Daech est en train de gagner, en Europe aussi

Avec la question des réfugiés – vrais déportés de Syrie – Daech atteint magnifiquement son but de déstabilisation de l’Europe. Le Temps du 7 septembre nous informe que M. Levrat demande de geler les paiement à la Hongrie pour la punir de son mauvais accueil des réfugiés, et nous lisons aussi que l’Allemagne de l’Est est plus sceptique devant l’accueil des réfugiés et que les partis politiques allemands ne réagissent pas tous de la même manière. L’Union chrétienne-sociale de Bavière est hostile, par exemple, à la politique d’accueil de la Chancelière.

Le retournement de l’histoire

On sait en outre que l’Italie et la Grèce sont irritées de l’absence de politique commune européenne en matière d’accueil, défaut qui les laisse seules devant une tâche immense. Bref, le torchon brûle et entre les pays d’Europe et peut-être au sein du seul pays fort, soit l’Allemagne. De son côté le président français semble, lui, plutôt un va-t-en guerre qui reproche aux autres pays de ne pas vouloir intervenir sur le terrain, soit en Syrie, pays qu’il va faire « survoler » à des fins de surveillance.

Et pendant ce temps, Daech obtient en outre ce résultat extraordinaire du point de vue de la propagande : l’Allemagne, où le national socialisme des années 39-45 voulait éradiquer les Juifs, accueille à bras ouverts aujourd’hui des milliers de musulmans et se réjouit ainsi de se « déculpabiliser ». L’histoire a d’étranges retournements.

Combien de temps serons-nous encore aveugles ? Daech est en train de gagner.

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *