La mobilité à Lausanne validée à coup de gros sous, du contribuable !

Que nous parlions de Midi-Beau-Séjour, de la fermeture des quais, de la Cité et rue Centrale ou encore de Benjamin-Constant, tous ces quartiers ont un point commun : la mobilité que la ville impose aux habitants de ces quartiers et plus largement aux lausannois à coup d’enquêtes de satisfactions, de sondages et d’entretien direct comme alibi pour valider leur vision de la mobilité et ceci pour la modique somme de 95’000.-.

En effet, plusieurs articles dans la presse se font l’écho des fameuses enquêtes que la ville fait réaliser par une entreprise cotée sur la bourse américaine. On se demande donc pourquoi la Ville n’a pas choisi de privilégier des sociétés équivalentes locales qui auraient probablement été disponibles et compétentes pour les réaliser. Ce point étant précisé, nous avons lu l’enquête de Benjamin-Constant et nous nous sommes entretenus avec deux membres du service de la mobilité qui ont très gentiment répondu à toutes nos questions.

Par ailleurs, le souci que nous mettons en exergues, et qui rejoint l’enquête menée par le Lausanne Cités dans son article du 2 juin, est que méthodologiquement ça ne tient pas la route, si l’on ose le dire ! La Ville avait en effet mis à disposition de toute personne qui passait dans le quartier des QR codes permettant de répondre au sondage. Il était donc impossible de savoir si les personnes qui y ont répondu habitent ou travaillent dans ce quartier.

De plus, le nombre de personnes interrogées est de 286 personnes au total, dont 19 adolescents. Cela laisse un peu perplexe sur la légitimité du soi-disant plébiscite de la population avec les nouveaux aménagements. Pour finir, aucun panel n’a été prédéfini pour ce sondage, ce qui implique que le côté scientifique des résultats, soi-disant péremptoires, ne l’est tout simplement pas.

Copenhagen

En conclusion, sans consultations, mais avec des séances d’informations, la Municipalité mène tambour battant l’extension des pistes cyclables, des zones 30km/h, des déviations ou encore la pérennisation, après travaux, de la fermeture définitive du Grand-Pont à la circulation. La Municipalité avance ses pions pour rendre Lausanne une nouvelle Copenhague. Cependant, nous ne sommes toujours pas une ville plate, nous ne sommes pas une cité universitaire, la moyenne d’âge n’est pas de 35 ans et Lausanne restera une ville-centre avec des Vaudoises et des Vaudois qui doivent s’y rendre pour travailler en toute simplicité et efficacité.

Enquête et article par
Sarah Meyer
Sandro Patronaggio

Sandro Patronaggio

Titulaire d’un Master en Marketing digital et réseaux sociaux, Sandro Patronaggio s’engage depuis plusieurs années en politique comme membre du Comité de direction du PLR Lausanne et dans la Commission Innovation du PLR Vaud. Par ailleurs, il préside la Commission d’établissement scolaire d’Isabelle-de-Montolieu à Lausanne et il fait partie de la Commission culturelle de la capitale vaudoise.

33 réponses à “La mobilité à Lausanne validée à coup de gros sous, du contribuable !

  1. Un article qui met les points sur les i. Bravo! Aussi longtemps que les Lausannois éliront ces politiciens et politiciennes, la situation empirera. Cela fait longtemps que j’ai déménagé.

    1. Merci de votre commentaire. Nous faisons notre possible pour dénoncer cette politique incohérente et contre-productive. Meilleurs messages.

  2. Et donc on propose quoi?
    Le status quo? La voiture n’est pas une solution, ce point n’est malheureusement pas discutable lorsque l’on considère les crises climatiques et les pénuries à venir. Le mode de fonctionnement d’une ville est un système avec une énorme inertie, si nous attendons encore avant de prendre des mesures il sera tout simplement trop tard.
    Oui la voiture est pratique, oui elle est parfois nécessaire, mais non ce n’est pas une solution.

    Plus de mobilité douce, plus de transports publiques, plus d’espace piéton. Je ne vis plus en centre-ville et ces limites de 30kmh ne m’arrangent pas, mais il faut parfois savoir prendre un peu de recul et comprendre que certains enjeux peuvent dépasser nos besoins individuels.

    Cela dit, je trouve regrettable que les enquêtes soient réalisées en externe et que des résultats aussi insignifiants statitiquement soient mis en avant. Si on veut une société basée sur la rationnalité on ne peut pas encourager ce type d’inepties et sur ce point je vous rejoins.

    1. La voiture demeure intéressante – pour pleisn de bonens raisons, c’est son excèes qui est ridicule. Et lorsque le litre d’essence sera à 5francs (à la fin de l’année?), soyez sûrs qu’on l’utilisera de façon plus rationnelle.
      Donc inutile de décourager la voiture, cela se fera tout seul, par le simple fait du pic pétrolier.
      Quant au 30km?h, pourquoi pas dans la plupart des rues?
      Mais je trouve ridicule le 30km/h après 22h. Cela remplit la ville de panneaux illisibles.

      1. Le problème étant que si les infrastructures ne sont pas adaptées AVANT que les usagers ne doivent se passer de la voiture, cela sera beaucoup trop tard.
        Nous semblons d’accord sur la finalité, les usagers vont devoir laisser la voiture au garage (surtout si vous êtes également convaincus d’un prochain pic pétrolier…).
        Maintenant il s’agit de prendre les devant et faire en sorte que la ville soit adaptée aux piétons et autres usagers des transports en cummuns rapidement car conserver une ville en l’état qui fait passer en priorité la voiture individuelle est idiot. C’est en ce sens qu’il faut voir ces encouragement à l’usage des transports en communs.

        1. Commentaire typique d’un citadin avec un arrêt de bus ou de métro devant sa porte et qui ne mets que rarement les pieds en dehors de sa ville… La majorité de la Suisse est rurale ! Si si

          1. Le tracteur qui passe devant ma fenêtre en ce moment rigole de votre commentaire.
            Mais je comprends bien que dans votre prisme de lecture il est impossible de ne pas prêcher pour sa paroisse.
            Pourtant, je vous le dit, cela ne m’arrange pas personnellement que Lausanne soit une ville sans voiture. Mais il existe des solutions qui, bien qu’elles puissent diminuer le confort, sont pour le bien du plus grand nombre (parking aux périphéries par exemple).

          2. @ Vik
            Permettez d’élargir la discussion!
            Une ville n’existe pas sans la nourriture, qui est amenée de l’extérieur – par des personnes véhiculées.
            Le jour où la ville sera complètement sans voiture, la ville sera désertée par ses habitants.
            Il n’existe pas de ville sans camions, voitures ou chevaux, etc.
            En ce moment, on joue sur la cosmétique, pour flatter un certain électorat, faire jeune et se présenter comme écologiquement vertueux – mais le fond va revenir à la surface, et sans doute beaucoup plus vite qu’on ne le pense.
            Les zones rurales ont beaucoup plus de ressources par habitants pour les nourrir et produire de l’énergie. Et plus les villes seront coupées de communication avec les zones rurales, plus elles seront invivables à long terme.
            Donc jouer l’intelligence vertueuse de la ville avec sa mobilité douce contre le soit-disant égoïsme de la campagne est un peu absurde.
            C’est la ville qui a un besoin vital des ressources de la campagne. Et pas le contraire. Et on s’en rendra très vite compte avec l’inflation qui va frapper nos villes (prix de la nourriture et de l’énergie). Selon moi, la campagne se révèlera plus adaptée à la crise qui s’en vient.

          3. @Samy
            Je partage le point de vue de votre dernier commentaire à 100%.
            Je me permets donc de préciser ma pensée. Je ne dis pas du tout que la campagne est égoïste, ce type de généralité serait évidemment ridicule. J’ai parlé de l’égoïsme d’exiger de pouvoir se déplacer en voiture individuelle en ville, cela ne remets pas en question la nécessité de l’échange (ni d’ailleurs le fait que l’échange est plus nécessaire pour un citadin que pour un campagnard, je vous rejoins également sur ce point).
            Mais engorger la ville de voitures avec toutes les nuisances que cela apporte sous prétexte qu’on ne peut pas prendre 30 minutes supplémentaire pour aller acheter un vêtement, cela reste selon moi de l’égoïsme. Mais les routes ne seront pas détruites pour autant, elles sont toujours utilisables pour les services d’urgence et de livraison, personne ne remets ça en cause (en tout cas pas moi).

          4. @VIK. Les personnes qui ont des difficultés à marcher (sans pour autant être handicapées) ou les familles avec enfants ou ceux ayant des achats encombrant ou lourds à porter et tous ceux qui n’ont pas des heures à perdre pour chercher un chat dans un magasin spécialisé ou pour voir un spécialiste ou simplement aller au CHUV apprécient votre point de vue sectaire… Jamais vous ne vous mettez à la place de gens qui ont des besoins différents des vôtres ?

    2. Le pragmatisme devrait être de mise en lieu et place de mesurette incohérente et asphyxiant notre ville.

      Développer les pistes cyclables sécurisées, et non pas un coup de peinture au sol, ainsi que les transports publics est forcément une bonne chose. Cependant, continuer de faire croire qu’on peut se passer de la voiture est infondé comme décrit dans cet article et d’autres. De plus, la transition vers une ville décarbonée doit aussi passer par des véhicules électriques, or rien n’est fait par la ville sur les bornes de recharge sur son territoire.

      Pour terminer, il est bien de rappeler que la ville peut agir, mais n’a rien fait ou presque depuis des décennies sur la rénovation thermique de ses bâtiments.

      Meilleurs messages.

  3. Tiens, je ne savais pas que Madame Hidalgo était passée de Paris à Lausanne 😉
    Plus sérieusement, avec les éléments de ce blog, cette étude n’a strictement aucune valeur car comme indiqué, l’échantillon est bien trop petit et totalement inconnu quand au profil de ceux qui y ont participé pour en tirer la moindre conclusion.

    On l’oublie aussi trop souvent, mais Lausanne n’est pas réservée à ses seuls habitants, tous ceux qui habitent à la campagne n’ont pas de métro, trolley, bus, devant leur porte et quand bien même, ils ne vont pas aller faire des courses en transports en commun pour peu que leurs achats soient encombrants ou lourds où qu’ils aient de jeunes enfants avec eux.

    N’oublions pas non plus ceux qui doivent s’y rendre pour des consultations médicales et qui ne sont pas non plus en mesure de supporter les transports en commun (s’ils en ont près de chez-eux) voir de multiples transbordements.

    Si vous voulez avoir un sondage réaliste. il faut également sonder les habitants du canton qui n’ont pas d’autres solutions viables autre que la voiture pour se déplacer.

    Enfin, imaginer mettre des transports en commun partout est également une ineptie hors de prix, car faire circuler des bus vides sur les routes est bien plus polluant que quelques voitures.

    Encore une fois, on constate que écologie et démocratie sont incompatibles car les écologistes n’ont qu’un objectif, qui est d’imposer coute que coute leur dogmes et modes de vie aux autres. Cela a un nom, le communisme.

    1. Ceux qui n’habitent pas Lausanne ne font pas leur courses à Lausanne mais restent généralement en périphérie.
      Nous ne pouvons pas sacrifier le bien du plus grand nombre sous prétexte qu’une petite minorité ne puisse se passer de leur voiture.
      Appelez ça du communisme si vous le voulez mais l’opposé ne se nomme pourtant pas capitalisme mais bien égoïsme.

      1. Je vais faire mes courses à Lausanne, et à Genève alors que j’habite en pleine campagne, désolé, votre attitude sectaire anti ruraux est exaspérante. Vous allez aussi interdire aux ruraux d’accéder aux HUG et CHUV et autres spécialistes ?
        Comme je l’ai déjà écrit, les verts sont en fait totalement rouges et rêvent d’un régime communiste avec une stasi pour mettre une note sociale à chaque habitant comme en Chine. Au fait, pourquoi n’allez-vous pas vivre là-bas, vous seriez dans votre élément ultra-réglementé et où le collectif prime sur toutes les libertés individuelles.

      2. Excellente formule: “l’opposé………………égoisme” utlisable aussi, au besoin, en interchangeant communisme et capitalisme. Bravo ! La tendance est de tuer les centre-ville pour accentuer le transfert du commerce vers internet, et tous les moyens sont bons. J’ai réalisé hier qu’il n’y a plus de magasins à Genève spécialisés strictement dans l’ameublement des bureaux (sauf si je me trompe), désormais il n’y a plus que par Internet ou les 2 – 3 maques généralistes connus de tout le monde.

        1. Cela va continuer, les commerces ne peuvent survivre uniquement avec les citadins, toutes les villes qui ont piétonnisé à outrance leur centre-ville en faisant tout pour décourager l’usage de la voiture et en réduisant les parkings autour des zones piétonnes ont vu leurs commerces un peu spécialisés dépérir et se transformer en agences bancaires, immobilières, et fast-food…
          Les villes sont minoritaires dans le pays, si les ruraux ne peuvent plus y accéder, les commerces ne survivront pas.

          1. Oui, je dis égoïsme car la définition sied à merveille.

            Il s’agira de comprendre que l’argument du bien-être de l’énonomie ne va pas suffire à saisir les limites physiques que nos sociétés sont en train de toucher.

            Pas de magasin spécialisés strictement dans l’ameublement de bureau? mais comment peut-on considérer que cela puisse être un argument recevable pour éviter les restrictions de la mobilité individuelle considérant les crises qui arrivent?

            Quoiqu’il en soit les magasins qui vous manquent sont des revendeurs. Cela fait longtemps que la Suisse a exporté son artisanat pour améliorer ses marges alors j’ai de la peine à voir le drame d’internet si de toute façon les produits viennent des mêmes usines.
            C’est l’individualisme et le libre-échange qui va avec qui a tué notre artisanat et certainement pas les interdictions de circuler.

            Mais ça ni le PLR ni l’UDC ne vont vous le dire.

          2. Ce qui est effarent c’est que les écologistes sont totalement enfermés dans leurs dogmes anti-tout. Non seulement ils veulent vire dans leur mode de vie spécifique, mais tout le monde doit obligatoirement faire comme eux, vivre, se déplacer, avoir les mêmes loisirs qu’eux etc… Vous n’avez aucune liberté de choix, c’est le mode de vie qu’ils ont décidé et pas un autre…. La chine et la Corée du Nord ne font pas mieux.
            Effarent comme ils sont asservis à leurs gourous… Une secte quoi.

          3. La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres.
            Les écologistes que vous semblez détester ne font que ça, souhaiter que l’on paie le vrai prix des choses, en considérant les destructions de notre mode de vie “libre”, aujourd’hui et à l’avenir.
            Un monde durable est un monde stable. Si notre mode de vie actuel n’est pas soutenable, quel droit avons-nous de détruire la biodiversité et polluer notre planète pour des siècles à venir? Cela ne va-t-il pas impacter le bien-être des générations futures?
            Ce n’est pas la liberté que de détruire l’avenir de nos enfants car nous ne supportons plus la moindre contrainte, mais bien de l’égoïsme. Soyez libre dans le respect des autres, personne ne vous en tiendra rigueur.
            Au final, ce n’est qu’une question de conviction sur les dégats que nous faisons et la manière dont ils vont impacter l’avenir. Et malheureusement le constat est objectivement sans appel et nous n’avons plus le droit de faire la sourde-oreille.
            Si votre “liberté” est à ce point importante que les générations futures n’ont qu’à en payer le prix, c’est encore un droit. Mais ayez au moins la décence de ne pas vous en cacher, ce comportement a un nom : l’égoïsme.

          4. @VIK: Je vous cite “La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres.”

            Vous devriez méditer vos propos, car la liberté c’est le droit de me déplacer où je veux quand je veux et comme je veux et ne pas avoir un ayatollah vert pour m’interdire de prendre ma voiture mais prendre des transports en commun avec 4 transbordements et qui vont prendre 2h30 alors qu’en voiture je peux faire cela en 20 minutes, que ce soit pour des achats ou une visite médicale!

            L’air n’a jamais été aussi pur et propre que ce soit à Lausanne ou Genève ou toute autre ville, et même météo suisse indiquait que l’augmentation du nombre de journées ensoleillées est du à la baisse du nombre de jours de brouillard du fait de la baisse de la pollution depuis des années. Oui, les voitures et les industries sont de plus en plus propres, l’air est bien plus pollué dans votre appartement qu’en plein centre ville, si si croyez-moi c’est la réalité. Votre commentaire sur la pollution ne tient plus.

            Si je suis votre raisonnement, vivons dans les grottes comme à la préhistoire ! Il faut un minimum raison garder. Sur le CO2, la Suisse c’est 0,1% du CO2 mondial, 80% proviennent de la chine+inde+USA. Vous brassez de l’air pour rien ici, vos changement ici n’auront strictement aucun impact, vous aurez bonne conscience, mais cela ne servira absolument à rien. Allez faire un tour en Inde ou en Chine pour vous en convaincre avant de vouloir culpabiliser les Suisses.

            L’égoïsme c’est vous et vos dogmes que vous suivez comme des adeptes d’une secte hypnotisés par leur gourou rouge ripoliné de vert que vous voulez imposer aux autres (je ne vous impose pas de prendre la voiture, vous êtes libre de prendre le bus, mais vous n’autorisez pas l’inverse). Vous ne prenez jamais de recul pour voir l’ensemble des choses. Vous croyez quoi, que Lausanne va sauver le monde ! Focalisez-vous sur les choses importantes, pas sur les idées ridicules juste bonnes à satisfaire votre égo démesuré de régenter la vie de vos voisins tel la Stasi que l’on a connu en RDA.
            Allez manifester en Allemagne pour commencer et demander la fermeture des centrales à charbon (une seule pollue comme 100 fois la Suisse) et le redémarrage des centrales nucléaire. Puis allez à Pékin pour qu’ils n’ouvrent pas une centrale à charbon par semaine, idem en Inde, sans parler des USA.
            Mais de grâce cessez de vouloir commander les gens et leur dire comme vivre. La candidate écolo française Sandrine Rousseau voulait instaurer un délit pénal de non partage des taches ménagères dans le couple, jusqu’où ira ce délire écolo? Avec elle et les verts, 1984 de g.Orwell n’est plus de la fiction, mais la réalité.

            Oui je suis contre les écolos sectaires communistes et dogmatiques qui donnent des leçons aux autres et dans le même temps sont très loin d’être exemplaires. Deux exemples: Nicolas Hulot, ministre de l’écologie en France, a fait fortune avec ses documentaires Ushuaia à travers le monde, chacun nécessitait 2 avions de transport de matériel et 2 à 3 hélicoptères de prises de vues. Il ne prenait pas le métro pour aller à TF1 depuis la banlieue, mais son hélicoptère; il est propriétaire de 9 voitures dont 4×4 diesel et 1 hors-bord puissant…. Yann Arthus Bertrand, écolo notoire et photographe… aérien, toutes ses photos sont prise par avion ou hélicoptère. 10 vies ne suffiraient pas pour égaler son bilan carbone qui a fait sa fortune.
            Alors vos leçon… désolé, mais elle n’ont rien d’écologique, mais de démagogie sectaire, je suis certainement plus respectueux de la nature que vous, mais je ne vous impose rien !
            Alors prenez du recul et désintoxisez vous du dogmen vert-rouge pour regarder la réalité des choses et pas ce qu’on vous raconte à longueur de journée… Le monde va bien mieux qu’il y a 40 ans du le point de vue environnement.

          5. Je ne vais pas m’attarder à lister toutes les inepties de votre commentaire.
            Mais allez regarder des sources, c’est tout simplement faux, vos chiffres ne font aucun sens et je crois que vous le savez. Et pour information, la pollution n’englobe pas que le CO2.
            Vous chechez à vous dédouaner autant que possible sur les conséquences de vos choix et de vos actions, je ne peux pas vous blâmer. C’est une réalisation douloureuse et nous ne sommes pas génétiquement suffisamment armés pour remettre en question nos choix passés.
            Mais c’est pourtant notre mode de vie qui pousse la Chine à construire des centrales à charbon car, n’en déplaise à vos idéaux, c’est la vision court-termiste de profits immédiats qui les poussent à produire des biens de consommation aussi inutiles que polluants. Ces mêmes biens qui d’ailleurs ont détruit l’artisanat Suisse.
            Mais dans une funeste défense de nos libertés de consommer comme bon nous semble, nous refusons le changement en disant que, de toute façon, ils polluent plus que nous… à cause de nos habitudes de consommation….
            A attaquer les écologistes (les vrais, vous mélangez volontairement écologie et personnalité écolo pour tenter de discréditer une idéologie) vous attaquez le messager. Mais même si le messager est responsable à son échelle cela ne rend pas moins vrai le message.
            Mais j’imagine que vous faites partie de ceux qui pensent que le GIEC est un complot mondial financé par les immenses lobbies des abeilles et des éoliennes?

          6. Ben voyons, dès que l’on mets des réalités en avant, on ne veut plus les lire ni les voir (typique des écolos qui n’ont pas d’argument que de les nier) et pourtant tous me chiffres sont rigoureusement exacts: CO2: Suisse 0,1%, France 1%, Allemagne 6%, Chine +Inde +USA 80% et cela inclus tout.

            Pour la chine, le demande d’électricité explose car la Chine s’urbanise et se développe et les gens veulent vivre comme nous et 1,5 milliards de chinois qui achètent TV, laptop etc… consomment. Ils ne sont plus des paysans vivant à la bougie. Cette demande est interne et non pour les sois-disant gadgets que vous évoquez.

            Vous parlez du GIEC (ou de l’IPCC son véritable nom), mais avez-vous lu l’intégralité du rapport (pas le résumé) pour vous faire votre propre opinion ? Je ne le crois pas. Moi oui.

            Quand aux écologistes, je ne fais que citer des leaders/ex-leader de EELV (Europe Ecologie Les Verts), encore ici cela vous dérange que je cite des personnes de premier rang qui veulent vous imposer un mode de vie et qui sont elles-même les plus mauvais exemples qui existent. Toujours cette attitude de de pas regarder la réalité en face.

            Ce qui est stupéfiant c’est votre absence totale d’arguments, je donne des chiffres, exemples… Vous n’avez rien en face sauf votre dogme et votre attitude méprisante de décréter sans autre que les chiffres sont faux et les personnes cités pas de vrais écolos. Vous êtes pathétique…

          7. Mais bien sur, vous avez lu les différents rapports du GIEC (traduction française d’IPCC, il n’y a aucun mal à l’utiliser).
            Je dois dire que si vous êtes arrivé au bout des 2913 pages du rapport “Climate Change 2022: Mitigation of Climate Change”, des 3675 pages du rapport “Climate Change 2022: Impacts, Adaptation and Vulnerability” et le rapport complet qui n’est pas encore sorti du “Climate Change 2021: The Physical Science Basis” ainsi que des différents rapports complémentaires, le tout en continant de dire que la pollution des villes est en diminution……. je dois dire que ce type de gymnastique mentale pousserait presque à l’admiration.
            Mais quelque chose me dit que vous mentez, ce n’est pas la première fois. Vous essayez à priori de vous faire passer pour un autre pour tenter un argument d’autorité. Seulement vos convictions sont incompatibles avec une lecture sérieuse d’un quelconque rapport scientifique.
            Je n’ai pas lu les rapports complets, mais j’ai lu les résumés aux décideurs. Vous devriez en faire de même, car si êtes parvenus à lire les rapports complets sans en saisir l’essentiel, quelque chose me dit que vous n’avez peut-être pas optimisé votre temps.

          8. Dès qu’un argument ou une remarque ou un fait ne vous plait pas vous me traitez de menteur, cela devient insultant et lassant de la part de quelqu’un qui n’a rien pour argumenter en face. Classique …
            J’utilise les terme IPCC pour International Panel on Climate Change qui est un PANEL et non un groupe d’experts. Un panel et ouvert à tout le monde sans restriction de compétences, cela veut dire que ce qui est soumit à l’IPCC (GIEC) n’est pas une vérité absolue et doit être traité avec précautions. Si des experts donnent une augmentation de la température du globe de 1° pour 2100, et Greenpeace 8° (c’est le cas), personne ne va les contredire, mais le résumé va faire une moyenne pour trouver un compromis. Or je fais plus confiance à des experts connus qu’à Greenpeace. Un rapporteur en charge de la rédaction du document s’affichait avec un diplôme de doctorat, or après vérification, il n’avait jamais eu le moindre diplôme, mais était un militant de Greenpeace. Il a finalement été déchut de sa fonction de rapporteur…
            Tout cela pour vous dire qu’il faut lire le rapport détaillé (et non le résumé) pour identifier les sources fiables et les sources farfelues qui ont malheureusement également droit de cité au sein de l’IPCC.
            Enfin, allez sur le site de MétéoSuisse, sur le climat pour apprendre (c’est pas moi qui le dit) que la baisse de la pollution (filtres à particules des voitures, usines…) réduit la formation de brouillard et de ce fait augmente le nombre de journée ensoleillée et contribue au réchauffement climatique. On est simplement incapable de chiffrer cette contribution. Vous allez aussi dire de Météo Suisse ment ?
            Vous êtes enfermé dans vos dogmes et ne regardez pas les réalités globales et c’est le résultat du matraquage permanent des ayatollah verts qui vous rend ainsi.

      3. Vous êtes favorable à la dématérialisation et à passer par internet car vous habitez peut-être dans une zone un peu “brui-ante”. Ok, mais cela se prépare par des mesures pour la protection de l’humain, du travail & de la main-d’œuvre locale. A l’école, nous apprenons que pour prouver la validité d’une théorie il faut la pousser à l’extrême. Avec un bassin de l’emploi totalement ouvert à 300 millions d’européens, tous les emplois de suisses sont remplaçables. Si en plus l’on ferme les commerces, tout le commerce ou presque ira vers l’étranger. Est-ce qu’il existe un sens pratique ou économique à aller dans cette direction? oui peut-être, mais cela m’échappe personnellement.

        1. Précisemment, remettons des barrières aux importations, c’est le seul moyen de relancer la production locale (je parle bien de production, pas de revente).

          1. Compte tenu de mon âge je vais vous faire une photo générale de la situation d’après mes observations au fil des décennies; Certains se considèrent très bon pour représenter le peuple et se font élire sur cette base, sauf si l’économie voit en eux un danger spécifique pour les empêcher avant d’y arriver, et dans ce cas ils n’y arriveront jamais. Une fois assis dans les fauteuils des parlements et des gouvernements, l’économie récupère une grande partie parmi eux à coup de mandats et de paiements de prestations de conseil, etc. pour la servir d’abord à elle, sans montrer au peuple combien il est floué et à quel point il est méprisé. Dans 100% des cas, les attentes de la population ne coïncident pas avec ceux des grands acteurs de l’économie ni avec la politique extérieure du CF. Votre commentaire en est la preuve. Le peuple veut vivre tranquillement, protégé par l’Etat, être sûr de garder son emploi, dans ses localités, dans son son canton et ne veut pas de cette globalisation dévoratrice d’énergie et polluante à outrance. Face aux décideurs économiques la majorité des décideurs politiques ne peuvent que, sans le vouloir, devenir des outils du complot financier continuel. Encore une preuve? Le contribuable forme à coup de milliards des étudiants qui inventent, découvrent, innovent, etc. Une fois dans le monde du travail, le patron de l’Entreprise décide seul d’ouvrir une usine ailleurs dans le monde et de transférer la technologie à d’autre puissances économiques qui posent en général cela comme condition pour accéder à leurs marchés. Nous étions tous contents de ce jeu de dupes, plus élégamment de ce jeu de “monopoly” théâtral, malgré sa cruauté puisque les revenus de nous tous étaient confortables. Depuis une quinzaine d’années l’équation ne tient plus, car la pauvreté devient un phénomène important (entre 700 mille et millions de pauvres en Suisse) et les salaires baissent, mais le peuple a décidé par habitude de remettre les mêmes dans leurs sièges, car tout le monde a peur du changement. Hier ils ont annoncé que le taux de chômage est de 2,1% (98 mille personnes). Pourquoi ils n’affichent pas le nombre de nécessiteux qui sont prêts à travailler mais qui ne trouvent pas? Autrement dit, les chômeurs qui n’ont plus droit à l’indemnité. Ils sont plus 500’000.- dans le pays. Rien qu’à Genève 50 mille personnes sont à l’hospice général et le canton vient en aide à 100 mille personnes pour payer les primes de l’assurance maladie obligatoire!

        2. Ce sont des écolos sans voiture qui se font tout livrer chez-eux, mais n’imaginent pas que les colis ne viennent pas tout seuls sur leurs petits pieds, mais qu’il y a de nombreux camions et utilitaires qui circulent pour leur apporter leur commande sous 24h, y compris par avion…
          Mais chut, les verts ne veulent pas savoir cela ils ferment les yeux tout comme les verts allemands ont fermé les yeux sur les vielles centrales à charbon et gaz russe qu’il a fallu remettre en service pour remplacer les centrales nucléaires que l’Allemagne a arrêté.

          1. Le nucléaire allemand est effectivement un problème, un problème de dogme.
            Les scientifiques n’ont pas été écoutés, l’UNSCEAR non plus, des décisions émotionnelles ont été prises avec les conséquences que vous citez et une dépendance aux gaz russe et à la linite. Les partis “écolos” ont fait n’importe quoi et ont tourné le dos à des solutions qui pourtant recevaient l’aval des spécialistes.

            Aujourd’hui c’est exactement la même chose. Vous refusez le changement, refusez l’appel des scientifiques à faire évoluer nos modes de vie, mais vous les traitez de dogmatiques sans vous rendre compte que c’est justement l’inverse, vous vous terrez dans un immobilisme critique à l’égard de ceux qui n’ont pas baissé les bras et qui essaient de prendre les choses en main.

            Les attaques répétées contre les écolos qui se font “tout livrer chez eux” (joli sophisme de l’homme de paille par ailleurs) ne changent rien aux faits: Le monde atteint ses limites physiques, votre envie de fermer les yeux et votre souhait du “business as usual” n’y changera rien.

          2. Enfin un premier point où vous reconnaissez qu’il y des dogmes dans l’écologie… C’est un début encourageant !
            Vous écrivez ” Vous refusez le changement”… Qu’est-ce qui vous permets d’écrire cela ?
            Oui et non !
            – Je refuse le changement qui réduit mes libertés individuelles car on voit où elles peuvent mener si ce sont des extrémistes qui sont aux commandes (Hitler voulait le changement pour le bien de son peuple, a été élu démocratiquement et on a vu où cela a mené). Le changement doit se faire via l’acceptation et par le choix des citoyens, pas être imposé par une minorité sur la base de données non vérifiables voire mensongères ou tronquées.
            – J’accepte le changement dans la mesure de mes possibilités et tant que cela ne va pas réduire ma liberté d’être, penser, circuler… Vous voulez interdire la voiture en ville, toutes les voitures, mêmes électriques ? C’est quoi alors le problème la voiture ou la sois-disant pollution ? Je roule en hybride rechargé pas mes panneaux solaires, donc certainement moins polluant que tous ceux viennent en ville en bus diesel, ou train alimenté par des centrales à gaz ou charbon… Qui est le plus écolo ? Pourquoi n’aurais-je plus le droit de faire mes achats à Lausanne ou Genève si je ne viens pas en bus ou train ?
            Vous voyez, qui est le plus dogmatique ?
            – moi (qui considère que la priorité est les 80% de CO2 mondial de Chine ( 1,5 milliards d’habitants +Inde (1,4 milliard d’habitants) +USA (380 millions d’habitants) et pas la Suisse 0,1% du CO2 mondial (8 millions d’habitants)
            – vous qui voulez interdire les voitures dans Lausanne et Genève pour sauver le climat !

  4. Allons au bout de la reflexion, les lausannois se barricadent chez eux, pourquoi les autres habitants du cantons devraient-ils les sponsoriser via la perequation?

  5. 19 adolescent ont voté et combien ont voté plusieurs fois car Mme la Verte a lancé des appel à ses collègues pour remplir ce pseudo plébiscite ! C’est une escroquerie intellectuelle d’utiliser cette tromperie comme blanc seing à cette politique dogmatique des vertes de son genre. Une honte !

    1. C’est la méthode des communistes qui se sont retrouvés sous la couleur verte mais qui ont les mêmes objectifs, diriger nos vies comme cela fut la cas avant la chute du mur de Berlin…. Aucune liberté individuelle, collectivisme à tout prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *