La France menacée d’une nouvelle “Terreur”?

La France va-t-elle vivre une grande « purification politique » ? Ce ne serait pas directement à M. Macron qu’elle le devrait, mais à ces Robespierre et St Just fouineurs qui, sous « couvert de transparence » (oxymore !) livrent à la guillotine de l’opinion publique tous ceux qui ont, à ce jour, pu tirer avantage du système politique français en vigueur jusqu’à présent.

Bon ! On a remisé la guillotine pour la remplacer par la dénonciation sur les ondes et dans toutes les formes de média. C’est une méthode moderne d’exécution capitale. Le fétichisme de la pureté a notamment pour caractéristique la rétroactivité des règles de droit. Il faut punir selon les lois nouvelles les actions passées.

Vaste sujet de réflexion philosophique greffée sur l’axiome selon lequel l’homme serait naturellement bon, mais corrompu par la société.

Rousseau plus dangereux et plus trompeur que jamais

Je n’ai jamais compris comment, depuis que Pasteur avait prouvé qu’il n’y avait pas de génération spontanée, une société composée d’hommes naturellement bons pouvait faire naître  la corruption.

C’est bien la preuve qu’il y a aussi du mal en l’homme et que toute la recherche de règles pour la vie en société devrait tendre à favoriser les qualités plutôt que les défauts. C’est peut-être ce que le système politique français avait négligé depuis quelques années et que M. Macron essaie de faire avec la loi Bayrou. Mais ce n’est certainement pas ce qu’a réalisé la Terreur, en son temps, ni sa nouvelle forme médiatique actuelle. Parce que les “incorruptibes de la Terreur” flattaient en réalité les plus bas instincts populaires.

Décidément, ainsi que le dit la sagesse populaire : « l’expérience, c’est comme la brosse à dents, ça ne sert qu’à une seule personne » !

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

4 réponses à “La France menacée d’une nouvelle “Terreur”?

  1. J’adore lire vos petits billets, s’est s’autoriser une petite dose de conservatisme élitiste chrétien anti-communiste.

    J’admire ici le point Godwin expliquant que “dire la vérité, c’est guillotiner les méchants”. Mais bon, avec le niveau philosophique développé ici digne d’un dimanche après la messe sur la nature de l’Homme, difficile d’élever le débat sur la corruption institutionnelle française masquée aux yeux des citoyens (je n’ose pas dire peuple tellement il s’agit d’un terme péjoratif à vos yeux) et que réclamer justice en cas d’abus revient selon vous à flatter les plus bas instincts populaires. Lorsque les outils pour obtenir réparation n’existe pas, les citoyens développent les leurs, quitte à choquer la bourgeoise et l’ordre établi. Et moi qui pensait que l’Ancien Régime avait disparu …

  2. Je partage totalement vos commentaires.
    Il serait temps que les politiques français passent l’éponge sur le passé.
    Autrement , pourquoi ne pas refaire le procès de la révolution, du communisme et j’en passe.
    Il y a matière à réflexion

  3. L’expérience sert à tous si on veut la partager et non pas s’en glorifier. C’est comme la brosse a dents. elle sert comme instrument d’hygiene pour sa proprietaire et sert aussi d’instrument de communication car avec un bon goût mentholé tout passe mieux. CQFD. Ceci dans aucune prétention de ma part. Merci de m’avoir lu

  4. Merci de vos propos qui nous poussent à prendre de la hauteur pour mieux appréhender ce sujet tellement médiatisé.
    A lire vos commentateurs, je suis perplexe. La sécurité du droit, comme la non-rétroactivité des lois, est quelque chose qui n’est manifestement pas toujours compris.
    Un ami m’a illustré cela l’autre jour… si lors d’un contrôle routier votre taux d’alcoolémie a été mesuré à 0.7 il y a une dizaine d’années (la limite étant alors fixée à 0.8 pour mille), vous poursuiviez votre route tranquillement. Et lorsque la loi a changé (à 0.5 pour mille), votre cas n’a pas été repris pour être sanctionné. Tout le monde trouve cela normal.
    Mais pour juger le laxisme scandaleux qui s’est développé chez les politiques en France, le même principe s’applique comme vous le soulignez si bien. Et la mise au pilori par presse et réseaux sociaux n’est pas soutenable. Trop d’émotions se mêlent à la compréhension des faits.
    Merci, Madame Sandoz, de poser ces points qui doivent faire réfléchir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *