PMA et fabrique d’orphelins ou la revendication de l’égalité par rapport à un droit qui n’existe pas.

Le jour de juin où le Conseil national a voté le droit à la PMA en rapport avec le mariage pour tous, la RTS a montré, aux nouvelles de midi, une maternité ukrainienne et les quelque cent nouveau-nés, issus de mères porteuses, qui y attendent d’être livrés aux parents d’intention à qui ils ont été promis-vendus. On nous précise que, vu la pandémie, les parents ne peuvent pas venir chercher leur commande et qu’il arrive d’ailleurs qu’ils ne viennent jamais, pour une raison ou une autre. On nous a aussi précisé qu’il s’agissait en l’espèce en grande majorité de commandes d’acheteurs ukrainiens.

Bébés privés d’affection pour une durée indéterminée

La mère porteuse n’a pas la permission de serrer son bébé sur son cœur juste après la naissance, car elle ne doit pas risquer de s’attacher à celui qu’elle a porté pendant neuf mois puis de refuser d’exécuter la livraison promise à l’acheteur. Quant au personnel de la maternité, il ne doit pas non plus témoigner de tendresse aux bébés par peur que ceux-ci ne soient traumatisés quand ils devront changer d’adultes à l’arrivée de leurs acquéreurs.

Voilà donc une centaine de bébés – peut-être plus depuis lors et ailleurs – condamnés à manquer d’affection maternelle et paternelle pour une durée indéterminée et peut-être fabriqués avec le risque accepté d’entrée de cause de les rendre orphelins. C’est une situation d’une barbarie rare.

 

Ne jamais oublier que le mariage pour tous est toujours le premier pas vers ces fabriques inhumaines

Parce que l’institution du mariage est, depuis des siècles et des siècles, le SYMBOLE de la filiation, certaines personnes le considèrent comme la condition de la titularité d’un droit à l’enfant, droit qui n’existe pas. A cause de cette idéologie – entretenue par le triste développement de la PMA pour les couples hétérosexuels – certaines personnes, au nom d’un droit égal à un droit qui n’existe pas, réclament le mariage pour tous pour obtenir la PMA pour tous. Les pays qui ont déjà fait le pas du mariage pour tous ont aussi dans la plupart des cas, admis la PMA pour tous. Quelques-uns se préoccupent des mères porteuses et se demandent si elles sont suffisamment protégées, syndiquées, etc… Personne ne se soucie de l’enfant parce que celui-ci n’est plus qu’un objet courant auquel on prétend avoir droit et que l’on peut commander puis refuser selon ses envies ou les éventuels défauts de fabrication.

 

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

58 réponses à “PMA et fabrique d’orphelins ou la revendication de l’égalité par rapport à un droit qui n’existe pas.

  1. Des bébés en manque d’affection maternelle et paternelle qui vont développer des retards mentaux qu’il sera impossible de rattraper plus tard, Françoise Dolto l’a démontré il y a bien longtemps.

    1. Cet article devrait faire la UNE des quotidiens ! Cela pourrait peut-être faire réfléchir des élus…et tout ceux qui demandent l’égalité à tout prix !

      1. Ce que vous écrivez est juste, mais les bien-pensants ont réfléchi et ils ont trouvé que c’est le seul moyen d’arrêter la progression des verts. “Les verts”, parlons-en des verts. Leur doctrine est que les être humains et les animaux sont des espèces égaux qui se sont trouvés par hasard sur la planète et ils font du tort à la Nature. Leur idéal est de s’auto-détruire pour laisser la nature s’épanouir à nouveau. Des presque-tarés qui représentent 20% des voix en suisse. J’ai connu une mère célibataire “verte”, avant les verts, au début des années 90, elle préconisait que l’être humain fait du tort à l’arbre s’il lui arrache son fruit, d’après elle, il fallait attendre que le fruit tombe par terre pour le ramasser et le manger !

    2. Je pense qu’un Roi européen avait tenté l’expérience quelques siècles en arrière pour démontrer que le latin est une langue innée chez les nouveaux nés. Il avait ordonné aux infirmières de ne pas leur parler et les mettre à l’abri de l’expression humaine. Au bout d’un certain temps les bébés sont morts.

      1. Juste, c’était Fréderic II, “Stupor Mundi, roi de Sicile et de Germanie, et Empereur du Saint-Empire”. Sa curiosité et sa culture était immense et, même si cette expérience manquée est à posteriori d’une cruauté monstrueuse, la stature de ce grand homme n’a rien a voir avec les tout petits égoïstes et narcissiques apprentis-sorciers de nos jours.

        1. La cruauté de ce grand homme ne lui vaut donc pas d’être déprécié, il reste admirable pour sa curiosité et son immense culture. Il est vrai que les personnes qui s’investissent pour une humanité meilleure, se cassent les dents et persévèrent, ne doivent pas trop compter jouir d’une grande estime. On préfère s’identifier à la personne importante pour ce qu’elle a réussi pour elle-même, et dont la richesse d’esprit parvient à nos oreilles pour nous grandir. Je me souviens enfant avoir souvent entendu :
          « Hitler a fait beaucoup de mal… »
          — Oui, mais…
          On oublie vite les héros ou héroïnes qui ont fait beaucoup de bien sans en retirer un grand profit personnel. Quelque part ce sont des perdants qui ont raté leur vie, avec les mêmes efforts ils auraient pu s’élever plus haut, être enviés et admirés. Même par les faibles s’ils n’avaient pas choisi de les aider. La vraie pauvreté c’est de ne pouvoir se sentir riche dans aucun domaine, mais parfois il y a un Maître qui offre généreusement sa haute culture, sa grande curiosité, on lui pardonne donc sa monstrueuse cruauté parce que « cela n’a rien à voir » avec ce qui est merveilleux en lui. Pour les yeux et la soif de l’esprit, c’est un vrai rêve de richesse accessible !

          La génétique arrive bien après la technique spirituelle employée pour créer des êtres parfaits, ceci depuis des milliers d’années, c’est un vieux rêve qui peut-être se réalisera. Nous obtiendrons des Frédéric II à qui l’on aura ôté la cruauté. Les lions seront peut-être moins nobles sans leurs longues dents pointues, comme les chiens qui les ont toujours eues plus petites…

          1. Dominic, je ne voulais pas vous répondre parce qu’on était partis sur un “hors sujet”: mais votre réponse m’intrigue parce que, au delà de l’amertume, je n’ai pas compris votre message (ou, plutôt, j’i peur de l’avoir compris) et d’habitude je partage vos idées. Ça mérite une discussion plus articulée, mais ce n’est pas ici le lieu, ni la forme.
            C’est une des limites des blogs et de cette nouvelle forme de communication. Dans une autre vie on aurait pu en discuter…

  2. Aujourd’hui, le mouvement LGBT, en parallèle avec le nouveau féminisme, rejette en bloc les acquis de la psychologie. Tous les moyens sont bons pour discréditer ceux ou celles qui ont permis à l’humanité d’évoluer pour mieux se comprendre dans le cadre de la famille, de l’école, et ailleurs. Presque tout le monde en a bénéficié, et aujourd’hui c’est une minorité amplifiée qui veut imposer ses théories adaptées à son cas particulier. La première porte ouverte était la déclaration de l’OMS : « L’homosexualité n’est pas une maladie ». Cela a été suffisant pour que les mouvements homosexuels crient que l’homosexualité n’est pas un handicap, que ce peut être même un heureux choix, et que le seul réel problème est la non-reconnaissance de leur droit d’exister. Cette version irréaliste qui revendique « le droit d’aimer et d’avoir des enfants » trouve le consentement d’un public qui souhaite le bonheur pour tous. Que penser de cette citation (Paul Claudel) : « Ce n’est pas l’amour qui fait le mariage, mais le consentement ». Dommage que son auteur ne puisse donner son avis dans le contexte actuel.

    Un commentateur cite Françoise Dolto qui, pas plus que les autres psychologues ou psychiatres qui ont marqué le XXè siècle, a la chance d’être honorée par une rédaction dans ce journal. Comme me l’a répondu un président de parti dans un ancien blog écologiste : « Freud et les autres de cette époque, ce sont de vieilles théories qui n’ont plus cours ». Mais j’oubliais que Françoise Dolto est quand même apparue dans un article du Temps, pour que Vanessa Springora nous explique que ses théories apportaient une justification à la pédophilie… C’est sur ces vagues que Le Temps draine ses lecteurs…

  3. Il me semble qu’il y a une confusion regrettable entre Procréation Médicalement Assistée (PMA) qui ne pose aucun problème éthique sérieux, et Gestation Pour Autrui (GPA) qui , elle, en pose.
    Confusion involontaire ou pas : je me pose la question
    En outre une confusion malsaine est entretenue entre couples hétérosexuels et couples homosexuels.
    Pour les couples hétérosexuels, la PMA permet à ceux qui désirent avoir un enfant d’espérer en avoir un, avec fusion provoquée des gamètes des deux partenaires lorsque la vieille méthode artisanale pour la reproduction, de loin la plus agréable pour tout couple, a échouée : le recours à la PMA est un vrai parcours du combattant et, en cas de succès, le produit est un futur enfant vraiment désiré.
    Deuxième point un ovule humain fécondé n’est pas une personne, mais une personne potentielle, ce qui signifie tout simplement que l’avortement n’est pas un crime.

    1. Le problème n’est pas l’avortement – dont le sort est déjà réglé par la loi, qu’on l’aime ou non – le problème c’est la manière de “bricoler” à l’avenir la personne potentielle avec des dons d’ovules ou/et de sperme et en outre éventuellement des mères porteuses. Et ce “bricolage”-là est annoncé par le mariage pour tous. Il importe de ne pas tout mélanger.

      1. Mélanger PMA et GPA, couples hétérosexuels et couples homosexuels, le tout dans un flou artistique, empêche toute réflexion constructive.
        Être rigoureux ne nuit pas pour tout débat sérieux sur les mutations irréversibles de la notion, toujours historique, de famille et de filiation dans notre civilisation en particulier.
        Ces mutations de l’imaginaire collectif dans ce domaine, entre autres, sont les effets directs des progrès foudroyants dans les connaissances biologiques, et plus particulièrement en génétique , tant théoriques que pratiques.

        1. Il n’y a jamais eu aucune mutation. Dans aucune civilisation, à aucune époque, le mariage n’a été défini comme une institution destinée aux homosexuels. Le mariage a toujours été et sera toujours l’union d’un homme et d’une femme pour fonder une famille et si possible avoir des enfants. Il n’existera jamais de “mariage” homsexuel sauf par abus de langage. Ce qu’on tente de faire maintenant n’est pas de s’adapter à une évolution des moeurs, on ne fait que changer le sens des mots.

    2. Les conservateurs suisses ont voulu cette loi pour rester en phase avec les législations de l’UE. A terme, quand cette loi sera bien accrochée chez nous (possibilité de référendum) des entreprises s’installeront pour industrialiser les méthodes de procréation en profitant du sérieux des suisses. Une machination monstrueuse se prépare et nous (la Suisse) en serons les acteurs et les victimes à la fois.

  4. La situation de ces enfants est dramatique, et me retourne le ventre.

    Ces bébés sont des victimes de la crise pandémique actuelle, en non d’être nés d’une mère porteuse. D’autres bébés et enfants “bien nés” ont perdu un ou deux parents, et ce définitivement.

    Je pense aux “futurs” parents aussi, fussent-ils hétérosexuels et infertiles, hétérosexuels, ou homosexuels. En arriver à la GPA est, je pense, un acte de dernier recours, démontrant l’envie d’un enfant et les sacrifices que ces gens sont prêts à faire. On a le droit de s’interroger sur la moralité, la légalité dans certains cas, mais leur envie d’un enfant est difficilement questionnable.

    Si votre soucis ultime est le bien-être de l’enfant, pourquoi alors ne pas pousser l’exercice jusqu’au bout mais dans l’autre sens, et aller vers un permis à l’enfant. Les parents devraient comprendre ce que veux dire avoir un enfant, avoir suffisamment d’envie, d’amour et de moyens pour assurer un début de vie digne à leur(s) futur(s) petit(s) avant de pouvoir le(s) concevoir. Démonstration par l’absurde me direz-vous? En abstrayant le côté mise en pratique impossible, qui fait miroir à la PMA maintenant possible, alors je pense qu’elle ne l’est pas.

    En résumant dans l’autre sens, si le bonheur de l’enfant est le but ultime, alors il n’y a pas de droit à l’enfant, mais un permis à l’enfant, et ce de manière orthogonale à la PMA/GPA (super point bonus, avec à l’horizon la question sur l’eugénisme).

    Seriez-vous prête à défendre le permis à l’enfant pour garantir son bonheur, ou le bonheur ne sert-il que de prétexte à soutenir le dogme religieux et traditionnel?

    1. Il n’y a pas plus de “permis à l’enfant” que de “droit à l’enfant”.
      La surveillance particulière par une autorité avant qu’une adoption soit prononcée n’équivaut pas à la vérification du bien-fondé d’un “permis à l’enfant”, mais est l’expression de la recherche de protéger le bien de l’enfant qui a déjà souffert d’une perte parentale. Nuance de taille.

      1. Mon propos est que si le but ultime est le bonheur de l’enfant, alors bien plus que l’absence d’un droit à l’enfant, c’est l’existence d’un permis à l’enfant qui maximiserait les chances de bonheur de l’enfant.

        Je pense qu’on a à faire ici à un cas d’école d’opposition entre conséquentialisme et dogmatisme.

    2. Tout débat sérieux demande de ne pas mélanger GPA et PMA , couples hétérosexuels et couples homosexuels.
      Nous sommes à l’époque d’une mutation irréversible de la notion toujours historique, donc culturelle, de famille et de filiation, en particulier dans la civilisation occidentale.
      La cause est tout simplement les progrès foudroyants dans les connaissances biologiques, et plus particulièrement génétiques qui permettent le développement du génie génétique techniquement de plus en performant.
      Or plus un progrès scientifique permet des interventions efficaces dans le réel empirique, plus il est potentiellement dangereux.
      D’où l’apparition d’une nouvelle discipline appelée bioéthique

      1. Tout à fait d’accord avec vous sur la distinction à faire entre PMA et GPA. Dans le brouillon de ma réponse j’en avais fait un paragraphe, que j’ai supprimé, a postériori maladroitement, pour éviter d’en faire un mur.

  5. Pour une fois, je peux partager votre opinion: il faut savoir se soumettre aux lois de la nature. Qu’un couple normalement constitué pour accueillir un enfant se tourne vers l’adoption pour offrir de l’amour à un bébé en manque de parents aimants, quoi de plus normal et même noble. Mais l’enfant ne peut être revendiqué car cela revient à lui retirer son humanité et tous ses droits.

    1. C’est “joliment” dit et j’abonde entièrement à vos propos car il résume l’essentiel en partant des lois de la nature.

    2. L'”appel à la nature” est un procédé rhétorique (jetez un oeil sur Wikipédia) qui lorsqu’il n’est pas argumenté, comme c’est la cas ici, relève du sophisme. Tout ce que fait la nature n’est pas ultimement bon pour l’homme.

      Il y a déjà eu, qu’on le veuille ou non, des enfants issus de la GPA (si c’est ce que vous entendez par “revendiqué”). Vous insinuez donc que ces enfants ne sont pas humains ou aussi humains que les autres?

  6. Merci pour votre intervention.
    Vous avez à ce sujet parfaitement raison.
    Qu’est ce qui cloche dans ces situations ?
    Je crois qu’elles on pu exister avant nos temps actuels, mais plus simples, plus locales, plus artisanales et clandestines, plus humaines peut être. C’est lié à la filiation comme vous dites, mais aussi à un élément tordu entre des femmes et les enfants.
    Le monde actuel rend celà industriel, systémique avec cette notion du “droit à l’enfant”, droit ni motal, ni juridique. Un phénomène de misère et de marchandisation un peu comparable au développement dramatique de la pédopornographie / pédophilie.
    Que faire ? En débutant comme vous le faites, en en parlant. Après, je ne sais pas.

  7. J’ai 30 ans et je suis d’accord avec vous. La PMA doit rester autorisée uniquement aux couples infertiles ou dont l’un risque de transmettre une maladie rare à l’enfant. Le bien de l’enfant doit rester au cœur du débat, n’en déplaisent à ces égoïstes. Par ailleurs, pourquoi ne pas avoir simplement autorisé l’adoption aux couples homosexuels?

    1. Donc vous êtes pour la PMA pour les couples homosexuels, vu que, par définition, ceux-ci sont infertiles et peuvent tout à fait transmettre des maladies rares.

      1. Non. L’infertilité est une maladie qui peut se traduire sous plusieurs formes à la fois chez l’homme et la femme. Elle ne signifie pas stérilité totale, au contraire. Dans les cas d’infertilité, la médecine ne fait que résorber au problème de santé. A ce que je sache, l’homosexualité n’est pas une maladie, mais une orientation sexuelle. Les homosexuels peuvent être comparés à des personnes stériles, puisqu’ils ne peuvent pas naturellement se reproduire entre eux, sauf à recourir à de l'”ingénierie médicale” et aux gamètes de tiers.

  8. «Ne jamais oublier que le mariage pour tous est toujours le premier pas vers ces fabriques inhumaines» écrivez-vous en gras souligné …
    … mais il n’y a pas de mariage pour tous en Ukraine.
    Le gras souligné est souvent le signe que les émotions vont plus vite que la réflexion.

    1. @Jacques de Haller

      Vous bottez en touche, et vous esquivez le problème moral.

      Même s’il n’y a pas (encore) de mariage pour tous en Ukraine, des usines à bébés existent dans ce pays, et cela indique que la PMA y est pratiquée. Que ce soit pour des couple ukrianiens, homos ou hétéros, ou étrangers, homos ou hétéros.

      C’est ça la question. Mme Sandoz a parfaitement raison d’indiquer que la pression politique à laquelle nous sommes soumis pour donner notre consentement au mariage pour tous, contribuera nécessairement au développement exponentiel de la GPA, et donc à l’exploitation de femmes pauvres comme mères porteuses, et donc au marché des bébés.

      Au lieu d’esquiver et botter en touche, répondez plutôt à la question: en tant que grande conscience de la gauche morale, cautionnez vous la marchandisation de la vie humaine et le marché des bébés ?

      Oui ou non ?

      Ne tentez pas de biaiser en esquivant et bottant en touche. C’est honteux.

    2. “Il n’y a pas de mariage pour tous en Ukraine”, oui , par contre la gestation pour autrui (GPA) par des mères porteuses dans le besoin est (plus ou moins?) autorisée.
      Et cela est ainsi dans beaucoup de pays à bas revenu où le pouvoir ferme les yeux sur cette marchandisation de mères porteuses et d’enfants à vendre…
      À Dieu ne plaise, mais à terme, la descente aux enfers de poursuivant et nos élus de la frange “progressiste” voulant éviter l’hypocrisie, ces “fabriques inhumaines” s’installeront aussi en Suisse.

      1. La FIV et autres PMA sont aussi légales en Ukraine et font l’objet d’un marché très lucratif pour des agences de nos pays occidentaux et pour les Ukrainiens.

  9. Votre article nauséabond démontre l’intolérance que développe une frange réactionnaire face à des évolutions de société qu’elle est incapable de comprendre. Vous évoquez Françoise Dolto pour venir en soutien de vos théories fumeuses sur ce qui est bon pour un enfant. Savez-vous seulement que Françoise Dolto a toujours été favorable à la GPA ? Soit rigoureusement le contraire de vos pseudos arguments. Merci d’arrêter de parler de sujet où vous n’avez aucune compétence et de garder votre malveillance pour vous.

    1. “Votre article nauséabond “…. ? c’est vous Monsieur, avec votre langage, qui démontrez votre intolérance et manque de politesse.

    2. Vous ressemblez au visiteur qui n’est pas invité et qui, de surcroît, ouvre le frigidaire pour déguster les aliments et de les trouver pas bons ! Laissons-nous entre nous et allez commenter sur des BLOG où vous seriez accueilli les bras ouverts. La seule chose nauséabonde sur cet article est sans conteste votre commentaire.

      1. Pardonnez-moi de troubler vos échanges entre personnes … qui devisent sur des sujets depuis leur salon sans rien y comprendre. Je suis désolé d’avoir apporté un éclairage qui puisse perturber votre petit cercle intolérant où l’on aime … contre les personnes qui ne ressemblent pas à notre entregent. Laissez-moi aussi vous préciser que je n’ai aucune envie de déguster votre frigo. Je veux juste alerter la portion d’entre vous dont l’esprit d’analyse fonctionne encore un peu que les propos de ce blog ne reposent sur aucun fait avéré mais seulement sur de l’incompréhension, de la haine et de la malveillance.

    3. “Gardez votre malveillance pour vous”
      Où est la malveillance ? Je cite vos mots malveillants :
      – article nauséabond
      – frange réactionnaire
      – théories fumeuses
      – pseudos arguments.
      Par ailleurs, pouvez-vous nous citer une phrase de Françoise Dolto où elle se déclare favorable à la GPA ?

      1. “La mère porteuse ne prostitue pas plus son corps que la nourrice son lait”. Françoise Dolto, Colloque Génétique, Procréation, Droit, 1984. Vous pouvez en relire les actes.

        Quand on avance des fantasmes voir des mensonges pour jeter l’opprobre et attiser la haine contre des pratiques de personnes, cela mérite amplement les adjectifs que j’ai utilisés.

        1. @EricW

          Là par contre, il y a un semblant de sens. Mais il est abject.

          Vous arguez du fait que des pratiques comme l’exploitation des mères porteuses (ou plus exactement des bébés car on pourrait à la rigueur vous suivre quand vous dites que la nourrice d’autrefois jouait un rôle comparable à une mère porteuse), peuvent paraître acceptables moralement dans une société comme la nôtre.

          A vous, cela semble acceptable, mais pas à tout le monde et même pas à une majorité probablement.

          Mais ce qui est vrai dans ce que vous dites c’est que des aberrations inhumaines ont déjà existé dans l’histoire et ont été acceptées tacitement, parce que les mentalités de l’époque le permettaient.

          Deux exemples: l’esclavage était accepté pendant des siècles. En Europe on a accepté aussi la castration de jeunes enfants ayant une jolie voix, pour qu’ils puissent continuer à chanter des chants d’église ou d’opéra. C’était accepté, pourtant c’était atroce et inhumain.

          Donc vous avez raison sur un point: il y a une partie de l’opinion, dont vous faites partie, mais ce n’est de loin pas l’unanimité, qui accepte l’atrocité du trafic de bébés, tout comme on avait accepté le trafic d’esclave et la castration des enfants pour préserver leurs voix.

          C’est une séquence historique qui veut cela, à cause de la propagande homosexualiste violente, qui intimide les gens. Il n’y a pas de majorité pour accepter le trafic des bébés. Il y a en revanche un consentement pour céder aux campagnes haineuses du lobby LGBTQI+++++ sur la question du “mariage” pour tous.

          Ce consentement est donné, non par adhésion intime me semble-t-il dans bien des cas, (sauf pour les adeptes de la cause LGBTQI+++ comme vous) mais par gain de paix.

          Il y a une lâche acceptation, parce qu’il y a une certaine lâcheté. Il faut avoir le courage de Mme Suzette Sandoz, pour oser affronter la meute hurlante, menaçante et vindicative du lobby homosexualiste. Et un tel courage est très rare, hélas. Alors on cède, et ayant cédé on accepte ensuite tacitement, avec un peu de honte, mais on accepte quand même, les inévitables conséquences atroces: la souffrance des bébés qui seront victimes d’un trafic inhumain pour satisfaire les revendications LGBTQI+++ insensées.

          C’est une séquence historique. Ca passera. Un jour, peut-être dans un siècle, les consciences se réveilleront et condamneront lourdement ceux qui au début du XXIe siècle auront, comme vous, justifié l’injustifiable.

        2. “La mère porteuse ne prostitue pas plus son corps que la nourrice son lait”.
          Renommée Françoise Dolto ou pas, je ne suis pas d’accord avec son affirmation, ce n’est pas comparable !
          – La nourrice donne ou vend son lait pour nourrir un enfant qui n’est pas le sien, mais elle ne transmet pas ses gènes.
          On pourrait pousser le raisonnement Dolto encore plus loin :
          – Une jardinière d’enfants vend aussi son attention et son amour à des petits enfants, mais elle ne leur transmet rien de biologique.
          – Tandis que la mère porteuse donne ou vend son patrimoine génétique pour une nouvelle vie, un enfant qui le portera et le transmettra à son tour.
          Et c’est cela la grande différence avec la nourrice ou la jardinière d’enfants.
          Donc la comparaison faite par Françoise Dolto est boiteuse, pour ne pas dire absurde…

          1. Attention, la mère porteuse ne donne pas forcément ses ovules. Le plus souvent, elle porte l’embryon provenant d’un ovule et d’un spermatozoïde de tiers. C’est bien une des raisons principales pour lesquelles on ne peut séparer la GPA de la PMA.

          2. Après le règne de la femme Fatale, nous voici entrés dans celui de la Femme Foetale.

            A quand PMA et GPA cotées en bourse(s)? L’enfant n’est-il pas un placement durable?

            Et quelles lois prévoir pour les EGO (Enfants Générés par Ordinateur) à venir?

            Quant aux LGBT, MLF et autres promoteurs de l’amour à la carte, ils devraient avoir été indexés au CAC 40, NASDAC et autres SMIs depuis longtemps.

            “L’amour, un peu de morve crachée dans un boyau et accompagnée d’un certain spasme.” (Marc-Aurèle, “Pensées pour moi-même”).

    4. Traiter quelqu’un d’auteur d’article “nauséabond” parce qu’on n’est pas de son avis, marque les limites de votre intelligence et de votre éducation. Le système des blogs implique que les participants restent polis et réfléchissent, au lieu de passer aux injures.

      1. Un texte qui se permet de qualifier de barbares et inhumaines des pratiques pour la simple raison qu’il ne les comprend pas relève bien de propos intolérants et …. Le barbare c’est toujours l’autre. Et vous passez à côté du fait que ce n’est pas la personne que j’ai attaquée, mais ses propos ….

        1. “…vous passez à côté du fait que ce n’est pas la personne que j’ai attaquée, mais ses propos ….”

          “Votre article nauséabond”… “vos théories fumeuses”… “vos pseudos arguments”… “vous n’avez aucune compétence”… “votre malveillance”… Nul doute que, venant de vous, ces fleurs d’une rhétorique spongieuse, …, sont des compliments. Comme on dit, le style, c’est l’homme.

          Si vous avez des idées et les mots pour les dire – autrement que par déjection d’invectives …-, on attend avec intérêt de les connaître.

          Mais, bien sûr, à l’impossible nul n’est tenu (comme on dit aussi).

    5. @ERICW : Françoise Dolto a toujours été favorable à la GPA
      Ah bon ? Pourriez-vous nous indiquer où et quand elle a tenu de tels propos ?
      J’ai beaucoup lu Françoise Dolto, mais jamais cela.. j’ai dû manquer une page..
      Par contre je sais que sa fille , Catherine Dolto-Tolitch , médecin pédiatre et haptothérapeute, y est farouchement opposée !!! Evidemment la fille n’est pas obligée d’avoir les mêmes opinions que la mère..
      “autoriser la GPA, « c’est faire un grand pas vers la barbarie ». dit-elle

      1. Vous n’êtes pas sérieuse. On ne peut pas remplacer les propos d’une personne par sa fille ! Ou alors prenez ceux de son fils le chanteur de variétés Carlos tant que vous y êtes. D’autant plus que sa fille n’est pas pédiatre mais médecin généraliste et n’a jamais croisé un seul cas de GPA de sa vie. Ce qui explique sans doute sa phrase totalement creuse sur la barbarie, qui par définition, est la manière de qualifier des actes que l’on ne comprend pas. Le barbare, c’est l’étranger, l’homosexuel, le couple infertile…

        1. A lire vos propos je ne sais pas lequel de nous deux est le moins sérieux… Vous ne devriez pas vous informer seulement sur Wikipedia dont on sait que chacun peut y mettre tout et n’importe quoi…

          1. Je crois que la réponse est évidente pour tout le monde. Pour votre information Catherine Dolto est médecin généraliste selon Doctolib. Mais cela ne change rien au problème : elle n’a jamais rencontré un cas de GPA de sa vie, ce qui fait que ses propos ne sont que de la pure spéculation. A l’inverse, toutes les études faites sur les personnes nées par GPA montrent qu’elles vont au moins aussi bien que les autres. Il suffit de lire par exemple cette méta-étude qui les recense : Surrogacy : outcomes for surrogate mothers, children and the resulting families — a systematic review (Viveca SöderströmAnttila, Ulla-Britt Wennerholm, Anne Loft, Anja Pinborg, Kristiina Aittomäki, Liv Bente Romundstad, and Christina Bergh, Human Reproduction Update, Vol.21, No.4 pp. 1–17, 2015, octobre 2015)

  10. Je pense aussi que cet article devrait être publié en une de tous les journaux.

    Je suggère que les opposants au mariage pour tous téléchargent l’émission de télévision sur les fabriques de bébés ukrainiennes et commencent à la diffuser massivement sur les réseaux sociaux pour inonder le public suisse de ces images révoltantes et créer une prise de conscience. Ceci en tant qu’ exercice préparatoire pour la future campagne référendaire.

    Enfin, je voudrais faire la réflexion suivante: la semaine passée il y a eu des manifs antiracistes monstres, même en Suisse, et malgré l’interdiction des réunions publiques pour cause de Covid, qui était encore en vigueur. Bien sûr, en Suisse ces manifs sont une manipulation malhonnête de l’opinion publique car le problème appartient à l’histoire des États Unis et non de la Suisse. En outre de telles campagnes introduisent dans le débat une discrimination raciale choquante, alors que précisément les violences policières devraient être punies sans tenir compte de la race des personnes impliquées.

    Enfin bref, si j’ai parlé de cela c’est pour rappeler qu’aux États Unis pendant longtemps il était considéré comme tout à fait normal qu’existent des marchés aux esclaves. Aujourd’hui cela suscite l’indignation générale. Il faudrait le rappeler lors des débats sur le mariage pour tous. Aujourd’hui, il y a une indifférence morale aux souffrances des bébés vendus sur des marchés aux bébés. Cette indifférence est due à la violence des passions LGBT qui créent un climat de terreur intimidant toute critique.

    Le jour viendra où on s’indignera de ce scandale comme on s’indigne aujourd’hui de la manière dont David de Pury a fait sa fortune. On demandera la damnatio memoriae , des politicien(ne)s suisses du début du XXIe siecle qui ont fait campagne pour le mariage pour tous, donc pour le trafic des bébés.

    On ne déboulonnera pas leurs statues car ce n’est plus la mode d’ériger des statues, mais on déboulonnera leurs plaques là où de rues porteront leurs noms.

  11. Chère Madame Sandoz, si vous faisiez une exception à votre principe de ne pas mettre de liens internet sur votre blog? Mettez donc celui de l’émission sur les fabriques de bébés ukrainiennes. Ainsi ces images pourront circuler.

    1. À voir sur le site de la RTS, TV-Play RTS, catégorie info, dans l’émission”12h45″ du 11 juin.
      Un bon sujet, étonnement critique connaissant notre RTS.
      Ces parents “d’intention” payent jusqu’à 70.000 euros pour un enfant.

  12. Chère Madame Sandoz, Il serait nécessaire de réunir un groupe de professeurs de droits et de juges retraités qui partagent votre avis pour lancer un référendum.

  13. Chère Madame,
    Vous avez tout à fait raison. Par ailleurs, nous ne soulignons pas assez que les motivations de ces projets de loi en Suisse, comme en France, sont avant tout financières, le marché de la PMA et de la GPA dépassant déjà la dizaine de milliards d’euros au niveau mondial. Je viens d’éditer un livre sur ce sujet, que je me permets de vous recommander, notre combat étant le même d’un côté et de l’autre de la frontière :
    PMA, ce qu’on ne vous dit pas. Business, Lobbying et compromissions, risques pour la santé, faibles taux de réussite…” (Editions Tequi)
    Bien cordialement,
    Olivia Sarton.

    1. Donc vous essayez de faire croire que quelques personnes d’un des pays riquiqui parmi les plus pauvres d’Europe serait capable de faire la loi chez les parlementaires en Suisse. Vous êtes en plein délire. En fait surtout vous êtes en pleine promotion d’un livre ….

      1. …les Ukrainiens vont apprécier d’être traités de pays riquiqui!

        Votre appréciation est pleine de mépris. Sachez que l’Ukraine est un pays de 40 millions d’habitants, avec une agriculture et une industrie très riches. Ce n’est pas un pays riquiqui.

        Evidemment la situation politique est instable. Les politiciens sont très corrompus et s’enrichissent aux dépens du peuple, donc il y a beaucoup de pauvreté malgré la richesse du pays. C’est pourquoi des femmes très pauvres en sont réduites à faire les mères porteuses.

        C’est toujours ce qu’on constate. Ce genre de trafic d’êtres humains se développent dans des populations pauvres de pays corrompus, dont les dirigeants laissent faire ces horreurs s’ils n’en tirent pas personnellement bénéfice, comme les dirigeants du Kosovo tiraient profit du trafic d’organes.

        Vos interventions … sur ce blog ont été pour moi une révélation.

        Vous êtes d’une insensibilité absolue aux souffrances des personnes dont l’exploitation est nécessaire, si l’on veut satisfaire les volontés du lobby LGBT. Vos propos sont très révélateurs de la mentalité esclavagiste. De votre point de vue seule compte la satisfaction des désidératas des homosexuels qui veulent se “marier” et adopter des enfants à prix d’or. Le reste est négligeable. Au contraire, vous accusez les gens qui ne sont pas insensibles comme vous de faire preuve d’incompréhension et d’intolérance envers ces pauvres chéris d’homosexuels, les seuls dont la “souffrance” devrait être prise en considération.

        Vous parlez comme Pierre Bergé. C’est le langage du pouvoir. Vous parlez au no du droit du plus fort, et vous exigez le droit d’opprimer les pays riquiqui.

        Ca a été une révélation pour moi, car grâce à vous j’ai compris comment les esclavagiste américains ont pu argumenter pour répondre à ceux qui leur disaient que leur pratique était inhumaine et barbare.

        Ils avaient des plantations de coton, ou de canne à sucre. Il n’y avait pas de machines a l’époque pour ces travaux éreintants, donc les planteurs estimaient qu’ils avaient BESOIN d’une main-d’œuvre servile qu’on pourrait forcer à ces travaux. Ils répondaient donc à leurs détracteurs: “ce que vous dites n’est que l’intolérance d’une frange réactionnaire face à des évolutions de la société (en l’occurrence la supposée nécessité d’une main d’œuvre servile pour les plantations) que vous êtes incapable de comprendre”. En gros ça revenait au même que votre argument contre madame Sandoz, qu’au fond vous traitez de rétrograde qui ne comprend pas les nécessités actuelles.

        Ce langage est aussi celui du pouvoir: car les propriétaires d’esclaves étaient aussi la classe dominante des États Unis. Washington, Jefferson & Cie étaient tous des propriétaires d’esclaves. Donc ils avaient le pouvoir d’imposer leur conception des choses par dela le bien et le mal.

        Aujourd’hui le lobby LGBT exerce un réel pouvoir. Il est capable de menacer et faire chanter les gouvernements. Donc il se fout éperdument des arguments moraux et des souffrances qu’il peut infliger à autrui. Il a de son côté le droit du plus fort. On en est là.

        Un autre exemple d’un même comportement est celui des harems des sultans turcs, où les femmes étaient privées de liberté et gardées par des eunuques, c’est à dire des hommes castrés, soit une double violation barbare des droits humains. Mais le sultan était tout-puissant. Personne ne pouvait donc s’opposer à lui. Le lobby LGBT exerce aujourd’hui le même genre de tyrannie.

        Le sultan avait une autre pratique barbare. Il faisait arracher des bébés à leurs mères dans des pays soumis à l’empire ottoman, et ensuite il les faisait éduquer comme soldats. C’étaient des soldats particulièrement cruels, sans doute pour se venger d’avoir été privés d’affection dans leur enfance.

        Il y a une coïncidence troublante: les femmes du harem comme les janissaires venaient souvent de Circassie, un pays au sud de l’Ukraine actuelle. Un pays riquiqui donc, selon vous. Pas besoin de se soucier de lui.

        L’histoire se répète.

        La seule nouveauté c’est qu’aujourd’hui les oppresseurs se présentent comme des victimes. Le lobby LGBT estime avoir le droit de faire tout ce qu’il veut, car il prétend rétablir une justice pour des personnes, les homosexuels, qui auraient été opprimés depuis des siècles.

        Le raisonnement est faux: avoir subi une injustice n’autorise pas à faire subir l’injustice à autrui. Avoir été opprimé ne donne pas le droit de se faire oppresseur.

        ……

  14. Oui, Madame Sandoz, vous avez raison, la plupart des GPA (gestation pour autrui) sont effectuées avec le matériel génétique des parents intentionnels ; sinon il faudrait parler de procréation pour autrui, quand les gènes ne proviennent que d’un parent intentionnel, a fortiori, d’aucun des deux parents intentionnels.
    Un autre son de cloche sur le sujet : la philosophe française Sylviane Agacinski.
    Si elle est pour le “mariage pour tous “, elle critique néanmoins l’adoption plénière pour les couples homosexuels, refuse la PMA pour couples de femmes ou pour femmes seules, et enfin, s’oppose à la GPA.
    Sylviane Agacinski bénéficie d’une page détaillée à consulter sur Wikipédia.

  15. Pensons à l’aspect financier aussi SVP ! C’est nous qui payons nos primes maladies et nos franchises … Donc le coût va encore beaucoup augmenter avec toutes ces procréations, … et peut être transformations, chirurgie esthétique, … ATTENTION !
    Le Conseil national est influencé par les lobbys (pharmas, et autres militants progressistes insensés … ) Voilà pourquoi il a dit oui au “mariage pour tous” avec la PMA récemment en Suisse …. Honteux ! UDF-EDU nous allons probablement lancer un référendum (avec votre aide et visitez notre site Internet…) Abe ! Nous voulons que le peuple réfléchisse bien !
    Le Conseil des Etats doit aussi voter encore il me semble (certains crient victoire un peu vite !)

    1. @SYLVIE RG

      Pour le coût que ça aura, vous avez tout à fait raison.

      Voyez l’exemple du Covid: on aurait pu le traiter facilement grâce à l’hydroxychloroquine dont une boîte ne coûte que 2 francs. Mais nos autorités ont préfére nous confiner, en mettant par terre gaiment toute l’économie, ET ELLES ONT INTERDIT AUX MÉDECINS DE PRESCRIRE LE TRAITEMENT EXPERIMENTÉ AVEC SUCCÈS PAR LE PROF. RAOULT! Pourquoi? Parce qu’elles sont soumises au lobby Pharma tout puissant.

      Tout ça, vous le retrouverez dans vos primes d’assurances maladie. Parce qu’évidemment un traitement efficace et simple à 2 francs ou un traitement à plusieurs centaines de francs proposé par GILEAD, ou ROCHE, ça fait une différence.

Répondre à avocat Santschi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *