Je crains les Chinois même quand ils portent des cadeaux…

La Chine est un partenaire commercial alléchant à qui les pays européens font la courbette pour s’assurer des conditions de marché favorables. En échange, mais évidemment sans que cela apparaisse comme une clause du contrat, les mêmes États (notamment la France et la Suisse) évitent de recevoir le Dalaïlama de manière trop officielle, car cela « indispose » l’excellent partenaire communiste. « Le Temps » de ce 19 juin rappelle la chose, précisant que la Russie fait de même, l’Afrique du Sud également et que même le pape François se laisserait impressionner. Il est évident que céder à ce chantage est totalement incompatible avec un minimum d’éthique. Certes, puisque le Dalaïlama a renoncé à ses fonctions politiques (c’est aussi « le Temps » qui le rappelle opportunément), il n’y a aucune raison de le recevoir avec la pompe réservée aux chefs d’État, mais il y a dès lors mille raisons de plus de l’accueillir dignement en sa qualité de chef religieux, au nom de la liberté religieuse et du dialogue interreligieux, ce que la Chine n’admet pas non plus.

Dès lors, que penser des promesses chinoises quand la Chine achète une entreprise suisse ?

Interrogé l’autre jour par la RTS sur l’application, par la Chine, dans une entreprise suisse rachetée, des règles de responsabilité sociale helvétiques, un responsable chinois a répondu que l’on se faisait une idée fausse de la Chine, que celle-ci avait maintenant de véritables entrepreneurs et qu’il fallait donc s’habituer à la culture chinoise.

J’ai senti un frisson courir le long de ma moëlle épinière. La réponse était franche : nous appliquons nos méthodes où et quand nous voulons. Nous savons ce que nous faisons et vous n’avez qu’à assumer les conséquences de votre vénalité. C’est le plus fort qui dicte les règles.

Timeo Danaos !……

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *