Dictature sanitaire

L’aspect le plus inquiétant de la covid-19 est incontestablement la normalisation de procédures dictatoriales au nom de la protection de la santé collective. Je retiens en particulier les quarantaines et la vaccination

La quarantaine, négation de l’habeas corpus

Pure et simple privation de liberté, la quarantaine offre la particularité d’être décidée sans la moindre intervention judiciaire et dans un arbitraire absolu pour la grande majorité des condamnés. En effet, aucun contrôle justifiant cette forme d’emprisonnement n’est requis, sous prétexte qu’un test négatif n’est pas décisif, et la « libération après dix jours ou ce qu’il en reste depuis la dénonciation » a lieu sans contrôle non plus, à moins de symptômes justifiant un test. Et ne songez pas à demander une indemnité à l’Etat pour les pertes encourues à cause de cet emprisonnement injustifié. On vous opposera l’intérêt général. Or Selon la CourEDH, la privation de liberté pour cause de mise en danger d’autrui d’une personne aliénée ou n’ayant plus tous ses esprits, n’est admissible que pour autant que cet état de la personne concernée représente un « risque réel » pour les tiers et ces conditions doivent être clairement exprimées dans la loi.

La règle vaut à plus forte raison sans doute pour une personne qui a tous ses esprits. Enfermer en quarantaine des personnes dont on ignore totalement si elles présentent un danger réel pour des tiers est assez inconciliable avec les droits de l’homme. Je comprends la disparition récente de certains Anglo-saxons.

Les mauvais points à la chinoise

Le Gouvernement chinois remet à ses sujets des cartes d’identité à points de manière à pouvoir retirer des points pour mauvaise conduite (politique, souvent, mais pas seulement, selon l’arbitraire du pouvoir) et la perte de points justifie des refus d’accès à des biens ou à des lieux, avec naturellement un peu d’infamie.

Selon les dernières informations, l’Espagne songerait à tenir des listes des personnes refusant de se faire vacciner. Quelles conséquences ? On les ignore, toutefois une liste « négative » n’a de raison d’être que si elle permet aisément d’exclure des personnes de telle ou telle activité ou manifestation.

En Suisse, on n’en est pas encore là, cependant le carnet électronique de vaccination que l’on envisage d’introduire pourrait remplir a contrario le même usage : seuls les porteurs auraient accès à tel ou tel bien ou service. Les compagnies d’aviation y songent et d’autres organismes privés (restaurants, spectacles…) peut-être aussi. On légaliserait ainsi une sorte de délit de faciès.

Il est exclu d’ostraciser de quelque manière que ce soit les personnes qui ne se feraient pas vacciner

Qu’on nous pardonne mais à ce jour, en Suisse, les deux assurances qui sont données quant à la sécurité du vaccin sont d’une part l’accord de Swissmedic, d’autre part, dans Le Temps du 21 décembre en fin de la page 4, la phrase suivante :  « Le ministre de la Santé, Alain Berset, a assuré que le vaccin qui venait d’être autorisé en Suisse était sûr et efficace ». Comment oublier alors que Swissmedic avait donné son feu vert au Remdésivir, remède inefficace, éventuellement dangereux (voir Le Temps du 15 décembre en p. 15 et notre article intitulé « Faut-il rire ou pleurer » ?). Et puis, même si j’ai beaucoup de respect pour M. Berset comme pour tous nos conseillers fédéraux, je ne suis pas convaincue de sa compétence médicale.

La santé deviendrait-elle la pire menace pesant sur nos libertés fondamentales ? Ou serait-ce la conviction de certains scientifiques que la mort n’est jamais qu’un échec ?

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

165 réponses à “Dictature sanitaire

  1. « Le ministre de la Santé, Alain Berset, a assuré que le vaccin qui venait d’être autorisé en Suisse était sûr et efficace ».

    Quel crédibilité peut-il avoir ? Quel crédibilité peut avoir le Conseil fédéral et son administration ? Quelle crédibilité peut avoir Swissmedic, qui, comme vous l’avez relevé a admis le remsédivir le 23 novembre (publié le 4 décembre dans sa gazette officielle).

    Efficace pendant quelque mois au moins c’est, sauf mutation malvenue, établi. Sûr, cela n’est pas établi. On ne connaît pas les effets délétères de ce vaccin à moyen et long termes, notamment sur les personnes souffrant de troubles auto-immuns, cliniques ou quiescents.

    Berset n’allégue pas seulement la sûreté du vaccin (l’avenir le dira ) mais qu’il est à ce jour établi que tel est le cas. Il articule une contre-vérité. L’état fédéral, par son agent Berset, transgresse le principe de bonne foi constitutionnellement consacré.

    Une personne atteinte d’une maladie auto-immune a-t’elle qualité pour faire constater le caractère illicite des propos de Berset (25a PA) ?

    1. Bonjour CEDH, Merci pour vos lignes que je trouve à mon retour de voyage. Votre question de fin est très pertinente. Et bien trop rare. Le gouvernement helvétique ne s’intéresse pas (ne s’est jamais intéressé) aux humains avec particularités. Voilà pourquoi j’ai effectué le test OFSP No 2 qui sera transmis plus tard sur le blog. Il n’y a que quelques étranges mais bien réels spécialistes qui approchent les “nés-différents”. Car vous aurez remarqué comme moi-même que depuis un an, nous n’entendons parler que de Covid – coeur – poumons. Les autres composantes du corps humain ont été tout simplement éliminées du langage commun. Or dans la nature, il y a une grande et saine diversité dans chaque espèce vivante.
      Mais peut-être que la finalité gouvernementale est de museler et d’éradiquer tout ce qui sort d’un cadre disons convenable ?
      Bon 31.

    2. L’OFSP précise sur son site :
      “Les études n’ont pas encore pu mettre en évidence les effets secondaires rares ou ceux qui surviennent après trois mois. Les résultats déjà disponibles indiquent néanmoins clairement que les risques associés au COVID-19 sont bien plus élevés que ceux associés au vaccin.”
      //ofsp-coronavirus.ch/vaccination/effets-secondaires-et-questions/

      Cet office a l’honnêteté de souligner que l’on n’a pas encore pu mettre en évidence les effets secondaires qui surviennent après trois mois et de préciser qu’il y a avantage à se faire vacciner sur la base des résultats disponibles à ce jour, c’est-à-dire en l’ignorance des effets à moyen ou long termes.

      L’OFSP serait-il devenu complotiste ?

      Quant à elle, le médecin cantonal genevois expose :
      “Quels sont les risques de ces nouveaux vaccins?
      Ce vaccin ne peut pas provoquer le COVID-19. Comme la plupart des vaccins, ce nouveau vaccin peut avoir des effets indésirables légers. Ces effets apparaissent le jour de la vaccination ou le lendemain. Ce sont par exemple :
      douleur à l’endroit de la piqûre
      fatigue
      maux de tête
      courbatures
      autres réactions inflammatoires liées à l’activation du système immunitaire.
      Ces réactions sont normales et pas dangereuses. Elles durent entre 1 et 3 jours. Elles peuvent être réduites par du paracétamol et ne nécessitent pas de prise en charge médicale.
      Les effets indésirables graves sont très rares, par exemple, une réaction allergique au vaccin. Ces réactions sont faciles à traiter.”
      //www.ge.ch/se-faire-vacciner-contre-covid-19/faq-vaccination-contre-covid-19

      Pourquoi donne-t’elle de fausses informations ? Informations auxquelles renvoie le Chef du département de sa santé, de la police et de la police sanitaire.
      //poggia.blog.tdg.ch/archive/2021/01/01/2021-des-defis-plus-que-jamais-311813.html

      Le médecin cantonal et le politicien agiraient-ils illégalement en colportant de fausses informations ?

  2. Mme. Sandoz

    Le carnet de vaccination dont on parle n’est ni plus ni moins que tps://www.mesvaccins.ch/ qui existait avant l’arrivée de ce nouveau virus et qui permet a toute personne d’avoir ses vaccins de façon digitale mais validée par son médecin de famille (qui peut lui aussi les voir).

    C’est sur une base totalement volontaire.

    1. Avez-vous procédé à un examen de la licéité des processus de collecte et d’exploitation de ces données personnelles sensibles par la fondation de droit privé, dont le siège est à Mürith (BE), qui exploite cette base de donnée privée et la société anonyme sous-traitante à but lucratif dont les siège est dans le canton de Zürich ?

      Trouvez-vous normal qu’une telle base de donnée sensible soit gérée par des personnes privées ? A quand une modification des conditions générales permettant la diffusion large desdites données. Qu’est-ce qui interdit au Conseil fédéral de mettre la main dessus si cela lui chante (une petite ordonnance urgente) et de la partager avec l’Espagne. Qu’est-ce qui empêche à un état étranger de se saisir en toute illégalité de ces données ? Quelles pressions sont exercées par certains médecins sur leurs patients ? Aucune comme dans les EMS pour la vaccination, j’imagine.

      Cela alors que s’agissant du traitement de données dans le domaine des tests RT-PCT cantons et privé agissent au plus grand mépris des législations sur la protection des données.

      Dès lors quelle confiance leur accorder ?

      1. Vous contestez l’autorité de l’Etat, “Quel crédibilité peut avoir le Conseil fédéral et son administration ? Quelle crédibilité peut avoir Swissmedic” (29.12), et vous doutez de celle du privé, “Trouvez-vous normal qu’une telle base de donnée sensible soit gérée par des personnes privées ? ” A qui faudrait-il donc faire confiance ? A vous caché derrière un pseudonyme ?

        1. Contester l’autorité de l’Etat apparaît être un crime à vos yeux. Libre à vous d’aller faire allégeance auprès d’un despote, éclairé ou non.

          Pour répondre à votre question, il n’y a tout simplement pas lieu de constituer une base de données vaccinales relatives aux individu. Ni par le privé, ni par le public.

          1. Et comment dans ce cas assurer, pour ceux qui acceptent le vaccin, qu’ils reçoivent bien les deux injections, et seulement ces deux (éviter de les re – vacciner avec le moderna, celui d’A.Z., etc) ?

            Pour ce qui est des restrictions d’accès aux manifestations ou services fournis par des privés, Mme Sandoz confirme qu’il faut légiférer si l’on souhaite éviter que tout un chacun pose ses conditions (le préposé à la protection des données a alerté dans ce sens il me semble). Restera donc à convaincre les amis politique de l’auteure du blog d’aller en ce sens.. Convaincre les YaKa FoKon comme M. Nantermod.
            Bonne chance

          2. @ Fridoux

            Comment fait-on lorsqu’il y a lieu de de faire vacciner contre l’hépatite B. Trois injections, l’une au jour 0, la deuxième 1 mois plus tard et la troisième 6 mois plus tard. Pas besoin de fichier cantonal, fédéral ou privé “volontaire”. Vous avez le choix entre votre mémoire, le dossier de votre médecin (dont vous pouvez obtenir copie) ou un carnet facultatif de vaccination.

      2. @ CEDH : aucune confiance, les données doivent rester en mains des autorités sanitaires de chaque canton, voire de la Confédération, et transmises au moment d’un déménagement éventuel.

        Lorsque vous mentionnez ” … comme dans les EMS pour la vaccination,…”, une femme de 94 ans est décédée après avoir été vaccinée dans le canton de Lucerne, le médecin, qui la suivait, n’ayant pas été informé, personne ne s’y est opposé alors que cette femme n’aurait pas dû l’être puisqu’elle avait un problème d’allergie !

        Ce qui revient à dire, comme vous le suggérez très justement, que la transmission des données médicales doit faire l’objet d’un suivi étatique et non par une société privée (elle a payé combien pour les stocker … ? )

        La question mérite réponse et seul le CF dans son entier doit y répondre très rapidement et non dans dix ans sous les prétextes les plus futiles.

        1. @ Marie A.
          Les données médicales ne doivent pas rester en les mains d’autorités sanitaires cantonales ou fédérales. Elles doivent rester en les main du médecin et du patient.

    2. Pas du tout. Ce dont Mme Sandoz parle, c’est d’un certificat, passeport ou autre (peu importe) certifiant que vous êtes vacciné, et dont la présentation serait obligatoire pour diverses activités: voyager, aller au spectacle, prendre un transport public etc..

  3. Merci Madame pour cette excellente analyse de la réalité dans laquelle on se trouve , malheureusement beaucoup de nos compatriotes sont tellement trompés par la pensée unique et les mensonges des grands médias qu ils ne prennent pas le recul nécessaire pour voir la vérité .

  4. “Comment oublier alors que Swissmedic avait donné son feu vert au Remdésivir, remède inefficace, éventuellement dangereux”

    Vous ne seriez pas en train de nous inventer de la bureaucratie, un risque pénal, etc… pour une autorisation provisoire, donnée de bonne foi au sortir de la crise de la première vague, et qui avait pour seul but de donner une option thérapeutique supplémentaire aux médecins qui le souhaitaient …

    Vous préféreriez que swissmedic mette 2 ans pour s’assurer de son risque pénal, respecte à la virgule la bureaucratie et dépense l’argent du contribuable dans des expertises et pour laisser dans l’intervalle souffrir les pstients faute de traitements ?? Qu’auriez-vous dit si le Remdésivir s’était révélé être un bon traitement mais qu’il n’aurait pas été autorisé en Suisse car un fonctionnaire voulait s’assurer de son risque pénal ????

    Je suis désolé, mais vous m’avez énervé avec cette phrase emprunte de condescendance. C’est facile 6 mois après de donner des leçons. Mais la conséquence est plus de paperasse, tjs plus de paperasse et l’absence de décision et de bon sens.

    Je n’attendais pas ça de vous !
    La bureaucratie tue…

    1. L’autorisation pour le remsdivir date du 23 novembre 2020 et a été publiée le 4 décembre 2020. Date à laquelle il était établi que ce médicament n’avait aucune place dans le traitement du covid-19. On aurait pu comprendre une autorisation donnée beaucoup plus tôt et retirée le 4 décembre 2020.

      Contrairement à ce que vous pensez, c’est justement la bureaucratie dans toute sa splendeur. On tarde à autoriser le médicament alors qu’il n’était pas exclu qu’il ait son utilité et on l’autorise alors qu’il est établi que ce médicament n’est pas utile et à vrai dire comporte des effets secondaires graves.

      Comment faire confiance en de tels pignoufs.

    2. Il y avait déjà un traitement efficace, sûr et pas cher, utilisé depuis 40 ans par des millions de personnes de par le monde sans aucun souci mais qui tout d’un coup s’est vu interdit de prescription. Pourquoi? Ah oui c’est vrai, il ne rapportait rien aux labos, au contraire du remdesivir qui lui est le saint grand!

  5. La peinture de la ligne passant timidement sous les 80 morts par jour pour la première fois depuis presque 2 mois n’est pas encore sèche, que revoici une nouvelle charge.

    Que proposez-vous concrètement comme solution à l’engorgement hospitalier qui sévit dès que les mesures sont appliquées de manière moins stricte?

    1. @SAMUEL

      C’est très simple. Il suffit de soigner les gens. Pour le moment les autorités se rendent coupables, en plus des violations des libertés publiques fondamentales dénoncées avec raison par madame Sandoz, de mise en danger de la vie et la santé du peuple suisse par refus de soigner. C’est criminel et ça doit être jugé.

      Malgré l’acharnement criminel du lobby Pharma qui continue à corrompre les milieux scientifiques et à commettre faux et usages de faux en série, l’efficacité de l’HCQ a été définitivement démontrée. Une étude officielle du gouvernement italien l’a reconnu. Irez-vous accuser les autorités sanitaires d’un grand pays comme l’Italie d’être des charlatans?

      L’industrie pharmaceutique a le droit de defendre ses intérêts et de faire des profits. Elle n’a pas le droit d’imposer ses volontés aux politiques comme Berset qui est vraiment le caniche de Big Pharma et qui doit démission car il a completement échoué dans cette crise. Des enquêtes doivent être diligentées pour trouver les coupables de ce scandale sans précédent.

      Il est juste que l’on propose un vaccin et qe les courageux qui souhaitent prendre le risque aient le droit de se vacciner. Mais il est inconcevable que pour mieux promouvoir le vaccin on continue à interdire aux médecins de soigner leurs patients avec une thérapie qui a fait ses preuves. Il s’agit d’un crime d’état. Il y a là un scandale de santé publique d’ampleur historique qui nécessite que les coupables soient chassés du pouvoir.

      Pour commencer il faut que le procureur général de la Confédération enquête sur les conflits d’intérêt à tous les niveaux qui on causé ce désastre.

      Les lock down étaient parfaitement inutiles étant donné qu’on pouvait soigner les “cas” positifs avec le médicament existant et ainsi les hôpitaux n’auraient absolument pas été engorgés. Donc on a ruiné des centaines de milliers de familles et on a assassiné tout le secteur de la restauration POUR RIEN.

      Qui va payer ? Je propose que les 7 conseillers fédéraux soient réduits à toucher le minimum vital et que tout le reste de leur traitement soit versé à un fond d’aide en faveur des familles ruinées par leur politique irresponsable.

      Comment nous débarrasser de dirigeants politiques totalement déconsidérés, comme Berset et Sommaruga, qui portent la responsabilité de la ruine totale de l’économie et du fait que la classe moyenne dans son ensemble à ete plongée dans la détresse ?

      Voila la question.

      1. Le conseil d’Etat italien a, par voie de mesure provisionnelle avant de statuer ultérieurement définitivement, autorisé la prescription médicale d’hydroxychloroquine sous contrôle médical et à faible posologie en cas de covid léger.

        Pour les motifs suivants :
        – Des études sérieuses démontrent qu’à faible posologie et sous contrôle médical il n’est pas dangereux;
        – Aucune étude ne démontre avec suffisamment de certitude que ce traitement est inefficace.

        Il ne s’agit en aucun cas du “protocole” marseillais qui y ajoute de l’AZT, qui augmente les risques cardiaques et nécessite trois ECG.

        1. L’HCQ est de retour! Comme dit à la grande époque. Quand bien même il a un effet positif limité, il n’empêchera pas la saturation hospitalière

          1. Bonjour Samuel,
            Voici un lien qui devrait vous intéresser concernant l’hydroxychloroquine:
            tps://hcqmeta.com/

            Posez-vous juste deux questions:
            Pour quelles raisons Mme Buzyn, ministre française de la santé à l’époque, a-t-elle placé l’hydroxychloroquine sur la liste des substances vénéneuses le 12 janvier 2020, alors que ce médicament avait été jusque là donné à des millions de personnes depuis des décennies sans ordonnance, et donc sans problème?
            Pour quelles raisons une étude parue dans le Lancet prouvant l’inutilité, voire la dangerosité, de l’hydroxychloroquine s’est révélée, non pas seulement être fausse, mais frauduleuse (c’est-à-dire volontairement trompeuse)? Reconnue comme telle par le monde scientifique dans son ensemble, retirée avec plates excuses par le Lancet, mais sur laquelle le gouvernement français se base encore aujourd’hui pour l’interdire aux médecins qui l’utilisaient avec succès…
            Ps: pour info, Swissmedic continue d’autoriser l’importation du Remdesivir (et donc son utilisation) jusqu’à l’automne 2021, alors même que l’OMS a déconseillé ce produit depuis plusieurs mois !

          2. @Olegna

            Je n’ai pas d’action pour ou contre l’HCQ, je souhaiterais au plus profond de moi que ce médicament soit efficace, mais force est de constater que si effet positif il y a, il est si ténu que nombre autres (méta-)études disent l’inverse. HCQMeta est d’ailleurs lourdement remis en cause (www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-quelle-est-la-meta-analyse-dont-parle-le-documentaire-mal-traites_150257).

            Bref, HCQ or not HCQ, la surcharge hospitalière guette.

          3. @Samuel

            La méta-étude c19study.com, contrairement aux autres méta-études, prend en compte toutes les études. Parce que c’est facile de faire une méta-étude en sélectionnant uniquement celles qui vont dans le sens que l’on souhaite et de rejeter les autres en arguant d’un problème de méthodologie.

            C’est triste mais, en science, le résultat d’une (méta-)étude est très fortement corrélée avec les intérêts de celui qui la finance. Mais c’est logique à la fois: les scientifiques sont des humains avec des besoins comme tout le monde, ils ne vivent pas d’amour et d’eau fraîche. (voir à ce sujet le documentaire “La fabrique de l’ignorance” qui est éloquent (sur youtube?)).

      2. @Martin: Je viens de tomber sur un site français qui énumère les individus “au bénéfice” d’un conflit d’intérêt dans le domaine médical/pharmaceutique.
        tps://www.eurosfordocs.fr/
        Il nous faudrait des journalistes courageux en Suisse qui osent faire ce genre de travail d’investigation pour mettre à nu les magouilleurs qui “conseillent” Berset et Cie.

        1. tps://hcqmeta.com/
          Connu, éprouvé, efficace, pas cher,…

          Tous les pays qui l’ont adopté ont un taux de mortalité inférieur que les pays qui l’ont ignoré, diabolisé, combattu,…

          L’ivermectine est aussi connu, éprouvé, efficace (peut-être même plus), pas cher, mais ignoré, combattu et diabolisé par les mêmes.
          C’est bizarre, hein?

          1. Oui Trump et Bolsonaro sont de grands fans de ce produit. La fiction “hold up” lui fait aussi une belle publicité avec des prises de parole de personnalités au pédigrée pas toujours reluisant mais qui s’affublent de titres ronflants. Sacré référence !

            Votre affirmation concernant la mortalité des pays utilisant ces produits est, par contre, erronée.

          2. @Reynold
            – Ma grand-mère aussi est fan, et alors?
            – On se réjouit de connaître votre titre prestigieux qui vous autorise à dire ce qui est erroné ou pas.
            – Expliquez-nous alors pourquoi, selon vous, le taux de mortalité est 5 fois moins important à l’IHU de Marseille (où l’hydroxychloroquine est utilisée) que dans les hôpitaux parisiens.
            Ci-dessous une analyse de 172 études concernant l’hydroxychloroquine. Mais attention c’est un peu plus costaud que “Trump = méchant, Trump = fan HCQ, donc HCQ = pas bien.
            – tps://iatranshumanisme.com/wp-content/uploads/2020/12/206-HCQ-studies.pdf

        1. quelques anecdotes pour répondre à vos craintes, Samuel:
          1- au printemps dernier, deux hopitaux d’urgence ont été réalisés dans des palais d’expositions aux Pays-Bas. Puis démantelées durant l’été, sans être utilisés, en pleine annonce d’une “deuxième vague”.
          2- Le chômage en soins infirmiers s’élevait à 12% en 2015 en France; fin mars 2020, en plein confinement, les hôpitaux de Paris licencient 500 infirmier-e-s.
          3- coût dérisoire comparé à la facture de quelques mois de confinement qui ne suscite pas tant de cris que cela! (par exemple, les plans de relance européens de près de 2000 milliards financés à perte par la BCE)
          Lorsqu’il y a une volonté, il y a des moyens.

          1. Je ne dis pas que c’est impossible, je dis que ça coûte très cher. N’oubliez pas de plus qu’il faut penser à une augmentation substantielle non pas ponctuelle, mais pérenne. S’il y a tant d’infirmiers qui se tournent les pouces en France, qu’on les fasse venir, à moins que ces … Français qui font la grève et qui râlent tout le temps n’aient rien à faire chez nous. N’oubliez pas non plus que pour qu’un hôpital fonctionne, en plus des infirmiers/ères, il faut prévoir un corps intermédiaire, et… des médecins, dont la formation est très longue et chère. De source bien informée, ils ne chôment pas ces temps 🙂

    2. Donc, Pr Sandoz, des idée de propositions ont été faites par votre fan club, mais j’aurais souhaité connaître _vos_ mesures concrètes contre l’engorgement hospitalier, celles que vous assumerez.

      1. Bonjour Samuel,

        Je comprends que la charge hospitalière est votre principal souci par rapport au Coronavirus. Je crois que Pr. Sandoz a déjà répondu à votre question par ses 2 questions à la fin, mais peut-être pas de la manière dont vous auriez espéré.

        La charge hospitalière n’est en effet pas le seul souci avec ce virus. Les centres psychiatriques pour enfants, jeunes et adultes eux aussi n’arrivent plus à suivre la demande. Les foyers se déchirent, la violence familiale et les divorces augmentent ainsi que des dépendances destructrices tant pour l’individu que pour son entourage (alcool, pornographie, etc). Alors vous pensez bien que les enfants devant subir ces nouveaux problèmes familiaux vont être marqués à vie et sans doute même reproduire les mêmes schémas une fois devenus parents. Et je n’ai pas encore parlé des centaines de millions d’enfants qui ont basculé dans la pauvreté dans le monde, tandis que les plus riches sont devenus encore plus riches. J’ose dire alors qu’on sacrifie la nouvelle génération parce qu’on est plus capable d’accepter qu’on puisse mourir d’un virus, même étant âgé de plus de 70 ans. Ainsi, c’est l’avenir de notre nation même qui est sacrifiée. Comme je voudrais qu’on puisse être animé du même esprit que les premiers suisses et se battre pour que nos enfants héritent d’un monde meilleur, quitte à le payer de notre vie !

        Finalement la vieille génération est elle aussi sacrifiée quand on la laisse mourir dans l’isolement, alors que bien d’entre eux affirment qu’après avoir vécu leur vie, ils craignent plus la solitude que la mort. Je crois qu’on vit en ce moment ce qu’a affirmé Benjamin Franklin: “Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux”.

        Renonçons à notre illusion de contrôle et reconnaissons notre vulnérabilité humaine ! Les épidémies ont toujours existé dans l’histoire de l’humanité depuis sa chute. C’est une réalité qui avait bien été acceptée jusqu’à ce que récemment, la technologie et l’État Providence nous ont fait miroiter une vie sous contrôle. Et qui dit vie sous contrôle, ne dit pas forcément vie pleine de sens et passionnante.

    3. Certains il y a un peu moins d’une année refusaient de tenir compte des leçons italiennes. A ce jour les mêmes ignorent la leçon britannique en cours. Ces premiers mois vont, je le crains, nous faire regretter l’année passée.

      Non, Madame Sandoz, le confinement des personnes atteintes ou sérieusement suspectes d’être atteintes de covid-19 actif ne viole pas la Conv.EDH. Que certaines modalités, certaines pratiques cantonale, certains cas d’espèce révèlent des violations, cela est possible. Mais la Suisse a l’obligation de prendre des mesures pour préserver la vie. L’article Conv.EDH consacre cette obligation.

      L’exemple britannique montre que c’est maintenant que nous devons serrer la vis.

      Rendez-vous, aux survivants, pour un bilan au cours de ce printemps.

    4. Canton de Vaud
      16.11.2020
      Hospitalisations: 673
      Soins intensifs: 103

      30.12.2020
      Hospitalisations: 309
      Soins intensifs: 44

      Je trouve qu’on n’est pas si mal du point de vue “engorgement hospitalier”, non?

      1. Vous êtes sérieuse là ? Pourquoi ne pas ajouter que c’est presque les vacances pour le personnel hospitalier ? Un Suisse sur 450 hospitalisé pour cause de Covid, “pas si mal” ? Sans compter les post-covid désorientés ou qui ne peuvent pas monter un escalier sans masque à oxygène ? Quel manque de respect !

      2. Avec ces chiffres, vous prouvez justement mon point!

        Malgré toutes les mesures qu’on prend, on arrive tout juste à diviser la charge hospitalière par ~2.3 en 2.5 mois. Pour rappel, au niveau suisse, alors que des mesures étaient déjà en place, entre le 10 octobre et le 10 novembre le nombre d’hospitalisation est passé de 425 à 4062 soit 8.7 en un mois.

        Le caractère exponentiel de cet épidémie nous oblige à prendre garde à la surcharge hospitalière.

        1. Il y a lieu, pour commencer, de faire respecter les règles existantes. Mais cela la police genevoise (police cantonale, municipale, du commerce, sanitaire) en est bien incapable. Il suffit de se rendre dans un centre commercial d’un quartier populaire de la rive droite de Genève pour le constater. Les mesures ne sont pas respectées au sein de l’un des commerces (le plus populaire), mal respectées au sein du plus grand des commerces et pas du tout au sein du centre commercial, qui ne se donne pas les moyens de contrôle qui lui incombe au vu du droit cantonal. Faut-il dénoncer ces commerçants défaillants ?

          Mais cela est insuffisant, il faut prendre de nouvelles mesures, n’en déplaise au dingo PLR valaisan, comme le télé-travail, des sanctions délictuelles/fermetures pour les commerçant et des mesures d’exclusions pour les particuliers rénitents. C’est le droit du commerçant et, si nécessaire, l’Etat doit l’imposer.

          Bref, il est temps que le Conseil fédéral reprennent les choses en main en aprennant du précédent semi-confinement.

      3. @CEDH
        @Berthe
        Le sujet ne concernait pas les morts,mais la surcharge hospitalière. Dès lors, je ne vois pas où est le manque de respect.
        Les chiffres mentionnés indiquent simplement (même si ça paraît compliqué pour certains), qu’il y a de moins en moins de personnes à l’hôpital. C’est tout.
        Donc que la pression sur les hôpitaux baisse. Point.
        Mais vous remarquerez que chaque fois qu’un indicateur s’améliore on se dépêche d’en sortir un autre de la manche.
        En mars-avril, c’était les morts quotidiens. En été, début de l’automne, quasi plus aucun mort. Alors on se met à parler des “cas positifs” en hausse (les cas positifs ne signifiant en aucun cas des “malades”, mais chut….faut pas que ça se sache).
        Quand la grave non-fiabilité des tests PCR (à plus de 30-35 cycles d’amplification) commence à sortir (plaintes diverses déposées un peu partout en Europe et dans le monde), que la plus haute juridiction du Portugal dénonce ce scandale (tps://ns2017.wordpress.com/2020/11/27/les-tests-pcr-enfin-mis-en-cause-par-la-justice/), alors on ressort l’argument des hôpitaux surchargés (alors que ce sont les mêmes autorités qui ferment des lits depuis des années pour une plus grande “efficacité économique”).
        Et quand la situation s’améliore sur ce front (ce que mes chiffres cherchaient à démontrer), alors vite on nous parle maintenant du taux de reproduction (le mystérieux taux R) qui ne doit absolument pas dépasser 1. Taux de reproduction qui n’était pas un critère prioritaire auparavant, mais ma foi, on prend ce qu’on trouve….tant que l’on peut CONTINUER à maintenir les gens dans la PEUR.
        Ah oui, j’oubliais le perfide virus mutant anglais, parfait pour appuyer la campagne de vaccination de masse (mais qui suscite quelques inquiétudes dans le public et parmi de nombreux scientifiques). Alors que ce virus a déjà muté de nombreuses fois depuis le printemps dernier…

        1. A Genève :

          Première vague : maximun 424 patients.
          Entre vague : quelques patients.
          Deuxième vague, premier pic : maximun 675 patients.
          Actuellement environ 400 patients (en légère augmentation). Tous ne sont pas covid-actifs, c’est-à-dire susceptibles de transmettre le virus, mais tous sont hospitalisés alors que le système de soin à domicile est sous tension.
          Pensez-vous que le système hospitalier puisse absorber les nombreux patients découlant du deuxième pic de la deuxième vague ?

          Enfin, s’agissant des mutations, il est évident qu’un virus à ARN mute sans cesse. La plupart du temps cela n’a aucun effet. Parfois cela peut en avoir, le virus peut devenir plus ou moins létal, plus ou moins transmissible. Il semble qu’une mutation “anglaise” rende ce virus plus transmissible ce qui explique l’explosion du nombre d’hospitalisations et de morts en Angleterre.

          Ignorer ce qui se passe en Angleterre c’est comme ignorer début 2020 ce qui se passait en Italie : criminel.

          1. @MAILDECEDH
            “Le deuxième pic de la deuxième vague”!?
            Vous êtes allé la chercher où celle-là?
            Et le troisième pic de la quatrième vague, il est pour quand?
            Concernant vos chiffres genevois, on n’a pas les mêmes:
            Au 7.11.20, 554 hospitalisations et 23 en soins intensifs
            Au 7.12.20, 236 hosp. et 20 s.int
            Au 7.01.21, on ne compte plus que 117 hosp. et 5 en s.int.
            Pour être honnête, petite augmentation aujourd’hui 8 janvier (124 hosp. et 6 s.int.)
            Pardon, mais elle est où la surcharge?
            (Source: tps://github.com/openZH/covid_19/blob/master/fallzahlen_kanton_total_csv_v2/COVID19_Fallzahlen_Kanton_GE_total.csv)

          2. Vos chiffre ne prennent tout simplement pas en compte les cas post-covid. A savoir les individus hospitalisés en suite d’un covid-19 qui ne sont plus contagieux. Les précautions ne sont plus les mêmes mais ils sont toujours hospitalisés et occupent le personnel et les lits.

        2. Le manque de respect, c’était précisément pour le personnel hospitalier… “pas si mal” est totalement inadapté (allez donc passer un week end ou une nuit de garde pour voir).

          Les discours corona-sceptiques n’ont cessé de relativiser cette pandémie depuis des mois. Loin d’arranger les choses, le déni n’a fait que prolonger la situation. Résultat: un bilan bien pire que ce nous aurions pu envisager il y a un an sur tous les plans. Il n’y a quasiment pas une seule chose avancée par le corona-sceptique moyen qui ne se soit révélée exacte ces derniers mois (“grippette”, “pas/peu de morts”, “tests inutiles”, “le masque ne sert à rien voire est dangereux”, “immunité collective”, “laisser circuler le virus”, “il faut suivre l’exemple de la Suède”, “pas de 2ème vague”, “les hôpitaux sont vides”, “il n’y a qu’a prendre de la HCQ en préventif”, etc, etc, etc). La fiction “hold up” a d’ailleurs révélé la pauvreté de l’argumentation qui ne repose sur rien avec des intervenants qui s’affublent de titres ronflants pour certfifier des contre-vérités en faisant croire qu’ils sont compétents (alors qu’une courte enquête permet de mettre à jour le pédigrée douteux de certains personnages). Comment peut-t’on encore avaler autant de bobards en 2020 ? Oui là, j’ai vraiment peur, c’est bien plus effrayant que le virus !

          Il est sain de débattre et de partager des solutions afin de s’entre-aider pour passer cette crise. Certain commentaires sont très utiles et amènent à un enrichissement de la compréhension de la situation.

          Par contre, je suis fatiguée par le rabâchage de discours usés totalement contre-productif. Non, la situation n’est pas bonne (il ne s’agit pas de peur), mais, pour pouvoir tourner la page, il est temps d’accepter la réalité et de faire face. Bref, de se rapprocher un peu de notre dénomination d’Homo soit disant Sapiens…

          1. @BERTHE
            Le “pas si mal” concerne UNIQUEMENT la surcharge hospitalière!
            Je vous démontre, chiffres officiels à l’appui, qu’il y a de moins en moins d’hospitalisations depuis plusieurs semaines…..et vous me parlez “respect des soignants”!
            Si les hôpitaux genevois, par exemple, sont surchargés avec 554 hospitalisations le 7 novembre, sont-ils toujours surchargés le 8 janvier quand il n’y en n’a plus que 124?
            Ensuite, pour prendre un seul exemple de ce que vous appelez des “contre-vérités”, sachez que la Suisse compte aujourd’hui plus de morts par millions d’habitants que la Suède (950 versus 931)!
            (source: tps://www.worldometers.info/coronavirus/)
            Quand vous aurez reconnu ceci et compris ce que cela veut dire, beaucoup d’autres “vérités” tomberont une à une comme un domino.

          2. Je ne pense pas que les commentaires d’Olegna (merci!) puissent être qualifiés ni dénigrés comme Corona-sceptiques. Ce sont aussi des réalités, et je n’y vois aucun manque de respect. Je repère auprès des intervenants qui défendent le droit d’accès à une information pondérée une tendance à faire appel au déploiement de moyens adaptés aux soins nécessaires de cette maladie. Certes grave, cette dernière ne nécessite aucunement l’hystérie politique/sociale que nous vivons, qui reflète plutôt un égocentrisme de populations au fond privilégiées en matière de protection de la santé, se découvrant soudainement vulnérables elles aussi.

          3. @ Pieter Versteegh
            Au 8 janvier 2020 :
            – 112 cas covid actif au cantonal
            – 261 post-covid au cantonal
            – 378 au cantonal
            – 27 en clinique
            – 405 au total et non pas 124
            //www.hug.ch/coronavirus-maladie-covid-19/situation-aux-hug

          4. @CEDH
            Je vous remercie pour votre lien vers les HUG qui montre en effet des chiffres différents.
            Allez faire un tour ici:
            tps://github.com/openZH/covid_19/blob/master/fallzahlen_kanton_total_csv_v2/COVID19_Fallzahlen_Kanton_GE_total.csv
            Ce site officiel (canton de ZH) mentionne 136 hospitalisations et 6 aux soins intensifs pour Genève au 11 janvier!
            Je n’ai pas d’explications pour ces différences. Je suis preneur si vous en avez…

          5. @Pieter Versteegh

            On peut certes accorder le bénéfice du doute, vous avez peut-être raison. Toutefois, le matraquage de thèmes récurrents laisse songeur: HCQ, immunité collective, suivre la Suède, masques, vaccins, Great Reset, virus pas si letal, pas de surmortalité.

            Si ça peut aider certaines personnes, pourquoi pas. Mais après tous ces mois, la fatigue se fait sentir surtout lorsque les faits ont démenti bon nombre de ces légendes. Les techniques sont toujours les mêmes: relativiser, interpréter les chiffres hors de leur contexte, rester sourd à certaines informations, etc. Je vous invite, d’ailleurs, à creuser un peu les liens des gourous de “Hold Up” avec certaines nébuleuses extrêmistes. C’est assez affrayant.

            Apporter des chiffres, des faits et des sources ne fait qu’alimenter un argumentaire au service d’une croyance.

            Un autre mythe vient d’ailleurs de tomber: “pas de surmortalité”, eh bien non, c’est faux. On a établi un record en 2020 inégalé depuis bien longtemps. L’argumentation du déni vient donc de s’adapter de “pas plus de mortalité” à “surmortalité faible” ou “nous allons de toutes façon mourir un jour, ça sera juste un peu plus tôt”.

            L’entretien du déni est un facteur de stress. Donner de faux espoirs en faisant miroiter des voies alternatives sans contraintes est peu utile (soigner en préventif à la HCQ ? Laisser circuler le virus jusqu’à un immunité collective ? Isoler les groupes à risque ? Attendre que ça passe – le virus va disparaître tout seul ?, etc)

            Toutes ces approches se sont avérées inefficaces et dangereuses car elles ont aggravé la situation.

            La progression de la pandémie a réduit le nombre de sceptiques. Pour les irréductibles, un séjour dans les unités Covid et post-Covid devrait faire l’affaire.

            La dynamique va d’ailleurs changer prochainement: une fois les groupes à risques vaccinés, ceux-ci n’auront plus à craindre les comportements d’autres individus. Ceux qui prendront des risques seront alors ceux qui paieront l’addition.

          6. @Berthes et d’autres:
            Je pense qu’il faut recentrer ce débat. Mme Sandoz critique la normalisation de procédures dictatoriales, (interdictions, obligations, privations de liberté), alors qu’une bonne responsabilisation moyennant l’instauration d’une confiance par un processus d’information pondérée combiné avec des recommandations suffiraient dans une démocratie (l’exemple plutôt concluant suédois). Le ‘matraquage’ se fait surtout sentir du côté du monde politique pour soutenir ces procédures, et du côté de la presse qui semble le suivre, sans fournir une mise en perspective des données et choix communiquée par les autorités. Communiquer n’équivaut pas à informer. Maints participants à ce débat en conviennent, et apportent des informations permettant de relativiser la communication officielle dominante, ressentie comme une propagande; ils ne sont par pour autant “dans le déni”, ni des “coronasceptiques”, ni des “complotistes”, mais simplement des défenseurs du maintien de nos libertés de base (la liberté de circuler, de se réunir, de s’exprimer, de disposer de soi-même et de son corps), dans le respect des autres, même et surtout en situation de pandémie.

          7. @PIETER VERSTEEGH
            Je vous remercie d’avoir recentré la discussion sur le thème initial, qui pourrait se résumer à: sécurité versus liberté.
            Benjamin Franklin aurait dit:
            “Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. ».
            Ça mérite réflexion selon moi…
            Quels que soient nos avis et positions, évitons les jugements hâtifs et restons ouverts aux autres.
            Ps: j’aime bien aussi la fable du Chien et du Loup (Jean de La Fontaine)!

  6. Le point à souligner est qu’aucune démonstration scientifique et médicale n’a été apportée ni pour l’une ni pour l’autre de ces mesures. Au point que l’OMS a réfuté la première et que pour la seconde, l’absence de recul d’observation le rende impossible de facto (contagiosité des vaccinés…). Merci à Madame Sandoz.

  7. Si on laisse l’économie privée décider de l’obligation de vaccin pour obtenir une prestation, cela signifie une grave faillite de l’Etat. D’abord, il n’y aura aucune garantie d’une reconnaissance internationale des vaccins effectués ailleurs dans le monde, car chacun aura développé son propre système de références. On va vers l’Absurdie totale. Il est donc grand temps que les Etats prennent leurs responsabilités, en édictant quelques principes universels, par exemple: les entreprises ne sont autorisées à exiger un certificat de vaccination que si l’Etat dans lequel elles opèrent l’a rendu obligatoire. Pour les entreprises de transport touchant plusieurs Etats, l’Etat de domiciliation du prestataire de services est déterminante. L’Etat a beau jeu de ne pas rendre la vaccination obligatoire, mais s’il laisse faire l’économie privée, il aura gravement failli.

  8. Merci infiniment chère Madame de prendre la défense de ceux qui n’ont pas droit au chapitre. On s’occupe toute l’année de sa santé, on paye des assurances chères pour s’entendre dire “RESTEZ CHEZ VOUS, VOUS SAUVEZ DES VIES “.
    Où sont nos médecins ? Savent ils encore ce qu’est un système immunitaire ? Celui-ci semble désormais sonner comme une insulte.
    Comment avoir confiance dans un gouvernement qui ne nous parle pas un seul instant de prévention ou des traitements
    comme la vitamine D, zinc, ivermectine, hydroxychloroquine, exercices physiques…???

  9. Vous avez totalement raison Madame Suzette, mourir pour des idées, l’idée est excellente.
    Mais n’oubliez pas que dans cette longue file d’attente, votre âge vous donne le privilège d’être parmi les élus qui ont le droit de dire oui ou de dire non. Tik Tak Tik Tak. Et, de vous a moi, je crois pouvoir vous assurer que dans cette liste, à part la camarde, personne ne vous fauchera la place.
    Bref, bref, bref, Brassens
    Ô vous, les boutefeux
    Ô vous les bons apôtres
    Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas
    Mais de grâce, morbleu!
    Laissez vivre les autres!
    La vie est à peu près leur seul luxe ici-bas.

    Longue vie et bien à vous.

    François Bovy
    PS, je suis intéressé pour acheter votre appartement en viager.

      1. Le commentaire de François Bovy n’est ni grossier, ni injurieux. Il conteste avec humour et un brin d’insolence (le coup du viager est excellent), et Mme Sandoz, dont je partage la plupart du temps les idées, et qui est toujours pleine d’humour quand il le faut, a bien fait de le publier, car une opposition cum grano salis est toujours préférable à des grossièretés généralement stupides et maltraitant la grammaire et l’orthographe.

  10. Les mesures de restrictions de libertés prises aujourd’hui visent à freiner la pandémie qui, si elle devait se poursuivre ou s’étendre encore, serait sans aucun doute plus dommageable pour toutes les libertés acquises jusqu’ici et que nous désirons conserver. Je ne parle évidemment pas de la liberté de se rencontrer et s’embrasser sans masques entre amis, de participer à des évènements culturels publics, ou simplement aller trinquer au bistrot, mais plutôt de ce que l’on nomme assez bizarrement des « droits », qui à notre époque sont déclarés aussitôt « possibles ». Je choisirai ainsi quelques-uns de ces « droits » à titre d’images, entre le possible et l’utopique. Le premier vous fera peut-être rire, ensuite moins j’espère. « Le droit de l’enfant à crier quand il joue » : Il est acquis légalement, au grand bonheur des enfants. Cela nous casse les oreilles, mais ne détruit tout de même pas notre vie. « Le droit de toute femme à être libre et heureuse » : Il n’est pas formulé comme tel, mais le pourrait puisque la seule cause faisant obstacle est « le sexisme ». Ainsi toute femme déçue sait maintenant pourquoi elle n’est pas heureuse : elle a subi la dictature des hommes qui prétendaient la protéger pour mieux l’exploiter. « Le droit à la santé » : Bon nombre croient que c’est un droit possible si l’on veut bien se marier à la Nature, pendant que d’autres travaillent aux progrès de la médecine, désignée d’inefficace et coûteuse par les rêveurs.

    Le droit d’être content, satisfait, avec la certitude de ne pas se tromper sur ce que l’on tient pour possible.

    Le droit aux libertés fondamentales qui, si elles s’égrènent petit à petit, sera oublié parce que nous nous serons habitués, sans même connaître ce qui a été à l’origine de changements dans le passé. C’est bien là qu’il faut être attentif et prévenir, comme vous le faites Madame Sandoz mais en opposition à la prévention d’un possible désastre humanitaire… Est-ce raisonnable de remettre en cause presque toutes les règles sanitaires prises actuellement, pour éviter un mal contre un autre ? Et ce pauvre Monsieur Berset à qui l’on a reproché d’avoir douté de la nécessité du port du masque, sans écouter ceux qui avaient « les compétences médicales », maintenant vous voudriez qu’il possède plus de ces compétences pour avoir moins besoin d’écouter les scientifiques (qui se trompent aussi) ?..

    Madame Sandoz, je trouve que vous tirez fortement la corde du côté des « libertés fondamentales », je suis attentif aussi à les défendre à temps, mais pas au détriment de mesures nécessaires à prendre bien qu’incapables d’en mesurer la réelle portée quant à leur efficacité pour le futur. Je dirais : « nous n’avons pas le choix… »

    La liberté, la grande, « plutôt mourir que de la perdre ». Est-ce que ce n’est pas un peu ou beaucoup ce que vous pensez ? Je me souviens de mes vingt ans, quand je descendais dans la rue avec mes camarades pour manifester vigoureusement contre les dictatures ; de l’affiche que j’avais dans ma chambre où il était écrit : « Mourir les cheveux dans le vent… » Mon médecin qui s’inquiétait des risques que je prenais me disait d’une certaine manière : « La mort est un échec… » Ah si j’avais pu lire un article dans le sens du vôtre, avant mon rendez-vous avec ce grand connaisseur de la vie, j’aurais eu beaucoup de choses à lui dire !

    1. Bonjour Dominic, message lu à mon retour de voyage. Personnellement, je pense que Prof. S. Sandoz pose les bonnes questions …. Les très pertinentes questions.
      Ce mot “voyage” vous fera frémir. En fait, étant provisoirement dans un Canton moribond et flicard, malgré mon âge je suis urgemment partie prendre l’air et sentir la vie ailleurs. Alors j’ai choisi une ville au climat froid mais néanmoins une cité “poumon économique” de la Suisse. Mes restaurants, cafés, bars habituels étaient fermés soit. Mais pas les autres commerces, ni les larges avenues du lieu. Les trams étaient bondés. En conséquence d’un certain blocus, les produits “à l’emporter” foisonnent. Et donc les humains se réunissent maintenant dehors, boissons et sandwiches en main. En petits groupes certes mais partout. Or un grand nombre de petits groupes constitue une foule. Et l’espace entre les groupe diminue forcément avec leur nombre. Et je peux vous assurer qu’il y avait foule, avec ou sans masque. Disons plutôt sans masque. Parce que voyez-vous les humains commencent à y voir clair dans les projets d’emprisonnement collectif ……. de vaccination collective ……. de contrôle collectif de nos faits et gestes. De fichage systématique de la population, pour tout mais aussi des petits riens.
      Bien sûr vous pourrez vertement me critiquer. Et je l’accepte. Bon 31.

  11. – [ ] Madame Sandoz, Madame la professeure de droit, vous avez la préciosité des mots, l’excellence du verbe. Je vous cite « La normalisation de procédures dictatoriales au nom de la protection de la santé collective … la quarantaine, négation de l’habeas corpus … » Intellectuelle chevronnée, vous êtes dans votre tour d’ivoire.
    – [ ] Si je devais parler de droit j’aimerais simplement parler du droit de vivre. Vous avez bientôt 80 ans, moi j’en ai 25, j’ai envie d’avoir une famille comme vous l’avez eue, des enfants, une vie normale sans masque, comme vous l’avez eue. En effet il est exclu d’ostraciser de quelque manière que ce soit les personnes qui ne se feraient pas vacciner, mais il n’est pas exclu d’être solidaire contre cette pandémie et d’agir en conséquence, et on a pas mieux que le vaccin. « Faut-il rire ou pleurer », oui vos propos, d’une dame de votre âge, de votre envergure, me font pleurer.
    – [ ] Et je ne crois pas que pour «certains scientifiques la mort n’est jamais qu’un échec ». Ces scientifiques, on les appelle les médecins, les infirmières, les aide-soignants, ils se battent pour la vie, et un jour, ils seront là, proche de vous, pour vous aider à lire un arc-en-ciel.

    1. Je ne discerne pas en quoi à l’âge 25 ans vous devriez être vacciné pour votre protection ou celle de vos enfants. Quant à vos aînés, s’ils le veulent, qu’ils se fassent vacciner. Personne ne les en empêche. C’est gratuit et si cela tourne mal le contribuable viendra à leur rescousse.

      Par contre, si vous voulez une vie “normale” vous devriez permettre aux jeunes personnes sans risques particuliers de faire une acquisition naturelle et répétée d’une immunité contre ce coronavirus. Petit à petit, le temps faisant son effet, le besoin de vacciner les personnes à risque disparaîtra et l’humanité aura intégré un 5ème coronavirus ordinaire. Ce qui sera impossible si vous vaccinez tout le monde. Votre bonne volonté pourrait bien se retourner contre l’humanité.

      De plus vacciner des personnes sans risque est risqué car en l’état on ne sait rien de l’innocuité à moyen et long terme de ce vaccin à ARNm/m. De quels troubles auto-immuns quiescent êtes vous atteint ?

      Et pour conclure, désolé, les médecins sont rarement des scientifiques. Ce sont des ingénieurs en maladie/bonne santé, qui, pour beaucoup, sont dépassés par l’évolution des connaissances en immunologie.

      1. Rebonjour et merci encore CDDH.
        Vous avez raison. La plupart des médecins s’occupent de routine et donc prescrivent sans réfléchir. Car la routine entretient une pensée restrictive. Par rapport à l’immunologie, aucun médecin disons “installé en ville ou en routine clinique” – pour rester polie – ne connaît la signification d’un rapport CD4/CD8 clairement AU-DESSUS des normes et avec lequel on vit paisiblement.
        Par contre, les praticiens de tous bords répondent de suite pour la valeur au-dessous, car la valeur < 1 est largement étudiée et liée à des diagnostics extrêmement rémunérateurs pharmacologiquement parlant……. Nuance subtile mais importante…. Qui l'eût crû ?!

    2. Cher Monsieur,
      Merci de votre commentaire dont je comprends parfaitement le fond, car j’ai déjà exprimé à plusieurs reprises ma révolte de la manière dont “les jeunes” étaient traités pour nous protéger nous, “les vieux”.
      Il n’en demeure pas moins que j’ai vécu l’époque de la guerre froide, l’arrivée des centaines de Hongrois, Roumains, Vietnamiens, fuyant les dictatures communistes fort semblables à celle qu’il y a en encore actuellement en Chine par exemple, au risque de leur vie et de leur santé parce que, pour eux, la liberté et le respect de celle-ci par les autorités prime tous les risques. Il est indispensable, chaque fois qu’une liberté fondamentale est violée, de le signaler et de se demander si cette violation est honnêtement vitale pour une communauté.
      Je respecte le travail et le dévouement du personnel soignant mais je respecte aussi la souffrance de ceux qui ont vu détruire leur travail ou leur gagne-pain afin d’éviter la surcharge des hôpitaux et de ceux qui ont été isolés dans leur chambre ou montrés du doigt parce que “groupes à risques” c’est-à-dire risque notamment de surcharger des hôpitaux.
      Ce qui manque le plus pendant cette pandémie, c’est le courage de la franchise. Qu’on nous dise: “Nous ne savons pas encore vraiment l’efficacité du vaccin ni ses éventuels effets négatifs, voire dangereux, mais nous vous demandons de bien vouloir le tester pour faire avancer les choses et on va les étudier honnêtement avec vous”, je suis volontaire immédiatement notamment en pensant à la jeune génération. Mais qu’on nous affirme qu’il “est sûr et efficace”, et que l’on exerce une sorte de chantage à la “solidarité” pour inciter au vaccin, j’ai de la peine à l’admettre.
      A 25 ans, on a encore le sentiment parfaitement légitime d’être immortel. A 80 (même un peu moins!), on sait qu’on est mortel et on ne supporte pas que les libertés fondamentales de l’être humain soient sacrifiées pour éviter la mort.

      1. Madame Sandoz,
        Je vous remercie pour votre réponse. Dans vos propos, il y a l’expérience de la vie, le poids de la sagesse. J’espère néanmoins partager l’humanisme qui vous habite. Oui vous avez raison, des femmes, des hommes et des enfants au risque de leur vie et de leur santé, défient les autorités pour leur liberté et davantage. On les retrouve sur l’île de Samos, parqués dans des camps de migrants, sous l’œil bienveillant de la communauté européenne. Alors, comment se décline la liberté ? Chaque génération porte sa croix. Je me répète, mais à liberté, j’associe solidarité.

        Concernant le vaccin, Je citerai un scientifique que je respecte énormément pour son engagement humanitaire, Axel Kahn, généticien et président de la Ligue nationale contre le cancer depuis juin 2019. Je le cite (France Inter):

        Mais notre ADN peut-il être modifié ? C’est ce qu’affirment les détracteurs de ces vaccins à ARN messager.

        « Il n’en est rien. C’est totalement impossible. On injecte 30 millionièmes de gramme de cet ARN, qui est très instable. Après avoir été traduit en la protéine contre laquelle va se faire la réaction vaccinale, il est rapidement détruit. On va de l’ADN à l’ARN, le chemin inverse est exceptionnel. Et puis surtout, il y a dans l’organisme, des grammes et des grammes d’ARN. Et ce que l’on injecte, ce produit très instable, un fifrelin, ne peut en aucun cas modifier notre ADN. Ceux qui ont prétendu cela sont soit des gens qui ont voulu tromper les auditeurs, soit des gens qui sont profondément ignorants. »

        Comme je suis ignorant dans ce domaine, je lui fais confiance car je le perçois comme un acteur neutre dans ce débat.

        Je vous cite Madame « Ce qui manque le plus pendant cette pandémie, c’est le courage de la franchise ». Oui … pour ce qui est de la franchise et non pour le courage. Je ne veux pas polémiquer. Pour l’essentiel, on a découvert, pas à pas ce virus, c’est tout, en faisant des faux pas, ce qui est le propre de la science.

        Pour ce qui est du courage, c’est la clé de voûte, avec la responsabilité pour une immunité collective. Mais y a-t-il courage sans prise de risque ?

        Madame Sandoz, je vous adresse mes meilleurs vœux pour l’année 2021.

        Olivier, 25 ans, charpentier.

        1. Là n’est pas le principal danger de ce vaccin. Le danger est que les processus mis en jeux sont nouveaux, complexes et pas modélisables de manière fiable. C’est dire que seule l’expérience permettra de dire ce qu’il en est à moyen et long terme.

      2. Là vous exagérez. Le vaccin est efficace. Enfin, pendant un certain temps et sauf trop grande variation du virus. C’est là un énorme progrès.

        Mais pour ce qui est de l’innocuité à moyen et long terme on n’en sait rien, ce d’autant plus que le processus vaccinal est une nouveauté biomédicale et que que les plateformes techniques des Biotechs sont pour la première fois mises à pareille contribution.

        Lorsque j’entends les media mainstream, y compris ceux qui sont financés par une taxe, j’ai l’impression de n’entendre que pure propagande.

      3. Madame Sandoz, votre commentaire est bienvenu, il donne une explication plus claire du fond de votre révolte. Le courage et la franchise que vous attendez des personnes qui nous informent, aménagent un programme sanitaire, étudient sa pratique en envisageant des mesures d’incitation ou plus, rejoignent l’attitude courante du médecin avec son patient. Je ne doute pas que vous avez su choisir celui qui informe sans faire d’omission pour « votre bien », et pas celui qui sort rapidement la feuille d’ordonnance du tiroir tout en disant : « Alors Madame moi je vais vous prescrire le Rimpax, vous le prendrez avec un verre d’eau le soir… » Puis se lève pour vous tendre la main souriant : la consultation est terminée. Et en respirant la première bouffée d’air frais quand vous sortez de l’immeuble vous pensez : « Oui mais… »

        Le médecin qui vous soigne bien est celui qui vous prend au sérieux, avec lequel vous participez. Ce même médecin ne sera pas le bon avec d’autres personnes qui attendent de lui « qu’il sache » et leur disent ce qu’il faut faire. Dans les deux cas, ce qui les distingue n’est pas l’honnêteté ou le courage, mais le but à atteindre. Pensez-vous que pour la majorité de la population le « bon médecin » serait le premier cité ? Celui qui exerce en ce moment navigue entre le vôtre et le mauvais, afin d’agir au mieux sur le grand nombre. Vous vous identifiez à celui-ci, mais oubliez peut-être que nous vivons dans une époque où la liberté de transmettre son savoir sans n’avoir jamais rien étudié est devenu un nouveau « droit fondamental ». Cette vague prend de plus en plus de hauteur, rien ne peut nous garantir que mille personnes amies de la nature qui manifestent contre le port du masque ne seront pas cent-mille demain… Nous n’aurons alors pas besoin de voter pour ou contre les mesures de protection afin de préserver nos libertés, le virus aura remplacé les bulletins pour s’imposer majoritairement, c’est une loi fondamentale de la nature qui aura vaincu nos « droits humains fondamentaux ».

        (À Madame Sandoz : si ce commentaire devait vous gêner pour une raison ou une autre, pas besoin de le publier)

      1. Ah fichtre, mais où est passée votre verve ? ‘nouvel ordre mondial, George Orwell, 2984 ? génération spontanée ? Y aurait-il du vaccin dans l’air ? Vous savez, ce Pasteur ? progression obsessionnelle ??? Freud ? tentative de putsch planétaire, Trump ? Vous m’en direz tant, …

    3. Vous n’avez donc pas lu que:
      “Pour Tedros Adhanom Ghebreyesus, il faudra poursuivre les tests, le traçage, l’isolement des malades même après l’arrivée d’un vaccin.
      Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé a prévenu lundi qu’un vaccin ne suffira pas à lui tout seul à vaincre la pandémie de Covid-19.” (AFP, 16.11.20)
      Récemment une directrice de l’OMS, a redit qu’il faudra continuer à porter le masque et garder la distanciation sociale même après avoir été vacciné!
      Le directeur de Pfizer a même reconnu qu’il ne savait pas si son vaccin permettait d’éviter la transmission de la maladie. Et il semblerait même (à confirmer) qu’une personne vaccinée a attrapé la Covid quelques jours après. Je ne parle pas des 5 premiers morts vaccinés, pour rester optimiste…
      Vous voyez, on n’est pas sorti de l’auberge! (même si on peut plus y rentrer d’ailleurs…)

      1. Bin faut le temps que la puce électronique soit activée par Bill Gates pour déclencher le great reset … n’est ce pas ? (j’ai lu vos autres commentaires).

        Il n’est pas prouvé que quelqu’un de vacciné ne puisse transmettre le virus pendant un certain temps. Cela ne signifie pas que cela soit le cas mais que nous n’en avons encore pas la preuve: je trouve ça honnête. Ce qui est prouvé, par contre, c’est qu’une personne vulnérable vaccinée sera, elle, bien mieux protégée et que le risque qu’elle engorge les hôpitaux ou ne décède est réduit drastiquement.

        Quand au traçage, il faudrait atteindre au moins 60 % de la population vaccinée pour réduire les mesures sanitaires, cela risque donc de prendre un certain temps… (10-12 mois). De plus, à moins que les vaccinés ne portent un petit drapeau (ce qui serait discriminatoire), il sera difficile durant cette période de savoir qui doit ou ne doit pas se plier aux mesures.

        Je ne savais pas non plus que les 5 premiers vaccinés étaient morts ? … mais vu qu’il y en a eu des milliers depuis (voire des millions dans certains pays), je relègue donc votre commentaire au rang des fake news …

        Je me pose, moi-même, encore un certain nombre de questions face à ces vaccins mais j’essaie d’aborder ces points de manière factuelle et constructive.

  12. Les mesures coercitives absurdes contre lesquelles vous vous élevez avec justesse et modération cachent mal une soumission servile (et peut-être enthousiaste) de notre exécutif fédéral à un ‘nouvel ordre mondial’ – impossible pour moi d’y mettre des capitales – arbitrairement et insidieusement imposé – comme par génération spontanée – par quelques prétentieux à des peuples qui n’ont jamais été consultés.

    Cette progression obsessionnelle et dépourvue d’échelle cohérente fait que ce que nous vivons en ce moment revêt toutes les caractéristiques d’une tentative de putsch planétaire.

  13. On ne peut pas mettre la quarantaine sanitaire au même niveau qu’une privation de liberté suite à un crime ! C’est un abus de langage ! Je rappelle tout de même que la Suisse ne s’est pas privée d’enfermer des jeunes pendant des décennies pour des motifs plus que douteux et ils restaient parfois des années dans une institution sans jugement !!!
    Quant à l’inscription ou non de la vaccination sur un passeport santé , je rappelle également que certaines zones sur Terre obligent le vaccin contre certaines maladies , donc rien de nouveau à ce sujet .
    Des règlements plus stricts vont de pair avec une population humaine toujours plus nombreuse et plus mobile pour éviter les pandémies et pour protéger des biotopes très riches en biodiversité …

  14. Un grand merci Madame Sandoz pour votre article. Les différents commentaires ajoutés m’inspirent pour rajouter le mien.

    Du haut de mes 68 ans, j’ai un certain recul pour réaliser combien j’ai eu la chance d’avoir des parents qui nous ont nourri avec des produits naturels, qui n’ont pas couru chez les médecins au premier « bobo », qui nous ont surtout donné le sens des responsabilités, non seulement individuelles mais aussi collectives. Je vois actuellement s’affronter des points de vue, parfois antinomiques, entre le « tout pour soi » ou le « tout collectif ». Pour ma santé émotionnelle, spirituelle et physique j’ai besoin que ces deux aspects puissent fonctionner en parallèle.

    Je suis aussi très inquiète de cette forme de « dictature médicale » car il n’y a pas une façon unique de concevoir la médecine (qui reste un art plus qu’une science parfaitement exacte). J’ai choisi de me faire vacciner à certaines périodes de ma vie, principalement pour voyager (avec parfois des années de « nettoyage » de certains effets secondaires grâce à l’homéopathie). Mais j’ai eu le choix. Il n’existe d’ailleurs pas qu’un seul type de vaccin contre le Covid19. Pourra-t-on à l’avenir choisir son type de vaccin ? Va-t-il falloir faire plusieurs vaccins en fonction de chaque pays où l’on voudra se rendre ? Et surtout pourquoi parle-t-on si peu des moyens simple d’augmenter ses défenses immunitaires ?

    J’aimerais rappeler aux plus jeunes que nous n’avions pas la pilule, qu’il y avait le sida et autres risques sanitaires. La vie est faite de défis, de dangers, que chaque individu doit relever pour trouver sa solution, à savoir ce qui amène le plus de positif et moins de négatif, que ce soit pour lui et pour les autres. Le risque zéro n’existe pas, la mort n’est pas un échec, elle fait partie de la vie.

    Relisez le « code de Nuremberg » pour vous faire une meilleure idée de dérives possibles que l’on peut faire au nom de la recherche dans l’idée de « la protection de la santé collective ».

    1. Il n’y a pas de « dictature médicale », mais dans la période que nous vivons il est plus que nécessaire de ramener à la réalité les personnes susceptibles de suivre les conseils des adeptes de la « médecine naturelle », dont vous qui procédez à une récupération des messages de Madame Sandoz pour glisser votre mode d’emploi du « bien vivre en bonne santé ». Si la médecine est « un art » (expression pour la désigner datant du Moyen Âge), elle repose sur des connaissances scientifiques qui n’ont rien d’imaginaire, ou l’expérience du praticien notamment pour son sens de la communication avec ses patients. Quantité de personnes ont été nourries comme vous dans les années soixante avec des produits naturels, mais ont néanmoins gardé des séquelles ou sont mortes pour des maladies que l’on sait guérir actuellement grâce à la médecine tout court, parce que les dites parallèles, non traditionnelles, douces, etc, puisent leurs remèdes dans les pharmacopées du début du siècle dernier. Libre à vous de vous confiner dans vos certitudes faute d’instruction, mais ce n’est vraiment, vraiment pas le moment de parler d’homéopathie qui n’a aucun effet organique, et c’est bien là l’occasion pour mentionner que ces petits comprimés remplaçables par des Tic-Tac continuent à être commercialisés pour faire le bonheur des fabricants et de pharmaciens qui dérogent facilement à leur honnêteté scientifique (certains les tiennent « parce qu’on les leur demande », mais ne les proposeront jamais eux-mêmes).

      La « mort naturelle » sans se soigner au mieux vous convient ? Moi pas, et j’espère fortement que vos dérives dans la recherche du bien-être et de la santé ne s’étendent pas à la collectivité. Nous devrions alors agir encore plus que maintenant contre ce phénomène nocif, bien éloigné de la rédaction présente de Madame Sandoz que vous exploitez à votre manière.

    2. Chère Madame M.,
      Vous avez 68 ans? “nous n’avions pas la pilule, [il] y avait le sida”… Ah, c’est intéressant 😉
      La pilule est arrivée au cours des années 1960 (vous deviez avoir 16 ans en 1968), vous aviez donc pu en profiter …! Le sida est apparu au début des années 1980, vous aviez donc déjà pu profiter d’une bonne dizaine d’années de vie sexuelle …avant de vous préoccuper de ce virus-là…
      Pour le reste, je n’ai pas de commentaire. Je tenais juste à relever ces “petites erreurs historiques” du domaine de la santé sexuelle.
      Bien à vous,
      Marta, 45 ans

  15. Encore ce sujet ? Vous vous plaignez de la perte potentielle temporaire d’une partie de votre liberté de mouvement mais vous continuez à vous emprisonner avec les mêmes idées. On tourne en rond. Ce Covid, plus que votre habeas corpus, c’est devenu un habeas spriritus.

    Libérons-nous: parlons d’autre chose ! Ou alors évoquons ce sujet de manière plus constructive. Ce virus est une saleté: il n’y a pas de remède miracle. Par contre, on peut mieux vivre la situation en se comportant autrement les uns envers les autres.

    Le vaccin n’est qu’à moitié testé mais devrait s’avérer utile pour une partie de la population qui est confinée depuis 9 mois vu la réalité du danger pour elle.
    Une quarantaine (de 7-10 jours), c’est pas deux mois à Champ-Dollon… “Dictature Sanitaire”, je vous propose un voyage d’étude dans certains pays et on en reparle ensuite. En Suisse, les restrictions de liberté lié au Covid sont parmi les plus faibles au monde…

    Rien n’est tout blanc ou tout noir dans cette situation. Opposer les deux couleurs ne mène nulle part. Par contre on peut avoir une grande influence sur la couleur du gris …

  16. Il y a belle lurette qu’un certain nombre de vaccins (fièvre jaune, choléra, etc.) sont exigés avant de partir en voyage dans des contrées où ces maladies sont encore présentes. Maintenant que nous sommes touchés directement par ce nouveau virus, je ne vois pas pourquoi on ferait tout un fromage si d’aventure le vaccin COVID était requis pour accéder à tel ou tel service. Seulement voilà, cela se passe chez nous, et pas dans dans un lointain pays du tiers-monde, cela fait toute la différence…

    1. Un excellent commentaire qui met le doigt sur les dissonances cognitives causées par notre supposé exceptionnalisme et la réalité des faits. La réalité est que se reposer sur la responsabilité individuelle nous a menés à un échec collectif. Cette fois c’est nous qui sommes une zone à risque.

      Quant au billet lui même, il y a la grande confusion des genres et se lit comme un brouet complotiste au parfum douteux.

      Si les gens ont bien le droit de ne pas se faire vacciner, les autres ont le droit de ne pas faire affaire avec. Soyons sûrs que nos entreprises vont appliquer ce précepte très libéral afin de maximiser la continuité de leurs opérations tout en protégeant leurs clients.

      1. Ah, le bel anathème “complotiste”. La nouvelle inquisition. Oh, grand juge, je jure de n’avoir plus à l’avenir d’idées déviantes et ni d’opinions non publiées dans les médias ! Absolvez-moi !

        Je pense qu’il serait bien immoral de pénaliser sous quelque forme que ce soit des personnes parce qu’elles refusent de servir de cobayes pour un médicament. Celles qui veulent le faire, ça les regarde.

        1. Bonjour Erwan,
          merci beaucoup de penser à nous les cobayes humains survivants, plutôt nombreux en Helvétie. Servir de cobaye humain c’est très spécial et il faut l’avoir été pour vraiment en comprendre les tenants et aboutissants …… Malgré de longues enquêtes (sur 50 ans), la récupération d’innombrables preuves, y compris les notes manuscrites et sadiques de médecins fort satisfaits des altérations physiques indélébiles infligées, l’abondante littérature médicale spécialisée, le soutien de vrais spécialistes réputés à l’extérieur du pays, malgré des preuves incroyablement accablantes, il est quasi impossible d’extirper des excuses et des aveux de médecins “expérimentateurs” béatifiés par nos hôpitaux publics.

          En bref, le(a) patient(e) a toujours tort. Jamais le(s) médecin(s) !
          Le remord médical n’existe pas en Suisse. Une pure vue de l’esprit. Ce pays ne pénalise pas les expérimentateurs. Les Pharmas ? C’est de l’or en barre. Ne pas y toucher ou juste “faire semblant”.

          Donc, d’ores et déjà vous pouvez oublier tout concept d’aide et de soutien envers celles et ceux qui subiront les effets secondaires d’un des 3 vaccins proposés. Des paragraphes “prêts à l’emploi” ont probablement déjà été rédigés afin de toujours reporter la faute sur les patient(e)s ! En d’autres termes, ce sera “Débrouillez-vous, dommage collatéral”.

          Voilà pourquoi j’ai effectué des tests multiples afin d’obtenir un maximum de renseignements par rapport aux 3 vaccins. Avant que ce soit trop tard du point de vue “effets secondaires indélébiles sur cobayes humains”.
          Comme d’habitude, il ne nous restera que les yeux pour pleurer.
          Comme d’habitude, nous serons abandonné(e)s à notre triste sort.

          Précisions utiles: Envoi de ces demandes précises en 4 langues. Une quinzaine de jours plus tard, silence radio intégral. Zéro réponse d’éminents spécialistes. Vous êtes étonné ?
          Mais ce test No 3 avec questions bien précises est rédigé.
          Portez vous bien. Bonne Nouvelle Année.

          1. Oui! Vous êtes pile dessus. Nous allons vivre une année de prise de conscience et, partant, de remises en question passablement intéressante. Fatalement, cela va beaucoup secouer les pleutres; les myopes; et les ‘sans opinion’.

    2. Exiger un vaccin pour passer une frontière n’est pas la question ici, car volontairement le voyageur le présente à l’autorité du pays qui l’exige. Le problème est de rompre la confidentialité sanitaire des résidants suisses par les autorités suisses ou étrangères. Si les agents voient sur les écrans que tel est vacciné ou pas, cela signifie une intrusion dans la sphère privée de la personne, ce qui serait scandaleux. A la dernière nouvelle; 2,3% des vaccinés ont eu besoin de suivi médical pour des séquelles assez lourdes, qui les empêchent à vivre normalement. Dans ces conditions le Conseil fédéral ne prendra jamais la décision de rendre le vaccin obligatoire, et l’éventuelle discrimination des non-vaccinés, sera traité par les tribunaux avec paiement de dommages et intérêts.

  17. Madame,
    Question très générale sur le Droit Suisse:
    – il me semblait que le “fichage” des citoyens suisses était une pratique interdite par la loi!

    Au hasard de Google:
    tps://www.rts.ch/info/suisse/4685202-le-fichage-de-nombreux-suisses-par-la-confederation-pose-probleme.html

    Donc le cas des vaccins n’entre-t-il pas dans le cadre de cette loi?
    Merci pour votre éclairage.
    Bonne année

    1. Lu sur le Web:
      «L’accès à des prestations publiques est garanti» par la loi et ne peut être restreint, assure la vice-présidente Samia Hurst de la task force Covid-19 du Conseil fédéral.

      «En revanche, l’accès à des prestations privées ne l’est pas. Si l’État voulait empêcher que les acteurs privés agissent de manière différenciée avec les personnes, il faudrait légiférer».

      Correct?

        1. Madame,
          Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence a récemment formulé, sur cette questions, des nuances intéressantes (l’interview; tps://www.blick.ch/politik/datenschuetzer-adrian-lobsiger-airlines-koennen-keine-impfausweispflicht-einfuehren-id16266287.html). J’en retiens notamment l’idée que d’exiger une preuve vaccinale avant d’accorder ou de refuser certains biens ou services pourrait violer la loi sur la protection des données en ce qu’elle reviendrait à faire sous-traiter des données sensibles par des tiers.
          L’interview, passionnante et bien argumentée, mérite une lecture exhaustive.
          Je profite de l’occasion pour vous dire le plaisir que nous avons à vous lire.

          1. Ce qui est certain c’est qu’il sera très difficile pour celui qui exige la preuve d’une telle vaccination de respecter la loi fédérale sur la protection des données. A l’heure actuelle, nombres de procédures de test RT-PCR ne respectent pas la loi fédérale sur la protection des données (je crois savoir qu’une enquête est en cours), ou les lois cantonales lorsque celles-ci s’appliquent, et s’agissant de la vaccination, au vu des données que l’on m’a soumis je n’ai pas compris comment ces données sensibles étaient à Genève traitées, sauf qu’il manque le consentement éclairé et exprès, nécessaire s’agissant de données sensibles.

            J’invite chacun à faire usage systématique de l’article 8 LPD (ou de la disposition cantonale identique s’agissant d’administrations cantonales) et de demander que lui soit communiqué si des données personnelles le concernant sont traitées. Puis, d’en demander communication sous forme écrite. Par exemple, en commençant par tous les acteurs des tests RT-PCR et des Vaccinations (c’est un tel chenil qu’il y en a beaucoup) ainsi que, Nanternod aidant, du PLR valaisan.

            Sans oublier, l’office fédéral des la santé publique et les médecins cantonaux.

            Je rappelle que toute ses demandes sont gratuites sauf à demander une grande quantité de donnée, auquel cas le requérant peut retirer sa demande après avoir été informé du coût. Je recommande bien évidement de procéder par écrit-papier. Il existe des formulaires sur le site du préposé fédéral à la protection des données.

  18. Encore une fois bravo pour la pertinence de vos propos concernant la covid. Je ne suis pas antivaccin, mais un vaccin, comme toute thérapeutique, ne s’évalue qu’en terme de rapport bénéfices/ risques.En l’occurrence ce vaccin fait à la va vite (sur lequel le recul est insuffisant) ne peut se justifier que chez les personnes très à risques (et sur une base volontaire) chez lesquelles le risque de la maladie est plus important que les éventuels effets secondaires.Par contre cela n’a pas de sens de l’administrer à qq de jeune pour lequel la maladie est en général bénigne,d’autant plus qu’il semble qu’il n’empêche pas la contamination.A ce propos ça vaut la peine de lire « L’appel solennel « du Pr Perronne.

    1. @Pierre Flouck : A ce propos ça vaut la peine de lire « L’appel solennel « du Pr Perronne.
      ………………………………………………………….
      Le Pr Perronne prêche à une convaincue.. malheureusement, la bienpensance moutonnière soumise à la pensée imposée par les mandarins de la Big Pharma, continue à le mettre au pilori …
      Quand je pense qu’on a interdit un médic , bon marché-trop bon marché?-qui est prescrit depuis plus de 70 ans et qu’on nous somme quasiment de nous faire vacciner avec un produit produit à la va-vite après à peine une année de recherches sans vraiment en connaitre les effets secondaires, il y a de quoi avoir le droit d’être sceptiques et de pencher du côté des complotistes !!
      Quant à notre ministre M. Berset, Madame Sandoz, je conçois qu’il n’ait aucune compétence en matière médicale, mais comme tous les responsables politiques d’ici et d’ailleurs, il ne fait qu’écouter- comment faire autrement ?- les “sachants” du monde médical.. dont certains sont eux-mêmes soumis au lobby des labo…
      Ceci va certainement me classer dans la case complotiste… j’assume…

      Bonne et Heureuse année à vous Mme Sandoz et à vous tous de ce blog !

      1. Le problème est que ce médicament qui, utilisé sous contrôle médical et à dose modérée n’est pas dangereux selon le Conseil d’Etat italien, n’a pas d’efficacité démontrée contre le coronavirus, toujours selon le Conseil d’Etat italien. De plus, l’antibiotique que certains lui rajoutent est singulièrement plus dangereux, ne procure pas plus d’efficacité et n’a pas 70 ans d’utilisation.

        Reste évidemment le A. que l’on trouve en Suisse et le B. que l’on ne trouve pas en Suisse.

  19. Terminons l’année, si vous le voulez bien, chère Madame Sandoz sur une note positive.
    Tous mes voeux de bonheur et de santé (covid de Pfizer, Sptunik ou pas) à vous et à vos commentateurs, en n’oubliant pas ce média, pour lequel ça ne va être de la tarte.

    Je suis lassé de cette pandémie qui remplit un tiers des titres (tous médias confondus et dans le monde entier), au point où l’on serait prêt de croire qu’il s’agit de l’unique souffrance restante du monde, même dans les dictatures!

    Ne suis pas sûr que 2021 remettra les pendules à l’heure, mais je le souhaite.
    Quant à vous, vous allez sûrement tous nous enterrer, la première centrentenaire de Suisse 🙂

  20. @Mme Sandoz : Votre commentaire est excellent, juridiquement fondé mais va malheureusement à l’encontre des convictions des moutons médiocres dont les synapses se sont atrophiées. C’est vrai comme le dit une certaine Yvonne plus haut : un peu de perte de liberté ou d’emprisonnement n’est rien puisqu’après vaccination, le gouvernement nous assure une quasi-immortalité… (c’est du sarcasme à l’égard des moutons médiocres). Bon courage dans votre entreprise d’éducation des bien-pensants politiquement corrects – vous avez du pain sur la planche…

  21. Après quelques vérifications, il semblerait que le citoyen n’a aucun droit contre Swissmedic, le conseiller fédéral, ou tout autre fonctionnaire fédéral ou cantonal si suite au vaccin il contracte une autre maladie due à ce vaccin !
    Sommes nous vraiment conscient de ceci !
    Nous n’avons pas de dictateur en Suisse mais comme le souligne madame Sandoz, nous avons une administration gouvernée par des fonctionnaires qui ont instauré une dictature totalitaire puisque le citoyen ne peut plus se défendre !

    1. Bonjour F. Martin. Merci de votre commentaire. Il est exact que nous n’avons aucun droit hormis celui de nous taire. Mais personne ne peut nous empêcher d’écrire ! Et Prof. S. Sandoz le fait à merveille.
      Les créateurs de vaccins ont déjà été absouts de tout péché en cas de réaction fortement délétère voire destructrice (cf. le cas récent de Lucerne en allemand – comme par magie Swissmedic a déjà lavé le vaccin de tout soupçon). Bon 31.

      1. Magnifique commentaire auquel j’adhère pleinement. Dieu nous protège des émotifs pavloviens! Finissez-bien cette année fertile en bersetteries de tous ordres.

    2. Lancez une initiative! Contactez des parlementaires pour qu’ils/elles lancent une initiative parlementaire! Si le problème est si important, il va bien en avoir au moins 1 parmi ces 246 qui n’est pas à la solde des élites franc-maçonnes corrompues!

      1. la loi fédérale sur les épidémies instaure une responsabilité de la Confédération dès lors que la vaccination est recommandée. De plus, si j’en crois un ancien juriste de Swissmedic la responsabilité de Swissmedic n’est pas exclue s’il y avait un acte ou une omission illicite commis par Swissmedic.

        Refuser l’AMM d’un vaccin efficace et suffisamment sûr ne serait-ce pas aussi un acte illicite commis par Swissmedic et une violation de l’article 2 Conv.EDH imputable à la Suisse ?

        Ce qui est grave c’est que Berset proclame en toute inconstitutionnalité que l’innocuité du vaccin est d’ores et déjà établie.

  22. En effet, ce que nous sommes en droit d’attendre dans une démocratie, c’est d’être informés et responsabilisés: d’être mis en capacité de pouvoir agir librement pour le bien de tous. Le contraire se passe: désinformation, culpabilisation, menaces, obligations, interdits. Le tout pour affranchir des décennies de politique economique de santé désastreuse… Merci Madame Sandoz!

  23. Les moutons et les perroquets sont encore en majorité dans ce bas monde mais plus pour très longtemps; la réalité les rattrape de plus en plus chaque jour.

    Joyeuses fêtes & meilleurs voeux pour la nouvelle année.

  24. L’irruption de cette pandémie reste encore à comprendre, n’empêche qu’elle a entraîné des réactions de défense de type santé publique et santé individuelle. Les scientifiques (médecins, épidémiologistes, biologistes) ont été sollicités par les politiques pour les aider à prendre les meilleures décisions en vue de protéger la population et tenter de maîtriser notre système de santé et ses hôpitaux.
    L’urgence du communautaire s’est tant bien que mal imposée à une société qui était devenue majoritairement individuelle sous les coups de boutoir de notre économie actuelle. Notre civilisation va devoir réévaluer ses bases.
    Le virus va continuer à circuler si les conditions lui restent favorables et se fiche évidemment de nos Lois, nos droits, nos constitutions, nos Avis. Les futures conditions climatiques annoncées ne vont pas être simples à gérer.
    Quand à notre planète Terre elle continue sa trajectoire autour de son soleil dans sa galaxie. Je souhaite à tous une belle nouvelle année.

  25. Chère Madame,

    Vous avez tellement et toujours raison dans vos commentaires, merci !

    Que nos édiles vous entendent et se réveillent afin de préserver notre chère Confédération Helvétique dans le respect de ses lois.

    Je profite de cet échange pour vous présenter mes vœux les meilleurs pour l’année nouvelle.

    Respectueusement,
    Michel Vernaz

  26. Moi ce qui m’inquiète c’est l’acceptation apparente de la majorité de la population et des médias aux restrictions de libertés individuelles. Je trouve que la quarantaine est déjà bien à la limite mais que dire du couvre-feu que, par exemple, le gouvernement français a instauré!!! Et à partir de 20h!!! Je suis vraiment abasourdi…comme en 40! Et pas vraiment de manifs contre! Pour un pays qui a connu des manifs de gilets jaunes tous les samedis à Paris je suis très surpris.
    Je suis soulagé qu’en Suisse on ose pas imposer un couvre-feu mais je ne suis pas sûr que l’on y a pas pensé.

    Je crains qu’une partie de ces restricitions resteront après que la pandémie soit finie…peut-être qu’on dira justement qu’elle n’est pas finie pour continuer à les imposer.
    Bonne année quand même!

    1. On accepte des restrictions tous les jours. C’est une condition sine qua non pour vivre en société. Vous ne pouvez pas roulez à 150 en ville, vous devez payer des impôts, vous ne pouvez pas aller vous promener sur les pistes à Cointrin ou nu en plein Morges, vous devez mettre en masque dans les magasins. C’est une question de coût/bénéfice. Je viendrai manifester avec vous si l’obligation du masque et de distanciation subsiste lorsque le pandémie sera terminée (oui, terminée réellement, pas comme en septembre quand une bonne partie des gens qui réagissent sur ce blog le soutenait)

      1. “.. vous devez payer des impôts, vous ne pouvez pas aller vous promener sur les pistes à Cointrin ou nu en plein Morges, vous devez mettre en masque dans les magasins. C’est une question de coût/bénéfice.”

        Impôt et coût/bénéfice : il y a surtout ceux qui coûtent et ceux qui bénéficient.
        Nudité à Morges ? Quels coûts et quels bénéfices ?
        Tout cela pour mettre en exergue que dans la balance, il y a des intérêts financiers et des intérêts “moraux” et que nul n’est censé avoir la même balance.

        1. Je ne sais pas si “nul n’est sensé” est à comprendre comme une constatation ou une injonction. Je pense que peu importe où se situe la balance, les lois de notre société sont applicables à tous.

      2. La pandémie sera terminée quand la Grande Réinitialisation, chère à M. Klaus Schwab (directeur et fondateur du WEF) et à ses amis, sera en place.

        Ou quand on sera plus nombreux à sortir de la sidération, à dépasser la peur, à réagir, à rester unis malgré nos différences et à refuser cette “nouvelle normalité” imposée d’en haut…

        1. @Olegna : Commentaire plein de bon sens et d’humanité ! Merci !!! Tellement plus rationnel que ceux des Covidiens qui fréquentent ce forum…

        2. Je reste perplexe face à ce type de commentaires … déjà entendus maintes fois. Cela répond peut-être à un besoin social mais cela ne fait qu’empirer la situation. Il est temps de passer à autre chose. De plus, c’est un manque de respect total pour le personnel soignant et les proches des 7000+ victimes en Suisse.

          1. @STOP AU COMPLOTISME
            Pourriez-vous développer à quel “autre chose” il faudrait passer pour ne pas empirer la situation?
            Pensez-vous également avec respect aux proches des 15’000 victimes de cancer et aux 20’000 victimes de maladies cardiovasculaires en Suisse?
            5’000 personnes qui décèdent chaque année de maladies du système respiratoire dans l’indifférence, sans même un petit semi-confinement…pendant que des égoïstes sans respect vont au théâtre, au musée ou au restaurant.

          2. @Olegna,

            Le “passer à autre chose” concerne votre “Grande Réinitialisation” chère aux complotistes de la fiction “Hold Up” (relisez votre commentaire – il n’est pas question de maladies).

            L’indécence, c’est d’inciter la population à ne pas porter de masques et à ne pas se vacciner (car “les vaccins et les masques contiennent des puces 5G créés par Bill Gates pour contrôler le peuple et détruire la classe moyenne” – sic). Les proches des 8’000+ victimes Covid apprécieront….

            Le cancer et les maladies cardio-vascuticalires respiratoires sont terribles mais ne font pas partie des maladies contagieuses. Les mesures sont donc l’hygiène de vie et non le confinement.

            Covid est devenu en 10 mois, la 3ème cause de mortalité en Suisse. Sans aucune mesure, Covid deviendrait la 1ère cause de mortalité (avec entre 40’000 à 50’000 morts).

            Ajoutons que Covid est un facteur aggravant pour les maladies cardio-vasculaires et les cancers. Ne pas porter respecter les mesures sanitaires représente un risque mortel pour ces malades. De plus, l’engorgement des hôpitaux pour sauver les formes graves Covid (qui seraient décédés sans soins) retarde la prévention des cancers et d’autres interventions chirurgicales.

            Opposer la mortalité des ces différentes maladies pour mettre des priorités ne fait donc aucun sens car elles sont directement liées.

          3. @STOP AU COMPLOTISME (A L’AVEUGLEMENT)
            Ce n’est pas MA Grande Réinitialisation. Achetez le livre de Klaus Schwab et lisez-le. Tout y est noir sur blanc, ce n’est donc pas un complot, c’est un projet soutenu par les plus puissants de ce monde.

          1. Voilà pourquoi (entre autres…):
            Dans son livre Covid-19 la grande réinitialisation (1) (Great Reset), Klaus Schwab, fondateur
            du Forum Économique Mondial de Davos (2) livre sa vision du monde d’après.
            Klaus Schwab (3) envisage la 4ème révolution industrielle par une fusion des identités physique,
            biologique et numérique des individus. Partant de ce postulat, il décline les changements que ce
            transhumanisme apportera dans la vie des individus dont on veut faire le « bonheur » malgré eux.
            Plongée en 3 paliers dans un futur invivable.
            1/ Santé sous haute surveillance & déplacements contrôlés
            La course folle aux vaccins à laquelle nous assistons interroge à plusieurs titres.
            Les essais thérapeutiques sont faits à marche forcée et les premiers vaccinés servent de cobayes d’où
            la défiance de la population d’autant que la thérapie génique vaccinale n’a jamais été expérimentée
            chez l’être humain.
            Même si, pour l’instant en France, la vaccination n’est pas obligatoire il est probable qu’elle
            conditionne beaucoup d’actes de la vie courante : accès aux moyens de transport, aux établissements
            recevant du public, aux centres commerciaux…D’ailleurs, la députée UDI, Valérie Six, propose
            même l’instauration d’un passeport vert permettant l’accès aux cinémas, restaurant etc en cas de
            vaccination (5)
            Le tracing sanitaire effectué grâce à l’application Tousanticovid ouvre la voie à d’autres outils de
            contrôle et de surveillance qui, au prétexte de santé publique, entrave de plus en plus les libertés
            individuelles.
            2/ Fin de la propriété privée
            Avec la création d’Offices Fonciers Libres (OFL), le gouvernement encourage la fin de la propriété
            privée comme l’atteste le projet de développement des baux emphytéotiques qui font des
            propriétaires du bâti d’éternels locataires du foncier. Même Robespierre n’avait pas osé sachant
            l’attachement des français à la propriété privée.
            Un des outils de la mise en place de cette société fasciste serait l’attribution d’un revenu universel,
            cette disposition sera d’ailleurs en discussion à l’Assemblée Nationale (4) sous la dénomination de
            « socle citoyen ».
            En échange d’une protection financière étatique, sommes nous prêts à renoncer à notre liberté ?
            Car comme l’affirmait l’économiste Milton Friedman : Il n’y a pas de repas gratuit et il ne nous
            restera alors plus qu’à négocier le poids de nos chaînes.
            Comme l’indique le magazine Capital, ce phénomène est déjà en marche (6)
            Sources :
            1) Livre Covid 19 : tps://www.amazon.fr/COVID-19–
            2) Site du World Economic Forum : tps://fr.weforum.org/
            3) Qui est Klaus Schwab : tps://fr.wikipedia.org/wiki/Klaus_Schwab
            4) Débat A.N. sur le « socle citoyen » : tp://www.assemblee-nationale.fr/socle_citoyen
            5) Passeport vert : tps://www.francetvinfo.fr/covid-19-une-deputee-udi…
            6) Magazine Capital, Remise à zéro de l’économie : capital.fr/remise-a-zero-en-marche

    2. @ Dominique : belle réflexion sur les libertés individuelles et la quarantaine.

      Je vous rejoins concernant les restrictions imposées … et je me pose la question de leurs pertinences pour les restaurants et salons de thé, activités sportives, etc…

      En effet, les chiffres donnés par l’OFSP et les cantons n’indiquent jamais quels sont les lieux qui “font monter le taux de contamination”, ce qui donne pour résultat que l’on ferme une fois ceci et une autre fois cela voire les deux !

      Où se situe la vérité sur les contaminations et dans quelle proportion ? Lorsqu’on ouvre le site de l’OFSP et que l’on découvre les données chiffrées, on peut lire par exemple que le taux d’hospitalisation peut être de 69% et les autorités politiques vous expliquent d’une voix catastrophée que lesdits hôpitaux sont proches de la saturation …

      La question est ouverte …

    3. @Dominique: J’ai osé sortir à Annemasse après 20h et il y avait des coronavirus lourdement armés qui pullulaient dans les rues. Le gouvernement français, dans sa grande sagesse, est au courant de ce phénomène inquiétant et préserve sa population en imposant un couvre-feu strict. Avec les Fake News en provenance de notre CF, la même mesure nous attend, je crains.

  27. Pour terminer l’Année 2020 sur une note positive, voilà un article très intéressant écrit le 23.12.2020 par M. J.-A. Haury:
    tp://haury.blog.24heures.ch/archive/2020/12/23/et-si-le-mutant-anglais-etait-une-benediction-de-noel-870284.html

  28. Je remercie Madame Herzog pour son admirable contribution. Dans le post de blog mis en exergue on lit :

    ” Les personnes, très nombreuses, qui seraient infectées par ce mutant auraient peu de symptômes – quelques jours de fièvre, quelques douleurs, un petit rhume peut-être, soit exactement ce qu’on nous annonce avec le vaccin – après quoi elles seraient immunisées contre le Covid-19.”

    Alors que malgré de très strictes mesures l’épidémie se propage de plus belle, les hôpitaux britanniques débordent et le nombre de décès repart à la hausse.

    Quant à la Suisse ? Le même sort l’attend dans l’indifférence des deux dames âgées de Pully prêtes à être vaccinées si besoin était.

    “et-SI-le-mutant-anglais-etait-une-benediction-de-noel-870284.html” : Avec des SI, on mettrait ..

    1. @CEDH
      Les hôpitaux anglais débordent CHAQUE année depuis de nombreuses années durant la saison hivernale. Rien à voir avec le Covid.
      La “soit-disant 2ème vague” a fait, pour l’instant, moins de morts que la grippe saisonnière de 2018 en Angleterre à la même période (source: ww.euromomo.eu). Rien à voir avec le Covid.
      Vous avez raison sur un point: les mesures très strictes ne servent à rien!
      Tous les pays européens qui ont imposés les mesures les plus strictes (Belgique, Espagne, Italie, France) ont le plus grand nombre de décès. C’est difficile à accepter, je sais, mais c’est la vérité des faits.
      Ah oui, encore une chose. J’ai appris dernièrement que plus un virus est contagieux, moins il est dangereux (l’inverse est vrai également). Il semble que ce soit le cas du “mutant” anglais…
      Bien sûr, la plupart des gouvernements et des médias insisteront sur la “grande contagiosité du mutant anglais” (dis comme ça, c’est flippant, non?), mais passeront sous silence son plus faible impact sur la santé.

      1. Cher Angelo,

        Bravo, vos arguments, d’une perspicacité déroutante, sont révolutionnaires. La presse évoquait une place vacante dans la task-force, peut-être une opportunité ?

        Plus sérieusement, le temps des batailles de chiffres de bloggeur apprentis épidémiologistes est révolu. Soyons modestes face à ce virus, arrêtons de discuter et faisons ce qu’il y faut pour revenir à la situation de fin juin 2020. La vaccination devrait alors permettre de vivre progressivement normalement.

      2. “Plus le virus est contagieux, moins il est dangereux” ? Vous sortez ça d’où ? Etude sur les épidémies de variole ? (2-3 fois plus contagieux et 15-30 fois plus mortel). Ebola ? La 3ème vague de la grippe espagnole ? (la pire).

        1. @RICHARD
          Ce graphique pourrait vous intéresser.
          tps://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/02/20/2019-ncov-un-virus-peu-contagieux-et-dont-la-letalite-est-plutot-faible_6030246_4355770.html

          1. Sacré référence… un article de mars 2020 ? … vous vivez dans le passé ? on en sait un peu plus maintenant… ce virus est a peu près aussi contagieux que la grippe mais 5 à 10 fois plus mortel.

            Essayez de lire quelques revues scientifiques…. vous comprendrez peut-être son mode opératoire ainsi que les séquelles importantes qu’il peut engendrer (insuffisance respiratoire/fibrose pulmonaire, troubles neurologiques, etc). Et cela pas uniquement pour les personnes atteintes de la forme grave…

        2. @RICHARD
          C’était le graphique que je trouvais intéressant (et il reste valable encore en 2021).
          Il montre que la létaliité et la contagiosité sont souvent (mais pas toujours) inversement corrélés…
          Ebola est très létal (50%) mais, heureusement, pas trop contagieux (1,9)
          Grippe aviaire: létalité de 60%, mais une contagiosité de 1
          MERS de 2012: létalité de 35,6 %, taux de contagiosité 0,5
          Rougeole: létalité de 0,7, contagiosité de 9
          La variole est en effet un peu à part car elle est très contagieuse (9,5) et également bien mortelle (30% de létalité).
          Source: tps://fr.statista.com/statistiques/1101694/contagiosite-maladies-virus-bacteries/

      3. Le Public Health England publie une mortalité de la grippe/2018 4 fois inférieure aux chiffres Covid/2020. En moyenne, Covid tue entre 4 et 12 fois plus de la grippe en Angleterre malgré les mesures strictes… (je vous laisse imaginer le carnage sans aucune mesure sanitaires).

        Le taux de mortalité Covid de la Suisse est équivalent à celui de la France depuis le début de la pandémie (moyenne). Ce taux est par contre largement pire en Suisse pour la 2ème vague, ce qui s’explique par des mesures sanitaires peu contraignantes par rapport au reste de l’Europe.

        1. @BILL
          Je parlais de la “deuxième vague”! La 1ère vague de mars-avril a effectivement eu une plus grande mortalité, bien que la manière de compter les morts (mort AVEC le virus ou À CAUSE du virus) ne soit pas claire.
          MAIS la courbe de la “2ème vague” est similaire, voire même légèrement inférieure, à la courbe de la grippe saisonnière de 2018.

          France: 1’034 morts par million d’habitants
          Suisse: 950
          Suède: 931
          (tps://www.worldometers.info/coronavirus/)
          Quelles sont vos sources, svp?

          Puisque vous êtes un adepte des mesures contraignantes, comment se fait-il que la Suède, qui n’en a pris AUCUNE, s’en sorte MIEUX que la France, l’Italie, l’Espagne, la Grande-Bretagne et la Belgique?

          1. Concernant la grippe saisonnière, le rapport du PHE UK vous démontre le contraire: Covid, c’est au moins 4 fois plus que la pire grippe.

            Pour comparer les vagues, vous ne trouverez pas tout l’historique sur CSSE/JHU, il faut consulter l’historique sur les sites nationaux. La Suisse a eu 4.4 fois plus de morts lors de la 2ème vague que lors de la 1ère (à cause de la stratégie qui privilège l’économie).

            Lors de la 1ère vague, la Suisse avait fait bien mieux que la plupart des pays en terme de mortalité et d’impact sur l’économie.

            Par contre, le taux de mortalité lors de la 2ème vague en Suisse a été parmi les plus élevés au monde avec un pic de 170, ce qui, par exemple, à l’échelle des USA représenterait 6460 morts en une journée ! Cela n’est jamais arrivé ni aux USA ni en France, qui fait presque figure de petit joueur… (si l’on ose dire).

            Les faits sont là ainsi que l’attitude de déni de ceux qui ont un intérêt à ne pas voir la vérité en face. C’était un problème car leur attitude est dangereuse pour les autres.

            Mais cela devrait changer d’ici 3-4 mois: avec la vaccination, les populations à risque pourront enfin être protégées. Il y aura donc un meilleur lien entre la prise de risque et les conséquences pour chaque individu. D’autre part, la situation durant les deux prochains mois devrait faire taire définitivement certains discours tels que le votre… on peut faire illusion longtemps mais la réalité fini toujours par nous rattraper un jour (comme cela est en train d’arriver à l’homme qui se croyait le plus puissant au monde…)

            A dans 3 mois…

        2. @BILL
          Avant de parler de la réalité qui nous rattrapera dans quelques mois (bien d’accord avec vous sur ce point), pouvez-vous expliquer la réalité des mois passés concernant la Suède, svp?
          Même si la situation là-bas semble se dégrader en ce début 2021, il n’en demeure pas moins que durant l’année passée, ce pays s’en est bien mieux sorti que les 5 “champions” européens (F, I, E, UK, B) adeptes des mesures strictes.
          C’est une réalité ça, oui ou non?

          1. C’est malheureusement totalement faux. La Suède est un des pires cas aussi bien économiquement que sur le plan de la mortalité. Tous les pays voisins de la Suède s’en sont largement mieux sortis. D’autre part, il y eu bien plus de mesures que ce que l’on croit et cela depuis plusieurs mois. Plus aucun pays (ni la Suède elle-même) n’oserait s’aventurer dans cette voie. La clé pour vaincre ce virus, c’est d’avoir une longueur d’avance sur lui, votre perception et vos informations datent un peu…

            C’est pareil pour la mortalité: les corona-sceptiques n’ont pas arrêté de faire douter du nombre de morts arguant que c’étaient des gens qui seraient morts de toutes façon… or l’OFS vient de publier les informations: la Suisse n’a pas connu la mortalité similaire à 2020 depuis un siècle… comme je vous l’ai dis, la vérité n’est qu’une question de temps…

            A dans 3 mois quand la vérité aura fait un peu plus son chemin…

          2. @BILL,
            En effet, il faut du temps (et souvent bien plus que 3 mois) pour que la vérité fasse son chemin. Ce qui devrait vous inciter à plus de modestie et moins d’affirmations.
            “La Suède est un des pires cas aussi bien économiquement…..”
            Ce pays n’a JAMAIS fermé de commerces, restaurants, lieux culturels, centres sportifs, et donc aurait une des pires situations économique. J’ai bien peur qu’une telle absurdité, même après 3 mois, ne puisse devenir une vérité.
            “……que sur le plan de la mortalité”
            Nombre de morts pour 1 million d’habitants (tps://www.worldometers.info/coronavirus/)
            Belgique 1’738
            Italie 1’330
            Grande-Bretagne 1’245
            Espagne 1’131
            France 1’056
            Suisse 980
            Suède 971
            Pologne 848
            Allemagne 529
            Danemark 137
            On peut attendre 3 mois pour voir l’évolution, mais la vérité c’est que jusqu’à présent la Suède N’EST PAS un des pires cas sur le plan de la mortalité?
            “D’autre part, il y eu bien plus de mesures que ce que l’on croit et cela depuis plusieurs mois” dites-vous.
            Il y a eu des recommandations mais quasi AUCUNE mesures obligatoires imposées (ni port du masque, ni limitations de déplacement, etc.), à part quelques restrictions du nombre de personnes dans les rassemblements.

      4. -“Ah oui, encore une chose. J’ai appris dernièrement que plus un virus est contagieux, moins il est dangereux (l’inverse est vrai également). Il semble que ce soit le cas du “mutant” anglais…”
        Pas nécessairement et cela ne semble pas être le cas.

        -“Tous les pays européens qui ont imposé les mesures les plus strictes (Belgique, Espagne, Italie, France) ont le plus grand nombre de décès.”
        Votre comparaison n’a aucun sens. Ce qui n’empêche pas d’avoir démontré qu’il existe des mesures plus ou moins intelligentes.

  29. “et-SI-le-mutant-anglais-etait-une-benediction-de-noel-870284.html” commentaire réjouissant les sots.

    La situation est claire, le “mutant” va accélerer la résolution du problème : plus d’immunisés, plus de morts, submersion du système de santé et donc létalité augmentée. Toute solution visant à ralentir la progression du virus afin d’éviter la submersion sanitaire et aussi d’augmenter le nombre de vaccinés (pour ceux qui le veulent) serait le reflet de ce que Madame la professeure appelle une dictature sanitaire. Il est temps d’ouvrir les yeux. L’Angleterre nous montre l’avenir comme l’Italie l’a fait il y a une année. Le Conseil fédéral doit reprendre la main. Les négationistes de l’existence de l’épidémie, les négationniste du droit à la vie doivent être connus comme tels et traités comme tels.

    1. @CEDH : Bertrand Russell disait (trad. perso.) ” Les hommes intelligents ont des doutes, les sots n’ont que des certitudes.” Vous, grand médecin et connaisseur de tout, n’avez visiblement que des certitudes.

  30. @CEDH
    Puisque selon vous ” la situation est claire”, auriez-vous l’amabilité d’éclaircir les 2 points de mon post précédent que je remets en copie ci-dessous? Merci.

    1. La “soit-disant 2ème vague” a fait, pour l’instant, moins de morts que la grippe saisonnière de 2018 en Angleterre à la même période (source: ww.euromomo.eu).
    Rien à voir avec le Covid.
    Vous avez raison sur un point: les mesures très strictes ne servent à rien!
    2. Tous les pays européens qui ont imposés les mesures les plus strictes (Belgique, Espagne, Italie, France) ont le plus grand nombre de décès. C’est difficile à accepter, je sais, mais c’est la vérité des faits.

    1. Le plus grand nombre de décès… par 100’000 habitants ou total ?
      Parce que dès qu’on tient compte de la taille de la population, votre affirmation se révèle être fausse.

      1. @ALEXANDRE
        Le plus grand nombre de décès par million d’habitants (donc en proportion).
        France: 1’034
        Espagne: 1’109
        Italie: 1’298
        Belgique: 1’725
        (tps://www.worldometers.info/coronavirus/)

        1. On entend parler de façon alarmante des gens qui meurent du Corona et pourtant il y a un virus 10x plus meurtrier dont on est tous contaminé et on en parle même pas! C’est même devenu un sujet tabou dans notre société. Pour le Corona, on peut peut-être espérer qu’après quelques années ça ira beaucoup mieux, mais pas avec l’autre virus. Statistiquement cet autre virus cause chaque année 12’500 décès par million d’habitants si tant est qu’on ne meurt pas plus tôt d’une autre cause (accident de la route, etc). Ce virus … c’est la vieillesse! Et oui nos jours sont tous comptés! Si l’espérance de vie pour nous les suisses est de 83,4 ans selon Wikipédia, avec le Corona elle a été peut-être réduite de quelques mois pour une durée de 2 ou 3 ans encore. Mais même avec ça on reste encore bien mieux lotis que quasi tous les pays du monde! Je crois qu’il faut cesser de tabouiser la mort, mais de l’accepter comme une réalité qui nous atteindra tous tôt ou tard et de s’y préparer déjà aujourd’hui.

          1. Jonas Baggett a parfaitement raison. Il nous rappelle que la mort fait partie intégrante de la vie. L’apoptose ou mort cellulaire programmée se met en marche dès le premier souffle de vie.
            Personne ne peut y échapper, à un moment ou à un autre.
            Vraiment personne ou alors cela se saurait déjà depuis très longtemps.
            Nous les humains si parfaits (et si évolués – enfin en principe) avons complètement oublié notre fragilité originelle. La technologie, les avancées scientifiques nous ont fait croire que nous allions pouvoir rejoindre les immortels du Panthéon sur le Mont Olympe.
            Mais bien sûr que non.
            Il faut revenir d’urgence sur terre.
            Et Chronos nous le rappelle chaque jour !
            Memento mori

          2. @JONAS BAGGETT : Commentaire très sensé, à mon avis. On justifie les mesures qui étranglent notre tissu économique par le DROIT à la VIE. Si cela existait, on serait tous immortels. J’ai 80 ans et arrive donc en bout de course statistique mais je n’ai jamais cru que j’allais vivre éternellement. En revanche, je sature avec ces idioties de confinement et reconfinement qui m’empêche de jouir de mes journées, de rencontrer mes amis, de voyager et de prendre le risque d’attrapper un virus qui est mortel principalement pour les personnes en mauvaise santé, tous âges confondus. Mais bon, sans ce virus et les mesures assassines des gouvernants, les pharmas ne gagneraient pas des milliards payés par nos impôts et les 1% ne deviendraient pas plus riches encore.

  31. Je crois que l’on a perdu Suzette. Votre liberté de ne pas vous faire vacciner s’arrête à la liberté des autres à ne pas choper une maladie. Comme sûrement vous ne défendez pas le droit du fumeur à vous empoisonner sous prétexte que ça nuirait à sa liberté ni à ne pas mettre de préservatif etc… d’autres part réussir à mêler la Chine quand on parle de ce qu’il c’est passé au Capitole me fascine. Tout comme de ne jamais critiquer le capitalisme ultra-liberal qui est à la base de bien plus de problèmes actuellement que les méchants russes ou chinois. Pourquoi ne parlez vous jamais des suicides records en Suisse, des dons d’organes records négatifs, des prêtres pédophiles à oui c’est plus facile de critiquer les lesbiennes qui en Belgique par exemple ont les mêmes droits que les autres depuis belle lurette et n’a aucun des problèmes que vous craignez. Vous êtes rétrograde et vos arguments d’un autre siècle. Pourquoi ignorer les 3000 pauvres quémandant un sac à Genève? C’est pas en Chine c’est pour cela. Avant de voir la paille ds l’œil de l’autre vous connaissez la suite. Ah et portez plainte à l’EDH pour les mesures, je me réjouis d’avance. Pour finir pas besoin d’essayer de faire rire avec votre histoire du tout petit virus alors qu’il a été dévastateur pour nombre de familles, vous nous faites rire quand vous êtes vous. Une dame âgée qui radote.

    1. @LEMARGINAL : J’ai essayé de comprendre votre charabia qui mélange quatorze sujets différents sans connexion apparente entre eux. …

  32. Bonjour, je n’arrive pas à comprendre pourquoi il y a un tel déchaînement de méchanceté gratuite de certain(e)s correspondant(e)s alors que nous devrions toutes et tous nous serrer les coudes, échanger sereinement, en acceptant les avis des uns et des autres (sans critiques gratuites) pour avancer et arriver à y voir bien plus clair dans le « brouillard » sanitaire actuel.
    Comme vous l’aurez compris, j’ai procédé à des tests en posant des questions un peu moins généralistes à divers spécialistes des domaines concernés actuellement, en plusieurs langues pour ne pas se limiter à l’Helvétie.
    Vingt-deux jours après le début de questionnements plus que légitimes, une seule et unique réponse m’est très vite parvenue d’un professeur de néphrologie de l’étranger (Italie). AUCUNE RÉPONSE DE SPÉCIALISTES DE MON CHER PAYS. Sont-ils/elles si peu sûrs d’eux/elles pour soigneusement éviter de nous répondre ? Et nous dire exactement quels sont les tenants et aboutissants dans certains cas d’humains vivant depuis de longues décennies « sur les frontières » et en attente d’éclaircissements indispensables. Avant toute prise de décision du style POUR ou CONTRE.
    Mais visiblement, on nous laisse volontairement « entre deux eaux ».
    Qui radote donc ? Les personnes qui se posent de légitimes questions ou ces médecins/scientifiques qui délitent nos demandes un peu trop pointues ?
    Et entre-temps, que devons-nous penser et déduire de ce déni de réaction claire de la part des spécialistes suisses concernés ?
    En excluant évidemment les réponses très standardisées qui inondent le marché, réponses surtout destinées à rassurer la masse sans trop donner de pertinentes précisions.
    Si intérêt, veuillez également écouter ou réécouter l’émission Forum du mardi soir 5 janvier 2021 section « La différence entre les vaccins et les thérapies géniques ».
    Le Professeur Denis Duboule (biologiste mondialement reconnu) répond ainsi « les scientifiques ne diront JAMAIS que quelque chose est IMPOSSIBLE avec 100 % de certitude » et « quelle est l’estimation du risque …… du recul on n’en a pas évidemment ». Édifiant de clarté dans l’utilisation volontaire d’une terminologie PÉJORATIVE.
    Car déjà le début de la phrase sonne de manière très dérangeante dans ma cervelle et s’imprime dans mon disque dur: Les scientifiques ne diront JAMAIS ….. Puis j’entends IMPOSSIBLE avec 100 % de certitude … et … on en a PAS.
    Alors chacun(e) pourra émettre l’hypothèse qui lui siéra au mieux.
    Sans critiquer à tout va son voisin / sa voisine ……
    Et méditons Jean Jaurès « Le premier des droits de l’homme c’est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail ».
    Une belle journée. Eliane AB

  33. Réponse à Eric D (14 janvier 2021 à 22 h 30 min). Bonjour Eric D.
    Merci de votre réponse à Jonas Baggett : j’ai beaucoup apprécié. Je sature aussi énormément par rapport à toutes ces décisions absurdes et très partiellement documentées. Le No-mans-land des informations volontairement partielles.
    Comment peuvent-ils nous défendre de rôder et de partir en vadrouille permanente ?
    Je vous écris présentement d’un domicile provisoire car personne n’arrivera jamais à me « bloquer entre quatre murs ». C’est irréel / impensable. Contraire à la liberté fondamentale. Et depuis la nuit des temps, les humains sont nomades.
    Les conditions météorologiques étaient plus que perturbées hier, tout comme le sont les informations archi standardisées et partielles que nous transmettent les autorités politiques et/ou sanitaires (pas seulement en Helvétie). Car la transparence absolue ne fait pas partie de ces clans. Sinon, cela se saurait déjà depuis belle lurette.
    Justement, dans la voiture hier main, j’ai écouté sur RTS « On en parle » au sujet des 3 vaccins et donc j’ai été effarée par les réponses tellement standardisées …… une heure d’un plat très fade, sans aucun goût ni aucune consistance. Mais on pouvait s’y attendre : Il n’y a pas eu de débat pour ou contre, comme l’a dit fort justement le journaliste en fin d’émission.
    Alors il faut mieux en rire qu’en pleurer en comparaison aux vraies informations complètes (obtenues par d’autres sources). Conclusion: comme d’habitude, la population générale est informée « partiellement » tout à fait volontairement.

    Vous êtes plus âgé que moi-même et semblez en meilleure forme ! Néanmoins, je vous confirme qu’il est tout à fait possible de vivre en permanence en eaux troubles sur une vraiment très longue durée et plutôt bien. En d’autres termes, « prompte à basculer » depuis plus d’un cinquantenaire …. enfin selon mes valeurs sanguines différentes et aussi tout le temps aussi en vadrouille d’un côté ou de l’autre des frontières, celles-là mêmes établies selon des normes souvent bien discutables.
    Car les scientifiques adorent nous piéger dans des protocoles standardisés ! des normes acceptables ! des vaccins trop récents pour être honnêtes …. ! entre autres méthodes proches des dictatures mais qui passent “comme une lettre à la poste” dans la masse.
    Alors vivre avec une santé “en eaux troubles” forge le caractère et permet de tout relativiser.

    Raisonnablement, on ne peut pas rester terré(e) dans une cave hermétique et stérilisée chaque jour …. En ayant peur de tout et de rien. La vie cavernicole, ce n’est pas la bonne méthode pour nous les humains, vous en conviendrez. Pour les taupes peut-être ?
    Il faut vivre sa vie et aller au bout de ses passions. Et balayer tout ce qui contraint et tente de brouiller nos antennes de clairvoyance et de raisonnement.

    Donc en essayant de nous mettre en prison dans nos appartements/maisons, les gouvernements ont autre chose en tête. par exemple une sorte de contrôle absolu sur nos vies et notre devenir (et peut-être une règlementation de comment vivre et même comment penser selon des protocoles ?!). Les Pharmas également, étant donné que les bénéfices engrangés ne sont pas encore suffisants pour dominer toute la planète.

    « La société contemporaine crève de ne pas oser, d’être emprisonnée dans des contingences morales qui ferment la porte à l’exploration objective, impartiale, totale, des sujets de société fondamentaux ». Me Eric Dupond-Moretti 1961-…

    Portez-vous bien !

    1. @ Eliane B: Votre tort est de vous servir de vos synapses. Ce n’est pas vraiment apprécié dans une dictature sanitaire (ou autre). Comme vous avez lu 1984 et La Ferme des animaux, rien de ce qui nous est imposé aujourd’hui par un gouvernement de lâches (à part Ueli Maurer qui a eu les “…” (le courage) de s’opposer au diktat Berset/Sommaruga – les PLR/PDC ont tout aussi trouillards) ne devrait vous surprendre. Je prédis que 2021 sera bien pire au regard de la perte de nos libertés (pourtant constitutionnellement garanties) que l’année écoulée.
      Restez en bonne santé, gardez la tête haute et restez positive. Le calice empoisonné qu’on essaie de nous faire boire finira dans le gosier des faibles.

      1. Merci Eric D. de votre compliment fort apprécié.
        Mes synapses carburent à fond (à défaut de mes passoires rénales à trop gros calibres pour être honnêtes). Je maintiendrai une santé toute relative, sur les frontières, mais qui me convient parfaitement puisque je n’en connais pas d’autre. Vivre autrement que les « bien-portant(e)s » et disons-le clairement « hors normes » n’est pas un crime pourtant cela pourrait le devenir …… Puisque les « différent(e)s » sont potentiellement très dérangeant(e)s et doivent être éliminé(e)s. cf. Margaret Atwood « Le dernier homme – Oryx and Crake » ou comment vivre dans un enfer aseptisé.
        Dans la circulation, imaginez passer uniquement entre les feux orange et rouges. Cela marche, sans trop d’amendes, aussi pour le corps humain ! Évidemment avec beaucoup de maîtrise.

        J’apprécie aussi Ueli Maurer qui ne fait jamais aucun show. Il est comme il est, il est ce qu’il est. Rarissime. Je me demande s’il existe un adjectif encore plus représentatif ? Peut-être « précieux » mais bon, il pourrait être mal interprété.

        Par contre, les informations beaucoup trop « généralistes » de 2020 et de ces 22 premiers jours de 2021 sont très loin d’être précieuses et démontrent un réel chaos de toutes parts. Sans parler de l’abyssale immensité des contradictions que nous devrions digérer et accepter « sans piper mot ».

        Ouf ! Oui ouf ! quelle chance, ces informations généralistes « anesthésiantes » ne passent pas du tout bien dans les circonvolutions cérébrales des très résistant(e)s aux produits pharmaceutiques XYZ et aux paroles standardisées irritant massivement nos très réactives petites cellules grises.

        Je ne compte pas me priver de ma liberté de mouvement. Quitte à faire quelques incartades. Quitte à redéménager dans une Province non dictatoriale envers les vaccins …. Oui oui, cela existe tout près de chez nous mais nous l’ignorons généralement. Et oui, cela existe aussi les grand-mères très réactives et désireuses de rôder jusqu’au bout de leur chemin …..
        Mes bons messages.

  34. @Eliane AB : “Quitte à redéménager dans une Province non dictatoriale envers les vaccins ….” Vous m’intriguez. Car nous aussi cherchons un endroit où nous expatrier au cas où la dictature sanitaire nous empêchera de vivre normalement. À part Belize, quelques îles du Pacific et le Groenland (magnifique, soit dit en passant), je ne vois pas très bien où nous pourrions nous réfugier. Au pire, nous resterons dans nos montagnes valaisannes à 1’400m et je commanderai notre nourriture chez le paysan bio du coin. L’air y est pur, la vue imprenable, et les randonnées à pied ou en raquettes magnifiques. J’éprouve beaucoup de gratitude de pouvoir vivre ma dernière ligne droite dans un tel environnement.
    Mes meilleurs vœux de santé et de garder le moral vous accompagnent !

    1. Bonjour / Bonsoir Eric D. du Valais,
      Alto Adige: Province autonome de Bolzano + Trentino …. Sublime région bilingue italien-allemand. Collée au Val Müstair (Grisons) du côté Ouest. Avec antécédents historico-politiques vraiment très compliqués. Un climat doux extraordinaire. Été comme hiver. Une qualité de vie nettement supérieure à notre chère Helvétie (surtout pour les retraité(e)s). Zone géographique étendue que je connais par cœur puisqu’en juillet 2020 j’y étais encore résidente officiellement. En plaine, près du fleuve Adige, pas en montagne.
      Hélas, je suis revenue en Suisse à la demande de la famille A-B. Et à force de vivre dans diverses Provinces de la Péninsule, j’avais pratiquement oublié que chez moi l’accueil, la courtoisie et l’amabilité avaient coulé à des profondeurs abyssales …. sans espoir de refaire surface un jour.
      Aïe, Ouïe, pire qu’une piqûre vaccinale.

      Revenons au sujet: Le personnel soignant d’Alto Adige se montre extrêmement réticent par rapport aux nouveaux vaccins anti-C….9. Pourcentages publiés il y a une dizaine de jours environ: Zone Bolzano: 1,47 % du personnel soignant contre 1,51 % pour le Trentin.
      La presse est bilingue dans cette région donc il faut toujours lire en allemand et en italien (les chiffres varient un chouia selon la langue).
      Mais ces pourcentages extrêmement bas irritent forcément et massivement tout le reste de la Péninsule. Le gouvernement central (Rome) devrait se fâcher tout rouge, mais comme la Province est autonome, il y aura quelques tsunamis qui se calmeront automatiquement, puis des polémiques qui ne finiront jamais. Je connais par cœur ce va-et-vient et dois obligatoirement sourire. L’autonomie a de bons côtés, pas toujours mais parfois cela aide à louvoyer habilement.
      Car il y a une immense réticence par rapport à tous les vaccins en général dans ces 2 zones géographiques et cela depuis de longues décennies. Absolument rien de nouveau. Avec des courants de pensée extrêmement différents par rapport au reste du pays.
      Méfiance naturelle ? Les potentielles réponses ne m’appartiennent pas car je ne suis pas citoyenne italienne et n’ai donc pas le droit de juger. J’observe.
      Mais cela peut potentiellement très bien m’arranger …. pour poursuivre ma vie comme je l’entends.

      Précisions: médicalement parlant, l’Alto Adige dispose d’un excellent système de santé. A moindres coûts par rapport à son efficacité. Provenant du “cruel monde de la santé helvétique”, je suis totalement apte à comparer. Car tout près de chez nous, l’approche humaine des patient(e)s est sensiblement différente et mérite vraiment notre attention. Une belle leçon ! Pour ma part, mon suivi médical se poursuit en Alto Adige car il est totalement exclu que je retourne à la médiocrité en Helvétie, faute de vrais spécialistes expérimentés dans le domaine qui me concerne. A méditer.

      Pour la petite histoire …. une journaliste politique RTS avait annoncé début décembre 2020 qu’il était impossible de se rendre en Italie (zones rouges & confinement généralisé etc.) ….. C’était évidemment complètement erroné ……. L’Alto Adige était vraiment “zone ouverte” (et accueillante) – j’y ai donc foncé en toute sécurité pour une indispensable bouffée de liberté et de normalité. Check-up compris.
      Méfions-nous toujours des informations unidirectionnelles émanant de nos médias formatés à transmettre un seul et unique message, avec la complicité des gouvernements, dans le but de mieux nous enfermer.

      La vérité peut avoir plusieurs facettes, comme la compliance envers les nouveaux vaccins…..
      J’observe donc et j’irai poursuivre ma vie là où je peux éviter tous les dictats qui ne me conviennent pas.
      Bien sûr si je pouvais retourner au Japon, sur Shikoku précisément, je préfèrerais (climat, jardins, etc.). Mais c’est un peu loin quoique ….
      Les êtres humains sont nomades par essence et la dictature “prison domestique” n’est absolument pas viable, même à très court terme. L’âge ne joue aucun rôle dans le concept de liberté – nous devrions toujours nous sentir libres.
      Prenez soin de vous-même et de votre famille.

      1. @Eliane AB : Merci pour votre plaidoyer pour le Südtirol que nous connaissons bien pour y avoir passé plusieurs fois des vacances, fait de magnifiques randonnées autour des Tre Cime, visité tous les MMM (Yuwal, Bruneck et Meran sont les plus intéressants en raison des objets culturels et cultuels collectionnés par Reinhold Messner et Pian Corona est architecturellement le plus téméraire). On y mange vraiment bien, les locaux sont très aimables, surtout si l’on leur parle en allemand, il y a tout plein d’activités sportives à disposition du touriste, les routes de montagne sont en excellent état et il y a tant de choses à découvrir. Mon premier voyage de noces était à Cortina d’Ampezzo, 15 jours de poudreuse, inoubliable ! En revanche, ce qui me préoccuperait en cas de délocalisation, c’est la fiscalité. La TVA est aussi lourde qu’en France, les impôts sur le revenu sont plus hauts que chez nous (je suis encore professionnellement actif) et cela n’est pas compensé par le coût de la vie moins cher. Si la dictature sanitaire chez nous empire, avec lockdowns à répétition, obligation de subir la thérapie génique à laquelle je ne survivrai pas, et confinement total de ceux qui ne s’y soumettent pas, j’étudiérai sérieusement nos options d’émigration. Gardez votre esprit combatif et ne vous laissez pas moralement atteindre par les moutons médiocres qui sont très actifs sur ce forum. E sopra tutto buona salute !

        1. Buongiorno e grazie mille Eric D…
          Vous êtes fan et cela me fait grand plaisir. Perso, je préfère l’italien à l’allemand mais je ne dis rien ainsi je comprends tout ce qui se dit en coulisses. Il y a aussi plein d’activité culturelles / intellectuelles pour les non-sportifs comme moi-même. Dans un pays comme l’Italie, il ne faut jamais abattre d’un coup toutes les cartes ! Du point de vue fiscalité, aucun impôt à payer pour les retraité(e)s ….. Nous n’existons pas en fait et c’est très agréable. Ainsi nous avons une paix royale de mouvement et de pensée. Bien sûr, nous avons un “codice fiscale” mais il ne sert à rien hormis pour l’administration. J’en avais déjà un en 2013, donc depuis un bail, pour une autre Province. Obtenu en deux temps trois mouvements à Brescia, la ville des râleurs lombards, et sans aucune complication administrative ni file d’attente. En Suisse nous avons une idée fausse de tout ce qui se situe à l’extérieur de nos chères frontières.
          D’une Province à l’autre, les formalités sont différentes et la considération également…..
          En Alto Adige, les patient(e)s chroniques comme moi-même ont l’obligation d’une assurance-maladie privée. Mais c’est très facile (et bon marché) alors qu’en Helvétie je n’ai aucun accès à une couverture privée (exclusion systématique depuis ma petite enfance). Donc chez moi je suis un vrai rebut de l’humanité. Ailleurs, une patiente intéressante et un vrai challenge – ce que je confirme à mille pourcents.
          De mon point de vue, le coût de la vie est très bas par rapport à la Suisse: 1. Appartements splendides à moins de 800,–/900,– euros mensuels avec charges. 2. Consultations médicales et examens de laboratoire quasi donnés mais excellentissimes. 3. Frais d’assurance-maladie privée = des clopinettes. 4. Nourriture très bon marché et excellente. 5. Frais d’assurance-automobile = des clopinettes. Etc. etc. etc.
          En fait, il faut switcher de touriste à résident. Au début, on pourrait s’y perdre vu l’opacité de l’administration italienne. Ensuite tout roule et même l’obtention de plaques d’immatriculation du pays est nettement plus facile que chez nous (avec assurances + RC également moins onéreuses). Nous pouvons par exemple mélanger pour économiser, une assurance italienne, une RC autrichienne, etc… Impossible en Suisse !
          Bien sûr nous restons de vrai(e)s privilégié(e)s par rapport aux revenus locaux. Mais comme en Suisse les retraité(e)s sont maltraité(e)s partout et systématiquement, il faut bien s’arranger. En d’autres termes, sur mes terres après des années de bons et loyaux services, nous sommes mis au rebut.

          Du point de vue de l’épidémie actuelle et des vaccins tout frais éclos, j’ai enfin reçu une réponse de pharmaco-génétique: Passionnante. Voici en primeur un copié-collé partiel en anglais:
          “There have – at least to my knowledge – no tests of the vaccines which investigated the effects and possible side effects of the vaccines in people with different genotypes in drug-metabolized enzymes” ……. “Contains excipients – In people with allergies, it has to be checked whether patients are allergic against these excipients (e.g. the Comirnaty R vaccine contains PEG, so that people having a strong PEG allergy should not receive this vaccination”) ……. “Some of the excipients may in theory also be substrates for cytochrome P450 enzymes, but unfortunately, nothing has been published regarding this issue” (fin de phrase très aussi claire je pense, zéro étude, zéro publication).

          Je me suis très vite rendue compte que la décision est complètement reportée sur les pauvres et ridicules patient(e)s, tout comme les éventuels effets secondaires qu’ils(elles) assumeront seul(e)s et abandonné(e)s. Comme d’habitude en fait – je connais ce sujet mieux que quiconque.
          Les compensations financières annoncées très discrètement sont parfaitement ridicules et risibles ….. L’argent ne résout pas tout. Quelle illusion.
          Et j’avais le vain espoir que cette pandémie aurait permis aux médecins et scientifiques de CHANGER COMPLÈTEMENT leur manière de parler et de communiquer avec les simples mortel(le)s.
          Je me suis lourdement trompée, j’assume, pourtant il est évident que TOUT doit changer de ce point de vue.
          Car pour toujours à l’avenir, ces gens doivent arrêter de nous prendre pour des ignares et drastiquement modifier leur comportement (Seigneur à Serf). Mais voilà, tout ce que j’observe démontre le contraire.
          Ils(elles) continuent à nous mentir et à contourner très habilement les questions dérangeantes.
          Ils(elles) sont tout simplement épuisant(e)s !
          Et dans la réalité du terrain, nous courrons à très grande vitesse dans une seule direction.

          PS: Émission Patti-Chiari RSI dans une semaine (venerdi 5 febbraio 2021), au sujet de toutes les questions non débattues, voire indésirables, par rapport aux nouveaux vaccins. Je les ai contactés à ce sujet ….. J’apprécie bien le titre “injection d’espoir” …. à défaut d’injection de la vérité ….
          Dommage que la RTS ne fasse aucune émission de ce style car tout doit rester bien trop “propre en ordre” en Romandie.
          tps://www.rsi.ch/la1/programmi/informazione/patti-chiari/Inchieste/inchieste-in-corso/Iniezione-di-speranza-13735225.html

          Ne prenez pas mal mon ton cynique/ironique. Pour contrer l’univers médical/scientifique et obtenir de vraies réponses même indigestes, il n’y en a pas d’autre existant, sinon cela se saurait depuis longtemps.

          Sur ce blog, nous sommes au moins cinq (avec notre rédactrice en chef, Prof. S. Sandoz) à ne pas nous laisser abattre et illusionner.

          Et j’avoue humblement que j’adore les taches très sombres dans ma laine blanche de mouton noir. Je les soigne et peigne avec une attention toute particulière, chaque matin …. depuis plus de 60 ans …. Bien à vous, eab

Répondre à Jonas Baggett Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *