Le leurre des taux négatifs

Les milieux économiques et politiques de droite s’insurgent en général lorsqu’on évoque la possibilité d’introduire une taxe, de l’ordre de 0,05 pour cent, sur les achats de francs suisses sur le marché des changes afin de lutter de manière efficace contre le phénomène du «franc fort», leur argument étant simplement qu’une taxe représente une distorsion du marché qu’il faut éviter coûte que coûte.

Or, ces mêmes milieux ne s’insurgent pas avec la même ferveur contre le prélèvement d’une taxe (bien plus élevée) sur les dépôts bancaires, qu’un nombre croissant de banques en Suisse introduisent au fur et à mesure que la Banque nationale suisse prolonge sa politique des taux d’intérêt négatifs pour faire semblant de lutter contre le franc fort.

La conclusion de cette incohérence dogmatique est alors indiscutable: les milieux concernés s’opposent à toute sorte de taxe seulement par intérêt personnel, lorsqu’elle pèse sur leur propre domaine d’activité – laissant aux autres parties prenantes la charge de trouver une voie de sortie pour résoudre apparemment les problèmes que de telles taxes permettraient facilement d’éradiquer.

Cela confirme sans appel que le néolibéralisme dominant de nos jours est une idéologie fondée sur l’avidité, l’égoïsme et l’individualisme que des penseurs ultralibéraux comme F.A. von Hayek et M. Friedman ont sciemment transformée en pensée unique en «sciences économiques». Comme l’avait déjà remarqué J.M. Keynes, «les praticiens qui croient se soustraire à toute sorte d’influence intellectuelle sont d’habitude les esclaves de quelques économistes défunts». Il serait bon et temps que ces praticiens apprennent à s’émanciper intellectuellement, car il en va de leur propre avenir ainsi que de celui de l’ensemble de notre société.

Sergio Rossi

Sergio Rossi

Sergio Rossi est professeur ordinaire à l’Université de Fribourg, où il dirige la Chaire de macroéconomie et d’économie monétaire, et Senior Research Associate à l’International Economic Policy Institute de la Laurentian University au Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *