recourir, au vu de l’information 1, au vaccin visé par l’OFSP, soit celui produit par Pfizer ? Et si l’information est fausse/dépassée peut-on se fier aux allégations officielles ?

  12. Mme Sandoz est encore bien moins placée pour étayer des arguments scientifiquement justifiés ! Chaque humain réagit de manière unique à ce vaccin autant qu’il réagit de manière différente à tout ce qu’il ingère ou ce qu’il expérimente dans la vie de tous les jours …
    Nous prenons rarement le temps de diagnostiquer toutes nos réactions et effets secondaires à chaque fait et geste ou interaction avec le monde qui entoure , pourtant nous les subissons sans même leur prêter attention et nous les acceptons en considérant qu’ils font partie de la vie …
    Alors , honnêtement, ce vaccin est-il plus douloureux que les autres inconvénients du vécu individuel ? Des souffrances à travers le monde ?
    Bien sur que la vie de Mme Sandoz est trop confortable pour supporter tout sacrifice pour le bien commun !

      1. Excellent Samy ….. ni Dominic, ni Hubert Giot ne savent ce que représente vivre 50 ans et plus avec 10 effets secondaires indélébiles de drogues prouvées inutiles (documents universitaires ad hoc en ma possession) ……. Je fais partie d’un groupe d’enfants vaudois sacrifiés en 1970 par un pédiatre mégalomane SANS cursus dans la spécialité qui nous occupe ….. Je peux donc encore témoigner et cela dérange immensément le corps médical. Belle journée. eab

    1. D’après la logique de votre commentaire, il serait nécessaire de rendre la vaccin obligatoire et fermer les frontières, sauf avec des pays qui feront comme nous. J’ai lu des commentaires bien plus intelligents de votre part sur d’autre sujets, celui-ci se distingue en plus par une attaque vilaine contre l’auteure qui vous déshonore.

    2. Chere Suzette (pardonnez-moi l’impolitessse mais votre prénom résonne comme une madelaine de Proust à mes oreilles).

      Vous me rappeler ma Grand-Mère, professeur juriste qui avait un avis “écrasant” sur absolument tout et que nous laissions s’exprimer, surtout pas politesse. Est-ce là le syndrome du professeur pour qui au final le métier consiste uniquement à interpréter ceux que les autres découvrent et font afin de le regurgiter dans le gosier d’oisillons affâmés (et donc peu regardant sur la qualité du ver) ?

      M.Jaccottet

      1. Quand on porte un nom aussi glorieux et prestigieux pour les amateurs des mots sculptés on soigne au moins son écriture: Chère pas chere et Professeure pas professeur.

        “QUE NOUS LAISSIONS S’EXPRIMER” !!! car vous avez un mandat de policier des mœurs pour autoriser et interdire les paroles de vos proches dans un cercle familial ?

        1. Professeur c’est juste car je ne pratique pas l’écriture inclusive et je préfère la dynamite au burin. Aussi, Monsieur le Dr. es Bescherelle , veuillez accepter que mes mots jaillissent souvent bruts de décoffrage.

          Pas de police des mœurs non, tout le monde peut s’exprimer, il y a juste des personnes que nous entendons et d’autres que nous écoutons.

  13. Ah les fameux effets secondaires !
    On parle, on glause, on débat, on divague… sur les effets secondaires, des vaccins en particulier et des médicaments en général.
    Que sont ils au regard des effets secondaires, ou primaires, des maladies ?
    Le COVID pouvant être mortel, étant très contagieux, les effets secondaires des vaccins ne relèvent ils pas de la “bobologie”, de caprices de nantis ?
    La question à poser, le seule objective, est celle du rapport bénéfice/risque entre la maladie et la vaccination :
    Sauver des vies, éviter de bloquer la vie sociale et l’économie d’un côté / avoir un peu mal au bras, un fébricule durant quelques heures, de l’autre ….
    Et les effets primaires (la poursuite de l’épidémie) dû à la peur des effets secondaires du vaccin ?
    On en parle ?

    1. Le rapport bénéfice/risque est une référence pour les essais de médicaments sur des personnes très très souffrantes qui acceptent le risque d’en mourir tout en espérant d’en guérir. Le problème est que le personnel médical n’informe pas dans l’entretien de 15 secondes avant de planter la piqure qu’il y a un risque sur 1’000 pour le jeune vacciné de subir une thrombose, une mort subite, une inflammation du muscle cardiaque, etc. Un risque sur mille c’est énorme ! Serait-il tolérable que 10’000.- avions se crachent par jour sur le million qui décollent et qui atterrissent ?

      1. Sornettes complotistes ridicules que vous êtes incapable de prouver. Un lien pour les 1 sur 1000 ? Non bien sûr que non ! On le savait en même temps !

        1. Ok, 1/un million. Est-ce que vous tolérez qu’un avion de ligne crashe par jour avec 150 personnes en moyenne à bord? Echec et mat ! Je ne voulais par répondre car le niveau des échanges est tombé par votre intervention mais j’ai privilégié de vous contrariez pour me marrer !

          1. J’aspire à pouvoir un jour échanger à votre niveau, en donnant un chiffre pour appuyer mes dires, puis en le divisant par mille plus tard. Et ce sans jamais être le capable de le prouver bien sûr ! 150 décès par million de personnes vaccinées vous dites ? Un lien ? Une étude ? Une quelconque preuve ? Non, rien de rien, comme à chaque fois. Rassurez-vous, je ne suis pas contrarié. Je laisse à chacun le soin de constater que comme Mme Sandoz, ses adeptes sont toujours totalement incapables d’étayer leurs dires par une source crédible.

        2. 1/1000, c’est l’ordre de grandeur des effets indésirables remontés par dose de vaccination en Suisse à ce jour selon Swissmedics. Tous les cas ne sont pas très graves, mais pour qu’il soit signalé, il faut que cela soit quand même notable.
          Par ailleurs, logiquement, les chiffres ne pourront que augmenter. Donc 1/1000 c’est le minimum.
          En France, c’est du même ordre (45’000 effets indésirables remontés sur 38’000’000 injections) – ttps://ansm.sante.fr/uploads/2021/06/11/20210608-vaccins-covid-19-fiche-de-synhte-se-vdef-2.pdf
          Donc dans les faits, si on calcule qu’il y a 2 doses pour la plupart des vaccins, c’est sans doute pas mal plus que 1/1000. Plutôt 1/500 vaccinés.
          Et à long terme? Nul ne le sait!!! Et les décideurs passent honteusement sous silence le risque à long terme qui est peut se révéler important (ce que je ne souhaite pas).

    2. Personne ne connaît les effets indésirables à long terme de ces nouveaux vaccins.
      Par ailleurs, pour l’heure l’Angleterre connaît une poursuite de l’épidémie, malgré la vaccination.
      Donc le bénéfice n’est pas assuré et les risques sont inconnus.
      On verra dans queqlues années, si le bénéfice/risque penche de manière claire vers la vaccination, comme vous le sous-entendez.
      Tout cela montre que la vaccination en cours n’est pas une vaccination ordinaire.

      1. C’est de la gestion du risque! On connait les effets à court terme la covid-19. On commence à connaître les effets à moyen terme de la covid-19. On connait les effets secondaire des vaccins à contre la covid-19 à court terme, il n’y a pas à ma connaissance d’effet secondaire à moyen terme. Étant donné le nombre d’injections, l’éloignement temporel depuis les premières phases de test et l’absence d’effet remarqué, _je_ doute fortement de quelque effet secondaire à long terme.
        Le bénéfice est au contraire évident.
        Pour ce qui est de la GB, le vaccin d’AstraZeneca qui y est largement utilisé est moins efficace contre le variant delta, lui-même largement plus contagieux que les variants précédents. Mon petit doigt me dit qu’il y aura une mise à jour annuelle tant que la pandémie n’est pas circonscrite ou que les variants dominants ne baissent drastiquement en dangerosité. Les gens qui ne se vaccinent pas en sont largement responsables.

        1. Oui, on connait la théorie que l’outil est génial (ici le vaccin), mais de vilains saboteurs empêchent le plein succès de l’opération en cours. Un classique de la propagande.
          Ceux qui doutent des bienfaits du vaccin sont brûlés comme au temps de l’inquisition. Bien entendu, les techniques ont évolué, tout cela est devenu un peu plus subtil (destruction médiatique, ostracisme), mais le fond reste le même.

          1. Le taux de vaccination augmente rapidement, alors que le taux d’immunisés par contact doit être quelque part en 10 et 20%. Le nombre d’infection diminue. Est-ce une corrélation ou une causalité. Mon avis est que nous avons bien une relation de cause à effet, donc oui, l’outil a un effet globalement très positif.

            Ceux qui refusent le vaccin pour de bonnes raisons sont dans leur bon droit, et je les comprends et respecte. Je souhaite par contre que ces gens rationnels prennent leurs responsabilités envers la société: port du masque et limitation des déplacements tant que le virus tourne pour limiter la transmission et l’émergence de variants, renonciation à une hospitalisation suite à une infection en cas d’éventuelle surcharge hospitalière…
            Ceux qui refusent le vaccin pour de mauvaises raisons doivent être informés afin de soit le refuser pour de bonnes raisons, soit acceptent de se faire vacciner.

          2. @ Samuel
            Ici votre avis? Là-bas votre petit doigt?
            Donnez-nous des faits. L’an passé, nous avons vu la même chute des cas en mai/juin.
            Donc aucune raison objectives de culpabiliser/criminaliser ceux qui pensent différemment de vous.
            La preuve n’est pas faite: 1. de l’inocuité du vaccin. 2. de l’efficacité du vaccin.
            Et je connais plusieurs personnes qui ont développé un covid après le vaccin. Je connais aussi plusieurs personnes qui ont des effets indésirables persistants dus au vaccin.
            Maintenant la propagande s’attaque aux jeunes et c’est très triste. C’est une fuite en avant, mais rien de scientifique, ni même de posé.
            Vous dites d’ailleurs vous-même que vous ne vous intéressez pas au long terme. C’est juste symptomatique de votre démarche.

          3. Le taux de personnes infectées (sur base de sérologie) dépasse 25 % dans les cantons de VD et GE.

            Pas d’hospitalisation pour les non vaccinés en cas de surcharge. J’imagine que vous êtes cohérent et que vous êtes pour le refus d’hospitalisation pour tous ceux qui ont eu un mode de vie les envoyants à l’hôpital (tabac, alcool, obésité, sédentarité, sport ou conduite téméraire ..).

          4. Cher CEDH, votre point de vue est vraiment très fortement limité …. Il y a des personnes « majeures » qui refusent toute hospitalisation (surtout sur Vaud) hormis pour des actes chirurgicaux ambulatoires très soigneusement préparés et qui n’ont jamais fumé, n’ont jamais bu d’alcool, n’ont jamais eu de problème de poids, n’ont jamais eu de conduite téméraire (avec taux d’assurance au plus bas, y compris à l’étranger), mais qui effectivement ont un mode de vie extrêmement discret et très prudent, tout en rôdant en permanence. Et sans aucun sport depuis un demi-siècle et des poussières ….
            Piqûre de rappel: en Suisse, personne ne peut contrarier des « directives anticipées ad hoc » de refus XYZ ou alors cela pourrait induire de très vilaines, rapides & efficaces poursuites juridiques …. Revoir d’urgence le site SAMW.ch / ASSM.ch. Académie suisse des sciences médicales. Sur ce site figurent tous les textes y relatifs, dont certains ont été sensiblement améliorés par mon ancien chef de service.

            A peine rentrée (provisoirement) chez moi après plusieurs années à l’extérieur, je découvre avec effroi une très sensible marche-arrière intellectuelle …… alors que nos voisins évoluent très gentiment mais sûrement.
            Que vos convictions pleines d’aprioris vous accompagnent durant ce bel été….. et moi je reprends la route vers des cieux moins restrictifs intellectuellement parlant. eab

          5. J’ai l’obligeance de clairement indiquer mes avis!
            Étant donnée la possibilité de prévenir la surcharge hospitalière, les personnes non vaccinées sans contrindication ont à mon avis une priorité plus faible si ladite surcharge devait survenir. Ça a été fait avec les plus âgés et c’est dramatique. Il y a une échelle de priorisation des “hospitalisables” qui est finalement et je dirais lâchement laissée au corps médical. Ignorer la problématique ne la règle pas.

            Vous évoquez encore et toujours des cas particuliers. Je connais aussi une personne qui est décédée des suites de la covid-19, ça ne donne pas plus ou moins de poids à mon propos.

            D’où sortez-vous l’information que je ne m’intéresse pas au long terme? Vous prenez je pense une de mes réponses précédente hors de son contexte.

        2. @ Samuel

          1. “Les études n’ont pas encore pu mettre en évidence des effets secondaires rares ou ceux qui surviennent après trois mois.”
          2. “Les résultats déjà disponibles indiquent néanmoins clairement que les risques associés au COVID-19 sont bien plus élevés que ceux associés au vaccin.”

          Je me demande comment on peut écrire le point 2 si l’on écrit le point 1. C’est pourtant ce qu’écrit l’Office fédéral de la santé publique.
          ttps://ofsp-coronavirus.ch/vaccination/effets-secondaires-et-questions/

          Est-il raisonnable de recourir, au vu de l’information officielle 1, au vaccin visé par l’OFSP, soit celui produit par Pfizer ? Et si l’information est fausse/dépassée peut-on se fier aux allégations officielles ?

          Apparemment vous en savez beaucoup plus que la parole écrite officielle.

          Donc où sont les publications relatives aux deuxièmes résultats intermédiaires proclamés commercialement par Moderna et Pfizer ? Et a-t’on deblindé l’essai phase III de Pfizer comme on l’a fait avec Moderna au risque d’entraver la détection d’effets secondaires sérieux?

          Vous semblez militer pour la vaccination de tous afin de nous conduire vers l’immunité grégaire. Savez vous que la loi voulue en referendum par le peuple suisse ne le permet pas ? Pour obtenir une immunité grégaire face aux variants delta-indien il faudrait que 90 % de la population soit immunisée, donc aussi nombres d’enfants vaccinés ?

          La présence d’anticorps, voire la preuve de l’existence d’une immunité adaptative cellulaire vous suffit-elle pour ne pas persécuter des personnes à risques qui présentent l’une de ces deux particularités ?

          1. Je suis passé sur la version germanophone certainement à l’origine, mais mon allemand est ce qu’il est. Je me pose la question s’il s’agit d’un problème de traduction ou de formulation. Remplacer “des effets secondaires” par “d’effets secondaires” change pour moi la signification. La première laissant entendre qu’on les attend, alors que la deuxième indique qu’on en a pas trouvé pour le moment.

            Ces vaccins sont autorisés par SwissMedic, et bon nombre d’autres autorités sanitaires. Oui, je leur fait confiance pour analyser les données et prendre une décision.

            Je vois que je n’ai pas collé la dernière version de ma réponse du 17 juin à 20h01. La vaccination du plus grand nombre est un moyen et non un but. Le but étant de ne plus risquer la surcharge hospitalière, et donc les restrictions massives et au passage les décès et covid longs et coûts. Une vaccination du plus grand nombre, qui combinée à une présence d’anticorps ou une immunité démontrée me convient. Comme indiqué, je respecte ceux qui ne veulent pas de vaccination pour des raisons construites et se comportent de manière responsable (oui, le nez aussi doit être masqué, si possible en FFP2). Je milite pour éduquer ceux qui refusent de peur qu’on leur implante une puce 5G (oui, j’ai vécu ce cas particulier) de contrôle des esprits et contre ceux répandent de la désinformation ou du FUD nuisant à l’atteinte du but.

        3. @SAMUEL : “il n’y a pas à ma connaissance d’effet secondaire à moyen terme.” Trop drôle. Parce que pour vous, le moyen terme se situe à deux/trois mois ? Dans le monde des affaires, c’est plutôt trois à cinq ans, —.

          1. J’aurais situé le court terme à 1-2 mois, moyen terme a un an, et long au delà. Si maintenant on peut se poiler autour d’une définition, be my guest.

      1. Oui oui on en a beaucoup parlé, et on en parle toujours, mais les résultats sont toujours peu concluants. D’ailleurs, hier, AstraZeneca a annoncé l’échec de son candidat prophylactique et curatif. Avant que les esprits les plus chagrins me rétorquent que c’est pour favoriser leur vaccin, le coût par dose envisagé était au minimum plus élevé d’un ordre de grandeur que leur vaccin.

      2. Un nombre important d'”anciennes” molécules ont été testées n’ont malheureusement donné
        aucun résultat probant lors des études in vitro et/ou in vivo lorsque celles ci ne présentaient pas de biais.
        La seule stratégie actuellement possible est celle de la vaccination. mais il est vrai que le pastis et HydroxyChloroquine ont guéri le vicomte Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon.

        1. Et bien oui, le pastis est un alcool fort qui désinfecte ! Ah!Ah! pourquoi pas? Il existe bien en pharmacie des produits désinfectants à utiliser en gargarismes !.. que j’emploie dès les premiers picotements dans la gorge… ce qui stoppe le mal , avec une aspirine au cas où une grippe serait en embuscade; alors pourquoi pas un peu de pastis ou de schnaps, c’est bien meilleurs quand même qu’un produit pharma! “Santé !! Ah!AH!

        2. Un peu de bon sens SVP. Si la seule stratégie face à une épidémie virale était la vaccination il y a longtemps que les humains auraient été éradiqués et que les virus régneraient en maîtres sur Terre.

    3. « La poursuite de l’épidémie due à la peur des effets secondaires du vaccin »

      On n’en parle effectivement pas ici dans cette galerie de peintures, parce que le débat est orienté d’entrée sur une cause particulière à défendre, la liberté de choisir pour soi au mépris des autres. Madame Sandoz avait déjà défendu le droit (estimé fondamental) des 3000 ou 8000 personnes réunies pour protester sans porter de masque, pendant qu’une bonne partie de la population déjà consciente des risques limitait les rencontres entre amis à cinq personnes, renonçant ainsi pour certaines aux fêtes d’anniversaire, cérémonies de mariage et même d’enterrement. Nous pourrions aussi énumérer quantité de situations malheureuses comme les visites aux personnes âgées en EMS mises en suspens, les contacts des handicapés mentaux entre eux et avec l’extérieur, enfin tous ceux qui étaient déjà isolés avant qu’arrive le virus. Ce sont pour ces personnes que les sacrifices pour le bien de la collectivité ont constitué un fardeau indéniablement triste dans leur existence. Accrochons ce dernier tableau à côté de celui des milliers de révoltés sans masque cités plus haut. Le sacrifice des premiers à côté de l’arrogance égoïste et stupide des seconds. Et posons le bouquet confectionné par Madame Sandoz entre les deux, puis venez croquer les petits gâteaux qu’elle vous offre, vous en apprécierez le goût de chocolat et de moutarde en poursuivant la visite de la galerie.

  14. Bonjour Professeure,
    J’ai pris connaissance de votre texte plein de fraîcheur à mon retour d’une virée zurichoise, là où le port du masque en « intérieur » est devenu franchement aléatoire donc là où règne une normalité rééquilibrée ……. J’ai aussi noté une sorte de « je m’en foutisme généralisé » mais je pense que c’est tout à fait sain et naturel après ce que les autorités nous ont imposé.

    Merci infiniment d’avoir soigneusement disséqué la presse romande et mis quelques extraits en sécurité dans du formol, étant donné que tout se dilue et s’oublie terriblement vite. Il était nécessaire de mettre en exergue le manque de sérieux et d’empathie des diverses instances censées protéger les humains.

    Ces offices ont donc démontré leur subtil art de systématiquement retourner les situations en défaveur des cobayes humains. Tout comme la réflexion du médecin allergologue cité qui induit automatiquement une avalanche de légitimes sarcasmes.

    A ce sujet, pour celles et ceux qui doutent, relire d’urgence un texte limpide d’évidences de Maître Ursina Pally Hofmann, docteure en droit, avocate, secrétaire générale et cheffe du service juridique de la FMH, article paru mi-décembre 2020 et intitulé « Devoirs du médecin administrant le vaccin » dont voici un extrait représentatif : « Il y a violation du devoir de diligence si le médecin néglige des contre-indications à la vaccination ».
    ttps://bullmed.ch/tour-dhorizon/post/covid-19-impfung-haftung-patientenrechte

    Or nous savons bien que c’est toujours « la faute des autres » en médecine humaine, jamais la faute ni des Pharmas ni des médecins, spécialistes ou simples généralistes. Une énième répétition ou une pénible redondance de ce qui se pratique depuis des décennies, soit la ferme négation des effets délétères gravissimes et le rejet systématique de la responsabilité sur les victimes elles-mêmes.

    Alors si des cobayes humains dans une cage mondiale ont donné leur accord tacite pour les deux piqûres et ensuite plonger joyeusement dans un gargantuesque protocole d’étude, ce n’est vraiment plus le problème de celles et ceux qui connaissent par cœur (et dans leur chair) les réactions délétères (et indélébiles parfois) liées à certains « produits » mis sur le marché et dont la médecine ne pourra jamais nier l’existence malgré tout l’or des Pharmas.

    Ci-après un extrait de l’article juridique cité plus haut, section « consentement éclairé », je cite « une large majorité des éventuelles prétentions en responsabilité pourraient découler du fait que le médecin n’a pas ou pas suffisamment informé le patient, car d’un point de vue technique, la vaccination est un acte médical relativement peu exigeant, et il est dès lors le plus souvent assez simple pour le médecin de respecter son devoir de diligence. Pour le vaccin contre le COVID-19 aussi, on portera une attention particulière à l’obtention du consentement éclairé du patient ».
    Les médecins ont donc le DEVOIR D’INFORMER COMPLÈTEMENT ….. et de ne rien négliger ….

    En conclusion, pour pallier aux différentes variantes en « déficiences de responsabilité », j’ai acquis un sac à main nettement plus grand pouvant contenir toute la masse de mes tests négatifs (avec certificats ad hoc) réalisés en Helvétie et à l’étranger. On ne sait jamais, au cas où, lors d’un contrôle douanier quelconque, vider son sac d’une avalanche de tests négatifs pourrait beaucoup aider.
    Certes c’est peut-être plus lourd à porter pour mes fragiles épaules, mais c’est nettement moins dangereux …….

    Mille mercis Maître Ursina Pally Hofman pour cette piqûre de rappel juridique !
    Mille mercis Professeure Suzette Sandoz pour votre aiguillon d’avertissement dans les lacunes-aberrations actuelles !
    Une excellente journée caniculaire.

  15. Ce qui est désarçonnant aussi, c’est que lorsque vous faites une consultation chez votre médecin généraliste, ce dernier vous conseille de ne pas faire votre propre diagnostic par le biais de sites Internet. Les médecins ont horreur de ça. Or là, on a un Swissmedic qui ne jure que par Internet. Comment font les personnes qui n’ont pas accès à Internet ? Le Dr. Alessandro Diana a pris le temps de répondre aux questions des auditeurs sur la RTS et il faut lui en savoir gré. Malheureusement, les questions étaient plutôt banales alors que celles que nous nous posons sérieusement n’ont pas souvent de réponse. Par exemple, le risque de développer une maladie auto-immune après ce type de vaccination. De mon côté et sans exagération, je peux témoigner des effets secondaires de cette vaccination. Après la 1ère injection, aucun problème, en revanche après la seconde, de forts maux de tête, des douleurs musculaires assez intenses ainsi qu’un état fébrile et cela dure beaucoup plus longtemps que 24 heures. Concernant les douleurs musculaires, j’en ai encore après 15 jours. Pour exemple, la vaccination contre l’encéphalite à tique ne m’a causé aucun effet secondaire et pourtant elle requiert tout de même trois injections. Chantal

  16. Dans le “Journal du Jura” le docteur François Choffat donne son point de vue sur la gestion de la pandémie et les vaccins dans une courrier des lecteurs intitulé “Profonde perplexité”. Intéressant d’avoir l’avis d’un médecin sans aucun conflit d’intérêt.
    Maintenant, je vais m’attirer les foudres de la bien-pensance en disant que j’ai eu grand plaisir et beaucoup appris à la lecture de “Carnets de guerre COVID-19” du professeur Didier Raoult et “Décidément ils n’ont toujours rien compris” du professeur Christian Perronne.

  17. Madame la Professeure,
    Veuillez trouver ici le témoignage de mon admiration. Vacciné pour la deuxième dose il y a un moi je ne peux que confirmer vos dire. Après chaque injection j’ai ressenti le lendemain une douleur au bras tel qu’essuyer la vaisselle était douloureuse. De plus la nuit je me suis éveillé et j’ai remis ma couverture tant j’avais froid et j’ai pu me rendormir après cinq minutes éprouvantes. Par contre un voisin non vacciné a pu bénéficié d’un voyage en hélicoptère et d’un séjour de trois semaines dans un hôpital cinq étoiles. même respirer lui était épargné, une machine le faisait à sa place.
    Je comprends que vous êtes le Pic de la Mirandole vaudois. Vous êtes pointue en droit , en épidémiologie, en statistique, en médecine, en gestion de crise.
    Surtout vous êtes notre rempart contre la big pharma, la caste des médecins et peut être de bien d’autres dangers.

    1. Chère Candide,
      Bien entendu, on ne saurait comparer la violence de se retrouver sous respirateur à l’hôpital et les effets secondaires d’une vaccination. Je sais exactement de quoi je parle ayant fait l’expérience du respirateur pendant plus d’un mois à cause d’une grave infection cardiaque, c’était il y a très longtemps et je vous le concède, c’est très traumatisant.
      Toutefois, je pense qu’il faut être très clair, si certaines personnes n’ont que très peu de désagréments après la seconde injection de ce vaccin, pour d’autres c’est un peu plus pénible et angoissant car cela peut durer plus longtemps que les 24 heures dont on nous parle. Il serait plus judicieux de dire aux gens que chacun réagit différemment. Cela dépend certainement de plusieurs facteurs, votre état de santé, votre âge, les médicaments que vous prenez ou avez pris dans le passé etc…. Chantal

    2. Merci pour votre commentaire !

      Les américains ont un dicton : “If you hang around the barbershop long enough, you’re going to get a haircut”

      Vu la virulence du variant Delta, ce n’est qu’une question de temps pour que quelques uns des diplômés en infectiologie de l’université Facebook qui nous régalent dans ces pages ne réalisent que le rapport risques/bénéfices de leur si courageux, si vaillant combat contre un peu de tissu et deux piqûres n’est peut-être pas si concluant qu’ils ne le pensent.

      J’espère juste qu’ils auront le décence et l’honnêteté de ne pas demander à la collectivité de payer les frais d’hospitalisation. Mais cela impliquerait un minimum de force morale.

      1. Mr Creosote qui sait tout mieux bonjour ….
        Il y a des humains qui détestent foncièrement Facebook et compagnie. Beaucoup plus que vous pourriez (hypothétiquement) penser.
        Mais encore, il y a des humains qui ont des directives anticipées (depuis l’adolescence), donc zéro frais d’hospitalisation à charge d’autrui.
        Non seulement il y a des humains qui ne comptent JAMAIS sur la collectivité…… comme moi-même … donc qui paient in extenso leurs frais opératoires ! Et qui – en parallèle – paient une cotisation d’assurance-maladie à perte complète au profit de ladite collectivité.
        Donc il y a bien des humains qui ont d’ores et déjà tout pensé et organisé, car nous n’avons pas attendu l’arrivée du tsunami viral pour parfaitement réfléchir et nous organiser …. Chez moi en Helvétie, c’est plutôt facile. Juste une question d’ « aménagement territorial privé » par avocat et notaire interposés.

        Alors “SVP – Please – Bitte – Vi prego ” ayez un minimum de respect pour les humains très organisés, responsables et surtout qui ont un AVIS DIFFÉRENT DU VÔTRE (terriblement limité dans le contexte).

        Au travers de vos lignes particulièrement agressives, quasi dictatoriales, il semble terriblement évident que vous n’avez aucun respect pour autrui. Dommage pour vous !
        Alors faites le calcul : Qui a de la force morale dans l’équation du moment ?
        Ceci écrit, salutations de Lombardie + un très bel été et surtout portez-vous bien ….

      2. @ MR CREOSOTE

        J’espère qu’en cas d’effets secondaires sérieux tardifs vous renoncerez à recourir aux hôpitaux subventionnés par nos impôts et, indirectement, par les primes d’assurances.

        De plus, j’imagine que vous n’avez rien contre la suppression de l’indemnisation pour les effets fâcheux de la vaccination telle que prévue à ce jour par la loi sur les épidémies.

        1. Sur le premier point non, absolument pas, je fais ce que recommandent les autorités sanitaires de mon pays pour aider la collectivité, je choisis de prendre le risque de subir des effets secondaires. Les antivaccins choisissent de ne pas prendre de risques et d’en faire courir aux autres, il y a une différence…

          Quand au deuxième point, non. Comme disent les américains (je ne les admire pas plus que ça mais au niveau des dictons ils sont imbattables) : Shit happens !

          Ce qui est nettement plus probable à mon avis, c’est que les assurances refusent de prendre en charge les frais médicaux liés à la covid pour ceux qui auront eu l’opportunité de se faire vacciner.

          1. Vous ne choisissez rien du tout, car vous n’avez pas les informations qui vous permettraient de le faire, vu qu’elles sont en cours d’élaboration.
            Mais je vous concède que vous faites bien ce que recommandent les autorités.
            Quand à aider la collectivité, c’est assez simpliste de penser qu’en tendant le bras, vous aidiez qui que ce soit. Mais je vous laisse à vos croyances.

          2. @Mr Creosote

            Il ne sera pas possible d’obtenir l’immunité collective contre le sars-cov-2, variant delta/indien car il ne sera pas possible de vacciner 90 % de la population. Et le variant delta/indien ne sera supplanté que par un variant plus contagieux nécessitant un pourcentage encore plus élevé de vaccinés.

            Dès lors votre héroïsme est vain, sauf pour vous d’être à risque. Dans ce cas pas besoin de vous muer en héros …
            Il est vrai que vous suivez une recommandation de l’exécutif fédéral. Mais il en est une autre recommandation de ce même exécutif fédéral : faites comme vous voulez, libre choix. C’est d’ailleurs ce qu’a voulu le peuple en acceptant la loi sur les épidémies : pas d’obligation vaccinale générale.

  18. Madame Sandoz,

    Vous agitez des petits morceaux de textes dont vous êtes incapables de faire une analyse cohérente et structurée en y ajoutant le cas qui vous a été rapporté de l’épouse du jardinier de votre cousin. Au vu de ce que vous avez été présente (à distance) et avez participé je pense que 1,5 sur 6 est la note que vous méritez 🙂

  19. Tapez “Higher ups know what’s coming” dans un moteur de recherche. Une vidéo d’une jeune femme faisant du recrutement pour des compagnies pétrolières pourrait expliquer pourquoi on montre tant d’empressement à vacciner le monde entier

    1. MERCI, à mourir de rire cette vidéo ! En bref, certaines compagnies pensent que les vaccinés vont crever dans 3 ans et il faut commencer à savoir comment les remplacer !

    2. Chère Eliane,
      Votre définition du respect d’autrui diverge de la mienne.
      A moins que vous ne restiez cloîtrée chez vous sans aucun contact avec qui que ce soit, vous et les complotistes antivax acceptez de prendre le risque de transmettre le virus à d’autres personnes. Vous ne savez pas si vous êtes porteuse du virus. Vous ne savez pas les conséquences que le virus pourrait avoir sur d’autres personnes. Mais vous vous en accomodez. Et cela ne mérite pas de respect.

      1. Mr Creosote, Vous êtes complètement à côté de la plaque. Tous mes tests sont négatifs – négatifs – négatifs – négatifs -négatifs – négatifs …..
        Vous avez très mal lu …… Négatif c’est bien négatif – positif s’écrit différemment mis à part le “tif” de la fin. Et négatifs depuis bien plus longtemps que les tests réalisés en Helvétie, contrée en retard en la matière !
        A noter que je préfère nettement les virées permanentes au cloître. Pas dans ma nature profonde.
        Salutations. eab

      2. Cher Mr Creosote,

        Auriez-vous l’obligeance de bien vouloir nous indiquer la ou les études démontrant sérieusement la suppression du risque de portage du sars-cov-2 chez les vaccinés, y compris d’agissant du variant delta-indien ?

        Merci d’avance.

        1. Allez j’essaie, juste pour que vous me répondiez que ces sources ne sont pas crédibles.

          ttps://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)00947-8/fulltext

          ttps://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/pdfs/mm7013e3-H.pdf

          Je précise aussi, pour la forme, que si on a beaucoup moins de chances d’attraper le virus en étant vacciné, alors on a moins de chances de le transmettre. Alors oui vous allez répondre que le risque n’est pas supprimé complètement et absolument. Dès que le vaccin sera 100% efficace, avec zéro effet secondaire après 50 ans, ce sera ok !

          1. @ Mr Creosote

            “Je précise aussi, pour la forme, que SI on a beaucoup moins de chances d’attraper le virus en étant vacciné, alors on a moins de chances de le transmettre.”

            Encore faut-il avoir moins de chance d’attraper le virus lorque l’on est vacciné ! Un vaccin qui protège de la maladie, ne protège pas nécessairement du portage du virus.

            L’étude la plus complète que vous mettez en avant (Lancet) sort un chiffre encourageant (baisse du portage de 90 %), pour aussitôt rappeler que ce résultat ne vaut pas tripette au vu de nombreux biais et que des études sérieuses sont nécessaires pour répondre à la question du portage par les vaccinés.

            “Further studies are needed to confirm the magnitude of BNT162b2 protection against asymptomatic infection that we observed. Specifically, studies are needed to evaluate testing behaviour of vaccinated and unvaccinated people and to determine the extent to which prevention of asymptomatic infection leads to interruption of transmission.” (1826/1827).

            Si vous avez de telles études donnez en nous les coordonnées. Merci.

  20. Il est intéressant de remarquer que toute cette crise a été gérée au nom du principe de précaution, même principe qui a été allègrement jeté aux orties dès les vaccins disponibles.
    Une éthique un tant soit peu responsable n’envisagerait la proposition de ces vaccins qu’aux plus vulnérables (âge / comorbidités) en attendant des résultats plus fiables pour clarifier la balance bénéfices / risques (à l’heure actuelle encore beaucoup trop floue, spécialement en ce qui concerne les risques).
    “Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux” Benjamin Franklin

  21. Donc vous vivez en autarcie complète: vous n’utilisez pas l’énergie mise à disposition par la Communauté, vous n’empruntez aucune route ou voie de chemin de fer bref vous êtes autosuffisante etvous ne rendez aucun service à vos concitoyens.
    Racontez nous une de vos journées tellement innovatrices et originales .

  22. Réponse à Pépin Le Bref (père de Charlemagne, roi français) d’une valdo-genevoise rôdeuse sans aucune envie d’envahir la France voisine …….
    Faites-vous partie de ces souverains étrangers et/ou frontaliers qui ont décrété – manu militari – que nous devions tous penser la même chose, manger les mêmes choses à la même heure (et à la seconde près), porter les mêmes choses (au millimètre près) et avoir le même indice de masse corporelle sinon c’est l’injection létale, donc faire les mêmes choses, agir comme tous nos voisins-voisines, prendre d’autoroute A1 à la même heure, et surtout oui surtout pendre haut et court tous les « hérétiques » ou « divergents » selon vos critères d’enfermement ?
    Si oui, alors nous ne faisons clairement pas partie du même monde « standardisé, laminé, contrôlé, monitoré, policé, surveillé, sanctionné » que vous prônez.
    Ouf, le mien est nettement plus riche en diversité, variété et en subtils louvoiements – routiers y compris – pour soigneusement éviter de faire partie d’un groupe ou d’un autre, étant donné la dangerosité des appartenances « quelles qu’elles soient ».
    Le cabotage, vous connaissez ?

    Paroles de scribe spécialisée dans les missions dites « confidentielles », « médicales » y compris cela s’entend. Alors qui sait, prochainement un(e) de mes congénères va devoir écrire ce qui se cache vraiment sous le tapis de la pandémie actuelle et qui ne doit en aucun cas devenir « public », même dans cents mille ans. D’ici là ma descendance aura acquis une soucoupe volante privée pour pouvoir encore plus rôder et surtout encore plus loin, avec dans la soute à disques durs, une masse informe de divers sésames intitulés “TESTS NÉGATIFS”.

    PS: Comme souverain avec droit de vie et de mort sur la plèbe, j’imagine que Pépin le Bref a déjà pris connaissance à 05h00 ce matin d’un des derniers articles du Temps, périodique genevois, dont je reproduis fidèlement le titre « Attention, l’app du certificat covid en dévoile un peu trop » et écrit par Anouch Seydtaghia à qui je transmets un grand merci pour cet éclairage matinal bienvenu qui devrait secouer nos méninges et nous faire repenser au fameux site à la sécurité très aléatoire « mesvaccins.ch ».
    Une belle journée caniculaire au souverain Pépin Le Bref à qui je souhaite une très longue vie pleine de fantaisie.

    “Le fanatique est un orateur, sourd comme un pot”. Khalil Gibran, écrivain, poète, artiste libanais.

  23. Mamie conspi,eugénisme,antivax,antivie, anti tout devrait prendre sa retraite . La derniere dans son genre que j’ai croisée je lui en ai retourné une.

    1. Bonjour Gaby Olon …… .
      La vulgarité = un MAL INCURABLE, avec ou sans vaccin. Fort regrettable pour vous, pas pour les internautes ouverts & respectueux des opinions diversifiées et contradictoires permettant de progresser.
      ….
      “La vulgarité, ça ne s’improvise pas. On est vulgaire. On naît vulgaire. C’est une infirmité de l’âme”. Guy Bedos, 1980.

    2. Conspi, antivax, anti – ok vous possédez probablement des arguments pour les étayer, quid des autres: eugénisme, antivie !!!!! selon quels indices? A noter que le mot Antivie n’existe pas dans le dictionnaire, car il n’est jamais passé dans un autre esprit humain …, compte tenu du ridicule pour un être vivant d’être contre sa propre existence.

  24. Tour d’horizon des mythes et des fakenews sur la vaccination. Lisez, informez-vous… moi, j’ai confiance dans nos autorités. Pourquoi tout ce complotisme ?

    ofsp-coronavirus.ch/vaccination/effets-secondaires-et-questions/

    1. Bonjour Jean Bill, hélas vous vous fourvoyez. Il n’y aucun complotisme. Veuillez ne pas mélanger les ingrédients “n’importe comment” lorsque cela vous arrange. Par contre, fait réel, concret, ineffaçable, il n’y a aucune réponse écrite émanant d’allergo-immunologie aux questions également écrites versus aux inquiétudes légitimes des patient(e)s consciencieux(ses) qui se protègent ….. par écrit.
      Voilà où le bât blesse.
      Et cette absence de prise de risque dans la responsabilité médicale doit vraiment nous interpeller surtout lorsque d’autres spécialités répondent très vite et nous encouragent.
      En conséquence, la balance “décisionnelle” peut être bloquée à 50/50 en raison de cette carence qui, personnellement, ne m’étonne guère.
      Alors méditez un peu cette “coupable” défection pour la réalisation de cette “savoureuse” recette.
      “Le vrai courage, c’est la prudence”. Euripide.

    2. Suivant votre conseil j’ai lu les informations officielles que vous nous inidquez. S’agissant du vaccin Pfizer, il y est précisé :

      “Les études n’ont pas encore pu mettre en évidence des effets secondaires rares ou ceux qui surviennent après trois mois. Les résultats déjà disponibles indiquent néanmoins clairement que les risques associés au COVID-19 sont bien plus élevés que ceux associés au vaccin.”

      Vous releverez donc que l’OFSP précise que :

      “Les études n’ont pas encore pu mettre en évidence des effets secondaires rares ou ceux qui surviennent après trois mois.”.

      Donc l’OFSP nous dit que l’on n’a pas établi l’innocuité du vaccin au delà d’une période de 3 mois. Et l’OFSP a raison. La seule étude publiée (dans le NEJM), étude préliminaire de l’étude phase III en cours, concernait un collectif de vacciné avec une durée médiane d’observation quant à l’innocuité de 2.5 mois. Depuis lors pas de publication scientifique, seulement des proclamations commerciales de Pfizer.

      Quant a proclamer l’avantage bénéfice/risque cela est sans doute pour ne pas contrarier le chef.

      – Ne connaissant pas les risques au delà de 3 mois on ne peut évaluer le rapport bénéfice/risque.

      – De plus, le risque n’étant pas le même pour tous, cette proclamation est stupide. Quel bénéfice retire du vaccin celui qui a été atteint par la covide sans même le remarquer ?

      1. Merci de déclarer vos liens d’intérêts.

        Votre discours et le temps que vous passez sur de multiples forums me laissent penser que vous appartenez à un collectif. Lequel? Quels sont vos buts?

        Pourquoi faire comme s’il y avait un problème alors que nos autorités publient des informations exactes, en toute transparence et que vous n’avez rien à y redire. A un moment, il appartient au citoyen de se montrer responsable et de saisir (ou non) l’opportunité et les risques de cette vaccination.

        Or pourquoi voulez-vous à ce point souligner le doute, qui n’est au demeurant contesté par personne ? Je comprendrais si la vaccination était obligatoire, mais ce n’est pas le cas. Alors pourquoi passez-vous plusieurs heures par jour sur des forums pour y semer le doute ?

        Moi, j’ai perdu des proches malades du covid l’année dernière. Je me suis fait vacciner et je suis fier que nos autorités nous offrent cette possibilité.

        Et vous? quels sont vos buts/vos intérêts dans votre campagne massive d’instigation du doute ??

  25. Non je ne passe pas plusieurs heures sur les blogs par jour et ne fais pas partie d’un collectif. Dès le mois de janvier j’ai pour moi, mes proches et mes collaborateurs tout préparé. Bref, je cherche à réfléchir avec au moins un coup d’avance. Et vous vous jouez avec un coup de retard.

    Vous croyez nos autorités qui ont largement planté. Pas de préparation. Pas de réactivité en janvier 2020 (pas de décision du médecin cantonal genevois d’interdire le salon de l’automobile et il se vantait de ce fait dans un auditoire de 600 places !) . Pas d’adaptation de l’accès aux soins médicaux après trois semaines de première vague. Obsession de la VI alors que la VNI est souvent suffisante. Berset dissimulant au Conseil fédéral ce que les experts lui disaient sur octobre à décembre 2020. Berset proclamant en décembre 2020 l’innocuité des vaccins à ARNm alors que la composante innocuité de l’étude alors publiée portait sur 2 mois et demi.

    Mais puisque vous croyez l’autorité, l’OFSP vous le dit : on ne sait pas quels sont les effets secondaires après 3 mois ! C’est là une information de l’autorité. Ecoutez donc l’autorité.

    A titre personnel je pense que l’on pourrait écrire 6 mois. Mais les études y relatives n’ont pas été publiées. Et l’OFSP vous informe sérieusement. Lisez l’autorité.

    Cela étant si vous n’êtes pas à risque, pourquoi prendre un risque inconnu ? Est-il si stupide de vérifier son état sérologique voire lymphocytaire avant que de se faire vacciner ? Le résultat pourrait vous démontrer que la vaccination vous est inutile.

    1. Vous tronquez le message de l’autorité:

      “Seuls les vaccins sûrs et efficaces sont autorisés par Swissmedic. C’est pourquoi ils font l’objet de tests poussés.

      Le risque de complications graves dues au COVID-19 est plusieurs fois supérieur à la probabilité d’effets secondaires sévères à la suite de la vaccination contre le COVID-19. En d’autres termes, le danger vient du coronavirus, et non de la vaccination.

      Les études n’ont pas encore pu mettre en évidence des effets secondaires rares ou ceux qui surviennent après trois mois. Les résultats déjà disponibles indiquent néanmoins clairement que les risques associés au COVID-19 sont bien plus élevés que ceux associés au vaccin.”

      1. Mais non je ne tronque pas je mets en évidence ce que l’OFSP avoue, à savoir :

        “Les études n’ont pas encore pu mettre en évidence des effets secondaires rares ou ceux qui surviennent après trois mois.”

        Si vous êtes prêt à gober que de cette connaissance limitée à trois mois on peut en déduire un avantage à terme … libre à vous …..

  26. L’indication à un vaccin, comme tout acte médical, revient à évaluer la balance bénéfice /risque pour le patient, en tenant compte dans le cas d’ épidémie de l’impact sur la société.
    Les vaccins contre la covid sont certainement indiqués chez les personnes à risques chez qui ils diminuent la sévérité et la mortalité de la maladie, ils sont très discutables pour la population générale et déraisonnable chez les enfants,très peu touchés par les formes graves de la maladie.
    Il me parait scandaleux de pousser la vaccination chez les jeunes sous prétexte d’arriver à l’immunité collective. Ce d’autant que la vaccination de masse pourrait favoriser l’apparition de variants résistants.
    Il est également malhonnête de culpabiliser les non vaccinés en laissant entendre qu’il pourraient contaminer les autres, car il n’ est pas du tout certain que la vaccination prévienne la transmission et d’autre part les vaccinés sont censés être protégés.
    Les effets à court et moyen terme des vaccins sont pour la plupart bénins, rarement graves voire mortels, mais l’on a aucun recul sur leurs effets à long terme. Peut-être n’en n’auront-ils pas , mais pour l’instant nous n’ en savons rien.
    Nous les aînés nous n’avons pas grand chose à craindre des effets à long terme, mais ce n’ est pas le cas des jeunes, raison pour laquelle il me semble irresponsable et antiéthique de vouloir les vacciner, sous réserve d’exception.
    Dr Pierre Flouck, médecin retraité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *