Trop c’est trop

Donc on découvre juste maintenant que le virus est beaucoup plus transmissible et tout sera bientôt arrêté, confiné, « quarantainé ».

Une question, une seule : est-ce réellement une découverte toute récente des milieux scientifiques, un scoop de fin d’année ou serait-ce une manière d’empêcher quelques pays de maintenir ouvertes leurs pistes de ski ?

On se rappelle qu’après les vacances d’été, la rapidité avec laquelle la pandémie avait repris avait surpris l’Espagne d’abord puis les autres pays. Était-ce déjà ce genre de mutation ? Des milieux scientifiques parlaient d’une mutation – au demeurant normale pour tout virus, paraît-il – sans conséquence sur la dangerosité du petit coquin ! On ne parlait pas d’augmentation de la transmissibilité. Était-elle déjà dans l’air ?

Les autorités ont un rôle difficile. On espère seulement que la grande mutation de la transmissibilité leur avait bien été cachée par les milieux scientifiques jusqu’à peu et non pas qu’elle est un prétexte aujourd’hui à une guéguerre touristique interétatique.

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

41 réponses à “Trop c’est trop

  1. Exercice d’équilibriste du Conseiller fédéral Berset. Il doit confirmer sa soumission à l’UE tout en faisant croire au peuple suisse qu’il est souverain sur son territoire.

    1. Magnifique résumé de la situation à Plantigrad. Nous sommes donc au moins trois – auteur comprise – à avoir gardé les yeux ouverts et conservé un semblant de lucidité dans cette bersetterie généralisée portée a son paroxysme. La Grande Pétoche induite )et soigneusement entretenue) mise a part, ce qui devient plus intéressant que jamais… c’est l’opération géostratégique ‘Trumpeuse’ présentement en cours. Nous allons passer des fêtes de fin d’année chrétienne… intéressantes. Il semble bien que le Chrysanthème soit la fleur de saison… et pas nécessairement du fait du petit accessoire viral…

  2. Donc voici une nouvelle variante de COVID–19, la maladie provoquée par le désormais célèbre « nouveau coronavirus », soit en fait un tout nouveau nouveau coronavirus… Cela fait décidément beaucoup de néologismes!
    Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle pandémie dans la pandémie actuelle?
    Faut-il bientôt parler de « COVID–20 » ?

  3. A vous lire, soit il y a complot des scientifiques, soit il y a complot anti-station de ski suisse. On bloque le Royaume-uni pour punir la Suisse de l’ouverture de ses stations de skis ! Verbier au centre du monde. Boris Johnson a pris sa décision pour punir Darbellay. J’ai beaucoup trop de respect pour vous pour exprimer le moindre jugement sur votre opinion.

  4. « Trop c’est trop », merci beaucoup Professeure Sandoz.
    Le vase déborde et c’est encore pire, la gigantesque vague d’informations, de contre-informations, de présomptions, d’hypothèses et de postulats inonde nos esprits et cette vague démentielle noie – en quelques microsecondes – notre capacité à raisonner et cela sans que nous nous en rendions compte !

    Ayant pratiqué les milieux scientifiques durant toute une vie (comme modeste scribe, y compris durant des missions confidentielles sur des thèmes restés confidentiels) il est complètement évident qu’il y a rétention d’informations depuis très longtemps. C’est un fait acquis depuis toujours dans ce contexte et cet environnement, tous deux bien particuliers.
    L’autre côté du miroir ne doit JAMAIS être accessible à la population générale, quelle que soit la contrée.
    Exemple d’actualité : un courageux (et néanmoins célébrissime) professeur italien avait déjà alerté en toute transparence, durant l’automne 2019. Courageux et inédit car c’était tellement criant qu’il était impossible d’y accorder crédit. Il a donc été superbement ignoré et massivement critiqué (y compris dans la presse étrangère). Et tant pis pour les victimes car “mortui non mordent”.

    Les autorités sont entre le marteau et l’enclume et ont un rôle difficile comme vous l’écrivez fort justement. Un rôle également machiavélique car il est ardu voire impossible de choisir son camp et, en définitive, il reste préférable de louvoyer astucieusement !
    Pourtant il faudra bien démontrer un certain courage pour une pas dire un courage certain. Et cela très rapidement.
    Mais surtout arrêter de contourner la vérité crue et nue, ainsi que d’arranger ce qui les arrange bien en fonction de la période « profitable » versus « défavorable ». Car les autorités mal ou partiellement informées ne sont pas sous la menace de sanctions, pourtant elles controuvent chaque jour qui passe en recevant automatiquement l’absolution……

    1. Ce qui est pour le moins surprenant, c’est que le Premier Ministre anglais, Boris Johnson avait déjà informé le monde, il y a bien trois semaines de cela qu’il y avait une mutation du Covid 19 dans son pays. Il avait même ajouté qu’un bon nombre de ces concitoyens avaient contracté cette nouvelle forme du virus. En tous les cas, il ne s’agit pas d’un scoop !

      Etait-ce la même mutation, je n’en sais rien ?

      Ce qui est certain, c’est que cela n’avait pas alerté grand monde et soudainement, alors que l’on a laissé venir dans nos stations bon nombre de touristes anglais, on leur impose une quarantaine juste avant Noël. Cela doit être très agréable pour eux.

      De surcroît, c’est très compliqué pour les hôteliers et leur personnel qui doivent maintenant contacter leurs clients et probablement se faire incendier par ces derniers, ce qui est malheureusement fort compréhensible.

      Ceci est vraiment consternant et contribue à créer une forte méfiance des citoyens à l’égard de leurs autorités.

      Pour conclure, je dirais que nous sommes en droit d’attendre un complément d’informations concernant cette dite mutation du Covid 19 en Grande Bretagne qui ne date pas de hier.

      Bonne année à toutes et tous.

      1. C’est toujours le même dilemme… les gens n’auraient pas été prêts à l’entendre. Pareil pour la deuxième vague. Le mode de fonctionnement ne pouvait pas faire autrement que l’engendrer. Sur les courbes d’infections, le changement de tendance était évident au 10 octobre. Comme disait ce fin Jean-Marie, c’est au pied du mur qu’on voit le mieux le mur.

  5. Décidément, vous aimez les complots: une mutation du virus anti-skieurs qui compléterait ses propriétés anti-restaurateurs (perte du goût) et anti-vieux. Il doit décidément y avoir quelqu’un ou un gouvernement là derrière, n’est-ce pas ? Bref, j’ai de la peine à digérer l’humour noir en pensant au nombreux concitoyens que nous avons perdus (bientôt 7000 morts en Suisse).

    Plus sérieusement, oui un virus ça mute. Et plus on le laisse circuler, plus il se reproduit vite, plus il peut s’adapter: il adore ça (c’est d’ailleurs un fan de ce blog). De plus, vu le choix de maintenir un taux de circulation élevé en Suisse pour préserver l’économie, il pourrait bien nous faire l’honneur de nous concocter une souche Swiss-Made sur laquelle les vaccins n’auraient aucun effet…

  6. les rapports scientifiques ont parlé de variantes du virus dès les premiers mois de la pandémie et donc n’ont jamais caché cet aspect à aucun moment !
    La nature connait le principe de mutations génétiques depuis le début de la vie pour se donner plus de chance de survie, il n’y a donc pas de surprise de ce point de vue ( on connait le phénomène de résistance aux antibiotiques qui n’agissent plus au bout d’un certain temps ) .
    Mais on ne peut pas anticiper ces mutations ni entrevoir leurs impacts , les généticiens n’en sont pas encore à ce stade de recherche !
    Il ne faut donc pas lancer un faux procès sur des bases que vous ne maitrisez pas du tout !

  7. L’article du Temps à ce sujet du 20 décembre est un très bon point de départ.
    L’article (en anglais) de la BBC w.bbc.com/news/health-55388846 répondra au reste de vos questions.

    Le séquençage indique qu’un variant mutant “N501Y” se répand très rapidement en GB depuis début novembreA et _plus_ rapidement que les autres variants. Soit il a été très chanceux et a bénéficié d’événements d’infection majeur, soit il est mieux équipé que les autres pour se répandre. Des changements similaires ont montré en labo une meilleure capacité d’infection.

    De ce que je comprends, le “variant espagnol” 20A.EU1 n’est pas le variant dominant dans la seconde vague européenne qui serait 20A.EU2, mais… ils partagent la mutation S:A222V portant elle aussi sur la spicule. (www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.10.25.20219063v2.full.pdf ).

    Plus il y a de personnes malades, plus le nombre de mutations sera important! Diminuer le nombre de personnes infectés est une nécessité pour limité la diversité génétique du virus aussi.

    1. Merci Samuel. Un ami médecin m’a déjà transmis ces informations qui m’ont l’air plus correctes que tout le ramdam dans la presse. Comme dit le dicton : “il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.” Et les êtres humains, en général, n’aiment pas les mauvaises nouvelles ou ce qu’ils perçoivent comme telles. D’où le fait que les informations parues au printemps ou en automne n’ont pas “passé la rampe”. Personne ne veut être confiné, ni empêché de vaquer à ses occupations.
      Par contre, je connais des personnes qui travaillent dans des hôpitaux de différents cantons, qui toutes crient : “Au secours” et nous font promettre de ne pas aller skier. Car les premiers accidents de ski surchargent le système. Joyeux Noël tout de même !

  8. Ouh, là! Êtes vous consciente de tomber un peu dans le piège du complotisme? C’est curieux, vous nous avez habitués à un bon sens remarquable et je suis fort surpris de vous lire ce matin!… Cela dit, je vous souhaite un Joyeux Noël et une toute bonne nouvelle année 2021!!

  9. Croire en complot international pour empêcher le bon fonctionnement du ski helvétique pendant les vacances de Noël ? Quelle drôle d’idée !

  10. Chère Madame, votre commentaire interrogatif mélangeant médecine, tourisme et politique me permets de vous exposer ainsi mon opinion sur cette pandémie.
    Certe le virus est bel et bien présent. Certe il est dangereux pour les personnes âgées et les personnes à risques déjà fragilisées par d’autres pathologies mais en dehors de tout cela, devant tant de divergences dans le monde à son sujet, devant tant d’avis contradictoires sur sa dangerosité et devant le hobbit médical et pharmaceutique (pas toujours très clean) … Je vous avoue qu’il y a de quoi en perdre son latin. Qui a raison ? Qui a tord ? Ce que j’en pense c’est que nous vivons dans un monde égoïste et de profit … dès lors le blanc pure ne donc exister … Sauf peut être dans la publicité d’une célèbre lessive et reprise magistralement dans un sketch de l’inoubliable Coluche … Bien à vous…

    1. Oui, le Hobbit médical à la recherche du Précieux Anneau et contrer les forces maléfiques. Intéressant… je n’avais pas pensé à associer Tolkien au complotisme Covidien. Enfin un peu d’humour… merci, ça vaut bien Coluche !

  11. Chère Prof. Hon. Sandoz,

    Même si je partage l’épuisement généralisé provoqué par l’état de crise constant dans lequel notre société se trouve depuis bientôt un an, cette intervention m’aura paru assez inapproprié pour me sortir de ma torpeur de lecteur passif.

    Je trouve votre décision d’inculper de dissimulation le corps scientifique avant de pondérer d’abord les réalités politiques de la mise en place d’un project Fédéral/Etatique à l’heure où l’anti-intellectualisme fait son retour fracassant, au moins douteuse et au pire dangereuse.

    Si vous y êtes disposée, je reste curieux à découvrir l’argumentaire derrière cette décision.

    Cordialement

    SPR

  12. Ne serions nous pas en train d’assister à une forme d’usure du pouvoir avec cette approche endogène des mondes politiques, qui surfent sur l’anxiété et l’acceptation de tout excès décisionnel, avec le motto “c’est pas notre faute, on protège la population”?
    Urgent que les parlements reprennent les choses en main.

  13. “On espère seulement que la grande mutation de la transmissibilité leur avait bien été cachée par les milieux scientifiques jusqu’à peu et non pas qu’elle est un prétexte aujourd’hui à une guéguerre touristique interétatique.”

    La mutation* n’a pas été cachée. Je ne sais pas d’ou viennent vos informations, mais l’existence de cette variante est connue depuis Octobre et a été reliée fermement à la hausse des cas de décembre en Angleterre. A noter qu’il existe une autre souche au Danemark qui à conduit à l’extermination de leurs élevages de Vison et encore une autre en Afrique du sud, similaire à la variante Anglaise. Si cette variante est effectivement de l’ordre de 70% plus contagieuse, la situation sanitaire risque de devenir sérieusement compliquée. Avec une information disponible mi-décembre, le temps de réaction est (pour une fois) pas trop mauvais.

    Les virus mutent et de ce fait évoluent et les variantes les mieux adaptées aux pressions sélectives se propagent plus vite que les autres variantes. Rien de nouveau sous le soleil, juste un mauvais tirage à la loterie des mutation virales. Un bel exemple de la loi de Murphy.

    Les virus se fichent de nos stations de ski ou des couleurs politiques. En ce qui les concernent tout ce qui compte c’est la réplication.

    *Il existe des milliers de mutations connues du Covid. La plupart sont sans effet.

  14. @Mme Sandoz : Ne seriez-vous pas un peu complotiste ? La coïncidence que vous relevez est évidemment totalement fortuite, ben voyons… Notre CF est totalement sincère et honnête dans la gestion de cette crise sanitaire, n’a rien à cacher, n’a pas fait d’accords secrets avec les pharmas et la marmotte emballe le chocolat. C’est tout ce qu’il faut croire, non ? Et vive la dictature sanitaire! Chaque peuple a le gouvernement qu’il mérite, n’est-ce pas ?

  15. A votre question au sujet d’un délai éventuel des scientifiques pour cacher une mutation du virus liée à une plus grande transmission, il faut répondre simplement et clairement:
    – il n’y a pas eu de délais de la part des médecins, épidémiologistes, biologistes et autres scientifiques. Au contraire, il y a eu bien souvent ces derniers mois des news sur les mutations
    – les médias dont la BBC rapportent ainsi des mutations “plus anciennes”, celle de février D614G apparue en février en Europe (forme dominante mondiale), A222V apparue cette été en Espagne disséminée par les vacanciers de retour d’Espagne.
    – la nouveauté de la mutation N501Y (associée à H69/V70del) est qu’elle est associée à une transmission plus grande du virus comme observée par l’augmentation des cas dans le Kent et Londres (tps://www.bbc.com/news/health-55388846)

  16. Pourquoi les milieux scientifiques cacheraient-ils les résultats de leurs recherches sur l’évolution du virus aux autorités politiques ? Chez tout organisme vivant, les mutations non pathologiques sont une adaptation favorisant leur survie en conditions difficiles. Et nous avons pu constater que d’une autre manière les politiciens ont réussi aussi à devenir plus réactifs et moins craintifs dans leurs prises de décision, en prenant conscience que les messages des milieux scientifiques sont à prendre au sérieux. Également en leur faveur, puisque l’on suspecte tout le monde d’être aussi sournois que le virus, nous pouvons au moins être sûrs d’une chose : il n’y a pas de contacts secrets entre les centres de recherche qui mettent au point de nouveaux skis plus glissants, et les spécialistes du slalom qui parviennent maintenant à se maintenir debout.

  17. On a le choix de commenter les effets de ce virus (et bien sûr ses mutations) de deux manières:

    – La première est qu’il va mettre fin au neo-libéralisme (la main du marché ne fonctionnant plus).
    – La deuxième étant qu’à contrario, elle va donner le plus grand essor aux neo-mega-multinationales (dont les pharmas) et à un marché faussé par la main manipulatrice et ses lobbies).

    P.S. Si l’on voit l’insistance des médias à nous rebacher … la moitié de leurs articles en zozotant, sans savoir grand chose (inclus de service public), il y a de quoi se faire du souci pour la nouvelle mouture du Temps, à naître dès le 1er janvier…:)

    Pour le surplus, on a les politiques que l’on mérite 🙂

  18. Oulala…en terme d’hypothèse on touche vraiment le fond….ça ressemble à du complotismo anti Suisso skieur…. On reconnaît bien l’avis d’experts en infectiologie et relations internationales formés en 15 min sur les réseaux sociaux. Très déçu par le niveau de votre article…

  19. P.S. dans toute cette chienlit (et je suis tout sauf médecin), il est quand même curieux que l’on interdise l’hydroxiclhorocoquine, qui semble avoir des effets secondaires faibles, mais suis tout sauf épidémiologiste?

    Il y a un article très intéressant à ce sujet du Prof. Ph. Saegesser (sur l’Impertinent).
    On jouait aux soldats, petits, il n’empêche, le type est bien 🙂

    1. Bonsoir Olivier Wilhem, vous parlez de l’anesthésiste & réanimateur Dr.med. Philippe Saegesser ? Si c’est bien lui, merci beaucoup pour la référence. J’ai adoré 4 phrases extraites de l’Impertinent, je cite
      1. “Avec le temps, il devient de plus en plus évident que les contraintes imposées à la collectivité auront un impact négatif bien plus grave que l’épidémie!”. Clair comme de l’eau de roche.
      2. “….. des recommandations censées permettre de protéger la population contre un danger devenaient progressivement un outil d’asservissement vers un régime contraire aux droits fondamentaux”. Il y a déjà eu des tentatives par le passé, rien de neuf sous le soleil hormis qu’aujourd’hui l’outil a été très sensiblement renforcé.
      3. “Les traitements deviennent des marchandises, un business dans lequel les patients sont réduits au rôle de consommateurs”. Tout le monde le sait, il y a compliance quasi intégrale. A peine 0,1 % des patient(e)s ose résister et dire non, ce n’est pas pour moi, cela ne correspond pas à mon profil pharmaco-génétique ou pharmaco-toxicologique, ou encore ce n’est pas en adéquation avec mon statut d’être humain qui décide librement (tout en assumant les conséquences).
      En résumé, les points 1. à 3. sont foudroyants d’authenticité.

      4. “On pousse parfois à la consommation médicale afin d’augmenter les recettes”.
      Tout le monde sait tout cela (même inconsciemment) et depuis un demi siècle au moins. Quasiment personne ne réagit car il est très ardu de sortir de cette spirale infernale. Pour réussir, il faut énormément d’organisation mais cela marche parfaitement bien une fois les écueils franchis.

      Il faut donc une bonne dose d’autoritarisme et d’humour noir pour sainement résister aux pressions tous azimuts. Je dirais même que lorsque nous allons consulter, il vaut mieux revêtir une armure extrêmement résistante à toutes sortes d’attaques subtilement programmées avant notre atterrissage sur une froide table d’examens.

      La Suisse est même championne du monde en matière d’interventions chirurgicales parfaitement inutiles ! La très coûteuse inutilité étalée sur un microscopique territoire en kilomètres carrés.

      Les conflits d’intérêts au plus haut de la hiérarchie médicale et scientifique sont bien connus et depuis belle lurette. Mais ils ne s’étalent pas forcément à la Une des journaux.

      Auparavant, comme scribe j’étais dans le même univers (entre autres domaines pointus) que ce médecin anesthésiste-réanimateur. Le texte que vous citez est donc d’autant plus intéressant.

      Et les graves dérives dont parle le Dr. Ph. Saegesser ont déjà débuté il y a des années. Il faut vraiment être aveugle pour ne pas s’en rendre compte.
      Par rapport aux vaccins (et à la publicité qui les entoure), j’ai procédé à un test très utile via des questions un peu gênantes mais complètement pertinentes extraites d’une réalité dont les autorités évitent de nous parler. Ce test pourrait faire l’objet d’une prochaine réflexion …….

      Pour conclure, les filles aussi jouent à la “guerre avec petits soldats”, au “train électrique” et avec leur “kart à moteur”. Cela aide pour toute la vie.
      Portez vous bien.

      1. “Les filles aussi jouent à la “guerre avec petits soldats”, au “train électrique” et avec leur “kart à moteur”. ”

        Chère Eliane, je n’en ai aucun doute et là n’est point mon propos et peu m’importe d’ailleurs, je n’ai aucun jouet, même pas mes animaux.

        Je voulais seulement dire qu’il n’est pas si facile d’avoir du courage!
        Bien à vous et bravo d’être femme et de s’exprimer

    2. Oui, les effets secondaires sont connus et la HCQ est utilisée pour traiter d’autres pathologies. La HCQ en traitement précoce n’est de loin pas interdite partout, beaucoup de pays l’utilisent, il n’est pas impossible que cela ait un certain effet mais il n’est pas encore démontré. Vu la situation dans ces pays, ça ne semble pas être le médicament miracle non plus…

  20. Matière à penser :

    1) En septembre 2019 (24H, 18.09.19), un groupe d’experts, constatant que “les acteurs ne sont pas préparés”, exhorte “les gouvernements et institutions internationales à anticiper d’urgence une éventuelle pandémie”, les appelle à “investir pour anticiper cette situation”.

    2) Une année plus tard (24H, 14.09.20), les mêmes experts: “Le coronavirus a révélé l’incapacité collective à anticiper cette pandémie avec le sérieux voulu. Les pertes du Covid sont 500 fois plus importantes que le montant annuel requis pour la préparation aux pandémies. Une autre pandémie est inévitable.”

    3) Définitivement, comme le faisait remarquer Einstein: “« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.”

    1. @CC : On attribue également à Einstein cette vérité : “il n’y a que deux choses infinies – l’Univers et la stupidité humaine”.
      Dont acte par rapport à la gestion de cette “pandémie”.
      Bonne Année !

  21. En décembre 2019, quelques lignes passées sous silence étaient parues dans les quotidiens : la Chine souffrait déjà d’une infection touchant principalement les voies respiratoires. Il a fallu attendre février pour que les autorités commencent à s’inquiéter … la suite on la connaît : confinement, les personnes de plus de 65 ans mises au pilori par des “Restez à la maison” !!!
    Or, le commerce avec la Chine a continué. On apprend quelques mois plus tard que ce cher virus peut aussi être attrapé par les vêtements que nous touchons et portons : le gel hydro alcoolique n’était pas encore recommandé …
    On peut tout à fait imaginer que le virus a voyagé accroché sur les vêtements que nous touchons, essayons et achetons puisque dans la description dessinée du virus, il y a des crochets et que ces “crochets” s’agrippent pour ne plus vouloir nous lâcher, démonstration réalisée sur une chaîne française par un médecin de l’Institut Pasteur !

  22. … ça s’appelle la globalisation: si une épidémie apparaît sur la planète, il est fort probable, vu la densité de personnes et de trafic aérien, routier, frêt et maritime… qu’elle se répande de manière irréversible sur toute la planète avant même que l’on ait réalisé ce qui se passait dans le pays d’origine… avec le temps, on finira par s’y habituer car une fois cette crise terminée grâce aux vaccins, nous allons reprendre la vie comme avant (les prochains traités de libre échnage sont en cours de signature)… la prochaine saison est donc déjà en préparation…

  23. Bonjour ! Dans le contexte cruellement d’actualité “trop c’est trop”, une nouvelle matière à penser, avec ou sans décoration(s) de Noël, sous forme d’un autre grain de sable ….. disons expérimental:
    Car malgré les convictions privées de tout un chacun, à respecter absolument, rien ne nous empêche de procéder à quelques tests ou vérifications. Car les vérifications me semblent indispensables dans le brouhaha d’informations contradictoires parfaitement indigestes et subies depuis un an environ.
    D’où ce test du 22 décembre 2020, milieu d’après-midi :
    L’OFSP a donc mis à disposition de la population deux numéros de téléphones, afin que nous puissions obtenir des renseignements par rapport aux 3 vaccins en lice, avec des horaires de réponse très étendus. A priori intéressant & très utile, même si nous savons par avance qu’il y a une vision d’emblée « dirigée ». Or rien ne coûte, ou presque, de nous renseigner.
    L’OFSP représente la santé publique dans un pays certes compliqué mais extrêmement riche et, en principe, très organisé. Alors sur le site web, nous découvrons le 22.12.2020:
    a) Un numéro pour les simples quidams.
    b) Un numéro pour les professionnels de la santé.

    Hélas, oui hélas, la réponse au numéro a) est
    « Ce numéro n’est pas valable ». « Diese Nummer ist ungültig ». Bon d’accord. Vous rétorquerez que c’est la situation au 22 décembre 2020. Qui peut certes avoir été corrigée, peut-être. Retournons autrement cette réponse automatique par des interrogations pertinentes :
    – Comment l’OFSP, organisme fédéral officiel, peut-il publier et oublier de contrôler un simple numéro de téléphone, pourtant extrêmement important dans le contexte présent, et indiqué sur un site web massivement consulté ?
    – Sans corriger l’erreur à vitesse supersonique, c’est-à-dire immédiatement, afin de conserver une crédibilité déjà passablement écornée ? Bien avant que nous l’utilisions. Avant que nous, les insignifiant(e)s, découvrions le bug.
    – Or les divers intervenants de l’OFSP le savaient puisque l’autre numéro (réservé aux professionnels) répond très brutalement dans ce sens, je cite « nous savons que ». Test effectué cela va sans dire.

    Numéro pas valable le 22.12.2020: S’agit-il alors d’une jolie cacophonie, d’un bug à accrocher sur le sapin de Noël, d’un pétard de Nouvel-An ou de tout autre chose ? Chacun, chacune trouvera la réponse qui lui conviendra.
    Le test suivant concerne le numéro réservé aux « professionnels de la santé » : Réponses très intéressantes et truffées d’inconnues, certains médecins ne supportant décidément pas ni le débat, ni les contradictions. A suivre ….. si vous le voulez bien.
    Entre-temps, méditons la phrase du Professeur Pierre-Alain Clavien (NZZ am Sontag, 12.12.2020), je cite «Der Patient spielt heute keine Rolle mehr» = Le patient n’a plus aucune importance aujourd’hui = Oggi il paziente non ha più importanza.
    Une belle journée pétillante, si possible sans grain de sable.

    1. @Eliane B: Merci pour votre recherche très édifiante. Si seulement c’était le seul “bug” à imputer à notre autorité de propagande “pharma”….
      Bonnes Fêtes !

  24. Et quel est votre avis sur le vaccin ? Histoire d’avoir le quinté plus du complotisme. Une de vos idoles, Jean-Dominique Michel, soutient des pétitions contre la vaccination à ARN et contre Swissmedic. Ça manque de polémique sur votre blog ces temps.

  25. Bonjour Alexandre, merci pour vos lignes.
    Je trouve dommage que vous provoquiez notre modératrice, Prof. S. Sandoz. Cela n’aide pas à faire avancer le débat alors que nous devrions plutôt nous entraider pour maîtriser les tenants et aboutissants et pour y voir plus clair dans la masse des messages « officiels / gouvernementaux / médiatiques » passablement cotonneux. Voir plus bas.
    Alors, si cela vous intéresse, je peux vous faire part du test OFSP No 2 du 22.12.2020, en relation avec les trois vaccins proposés et les profils pharmaco-génétiques + – toxicologiques particuliers (car la pharmaco-génétique, c’est indubitablement l’avenir).

    De même, j’imagine que vous connaissez très bien la “Vaccinomics » An emergent field aimed to personalized vaccines ».
    En français, les textes complets et instructifs restent une rareté afin de rester bien et fraîchement informé(e)s. Alors ci-après un extrait d’un livre intitulé « La prévention du risque en médecine. D’une approche populationnelle à une approche personnalisée ». Les Conférences du Collège de France (eds). Chapitre Prof. Ph. Sansonetti intitulé « Vaccination de masse et vaccination personnalisée. Quel paradigme vaccinal pour le XXIème siècle ? » Je cite: « La vaccination de masse ignore deux réalités, individuelle et sociétale…….. La variété dans la qualité et dans l’intensité de la réponse immunitaire individuelle à un antigène vaccinal, et la variété quant au risque individuel de réaction secondaire à un vaccin ». Lire encore (si intérêt) la « Définition provisoire d’un vaccin personnalisé ».

    Bien naïvement, il me semblait tout à fait normal (et conforme à l’évolution des sciences médicales) que l’OFSP avait – par avance – prévu des questions en relation, donc des réponses intelligentes et vraiment utiles. Hélas, oui hélas il semble bien que non. Il m’a d’emblée paru plus que foudroyant que nous devrions rester des « bobets/bobettes » comme nous disons dans nos campagnes.

    En conséquence, j’ai lancé quelques mails dans la langue de Shakespeare, afin d’obtenir ailleurs de vraies réponses (si possible) à ces questions complètement d’actualité fin 2020 mais éludées par les offices de santé publique et les médias locaux trop standardisés. Lorsque j’aurai reçu des réponses, je transmettrai dans la langue de Molière, dans le cas d’un vrai intérêt pour nous permettre d’avancer sereinement et de ne pas foncer tête baissée droit dans le mur.

    Ceci écrit, je vous souhaite une belle journée.

      1. Bonjour Professeure, le test No 2 pour bien passer le cap 2020 à 2021 ….. et en attendant les réponses de vrais spécialistes ….. si ce mot bénéficiera encore d’une quelconque signification d’ici quelques heures.

        Pour débuter ce texte, une citation de l’Abbé Pierre (1912-2007) : « La responsabilité de chacun implique deux actes : VOULOIR SAVOIR ET OSER DIRE ».

        Ainsi le 22.12.2020, je procède au test No 2, étant donné que le numéro indiqué par l’OFSP n’était pas valable (voir test No 1) ce jour là. En qualité d’ancienne « professionnelle de la santé », avant le métier de scribe, je peux me renseigner auprès d’autres « professionnels de la santé ».

        Une charmante interniste me répond. D’emblée je lui pose mes questions par rapport aux compatibilités/incompatibilités des 3 vaccins en regard des profils allergiques, mais aussi pharmaco-toxicologiques et pharmaco-génétiques connus et documentés des patient(e)s. Et donc des effets secondaires graves répertoriés ou non.

        Il s’agit d’une pure routine ou simple vérification avant de déranger d’autres spécialistes.

        Pour les profanes, tous les humains ont un profil différent. Une signature unique. Allant du profil sympathique et copain-copain avec la pharmacopée jusqu’au profil carrément antipathique pour le business des Pharmas. Le dernier profil, l’extrême, comporte une énorme quantité de vrais dangers et donc d’interdictions.
        En Suisse tout particulièrement, les profils moyennement à extrêmement complexes agacent et, dans la routine clinique, fatiguent épouvantablement les neurones des médecins (du style profil avec « constellation peu fréquente »). Ils n’en tiennent pas compte, car cela demande trop de réflexion, trop d’analyse donc du temps, et surtout beaucoup trop de révisions des protocoles médico-chirurgicaux déjà tout prêts à l’emploi / prêts à la consommation.

        Le thème est d’autant plus gênant que les réactions indésirables, souvent indélébiles, voire mortelles peuvent survenir via la substance active (contenu), mais aussi via le contenant (divers excipients). En conséquence ils mutilent des patient(e)s chaque jour qui passe, en toute impunité et depuis belle lurette.

        Reprenons : L’interniste au bout du fil ne semble pas capter l’essence de mes questions pointues et me parle de sa longue expérience professionnelle. Euh, bon, pas vraiment pertinent en la matière. Elle me trouve aussi agressive et n’apprécie pas mon ton assez autoritaire …. C’est un mécanisme de défense bien connu utilisé par les médecins qui ne sauraient accepter la controverse et les interrogations gênantes des patient(e)s les mettant ainsi dans une situation très inconfortable pour ne pas dire « au pied du mur ».
        Donc, il leur faut très rapidement rejeter toutes les responsabilités sur nous autres. Comme d’habitude me direz-vous.
        Bref, de toute évidence ces abréviations ne font pas partie du langage des internistes, alors qu’elles font pourtant partie intégrante de la médecine dite « moderne » et progressiste. Et elles font partie du langage courant des « vieux croutons bien informés » comme moi-même et beaucoup d’autres pertinemment éduqués.

        Je suis face à une incroyable contradiction. Et suis obligée de conclure que l’OFSP n’emploie pas vraiment les bons spécialistes en matière de vaccinologie et des dangers y relatifs. Entre autres conclusions ….. laissons place à l’imagination en ce 31 décembre.

        Autre illustration du propos : Admettons encore que je doive me faire ôter un vieil hallux valgus dénaturé, je vais consulter un chirurgien orthopédiste spécialisé. Ce n’est ni un allergologue ni un chirurgien digestif qui dictera l’indication opératoire pour le pied, mais bien un orthopédiste spécialisé ……. Mais pour l’anesthésie et l’antalgie, il y aura bien un anesthésiste surveillé de très très près par un pharmaco-toxicologue ou -généticien ……

        En d’autres termes, encore et encore, les autorités sanitaires du pays nous prennent pour de sombres idiot(e)s. Et n’estiment pas utile d’engager de vrais spécialistes pour nous renseigner correctement et au plus près de la vérité.
        Il est certain que ce n’est pas faute d’argent car argent en réserve il y a.

        Eh oui, il se peut que j’aie été vraiment très naïve de croire qu’une administration de SANTÉ PUBLIQUE s’intéressait vraiment à nous et à notre diversité. Alors à quand une société de clones parfaits et bien obéissants ? D’ici quelques jours ? Déjà pour ce soir minuit ?

        Conclusion:
        Le résultat du test No 2 démontre que, si nous acceptons la vaccination, nous devrions automatiquement recevoir un document de l’OFSP ou de SwissMedic nous certifiant/assurant de la prise en charge intégrale et gratuite de tous les effets secondaires possibles et imaginables pouvant survenir après la piqûre, en réaction aux contenu et contenant. Bien sûr surtout pour les plus graves. Et ceci en regard de nos très variés et très humains profils pharmaco-toxicologiques et pharmaco-génétiques, en général superbement ignorés par les prescripteurs et l’industrie pharmaceutique.

        C’est cela aussi une prise en charge saine et cohérente. Prévoir les impondérables et les imprévisibles surprises. Et ne jamais les reporter sur les chaînons intermédiaires du système.

        A quelque part, j’ai déjà lu que certains Laboratoires se déchargent de toute responsabilité sur les médecins généralistes/internistes qui pratiqueront les piqûres. Or, l’acte d’injecter n’a rien à voir avec la réaction aux substances injectées (contenant versus contenu, voir plus haut).

        Donc les Pharmas ont déjà tout prévu dans les moindres détails pour pouvoir, le cas échéant, se laver les mains comme Ponce Pilate en cas de réaction paradoxale délétère, peut-être mortelle, suite à l’injection d’un des vaccins proposés.
        Il ne nous restera que les yeux pour pleurer alors que nous savions par avance être des cobayes humains renseignés de manière incomplète et superficielle.
        Car les informations “bisounours” deviennent extrêmement courantes et très fatigantes dans les médias traditionnels, avec ou sans pandémie. A aucun moment, je n’ai lu ni entendu ou encore vu des informations un peu moins superficielles par rapport à mes préoccupations qui sont aussi celles d’une grande partie de la population.
        Bon 31 ! Avec un beau plongeon dans 2021 et ses surprises …..

        1. @Eliane B. : Merci pour votre commentaire très lucide et informé. Je partage depuis le début de cette “pandémie” vos préoccupations au sujet de la “vérité médicale et scientifique” qui nous est distillée par nos gouvernants (qui n’en savent que fichtre) et leurs “conseils spécialisés” bardés de conflits d’intérêts mais occultés car rien ne les oblige de les dévoiler, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays. Cette réflexion me désigne évidemment comme complotiste, conspirationniste, négationniste, fasciste, terroriste voire pire que pendre au yeux du mainstream des moutons médiocres et leurs médias. Pour ma part, voyant le nombre de décès de vieilles personnes post-vaccination et continuant, pour ma part, à avoir envie de vivre, je m’abstiendrai de servir de cobaye aux suppôts de l’élimination des rentiers inutiles. L’Europe est un continent de vieux qui coûtent cher aux caisses de retraite et aux systèmes de santé. Ce virus et son prétendu remède-miracle sont venus à point nommé pour nos gouvernants pour faire de la place aux jeunes diplômés venant du continent africain, du Moyen-Orient, d’Afghanistan et de plus loin encore afin d’apporter du sang frais et bon marché dans nos sociétés dégénérées. Mme Merkel a tout compris…

  26. Merci Eric D pour vos lignes.
    Le test No 3 est rédigé mais j’attends encore quelques jours car les scientifiques fêtent peut-être encore leur victoire sur nous autres les bobets / bobettes et donc les réponses tardent à atterrir dans ma boîte mails. Une sorte de Nouvel-An stratégiquement prolongé ………

    Vous avez utilisé les termes parfaitement corrects, soit « servir de cobayes ». MERCI car je sais exactement de quoi il retourne : Les expérimentations médicales subies (1970) par un cobaye humain trop jeune pour dire NON sont rédigées depuis belle lurette. Et sont à disposition de celles et ceux avec « estomac bien accroché » et « mental d’acier ».

    Au sujet des conflits d’intérêt que vous mentionnez fort justement :
    Pour mettre un peu d’ordre dans la tempête d’avis contradictoires, je me suis farcie une masse d’articles de vaccinologie moderne (“new trends”). Bizarrement, même si certains sont très intéressants avec des idées prometteuses, de magnifiques schémas du type « mécanismes proposés », il y a toujours
    a) une terminologie injectant de douloureux doutes et
    b) ces minuscules notes en fin d’articles, minuscules mais dévastatrices pour notre compréhension.

    Détaillons si vous le voulez bien:
    a) Mécanismes proposés: une proposition est une suggestion pas encore acceptée. Si ces mécanismes étaient vraiment prouvés et connus, le verbe « proposer » ne devrait pas figurer dans ces articles. Post-repas du 31 décembre, j’aurais mieux digéré “mécanismes avérés et/ou connus”.
    b) Declaration of interest et/ou Disclosures avec la mention « this work was sponsored by ». Dans votre cervelle comme dans la mienne, ces petites lignes de fin gâchent tout irrémédiablement car il nous est impossible de savoir jusqu’à quel point certains auteurs réputés d’un domaine X ou Y étudié ont été achetés pour modifier leur prose scientifique. Une très légère modification en échange d’un congrès tous frais payés ? Une moyenne modification en échange d’une nouvelle piscine ? Une grande modification en échange d’un compte “offshore” ?

    Donc, dans ma cervelle comme dans la vôtre, sans oublier celles de nombreux humains avec doutes raisonnables, la terminologie délibérément vague utilisée par les « experts », additionnée de ces petits paragraphes de fin d’articles ont une conséquence fâcheuse : LE DOUTE IRRÉMÉDIABLEMENT SEMÉ.

    Alors rassurez-vous, ce n’est pas vous qui êtes complotiste et/ou conspirationniste etc. Bien au contraire. Gardez vos convictions intactes, votre libre arbitre vierge de toute influence et profitez de la vie aussi en 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *