Christophe Colomb déboulonné ou le courage des lâches

Ainsi donc, « la ville de Los Angeles a retiré une statue du navigateur génois accusé par certains de génocide », nous apprenait Le Temps du 15 novembre dernier. Et l’on y précise que « la scène a été immortalisée par le démocrate Mitch O’Farrell » qui participe ainsi, selon ses termes, cités toujours par LT, « à une étape naturelle vers l’élimination de la fausse histoire selon laquelle Christophe Colomb a découvert l’Amérique ». Ses actions auraient déclenché « le plus grand génocide de l’histoire ».

Bon, du côté de l’histoire proprement dite de la découverte de l’Amérique, il semble bien qu’elle soit antérieure à Christophe Colomb, puisque ce seraient des navigateurs chinois qui auraient découvert le continent plusieurs dizaines d’années avant le navigateur génois. Dont acte. Comme les Chinois n’avaient pas offert leur découverte à un monarque européen, on peut admettre que Christophe Colomb a été le premier à découvrir le continent dans l’intérêt de l’Espagne. Qu’il ait, hélas, comme l’ont fait très souvent les « découvreurs » ou « occupants » d’une terre nouvelle, massacré les populations autochtones, c’est totalement déplorable, mais ne vaut-il pas mieux, devant une statue, avoir l’occasion de rappeler que l’homme ne fait rien, même d’héroïque, qui ne soit aussi entaché de mal, plutôt que de punir un vieux mort en enlevant sa statue et en prétendant effacer ainsi un pan de l’histoire humaine ?

Il était sans doute aussi erroné d’instituer, en 1937 (445 ans après l’arrivée de Christophe Colomb), la fête fédérale du « Christophe Columbus Day » qui ne rimait à rien, que de déboulonner la statue du navigateur 78 ans plus tard. Ceux qui utilisent l’histoire aux fins d’exciter le nationalisme ou la haine revancharde de groupes ethniques ne sont que des lâches. Il faut un vrai courage pour regarder son passé en face avec ses taches et ses grandeurs, pour l’assumer tel qu’il est, pour en tirer d’éventuels avertissements, mais aussi parfois de la fierté, sans vouloir ni l’effacer ni le truquer. Le risque, quand on remodèle ou simplement juge le passé après coup, hors de l’esprit de l’époque, c’est qu’on l’ampute de sa dimension humaine donc universelle.

 

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

11 réponses à “Christophe Colomb déboulonné ou le courage des lâches

  1. Cette histoire de statue déboulonnée me semble totalement insignifiante; combien y en a-t-il eu dans l’Histoire visant à refaire celle-ci ?! Et il y a bien une statue de Hernán Cortés (un grand massacreur s’il en est) à Veracruz par exemple! Par contre, il est plus intéressant de s’intéresser à la prétendue “découverte” de ce navigateur. Mis à part que Colomb n’a effectivement certainement pas été le premier non-Américain à mettre historiquement le pied sur le “nouveau-continent”, pour faire une découverte, il faut en être conscient! Or Colomb a jusqu’à sa mort été persuadé qu’il avait atteint les Indes par une nouvelle route maritime et n’a jamais voulu en démordre. Donc ce navigateur génois n’a rien découvert du tout, premièrement parce qu’il n’était pas le premier et deuxièmement parce qu’il ne s’est pas rendu compte de sa “découverte”; sa réputation est donc sur ce plan totalement surfaite et imméritée.

    1. En effet bien avant l’arrivée, par hasard, de ce Génois payé par l’Espagne, sur l’une des côtes du continent américain, il y a eu l’arrivée par le nord ouest des hommes préhistoriques (le climat était plus chaud qu’aujourd’hui et le détroit de Baring pouvait se traverser à pied !) et plus tard par le nord celle des vikings arrivés en bateau.
      NB: l’exposition actuelle sur les Neanderthaliens au Palais de la découverte à Paris mérite d’être visitée.

    2. @ M. Pierre-André Haldi.
      Déboulonner une statue, mettre le feu à une effigie, brûler un drapeau, une bibliothèque d’archives… sont des actions symbolique qui n’ont rien d’insignifiant pour ceux qui rêvent d’un avenir sans raçines. De la même manière certains tyrans rasent des quartiers entiers d’habitations pour y construire une large avenue à leur nom, menant à un palais rococo, un bunker avec jardin, un bâtiment administratif où les cocotiers poussent sous les hauts plafonds… L’histoire de la population chassée, pour citer la reconstruction entière d’anciens quartiers en Chine, ce sont les meubles, les vases, les livres restés dans les logements après l’expulsion des familles , puis exportés dans des containers par des hommes d’affaires pour être restaurés et vendus aux amateurs d’antiquités en Europe. Ces familles ont perdu les témoignages de leur histoire, elles ne sauront plus la transmettre aux générations futures, ce n’est pas insignifiant pour l’histoire de ce pays qui veut détruire la mémoire dans les rues et jusqu’entre les murs de sa population âgée.

      Les importantes découvertes pour la plupart ont permis d’accéder à une représentation, qui en évoluant a pu progressivement se rapprocher de la réalité matérielle. Q’il s’agisse du continent américain, de la terre entière ou de l’atome, le chemin de la connaissance n’est pas un portail qui s’ouvre sur un seuil marquant la frontière entre le rêve et ce qui est vrai. Bohr a découvert l’atome, a offert une représentation qui est encore toujours employée dans l’enseignement de la chimie vulgarisée. L’atome que nous connaissons actuellement n’est pas un autre atome, c’est l’atome primitif de Bohr qui a évolué, et aujourd’hui encore nous continuons à travailler sur des représentations sans cesse ajustées.

      Christophe Collomb a bel et bien découvert un pays même s’il ne le situait pas correctement sur la planète. Il n’y a que le touriste belge qui a réussi à découvrir la Suisse plus vite quand on lui a dit qu’il existe déjà une carte.

      1. Désolé, mais votre argumentation confirme ce que j’ai écrit et pas l’inverse. Bohr (et j’en sais quelque chose, étant ingénieur-physicien avec spécialisation en énergie nucléaire) était parfaitement conscient de ce qu’il “découvrait” (et qui a été affiné depuis par la physique quantique), alors que Colomb non, et s’est même entêté dans son erreur alors que d’autres avaient déjà compris que ses “Indes” étaient en fait un autre continent. Il s’est même complètement trompé depuis le début, se basant sur un rayon de la Terre trop petit (si l’Amérique n’avait pas existé à mi-chemin, il ne serait jamais revenu!), alors que la vraie valeur était connue de son temps. Je persiste donc à penser qu’il ne mérite pas sa renommée de “découvreur”, il n’a pas été le premier et n’a pas compris où il était en réalité arrivé par hasard (vous croyez que Bohr a développé son modèle d’atome par hasard?!).

        1. @ M. Pierre-André Haldi.
          J’ai l’idée, invérifiée il est vrai, que vous ne deviez pas rendre la vie confortable à vos collaborateurs dans votre laboratoire de physique, et que les revendications de certains de ceux-ci de leur apport au succès de vos recherches devaient se heurter à de hautes vagues que même Christophe Collomb n’a pas trouvé sur sa route. Mais qui sait si un deuxième aventurier n’a pas fait transporter sa barque sur un grand galion pour découvrir l’Amérique une vraie première fois ?..

  2. Je pense que dans un lointain avenir il ne restera peut-être plus une seule statue à ôter de son socle. Dans les pays comme le nôtre nous n’érigeons déjà presque plus de nouvelles statues pour les personnalités qui ont marqué les esprits depuis les cinquante dernières années. Les plus marquantes sont déboulonnées de leur vivant, afin d’écrire la vraie histoire des catastrophes qu’elles nous offrent en direct. Bon il reste quand même les noms de rues à rafraîchir de temps à autre, et ce ne sont pas comme nous pourrions le croire les plus méritants qui s’accrochent le mieux aux quatres visses. Voyez par exemple Louis Ruchonnet qui a inventé l’Office des Poursuites ! Combien de personnes endettées sont passées par cette rue lausannoise, sans songer à dévisser la pancarte pour la remplacer par “Rue de l’Armée du Salut » par exemple ?.. Les anciennes notions de respect seraient malgré tout un ciment bénéfique à nos représentations en danger de se fissurer. Et Heinrich Pestalozzi qui sur la place de la vieille ville d’Yverdon pose affectueusement sa main sur l’épaule d’un enfant du voyage ôté de force à ses parents ? Il est toujours là ! Parce que le bonheur des uns ne rejoint pas le malheur des autres. Alors en bien, bien plus grand de l’autre côté de l’Atlantique, ces voyous qui ont déboulonné Christophe Collomb ne respecteraient pas même l’histoire de Guillaume Tell. Ou seraient capables de percer un trou à travers la tête de son fils pour y placer la flèche. Une chose reste cependant à souhaiter dans l’histoire incertaine de l’humanité, qu’elle finisse bien si elle ne devait pas se prolonger, simplement sans souffrances, rapidement, sans honneurs ou commémorations.
    (Merci d’avoir pris si possible ce commentaire avec un tolérant recul)

  3. On pourrait faire le parallèle avec l’UDC qui votre contre l’ONU, alors que la Genève internationale abrite l’ONU et beaucoup de ses satelites … .
    (ou comment se tirer une balle dans le pied)

  4. Si l’implantation des blancs européens en Amérique, et la disparition, ou relégation dans un statut inférieur, des peuples Amérindiens, était un génocide, alors cela signifie que ce qui se passe ctuellement en Europe, avec des “migrations de remplacement”, selon la politique organisée et voulue officiellement par les Nations Unies avec l’accord de nos autorités qui nous proposent d’adhérer au “Pacte sur les Migrations” de l’ONU, est une tentative de génocide des peuples européens autochtones. CQFD.

    1. Lisez mieux le pacte, chaque pays décide de sa politique intérieur, moyennant certains arrangements qui sont normaux, une question d’équité.
      Quand la Suisse vend des armes aux saoudiens qui massacrent des populations entières et même des journalistes, vous n’aimez pas les journalistes?

      Mais rassurez-vous, tant qu’il existe un semblant d’Europe, les futurs gengis-khan chinois ne vont pas vous scalper (il semblerait que, selon Confucius, ce soit plutôt le sabre à décapiter, comme les peuples arabes, dans le fond)
      🙂

    2. @ M. Ouin-Ouin
      Les analogies simplificatrices et le raisonnement rudimentaire ne permettent pas de lire le terrible avenir, la boule de cristal entre des mains expertes le fait beaucoup mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *