Le bikini, valeur républicaine!

L’excitation française au sujet du burkini atteint le sommet du ridicule ! On entend des hommes politiques français affirmer même que ce genre de costume de bain « est une atteinte aux valeurs républicaines ». Si le ridicule tuait!…..

Il y a cent ans à peine, comment nos grand-parents ou arrière-grands-parents étaient-ils vêtus quand ils allaient à la plage ? Les meilleures toiles de maître et les plus charmantes photos sont révélatrices ! Et l’esthétique des plages actuelles où la chair nue rappelle parfois l’étal des bouchers n’est pas forcément très inspirante ! Ce n’est qu’en 1960 que Dalida a chanté le « petit itsi bitsi tini ouni, tout petit, petit bikini ».  Les « valeurs républicaines » françaises n’étaient donc pas encore une tradition!

Alors, pitié, laissons les ancêtres actuelles de futures femmes modernes se baigner en burkini ! Espérons qu’elles ne se noieront pas. Peut-être deviendront-elles même des championnes olympiques quand elles maîtriseront toutes les nages avec leurs « impedimenta ».

Cela n’a strictement rien à voir avec le problème de la burka ou du niqab, c’est-à-dire de l’obligation de se cacher le visage.

Le visage est l’identité d’une personne. Obliger quelqu’un à le cacher, c’est lui dénier sa qualité de personne.  Il est donc totalement inconciliable avec nos valeurs occidentales d’interdire à une personne de montrer son visage en public. Voilà ce que nous devons répéter inlassablement. Cette valeur-là concrétise le respect de l’autre autant que de soi-même. Il n’est pas nécessaire d’interdire niqab ou burka, il suffit de constater que celui qui l’impose est une sorte d’esclavagiste, la femme « séquestrée » sous sa burka ou son niqab étant au sens du droit suisse une victime et non pas l’auteur d’une infraction.

En revanche, toute autre partie du corps n’est qu’un accessoire utile que l’on montre ou non selon son sens de la pudeur, de l’esthétique, du confort, voire selon son éducation, même religieuse, ou selon sa soumission à la mode.

S’acharner sur le burkini, c’est prouver son ignorance des vraies valeurs.

Le 16 août 2016

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

21 réponses à “Le bikini, valeur républicaine!

  1. Chère Madame la Conseillère,

    Voilà enfin une remarque et mise au point parfaites sur le sujet tant dramatisé par l’ignorance et donc les ignorants. La France est le pays des droits de l’Homme – les politiciens français actuels ont une culture “moins fertiles” que leurs aïeuls. Ceci débouchant à des conflits inutiles tout en voulant montrer l’exemple de ce qu’est “la République”. C’est en fait, parler sans savoir. C’est vieux comme le monde.

    Très cordialement,

  2. Chère Mme Sandoz,
    Je crois que vous n’avez pas bien compris le problème. En France comme ailleurs, on invite les nouveaux arrivants à découvrir la culture et la langue française, nécessaires à une intégration rapide et efficace à la République. Or à côté de cette volonté évidente d’ouverture, le fait est que certaines personnes cherchent à imposer leur culture sur notre sol, au nom d’une sacro-sainte liberté individuelle qui n’a pas sa place en société.
    Le fond du problème, c’est le respect de nos règles, de nos valeurs et de notre culture. Quand je vais à l’étranger, j’accepte de me plier aux règles du pays que je visite. Et si je visite une mosquée et qu’on me dit d’enlever mes chaussures, je ne commence pas à dire : “non, je reste chaussé : parce que ce n’est pas ma culture”.
    Qu’il soit chrétien, musulman, hindouiste ou autre, à partir du moment ou un religieux quelconque utilise son dogme comme une arme, et tend à vouloir imposer sa vision dans l’espace public, il est temps d’arrêter les frais. Nous en sommes là en France : il y a eu, et il y a encore, des abus répétés d’un nombre réduit de personnes, qui s’imaginent qu’elles ont tous les droits, qu’on leur doit tout, et que le petit français va gentiment se plier et fermer sa gueule (vous m’excuserez la grossièreté du propos – mais il est équivoque).
    Peut-être n’avez-vous pas ce problème en Suisse – et c’est tant mieux pour vous. Nous, nous avons 40 ans de laxisme politique à rattraper !
    Votre remarque sur la burka et le niqab supposerait ensuite que les gens s’autocritiquent et se régulent entre eux. Ça marche peut-être en Suisse, mais pas en France. Comme j’ai essayé de vous le faire comprendre : on a des intégristes qui utilisent leurs femmes comme une arme de propagande religieuse, et ça, nous ne pouvons plus le laisser passer.
    Votre comparatif avec le bikini n’a également rien à voir : chaque femme est aujourd’hui libre de choisir un maillot de bain couvrant ou non, mais à priori, je ne peux pas juger de la religion d’une femme via son maillot de bain. Rien à voir avec le burkini dont on sait très bien à qui il s’adresse…
    Je pense donc que vous gagneriez beaucoup à visiter ce que nous appelons les zones de non droit, pour vous rendre compte par vous-mêmes de l’énorme travail qui nous attend, en France, pour faire comprendre à une partie minoritaire de la communauté musulmane que la récré est terminée, et que les lois de la République l’emportent de fait sur tout communautarisme religieux et tout individualisme.
    Il n’y a là aucun racisme caché, simplement le fait de vouloir vivre ensemble en harmonie, dans le respect mutuel d’autrui.
    J’espère que vous ne m’en voudrez pas de ne pas vous laisser mon email réel.
    Rien en vous empêche de me répondre sur votre blog de toute façon.
    Très Cordialement

    1. Dans quelle mesure considérez-vous que le port de cet accoutrement soit imposé et qu’il relève de la propagande ? Si les personnes concernées demandaient à tous de se conformer à leurs envies, je comprendrais votre propos, mais ce n’est pas le cas. Dans ce sens, votre interprétation des “lois de la république” est parfaitement inadaptée.
      Votre débat mérite de se déplacer sur la question du vivre ensemble, dans des sociétés multiculturelles, et des seuils d’acceptation ou de tolérance. Les sociétés évoluent inévitablement, et la seule influence que vous pouvez apporter est de contribuer de façon constructive au dialogue. Votre démarche, qui ne propose pas d’autre issue que le rejet et la soumission, est vouée à l’échec, et vous-même, à la frustration.

      1. Cher Maurice,

        Que le vêtement soit imposé ou non ne prête pas à conséquence sur l’idéologie qu’il véhicule, en l’occurrence, la volonté d’imposer un califat à ce que le Coran nomme des infidèles. Mais pour bien répondre à votre question, il me faut aborder un peu d’histoire et aller plus loin dans l’analyse.
        En 1789, la révolution française a donc permis la séparation de l’état et du clergé, chose que personne n’a remis en cause depuis. Or nous savons – et ce ne sont pas les exemples historiques qui manquent pour le prouver – que laisser les rênes d’un pays à des religieux est le meilleur moyen d’enfermer les gens dans un dogme qui n’est pas le leur, et auxquels ils sont forcés d’adhérer par simple conformisme social.
        Dans les pays musulmans, où cette séparation des pouvoirs n’a jamais eu lieu, nombre de gens subissent ainsi une religion qui leur est imposée, et il suffit de lire les conséquences parfois tragiques de l’apostasie pour se faire une simple idée du crime infâme que représente un esprit libéré. Je ne parlerai pas non plus de la soumission complète des femmes à leur maris, et des conséquences désastreuses pour nombre d’entre elles.
        Considérant ces faits, il est quand même heureux, pour les musulmans de France, et notamment les femmes, que ce pays ne soit pas un califat, et qu’il ne le devienne jamais !
        La République française a réglé ses problèmes de guerre de religion en votant pour la laïcité dans l’espace public. Ensuite chacun fait ce qu’il veut chez lui, et ce n’est pas pour rien non plus que l’on a construit des lieux de cultes : la rue n’a pas à appartenir à quelque religieux que ce soit.
        En 2014, la burqa a été interdite en France, parce qu’on a estimé que cette tenue n’était pas compatible avec la laïcité. Et il est vrai qu’autant un bijou religieux/un foulard discret ne posent pas de problème. Autant voir débarquer une femme en noir de la tête ou pied a quelque chose de choquant – et ce d’autant plus dans notre pays où les femmes ont longuement lutter pour avoir le droit de vote, la pilule, et accessoirement le droit d’étaler leur peau sur les plages.
        J’ai tenté plus haut de vous faire comprendre que le burkini n’est en fait qu’une burqa de plage, et non une mode, comme certains s’emploient à le laisser croire. La similitude même des deux noms ne laissent planer aucun doute quand à la cible visée. Je ne tenterai pas de vous convaincre d’avantage.
        Maintenant pour répondre entièrement à votre question, allons plus loin dans l’analyse, au risque certes de déplaire, mais aussi de crever l’abcès.
        La première hypocrisie commune à toutes les religions est de dire que l’on est ouvert aux autres, tout en étant convaincu de détenir soi-même la vérité ultime, et d’avoir le droit, et le devoir, de l’afficher et de la partager à tout va. La communication humaine n’existe toujours que pour se rassurer et imposer ses idées aux autres. Et cela est d’autant vrai, dans le cas religieux, qu’il s’agit de sauver l’infidèle de l’enfer, et de le convertir à tout prix, pour le salut de son âme, et tant pis pour sa volonté propre.
        Dans ce sens, utiliser les termes “acceptation” et “tolérance” autour d’un débat sur la religion est plutôt surprenant, sachant qu’il n’y a pas plus extrémiste qu’une religion qu’elle quelle soit, et pour cause : la religion s’appuie sur la foi, et non sur la logique, d’où le fait qu’il est impossible de raisonner un religieux.
        Le seul garde-fou reste donc la loi, pour le bien de tous. Et je ne vois vraiment pas en quoi légiférer pour limiter les abus et garantir l’ordre public choque autant nos voisins.
        Très cordialement.

    2. Bonjour Roland,

      Je comprends tout à fait votre propos et la tendance que certains ont à vouloir imposer leur point de vue aux autres, volontés d’islamisation ou autre…

      Mais là, je trouve le commentaire de Maurice pertinent, il n’y a pas de loi qui indique comment ont doit s’habiller pour se baigner dans la mer et encore moins de principes immuables. Il s’agit principalement de modes vestimentaires.

      Une telle tenue ne me semble pas très différente de celle d’un surfeur ou d’un plongeur. Effectivement, il y a une connotation religieuse, mais où est le problème. On n’interdit pas aux bonnes soeurs et autres nonnes de se balader en ville avec leurs habits traditionnels têtes voilées …

      Je suis plus choqué par le fait qu’on ne serve plus de porc dans certaines cantines scolaires. Là, on se plie et on impose à tous les contraintes religieuses d’une minorité

      Cordialement

      1. Cher Michael,

        Pour ma part, je serais effectivement pour le retrait pur et simple de tout vêtement religieux dans l’espace public. Maintenant j’ai bien conscience que les responsables religieux n’iront pas quitter leur vêtement de fonction demain juste pour me faire plaisir, et vu le rapport mathématique entre le nombre de responsables et le nombre de fidèles, je pense que ce point est quand même assez éloigné du problème de fond.
        Dans le réaliste et réalisable, je pense plutôt que personne ne devrait avoir à subir des prières de rues, des chorales religieuses, des petites musiques de Noël en fin d’année, qui sont autant de gifles flagrantes à la laïcité de base.
        Concernant votre remarque sur la cantine, mes remarques précédentes sur la religion subie prennent tout leur sens : aucun enfant ne devrait avoir à subir la religion de ses parents. Mais là encore, c’est trop tentant de manipuler sa progéniture sur laquelle on a le pouvoir absolu. On touche au manque de respect de l’adulte vers l’enfant, sous le couvert d’une hypocrisie éducative. Ce n’est pas la cantine ni l’enfant le problème. Le problème, c’est les parents.
        Très cordialement.

  3. Magnifique commentaire, chef d’oeuvre de concision où tout est dit et qui mériterait de faire la une des principaux quotidiens de nos amis français.
    Heureusement, la Suisse a une autre tradition de la démocratie que la France qui n’a jamais réglé son passé colonial.
    D’ailleurs, lorsqu’elle remet la légion d’honneur à un prince saoudien, il s’agit toujours de néo-colonialisme.
    Alors la République a toujours bon dos!

  4. Bonjour tout le monde,

    Excellente analyse de Mme Sandoz, et un travail remarquable, clair, et représentant la réalité.

    Je me permets maintenant de répondre MM. Maurice et Roland, acteurs d’un débat très intéressant.

    1ère partie: Introduction au sujet du burkini, voile, etc.:

    Tout d’abord, je tiens à préciser que je suis de confession musulmane, arrivé en Suisse à l’âge de 2 ans, et ayant suivi toute ma scolarité ici. Mon papa a fait des études religieuses (Imam), et pourtant, ma maman ainsi que ma sœur n’ont pas été voilées (ma sœur ne l’est d’ailleurs toujours pas). On ne m’a d’ailleurs jamais interdit de suivre un cours religieux à l’école (éducation biblique), de pratiquer une activité sportive (piscine), ou toute autre chose. On m’a également appris le respect de l’autre, et peut importe sa religion, ses origines, sa couleur, ou son apparence.

    Nos expériences, notre vécu, notre culture, notre croyance, et l’actualité, nous poussent parfois à avoir un avis qui ne correspond pas à la réalité. Par exemple, il est faux de dire que toutes les femmes voilées (burqa, hijab, ou autre) sont contraintes de le porter, le font par provocation, sont payées pour le faire, sont utilisées comme moyen de colonialisme moderne, ou sont un risque (terroriste). Tout comme il est faut de dire que tout musulman ou tout être-humain (chrétien, juif, athée, bouddhiste, etc.) est parfait (certains ne respectent pas la personne ou un peuple avant tout, qui a mon sens est même plus important que le respect de la loi en elle-même).

    Le respect de la personne passe tout d’abord par l’acceptation de ce qu’elle est, sans la juger et la critiquer avant de la connaître et même après avoir fait connaissance avec elle (que ce soit par sa couleur, son apparence, ou son style vestimentaire). Je ne peux pas contraindre une femme à porter la burqa, un burkini, ou tout autre vêtement, et je ne peux pas non plus la contraindre à le retirer sous prétexte que j’ai une culture différente, une croyance différente, que j’ai peur d’elle car je ne vois pas son visage, que dans un pays dictatoriale je serais traité différemment, ou autre chose. Ma maman en est l’exemple parfait, elle n’a pas porté de voile durant de nombreuses années, et un jour, sans aucune contrainte ni provocation, a décidé d’en porter un (par rapport à ses croyances et à son envie personnelle).

    Personnellement, je ne suis pas trop pour le voile intégral, car je souhaite savoir à qui j’ai à faire et avec qui je communique si je croise la personne dans la rue. Ce n’est pas pour autant que je vais demander à une femme de se dévoiler ou lui apprendre comment se vêtir sous prétexte que cela me dérange ou me choque. Au contraire, ce serait lui manquer de respect car les femmes ont combattue pour leurs droits, les contraindre OU leur interdire de faire ce qu’elles pensent juste pour elles serait un retour en arrière. D’ailleurs, je me dis que cela ne change rien à ma vie, qu’elles soient entièrement voilées ou entièrement dénudées, le principal c’est que nous puissions vivre tous en harmonie. Ce qui est dommage dans cette histoire c’est que certains politiciens et certains fous utilisent cette division et ce manque d’acceptation à des fins plus “obscures”.

    Je vais conclure cette première partie par un verset du coran qui démontre que nous devons faire connaissance, malgré nos différences (le but ici ce n’est pas de faire de la propagande religieuse, mais de montrer aussi à certains musulmans qu’il faut respecter son prochain et apprendre des autres humains car il y’a toujours des choses à découvrir. Nous ne pouvons pas vivre dans un pays sans respecter les citoyens et sans avoir de contact avec son voisin car il ne pense pas comme nous):

    Allah le Très Haut dit : « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur. » (S49/V13).

    2ème partie: Réponse à quelques questions ou avis donnés:

    1. Pourquoi les musulmans enlèvent leur chaussures dans les mosquées et demandent aux visiteurs de le faire? Tout simplement car les sols des mosquées sont la plupart du temps tapissés, et comme les musulmans se prosternent (visage contre terre) pour leur prières, ils souhaitent garder les lieux propres. Généralement les chaussures s’enlèvent à l’endroit où l’on fait la prière. Par ailleurs, lorsque je vais chez un ami athée ou chrétien ou juif, je lui demande s’il faut enlever les chaussures (car chez moi je les enlève). Je ne le contraint cependant pas à le faire lorsqu’il vient chez moi, mais je l’informe que je le fais et cela a toujours été compris et ne dérange pas le visiteur (c’est cela le vivre ensemble).

    2. Pourquoi les musulmans prient dans les rues? Peut-être qu’ ils n’ont pas l’infrastructure nécessaire pour le faire dans une vrai mosquée. Peut-être qu’ils n’ont pas de mosquée à proximité. Il y’a 5 prières par jours dans l’Islam, et elles doivent être faite à l’heure. Sincèrement, je ne vois pas de problème tant qu’ils ne gênent personne. Voir des alcooliques ou des trafiquants de drogue embêter des passants dans la rue est-il moins problématique que des personnes qui prient en 5 minutes sans importuner personne? Si cela dérange vraiment, pourquoi ne pas dialoguer avec ces personnes (leur expliquer qu’ils embêtent les gens en priant à cet endroit, mais qu’ils peuvent prier un peu plus loin). Ce sont des êtres-humains tout de même, et une intelligence.

    3. La religion s’appuie-t-elle uniquement sur la foi?
    Peut-on imaginer qu’un bateau, rempli de marchandises, sans personnel à son bord (capitaine), lâché en pleine mer agitée, puisse atteindre sa destination tout seul et sans aucun dégât ni perte? La réponse est bien entendue NON. Comment peut-on alors imaginer le fonctionnement complexe du système solaire sans créateur? Les planètes suivant une trajectoire précise et bien définie, et la terre qui serait brûlée si elle était un peu plus proche du soleil ou congelée si elle en était un peu éloignée.
    N’est-ce pas tout simplement de la logique?

    4. Le pouvoir de l’état est séparé de la religion
    Comment peut-on alors accepter qu’un président et un ministre prennent position sur certains sujets, et qu’ils assistent à une cérémonie religieuse dans une synagogue avec une kippa sur la tête (MM. Hollande et Valls)? Le pouvoir est séparé sur le papier, mais dans la réalité cela n’est pas vrai. C’est d’autant plus vrai lorsque M. Valls dit: “Les israéliens peuvent porter leur kippa avec fierté en France”. Une kippa n’est-ce pas un signe religieux? D’où un ministre peut se permettre d’autoriser un signe et d’en bannir un autre sous différents prétextes? Ne doit-on pas être arbitraire avec tout le monde? Que celui qui porte la kippa, la tunique bouddhiste, le voile ou un autre habillement religieux ou traditionnel le fasse, pour autant qu’il ne dérange personne. Mais que les politiciens ne se mêlent pas de ce genre de sujet pour tenter de détourner l’attention du peuple sur leur mandat totalement raté et les problèmes actuels plus graves qu’ils n’arrivent pas à résoudre (le port du burkini ne concerne d’ailleurs pas plus de 20 personnes, ce qui n’est rien par rapport à la population française).

    5. Colonialisme, provocation, etc..
    Je vous invite à vous rendre au Monténégro (pays laïc, géré par une majorité de personnes orthodoxes). Dans ce pays, en plus de la nature somptueuse, il existe des plages dédiées aux femmes, sur lesquelles se baignent nudistes et femmes en burkini depuis de nombreuses années. Il y’a aussi d’autres plages sur lesquelles il y’a de la mixité. Cela n’a pourtant pas fait du Monténégro un pays colonisé par les musulmans, mais une preuve de respect et un dialogue inter-religieux. Ces femmes ne gênent d’ailleurs personne et c’est peut-être aussi un moyen de s’intégrer (elles sont en contact avec d’autres personnes malgré leur vêtements et ne sont pas exclues par la société). Si elles sont contraintes par leur mari de faire des choses, c’est même une échappatoire (l’occasion de trouver quelqu’un pour leur venir en aide).

    6. Pour le reste, je pense que les pays chrétiens ne doivent pas abandonner leurs cultures, ni leur quotidien pour satisfaire une communauté (arrêter de manger du porc, etc.). Cependant, il est mieux s’ils donnent la possibilité à ces communauté de se vêtir, de pratiquer les activités qu’ils veulent, ou de manger ce qu’ils veulent (proposer un menu sans porc dans les cantines, tout comme sont proposés les menus végétariens, sans pour autant abandonner le porc pour ceux qui en mangent).

    Pour conclure, si un athée ne croit pas en Dieu, ou croit en autre chose, nous pouvons toujours discuter, mais je ne vais pas l’harceler et le forcer à adhérer à mes croyances. Par ailleurs, je ne le critiquerais pas, et ne le forcerait pas à faire quoi que ce soit. J’attends donc la même chose de son côté. Dois-je me conformer à ses envies et abandonner mes croyances pour le satisfaire?

    Le jour où nous apprendrons à tous vivre ensemble avec nos différences (religieuses, culturelles, vestimentaires, et raciales), ce jour là, ni les politiciens, ni les extrémistes fanatiques ne pourront nous diviser et nous vivrons en parfaite harmonie les uns avec les autres, dans les bonnes et les moins bonnes situations.

    1. Cher Muhammad,
      Nous sommes bien d’accord que ce que font les gens dans leur espace privé ou sur leur lieu de culte ne regardent qu’eux, et ne gênent personne – ce n’est pas le débat.
      Le problème, c’est l’espace public, où la religion n’a tout simplement pas sa place. Je n’ai pas à juger du pourquoi on me demande d’ôter mes chaussures dans une mosquée. J’ai à me plier à une règle commune, pour le bien de tous – comme vous l’expliquez très bien : ne pas salir les tapis et l’intérieur. Et bien dans l’espace public, c’est pareil : je n’ai pas à me plier à la religion d’autrui, au nom d’une liberté personnelle qui ne s’applique que dans le foyer ou le lieu de culte. Ce n’est pas une question de méconnaissance de l’autre, comme vous semblez le penser, mais bien une simple question de savoir vivre ensemble sur une base commune : circuler dans la rue ou sur la plage, le visage à l’air, visible de tous. C’est notre culture à nous depuis toujours, et il n’y a aucune raison d’en changer.
      Ensuite il est exact que les femmes sont plus libres dans nos pays respectifs que dans certains pays musulmans, où le dogme religieux leur impose de se voiler, et où l’on sait très bien se qui se passe quand elles ne le font pas. Je le redis une fois encore : les femmes musulmanes de France ont bien la chance de ne pas vivre dans un califat, mais s’en rendent-elles seulement compte ?
      Vous avez également raison de signaler qu’il y a quelques années, la prière dans les rues était due à l’absence de lieux de culte, mais la situation à quand même évoler depuis. Dans une ville proche de chez moi, où l’on a construit une superbe mosquée flambant neuve, on s’aperçoit que certains continuent malheureusement à faire leur prière dans la rue, et là, désolé : on est clairement dans une provocation gratuite de la part d’une minorité extrémiste. Le problème est le même pour les chorales judéo-chrétiennes et autres démonstrations de foi dans la rue : ce n’est pas leur place.
      Vous prônez la discussion à juste titre, mais le débat et l’échange ne peuvent fonctionner qu’avec des gens ouverts et réceptifs. Le problème avec les extrémistes par définition, c’est précisément qu’ils ne veulent rien entendre, entendent imposer leur vision au reste du monde, et ne connaîssent toujours que les rapports de force, d’où le recourt à la loi. Je ne discuterai pas sur vos convictions religieuses propres que je ne partage pas, mais que je respecte. Quand à citer un texte religieux, tout en affirmant plus loin que vous ne cherchez à convaincre autrui, désolé, mais vous vous contredisez quelque part.
      Votre discours sur les politiques m’interpelle beaucoup plus. La séparation du clergé et de l’état en France à permis de faire que les lois soient écrites pas des laïcs, et non plus par des religieux, ce qui permet de faire des lois neutres, indépendantes de tout dogme, et qui s’appliquent à tous à et à toutes sans aucune exception. C’est une des forces de la République que d’avoir su mettre le religieux de côté, tout en laissant aux gens la liberté de croire en ce qu’ils veulent chez eux. Cela n’a absolument rien à voir avec la participation de responsables politiques à des manifestations religieuses, car le politique doit forcément gérer les obédiences en présence sur son sol, et donc rencontrer les responsables pour prendre les décisions publiques qui s’imposent. Dans ce sens, je pense que votre charge contre les politiques est hors sujet.
      Votre exemple sur le Monténégro, que je n’ai jamais visité, est certes intéressant, mais je ne connais pas les us et coutumes historiques de ce pays, et quand bien même : le débat ici porte sur la France. Déjà entre voisins proches, la culture diffère énormément, alors entre voisins éloignés…
      Enfin il n’a jamais été question ici de demander à des religieux le renoncement à leur croyance. Au risque de me répéter une nouvelle fois : chacun est 100% libre de croire en ce qu’il veut chez lui, et de faire comme il veut dans son domicile ou sur son lieu de culte, mais pas dans l’espace public, où certaines tenues et certains comportements n’ont pas leur place, et n’ont aucune raison d’être tolérés.
      Nombre de pays musulmans, notamment africains, ont interdit la burqa, le hijab et le niqab, sans que cela ne choque personne – la plupart du temps pour des raisons de sécurité il est vrai. Beaucoup en europe ont également interdit toutes ou partie de ces tenues. Et sauf erreur de ma part, le canton du Tessin a pris la même décision sur la burqa chez vous en Suisse.
      On fait donc beaucoup de vent du cas du burkini, alors que la grande majorité des peuples européens s’accorde quand même sur certaines valeurs communes, et certaines limites à ne pas dépasser.
      Quant au vivre ensemble, il ne peut exister sans règles et sans sanctions : quand on laisse des gens faire tout ce qu’ils veulent, ça s’appelle l’anarchie. Comprenez bien que nos lois cherchent d’abord, et surtout, à protéger notre communauté musulmane modérée, qui reste la première victime indirecte de quelques fous dangereux. Et ce ne sont pas les familles de ces enfants, qui sont allés se faire tuer en Syrie, qui vous diront le contraire.
      Très cordialement

      1. Cher Roland,

        Vous ne pouvez pas demander à quelqu’un de mettre de côté sa religion sous prétexte que vous n’adhérez pas à cela ou que vous ne croyez pas en Dieu. La religion a bien sa place même sur l’espace public, tout simplement car chacun est libre de croire en ce qu’il veut et de pratiquer sa religion comme il l’entend. Y compris pour son style vestimentaire, que ce soit une kippa, un voile (musulman ou chrétien d’ailleurs), une croix, ou tout autre habits. Si sa conviction est qu’il doit porter cela pour respecter sa croyance et pour ne pas désobéir à Dieu, alors qu’il le fasse.

        En interdisant à chaque personne de faire ce qu’il veut nous ramènerait au communisme, ou il n’existe ni religion (chacun doit croire en cachète), ou tout le monde vie et est habillé de la même manière. Si c’est cela votre vision du monde, alors pauvre de vous. Nous vivons dans des pays, civilisés, multiculturels, et laïc. Qui dit laïc, dit respect de toute forme de religions dans l’espace privé et public. Et c’est juste par manque de culture que vous n’acceptez pas que certaines personnes s’habillent comme elles le désirent. Chaque culture est différente, et nous pouvons toujours apprendre des autres, et c’est la preuve que c’est par incompréhension ou égoïsme que vous justifiez l’interdiction de tout signe religieux sur la place public (car vous ne pensez qu’à vous).

        En ce qui concerne les pays religieux et rigoriste auxquels vous faites allusion, c’est également par manque de connaissance que vous les citez. Cela n’a bien entendu rien à voir avec les médias qui ne reflètent pas toujours la réalité, et que vous suivez aveuglément, assis dans votre canapé ou dans le tea-room du quartier, en pensant que vous allez comprendre le monde ainsi ou le refaire. Il faut plutôt voyager, et je vous assure et vous rassure, même en Arabie Saoudite, une femme non voilée sera certes mal vue, mais elle ne se fera pas pendre sur un stade devant le peuple contrairement à ce que l’on croit.

        Je prône l’échange, et vous avez raison lorsque vous dites que le débat peut être ouvert qu’avec des gens ouverts et réceptifs. D’un côté il y’a certes des extrémistes, mais que dire de ceux qui n’acceptent pas l’habits d’une personne car ils sont convaincu qu’elle provoque, ou que cette personne fait parti d’un projet de colonialisme moderne? N’est-ce pas là aussi un extrémisme? Il faut que chacun garde sa culture pour soi, mais qu’il la partage aux autres également. Avez-vous demandé une seule fois à quelqu’un pourquoi les femmes se voilent (musulmanes ou chrétiennes)? C’est d’une part religieux, mais cela fait aussi partie de certaines cultures, et pourquoi donc ne pas l’accepter ainsi et être tolérant?

        En ce qui concerne les politiques, je comprends que pour certains événements, il se mettent en avant en visitant les lieux de cultes qui sont ouverts à tous (d’ailleurs je pense que c’est plus pour les élections que par empathie qu’ils le font), mais de là à porter le symbole de cette religion ou, en tant que ministre, à faire presque allégeance à un autre état, cela est tout de même grave (M. Valls a d’ailleurs beaucoup été critiqué pour cela, à gauche comme à droite).

        La culture occidentale est différente entre voisins, mais en général reste la même (on se sert la main, on montre son visage, on se rase la barbe, etc.). Votre point de vue vient sûrement du fait que vous ne voyagez pas beaucoup, et je vous invite à visiter encore une fois le Monténégro (mais aussi d’autres pays même asiatiques).

        Le vivre ensemble c’est accepter les uns et les autres, sans sanctionner ou interdire à des personnes de faire ce qu’ils veulent (tant qu’ils n’embêtent personne). Cela s’appel le respect est la tolérance. Quant aux lois, françaises en particulier, elles cherchent plutôt à stigmatiser, dénigrer, empêcher une ou plusieurs communautés à vivre en paix, et elles sont aussi beaucoup utilisées pour fermer les yeux au peuple quant aux vrais problèmes de la société qui n’ont pas été traités depuis longtemps par ces politiciens que vous défendez.

        Votre dernière remarque est quant à elle totalement hors sujet. Ce n’est pas parce que une personne est musulmane, ou qu’elle porte un burkini, qu’elle a été combattre en Syrie. Il y’a également de bons français, et même des personnes très intelligentes, qui pensaient aller faire de l’humanitaire et qui sont totalement trompées. Après, toutes n’ont pas été pour la même raison, et encore une fois, nous ne pouvons pas généraliser. Peut-être qu’il y’a des personnes considérées comme des terroristes car elles sont en Syrie, mais elles travaillent sur place pour enlever les nombreux civiles, femmes et enfants des décombres laissées par l’armée Russe!? Sommes-nous là bas pour juger, non, alors ne parlons pas de choses que nous ne connaissons pas!

        Amicalement,

        1. Merci tout de même, monsieur Muhammed pour vos commentaires, vous êtes l’un des rares dont je trouve que certains commentaires, sont plus que sensés…

  5. Madame Sandoz,

    On ne peut comparer les burkinis avec les costumes de bain couvrants de nos grand-mères ; elles ne faisaient de prosélytisme pour le christianisme…
    Que ce soit par contrainte ou par choix, le burkini porté par certaines musulmanes est perçu, par le bon sens, comme une provocation et un marqueur de l’expansion de l’islam dans notre Europe judéo-chrétienne.
    Comme d’autres marqueurs, de plus en plus nombreux, des territoires que l’islam doit conquérir, le burkini ne doit pas être accepté dans nos sociétés occidentales.

  6. Bonjour Madame, bonjour à tous

    Vous avez tout-à-fait raison et ce que vous dîtes tombe sous le sens. J’ajouterais même que cela fait partie de la liberté de chacun et de chacune de s’habiller comme il ou elle l’entend, sauf à ne pas contrevenir aux règles juridiques en vigueur : nudité ou visage caché par exemple.
    Néanmoins cette façon de voir les choses ne représente qu’un aspect de la question du burkini.
    Je ne suis pas contre le foulard, ni même, pourquoi pas, contre le burkini, en tant que tel. Après tout il ne s’agit là que d’un vêtement qui ressemble à une combinaison de plongée et les femmes qui le portent ne pourraient pas sans cela se baigner.
    Il n’empêche que je suis mal à l’aise face à ce vêtement, lorsque je suis sur la plage ou lorsque je me baigne et que je côtoie une femme qui le porte, tout simplement parce que le burkini n’est pas n’importe quel vêtement.
    Non Madame, le burkini ne ressemble en rien au maillot que portaient les baigneuses de Picasso, par exemple (maillot que portaient également les hommes, il faut le rappeler, alors que le burkini est exclusivement féminin). Il est même l’opposé du burkini quant à sa signification. Dans un cas, le maillot fait partie d’un mouvement global qui concernait entre autres, la libération du corps de la femme, par rapport à une mode qui l’oppressait mais dans l’autre, ce serait plutôt le contraire, une dissimulation du corps de la femme, objet de séduction, de ses formes, de ses cheveux, comme s’ils étaient impurs, une réduction de la femme à son sexe débouchant sur une inégalité de la femme par rapport aux hommes.
    De la même façon, tout comme le foulard, il divise la société en croyantes et en mécréantes et surtout, il n’est que la partie visible de l’iceberg, dont le but caché est de l’imposer à toutes les femmes.
    le burkini comme le foulard ne sont donc que la première étape d’un projet funeste. Après, seront privatisées des plages pour croyantes. C’est ce qui vient de se passer en Corse où une famille a privatisé une plage sous prétexte que les femmes portaient le burkini..
    Lorsque M.Valls dit que le burkini est une atteinte aux valeurs républicaines, il n’a pas tort car le burkini est un vêtement qui véhicule le communautarisme et qui divise la société. et de par ses répercussions nocives, il est contraire aux valeurs de la république.
    j’ai vu dans Le Point, une photo de religieuses qui trempaient leurs pieds au bord de la mer et on faisait la comparaison de façon inopportune avec le burkini. Cela n’a rien à voir. Ces femmes ne se baignaient pas, elles ne portaient pas de burkini. Les femmes qui portent le burkini ne sont pas des religieuses, elles n’ont pas voué leur vie à Dieu. Ce sont des femmes qui mènent leur vie comme tout le monde et qui sont utilisées pour d’autres objectifs que ceux de la baignade.

    1. Bonjour FATIE18,

      Pour ma part, je suis mal à l’aise lorsque je lis vos idioties, ce n’est pas pour autant que je vous interdit de donner votre avis sur internet. On ne va pas tout de même pas demander à 2 milliards de personnes de changer d’apparence vestimentaire pour vous faire plaisir!?

      On peut donner à un vêtement n’importe quel nom, le but de celui-ci est de se couvrir le corps par pudeur et non pas par impureté. Personne ne vous force à adhérer aux idées de ces personnes qui le portent, que son nom soit burkini ou pyjimini. En ce qui concerne la signification, le burkini a été créé en 2004, par une australienne, et il est composé des trois premières lettres de Burqa et des quatre dernières de Bikini. Les femmes le portent librement, et les empêcher de le porter serait une atteinte grave aux libertés et valeurs qu’elles ont défendues.

      Par ailleurs, comment pouvez-vous dire qu’il divise la société entre croyants et mécréants, et quelle est votre preuve quant aux allégations que vous faites que ce vêtement fait partie d’un but caché qui consiste à l’imposer à toutes les femmes? L’homme n’a pas pu imposer aux femmes des choses bien plus dures, alors qu’en serait-il d’un simple tissus (surtout que celui-ci est utilisé que pour la baignade)!?

      En ce qui concerne M. Valls, ce triste personnage ne trompe plus personne. Il cherche à masquer son bilan chaotique en détournant l’intention de la population des vrais problèmes qu’il n’arrive pas à gérer. Par cela il ne détourne que les faibles d’esprits, et à priori vous également. Le fait que cela soit nocif ou pas, tout dépend de la personne. Si vous pensez détenir une vérité, alors soyez aussi nocif pour les autres et ramenez-les vers cette vérité sans les contraindre! Si 10 femmes en France portant le burkini sont un problème d’état, et préoccupent tout un pays car elles risquent de convertir 66 Mio de personnes, alors c’est vraiment un problème majeur (de voir autant de personnes manipulées).

      Pour finir, avez-vous un don exceptionnel ou un pouvoir vous permettant de savoir ce que les gens ont dans leur cœur et dans leur tête? Comment pouvez-vous affirmer que les femmes religieuses ne sont pas comparables aux autres femmes, ou encore que les autres femmes n’ont pas vouées leur vie à Dieu car elles ne portent pas le burkini et ne se baignent pas? C’est tout de même incroyable et dangereux d’affirmer cela, car d’une part il y’a bien des femmes religieuses qui se baignent (et pas seulement les pieds), il y’a des femmes qui vouent leur vie à Dieu tout en étant mariée, et il y’a même des femmes non voilées qui ont un meilleur cœur que des femmes voilées ou religieuses. Il y’a de tout, et votre dernière affirmation est à l’image de votre commentaire. Il faut sortir votre tête d’internet et des journaux locaux, et essayer de voyager un peu dans le monde entier (comme cela a été conseillé à une autre personne plus haut), vous découvrirez sûrement des endroits ou vivent des êtres humains, ensemble, malgré leur différences, et où les femmes “ne sont pas utilisées pour un objectifs autre que la baignade”. Essayez la Malaisie par exemple, ou même l’Indonésie où on vous embrasse la main pour vous saluer et ou le mot respect raisonne dans les têtes plus que le mot crainte, haine et misanthropie.

  7. Le burkini n’est pas un sari !
    Pour une fois, chère Madame, je ne suis pas d’accord avec vous. Un burkini n’est pas un vêtement anodin, ce n’est pas un vêtement simplement pudique ou exotique ou permettant à la femme qui le porte de se rattacher sentimentalement à son origine, comme le serait un sari (que je trouve d’ailleurs, certes subjectivement, incomparablement plus élégant).
    Ce que je veux dire c’est que le Burkini est avant tout, sous un « couvert » religieux, une affirmation politique disant que la personne qui le porte défend les valeurs d’un islam conservateur…et l’on sait bien aujourd’hui le danger que représentent ces valeurs. La femme qui le porte est une militante, quelqu’un qui non seulement refuse les valeurs du pays où elle s’est installée (ou même où elle est née) mais qui défend la même idéologie que les barbares qui se font exploser au milieu de foules innocentes ou qui égorgent les « mécréants » dans les territoires qu’ils ont conquis. Je sais que certains demandent que l’on fasse la différence entre les musulmans traditionnalistes et les djihadistes mais cette distinction est spécieuse car le Coran non expurgé est un livre terrible, extrêmement agressif et violent.
    Que veulent ces femmes ? C’est imposer leur « mode » à leur coreligionnaires pacifiques, non seulement par l’exemple mais par l’exclusion et la menace, lorsqu’elles deviennent suffisamment nombreuses, et c’est aussi éduquer leurs enfants et en particulier leurs fils dans leur idéologie. Les enfants de ces femmes vont refuser les leçons d’histoire ou de sciences à l’école, la mixité garçons / filles et ils vont applaudir aux attentats monstrueux que nous subissons un peu partout dans le monde sous prétexte de motivation soit disant « religieuse ».
    Ne soyons pas naïfs !
    Avec mes sentiments les meilleurs.
    Pierre Brisson

    1. Cher M. Brisson,

      Un sari, un burkini, une burka, ou la jupe de votre grand-mère sont fait de tissus, et sont de simples vêtements. Il ne faut pas tomber dans la paranoïa en affirmant ouvertement que cela est “sous couvert” religieux, dans le but d’amener tout le monde vers une idéologie.

      La femme qui le porte est une femme soumise à Dieu, tout comme une nonne (également couverte, je vous le rappel). Elle n’est en aucun cas une militante pour quoi que ce soit, mais elle le porte par simple conviction religieuse, et pour son intérêt personnel (ni pour son mari, ni pour vous provoquer, ni pour faire plaisir à quelqu’un, ni pour convertir quelqu’un, mais simplement pour couvrir son corps).

      En ce qui vous concerne, vous manquez clairement de culture et votre intelligence semble malheureusement très limitée. Une femme française, ayant grandi avec la culture française, et qui décide un jour de se convertir à l’Islam, et puis décide de porter un voile, une burka ou un burkini pour couvrir son corps, refuserait selon vous les valeurs du pays où elle a toujours vécue? Certainement pas! Elle a simplement fait un choix qui ne regarde que elle, et ce choix consiste à respecter et les valeurs françaises, et à vivre sa vie spirituelle comme elle l’entend.

      Au sujet des barbares qui se font exploser au milieu de foules innocentes, ou qui égorgent les mécréants comme vous le dites, ce sont peut-être des idéologies comme les vôtre qui les renforcent. A force d’interdire à toute personne de faire ou de vivre sa religion comme elle le souhaite, vous renforcez par cela ces criminels à recruter des personnes faibles psychologiquement, ou non cultivées, à rejoindre ce genre de groupes.

      Personne ne demande à ce que vous fassiez la différence entre musulman traditionnaliste, et djihadiste, ou terroriste. Il existe qu’une seule et unique communauté musulmane, et c’est celle qui suit le coran. En ce qui concerne tous ces termes qui finissent par “iste”, vous n’avez même pas idée de ce qu’ils signifient. Vous utilisez des mots complexes, en les résumant en une ligne, alors que des personnes ont dédiées leur vie et des explications dans plusieurs livres pour chacun de ces mots.

      En ce qui concerne les livres saints, tel que le Coran, l’Evangile, les Psaumes, les Feuillets, ou la Thora, chacun peut y trouver ce qu’il cherche (selon son interprétation et son intention). Plusieurs études ont d’ailleurs montrées qu’il y’avait plus de violence dans la Bible que dans le Coran:
      http://www.metronews.fr/info/la-bible-est-plus-violente-que-le-coran-selon-un-logiciel-d-analyse-de-texte/mpbj!G2fDypQuLxpWU/

      Pour terminer, à moins que vous ayez un don, je ne vois pas ce qui vous fait affirmer que les enfants musulmans, en particulier les garçons, vont applaudir à des attentats monstrueux. Par ailleurs, les interventions françaises, russes, et américaines, en Asie et en Afrique, que ce soit à l’époque des colonisations ou maintenant, ne sont-elles pas monstrueuses? Doit-on pour autant dire que les enfants chrétiens français applaudissent à ce genre d’événements? NON! Tout simplement car il faut de tout pour faire un monde, et vous pouvez trouver des musulmans qui pensent comme vous, ou des chrétiens qui pense comme des musulmans, un noir qui pense comme un chinois ou un blanc, et c’est ça la beauté de notre monde, la diversité!

      Votre commentaire est quant à lui dangereux, bête et méchant.
      Ne soyez donc pas naïf!

      Avec mes sincères salutations.
      Dimitri

  8. Madame Sandoz,

    Ce débat sur les marqueurs de l’islam est intéressant, nécessaire même ; pourtant les champions de l’islam conquérant écrivant sur votre site, sont vraiment de plus en plus nombreux et parfois bien méprisant ; sont-ils des naïfs, des idéologues ou des agents militants ? Ne nous laissons pas impressionner !
    Félicitations et merci à Roland, Fatie18 et Pierre Brisson.

  9. Madame Sandoz,

    Tout d’abord, je tiens à vous féliciter pour votre article très intéressant, qui représente la réalité à laquelle nous sommes confrontés, et qui a l’audace de contrarier les nombreux homophobes, racistes, paranoïaques, ou autres extrémistes qui nous lisent, et qui défendent une idéologie sans amener un argument convaincant, ni une quelconque preuve. Par ailleurs l’avis de ces quelques personnes ne tient pas la route, et leur but est de semer la haine entre les différentes communautés qui souhaitent vivre ensemble, en paix, et avec un respect mutuel de leurs valeurs, cultures et religions.

    Finalement, je tiens à faire part de ma sympathie et à remercier Stéphane, Maurice, Michael, Olivier, Muhammad, Jean, et Mireille, pour leurs avis très intelligents, et en particulier pour avoir su clouer le bec à M. Tissot (mauvais perdant). Comme ont dit chez nous, la majorité l’emporte, et le pouvoir appartient au peuple.

    Dimitri

    1. Monsieur Dimitri,

      Bel exemple de la dictature de la pensée unique : « clouer le bec » à son contradicteur !
      Merci pour ces leçons de démocratie et de tolérance…
      Quant à accuser M. Pierre Brisson de manquer de culture et d’intelligence, vous vous trompez lourdement ; renseignez-vous.

      Avec mes salutations malgré tout.
      Pierre-Alain Tissot

  10. Bonjour à tous : J’ai lu chacun de ses commentaires très attentivement et je suis au regret de vous dire que je n’ai jamais vu un tel ramassis de choses aussi décousus et différentes…Je suis jeune, je n’ai même pas seize ans…Si je ne devais pas faire un devoir sur l’égalité et le droit de la personne, je n’aurais jamais lu de telles choses…Dans chacun de ces commentaires, j’ai trouvé une part de vos inquiétudes, vos doutes, vos avis, en fait tous autant adultes que vous êtes, aucun de vous n’a su ramener l’ordre, une ligne de conduite de ce débat…Que cherchez- vous à faire ? Vous exprimez ? Et exprimer quoi ? Aucun de ces commentaires n’a su m’apporter ce que je recherchais…La Vérité…Vous voir vous jeter ce genre de conneries à la figure est purement pathétique…Puérile…Je rejoins Muhammed sur le fait que l’égalité ,c’est le respect et la compréhension de l’autre, l’acceptation…AU MOINS UNE CHOSE DE BIEN ! je pense que la France doit rester unie…Et ce n’est pas avec vos querelles de grand-mères et de vieilles commères sur quelques bout de chiffons qu’on va sauver le monde …Réfléchissez un peu…Et préparer le monde de demain pour que des ados comme moi puissent vivre dans un monde, où le Véritable Vivre ensemble…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *