Prenons-en de la graine

Le Temps de ce vendredi 18 mars nous apprend qu’une femme musulmane faisait sa prière dans le couloir d’un wagon CFF. Faut-il s’en formaliser ?

Ma première réaction est de me dire : c’est une chance qu’en christianisme, la valeur de la prière ne dépende pas de la gestuelle ! On peut donc prier discrètement, sans risquer de déranger qui que ce soit. Mais il convient d’aller plus loin. Après tout, cette femme a osé montrer sa conviction culturelle (la religion en fait partie). Elle nous indique donc clairement que nous sommes absurdes de vouloir – sous prétexte de tolérance et de respect d’autrui – chercher sans cesse à effacer de l’espace public ce qui pourrait évoquer une culture chrétienne. Osons au contraire clairement affirmer que notre pays, comme l’Occident en général, a une longue tradition chrétienne, que toute sa culture et son histoire en sont imprégnées. Laissons les croix sur les sommets, au bord des routes, sur les drapeaux et les produits suisses même vendus à l’étranger, dans les salles de classe ou d’université, ouvrons les églises, sonnons les cloches, apprenons à l’école des chants de Noël, mettons des crèches, étudions l’histoire de l’art et l’architecture des cathédrales. Faisons lire dans les écoles Blaise de Montluc, Agrippa d’Aubigné, Pascal, Bossuet, Fénelon, Claudel, Jean d’Ormesson et combien d’autres – qui, de surcroît, écrivent une langue élégante – parlons des guerres de religion, des conquêtes arabes et de Charles Martel.

Je remercie cette femme d’avoir osé montrer sa religion et sa culture. Elle nous signale notre faiblesse. Si nous n’osons pas comme elle affirmer notre tradition, nous nous sentirons agressés et nous ne parviendrons pas à défendre, envers et contre tout, nos valeurs fondamentales, celles qui viennent du christianisme et sont constitutives de la culture et non pas, comme d’autres, du pouvoir de l’Etat.

 

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *