Pitié pour les enfants!

Si Swissmedic l’autorise, les enfants pourront se faire vacciner dès 12 ans.

Alors, comme l’a expliqué la RTS aux nouvelles de ce jeudi soir 13 mai, on pourra expliquer aux enfants qu’ils ont le droit de se faire vacciner même sans l’autorisation de leurs parents. En effet, selon l’art.  11 al. 2 de la constitution fédérale, « ils exercent eux-mêmes leurs droits dans la mesure où ils sont capables de discernement ». Et la RTS nous montrait même, dans le val-de-Ruz, une classe d’élèves de 12-13 ans où la maîtresse demandait aux élèves s’ils se feraient vacciner et prendraient l’avis de leurs parents.

Une démarche irresponsable

Mesure-t-on la pression qui sera mise sur de tout jeunes adolescents si on leur laisse le choix de se faire vacciner avec ou sans l’autorisation de leurs parents et si la question est posée et discutée en particulier à l’école ?

Mesure-t-on l’insécurité que pourront éprouver certains de ces adolescents indirectement incités à se méfier de l’avis de leurs parents ? Ou craignant de ne pas se soumettre à ce qu’ils pourraient ressentir comme un acte d’autorité de leur professeur ? Ou redoutant de se faire harceler par leurs camarades selon la réponse qu’ils donneraient à la question posée devant la classe ? Voire, qui sait, à des vaccinations « libres » organisées à l’école ?

Après des mois où ils avaient ou n’avaient pas l’école, où ils suivent des cours masqués, où ils n’entendent parler que de morts ou de menaces de mise en quarantaine, quand ils ne les ont pas vécues dans leur famille, il faudrait encore qu’on leur apprenne à se méfier de leurs parents.

Pitié pour eux ! Le vrai danger qui les guette, ce n’est pas la covid-19 !

 

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

65 réponses à “Pitié pour les enfants!

  1. Pour se faire tatouer, sans l’autorisation des parents, il faut avoir 18 ans.
    Un tatouage, ça dure !
    Et les éventuels effets d’un vaccin à autorisation limitée ?
    Aucune idée, les essais sur les animaux ont été arrêtés au bout de quelques mois…
    Mais sur adrreports.eu, la base de données européenne de l’EMA, au 7.5, déjà 6785 décès après vaccin, 6863 Covid-19, 5406 thromboses, 4920 saignements, 3856 paralysies, etc. sans oublier 499 cas de cécité.
    Ouvrons les yeux sur les aveuglements administratifs, car en cas de problème pour vos enfants, ce sera à vous parents d’assumer, vous ne pourrez pas compter sur l’administration.
    Et entre 0 et 19 ans en Suisse, il y a eu depuis le début en tout et pour tout 3 décès avec test positif, très probablement d’enfants déjà malheureusement très malades.

    1. Un grand merci pour votre commentaire qui permettra aux individus dotés d’un minimum de sens critique de mesurer l’ampleur de l’impact de la désinformation sur les esprits complotistes. On savait déjà que les diplômés en infectiologie de la si prestigieuse université Facebook-Youtube ne sont pas exactement des premiers de la classe, de là à croire qu’un vaccin non vivant puisse vous transmettre la maladie, il y a quand même un fossé.
      Vous avez cependant oublié de parler des nanoparticules, de la 5g et du grand reset.
      Le blog de Mme Sandoz, et les affirmations ridicules de ses fans, sont un pur régal pour les zygomatiques. Pourvu que ça dure !

      1. @ MR CREOSOTE

        “.. de là à croire qu’un vaccin non vivant puisse vous transmettre la maladie, il y a quand même un fossé.” Mais qui dans ceux qui on écrit avant vous on allégué que les vaccins à ARNm transmettaient la covid- 19 ?

        1. Cf commentaire de Viviane :
          “Mais sur adrreports.eu, la base de données européenne de l’EMA, au 7.5, déjà 6785 décès après vaccin, 6863 Covid-19, 5406 thromboses, 4920 saignements, 3856 paralysies, etc. sans oublier 499 cas de cécité.”

          Il est évident que l’implication est qu’il s’agit des effets secondaires du vaccin.

          Viviane a oublié de citer les 25 cas d’autocombustion spontanée et les centaines de courts circuits provoqués par des vaccinés et leurs nanoparticules.

          1. Le signalement de faits postérieurs à la vaccination ne préjuge nullement de l’existence d’un lien de causalité entre la vaccination et ces faits.

            “6785 morts après vaccin”. Au vu du nombre de personnes vaccinées, en priorité les plus fragiles, est-ce étonnant ? Non pas dès lors qu’il ne s’agit pas d’un vaccin contre la mort.

            “6863 Covid-19”. Nul n’a prétendu une efficacité à 100 % du vaccin. Ni d’ailleurs qu’il était administré correctement dans 100 % des cas. Ni que l’on n’administrait pas les vaccins à des porteurs asymptomatiques.

            Viviane a tort si elle entend prétendre qu’il est établi que le vaccin est dangereux à court terme pour l’individu qui se le voit innoculer.

            Creosote à tort s’il prétend que l’innocuité à moyen et long termes des vaccins est établie.

      2. Je vous recommande quelques lectures. Pour continuer à rire! On les
        Trouve il est vrai sur les réseaux, quand ils ne sont pas censurés
        Puis consultez le dictionnaire pour complotiste! Connaître le
        Français est un minimum quand on se moque des autres!
        Pr Perronne
        IHU de Marseille
        Pr Montagnier
        Pr Joyeux
        Dr Fouché
        Dr Wonner
        Dr Sacré
        Dr kori
        Pr Dénis Rancourd
        Dr Saegesser
        Dr Broussalian
        Dr Alexandra Henriot Caude
        Pr loannidis
        Pr sucharit Bhakdi
        Dr Delepine
        Jean Dominique Michel
        Dr Agret
        Michel Weber
        Maître Brusa, du Vizio, Fuellmich, Gendre
        Philippe de Bonolla
        Et après peut-être ça vous fera tilt

        1. Quelle liste impressionante ! Il y a au moins 20 noms. Et en première position le pr Perronne, le charlatan démis de ses fonctions. Celui qui a refait skier un patient en chaise roulante après des injections de jus de citron et d’ail. Vous avez bien acheté son livre j’espère ? Toutes les réponses sont dedans vous savez !
          Seulement 70 EUR ! Achetez le vite, avant qu’il soit censuré !

      3. Mr Creosote, je vais vous prendre à votre propre piège, il y a des nanoparticules, en anglais LNP (Liquid Nano Particle), dans les 2 vaccins autorisés en Suisse. Il y a aussi une pseudouridine chimiquement modifiée, la m1Ψ (abbréviation 1-methyl-3’-pseudouridylyl, ou N1-Methylpseudouridine) pour remplacer les U du code ARN et ainsi contourner le système immunitaire naturel de la cellule. Sans cette bidouille biotech, les cellules dans lesquelles on injecte le vaccin ne laisseraient pas rentrer de l’ARNm étranger dans leur usine à protéines. Mais avec le petit truc de la modif chimique, bingo! Je vous invite à lire les efforts de vulgarisation de la NIH (l’OFSP américain) à ce sujet.

        ARNmod serait un nom plus correct pour ces vaccins, c’est d’ailleurs l’origine du nom de la société MODeRNA. Mais bon, cela fait un peu OGM (en fait, c’est juste du chimiquement modifié, mais modifié quand même!) donc cela ferait un peu peur à Mr tout le monde si on nous le présentait ainsi…

        Pour la 5G et les RFID, je vous l’accorde par contre, on est dans des théories ridicules (ou alors c’est une technologie extraterrestre, pour faire aussi petit les puces de nos iphones dernier cri jusqu’à les faire rentrer dans nos cellules, je ne connais aucune fab de silicium capable d’une telle prouesse sur notre planète)

        Il n’en reste pas moins que triturer le système immunitaire de nos enfants avec une technologie aussi nouvelle me semble une folie totale, aussi collective soit-elle! Que se passera-t-il pour cette génération si leur TLR7 (ou autres mécanismes d’immunité, encore en formation chez les enfants) découvre qu’on l’a trompé et s’emballe lors d’une future injection? si on n’a que quelques cartouches utilisables, il faut les garder pour un vrai danger!

    2. Vous n’avez manifestement pas lu ceci sur le site adrreports.eu :

      *Informations clés*
      — Les informations publiées sur [adrreports.eu] concernent des effets indésirables _suspectés_, par exemple des événements médicaux ayant été observés après l’utilisation d’un médicament, mais qui ne sont *pas obligatoirement liés ou dus au médicament*.
      — Les informations sur les effets indésirables déclarés *ne doivent pas être interprétées comme signifiant que le médicament ou la substance active provoque l’effet observé ou que son utilisation présente un risque*. Seule une analyse détaillée et une évaluation scientifique de toutes les données disponibles permettent des tirer des conclusions robustes sur les bénéfices et les risques d’un médicament.

      1. Peut être devriez-vous répondre à Viviane, c’est bien elle qui a impliqué qu’il s’agissait des effets secondaires du vaccin.
        Je n’ai fait que relever la raison qui fait que personne de sensé ne prend au sérieux les complotistes : parce qu’ils ne comprennent pas les notions les plus élémentaires ou mentent délibérément.

        1. C’était mon intention. Je vois maintenant que je me suis trompé de bouton au moment où je suis revenu de la page adrreports.eu, désolé.

          Comme vous dites, trop souvent les gens brandissent une source en l’interprétant mal, délibérément ou non. L’essentiel était de clarifier la source pour les plus pressés ou flemmards qui seraient prêts à gober “l’appât” confirmant leurs craintes sans vérifier s’il s’agit d’un leurre.

    3. Merci Chère Madame Sandoz, vous allez réconforter les parents qui se trouvent tout à coup plongés dans l’angoisse par cette annonce qui vient de tomber. J’ai recueilli fortuitement quelques témoignages au supermarché du coin, ce matin, avant de vous lire. Ils ne savent pas à qui s’adresser pour exprimer leur désarroi.

      La vaccination généralisée à la population commence à donner certains résultats en retour.
      Est-ce bien? Est-ce mal? Le temps nous apportera la réponse. Pour l’instant, les choses se profilent sous un jour plutôt inquiétant.

      ttps://www.globalresearch.ca/same-pattern-everywhere/5745356

      Comment a-t-on pu faire un tel saut et embarquer ainsi les jeunes enfants dans cette galère? Et leur futur? Et les parents qui seront en première ligne de la prise en charge en cas d’invalidité de leurs enfants? Eux qui ont toujours consacré le meilleur d’eux-même et des choses pour leur assurer les meilleures chances dans la vie…
      Comment peut on défier le sens des responsabilités des parents alors qu’on n’avait cessé de fustiger ceux qui les négligent et les délaissent à eux-même.

      Il n’y a plus aucun garde-fous!

  2. M. Berset a commandé des millions de doses et il faut bien les écouler, puisque les adultes n’adhèrent pas au message du gouvernement.

    1. Surtout ne pas oublier que Swissmedic n est pas aussi indépendant qu on le pense..entre autre financé par Bill&Melinda Gates…
      Quand est ce que les Suisses vont ouvrir les yeux…

  3. ce n’est pas irresponsable, c’est criminel; ces vaccins ou plutôt ces thérapies géniques, sont en cours d’essais cliniques de phase 3 dont certains se terminent en 2024; on n’en connaît pas les effets à moyen et long terme; c’est la première fois que cette technique est utilisée pour vacciner; il s’agit d’essais cliniques faits directement sur la population et maintenant même les enfants alors qu’ils sont très peu atteints, tout cela en violation du code de Nuremberg, de la convention d’oviedo, notamment, mais aussi des législations nationales, et pour une maladie, est-il besoin de la rappeler, dont la létalité n’est même pas de 1%; nous réitérons, mais en bien pire, ce qui s’est passé pour la vaccin contre la grippe H1N1 en 2009, avec pour résultat des centaines de cas de narcolepsies, maladie très invalidante inguérissable, qui touche surtout les enfants. De plus les effets secondaires sont bien plus importants que ceux du vaccin contre la grippe (voir les comparaisons sur les sites de pharmacovigilance; on n’est même pas sûr que ces vaccins sont efficaces (cf les nombreux cas de malades vaccinés doublement !) certains scientifiques et pas des moindres, demandent l’arrêt immédiat de cette vaccination; naturellement, ils ne sont pas entendus; l’industrie pharmaceutique est bien plus puissante qu’eux; je vous conseille d’aller lire l’article sur le site de l’hôpital de Cholet où se trouve le centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques, écrit par le Docteur Ulmil, avec la collaboration d’une docteur en pharmacie, ancienne directrice des affaires internationales dans l’industrie pharmaceutique; vous pouvez aussi lire les appels et interviews de médecins et de professeurs de médecine sur France soir, le seul site qui ose proposer des avis sérieux, documentés et sourcés; toute la presse subventionnée en France se tait alors que ce qui se passe est vraiment très grave; j’ai un sentiment de totale décadence. les Etats développés sont en état de déréliction; ils ont perdu la grâce, par extension, la raison

    Comme vous l’écriviez Madame, “cette fois c’est trop”; mais avec les enfants c’est plus que trop; c’est absolument invraisemblable et inadmissible

  4. En effet, si Swissmedic donne son feu vert les enfants dès 12 ans pourront se faire vacciner contre le Covid même sans le consentement de leurs parents. En tous les cas, c’est ce que nous avons entendu au 19h30 de jeudi soir et c’est pour le moins choquant. Une telle décision pourrait causer de très graves conflits au sein des familles et c’est une trop lourde responsabilité pour nos enfants qui ont déjà subi beaucoup de tourments cette dernière année. Chacun devrait comprendre que les parents doivent être partie prenante de cette décision et pour ce faire, il est impératif de leur laisser du temps. J’espère que nos Autorités vont analyser très sérieusement cette question mais au fond je n’en doute pas. En tant qu’adulte, nous prenons nos responsabilités et j’ajoute que je ne suis pas une anti-vaccin du tout ayant moi-même reçu ma 1ère injection. Une dernière question: Si un enfants devait rencontrer une problème lors de cette vaccination, qui serait responsable ? ses parents ?

  5. Merci Madame Sandoz d’évoquer ce sujet! J’ignorais pour ma part que cette aberration était inscrite dans la constitution ! Sait-on depuis quand ? Comment un enfant de 12 ans peut-il être capable de discernement sur un sujet aussi grave sur lequel même les adultes sont divisés !Il est urgent d’éliminer cet article complètement débile ! “Quand les lois sont mal faites , il faut les refaire”” ( l’abbé Pierre à l’Assemblée Nationale)

  6. Merci Mme Sandoz de mettre le doigt sur cette mesure insensée. Nos autorités ont trouvé un moyen efficace pour déchirer les familles sur fond de conflit de loyauté . Capables de discernement à 12 ans ? Ah oui ? Je suis stupéfaite par tant d’opportunisme et de manipulation qui, tout en nous faisant croire au bien-fondé de cette décision, prend les enfants en otage. Et comme vous l’écriviez plus haut, pitié pour eux.

  7. Merci, Madame, pour toutes vos publications.

    L’horreur “soft” doit aussi être assumée par chacun. Sauf pour les esprits pervertis…non qu’ils en soient dispensés, mais parce que leur conscience est au mieux endormie.

  8. La nouvelle loi sur le terrorisme s’appliquera aux enfants dès 12 ans…

    Un enfant de 12 ans est donc considéré comme responsable et pourra faire l’objet de mesures sur un simple soupçon.

    Dès lors, je ne vois pas pourquoi il n’aurait pas droit de se faire vacciner ?

    1. On ne peut pas mélanger le terrorisme à une affaire de santé publique. Qu’un enfant de 12 ans, soit responsable de ses actes est une chose alors que des “terroristes en herbes” sont manipulés et clairement endoctrinés par des fanatiques. Je ne crois pas que l’on puisse comparer ces deux phénomènes même avec un âge de 12 ans ou plus.

  9. Mais ils sont grands et responsables non ?
    A en juger la nouvelle loi sur le terrorisme, dès 12 ans ils pourront se faire emprisonner pour trouble de l’ordre étatique !
    Voici l’article de cette loi sur lequel nous devrons voter !!!! :
    Art. 24f Âge
    1 Les mesures prévues aux art. 23k à 23n, 23q et 24c ne peuvent être ordonnées qu’à
    l’encontre de personnes âgées d’au moins 12 ans.
    Donc notre société les considère visiblement comme de grandes personnes responsables!

  10. Notre société veux que nos enfants soient responsables depuis l’âge de 12 ans non?
    Ou je me trompe? ou bien on nous a trompés ?

  11. Il y a près d’un an j’ai acheté une nouvelle machine à laver le linge.
    En lisant le mode d’emploi, quelle n’avait pas été ma surprise de constater que le linge fin et délicat devait être lavé à 90° avec un essorage à 1200 tours.
    Respectant toujours à la lettre les modes d’emploi comme une bonne suisse, je me suis donc exécutée et effectivement je constate aujourd’hui que les imprimés de ces tissus sont à peine visible voire pour les textures les plus fragiles complètement fichues.
    Je suis donc allée sur le site en ligne du fabriquant dans l’espoir d’en apprendre plus.
    Et oh surprise ! le mode d’emploi a déjà été changé plusieurs fois depuis mon achat !
    Bon, je l’ai donc jeté, ayant plus de place dans mes armoires grâce au numérique.
    Et puis, étant donné qu’apparemment les mises à jour ne concernent plus les machines mais les modes d’emploi…..

  12. Encore une couche de la dictature sanitaire : la manipulation des enfants par l’école, les encourageant à remettre en question l’autorité de leurs parents.
    Ainsi, c’est l’Etat qui se substitue aux parents et tend à remplacer la famille.
    Gravissime dérive !

  13. Il me semble essentiel que la vaccination ne soit pas imposée au moins de 30 ans et qu’ils puissent malgré cela vivre en toute liberté, sans test PCR, sans autre test et sans contrainte Covid. Les risques du Covid dans cette population sont infimes. On perd la tête effectivement.

    1. Il me semble essentiel que la vaccination ne soit imposée à personne et que tout le monde puisse vivre en toute liberté, sans test PCR, sans pass sanitaire ou autre contrainte. Les risques du Covid touchent essentiellement les personnes âgées et/ou très malades. Que les personnes qui veulent se faire vacciner se fassent vacciner, que les autres puissent vivre en paix, comme avant la pandémie. Et que notre liberté ne soit pas conditionnée à notre état de santé. Merci.

  14. Cette inquiétude me semble bien fondée. Les enfants, les adolescents, plus encore que les adultes, sont prêts à tout pour revenir à une vie sans entrave, comme “avant”. Voilà qui en fait des proies faciles à manipuler avec l’hypocrisie de prendre soin de leur santé. On prétend les rendre responsables de leur décision, victimes consentantes car éclairées, d’un prétendu choix que d’autres ont fait pour eux.
    Bien sûr, il faut écouler les doses commandées, il en va de la responsabilité de nos dirigeants.

  15. D’un autre côté, si l’on ne tient pas compte de l’art. 11 al. 2 de la constitution fédérale, disant qu’« ils exercent eux-mêmes leurs droits dans la mesure où ils sont capables de discernement », cela pourrait mener à des problèmes dans d’autres domaines…
    Par exemple pour une jeune fille de 14 ou 15 ans qui veut la contraception orale et qui sait que ses parents seraient contre (tu es bien trop jeune!), alors qu’elle se montre responsable malgré sa précocité de vie sexuelle!
    Attention donc à ne pas ôter cette possibilité “d’échapper” aux parents pour certaines situations où ces derniers sont un obstacle à une décision personnelle!

    1. Peut-être faut-il rappeler que le discernement n’est pas une notion mathématique. Il se présume à partir de la majorité (sauf pour le choix de la religion où le droit reconnaît à l’adolescent sa pleine liberté, art. 303 al. 3 Code civil) , mais avant 18 ans, l’existence du discernement doit être étudié de cas en cas en fonction de l’acte concerné et de la personne. Aucun enfant à partir de 12 ans n’est présumé avoir le discernement, par exemple en matière de vaccination, pour décider seul. On ne peut concevoir que le cas par cas. L’incitation scolaire est donc encore plus scandaleuse.

      1. Il est aujourd’hui des choix de vie considérés parfaitement raisonnables, sans conséquences négatives pour les autres, qui en une autre époque étaient la manifestation d’un manque de « discernement ». La notion de « discernement » ne répond pas, comme vous le dites, à la logique mathématique. La logique judiciaire s’écarte ou rejoint, quant à elle, assez librement les interprétations données sous l’angle de la psychiatrie. La compréhension de la personnalité de l’enfant a évolué, je parle là des vraies connaissances acquises en psychologie (sans malentendu avec les théoriciens du genre). Difficile de présumer qu’un enfant de moins de dix-huit ans ne peut faire un vrai choix comme celui de se vacciner, après avoir été instruit par des personnes honnêtes connaissant leur domaine. Ce n’est évidemment pas un rôle à confier au professeur d’école… Mais si pour vous la confiance ne peut être accordée ni au médecin, ni aux scientifiques, à qui s’adresser ? Aux infirmières dont seul le 30-35 % se vaccine ? Aux écolos anémiques qui se soignent avec des légumes ? Ou mieux encore tous … qui s’expriment dans ce blog ? Voyez comment ces influences multiples, exercées pourtant sur des adultes, mènent à des discours de vendeurs de brosses. Le patient est maintenant devenu un client qui goûte à des échantillons gratuits offerts par des imbéciles de tous bords, sans but lucratif mais pour changer idéalement le monde ! Vous favorisez à la fois le désordre, ravivez les braises des incertitudes et des craintes, et en même temps désirez protéger l’enfant qui effectivement peut se trouver perdu dans cette tempête. C’est contre les attardés qui l’entourent qu’il faut agir, en l’aidant à mieux grandir hors de ces stupides influences qui devraient vous faire pleurer. Sinon leur discernement sera une forme de jugement que leur auront transmise toutes ces personnes …. Défendez la liberté qui vous est chère en commençant par le bon bout.

        1. A qui adresser sa confiance?
          Aux parent, qui sont légalement responsables de leurs enfants, jusqu’à 18-25 ans.
          Retirer les enfants aux parents, c’est les mettre entre les mains de l’Etat.
          Or, l’Etat n’a pas fait la preuve qu’il était plus propice au développement des enfants que les parents jusqu’à présent.
          Certains Etats ont essayé au XXe siècle de se substituer aux familles. Les résultats n’ont pas été très bons – à part pour créer des traumatismes collectifs.
          Donc, arrêtons de jouer candidement avec les mots. L’Etat a déjà suffisamment de mal à gérer les personnes qui sont directement placées sous sa tutelle (Services de protection de la jeunesse, des curatelles, etc.).

  16. Si cette autorisation est réellement accordée ce sera scandaleux et irresponsable.Encore une fois il est logique de vacciner les personnes à risque ( si’elles le veuillent bien),mais pas les enfants pour lesquels l’infection est bénigne dans l’immense majorité des cas, d’autant que l’on a aucune idée des effets à long terme. De plus jouer sur la solidarité et le chantage en leur laissant entendre qu’ils pourraient être responsable de la maladie de leurs grands- parents ou parents est profondément malhonnête.
    Dr P. Flouck,médecin retraité

  17. Oui , Pauvres enfants !
    En ce qui concerne la loi sur le terrorisme, la police pourra poursuivre des enfants à partir de 12 ans , sans leur laisser la possibilité de se défendre, sans intervention des parents , mais pour leur donner des droits , c’est niet , ils qu’à la boucler …
    Mme Sandoz soutient une position hypocrite , incohérente et absurde !

    1. Je n’ai pas l’habitude de répondre aux insultes, mais je ne comprends pas ce que vous avez écrit. Je ne me souviens pas d’avoir défendu la loi sur le terrorisme. Merci d’éclairer ma lanterne et de raffraîchir ma mémoire.

      1. « Oui, pauvres enfants ! » : c’est ironique, vous les plaignez à tort.
        « … la loi sur le terrorisme » : hyperbole, la loi qui permettrait à l’enfant de contrer ses parents le rend dangereux comme le terroriste qui veut faire basculer le gouvernement.
        « … se défendre » : ironique, allusion à celui qui se défend à juste raison, et qui est désigné comme étant l’attaquant.
        « … sans l’intervention des parents » : ironique, les parents sont censés défendre leur enfant, et là ils laissent faire « pour son bien ».
        Ensuite il faudrait mettre un point après « parents », et depuis là comprendre au premier degré.

        Mon interprétation est inutile si M. Hubert Giot devait vous répondre, dans ce cas pas besoin de publier mon commentaire.

        Les émotions parfois nous gagnent envers des opinions qui donnent un coup de hache dans ce que nous souhaitons et estimons de mieux pour soi et les autres, même sans que cela soit donné dans un style insultant. Poser les questions que vous citez à des élèves de 12-13 ans les aide à faire la part entre ce qu’ils sont capables de mener seuls ou non. Si le droit de se vacciner leur est donné, la plupart demanderont l’avis de leurs parents. Ils ne seront pas sous pression, la liberté qu’on leur donne n’est pas une obligation. Personne ne leur dit : « Maintenant tu es grand, tu peux faire ce que tu veux ! » Nous ne sommes plus à l’époque où les garçons devaient attendre d’avoir vingt ans pour qu’on leur dise : « Maintenant tu es un homme ! », alors que souvent ils n’avaient pas même commencé à le devenir. Les questions discutées de nos jours à l’école tendent à apprendre à construire ses opinions, plutôt que de faire croire qu’il y en a des bonnes ou des mauvaises à prendre ou rejeter. Et puis dans le cas du vaccin, pensez-vous qu’il y a des parents qui savent ce qui est le mieux, et d’autres pas ? Penser « le mieux pour mon enfant est qu’il m’obéisse » est dérisoire dans cette situation. À qui obéissent les personnes adultes qui ne veulent pas se fier aux pharmas, aux médecins, aux scientifiques et, à défaut de posséder eux-mêmes les connaissances, choisissent de soigner leur liberté plutôt que leur vie physique (et protéger celle des autres) ? Ceux-là qui s’opposeront au droit de leur enfant de choisir s’il veut se faire vacciner ou non pourront lui dire : « Obéis-moi pour être libre ! »

        Il ne s’agit pas, à l’école, d’influencer, du moins c’est ce que crois, mais au contraire d’instaurer un dialogue qui puisse être plus constructif que ce blog pour adultes qui souffre sous la dictature sanitaire.

        1. Je suis bien d’accord avec votre long paragraphe, Dominic, et votre mot de la fin m’a bien fait sourire.
          J’ajouterais que le discernement ne s’acquiert pas miraculeusement le jour de notre 18ème (ou 16ème) anniversaire. C’est un processus qui s’apprend, alors autant l’entraîner. Je me souviens que déjà avant d’être majeur, je trouvais certains adultes bien prétentieux de penser qu’ils avaient nécessairement plus de jugeote qu’un jeune sur tous les sujets.

          1. Merci de me faire part de votre réaction, c’est pour moi bienvenu parce que le plus souvent je suscite l’agacement en raison de mes souhaits d’une meilleure école, ceux que je faisais dans ces années 70 maintenant moquées , et que j’estime aujourd’hui réalisés en bonne partie.

  18. Cet article de la constitution fédérale est une aberration. Comment peut-on dire qu’un enfant est capable de prendre une telle décision sur un sujet aussi important que la vaccination. On ne sait pas encore tous les aspects négatifs qui se produisent avec les effets secondaires et encore moins sur les enfants en parfaite santé. On prend les gens pour des imbéciles ou quoi ? Il semblerait que la liberté individuelle et nos choix démocratiques sont bafoués. Je suggère qu’on fasse des injections à tous les membres dirigeants de Swissmedic et leurs famille avant de vacciner les autres enfants de la population. Ainsi, on verrait bien s’ils sont d’accord de demander à leurs familles de servir de cobayes pour la nation ! C’est une honte d’avoir même il imaginé qu’on puisse vacciner sans le consentement des adultes. La Suisse de deviendrait-elle un régime autoritaire ?

  19. Si avec un CF à droite on en est là, comment ça va être quand la gauche prendra le dessus dans une dizaine d’années !

  20. « Adulte et non vacciné » : cette expression remplace en 2021 l’ancienne qui n’est plus appropriée pour communiquer qu’on est capable d’être pleinement responsable.

    Les mesures de prévention sont prises plus au sérieux et suivies par les adolescents que par les personnes âgées, c’est ce que j’ai appris d’un médecin ayant observé le comportement de ces tranches d’âges. Inutile donc de se poser la question de savoir si à moins de dix-huit ans un teenager qui porte le masque et accède au vaccin par sa propre décision prend des risques pour lui et les autres, autant que s’il se mettait au volant d’une Porsche dernier modèle. Sur la grande route de la pandémie en cours, ce sont les insouciants en âge dit raisonnable dont il faudrait s’occuper en premier, peut-être en leur donnant un cours de biologie scolaire pour les aider à mieux raisonner sur des bases réelles, afin que l’intelligence des ânes ne se mesure pas qu’à la longueur de leurs oreilles.

  21. Il y a une chose que je ne comprends pas dans votre billet, Mme Sandoz :
    Votre remarque concerne spécifiquement le vaccin contre le covid-19. Mais en fait, cet article de la constitution n’est pas nouveau n’est-ce pas (?) et concerne donc aussi l’usage de tous les autres vaccins existants qui sont autorisés en Suisse pour les enfants.

    Le vrai problème pour vous est-il donc que ce vaccin-ci est très récent et qu’il y ait une incitation vigoureuse à le faire ?

    Je suis globalement favorable à ce vaccin, même si je pense qu’il n’est pas vraiment nécessaire pour les (très) jeunes, qui p.ex. ne sont généralement pas vaccinés contre la grippe.

    Ceci dit, l’ambiance dans la famille serait-elle vraiment meilleure si l’ado souhaitait se faire vacciner mais qu’il ne le pourrait pas car ses parents ne sont pas d’accord ?
    Ou dans le cas inverse : qu’il ne souhaite pas le faire mais que ses parents le lui impose ? Ne serait-ce pas pire encore ?

    Je suis d’avis qu’il faut laisser le choix à l’ado, après discussion avec ses parents (et éventuellement le médecin).
    Le plus important, c’est finalement que l’autorité de certification fasse son travail correctement et qu’il y ait un débat libre sur ces sujets.

  22. Madame Sandoz,

    N’y a-t-il pas de moyens juridiques afin de lutter contre toutes ces dérives autoritaires ?
    Dans de nombreux pays, des plaintes ont été déposées contre les états pour leur gestion de la crise.
    Le corps médical dans son ensemble et le “corps juridique” peuvent faire beaucoup, maintenant !
    Ce sont nos démocraties qui sont aux soins intensifs.
    A trop tarder, il ne nous restera que les yeux pour pleurer ….

  23. Une question : peut-on savoir qui et quand a-t-il été décidé de la vaccination Covid pour un enfant dès 12 ans s’il le désire ? Parce que l’âge de 12 ans n’est pas précisé dans l’article 11 de la constitution…

  24. Donc, Prof. Sandoz, vous partez du postulat que la grande majorité des adultes ne souhaite pas se faire vacciner (chose qui n’est pas démontrée dans les faits). Mais en plus, ces pauvres enfants se feraient endoctriner par ces méchants enseignants gauchistes… Que la vie est dure…

    Mais bien entendu, ce blog se tient éloigné de toute thèse complotiste.

  25. Sympa les Seychelles.

    61% sont vaccinés et le nombre de cas et de morts doublent… explication ? C’est un vaccin ou un traitement préventif ?

    ttps://edition.cnn.com/2021/05/14/africa/seychelles-covid-vaccination-infection-intl-hnk-dst/index.html

    1. @Raon

      L’explication est limpide, ceux qui sont morts n’étaient pas vaccinés (49 % de la population) !

      “The Seychelles is relying on China-made Sinopharm and Covishield, the AstraZeneca vaccine made in India. Of all fully vaccinated people, 57% received Sinopharm, which was given to those ages 18 to 60, while 43% took Covishield, which was given to those over 60.

      Around 37% of positive cases from the week to May 8 had been fully vaccinated, the government said, although it has not released data on which vaccines they received. The government hasn’t released data on the age breakdown of Covid-19 patients.

      Around 20% of those who were admitted to hospital for treatment had been vaccinated, but their cases weren’t serious, the Ministry of Health said Monday. Almost none of the critical and severe cases requiring intensive care had been vaccinated, and no one who has been vaccinated has died of Covid-19.”

      En conclusion, les vaccins utilisés protègent contre la mort due au covid-19 et contre un passage par les soins intensifs. De plus, ils diminuent fortement les hospitalisations puisque 61 % de la population vaccinée représente 20 % des hospitalisés, qui ont besoin d’un traitement hospitalier léger.

      Rappelons que si les vaccins chinois à virus inactivés sont bien moins efficaces pour protéger de la survenance de la maladie que les vaccins à ARNm, tel n’est pas le cas s’agissant de la survenance d’une forme grave de la maladie.

      Ce qui se passe est d’autant plus instructif que le variant prédominant aux Seychelles est le variant sud-africain.

      1. Et les gens sont-ils en bonne santé? On peut sortir négatif au test PCR du Covid-19 et mourir.
        Ce qui montre qu’une vaccination – qui est effectuée sur des personnes saines – est réellement efficace pour la santé des population, c’est son impact sur la mortalité générale.
        Si celle-ci augmente en corréaltion avec la vaccination, il faudrait au minimum effectuer des investigations complémentaires. Il est aussi possible que les vaccinés participent à la transmission de la maladie ou engendrent une nouvelle maladie, ou produisent des effets délétères lors d’une nouvelel vague. On a vu cela avec la polio (polio vaccinale) ou avec la dengue.
        Donc, je crains que vous ne tiriez encore une fois des conclusions hâtives.
        De fait, les pays qui ont bcp vacciné en peu de temps ont connu une hausse de la mortalité concomittante (GB, Hongrie, Chili, Israël, USA). Cela ne signifie pas que la vaccination en soit la cause directe, mais il faudrait quand même investiguer et ne pas se limiter à investiguer sur le PCR du Covid-19, qui est juste un élément parmi d’autres.
        Encore une fois, la prudence imposerait de faire le bilan de santé global des vaccinés et des non-vaccinés et aussi le schéma des contaminations (au sein de la famille, d’un village, etc.).
        Pour l’heure, je n’ai pas connaissance de telles informations. Et le fait que la plupart des pays vaccinent avec plusieurs vaccins différents en même temps embrouille encore plus le schéma.
        Donc encore une fois – il y a bcp de trous noirs sur la carte et on ne peut pas tirer des conclusions fiables. C’est prématuré.

  26. Votre message est bien malhonnête. De ce fait, on pourrait aussi vous y envoyer. La liberté d’expression et de parole sont des droits mais on peut respecter les gens même si on n’est pas de son avis. A bon entendeur, Salut !

  27. Le problème de toute cette histoire, c’est que le programme de vaccination n’est pas suivi d’une information éclairée et transparente à la population, mais d’un programme de propagande, digne des pires moments de notre histoire – à travers une instrumentalisation de la santé pour renforcer le pouvoir de l’Etat.
    L’Etat se doit de présenter la vaccination avec ses avantages et ses risques. Et chacun choisira. Et non pas de minimiser les risques de manière malhonnête, pour obtenir une vaccination accélérée avec une manipulation médiatique des populations.
    Si demain, des milliers de jeunes tombent malades suite aux vaccins, qui sera responsable? Les jeunes de 16 ans? C’est scandaleux. C’est une folie collective de ne pas protéger la jeunesse.
    Par prudence, les vaccins anti-Covid devraient être interdits aux jeunes (à cause du manque de recul), sauf pour celles et ceux qui souffrent déjà de maladies graves et qui en feraient la demande, avec l’appui de leurs parents et de leur médecin traitant.
    Cela permettrait d’avoir plus de recul sur les résultats de la vaccination des adultes, et notamment de l’innocuité et efficacité à moyen terme de ces vaccins EXPERIMENTAUX.

    1. S’agissant du vaccin Moderna la Food and Drug Administration (FDA), autorité régulatrice des USA précise :

      “Cette liste peut ne pas comprendre tous les effets secondaires possibles du vaccin de Moderna contre la COVID-19. Des effets secondaires graves et imprévus peuvent survenir. Le vaccin de Moderna contre la COVID-19 est encore à l’étude dans des essais cliniques.”
      ttps://www.fda.gov/media/144711/download

      “These may not be all the possible side effects of the Moderna COVID-19 Vaccine. Serious and unexpected side effects may occur. The Moderna COVID-19 Vaccine is still being studied in clinical trials.”
      ttps://www.fda.gov/media/144638/download

      Quant à notre administration fédérale elle explique :
      “Les études n’ont pas encore pu mettre en évidence les effets secondaires rares ou ceux qui surviennent après trois mois. Les résultats déjà disponibles indiquent néanmoins clairement que les risques associés au COVID-19 sont bien plus élevés que ceux associés au vaccin.”
      ttps://ofsp-coronavirus.ch/vaccination/effets-secondaires-et-questions/

      Comment les résultats déjà disponibles peuvent indiquer clairement que les risques associés au COVID-19 sont bien plus élevés que ceux associés au vaccin si ces études n’ont pas encore pu mettre en évidence les riques qui surviennent après trois mois ? Notre administration fédérale se contredit en deux phrases.

    2. Il est vrai que le travail de vulgarisation sur cette vaccination n’a malheureusement pas été fait en suffisance et on peut vraiment le regretter. Nous avons hélas été bombardés de courbes, de vagues et des sempiternelles images de gens se faisant enfiler des écouvillons dans le nez. Pauvres téléspectateurs lobotomisés que nous sommes ! Il est vrai pour être juste, qu’on en voit un petit peu moins. Ouf.
      C’est pour cela, qu’il faut prendre un peu de recul vis à vis des enfants qui eux-mêmes n’ont pas encore eu d’enfants. De plus la littérature dans le domaine de cette vaccination n’est pas suffisante, du moins celle adressée aux non scientifiques. Certains diront que nous acceptons bien de vacciner nos enfants contre de nombreuses maladies. C’est tout à fait exact, mais concernant ces autres vaccinations, nous avons le recul !

  28. Merci Madame Sandoz pour cet article encore plein de bon sens.
    Ne pensez vous donc pas qu’il faille résonner le CF maintenant et médiatiser l’article 24 avant la votation du moi de juin sur la loi sur le terrorisme ?
    l’article Art. 24f prévoit donc d’emprisonner une personne de 12 ans ? ou je me trompe?
    Mais dans quel pays on est ?

  29. “Censurer mon commentaire”.
    Il va sans dire que je ne considère pas ça du tout comme une preuve d’intelligence… et de ce point de vue tout à fait subjectif, bien sûr… mais… puissiez-vous “NEANMOINS” le rejoindre un jour.. grâce à cette “intervention”.

    (Et pour le bien de tous… du MONDE… bien sûr… (toujours selon moi.. subjectivement… ) .. .

  30. La première question qui m’est venue lorsque j’ai appris cette information est la suivante:

    Pourquoi les autorités souhaitent-elles contourner le droit parental pour faire vacciner les enfants?
    Pour moi, la réponse paraît claire. Les autorités ( politiques et scientifiques) souhaitent que certains parents récalcitrants n’imposent pas leurs croyances des vaccins à leurs enfants. Soit! Mais, les scientifiques sont exactement dans cette même conscience car ils veulent imposer leurs propres croyances pro-vaccins. Vous ne donnez pas la liberté aux enfants lorsque vous imposez dans le débat soit pour ou contre le vaccin. Le doute et le temps sont aussi une réponse! Malheureusement ils ne sont jamais proposés dans leurs arguments.

Répondre à Dominic Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *