C’est le moment de lire Anna Felder

L’écrivaine tessinoise (et argovienne d’adoption) Anna Felder vient de recevoir le Grand Prix Suisse de Littérature 2018. C’est une très bonne nouvelle. Je laisse à d’autres le soin de faire un bilan de son œuvre, où l’inventivité de la langue fait écho à une perception du monde toujours originale, jusque dans les plus fines nuances du quotidien. Mais j’aimerais vraiment encourager le public romand à découvrir une auteure qui a l’art, rare, de faire vibrer, l’air de de ne pas y toucher, la corde des émotions universelles, tout en faisant constamment, obstinément, un pas de côté par rapport au sens commun.

J’ai eu la chance, n’étant pas moi-même traductrice, de collaborer à la traduction française du premier roman d’Anna Felder, quarante ans (!) après sa parution en italien et en allemand. Tra dove piove e non piove (en français, Le Ciel est beau ici aussi, éd. Alphil) est l’histoire d’une jeune institutrice italienne qui débarque dans le canton d’Argovie à la toute fin des années 1960, c’est-à-dire à l’époque de l’initiative Schwarzenbach contre la surpopulation étrangère, pour enseigner leur langue aux enfants des immigrés italiens. Le livre a eu un grand succès à l’époque à cause de son sujet, bien sûr, mais aussi à cause de son style, à la fois touchant et déroutant : première étape de la carrière d’une écrivaine qui a toujours continué, par la suite, à faire de l’écriture elle-même, dans sa dimension esthétique au sens propre (sensible) la matière même des histoires qu’elle raconte.

D’autres traductions françaises sont en cours, en particulier celle d’un roman intitulé en italien La Disdetta. En attendant, commencez par Le Ciel est beau ici aussi, le seul livre signé par une femme qui figurait dans une brochure parue en 2015 sur les dix livres les plus importants de la littérature tessinoise. Anna Felder a aussi servi de brise-glace pour l’actuelle génération d’écrivaines suisses de langue italienne, riche de nombreux talents. Personne ne mérite mieux qu’elle le titre de grande dame des lettres tessinoises – dans lequel le mot dame est aussi important que le mot grande.

Silvia Ricci Lempen

Silvia Ricci Lempen

Silvia Ricci Lempen est écrivaine. Son champ d’investigation préféré est celui des rapports entre les femmes et les hommes: un domaine où se manifeste l’importance croissante de la dimension culturelle dans la compréhension des fonctionnements et dysfonctionnements de notre société.

2 réponses à “C’est le moment de lire Anna Felder

  1. merci pour cet article
    je cherchais un ouvrage d’Anna Felder traduit en français chez une libraire compétente de Carouge et il fut étonnant de découvrir que cette écrivaine était mal diffusée chez nous
    Jean-Pierre Meylan
    Plein Champs Puplinge

  2. Oui, je sais, c’est le problème du muticulturalisme suisse, la littérature circule mal entre les régions linguistiques, et en particulier entre la Suisse romande et la Suisse italophone. Mais «Le Ciel est beau ici aussi», éd. Alphil, publié en 2014, devrait être disponible. Si vous n’arrivez pas à l’obtenir, ayez la gentillesse de me le faire savoir, et je me renseignerai auprès de l’éditeur.
    Silvia Ricci Lempen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *