Les nouveaux Robespierre

Heidi.news nous apprend que la radio-télévision suisse alémanique a annulé une émission prévue sur le racisme parce que la journaliste invitée refusait de discuter avec M. Köpel, invoquant qu’elle voulait parler avec quelqu’un capable de discuter et se préoccupant vraiment du racisme.

Du côté de la radio télévision, on explique qu’on a annulé l’émission faute d’avoir trouvé qui que ce soit pour discuter du vrai sujet, à savoir « le racisme dans la langue ».

Robespierre ressuscité

Quel que soit le motif de l’annulation de l’émission (racisme antiköppel ou manque de volontaires), on se trouve face à un phénomène semblable à celui de la Terreur sous Robespierre : peur et menaces paralysent la liberté d’expression, la liberté d’opinion, cultivent la condamnation de l’autre qui « ne pense ou n’agit pas juste ». Le racisme est hélas ! un sentiment inné de l’être humain, répandu dans tous les peuples, dans toutes les tribus, parfois de manière latente, parfois se manifestant de façon atroce. C’est un sentiment contre lequel il est important de lutter par l’éducation, par l’enseignement des valeurs de respect de l’autre et de la personne en général, mais certainement pas par l’intimidation ou … le déboulonnement de statues.

L’intransigeance suffisante et mortifère des « purs »

Il y a les « purs », les « incorruptibles », les adorateurs d’eux-mêmes et de leurs sentiments et puis il y a ceux qu’ils ont condamnés sans appel, qu’ils se croient légitimés à honnir ou ridiculiser avant même qu’ils ouvrent la bouche.

Le meurtre de M. Floyd est inadmissible et horrible, mais qui osera demander pourquoi on l’avait arrêté. Était-ce « seulement » à cause de sa couleur de peau ou y avait-il au départ un motif non raciste ?

Qui osera demander pourquoi on a pu filmer son agonie pendant plusieurs minutes sans essayer au moins d’intervenir pour le sauver ? Peut-être est-ce par peur d’autres violences ? Qu’on le dise aussi, car on ne peut vraiment concevoir que l’on filme une telle scène sans essayer d’intervenir, à tout le moins de crier. On a pu « entendre » : « I can’t breathe », n’aurait-on pas dû aussi entendre hurler : « Arrêtez, vous l’étouffez ! ».

L’histoire n’est qu’un perpétuel recommencement et on n’en apprendra jamais rien tant que l’on utilisera le devoir de mémoire comme prétexte à la vengeance et à la destruction.

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

25 réponses à “Les nouveaux Robespierre

  1. Je ne comprends pas vraiment en quoi que le cas Floyd vient soutenir la thèse de votre billet. Concernant les faits, ils sont clairs.
    Pourquoi Floyd a été arrêté? Il y avait une suspicion qu’il a tenté d’écouler un billet de 20 US$ et a résisté passivement à son arrestation. (source: article du Telegraph du 8 juin)
    Des gens ont-ils tenté de s’opposer, plutôt que de filmer de manière passive? Oui! Dans la nouvelle vidéo sur le compte attorneycrump sur Instagram du 15.06.2020, je vous garantie que les gens hurlent très clairement au policier qu’il ne respire pas, qu’il doit contrôler son pouls, et qu’il ne bouge plus, etc.

  2. “Qui osera demander pourquoi on a pu filmer son agonie pendant plusieurs minutes sans essayer au moins d’intervenir pour le sauver ? ”
    Mais Mme Sandoz , plusieurs autres policiers se trouvaient sur place et ont observé la scène sans bouger !
    Vous feriez bien de lire les journaux au lieu de spéculer sur la non assistance de personne en danger !
    Vos remarques ne sont qu’affabulations comme à votre habitude !

  3. bonjour; j’ai lu quelque part que le racisme est le pur produit de la non CULTURE, voulue par le biais de la non instruction en général des masses populaires afin de les rendre malléables au bénéfice de l’ultra-libéralisme; il n’y a qu’à observer les produits des médias mainstream en France pour s’en convaincre; suggérez donc d’inviter Eric Zemmour à cette émission en prenant soin d’y faire participer des personnes de qualités; bonne chance !

  4. “Qui osera demander pourquoi on a pu filmer son agonie pendant plusieurs minutes sans essayer au moins d’intervenir pour le sauver ? Peut-être est-ce par peur d’autres violences ? Qu’on le dise aussi, car on ne peut vraiment concevoir que l’on filme une telle scène sans essayer d’intervenir, à tout le moins de crier. On a pu « entendre » : « I can’t breathe », n’aurait-on pas dû aussi entendre hurler : « Arrêtez, vous l’étouffez ! ».”

    Je vous invite madame à visionner les vidéos où les témoins de la scène essaient de raisonner les policiers et aussi de convaincre Derek Chauvin (celui qui a commis un homicide du point de vue du médecin légiste) d’enlever son genou.
    Vous pouvez en trouver une sur youtube sous le nom:
    “George Floyd Witnesses Begged Cops to Stop Derek Chauvin” (Les témoins de George Floyd ont supplié les policiers d’arrêter Derek Chauvin)

    1. Une autre raison possible pour laquelle on a filmé cet homme en train d’être étouffé sans rien faire pour l’empêcher, pourrait être qu’il s’agit d’un coup monté, un de plus, monté par le pouvoir profond qui a voulu créer de toute pièce un incident permettant de déclencher une monstre opération de propagande anti Trump, qui déborde même sur la Suisse.

      C’est la même méthode que la campagne Greta Thunberg, sauf qu’avec Greta au lieu d’un crime filmé en direct on avait les rapports tendancieux du GIEC. Et c’est la même propagande que pour l’opération COVID, dont le but était de semer la terreur mondialement pour vacciner et pucer de force l’humanité entière.

      Là, le but est d’empêcher à tout prix la réélection de Trump. C’est tellement urgent qu’on a du changé le “narrative” “over night”. A tel point qu’en Suisse les manifs ont été organisées avec l’appui des médias et du pouvoir. Elles ont rassemblé des milliers de personnes alors même que les rassemblements de plus de cinq cents personnes sont toujours interdits. Tout le monde voit l’incohérence. Vraiment, on nous prend pour des c…

      1. D’ailleurs sur la vidéo, on voit bien qu’un avion lâche une chemtrail en faisant un angle de soixante degrés entre deux tours 5G. Ce qui dessine clairement le triangle des francs-maçons. Comme par hasard.
        De plus Floyd a été diagnostiqué positif au SRAS-CoV-2, on se moque en effet de nous!

  5. “… le déboulonnement de statues.”

    Sur ce point précisément, la grande majorité des statues confédérées aux Etats-Unis ont été construites durant la période des débats autour des lois raciales, dites Jim Crow. Ces statues ont été érigées spécifiquement pour insulter et décourager la communauté afro-américaine. Comme ces statues sont politisées dès le départ comme un vecteur de domination raciste, il est donc légitime de demander leur déboulonnement.

  6. De nos jours la terreur des minorités est bien plus atroce que celle des majorités. Roger Koepel est un bon débatteur et elle a raison de ne pas s’exposer à lui, mais la RTS a eu tort d’annuler le débat, il fallait inviter une autre personne capable de tenir face à l’idéologue de l’UDC.

  7. “peur et menaces paralysent la liberté d’expression, la liberté d’opinion, cultivent la condamnation de l’autre qui « ne pense ou n’agit pas juste ».”

    Je croyais la victimisation être un moyen rhétorique exclusif de la gauche. Les gens sont libres de débattre ou non avec qui ils veulent. Votre blog n’est pas censuré. M. Köppel publient régulièrement des vidéos où il exprime son point de vue sans censure.

    Peut-être que la journaliste invitée considère désagréable de débattre avec quelqu’un de mauvaise foi. Rappelez-vous comment Tariq Ramadan a réussi à dominer la majorité des débats en forçant ses interlocuteurs à discuter de ce qu’il voulait ou en les mettant sur la défensive.

  8. L’histoire est un perpétuel recommencement dites-vous Madame Sandoz. Comment pourrait-il en être autrement quand l’être humain passe ses 20 premières années à devenir adulte, je ne dis pas responsable, et les 50-60 ans suivants à acquérir une expérience de vie que ses descendants s’empressent de jeter aux orties?

  9. Vous n’avez pas bien regardé la vidéo (de l’arrestation de George Floyd) apparemment. Oui, des spectateurs de la scène sont intervenus, en vain, pour que le policier relâche son étreinte mortelle. De même , les circonstances qui ont conduit à cette arrestation ont été abondamment relatées, contrairement à ce que vous laissez entendre. Et d’une part elles ne justifiaient en rien un “verdict de mort”, et d’autre part, quand on est noir aux USA, on a de bonnes raisons de ne pas faire confiance en la police pour être traité de manière “objective” lorsqu’on est arrêté (la démonstration vient d’en être faite à plusieurs reprises ces derniers jours encore malheureusement).
    Il est très instructif à cet égard de lire l’autobiographie de Michelle Obama (“Devenir”), qui montre mieux que de longues dissertations, ce que signifie être noir aux Etats-Unis et l’handicap que cela représente pour être reconnu à sa juste valeur dans la société américaine.

  10. Déboulonner ou non les statues, c’est l’option qui reste quand les livres d’histoire et de géographie, les sources sérieuses d’information et les documents audiovisuels ne sont consultés que dans l’espace autorisé par une pensée molle, dogmatique et partant, réactionnaire. Fermer les écoles, les bibliothèques et les médiathèques pendant une crise s’avère très dommageable. L’histoire se répète mais jamais de la même manière. Ce qui apparaît massivement aujourd’hui, c’est l’impossibilité d’en lire les signes, de se représenter les événements passés autrement qu’à coups de slogans. Comment voulez-vous que la jeunesse apprenne à s’interroger de façon nuancée si on ne lui fournit pas les outils nécessaires à une analyse plus substantielle, plus critique ? Par ailleurs, en matière de discrimination raciale, ne devrait-on pas systématiquement évoquer l’article 261bis du Code pénal Suisse ?

  11. Le titre, à lui seul, dénote bien la période, ou le temps dans lequel vit notre chère Suzette.

    Plus sérieusement, ce qui me gêne est l’apposition de ce titre raccoleur avec le Parlement fédéral.
    Bon la suisse n’est de loin pas parfaite et d’ailleurs qui l’est?

    Ca me fait mal au coeur, tous ces barbon.ne.s dirigeant les jeunes.

    A propos de déboulonnanage de statue, quelqu’un a entendu dire qu’on allait déboulonner Alfred Escher, le digne fondateur du Gotthard et autre Crédit Suisse, esclavagiste émérite?

    1. Si vous abandonniez votre ton condescendant vis-à-vis de Madame Sandoz le fond de vos propos n’en souffrirait pas et leur lecture n’en serait que plus agréable.

        1. Vous avez tout fait le droit d’exprimer votre avis, cher ouin ouin, ….

          A voir le beaucoup de cas que Madame Sandoz vous fîte?

      1. Bon, si mon ton est “condescendant”, c’est donc que mon fond n’est pas si mauvais.
        Je laisse à Madame Sandoz, le courage de publier mes propos et… chapeau!

        Et même si je puis comprendre qu’elle vienne d’un autre monde 🙂

          1. Oh, je ne sais si c’est un progrès. c’est une coutume anglo-saxonne, voire mondiale, d’autant que Madame Sandoz m’avait assuré que ça ne la gênait point.

            Ce qui me dérange plus chez Madame Sandoz, c’est qu’une prétendue démocrate, laisse filer des trolls anonymes avec attaques ad hominem sur son fil (qu’ils soient ses amis ou pas d’ailleurs)!

            Pour le moins, ce n’est pas comme ça qu’on réalise une démocratie saine.

            Sans parler de son feuilleton anti-CO2 qui était d’une mauvaise foi totale autant que pathétique.

            Et au final, vous me voyez ravi de divertir un peu ces blogs avec un ton décalé 🙂

  12. Même si la mort de Georges Floyd n’aurait pas dû se produire de cette façon et être sans doute évitée, on ne peut que constater que, quasiment jamais, nos grands médias et la gauche antiraciste ne parlent du passé délinquant de Floyd, plusieurs fois arrêté, et condamné à 5 ans de prison pour trafic de drogue et autres violences, comme celle d’avoir appuyé son arme contre le ventre d’une femme enceinte et, cause de cette arrestation fatale, avoir payé une cartouche de cigarettes avec un faux billet… Un bien piètre héros pour les Noirs !
    Ces mensonges par omission, sont bien entendu nécessaires à la récupération politique de ce drame, par les forces montantes antiracistes, anti-Trump, avec leurs dérives racistes anti-Blancs.

  13. Le racisme est inné…!? Cette thèse n’engage que vous, Madame.

    Et cette sordide question à la fin de votre commentaire qui prouve que vous ne savez pas de quoi vous parlez…

    “Qui osera demander pourquoi on a pu filmer son agonie pendant plusieurs minutes sans essayer au moins d’intervenir pour le sauver ? Peut-être est-ce par peur d’autres violences ? Qu’on le dise aussi, car on ne peut vraiment concevoir que l’on filme une telle scène sans essayer d’intervenir, à tout le moins de crier. On a pu « entendre » : « I can’t breathe », n’aurait-on pas dû aussi entendre hurler : « Arrêtez, vous l’étouffez ! ».”

    Il convient de s’informer un peu avant de proférer ce genre d’affirmation. Sur la vidéo en question, on entend très bien les multiples appels à cesser ce traitement inhumain. Quant à s’opposer par la force à quatre policiers, on peut comprendre que les témoins ne s’y soient pas risqués.

    En vous remerciant par avance, Madame, de rectifier vos propos. Salutations distinguées.

  14. Encore aujourd’hui, l’esclavage se poursuit dans certaines parties de l’Afrique et du monde islamique. Ce fait n’occasionne ni bruit ni vague chez ceux qui dénoncent l’esclavage du passé en Occident, parce qu’il n’y a pas d’argent à faire (ou de subvention à recevoir) pour le dénoncer et aucun avantage politique à en tirer.
    Déni, ignorance ou mauvais réglage de la profondeur de champ? De toutes les ignorances, l’ignorance des personnes instruites, jouissant de surcroît d’un sentiment de supériorité morale, est la plus dangereuse. Non seulement les gens instruits sont susceptibles d’avoir plus d’influence, mais ils sont les derniers à soupçonner qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent lorsqu’ils sortent de leur champ étroit.
    Ce qui pourrait expliquer – n’est-ce pas le vrai sujet de cet article? – que la SRG-SSR n’ait pas trouvé «quelqu’un capable de discuter et se préoccupant vraiment du racisme» ?
    Et comme l’a écrit Thomas Sowell, écrivain et économiste noir-américain: «Celui qu’on qualifie de raciste s’exaspère, parce qu’il soupçonne intérieurement que les races sont égales; l’antiraciste s’exaspère aussi, parce qu’en secret il soupçonne qu’elles ne le sont pas.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *