Le rire carnassier des hyènes

Si « l’affaire Broulis » fait à la limite sourire tellement elle est peu importante, malgré le bruit que l’on essaie de provoquer tout autour, « l’affaire Moret », elle, ferait pleurer tellement elle est «hideuse ». Que l’on puisse reprocher à une personne de n’avoir pas encore de taxation provisoire – décision qui dépend de l’autorité fiscale – alors qu’elle paie ses acomptes et que la complexité fiscale de sa situation est notamment due au fait qu’elle est en train de divorcer, est une honte. Certes, il y a litige sur certains postes de sa déclaration d’impôts, mais à qui est-il interdit de contester être le débiteur d’une certaine somme quand le créancier est le fisc ?

Le rire carnassier des hyènes s’entendait ce soir à la télévision quand M. Rochebin a évoqué le fait que Mme  Moret aurait menti quand elle avait affirmé, lors de sa campagne pour le conseil fédéral, qu’elle n’avait pas de dettes alors qu’elle en avait envers le fisc puisqu’elle n’avait pas de taxation définitive depuis une dizaine d’années. Chacun sait qu’il est difficile de payer une dette non chiffrée et le mieux que Mme Moret puisse faire, c’est de payer les acomptes que le fisc lui demande, ce qu’elle fait.

Les éternels jaloux des revenus d’autrui

Quel intérêt peuvent bien poursuivre les hyènes qui s’acharnent ainsi ? Cela permet aux éternels jaloux que sont certains socialistes ou gauchistes de s’en prendre au « secret fiscal » qui « protège » la sphère privée. On peut certes déplorer la triche aux impôts et personnellement, je la déteste, parce que c’est une manière de faire peser sur d’autres le poids des tâches de l’Etat que les citoyens lui ont confiées. Mais d’ici à pouvoir fouiner systématiquement les déclarations fiscales des personnes que l’on cherche à détruire, il y a une marge que l’on ne doit pas franchir.

Malheureusement, quand on n’a pas beaucoup d’intérêts dans la vie, on passe son temps à fouiner dans la vie des autres et notre société est pourrie de jaloux des revenus d’autrui.

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

9 réponses à “Le rire carnassier des hyènes

  1. Tout à fait d’accord, je trouve cela exaspérant et Darius Rochebin est bien descendu dans mon estime pour s’être prêté à ce vilain jeu et avoir fait subir cet interrogatoire à la pauvre madame Moret. Vu que ces attaques affligeantes de mesquinerie avaient été faites, il fallait peut-être qu’elle puisse s’expliquer au téléjournal, mais j’ai été excédé en voyant que Darius Rochebin questionnait cette femme, comme si au fond il pensait lui-même que les reproches qu’on lui fait dans cette non-affaire méritaient d’être pris en considération. C’est honteux !

  2. Je me rejouis de ce “débat”dont je vous trouve ,Mme Sandoz,très “troublée” pour ces reproches envers vos colègues de Parti..Liberal Radical,et,si je ne me trompe pas,vous étiquetez de hyènes à tous ceux et celles qui osent douter de leur droiture,surtout ces “gauchistes” et,par exemple,ces journalistes,tel que
    Myret Zaki, Sylvain Besson et bien d’autres…pourquoi tel “achernement” pour les étiqueter comme ça?
    Aujourd’hui vous pouves regardez dans ce journal dont vous avez le droit d’écrire un blog,un rapport de NN.UU,dont vous êtes,je ne m’en doute,fière d’avoir le siège à Genève,qui fait une critique aigüe de l’opacité fiscal que votre parti..et vos collégues soutienent
    C’est aussi M L’expert Juan Pablo Bohoslavsky une hyène?
    Bonne journée à vous

  3. Je constate que Mme Sandoz est très projective, et croit voir chez les autres ce qui est en elle. Car c’est elle qui, comme d’habitude, hurle ou ricane (les deux noms des cris de la hyène), qui invective et agresse. La démocratie, c’est justement ce qui permet d’avoir un regard sur ce que font les dirigeants. Tant mieux si Mme Moret est en règle, et je pense qu’elle est assez grande pour se défendre toute seule, sans l’aide h(y)aineuse de Mme Sandoz.
    En contraste, je constate que Mme Sandoz ne dit pas un mot d’un sujet autrement plus important, qui concerne toute les femmes de ce pays, c’est-à-dire l’égalité salariale hommes/femmes, bottée en touche (renvoyée en commission) pour une durée indéterminée par le Conseil des États tout récemment (il me semble que ces affreux “socialistes ou gauchistes” ne sont pour rien dans cette décision). Qu’en pense et qu’en dit Mme Sandoz. femme au demeurant ; on aimerait entendre ses récriminations aussi dans ces cas qui touchent tout un chacun·une et blesse dans sa dignité la moitié de la population suisse.

  4. Bien que ne partage pas toujours les avis de la Prof. Sandoz et que son utilisation des termes “gauchistes” et “jaloux” est inélégant au possible, il est vrai que cette agitation autour de la situation fiscale de monsieur Broulis et madame Moret est navrante. Quel principe moral exige qu’un homme politique quitte sa commune d’origine, fasse donation de son patrimoine à la commune de Lausanne et placarde sa liste de revenu sur la porte d’entrée de la municipalité ? De même, quel précepte moral requiert qu’une élue paye les dettes de son ex-mari et renonce à défendre ses droits ? Alors que les adversaires du PLR se régalent de ces jets de boue, la situation fiscale qui doit retenir leur attention est celle des centaines d’entreprises multinationales qui réfléchisent à quitter le territoire vaudois après la réforme fiscale américaine. Quel argent servira à financer les services à la population vaudoise si les revenus fiscaux de toutes ces sociétés partent outre-atlantique ? Ceux de Broulis et de Moret ?

  5. Je trouve curieux de faire passer Mme Moret pour une pauvre victime d’une mesquine jalousie plébéienne.
    Par ailleurs, à ma connaissance, il n’y a pas de crime d’outrage à praticien. Son rôle politique est important pour la collectivité, il est normal que sa probité ne laisse pas place à la conjecture.
    De mon point de vue, il s’agit là d’une fâcheuse contrepartie évidente au mandat qu’elle à accepté.

  6. Pays heureux où l’on a rien de plus intéressant à débattre, … où la température de mise à l’eau des homards avant consommation, suscite plus de débats au parlement, avant d’examiner celle des crevettes…,que le sort des SDF lorsque la température chute.
    Pour ce qui concerne Monsieur D. Rochebin, banderillero de l’interview, sous son apparence de gendre idéal, il coupe de plus en plus la parole à ses interlocuteurs, comme nombre de ses confrères/consoeurs, alors que ce que leurs victimes ont à dire est souvent plus intéressant que les questions posées.

  7. Ils se sont mis à trois journalistes lors du TJ de 12h45 le vendredi 2 mars à la RTS pour raconter sans contradicteur leurs dénonciations contre des élus. M. Ansermoz (24heures) M. Reichen (Tages Anzeiger) et la présentatrice RTS (M. Rappaz rédacteur en chef). Les trois en roucoulant comme des colombes terminèrent l’interview par exiger que ces élus répondent aux questions posées dans leurs pamphlets, sous menace d’augmenter la pression si les réponses ne leur plaisent pas ( !). Exiger ? M. Ansemoz (24heures) annonce que les temps ont changé. Oui, ces journalistes se sont changés en vulgaires voyous maîtres chanteurs. Pour dire cette énormité je me réfère au professionnalisme des Béguin, Treyvaud ou Payot d’autrefois. Mais pourquoi ces trois voyous se lient-ils chers lecteurs ? Pour imposer leur justice de chef de bande ? Il y aurait comme un défaut dans notre presse et à la RTS.

  8. Ainsi, au 19:30 du 6 février, le Conseiller d’état Broulis a passé un sale quart d’heure sous les attaques malhonnêtes de Darius Rochebin. Maintenant que la redevance est sauvée, nos chers journalistes de la RTS vont encore moins se gêner pour descendre en flamme des politiciens qui ne leurs plaisent pas, quasiment toujours de droite.

  9. Bonjour, je suis ici pour remplir l’une de mes promesses envers le grand homme, le Dr Solo Wise, qui m’a aidé à retrouver mon mari après 4 ans de séparation. Il nous a quittés, nous et nos enfants, et a poursuivi une autre femme dont le Dr Solo a déclaré qu’elle utilisait un puissant vaudou étrange pour mon mari. Mais merci à Dieu d’avoir utilisé le Dr Solo pour aider à casser le vaudou et ramener mon mari. J’aimerais le rencontrer plus tôt, mais je lui en suis reconnaissant. Il peut également vous aider à résoudre tout autre problème. Son email est
    [email protected]

    WhatsApp +855976707219 le contacter aujourd’hui et me remercier plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *