Cher Olivier Haralambon,

Je vous hais, je vous déteste, je vous honnis ! Je n’ai qu’un seul souhait, en refermant “mes coureurs imaginaires”, c’est de vous écarteler, place de Grève, avec des chevaux de trait à qui je commanderais de ne pas aller trop vite.
De piètre blogueur littéraire, porté aux nues par quelques compliments bienveillants, j’ai rêvé, à mon tour, de passer de l’autre côté de la barrière et de me mettre à l’écriture et… je vous ai lu !
Comment ai-je pu, ne serais-ce qu’un instant, fantasmer sur la sortie d’un ouvrage quand il y a, dans un coin de ma table de chevet, un livre d’Oliver Haralambon ? Je vais de ce pas me flageller de ses pensées obscènes.
Eric Naulleau a raison quand il dit : “Je donnerais cher pour avoir écrit ne serait-ce qu’une phrase de « Mes coureurs imaginaires »”  . Et puis, après tout, je suis bien trop feignant et désormais trop vieux, pour écrire plus qu’un article sur un blog.
Cher Olivier, comme votre précédent ouvrage “le coureur et son ombre”, nous voici transpercés d’une plume trempée dans un encrier d’érudition. Je vous rassure, le supplice est très largement supportable et je le conseille à tous.
Dans “mes coureurs imaginaires”, ils sont 12 à votre table des matières. Apôtres de l’effort et de la bicyclette. Hommes, femmes, jeunes, vieux, glorieux ou besogneux. Bien sûr, certains se reconnaîtront.
Vous avez ce talent, une nouvelle fois, de nous inviter aux fonds des âmes. Vous nous plongez dans l’intime de ces esthètes de la pédale. Je veux dire en cela que nous éprouvons réellement, à la lecture, ce que ressente psychologiquement, physiologiquement ces coureurs ou anciens coureurs. Et dans la descente, vive et enivrante, l’empathie pour ces coureurs imaginaires nous envahis.
Qu’ils soient cloués à leur fauteuil, vissés à leur monture, au point de rupture…ils sont beaux à lire, le “prodige”, le “Jésus jardinier”, “l’impeccable”, “le confisqué”. Ils sont vos “coureurs imaginaires”, ils en deviennent les nôtres.
Cher Olivier, vous glorifiez la littérature sportive. Celle qu’on aime, qui nous submerge, qui nous emporte comme un tsunami. Vous lire c’est ouvrir un espace-temps littéraire. C’est un moment de lévitation littéraire.
Permettez-moi de convoquer et de détourner, quelque peu, le philosophe Bernard Andrieu. Avant de vous lire, nous sommes “le corps vivant (corps en acte sans perception)”. A vous lire nous devenons “Le corps vécu (le corps percevant des sensations)” et vous, vous êtes “Le corps décrit (le corps pouvant mettre en mots ses sensations)”.
Quand on termine votre ouvrage, il n’y a pas de doute permis, l’on se sent plus léger, plus intelligent aussi. Oui plus intelligent. Mais cela ne dure…qu’un instant.
Alors revenez nous vite !
Sébastien Beaujault

“Mes coureurs imaginaires”
Olivier Haralambon
Premier Parallèle

Sebastien Beaujault

Sebastien Beaujault

Ancien animateur et journaliste radiophonique, Sébastien Beaujault est responsable du service événementiel de la ville de Bressuire (France) et cheville ouvrière du Festival Lettres et Images du Sport (Festival du documentaire et du livre sportif). Dépendant affectif de la littérature et plus particulièrement de la littérature sportive, il s’efforce de la promouvoir. Malheureux à plus de 3 mètres d'un ouvrage.

3 réponses à “Cher Olivier Haralambon,

    1. Ah oui, j’ai oublié de vous dire, ami Sébastien, vous pourriez éventuellement parler d’une jument de traie (pour son lait), mais il s’agit de cheval de *trait*,
      à la perfection nul n’est tenu, sorry 🙂

  1. merci de votre lien avec notre travail philosophique, ces trois niveaux du corps sont très présents en effet

    “Permettez-moi de convoquer et de détourner, quelque peu, le philosophe Bernard Andrieu. Avant de vous lire, nous sommes “le corps vivant (corps en acte sans perception)”. A vous lire nous devenons “Le corps vécu (le corps percevant des sensations)” et vous, vous êtes “Le corps décrit (le corps pouvant mettre en mots ses sensations)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *