Transcender la banalité du mal

Transcender la banalité du mal

***

J‘ai écrit cet article après les attentats terroristes du 13 novembre 2015 à Paris, il fut publié dans le magazine Indices de l’Agefi de Décembre 2015. Aujourd’hui, dans cette situation de crise liée au Covid-19, il est toujours d’actualité, le voici sans aucune modification.

***

 

Avez-vous entendu parlé de Conflicker ? Ce ver informatique toujours actif depuis 2008 qui exploite une vulnérabilité critique de plusieurs versions de Windows. Il permet de prendre le contrôle à distance des machines infectées et de les piloter via un centre de commande et de contrôle. Le tout constitue un botnet, réseau de machines zombies pouvant se compter par millions réparties sur la planète. Les systèmes compromis, souvent à l’insu de leur propriétaire légitime, infiltrés par des agents dormants peuvent être activés à la demande pour réaliser des attaques en dénis de service, l’envoi de spam, le vol de données, de temps de calcul ou encore pour distribuer des contenus illicites.

Au cœur des principales infractions portant atteintes aux systèmes informatiques, les botnets sont à louer ou à vendre sur Internet. Paramétrables en fonction du niveau, du type de nuisances, d’impacts souhaités et des cibles visées, ils ont contribué à créer le concept de Crime As A Service (CAAS) et sont des vecteurs privilégiés de la cybercriminalité, d’actions relevant de l’hacktivime ou du terrorisme.

Le démantèlement des réseaux de botnets constitue un défi majeur pour les forces de l’ordre au même titre d’ailleurs que celui de réseaux d’hacktivistes ou de terroristes. En effet, leurs ampleur et dimension internationale nécessitent des investigations à ce niveau, ce qui pose des problèmes de ressources, d’entraide judiciaire internationale et de coopération entre les acteurs techniques et judiciaires. De plus, les compétences acquises dans le démantèlement d’un réseau deviennent vites obsolètes du fait de l’évolution des techniques et savoir faire des malveillants et du contexte dynamique dans lequel ils opèrent.

Par ailleurs, leur prévention est quasi impossible puisqu’ils bénéficient de la complicité passive ou active des internautes et des infrastructures technologiques licites. Ceci est également le cas des activités liées à l’hacktivisme et au terrorisme, constituées de cellules dormantes au sein de la population, pouvant se réveiller n’importe quand pour frapper n’importe où, de manière isolée ou synchronisée. Soutenues par une structure organisationnelle et financière, qui agit dans l’ombre tirant partie d’activités illicites, d’une économie souterraine efficace et s’appuyant sur une multitude d’acteurs parfois très spécialisés. Si l’ombre et l’anonymat sont nécessaires à la gestion de leurs activités pour leurs garantir une certaine protection et impunité, en revanche le monde des hacktivistes comme celui des terroristes, utilise à merveille les outils de communication, de e-marketing et de e-commerce de l’Internet pour être performant tant en matière d’information, d’endoctrinement, de manipulation ou de recrutement, que de planification et réalisation d’actions. Internet, caisse de résonance de leurs causes, permet une publicité gratuite comme en rêve n’importe quelle entreprise, est aussi un catalyseur du passage à l’acte.

Il y a eu un après 11 septembre, désormais il existe un après 13 novembre. La menace terroriste y compris dans le cyberespace est là pour durer, nous devons apprendre à vivre avec, comme nous le faisons avec les virus biologiques, que cela soit à Paris ou dans le cyberespace, nous devons vivre avec des agents pathogènes, des vecteurs de transmission inhérent à notre monde globalisé, un système immunitaire déficient et une antibiothérapie peu efficace au regard de la mutation des virus et du fait qu’ils deviennent de plus en plus forts et résistants.

Le « même pas peur !» n’est pas de mise car la peur peut être aussi un facteur de sécurité. Nous avons de bonnes raisons d’avoir peur, pour notre sûreté et notre liberté. Peur que notre sécurité relève de la chance, peur de devoir redéfinir la notion de liberté, peur de penser que le couple sécurité et liberté soit stérile et ne possède rien en commun. Peur de devoir troquer notre liberté pour une sécurité que l’on pourrait qualifier de peau de chagrin à l’instar du titre du roman de Balzac qui écrivit en 1831 « Si tu me possèdes, tu possèderas tout, mais ta vie m’appartiendra ».

Serons-nous en mesure de relever le défi de plus de sécurité pour plus de liberté ?

Saurons-nous trouver le juste équilibre entre sécurité et liberté ?

Pourrons-nous éviter les dérives sécuritaires au regard des besoins de protection et des moyens effectifs à disposition pour maitriser les risques ?

A nous collectivement et individuellement d’être non pas résilients mais résistants à la malveillance et à la cupidité de certains, sans oublier que l’on meurt toujours de la grippe. « Les trop nombreux » comme les dénommait Nietzsche sont effectivement en nombre et déterminés à nuire et à dominer, espérons que nous saurons, les yeux grands ouverts, être plus forts, non pas les yeux ouverts pour tâcher d’entrer dans la mort comme dans les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar mais les yeux grands ouverts comme avec Aragon dans son hymne à l’amour « … A moi dans la nuit / Deux grands yeux ouverts / Et tout m’a semblé / Comme un champ de blé … ». Espérons avec lui que “tout ce qui s’oppose à l’Amour sera anéanti”.

Merci aux poètes et artistes qui nous aident à transcender la banalité du mal.

***

Désormais, il y aura aussi un après Covid-19, du moins je l’espère!