Cet arc-en-ciel si universel…

La télévision, et même les compétitions de football, ont parfois du bon, si, si, croyez-moi! Hier j’ai appris quelque chose. Sur fond de polémique sur la question de savoir si le stade de Munich devait se mettre « aux couleurs de l’arc-en-ciel », une journaliste TV a rappelé l’histoire de ce drapeau symbolisant le mouvement LGBT. A l’origine, en 1978, il avait 8 couleurs et a été conçu, puis réalisé à la main par le graphiste et militant américain Gilbert Baker, qui avait 27 ans à l’époque. Il lui aurait été inspiré par la chanson Over the Rainbow chantée dans le film Le magicien d’Oz.

Mais plus intéressant encore, Gilbert Baker donne à chacune des huit couleurs une signification, que j’ai eu grand intérêt à découvrir et qui, après un rapide sondage autour de moi, me semblent méconnue. Je vous les livre, commentaire spontané plus ou moins sérieux compris…

 

 

Le rose pour la sexualité. Et je comprends bien là toutes les sexualités.

Le rouge pour la vie et la guérison. J’ajouterais l’amour, la passion.

L’orange pour la santé et la fierté. Et pas seulement celle des footballeurs hollandais… 😉

Le jaune pour la lumière du soleil. Et de l’indispensable vitamine D qui va avec…

Le vert pour la nature. Quoi de plus actuel et fondamental que l’écologie, au sens du savoir-vivre en entre terre, animaux et humains.

Le turquoise pour la magie et l’art. De mon avis des ingrédients fondamentaux de nos vies même si nous ne les cultivons pas assez.

Le bleu pour la sérénité et l’harmonie. Ce que je souhaite à chacune et chacun en ces temps troubles.

Enfin, le violet pour l’esprit. Et le droit pour chacun de choisir sa forme de spiritualité.

 

De bien belles intentions déposées par ce créateur dans chacune des couleurs, vous ne trouvez pas? L’arc-en-ciel s’est toujours prêté à une valeur symbolique, de paix et de prospérité, de l’union du ciel et de la terre, ou chez les amérindiens il est le pont entre le monde des humains et celui des morts. Au-delà de légitimement servir les défenseurs de la cause LGBT, ce drapeau se révèle en fait bien plus universel. Il délivre un message de tolérance, pas seulement vis-à-vis des minorités, mais de l’Humanité d’une manière générale. Par ailleurs il met en lumière, au travers de chacune de ces couleurs, des questions, voire des chantiers, sur lesquels nous pouvons tous nous interroger, nous remettre en cause, à titre personnel comme à titre collectif.

Pour une si belle cause et avec un brin d’idéalisme assumé, je retourne volontiers à mon cahier de coloriage, pas vous?

 

Sabrina Pavone

 

Image: Wikipedia

 

Sabrina Pavone

Passionnée par les relations humaines et le développement du «soi», Sabrina Pavone est coach humaniste, praticienne en thérapies brèves et formatrice d’adultes. Elle a spécialisé son travail sur les «constellations familiales & systémiques» et les rituels, en individuel, en groupe et en entreprise. Elle anime aussi des ateliers à thèmes sur la créativité et la conscience féminine.

2 réponses à “Cet arc-en-ciel si universel…

  1. On en parle de l’appropriation culturelle ? Il s’agit des couleurs de l’Empire Incas… Si vous allez au Perou, même si l’Empire Incas n’avait pas de drapeau, vous verrez partout ces couleurs. Mais, chut, c’est une appropriation culturelle p-o-s-i-t-i-v-e. C’est aux Péruviens de changer leurs couleurs millénaires…

    Pas comme l’horrible logo de la marque de café, mentionné par votre collègue blogeuse.

    1. Bonjour, mon propos ici est de souligner l’intention, derrière les couleurs, qu’avait le créateur de cet emblème. Je ne pense pas qu’il s’agisse là d’une appropriation culturelle et ne suis pas qualifiée pour le prétendre. Ceci dit, la culture me semble faite pour être partagée et évoluer et un même symbole peut signifier différentes choses, en fonction des contrées et des époques. Bien à vous. Sabrina

Répondre à Seoline Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *