Comme plus de 500 autres entreprises, Opaline vise le zéro carbone d'ici à 2030.

Comme 500 autres entreprises, Opaline vise le zéro émission carbone d’ici à 2030

Mercredi, l’écologie n’est pas entrée en tant que parti au Conseil Fédéral mais une annonce de taille a quand même était faite durant cette journée:

Plus de 500 entreprises à travers le monde s’engagent publiquement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre à NET ZÉRO d’ici à 2030, soit 20 ans plus tôt que les objectifs de 2050 fixés par l’Accord de Paris.

 

Et Opaline en fait partie! Comme 15 autres entreprises suisses dont voici la liste:

 

Les 15 entreprises suisses qui se sont fixées comme objectif d'atteindre le zéro émission de carbone d'ici 2030.
Les 15 entreprises suisses qui se sont fixées comme objectif d’atteindre le zéro émission de carbone d’ici à 2030.

 

Des entreprises toutes certifiées BCorp.

 

Cet engagement est l’une des actions pour le climat les plus transformatives menée par un groupe d’entreprises au niveau national et international.

 

Concrètement, pour Opaline, ça veut dire quoi

D’abord, mieux informer le consommateur. 

 

  • Quel est l’impact CO2 du produit que j’achète?

Chaque citoyen suisse émet plusieurs tonnes de CO2 par année dont une majorité provient de la consommation de produits importés. Consommer plus de produits locaux permettrait donc de réduire considérablement nos émissions de CO2. Mais, pour cela, encore faut-il connaître l’impact environnemental de chaque article que nous choisissons d’acheter. Pour faciliter la vie du consommateurs, nous travaillons avec la start-up lausannoise Beelong afin d’établir un éco-rating. Une lettre sera inscrite sur chaque étiquette sur le même modèle que le NutriScore: A pour des produits avec un impact CO2 réduit et E pour un impact CO2 maxi.

Notre engagement: changer toutes les étiquettes de nos boissons d’ici fin mars pour faire apparaître notre éco-rating.

 

  • La consigne est-elle “mieux” que le recyclage?

Autre point, le recyclage. Beaucoup de buveurs de nos jus et limonades nous ont fait savoir qu’ils souhaiteraient un système de consigne pour les bouteilles en verre dans lesquelles nous vendons nos boissons. Avant de répondre à cette demande, nous aimerions nous assurer que le système de consigne est une alternative plus écologique que le recyclage. Aujourd’hui, nous n’en sommes pas certains. C’est pour cela que nous avons mandaté la société Quantis afin de mener une étude indépendante sur ce sujet.

Notre engagement: nous positionner clairement sur le sujet consigne vs recyclage et donner une explication claire aux consommateurs.

 

Nous allons ensuite analyser, concevoir et développer des solutions écologiques pour le transport avec nos partenaires logisticiens. Pour une entreprise comme Opaline, le transport routier est en effet un aspect qui est fort impactant.

 

Un tel chemin est une aventure dont nous ne connaissons de loin pas tous les contours. Une chose est sûre, nous nous engageons à communiquer de manière totalement transparente à chaque étape de notre parcours en vue de notre engagement Net Zero 2030. Et de travailler collectivement avec toutes les autres entreprises engagées pour mutualiser nos ressources.

L’économie de demain sera celle de la collaboration, de l’intelligence collective, au service de l’Humain et de la Nature. Au service des écosystèmes qui nous font vivre, tout simplement.

Sofia de Meyer

Sofia de Meyer

Avocate de formation, Sofia de Meyer a a travaillé à l’international dans de grandes villes comme Londres et Chicago. Puis, après plus de 7 ans au service de multinationales, elle part à la quête de sens et s’engage pour une économie de conscience. Elle fonde Whitepod en 2004 (concept d’éco-hébergement) et Opaline en 2009 (producteur de jus et limonades suisses) qu’elle dirige à ce jour avec 16 collaborateurs. Récemment, elle a également créé la Fondation Opaline, dont la mission est de valoriser les métiers de la Terre et de favoriser les liens que nous cultivons avec elle.

3 réponses à “Comme 500 autres entreprises, Opaline vise le zéro émission carbone d’ici à 2030

  1. Merci beaucoup pour cet article ! Ton blog ​[ letemps.ch ]​ m’apportede super conseils ​ ! J’ai aussi suivi ce programme qui permet de ​s’intérèsser à savoir comment produire diffèremment en protégent notre avenir ​ rapidement et sans effort
    https://bit.ly/2EbZrNZ
    merci et à bientôt pour d’autres articles

  2. L’information est relevante, mais là, il s’agit plus d’un publi-reportage pour mettre en avant votre entreprise!

    Vous gagnerez en crédibilité si vous ne feriez pas de l’auto publicité.

    1. Votre propos est tout à fait pertinent et je vous en remercie. L’équilibre entre partager notre engagement et faire un “publi-reportage” est effectivement fin. L’objectif de cet article vise le partage, plus qu’une quelconque auto-proclamation, car il me semble essentiel de préserver toute transparence dans notre démarche, que ce soit tant pour parler d’actes concrets que pour éveiller les consciences sur les enjeux. C’est un début. Si nous n’en parlons pas, quel chance avons-nous d’avancer dans une notion de collectivité et de s’éloigner justement d’une mise en avant d’une simple et unique marque?

Répondre à Laurent Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *