Crise sanitaire, crise économique, crise humaine surtout

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Rabelais ne cessera jamais d’avoir raison. La crise actuelle en est une preuve vivante : on n’entend pas le monde dit « scientifique » évoquer un seul instant les dégâts humains de la crise. Et ces dégâts sont notamment liés à la crise économique provoquée par les mesures imposées froidement, techniquement.

 Qui tient compte des dégâts humains du yoyo sanitaire imposé aux cafetiers-restaurateurs ?

Ils ont réorganisé leurs locaux, imaginé mille manières – parfois onéreuses – de respecter les exigences « scientifiques », assurant les gestes barrières – dont le port du masque pour le personnel et le « bal masqué » (mettre-ôter) pour les consommateurs -, on leur promet l’ouverture dès le 10 décembre et on leur dit, le 8, qu’ils devront peut-être fermer à 19 h. A-t-on réfléchi un seul instant à ce que cela représente comme nouveau bouleversement pour les milieux de la restauration ? Je n’ai pas entendu la moindre allusion à la souffrance « humaine » de la part des responsables « scientifiques ». Les médecins de cabinet en parlent, pas les membres des « taskforces ».

Maintenant, on se concentre sur la « communication concernant le vaccin »

Des spécialistes répètent avec condescendance « qu’ils comprennent » les questions au sujet des vaccins et qu’elles sont légitimes. Ils ne parlent pas des souffrances vécues par tous ceux qui sont brisés dans leur vie professionnelle à cause de mesures dont on n’est pas certain qu’elles soient les meilleures, ni même qu’elles soient vraiment efficaces, parce que personne ne sait réellement ce qu’elles permettent d’éviter – c’est une évidence, on ne peut pas savoir l’étendue de ce qui ne s’est pas produit. Il faut la foi et la foi des autres, ça se crée et s’entretient.

Il faut donc accentuer la pression, faire apparaître le vaccin comme « la » planche de salut. On en reconnaît les éventuelles faiblesses, mais en rendant la vie de tous les jours insupportable à beaucoup de personnes (la menace des quarantaines souvent inutiles mais surveillées pénalement en est un exemple), on finira bien par atteindre les 60 % à 70% de personnes acceptant de se faire vacciner, voire exerçant une pression sur les autres au nom d’une solidarité de la peur et de la méfiance.

Plus le vaccin approche plus la déshumanisation des mesures et des propos s’intensifie

Et je continue de plaindre les décideurs politiques d’être les otages involontaires de scientifiques loin du terrain humain.

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

48 réponses à “Crise sanitaire, crise économique, crise humaine surtout

  1. Vous avez bien résumés les paramètres impliqués dans la gestion de cette crise sanitaire et ses conséquences économiques et humaines. J’ai finalement l’impression que la difficulté majeure reste le paramètre culture. De ce point de vue, le virus aura malheureusement toujours une longueur d’avance.

  2. Un autre paramètre me semble devoir être rajouté celui de la culture. Là réside aussi la complexité des solutions devant cette crise sanitaire. Ne parlons pas de la crise climatique qui se profile à l’horizon.

  3. Chère Madame, merci encore pour votre article.
    Vous posez la question de base:
    « Qui tient compte des dégâts humains du yoyo sanitaire imposé aux cafetiers-restaurateurs ? »
    Je poserai différemment cette question :
    « Qui sont les responsables de cette gabegie, de ce manque de coordination entre cantons, de ce désastre ? »
    Et la question suivante serait :
    « Comment devrons nous sanctionner ces comportements irresponsables à la tête de nos cantons ou de notre Pays ? » En les nommant « président » ?
    Comme toute entreprise, l’Etat doit être géré par des « administrateurs-gérant » qui doivent rendre des comptes, qui doivent répondre de leurs actes, et qui doivent être promus ou sanctionnés en fonction de leur résultat.
    Les cafetiers-restaurateurs seront au bord du gouffre en février, ce seront les victimes de ces actes.
    Qui va devoir réparer ce tort ?

    1. Le virus est malin et a prévu le coup: une des séquelles, c’est une perte du goût et de l’odorat qui touche 80 % des personnes (tous âges confondus). C’est assez spectaculaire car vous ne ferez pas de différence entre une bière, d’eau ou de vinaigre… en principe, ça revient après entre 1 à 6 mois après mais pas toujours. La cheffe de cuisine de l’années 2019 en a fait l’expérience. Et parfois, ça ne revient pas comme avant…

      La clientèle des gastros risque de se faire rare en cas d’explosion des cas …

      Bien sûr, dans ce cas, les restos pourront rouvrir 24/7 et sans port du masque… et sans aide de l’Etat (donc des simples citoyens comme vous et moi).

      Parfois, l’économie ne peut pas passer avant la santé…

  4. Personne ne tient compte de la détresse humaine que représente le manque de préparation de nos autorités, leur incapacité à se coordonner et leur incompétence notoire puisque maintenant cette incompétence est visible de tous !
    Mais heureusement qu’on a un Président ultra-compétent pour donner un coup de fouet à tous ces cafetiers-restaurateur qui dorment sur leur oreiller de paresse !
    Ils se sont vraiment fichus de la tête de nos restaurateurs et de bien d’autres encore !
    C’est lamentable !

  5. 100% d’accord. Regardez la vidéo de M. Fr.de Siebenthal, qui dure 25 min. C’est édifiant et dans le même sujet !
    Site avec François de Siebenthal:
    tps://youtu.be/PHZWhHnrfQE

  6. Vous avez entièrement raison – les “dommages collatéraux” de cette gestion de crise sanitaire sont le moindre des soucis des experts autoproclamés de la “Task Force” dont les conflits d’intérêts avec l’industrie pharma devraient être investigués par une commission parlementaire. Astra Zeneca vient de publier des résultats de Phase 3 qui font peur : il n’y aurait pas autant d’effets secondaires graves du vaccin sur les premiers 23’000 volontaires (lire cobayes). Lorsque les vieillards poussés par la peur à se faire vacciner commenceront à quitter les rangs de l’AVS et rejoindront ceux morts de chagrin de ne plus être autorisés à voir leur famille, l’objectif sera considérés atteint: l’assainissement des finances de l’AVS sera pour bientôt.

  7. Ces dommages touchent les restaurateurs, les cafetiers, les petits artisans… Mais on parle très peu des dommages psychologiques subis par nos aînés dans leurs EMS. Depuis une dizaine de mois, ils sont incarcérés dans leurs homes, parfois dans leurs seules chambres, avec pour tout contact des personnes masquées. Malgré l’engagement remarquable des collaboratrices/teurs de ces établissements, c’est un vide affectif sidéral qui s’est ouvert devant ces aînés. Sous prétexte de les protéger. Certes, ils font partie des personnes dites “à risques” mais elles sont au soir de leur vie et, pour toute lumière, il ne leur reste que la visite de leurs proches. Et ça, ça ne se remplace pas avec le téléphone, Skype ou une micro-visite de 30 minutes à une personne. Beaucoup sont décédés. La plupart sont dans la statistiques des “covid”. Combien sont-ils qui sont morts d’ennui, de déprime, d’abandon. Combien ont succombé, hors statistiques de l’OFSP, du syndrome du glissement? Ce virus fait des dégâts bien au-delà de ce que nous disent les scientifiques.

    1. Les constatations que vous faites sont tristes et bien réelles, les médecins qui exercent une influence dans les prises de décisions ne les ignorent pas. L’isolement accru des personnes en EMS n’a pas pour seul but de les protéger, mais aussi de freiner impérativement la propagation d’un nouveau foyer d’infection (qui existe déjà), sur le même modèle que les restaurants où il s’agit de prendre une longueur d’avance. Pour les EMS la solution n’existe pas, du moins financièrement car vingt personnes ou plus dans l’établissement, à deux ou trois dans une chambre, coûte déjà en moyenne 7’500 Frs /mois /personne, subvention incluse. Celles-ci restent donc en « confinement collectif ». Les personnes âgées qui peuvent s’offrir une aide au foyer (non infirmière) à domicile 24h/24, solution qui limiterait sensiblement la contamination en chaîne, déboursent environ 12’000 Frs /mois, sans compter les passages journaliers du personnel paramédical du CMS, plus des heures de ménage facturées 80 Frs /h. La population suisse a fait ses expériences après avoir voté pour des Caisses maladie privées en remplacement de la Caisse commune, en croyant que nous allions moins payer « pour les autres ». Les gens âgés sont dans la catégorie de ces « autres », voyez les déclarations assez courantes telles que : « Le virus n’est pas si grave qu’on le dit, la majorité des cas de décès touchent des personnes déjà malades ou âgées… » Conclusion : La solidarité a un prix que peu de gens veulent payer, bien que personne ne soit à l’abri de contempler un jour son porte-monnaie vide, ou de sonder plus tôt que prévu la profondeur du cercueil du bout de sa pantoufle.

    2. Je ne peux qu’approuver votre commentaire. Ma maman m’avait dit au sortir du premier confinement qu’elle ne le referait pas une autre fois. Enfermée dans sa chambre, ne voyant que du staff masqué lui apporter un repas trois fois par jour, interdiction totale de recevoir des visites y compris de son fils unique, elle m’avait prévenue clairement qu’elle se laisserait mourir lors du prochain confinement. Elle a toujours fait ce qu’elle avait décidée et est décédée après cinq jours de refus de nourriture. Elle avait été confirmée négative au Covid quatre jours avant de mourir mais l’infirmière, très gênée, m’a confirmé que tous les décès à l’EMS devaient être signalés comme dus au Covid. Après cette expérience personnelle, j’ai perdu toute confiance en nos gestionnaires de cette crise sanitaire et leurs statistiques.

      1. Bonjour Eric D. Merci pour vos lignes. J’ai été effarée pour votre maman. Et je comprends trop bien pour la perte de confiance. Signaler tous les décès comme dus au COVID est une honte dans ce pays civilisé et riche ! Et cacher la vérité semble une pure routine administrative, ne laissant aucune chance de trouver la paix aux survivants.
        Pour rétablir la vérité, vous avez le droit de récupérer tout le dossier médical de votre mère (article 8, Loi sur la protection des données du 19 juin 1992). Y compris les notes manuscrites le cas échéant. Je l’ai fait lors du décès de ma propre mère afin de pouvoir lire moi-même les éléments importants du suivi médico-chirurgical, car j’ai dû exercer une très forte pression pour que les médecins et le personnel soignant respectent ses dernières volontés. En fait, pardonnez cette expression, mais en Romandie il faut “gueuler très haut et très fort” pour se faire respecter en milieu médical ou paramédical. Et si possible avoir des relations dans ce milieu pourri, cela aide sensiblement !
        Par la suite, un chirurgien bien trop pressé de mutiler et qui avait tenté de contrer ses directives anticipées a été obligé de s’excuser envers moi.
        C’est un fait connu: Les soignants comptent sur notre détresse pour tricher et systématiquement maquiller les données du dossier.
        Cette histoire s’est déroulée dans le Canton de Vaud, établissement public ayant une fâcheuse tendance à ne JAMAIS vouloir respecter les documents très clairs établis par les patient(e)s.
        Je partage votre peine et votre perte totale de confiance.
        Voir le nouveau texte de Prof. S. Sandoz au sujet de la pharmacopée anti-Covid et des scandales y relatifs. Excellent sujet relatant un problème vieux comme le monde = les mensonges éhontés à buts exclusivement financiers.

        1. @Eliane AB: Chère Madame, merci de tout cœur pour cette information et votre compassion. J’écrirai à l’EMS pour obtenir le dossier médical de ma maman. Elle aussi est décédée dans le Canton de Vaud. Les incitations financières pour magouiller les statistiques doivent être importantes, je le crains. Portez-vous bien et bonnes Fêtes de fin d’année !

  8. Les décideurs politiques sont les otages involontaires de scientifiques loin du terrain humain. Peut-être sont-ils les otages (in)volontaires des big pharmas et des milliardaires qui se tirent la bourre pour être en tête des plus grandes fortunes mondiales.

    1. Je me permets de vous donner un avis sur vos propos : “Les décideurs politiques sont les otages involontaires de scientifiques…”
      NON, les politiciens ne sont otages que de leur cupidité !
      Cupidité alimentée par les lobbyistes qui les draguent !
      Je me permets ces propos en toute connaissance de cause … par le prisme d’une longue “tradition familiale”.
      Les scientifiques donnent un avis technique, et n’ont quasi aucune influence car sinon le CF aurait déjà fermé les stations de ski avant le début de saison et ordonné un couvre-feu comme et des mesures d’hygiènes plus draconiennes comme cela se passe dans des pays responsables comme Taiwan par exemple.

      1. Etonnant que vous commentiez sur ma première phrase que j’ai tirée du texte de Madame Sandoz et rien sur la deuxième qui est de mon crû? D’autant plus que ma phrase va dans votre sens.

  9. Bien que ne voulant pas jeter de la braise sur le feu, chère Madame Sandoz, pensez-vous sincèrement que,
    malgré votre naissance en pleine guerre WWII, votre papa militaire et votre admiration, que l’on peut comprendre, pour tous ces bataillons de crétins au pas de l’oie, vous avez encore quelque chose à apporter à la Suisse???

    P.S. Seriez-vous parent ou ami avec le Sieur Neyrinck?
    Non, je vous pose la question, car aussitôt l’attaqué-je, vous sortez à la rescousse.
    Sans doute un réflexe de presque contemporains?

      1. Il ne s’agit pas d’insulte, mais d’une question à Madame Sandoz qui était corona-sceptique, il y a peu et qui se plaint maintenant de la pagaille générée par ce virus.

        Virus endémique mondial, dont vous en conviendrez, personne ne sait rien, même d’un vaccin et dont la contention, donc les mesures, n’est facile, ni pour les scientifiques, ni pour les politiques, ni pour le public. Et ça ne va pas aller en s’arrangent, le moral de tous étant au plus bas.

        1. Non, bien sûr, il ne s’agit pas d’insulte mais, venant de vous, sans doute d’un compliment – du genre de ceux dont vous avez habitué ad nauseam les auteurs et lecteurs des blogs depuis plus d’un an – avec pour cibles privilégiées madame Sandoz et monsieur Neirynck, semble-t-il. Par décence, je m’abstiens de les répéter ici. En faire la liste serait pourtant aisé et fournirait même un intéressant objet d’étude à un spécialiste….

          Ne confondez-vous pas débat public et cassage de gueule?

    1. Quand donc Mme Sandoz cessera-t’elle de publier les insultes dont Wilhem l’abreuve depuis que ce blog existe ? Bien des lecteurs sont agacés par les attaques déplacées de ce monsieur.

    2. Les auteurs(es) de blogs qui publient les écrits de Ollie ont une conscience XXL de la liberté d’expression. Et pour le journal ce n’est pas bien différent du bistrot où l’habituel client ivre dérange tout le monde, celui-ci paye ses chopes de bière, et Ollie son abonnement…

      1. Ne réponds normalement plus aux anonymes (…), mais je ferai une exception avec vous, dear Dominic, car et malgré … des commentaires à hue et à dia, vous me paraissez un bon gars, même si votre compréhension fût un peu délétère.

        Après avoir voulu soutenir le Temps avec un abo de trois mois, ils m’en ont facturé six et sans un mot d’excuse, ou alors ils ne lisent pas ces blogs?

        29 balles par mois pour un torchon hésitant entre le masque “fait maison”, le restaurant où la révolution s’annonce …, la planète délètere, la bourse au pinacle et autres pseudo-farces (pro entreprises responsables), je n’en ai pas les moyens, sorry

    3. Wilhem, ce n’est parce que vous avez cessé de vous adresser à Madame Sandoz par son prénom que vous pouvez continuer à l’insulter.

  10. Merci Madame Sandoz pour votre “coup de gueule” si vous me permettez l’expression. Autant de clarté ne peux rester dans l’ombre, je me suis empressé de le diffusé auprès de mes modestes contacts. Merci pour vos analyses pertinentes pleines de lucidité.

  11. Il me semble Madame que vous prenez les choses à rebrousse-poil. Ce n’est pas le météorologue qui est responsable de la tornade, simplement il aide le politicien à prendre les mesures préventives nécessaires qui, elles, feront le désespoir de certains fortement touchés. Pour ce virus aussi, ce sont les décideurs (comme ils aiment qu’on les appellent) qui prennent des mesures sans évoquer un seul instant… comme vous le dites avec tant de nuance ! Ils ont une tache ingrate et difficile, je l’admets volontiers ; ils sont entre le marteau de l’économie et l’enclume de la science (ou le contraire !). Mais que votre point de vue de politicienne ne tente pas de rejeter la faute sur les autres, les scientifiques ou les économistes, dont leur science permet de prévoir les dangers et leur conscience de les annoncer.

    1. +1
      Encore une fois le billet d’origine mélange, volontairement ou non, causes, conséquences et corrélations autour d’un vrai problème. Le fan club de complotistes inconséquents et de gens de bonne foi, frustrés par la situation et par leur incapacité à saisir un problème à 150 variables ou à accepter l’absence de réponse(s) définitive(s) applaudit des deux mains.

  12. Bonjour Professeure et merci infiniment pour vos lignes.
    Je vous rassure, les scientifiques, les pseudo-scientifiques ne s’intéressent JAMAIS à la souffrance humaine. Il font “semblant” et cette petite phrase de mon enfance m’est soudain revenue en mémoire “vilaine fille, arrêtes de faire semblant”.
    Mais encore je vous affirme que les scientifiques n’ont aucun état d’âme lorsqu’ils mutilent inutilement des humains (aucun âge précis) sous couvert de tests médicamenteux avec telle ou telle nouveauté “qui promet peut-être des miracles” dans la pharmacopée. Via des protocoles dont les phrases ont été soigneusement élaborées pour endormir les plus crédules, ils mutilent d’abord une énorme quantité de divers rongeurs, souvent des singes, parfois des chats (phase animale) puis en toute gaité des humains. Les cibles c’est nous les humains. Le quidam pourrait me rétorquer que les patient(e)s et familles doivent avant tout signer des “consentements” – c’est vrai – néanmoins il faudrait d’abord comprendre la prose “scientifique” et c’est loin d’être facile pour le commun des mortel(le)s. La plupart du temps les patient(e)s et familles sont anesthésié(e)s par l’épreuve à traverser et signent sans vraiment savoir. Ensuite c’est trop tard, hélas.

    Puis, lorsque tout dérape, il n’y a jamais aucun regret ni aucune excuse. Toutes les victimes humaines des expérimentations médicamenteuses peuvent le confirmer. Direction = benne à ordures. Rires gras des scientifiques et quelques lignes dans leurs articles (% de compliance).
    Pour le vaccin XYZ, la méthode “voie de contournement” est utilisée au vu et au su de nous toutes et tous. Nous écoutons “bouche bée” divers experts. Nous nous laissons endormir par des phrases anesthésiantes très subtilement tournées. Et malheureusement pour nous, les médias sont complices et accordent très peu de temps d’antenne aux “effets secondaires graves inconnus” (car nous sommes dans l’inconnu).
    Et à nouveau une image d’enfance me vient à l’esprit: “Bois ton sirop et vas jouer ….. “.
    Oui Professeure Sandoz, les scientifiques nous maltraitent pour soigner leurs égos surdimensionnés et les politiques nous saoulent de belles paroles, d’injonctions et de menaces à peine camouflées. Il n’y a pas un jour sans nouvelle menace. Alors que de toute évidence ces mêmes politiques nagent eux-mêmes dans les propos incohérents et détruisent notre société (un décret annulant un autre décret etc.).
    Et comme toujours, les scientifiques, les politiques, les dirigeants seront absouts de tout péché. Nous autres simples mortels seront punis.
    Je m’inquiète beaucoup pour nos libertés individuelles mais encore plus pour celles des générations futures. Entre-temps, résistons.

    Suggestion de lecture “Bréviaire des politiciens”, Cardinal Mazarin. Un texte d’une incroyable actualité. Je cite “Mazarin nous donne une splendide image de l’obtention du pouvoir grâce à la simple manipulation du consensus”.

    1. @Eliane AB : Madame, je ne saurais vous contredire mais vous êtes consciente du fait que les moutons médiocres vous taxeront de complotiste. Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud, a écrit des ouvrages séminaux sur la manipulation des masses populaires qui ont façonné les dictatures nazie et soviétique. Ses livres sont toujours disponibles et je soupçonne nos “Sages” et leurs experts autoproclamés de les avoir étudiés attentivement, au vu de la gestion de cette crise sanitaire.

      1. Bonjour Eric D.
        Oui je suis bien consciente. J’assume entièrement car je connais les 2 côtés du miroir …. Merci beaucoup pour la référence. J’ai trouvé l’ouvrage “Propaganda: comment manipuler l’opinion en démocratie” d’Edward Bernays. Il est commandé pour mon éducation permanente.
        Vous aurez noté la valse endiablée des scientifiques interviewés par les médias depuis maintenant presque un an.
        Et sans mémoire infaillible, nous pourrions avoir déjà oublié les tout premiers intervenants composant le rythme discordant de cette pantomime.
        Bizarre, cela me fait penser aux derviches tourneurs, mais en beaucoup moins sain et/ou spirituel !
        Portez-vous bien.

  13. Je viens de lire ces 15 commentaires ci-dessus,et,pour être bref,la conclussion est toujours la mëme:La Suisse,à l’ìnstar de l’UE n’est qu’un rassemblement de cantons pour faire du profit…quelques un.e.s,et ,votre parti à la tête (il ne faut que lire des “Histoire de la Suisse” de tous les couleurs),et les lobbys de la banque,farma,matières premières,tabac,etc, qui son derrière,vont toujours défendre la liberté de marché et “chacun pour soi même”
    Pas un mot pour l’option de fermer ces endroits dont,à bout de compte,le brassage favorise la contagion et,comme on l’a vu PARTOUT DANS LE MONDE,seulement sa fermeture peut enrayer le developpement incontrolé du virus.
    Mais,et c’est ici dont votre parti et l’UDC ne seront jamais POUR,il faut les dédommager comme on le fait dans les pays voisins de votre SUISSE MODELE et méme en Espagne,et c’est pour ça qu’en France,pays dont,heureusement ,la population sort à la rue devant les injustices, ellen’a pas encore fait un grêve pour une fermetur qui,pour l’instat,va durer jusqu’à mi janvier

  14. Crise humaine je suis assez d’accord. Vous semblez aimer les dictons: “plaie d’argent n’est pas mortelle”. L’humain, ce n’est pas que le fric… on peut sauver un business avec des aides (certes en générant de la dette mais vu que le monde entier est dans la même situation, ça ne nuira pas à la Suisse), mais on peut pas ramener un mort à la vie ou réparer des poumons détruits.

    Il est bien de mentionner les restaurateurs mais votre blog ne semble pas se préoccuper du personnel soignant dont une partie a payé le prix fort (séquelles permanentes et décès) en allant travailler. Or si les hôpitaux sont bondés, c’est bien parce que nous avons un record de contamination du à des mesures peu appliquées… (il suffit de comparer la gestion des deux vagues pour en avoir la preuve).

    Avant de promettre des réouvertures à la population, vous seriez bien avisée de vous assurer qu’il restera suffisament de personnel soignant pour gérer les dégâts de cette 2ème vague… car si ceux-ci devaient atteindre le point de rupture, nous serions alors tous cloués à la maison durant 2 mois dans un confinement strict …

    Le deal, c’était moins de 1000 cas par jour pas 5000…

    1. «plaie d’argent n’est pas mortelle»

      A votre place j’attendrai un peu avant d’être aussi affirmative.
      Les prochains mois et années pourraient nous réserver bien des surprises.

      1. Pour l’instant, il semble que la majorité de la population n’ait pas encore trop souffert sur ce plan. Quand on pleure pour pouvoir sortir en boite, aller au restaurant, partir en vacances de ski et voyager à l’autre bout du monde, c’est que les choses ne vont pas si mal. L’immobilier est en hausse (notamment les achats de résidences secondaires à la campagne). Les Suisses ont vidé les stocks de téléphones portables haut de gamme et autres gadgets électroniques lors du Black Friday. Les rebonds de la bourse ont généré de belles plus values dans la finance…

        Le franc Suisse est tellement fort depuis des années que l’on souffre des taux négatifs, un peu de dette pour renflouer les secteurs les plus touchés ne devrait pas faire de mal pour l’affaiblir un peu.

        Le problème, ce n’est pas la richesse totale (si la Suisse ne s’en sort pas, quel pays pourrait s’en sortir ?), ce sont les inégalités croissantes qui ont été encore accentuées par cette crise.

        Par contre, si la Suisse n’est pas capable de contrôler cette pandémie et d’assurer la sécurité, ce n’est pas que le forum de Davos qui risque de quitter la Suisse… …pas très sérieux de prétendre garder des organisation internationales comme l’OMS dans le pays bonnet d’âne de l’Europe…

    2. Je suis de tout coeur avec le personnel soignant qui doit être épuisé.

      Je dirais la chose suivante, c’est au tout début de cette crise que des erreurs incroyables ont été commises. Certains dirigeants d’entreprise comme Mme Babette Keller avait vu venir la catastrophe puisqu’elle avait dit lors d’une émission sur la RTS “Les Beaux Parleurs” qu’elle avait débuté la confection de masques au tout début de l’année 2020.

      Espérons vivement que lors d’un prochain virus, notre “task force” et experts médicaux réagiront plus rapidement.

      Et surtout cessons de culpabiliser les citoyens lambda qui ont été pour la plupart très précautionneux et qui ont respecté toutes les directives.

      Une des questions que je soulève ici, c’est l’efficacité des masques, est-ce que ceux que l’on achète en pharmacie sont si efficaces que cela ? Comment pouvons nous expliquer que dans le canton de Vaud, la courbe est encore trop haute alors que les citoyens ont été très prudents dès mars 2020 avec il est vrai un léger relâchement en juillet 2020.

      Le Dr. Pittet l’a bien mentionné dans son livre, les principales mesures sont l’hygiène des mains, la distanciation physique et le masque. Mais porter le masque et se tenir à 20 cm des gens comme on le voit bien trop souvent, c’est donner trop d’importance à ce dernier, c’est une fausse sécurité très dangereuse.

      Finalement je dirais que c’est dommage que nos experts divers et variés ne mentionnent jamais l’importance de préserver notre immunité Il est clair que les discours catastrophiques n’aident pas car ils favorisent l’insomnie et par voie de conséquence baissent l’immunité.

      Mes meilleurs voeux pour 2021.

      1. @Chantal : Les masques vendus dans le commerce sont en polyamide ou polypropylène. Leur maillage est de 2,5 microns alors que le Covid-19 a été mesuré entre 0,8 et 1,5 microns. De plus en plus d’experts en épidémiologie et virologie sont d’accord que le port du masque ne protège ni le porteur ni son entourage à moins de garder ses distances. En d’autres termes, seule la “distanciation sociale” serait efficace ce qui démontre, à mon avis, que les amendes infligées pour défaut ou mauvais port de masque sont juste un moyen de plumer le citoyen un peu plus.

        1. Combien faut-il ingérer de virus pour avoir une probabilité de 50% d’être malade ? On n’en sait rien.
          Combien les masque retiennent-il de virus en sortie ? On dit 98%.
          Combien les masques retiennent de virus en entrée ? On dit 95 %
          Combien avez-vous croisés de virus hier ?
          Bref l’équation a plusieurs variables, est non linéaire, etc. La seule chose que l’on peut dire est que le masque diminue la transmissibilité, toutes choses égales par ailleurs.

          PS. Les virus de 0.5 microns sont retenus en (grande?) partie par effet électrostatique.

      2. Il y a beaucoup de vrai dans ce que vous dites notamment sur le besoin de garder une hygiène de vie et maintenir sa vie sociale pour éviter de s’affaiblir.

        Je suis moins d’accord sur l’adhésion de la population aux mesures: les multiples photos sur les réseaux sociaux sont une preuve d’un relâchement important. D’autre part, sous la pression des milieux sceptiques, certains se sont trouvés marginalisés au travail ou dans leur vie sociale et ont abandonné les mesures. Je connais deux cas dramatiques où cela s’est soldé en entraînant le décès d’un proche et un autre cas d’invalidité permanente.

        Vos questions sur le masque sont légitimes. Il y eu pas mal d’études qui ont finalement conclu à une bonne efficacité. Quand à la distance, le personnel médical n’a pas vraiment le choix. Difficile de soigner en restant à 1.5 m des malades. Idem pour les coiffeurs et autres professions demandant un contact rapproché. Les masques FFP2 et FFP3 offrent alors une bien meilleure protection que les masques simples.

        Outre le masque, l’aération des pièces notamment au travail et dans les endroits de réunion (écoles, etc) est aussi très importante.

        Votre commentaire démontre aussi que la campagne de communication auprès de la population a été un échec total. Les communes, proches des citoyens, sont restées dans l’ombre et n’y a eu ni les relais ni les dialogues nécessaires. Beaucoup de gens sont sont retrouvés perdus à devoir faire des choses sans comprendre pourquoi avec de plus des changements de directives toutes les semaines.

        Ces forums auraient pu être de bons lieux d’entre-aide mais sont vite tombés dans la polarisation: les “pros” contre les “anti” et chacun qui reste sur son opinion.

        Portez vous bien.

        Si jamais, un peu de lecture sur les masques:

        w.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/07/17/trois-idees-fausses-sur-les-masques-et-la-lutte-contre-la-pandemie-de-covid-19_6046546_4355770.html

        w.nature.com/articles/d41586-020-02801-8
        experimental.unige.ch/2020/08/16/une-methode-simple-pour-mesurer-lefficacite-des-masques-contre-le-covid-19/

        w.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-masque-efficaces_fr_5f310b1fc5b64d7a55f5c36f

        w.pnas.org/content/early/2020/12/02/2015954117
        health.clevelandclinic.org/new-study-highlights-new-evidence-that-masks-prevent-coronavirus-spread/

        w.medicalnewstoday.com/articles/covid-19-and-face-masks-to-wear-or-not-to-wear

        w.npr.org/sections/health-shots/2020/11/11/933903848/wear-masks-to-protect-yourself-from-the-coronavirus-not-only-others-cdc-stresses?t=1607812121700

        w.quebecscience.qc.ca/sante/efficacite-masque-recentes-etudes/

        w.pourlascience.fr/sr/covid-19/les-masques-sont-ils-efficaces-contre-le-covid-19-20264.php

        w.revmed.ch/covid-19/COVID-que-nous-dit-ou-pas-la-science-sur-l-efficacite-des-masques

  15. Votre discours semble reporter une fois de plus la responsabilité de cette pandémie sur divers acteurs, dont les scientifiques ou les autorités.

    Voici ce que vous écriviez il n’y pas si longtemps: “on se demande si le virus est vraiment si terrible”, “on rêve que les amis et connaissances médecins ou pharmaciens qui … osent clamer publiquement leurs doutes et leurs critiques scientifiques”.

    On peut y ajouter votre engouement pour les crachoirs (euh pardon les masques…) qui m’a convaincu que toute apparition publique avec une telle horreur sur le visage ruinerait à jamais ma vie sociale.

    Comme vous, beaucoup ont cru que cette pandémie était exagérée, que la gripette ne tuait que les vieux en très mauvaise santé et qu’il n’y avait pas de quoi en faire tout un plat, que le remède était pire que le mal et que les masques étaient inutiles voire dangereux. Laissons donc faire la nature et tout finira par se résoudre. Bref, tout cela n’était pas de nature à encourager un respect strict des mesures…

    De nombreux restaurants et bars sont aussi tombés dans le panneau comme en témoignent de nombreuses photos sur les réseaux sociaux.

    Nous avons donc pris la tête du classement des pires pays d’Europe et il a fallu payer l’addition. Nous avons cependant à nouveau discuté le montant et demandé d’étaler les versements… résultat, nous devions, d’ici Noël, ramener un peu de calme dans le hôpitaux et éviter de décimer la population…. nous en sommes encore loin même si les cantons romands ne sont plus les pires cancres…

    Nous sommes les seuls responsables de ce qui arrive et c’est ce qui entraîne aujourd’hui des fermetures prolongées. Blâmer la science ou l’Etat n’y changera rien.

    Il est démontré que plus des mesures strictes sont prises tôt, plus on en raccourci la durée et donc l’impact sanitaire et économique, donc aussi la durée de fermeture des restaurants.

    Mais la population n’était pas prête pour cela en septembre et certains ont utilisé leur influence pour décrédibiliser les mesures avec un égoiste dessein. Les restaurateurs qui ont signé le référendum anti-covid lancé en juin se sont bien fait avoir: les autorités ont préféré reculer et attendre que la situation se dégrade salement avant d’avancer prudemment à nouveau. Les commerces et les secteurs les plus faibles (artisants, commerces, etc) ont alors pris très cher, les plus forts en ont profité (eCommerce, informatique, finance, pharma, etc).

    Quand au vaccin, votre contribution à relativiser cette pandémie qui se termine en flambée de cas est la meilleure promotion que vous pouviez lui faire. Si j’avais été une Big-Pharma, je crois que j’aurais encensé à votre blog…

    1. @Bertrand : “Il est démontré que plus des mesures strictes sont prises tôt, plus on en raccourci la durée et donc l’impact sanitaire et économique, donc aussi la durée de fermeture des restaurants.”
      Je vous répondrai comme des millions d’électeurs américains le font à Trump: citez vos preuves !
      Les pays d’Europe avec les lockdowns les plus ravageurs de l’économie sont ceux qui ont le plus de “cas” et de décès attribués au SARS-Cov-2. Russie, France, UK, Espagne, Italie, Allemagne, etc. si l’on peut accorder du crédit aux chiffres publiés sur Worldometers.info. La Suède, sans détruire son économie de façon aussi brutale comme le reste de l’Europe, compterait actuellement 7’354 décès et la Suisse 5’867 (chiffres relevés le 11.12.20 à 13:32). I rest my case…

      1. Des sources ? Tout est sur le site de l’OFSP, comparez simplement la gestion de la 1ère vague et de la 2ème vague (qui ne se terminera probablement pas avant février-mars prochain). Autres sources ? Les chiffres des pays d’Asie du Sud Est, de Taiwan, de la Corée du Sud, de la Chine, de la Nouvelle-Zélande… outre le fait qu’on y vit presque normalement, le rebond de l’économie semble se confirmer.

        La Suède ? Vos informations datent peut-être un peu: outre une mortalité largement supérieure aux pays voisin, le pays a fait un virage à 180 degrés vu le désastre… il y eu confinement dans certaines villes, les lycées ont été fermés, etc. De plus, son économie ne se porte pas mieux. Ce n’est pas vraiment une référence.

        Les USA sont une autre preuve: à chaque fois qu’il y a eu un relâchement des mesures, les cas et la mortalité ont explosé… (par exemple: le résultat des fêtes de Thanksgiving, ça n’a pas raté…).

        Quand aux pays voisins, il est opportun de mettre vos statistiques à jour avec la 2ème vague: 5’136 cas aujourd’hui cela correspondrait à 39’000 cas en France ou à 50’000 cas en Allemagne…. 106 morts aujourd’hui, cela correspondrait à 800 morts en France, 1’035 morts en Allemagne et plus de 3’900 aux USA… c’est un franc succès, en deux mois, on n’a résussi qu’a stopper la progression avec un taux légèrement supérieur à 1… sauf dans les cantons romands où les quelques mesures ont permis une légère diminution…

        Les pays Européens sont en train de reprendre progressivement le contrôle sur la pandémie (la France comptait 3 fois moins de cas par habitant que la Suisse hier). La Suisse s’enlise… (regardez la courbe).

        CQFD.

        1. @Bertrand: “Tout est sur le site de l’OFSP”… Évidemment, si vous faites confiance au site du gouvernement, vous devez aussi croire au Père Noël, au Lapin de Pâques et au fait que je suis propriétaire du Cervin… Tout est question de croyance, après tout, non ?

          1. Difficile de dialoguer avec quelqu’un qui se défile dès qu’une argumentation est quelque peu étayée. Vous auriez pu apporter une critique de ces chiffres mais ce n’est pas le cas et on retombe dans le complotisme (le méchant gouvernement qui nous cache quelque chose). Sans bonne fois, il n’y pas de contribution constructive.

            Je pense que ces chiffres sont globalement crédible. Malheureusement ce n’est pas grâce au père Noël: j’ai fait une petite statistique dans mon entourage direct (plusieurs centaines de personnes) et constaté plus ou moins sur les mêmes proportions. Des amis médecins dans les hôpitaux m’ont confirmé que la situation n’était pas brillante. Je suis aussi en contact avec des collègues qui travaillent dans divers pays (USA, Chine, Brésil, etc) et il est facile de prendre la température…

            La Suisse n’est plus dans une bonne situation et il est temps que le virus soit pris au sérieux par tous. Le déni et la promotion de fausses informations est devenu dangereux.

            Plus qu’à un lapin de Pâques, vous me faites penser à un pilote … ignorant ses instruments car ce qu’il lit ne lui plaît pas…

          2. @Bertrand : comme pilote, je n’ai pas mon regard fixé sur un seul instrument de mesure (OFSP) mais je garde à l’œil tous les instruments nécessaires à assurer ma sécurité. Donc, je m’informe en permanence. … Comme je l’ai dit, tout est question de croyances. Votre religion paraît être le covidisme et vous avez le droit de le pratiquer. … Let’s just agree to disagree…

          3. @Eric D: Si vous pensez que OFSP fait dans le complotisme, alors comparez avec le WHO (organisation mondiale de la santé) et la jHU (Johns Hopkins University) et vous verrez que les chiffres sont presque les mêmes

          4. @Eric D.

            Chacun son opinion et ses croyances, pas de problème, c’est très sain. Pas contre, les faits alternatifs sont un problème car ils influencent précisement la croyance et ne font qu’empirer les choses. On peut tous se tromper mais il faut savoir alors reconnaitre ses erreurs…

            La tendance dans ce blog il y peu de temps, c’était: “on se demande si le virus est si terrible”, “il n’y pas de pandémie” et “immunité collective”.

            Ma remarque concernant les mesures n’est pas une opinion mais un fait constaté scientifiquement quelles que soient les sources et parfaitement reproductible.

            On peut avoir une opinion contraire sur les coûts/bénéfices de ces mesures, préférer sacrifier telle ou telle partie de la population, accepter un niveau de risque plus élevé, donner la préférence à l’économie.

            Par contre prétendre que des mesures tardives et mal suivies n’a pas d’influence sur la mortalité n’est plus du domaine de l’opinion.

      2. La situation de la Suède est catastrophique avec une 2ème vague qui bat tous les records de cas et de mortalité. Les hôpitaux sont au bord de l’implosion. Des mesures, dont le port du masque, ont été introduites en urgence. Bref, aussi bien les responsables politiques que d’autres acteurs s’accordent sur l’échec total de cette approche qui mène à un cul-de-sac…

  16. Matière à penser:

    1) “«Notre gouvernement n’est plus défenseur des valeurs fondamentales de notre société»”
    Prof. P. Saegesser

    ww.limpertinentmedia.com/post/notre-gouvernement-n-est-plus-d%C3%A9fenseur-des-valeurs-fondamentales-de-notre-soci%C3%A9t%C3%A9

    2) “On a l’impression qu’on a perdu les repères de la société, que nous médecins avons perdu des repères pour soigner les malades; il y a un espèce de bouleversement. Je pense qu’on n’a jamais eu autant besoin de philosophes.
    Dr P. Pelloux

    ww.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/patrick-pelloux-hopital-un-etat-durgence-permanent

    3) “Nous sommes constamment soumis, y compris dans notre intimité et dans nos loisirs, à la logique du travail. Plus que jamais, nous vivons dans une société de consumation qui se caractérise par une fuite en avant permanente, la destruction de l’écosystème. Nous en sommes tous à la fois les complices et les victimes, par notre alimentation, nos divertissements, notre fascination pour les soi-disant “progrès” techniques. Nous répondons à l’injonction du produire-consommer à tout prix, sans réfléchir aux conséquences pour la planète, l’humanité ou nous-mêmes. Fort de ce constat, l’auteur propose différents axes de réflexions et possibilités de résistance. Et si, justement, ne rien faire était une partie de la solution ? Si l’ennui, le chômage, la paresse n’étaient pas des fautes morales ou des problèmes économiques, mais l’ouverture à de nouveaux possibles de création et d’émancipation ? ”

    ww.payot.ch/Detail/la_societe_de_consumation-thomas_schauder-9791093576633?cId=0

    4) Et des discussions avec 2 passionnant.e.s philosophes dont les pistes de réflexion ouvrent un trps vaste et inspirant champ de possible =>

    a) Barbara Stiegler: tps://lamanufacturedidees.org/2020/05/05/barbara-stiegler/

    b) Harmut Rosa: tps://lamanufacturedidees.org/2020/04/20/hartmut-rosa/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *