Encore un peu de génocide en échange de votre chantage?

Ainsi donc, le Bundestag a reconnu officiellement le Génocide arménien, au risque de mettre la Turquie de mauvaise humeur !

On sait hélas que ce genre de reconnaissance manifeste moins un respect pour les souffrances du peuple martyr qu’il ne constitue une arme politique contre un Etat. En l’espèce, on ne peut s’empêcher de penser que c’est une réponse au chantage que la Turquie exerce sur l’Union européenne par l’intermédiaire de l’Allemagne, en utilisant les flux migratoires. Nous l’écrivions en octobre 2015 sur le site « lesobservateurs.ch » : « A vrai dire, la Turquie et les pays musulmans ont magnifiquement réussi leur coup. En concentrant d’abord les passages de réfugiés par la Méditerranée, ils ont créé une grande tension au sein de l’Union européenne, entre l’Italie, terre de débarquement, et les autres pays de l’Union qui se protégeaient grâce à Dublin. En outre, la cruauté des passeurs qui organisaient les naufrages mettait à rude épreuve les valeurs humanitaires propres à la culture européenne et aux droits de l’homme dont l’Union Européenne se prévaut. Une fois constatée la mésentente au sein de l’Union européenne au sujet des mesures à prendre contre les passeurs et pour protéger les malheureux livrés entre leurs mains, la Turquie ouvre les vannes des réfugiés par la mer Egée, donc la Grèce, et en particulier les routes de Hongrie et d’Autriche, en garantissant naturellement toujours quelques naufrages grâce aux passeurs, de manière à maintenir en éveil la sensibilité européenne. La Turquie voulait-elle ainsi avoir un moyen de pression sur l’Union européenne qui lui refusait son entrée ou bien, vu que cette Union n’est plus attrayante en ce moment et vu que la Turquie se tourne plutôt vers l’Est (lire Nedim Gürsel ; « L’islam conservateur, celui de l’AKP, n’est pas compatible avec la démocratie », Le Temps du 30.10.15), veut-elle simplement se venger et accroître la tension et les problèmes au sein de l’Union européenne ? Nous penchons pour cette seconde hypothèse. Le succès est total, avec, en plus, un affaiblissement de Mme Merkel dans son propre pays, dernière pièce forte de l’Union européenne. »

En reconnaissant expressément le génocide arménien, le Bundestag a formulé la réponse du berger à la bergère. Et par hasard, Mme Merkel était absente du Bundestag à ce moment précis ! Le jeu politique dont les milliers de migrants et réfugiés sont les pions est terrible.

Le 2 juin 2016

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

Une réponse à “Encore un peu de génocide en échange de votre chantage?

  1. Il est facile d’accuser la Turquie sur le marchandage avec l’UE, mais il faut avouer que l’UE suit la même ligne de conduite envers d’autres pays extra-européens. Si on intervient dans l’affaire interne d’un autre état pour créer un désordre politique et sociale, après il faut accepter les résultats de cette politique. Personne ne demande aujourd’hui pourquoi le peuple syrien devait subir de tel sort en cherchant les moyens de survivre et pourquoi la Turquie doit garder tous les réfugiés syriens chez elle malgré le fait que c’est le résultat de la politique d’intervention de certains puissances européennes aux affaires domestiques de Syrie sous la prétexte de la défense des droits de l’homme. On se demande maintenant, comment l’UE protégera les droits des réfugiées syriennes en fermant toutes les portes d’entrée. Et L’Allemagne n’a pas trouvé d’autre moyen qu’adopter “La résolution biaisée sur les événements de 1915” pour faire la pression sur la Turquie. Il serait intéressant de savoir le rôle primordial de l’Allemagne dans ces événements, alliée stratégique de l’empire ottoman à cette époque. C’est une question rhétorique. Si on est tellement démocrate pour juger d’autres nations sur les événements historique de plus de cent ans, il faut voir aussi l’histoire de déclenchement des Première et Deuxième Guerre Mondiale où la politique d’agression d’Allemagne a causé la morte systématique génocidaire des millions de personnes civiles. Il faut aussi regarder à l’histoire du génocide de Khojaly perpétré par l’Arménie en 1992, tout récemment. C’est l’exigence même de la démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *