Le Prix Jules Rimet

Il en va des prix littéraires, en automne, comme des feuilles qui tombent des arbres. Alors que l’on vient de remettre le Goncourt et le Renaudot, la littérature sportive a, elle aussi, ses prix, ses récompenses. Soyons honnête, moins prestigieux que ces derniers. Et les membres des jurys, ne déjeunent pas chez Drouant.
Mais qui petit à petit, au fil des ans, ces prix, s’installent tout tranquillement, dans le paysage des récompenses littéraires. C’est le cas, en autres, du Prix Jules Rimet. Sans doute l’un des plus médiatisés qui, cette année, fête ses 10 ans. L’occasion, ici, de mettre en lumière cette gratification qui porte les valeurs d’un homme en avance sur son temps.

Histoire du Prix Jules Rimet

Prix Jules Rimet
Photographie de presse / Agence Mondial
source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
Fervent passionné de football, ce patronyme : “Jules Rimet” ne vous est, sans doute pas, inconnu. Le Monsieur est le créateur de la Coupe du Monde de Football en 1930. Mais avant cela, avec quelques autres protagonistes, il lance le club du Red Star. C’était le 21 février 1897. Un club qu’il veut omnisports et surtout qui favorise l’intégration sociale. Dans les statuts, une section littéraire.
Tout est donc réuni, pour que ce Prix, créé en 2012, sous l’égide de la fondation Jean-Luc Lagardère, se nomme ainsi. Il est porté par l’association “Jules Rimet – sport et culture” qui se donne comme objectif de “mettre en place toute action susceptible d’assurer la promotion des valeurs conjuguées du sport et de la culture.”
Le Président du jury, Denis Jembar pose les mots sur cette initiative et sur le parallèle entre sport et culture : “Depuis fort longtemps de nombreux grands écrivains ont compris que le dépassement qui fait les champions s’apparente à l’écriture d’un roman. Il y faut certes du talent, mais aussi de l’effort, de la solitude, de l’enthousiasme et du doute, un dépassement de soi qui ouvre au plus profond de l’être des portes cadenassées. Ernest Hemingway, Haruki Murakami, Jean Echnoz, Norman Mailer, Antoine Blondin et bien d’autres ont écrit des pages inoubliables sur le sport et lui ont donné ses lettres de noblesse littéraire.”
Pour le gagnant ou la gagnante, un chèque d’une valeur de 3 000 euros et un maillot du Red Star floqué à son nom.
Les derniers lauréats :
  • 2012 – Paul Fournel – Anquetil tout seul, Seuil
  • 2013 – Jean-Emmanuel Ducoin – Go Lance !, Fayard
  • 2014 – Lola Lafon – La petite communiste qui ne souriait jamais, Actes Sud
  • 2015 – Alain Gillot – La surface de réparation, Flammarion
  • 2016 – Daniel Rondeau – Boxing Club, Grasset
  • 2017 – François-Guillaume Lorrain – Le garçon qui courait, Sarbacane
  • 2018 – Jean Hatzfeld – Deux mètres dix, Gallimard
  • 2019 – Fanny Walendorf – L’appel, Finitude
  • 2020 – Jérôme Hallier – Briller pour les vivants, Flammarion

Les 6 ouvrages sélectionnés pour l’édition 2021

 

Olympia                  Le grand saut

Olympia                                                    Le grand saut                          

Paul-Henry Bizon                                       Renaud Dély
Éditions Gallimard                                     Éditions Jean-Claude Lattès
             Judoka                   
Le Ladies Football Club                          Judoka
Stefano Massini                                        Thierry Frémaux
Éditions Globe                                          Éditions Stock
au milieu de l'été, un invincible hiver                        La passion
Au milieu de l’été, un invincible hiver    La passion selon Saint-Étienne
Virginie Troussier                                        Christophe Verneyre
Éditions Guerin                                           En Exergue Éditions

Et à la fin il n’en restera qu’un

Le jury est présidé par  :
Denis Jembar
Les membres du jury 2021  :
Hafid Aggoune, Nicolas Baverez, Abdel Belmokadem, Raymond Domenech, Laurence Fischer, Paul Fournel, Patrice Haddad, Jérôme Hallier (lauréat 2020), Julia Kerninon, Eric Naulleau,  Léonore Perrus, Yves Rimet.

Nous reviendrons, ici même, dans les prochaines semaines sur le lauréat. La délibération est prévue le jeudi 18 novembre. Amusons-nous au jeu des pronostics. Ou plutôt, je vais vous donner l’ouvrage qui pour moi, devrait remporter le Prix Jules Rimet. C’est, vous l’aurez compris, un avis très personnel. Sans trop de réflexion, mon cœur balance pour le livre de Virginie Troussier, “au milieu de l’été, un invincible hiver” dont je vous ai déjà parlé ici même.

Une plongée dans l’histoire dramatique et véridique d’une course au Mont-Blanc. Un récit d’amitié, d’entre aide, de survie… Virginie Trouissier a le talent de nous emporter littéralement, de nous embarquer, de nous faire vivre l’aventure comme si nous y étions. Elle manie les mots comme d’autres manient le piolet. Avec détermination, force et précision.

Il nous faut, désormais, patienter, encore quelques jours, pour savoir si les membres du jury auront le même avis.

Ah, j’oubliais, n’hésitez pas à donner le vôtre en commentaire 😉

Sebastien Beaujault

Rédacteur web freelance, ici je vous parle de littérature sportive. Et plus généralement de la culture et du sport. Du livre de sport, de la bande dessinée de sport et même, parfois, de documentaire sportif. Malheureux à plus de 3 mètres d'un livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *