Un Président entrepreneur et généreux

Dans l’émission télévisée « pardonnez-moi » de ce dimanche 11 décembre M. Darius Rochebin interviewait le Président « sortant »de la Confédération, M. Schneider-Ammann. J’ai toujours admiré le calme efficace et l’humilité vraie de ce Conseiller fédéral. Aujourd’hui, plus que jamais, il s’est montré à la hauteur. Certes, des hésitations en français ralentissent un peu les échanges, mais cela ne nuit ni à l’intelligence ni à la finesse des réponses.

Admirable père, ce Conseiller fédéral qui dit à un journaliste français sa fierté et celle de sa fille que cette dernière ait accompli un apprentissage. Que répond ledit journaliste ? « Dans mon pays vous n’auriez jamais pu devenir ministre si vous aviez eu une fille qui n’avait fait qu’un apprentissage ! »

Partout dans le monde, pendant son année de présidence, M. Schneider-Ammann a défendu l’esprit entrepreneurial, la capacité du dialogue entre patrons et employés, la libre entreprise et fait connaître la formation duale de la Suisse qui permet de diminuer fortement le chômage des jeunes, ce chancre de l’avenir d’un pays.

D’aucuns ont déploré, chez nous, que le Président de la Confédération n’exalte pas principalement les études universitaires ou les écoles polytechniques fédérales. Il a assurément loué le développement exceptionnel du pôle lémanique, mais Il s’est aussi efforcé de rendre leurs lettres de noblesse aux métiers non académiques, luttant ainsi contre le snobisme des pourcentages universitaires qui cause des ravages depuis près de quarante ans et représente une vraie menace pour une formation adéquate des jeunes, respectueuse de leurs talents propres.

Le moment le plus admirable, lors de l’entrevue de ce jour, fut celui où, à M. Rochebin rappelant que le fameux discours aux malades avait fait le tour du monde et continuait d’être servi chaque semaine lors d’émissions satiriques, M. Schneider-Ammann a répondu que sa seule préoccupation à ce propos était le risque que des personnes malades puissent en être blessées.

Merci, Monsieur le Président, d’être un entrepreneur fier de sa profession et un homme de cœur !

Le 11 décembre 2016

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

Une réponse à “Un Président entrepreneur et généreux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *