Lettre ouverte à Mme Nathalie Fontanet, ministre des finances de l’Etat de Genève

Madame la Conseillère d’État, chère Madame,

« Le Temps » de vendredi a publié une interview de vous en p 8 et je tiens à vous féliciter et à vous exprimer mon admiration autant que ma reconnaissance. Vous avez répondu avec autant d’intelligence que de finesse aux questions – qui auraient voulu ou pu être piégeantes. Merci d’avoir été à la fois claire, ferme, collégiale et d’oser montrer l’indépendance qu’un membre de l’exécutif doit avoir par rapport à son propre parti, tout en étant fidèle à ses valeurs, ce qui n’est pas toujours facile, ni même compris de ses propres troupes.

Formant des vœux pour que le Conseil d’Etat de votre canton puisse, grâce à vous et sans doute à plusieurs de vos collègues, renvoyer une image sereine de l’exécutif genevois, je vous prie de croire, Madame la Conseillère d’Etat, chère Madame, à ma chaleureuse considération.

Une libérale vaudoise hors fusion : Suzette Sandoz

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

3 réponses à “Lettre ouverte à Mme Nathalie Fontanet, ministre des finances de l’Etat de Genève

  1. Bonsoir Madame Sandoz,
    Je suis content de lire votre lettre ouverte adressée à Mme Fontanet.

    Déjà à la lecture de l’article que vous citez, j’ai été admiratif de la pondération de Mme la ministre, de sa vraie prise de responsabilité, de sa maturité.

    Dans le paysage politique actuel, ces adjectifs pouvant rarement être employés, c’est avec gratitude et espoir que je me joins à votre message.
    P MW

    1. Je partage votre commentaire et souhaite à Madame la CE Fontanet plein succès dans sa démarche rigoureuse et exemplaire, même si cela ne plait pas à quelques membres de son parti.

  2. Oups, ai oublié de vous saluer, chère Suzette!

    Oui, je vais quitter ces blogs et suis sûr que personne ne me regrettera, provisoirement, j’espère, pour consacrer mon énergie à essayer de sortir de ce pays si peu naturel pour un suisse, dans lequel je vis.

    Mais vous êtes une chic fille, encore verte et jeune, bravo et continuez avec votre sel pimenté de la terre.

    P.S. j’en profite pour saluer tous ceux qui, avec courage, expriment leurs idées, dont certains ont même publiés mes inepties 🙂
    bonne continuation à tous

    Olivier Wilhem

Répondre à Delaplanete Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *