La Municipalité de Lausanne, génie du marketing !

Les Services Industriels de Lausanne (SIL) perçoivent 34 millions de trop entre 2009 et 2010, mais pas de souci, la Municipalité sait comment résoudre son problème.

En effet, la genèse de cette histoire commence quand la ville de Lausanne pensait à tort qu’elle pouvait appliquer un prix sur la valorisation de la production électrique alors que la Commission fédérale de l’électricité (ElCom), le tribunal administratif puis le tribunal administratif fédéral lui ont appris qu’elle devait appliquer un tarif sur le prix de revient de la production électrique. Résultat : Plus de 34 millions perçus en trop par la ville.

Vous pensiez que l’histoire s’arrêterait là avec un simple remboursement sur la facture d’électricité des Lausannois ?

C’était sans miser que la Municipalité, majoritairement à gauche, allait user de tous les subterfuges possibles pour ne pas rembourser administrés et flatter son électorat.
C’est ainsi que pour la gauche, il faut utiliser ces 34 millions pour plus de justice sociale et lutter contre le réchauffement climatique.

Où est le problème, me direz-vous ? Ils vont dans le bon sens que diantre !

Oui, mais. D’un côté, plus de justice sociale pour la gauche c’est une réduction du prix des abonnements des transports publics d’une durée de 4 ans uniquement financée par une augmentation des taxes d’électricité. Les catégories concernées seront : les retraités, les jeunes en formation, les enfants et ceux qui bénéficient de prestations complémentaires. De l’autre côté, c’est une diminution des factures des SIL pour rembourser les 34 millions, arguant que cette opération sera neutre pour les Lausannois. Toutefois, ceux qui ont quitté Lausanne ne seront jamais remboursés des factures abusives. De surcroît, induire la réduction du CO2, c’est présumer que les catégories de personnes ciblées pour bénéficier de ces réductions vont dorénavant privilégier les transports en commun plutôt que la voiture. C’est bien essayé, mais ceci n’a aucun sens dans la mesure où les catégories sociales touchées ne prennent déjà pas ou très peu la voiture, étant donné qu’ils n’ont précisément pas beaucoup de moyens.

En d’autres termes, les SIL ont perçu plus de 34 millions de trop sur les factures d’électricité. Ensuite, la Municipalité a engagé à deux reprises les deniers publics pour recourir contre la décision de l’ElCom et puis des tribunaux administratifs, qui leur donneront tour à tour tort. Pour finir, la Municipalité fait voter à “son” Conseil communal (66 élus de gauche sur 100) un préavis lui donnant le “droit” de réduire le prix des transports publics, dans le cadre du plan climat, au bénéfice des catégories précitées, et ceci pour 4 ans grâce à une augmentation de la taxe sur l’électricité de 34 millions. Vous me suivez ? Je me permets de soulever le fait que je ne vois aucun lien entre la réduction des prix des transports publics et le droit d’augmenter la taxe sur l’électricité pour la financer, mais gageons que les socialistes nous l’expliqueront.

En guise de conclusion, nous avons une Municipalité génie du marketing et “son” Conseil communal qui, d’un côté, réduira les factures des SIL à hauteur de 34 millions, sauf celles de ceux qui ont quitté notre ville et qui ne recevront rien. De l’autre côté, la ville augmentera les factures d’électricité pour le même montant afin de financer une réduction du prix des transports publics en nous faisant croire que c’est pour diminuer les émissions de CO2. Bref, ça me laisse à pied tout ça !

Sandro Patronaggio

Titulaire d’un Master en Marketing digital et réseaux sociaux, Sandro Patronaggio s’engage depuis plusieurs années en politique comme membre du Comité de direction du PLR Lausanne et dans la Commission Innovation du PLR Vaud. Par ailleurs, il préside la Commission d’établissement scolaire d’Isabelle-de-Montolieu à Lausanne et il fait partie de la Commission culturelle de la capitale vaudoise.

5 réponses à “La Municipalité de Lausanne, génie du marketing !

  1. Et pendant ce temps, nos filles sont agressées la nuit et nos fils dans les cours de recré.

    L’urgences, c’est le prix de l’électricité?

  2. Merci de votre commentaire. Vous avez raison, la sécurité est un point important. Cependant, parce qu’il y a de tristes évènements qui sont survenus ces dernières semaines, j’ai le droit de développer uniquement sur cette thématique ?

    Il me semble que ce sujet mérite d’être décortiqué et expliqué. Je me permets d’ajouter, que nous parlons de la majorité de notre ville et qu’ils ont facturé plus de 34 millions de trop, mais en plus ils ont engagé 2 procédures juridiques qui les ont désavoués et que nous avons payé !

    1. Je n’ai toujours pas vu le remboursement de la TVA sur ma redevance tv, la dissolution des réserves de mes primes maladie, l’impôt fédéral était de durée limitée, l’impôt sur la fortune aussi, la TVA devait baisser, etc.

      Vous avez donc raison.

      Je me sens cependant citoyenne d’un état, pas consommatrice. Je n’attends pas qu’on me rembourse une prestation fournie, mais que l’Etat assume ses tâches régaliennes. Je veux des facteurs, des profs, des électriciens, des éboueurs, des policiers, des procureurs, etc… pas un rabais sur mes impôts 😌

      1. Vous avez parfaitement raison. D’autant plus quand une administration ne fait pas son travail et qu’en plus, elle facture des prestations trop chères.

  3. Les décisions des politiciens de Lausanne fait que la ville se vide, se paupérise et nivelle par le bas tout ! C’est un désastre de voir Lausanne se ternir comme ça. Plus envie de venir passer du temps en ville. Pour n’y voir que du deal à tous les coins de rue et des hordes de contractuels chasser l’automobiliste pour faire du fric. Lausanne se meurt, les belles boutiques n’existe presque plus, remplacées par des kebab et autres vendeurs d’abonnement de tel et de transferts d’argent proposant des rabais pour l’Afrique. L’insécurité y résigne tout le temps! Lausanne n’est plus Lausanne sauf pour quelques bobos verts opportunistes!

Répondre à Patronaggio Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *