TechnoCivilisation : l’âge de déraison

Fable de l’ère numérique

*************************

C’était il y a longtemps, c’était en 2022, à l’époque où les humains n’étaient pas encore pucés.

Ils étaient libres mais ne le savaient pas.

C’était à l’époque où ils auraient pu inverser le cours des choses. Où ils auraient dû.

 

La réification de l’humain était en marche.

Ils n’ont pas cru qu’elle irait aussi loin.

Ils ont laissé faire.

Ils ont fermé les yeux.

 

Certains par ignorance.

D’autres par naïveté.

Certains par faiblesse.

D’autres par nécessité.

Certains par paresse.

D’autres par neutralité.

Beaucoup par avidité.

 

Ce furent ces derniers, les pourvoyeurs de technologies numériques, les véritables fossoyeurs des libertés, ceux qui ont tué la liberté.

Ils ont commencé par tuer la vie privée, puis la liberté d’expression.

Ils ont instauré le règne de la transparence totale des êtres, des sentiments, des comportements, des déplacements, des intentions.

Ils ont inventé de nouvelles formes de socialisation, en tissant une toile invisible qui enferme les personnes qui s’imaginent jouer à un jeu de rôle, le rôle de leur vie, toujours en se mettant en scène, souvent en se mettant à nu.

 

J’étais enfant, je me souviens, c’était nouveau, il régnait dans cet espace immatériel un faux sentiment de liberté et de protection, c’était grisant.

Tante Agathe qui questionnait ces nouvelles pratiques, passait pour une espèce de rabat joie voire de paranoïaque aux yeux de ceux qui ne savaient pas que le jeu était truqué, que le jeu était addictif, qu’ils ne pourraient plus s’en passer.

 

Je me souviens, de joueurs rebelles qui ont essayé d’échapper au système. Ils ont créé de fausses informations pour tenter de se soustraire aux injonctions électroniques.

Cette tentative de rébellion a avortée. Elle fut noyée dans un tsunami de fake news créées de toutes pièces par les propriétaires des technologies. Ils avaient trouvé le moyen de soumettre la population en lui laissant croire que c’était elle qui choisissait et qu’il n’y avait pas d’autre choix possibles.

 

A l’époque, au début du XXIème siècle, le marketing du consentement aveugle était un art que seules quelques hyperpuissants possédaient. Ils savaient instrumentaliser la peur, la peur des personnes de passer à côté d’une innovation, d’un divertissement gratuit, ou celle de ne pas faire comme les autres, d’être exclus.

Au début on consentait. À quoi ? Je crois que personne ne le savait vraiment.

Ensuite, ce n’était plus la peine de faire semblant d’être d’accord.

Personne n’avait le choix.

Les pratiques numériques sont devenues obligatoires pour étudier, travailler, se soigner, sortir, manger, boire, en fait pour vivre et survivre.

 

Entre temps, les fakes news furent une bonne opportunité pour annihiler la liberté d’expression et la liberté de la presse, pour censurer et instaurer un régime de diffusion d’informations légales, c’est à dire conformes aux normes édictées par certains.

 

Au début tout le monde était content, même les gouvernements. Ils pouvaient ainsi déléguer leurs tâches de police et justice à des entités privées. Celles-ci ont inventé la Technopolice, les laisser passer numériques et l’état d’urgence permanent.

 

Progressivement, plus aucun État fut en mesure de s’opposer au pouvoir numérique d’une poignée d’entreprises associées appelée « L’Autorité ».

 

L’Autorité maitrisait toute la chaine du numérique : puces électroniques, équipements, satellites de communication, câble sous-marins, infrastructures informatiques et télécoms, services, données, programmes d’intelligence artificielle, robots, drones, armes de destructions massive de l’énergie informationnelle.

 

L’Autorité c’est elle, désormais qui gère aussi l’identité des personnes avec son service Cyber-Etat-civil à l’échelle mondiale.

 

Très rapidement, plus aucune entité ne fut plus capable de relever les défis que tout cet accaparement des moyens numériques posait aux libertés et aux droits humains fondamentaux.

 

Très tôt, L’Autorité préconisa le recours massif aux outils numériques pour contrôler les déplacements et limiter la circulation de toutes les personnes à des fins soi-disant sécuritaires et de lutte contre le terrorisme et les pandémies.

 

L’Autorité s’appuya sur les dispositifs de surveillance précédemment mis en place par les gouvernements habitués à exploiter des données de géolocalisation de leurs ressortissants. Elle en a déployé d’autres, partout dans les lieux publics. Il y eut toujours plus de caméras de vidéo-surveillance, de systèmes de reconnaissance faciale, de capteurs et de bornes interactives. Convaincre des particuliers d’en installer aussi dans des lieux privés en leur promettant davantage de sécurité fut chose facile.

 

Des systèmes partout, plus ou moins invisibles, plus ou moins décoratifs, partout dans la rue, le métro, les bus, les trains, les gares, les parkings, les autoroutes, les carrefours, les magasins, les entreprises, les écoles, les théâtres, les musées, les maisons, … partout des systèmes qui voyaient, des systèmes qui écoutaient, des systèmes qui prenaient la température des gens, des systèmes d’aide à tout faire.

 

Nous avons fini par ne plus les remarquer. Par ne plus pouvoir les voir ensuite. Toujours plus miniaturisées, dotées de zooms toujours plus perçants, capables de voir à des dizaines puis des centaines de mètres, capables de voir la nuit, parfois même embarquées à bord de drones surveillants nos faits et gestes depuis le ciel.

 

Comment s’opposer à une technologie invisible ? Comment résister à ces solutions indolores, puisque déployées dans le cadre d’opérations « environnement sûr » ?

La safe city, nous y aspirions !

 

Avec la reconnaissance faciale, il y eut la « surveillance sociale » et les « notifications » pour bénéficier en toute sécurité de certains services et le « traçage social » ou cas où les personnes veulent entrer en contact de proximité physique. Pour cela, il faut qu’elles aient un laissez-passer numérique et un carnet numérique de santé à jour. C’est pour ces raisons que L’Autorité a pucé les personnes. Pour qu’elles aient leur carnet de santé toujours sur elles, qu’elles ne l’oublient pas, qu’elles ne puissent l’échanger, et puis surtout, c’est pratique et pas cher. Désormais, tout déplacement s’effectue, sous peine d’amende, avec un laissez-passer numérique, à générer à partir du site officiel de L’Autorité via la puce électronique.

 

Je me souviens de cette époque où le totalitarisme numérique n’existait pas et je me demande parfois pourquoi mes parents ne s’y sont pas opposés.

 

Désormais, je vis avec une muselière et une laisse électroniques.

Je vis sous perfusion informationnelle et sous alerte électronique permanente.

Je vis en état d’urgence, dans l’urgence d’obéir, pour mon bien, aux injonctions de L’Autorité.

 

Je suis devenu un système d’extraction de données physiologiques, biométriques, émotionnelles et comportementales.

Je suis un système téléguidé, un système à optimiser selon les besoins de L’Autorité.

 

Mes petits-enfants ne me connaissent pas, incapables de penser, de juger et de décider par eux-mêmes, ils n’ont pas besoin de moi.

Ils ont L’Autorité qui leur impose une vie algorithmique « sur mesure ».

 

Aujourd’hui, je suis sous anesthésie numérique mais aucun avatar électronique ne me rend réellement heureux, heureux de ce bonheur serein que tante Agathe tentait de partager avec moi lorsque que j’étais petit et que nous allions nous promener en forêt, du temps où des forêts existaient encore.

 

Je me souviens, elle chantait « ma liberté, longtemps je t’ai gardée comme une perle rare, ma liberté …. » la suite m’échappe, elle a été effacée de ma mémoire pour ne pas déclencher trop d’émotions.

 

 

 

 

Solange Ghernaouti

Solange Ghernaouti

Docteur en informatique, la professeure Solange Ghernaouti dirige le Swiss Cybersecurity Advisory & Research Group (UNIL) est pionnière de l’interdisciplinarité de la sécurité numérique, experte internationale en cybersécurité et cyberdéfense. Auteure de nombreux livres et publications, elle est membre de l’Académie suisse des sciences techniques, de la Commission suisse de l’Unesco, Chevalier de la Légion d'honneur.

8 réponses à “TechnoCivilisation : l’âge de déraison

  1. Hahaha, génial, vous avez même réussi à me rappeler mon grand-père qui me montrait les trous de blaireaux (les vrais).
    Bravissimo 🙂

  2. Merci, chère Solange, vous avez tellement raison. Et cette pandémie donne un énorme coup d’accélérateur à notre réification, sous couvert d’intérêt public.
    Avec mes amicaux messages.
    Suzette

  3. Un article alarmant sur un demain déjà présent.
    Notre monde a un avenir en forme d’aliénation.
    Dans notre tour de Constance, il nous faut graver : “Résister” et garder nos yeux ouverts.
    Merci à Mme Gernahouti

  4. Merci pour cet avertissement réaliste un peu façon “La Belle Verte” de Coline Serreau. Je suis convaincu de l’importance d’une éthique globalisée en politique. L’information permet deux choses contradictoires: l’empathie et la manipulation. A nous de choisir, s’il en est encore temps!

  5. Bonjour,

    Je ne commente habituellement jamais les articles car la grande majorité sont simplement idiots et travaillent pour le même système de peur et de manipulation que vous décrivez, indirectement, si bien.

    Je prends la peine d’écrire principalement pour vous félicite pour cet article; ça fait du bien de voir que quelqu’uns restent encore lucides.

    Entre le réchauffement du climat dû aux radiations 2G, 3G, 4G et maintenant 5G (pensez à un micro-ondes et vous comprendrez pourquoi la température monte encore et encore et pourquoi avec le déploiement 5G et autres satellites ça va encore s’accentuer), les chemtrails et autre géoingénierie (oui oui je sais c’est du “fake news” et bla bla pour la majorité, soit ceux qui n’ont jamais pris la peine d’observer correctement ni d’apprendre à apprendre et étudier un sujet par eux-même plutôt que répéter comme des perroquets la pensée qu’on leur impose, la suppression de toutes libertés et qui va désormais en croissance exponentielle, et la décadence généralisée (et planifiée) de ces dernières années (destruction de la famille, perversion systématique des systèmes, création de famines et de maladies inventées de toutes pièces, etc.) il ne reste que quelques années avec que ce bas-monde ne devienne une simple prison. Et je ne vais même pas m’étendre ici sur les vaccinations (avec tout ce qu’on met dedans y compris des foetus avortés) et de la “médecine” (intoxication) moderne.

    A l’époque on mettait les gens dans des camps de concentration, aujourd’hui on met peu à peu les camps de concentration dans la tête et le corps des gens. Et si on essaie d’alerter qui que soit, on passe pour des barjots et des “complotistes”. Vive la propagande et la censure, elles ont de belles années devant elles !

    Et pendant que le peuple s’amuse, le plan se réalise, pièce par pièce, étape après étape. “Brave new world” qu’il disait. Et bien ça arrive, et ceux qui ne le réalisent toujours pas; on ne peut plus rien pour eux. Dommage que tout le troupeau soit sacrifié pour une majorité intellectuellement paresseuse voire inerte.

    Merci encore une fois pour votre article. Au plaisir de vous lire à nouveau et courage à ceux qui savent; le réveil est lent et douloureux mais la récompense, soit la liberté d’être vraiment soi, en vaut le coup.

    Cordialement,
    Un anonyme fiché

  6. J’attends impatiemment de lire la suite: que doivent les intellectuels et tout un chacun faire pour que ceci change/n’arrive pas?
    Merci d’avance 🙂

  7. Absolument en accord avec vous. Nous pouvons voir cette dérive de l’autorité à l’oeuvre aux états unis. Tout ce qui ne correspond pas à la volonté de “progrès” qui nous enferme de plus en plus est éliminé et le plus grand nombre a toujours raison. Il n’y a plus de réflexion individuelle mais une pensée globale générée par des leaderships eux mêmes influencés sans le savoir par plus autoritaire qu’eux. Les GAFAM nous tiennent en laisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *