Poutine passe à l’acte, et nous?

Il s’était minutieusement préparé. Eteint les derniers feux de la société civile en Russie, aligné les parlementaires, verrouillé toute liberté d’expression et toute contestation, fait condamner Navalny à la prison à vie, bétonné sa présidence au moins jusqu’en 2034, s’est assuré du soutien de son double, le dictateur et président à vie chinois. Il fallait juste attendre la fin de l’hiver… et la demande à l’aide des pseudo-républiques créées à cette fin dans le Sud-Est de l’Ukraine, méthode déjà éprouvée dans le Caucase. 

L’attaque était prévue mais nous laisse néanmoins sans voix. Le prétexte que l’Ukraine voulait se rapprocher de l’OTAN est absurde. D’une part l’OTAN n’est pas entrée en matière et ne le fera pas. D’autre part l’OTAN n’a aucunement volonté de s’attaquer à la Russie ni à n’importe quel autre pays. D’ailleurs l’argumentaire pseudo-historique de Poutine quelques jours avant de passer à l’acte ne mentionnait rien de tout cela, il niait tout simplement l’existence d’un peuple ukrainien.

Ce ne sont que des prétextes et des falsifications du même ordre que lorsque Poutine traite les dirigeants ukrainiens de nazis et les accuse de génocide! Si des comparaisons de cet ordre peuvent être faites, ce serait plutôt à Poutine qu’elles pourraient s’appliquer, ancien agent du KGB qui est tout simplement en train de propulser la Russie 80 ans en arrière. Il ne peut tolérer le moindre mouvement démocratique dans ce qu’il considère comme ses „marches de l’empire“, que ce soit en Biélorussie, en Ukraine et tout récemment dans la répression d’un soulèvement populaire au Khazakstan. Et après l’Ukraine, côté chinois : Taiwan, bien sûr, démonstration vivante inacceptable d’une population chinoise connaissant et appréciant la démocratie.

L’heure du réveil sonne

Trois urgences en Occident, bientôt dernier bastion des Droits humains naguère universellement reconnus et de l’Etat de droit. Il est urgent de comprendre

1) La dangerosité des mouvements populistes qui gangrènent nos sociétés, attisant les mauvais côtés de l’être humain, semant les fake news à la volée et en boucle, réclamant une „liberté“ sans limites tout en admirant les régimes chinois ou russe où la moindre dissidence signifie disparition, torture et prison. Tout comme dans les années 30 les admirateurs de l’”ordre nouveau” nazi allemand ou fasciste italien, les mouvements populistes sont aujourd’hui la 5e colonne des dictateurs. D’ailleurs ils ont souvent accepté de l’argent sale venant de manière occulte de Poutine. Et on se rappelle du cri du coeur de Trump qualifiant son collègue de Corée du Nord de „nice guy“. Pas de tolérance à l’intolérance : aucune des affirmations de ce camp politique ne doit rester sans réfutation méthodique. Comme par exemple le démographe Hervé Le Bras vient de le faire en démontant magistralement les affabulations d’un « grand remplacement », mensonge asséné quotidiennement par le démagogue Zemmour. Et demandons à chaque personne attirée par les sirènes populistes: voulez-vous vraiment vivre sous le régime russe ou chinois? Peut-être cessera-t-elle de jouer avec le feu.

2) L’urgence des économies d’énergies et d’une indépendance de nos pays des fournisseurs d’énergies fossiles – trop souvent des régimes corrompus, autoritaires et/ou dictatoriaux. Actuellement 2/3 de l’énergie que nous consommons est du fossile, essentiellement du pétrole mais aussi du gaz. Il faut mettre les bouchées doubles pour passer du fossile aux pompes à chaleur et à la géothermie et enfin lancer un vaste programme d’assainissement du parc immobilier, dont le rythme actuel est totalement insuffisant, mettant fin à d’immenses gaspillages, pour modifier aussi nos pratiques en matière de mobilité. Pour ne pas avoir froid les prochains hivers, pour limiter les émissions de gaz carbonique, pour ne plus financer les destructeurs des droits humains, il nous faut cesser de croire que les politiques énergétiques et climatiques seraient des gadgets pour bobos, un luxe pour nantis. Au contraire ce sont des exigences de survie qui méritent des investissements massifs.

3) La nécessité de lutter au quotidien contre les inégalités de chance et sociales, dont la croissance détruit toute confiance au sein de la société, qui la sépare et la fractionne en catégories qui ne se parlent plus et ne se sentent plus acceptées à la même table. Il est urgent de décréter tant des revenus minimum décents que des revenus maximum et d’assurer à chaque personne un emploi utile et durable. Faute de quoi les sociétés occidentales seront définitivement minées de l’intérieur. Les forces humanistes doivent urgemment se regrouper autour d’un programme de réformes écologiques et sociales et définir une ligne claire contre la dérégulation locale et globale, qui expose les populations fragiles à une constante compétition déloyale; c’est la seule manière de réduire l’attractivité d’un populisme délétère et de défendre nos valeurs constitutives.

 

 

 

René Longet

Licencié en lettres à l’Université de Genève, René Longet a mené en parallèle d’importants engagements, dans le domaine des ONG et du monde institutionnel, pour le vivre-ensemble ainsi qu'un développement durable. Passionné d’histoire et de géographie, il s’interroge sur l’étrange trajectoire de cette Humanité qui, capable du meilleur comme du pire, n’arrive pas encore bien à imaginer son destin commun.

33 réponses à “Poutine passe à l’acte, et nous?

    1. Juste rien compris, Angelo Giulano. La Suisse neutre oui, mais dépendante – alors réduire la dépendance et avoir une position de solidarité avec ceux qui ont les mêmes valeurs quant à l’Etat de droit et à la démocratie que nous,c’est la clé de la survie de nos valeurs. Et non aux admirateurs des dictateurs, la démocratie creuse là sa propre tombe.

      1. Il faut revenir a 2014 et le coup finance par les US avec l injection de 5 milliards de dollars (ref. victoria Nuland). Derriere ce coup ce sont des neo-nazis / azob battalion et right sector. Yanukovich etait le president elu. apres ce coup il n y a plus eu de democratie en Ukraine, les opposants emprisones, des lois ethno-centriques anti-russes. L Ukraine n est plus democratique et surtout plus souveraine depuis 2014. Il faut remettre tout dans son contexte et venir avec les faits, l agression et occupation a commence en 2014 et je ne parle pas du bombardement de civils dans le donbass et les 14000 morts. Soyez objectifs et donnez la voix a l autre camps plutot que regurgiter la propagande atlantiste

        1. Parler de néo nazi pour un président de confession juive, c’est juste délirant. Je me demande bien d’où vous écrivez… Une ferme à troll russe ? En tout cas, sous leur joug, ça c’est certain.

    2. Votre point 3 ressemble au manifeste bolcheviks du début du siècle passé.
      Certaines classe de la population se complairaient bien avec des revenus minimums, des gratuités de transport, des emplois dans lequel il ne faut pas trop se fouler et même du 32 heures !
      Que des populations fragiles soient confrontées à une constante compétition que vous décrivez comme déloyale est une logique de l’humanité, se battre pour réussir et une chance d’évoluer.
      Sinon c’est une décroissance économique et intellectuelle que prônent les partis de réactionnaire de gauche comme les Verts.

  1. On aurait pu les empêcher d’intervenir, si la gauche n’avait pas drastiquement diminué les budgets militaires dans toute l’Europe, empêché la modernisation de nos armées, retardé l’achat d’avions, etc…

    La gauche nous a conduit à une position de victime, obligé de subir!

    La gauche est responsable; la gauche antimilitariste est responsable de chaque mort civil ! Ils nous ont dit ce n’est pas possible, qu’on aurait dix ans pour voir venir arriver une guerre en Europe.

    J’ai honte de cette gauche !

    1. Il faut revenir a 2014 et le coup finance par les US avec l injection de 5 milliards de dollars (ref. victoria Nuland). Derriere ce coup ce sont des neo-nazis / azob battalion et right sector. Yanukovich etait le president elu. apres ce coup il n y a plus eu de democratie en Ukraine, les opposants emprisones, des lois ethno-centriques anti-russes. L Ukraine n est plus democratique et surtout plus souveraine depuis 2014. Il faut remettre tout dans son contexte et venir avec les faits, l agression et occupation a commence en 2014 et je ne parle pas du bombardement de civils dans le donbass et les 14000 morts. Soyez objectifs et donnez la voix a l autre camps plutot que regurgiter la propagande atlantiste

    2. Vous êtes totalement à côté de la plaque avec votre armée de Grand-Papa.

      Commencez par ouvrir une carte de géographie et à relire l’histoire de la région. L’Europe a laissé les choses s’envenimer depuis 2014 (non pas militairement mais stratégiquement et politiquement).

      La crise sanitaire a porté le coup de grâce car on préférait enfermer les jeunes qui n’ont pas fait trois doses que de s’inquiéter des messages de Poutine. La dernière fois que de l’armement a été utilisé, c’était contre la population en Hollande et en France par exemple.

      Quand aux accords de Minsk, je vous laisse en prendre lecture sur Wikipedia par exemple (c’est plus facile d’accès pour certains) et vous comprendrez que le problème est plus complexe que vous ne le pensez.

      Une “zone tampon” doit rester plus ou moins neutre (surtout si la population est “mixte” selon les régions). Le danger que l’Ukraine rejoigne l’OTAN et serve de base arrière était tout simplement pas acceptable pour Moscou (je vous laisse imaginer comment les USA réagiraient si on plaçait un gouvernement pro-Russe en Amérique Centrale, que l’on commence à l’armer et qu’il rejoigne une alliance militaire “ennemie”).

      Mais même cette vision est d’une autre époque dans notre économie globalisée où tout est interconnecté.

      Quand à la situation de la Suisse et la crainte, qui a été inscrite dans l’ADN d’une génération vieillissante, de l’arrivée des chars à Zürich depuis l’Est, c’est assez risible.

      Oui, la Suisse à la trouille ! Pas pour son territoire mais pour son économie et sa place financière. Car, telle une réaction auto-immune, les sanctions économiques risque de lui faire plus mal a elle qu’à la Russie. Sans parler des problèmes d’approvisionnement énergétique dans un contexte d’inflation généralisée.

      Manquerait plus que la Chine en profite pour s’occuper de Taiwan et je sais pas qui on va vendre nos Rolex…

      Vos FA/18 et futurs FA35, votre défense anti-aérienne de pointe et vos chars sont donc tout simplement ridicules voire nuisible en qu’aggravant notre dette donc notre situation sociale.

      De plus, si Poutine devait vraiment nous vouloir du mal (je ne le pense pas car il aurait beaucoup à y perdre lui-même pour pas grand chose), il lui suffirait d’une poignée de hackers bien formés pour s’amuser à semer un chaos total dans le pays à très bon compte sans se mettre physiquement en danger… (nous n’avons pas brillé en effet ces derniers mois en terme de “cyber-security”).

      Bref, votre discours sent un peu le renfermé et mérite une actualisation.

  2. Vite, vite, lançons une initiative pour interdire à l’armée suisse d’acquérir des avions pour notre défense et des équipements antiaériens. Seule l’extrême droite croit à la possibilité d’une guerre en Europe; seule l’extrême droite nous menace.

    Supprimons l’armée et désarmons notre police.

    1. Alors là Françoise Magnin, il n’y a aucune chance que vous ayez une majorité du peuple suisse derrière vous avec vos folies gauchistes antimilitaristes à la GSSA. Même au moment de la plus grande euphorie pacifiste, quand on nous disait qu’il n’y aura plus jamais de guerre, vos amis gauchistes du GSSA n’ont jamais réussi à convaincre une majorité du peuple suisse. Mais alors là, depuis ce matin, vous pouvez oubliez définitivement. C’est le moment de revoir le Concept Armée 21 et de refaire une armée puissante de défense territoriale de la Suisse, différente bien sûr de celle du siècle passé, mais dans le même esprit. Et le peuple suisse acceptera de faire les sacrifices nécessaires. Les gauchistes du GSSA peuvent faire une croix définitive sur leurs projets de destruction de la Suisse.

      1. Le commentaire de Françoise Magnin est du second degré. Rassurez-vous qu’à l’heure actuelle, les membres du GSSA et autres antimilitaristes se font tout discrets.

        1. Je crois que c’était évident pour tout le monde, à condition d’être doué de bon sens…
          Malheureusement cette condition est difficilement cumulable avec une vision aussi idiote que celle de croire que l’armée a une quelconque utilité dans ce type de situation…
          Diminuer notre dépendance aux autres états devrait être notre seul but, et ça commence par le domaine de l’énergie.

          1. Si nous achetons rien à nos voisins et n’avons aucune armée pour nous défendre, ils viendront nous vendre leurs babioles, à la Poutine…

            Tu te rappelles à la recré? quand tu avais une belle pomme et que la brute de l’école s’apercevait que le surveillant ne bosse pas ce jour-là…

  3. humm il me semble que le terme nazi a été proféré d’abord par le comédien zelensky , puis repris par les russes ensuite .
    d’autre part ,il me semble que kennedy a failli declencher une guerre nucleaire parce que des missilles avaient été établis à Cuba … un peu la situation analogue à aujourd’hui . les memes US qui appauvrissent le peuple cubain avec un embargo depuis 60 ans .
    des grands démocrates eux aussi … et qui ont tout fait pour que la russie réagisse, en jetant de l’huile sur le feu, car ils ont grand interet à affablir l’UE, et vendre leurs armes, leur gaz etc .
    espérons que les dirigeants de l’europe ne seront pas assez crétins pour aller dans ce bourbier.
    mais ce que veulent leurs citoyens, beaucoup s’en fichent . En Suisse, heureusement vous avez encore votre mot à dire. Apprciez lle régime dans lequel vous vivez.

    1. fais un peu de recherches sur les battaillons azov et right sector avant de dire des betises. ils y a tout, les croix gammees etc. et la nation a donne le titre de la nation au collaborateur nazi stepan bandera. il faut soit faire des recherches soit laisser ca aux adultes.

  4. Votre article est révélateur d’une mauvaise compréhension de la situation actuelle.
    Vous oubliez que :
    1) L’Ukraine fait partie de la Russie. (Que l’Ukraine le veuille ou non).
    2) La Russie s’est déjà fait avoir par les USA une première fois. L’OTAN s’est installée dans les ex pays de l’est.
    3) La Russie ne peut pas accepter d’avoir l’OTAN à sa frontière. (c’est leur sécurité)
    4) La Russie fait clairement comprendre à l’Ukraine que c’est ainsi et que l’Ukraine ne peut pas choisir librement sa politique extérieur.
    5) Tous les états concernés l’ont très bien compris y compris les USA
    6) Quels sont intérêts des USA et des Européens dans cette histoire ??
    7) Conclusion : la Russie ne peut pas “lâcher” l’Ukraine sans s’affaiblir.
    Les USA et l’Europe ferait mieux de s’occuper de leurs affaires internes.
    Ce qui arrive aux ukrainiens est malheureux mais ils peuvent s’en prendre à leur gouvernement et surtout à leur président Zelensky qui est un populiste guignol style 5 étoile à l’Italienne.

    1. 100% d accord, cloitre le bec a ces atlantistes/imperialistes coupables des sanctions, guerres et revolutions de couleur a travers le monde : yemen, irak, libye, yougoslavie, venezuela, cuba, syrie, etc.
      et on veut nous parler de democratie et de droits de l homme.

    2. Il y a malheureusement un fond de vérité dans votre discours.

      Est-ce que les USA, sur le déclin, et mis sous pression par la pandémie et la Chine, cherchent à maintenir leur hégémonie tout en laissant l’Europe prendre tous les coups et en l’affaiblissant au passage ?

      Si les USA apportent leur soutien militaire, là c’est différent mais ça signifie une guerre mondiale. Mais, sans leur soutien, on est parti pour des années d’une pseudo guerre civile en Ukraine car l’Europe n’a pas intérêt à s’engager dans une guerre contre la Russie (ni même la volonté car la population ne soutiendrait pas longtemps l’envoi de troupes).

      Les mesures économiques sont à double tranchant: elles nous affaiblissent autant dans un contexte peu favorable. Par contre, elles sont favorables aux USA qui nous vendront leur énergie en lieu et place de la Russie…

      Bref, Poutine en profite. L’Europe est dans une position très délicate. Mais la pièce maîtresse n’a pas encore joué sa partie: la Chine. Si le but de la Russie est de renverser le pouvoir et d’installer quelque chose de “neutre” qui finirait par être accepté par les Européens, alors, elle ne bougera pas.

      Sinon, la partie va être plus compliquée, Difficile pour l’Europe d’ajouter encore des des sanctions contre la Chine…

      Mais dans tous les cas, les Ukraininens seront malheureusement les grands perdants de ce jeu. Quel que soit le scénario.

      Elle paiera la prix de la propagande qui attise le feu, l’appel à la violence et la haine, à commettre ce qui ne peut ensuite être pardonné quel qu’en soit l’auteur. J’ai des amis Ukrainiens et de amis Russes, je souhaite tous les garder. Le jeux de pouvoir des dirigeants ne doit pas être confondus avec les peuples. L’appel à la violence du président Ukrainien hier n’était donc pas approprié.

      C’est un retour rapide à la paix et un cesser le feu qu’il faut prôner, pas une escalade. Paradoxalement, la Chine pourrait jouer ce rôle.

      1. La Chine n’a t’elle pas tout intérêt à ce que la Russie soit “bannie” (économiquement parlant) du reste de l’occident ? La Sibérie et son sous sol riche pourrait ainsi lui être acquise (?)

  5. Merci Monsieur Longuet pour ce beau texte qui fait plaisir à lire.
    J’espère avec vous que la raison, l’humanité et le sens des réalités pourront reprendre le pouvoir.
    Il est temps que les gens comme vous s’expriment, mais nous commençons à avoir peur.
    Cordialement.

  6. Vous dites : ´ Au contraire ce sont des exigences de survie qui méritent des investissements massifs.´. Totalement d’accord sur ce point. Mais ce n’est pas ce que le Verts ou Verts liberaux prône. Ils ne savent pas comment faire en sorte de promouvoir des investissements ! Ils ne savent qu’imposer leur dogme bobo-gauchiste et pénaliser tout le monde par des TAXES!!! Aucune créativité et solution!

  7. “semant les fake news à la volée et en boucle, réclamant une „liberté“ sans limites”.

    Vous faites référence aux “armes de destruction massive” pour justifier l’invasion en Irak et s’approprier le pétrole ?

    Quand on prétend prêcher le bien et la morale, il faut être soi-même irréprochable. Or, cela fait un certain temps que l’Occident a érigé l’enrichissement personnel comme seule valeur. Le rouleau compresseur ultra-libéral avance depuis quelques dizaines avec ses valeurs et se moque du bien être de beaucoup d’entre nous. Il n’a d’ailleurs pas hésité à semer la guerre là où il rencontrait une résistance.

    Nous sommes donc effectivement devenu dépendants, mondialisation oblige, pas seulement dans le domaine de l’énergie (la Suisse craint déjà les mesures de rétorsions contre la Russie pour sa place financière), c’est bien plus profond que cela. C’est notre système de valeur que nous avons renié.

    Il faut toujours se méfier quand on parle du bien et du mal et que l’on se place, de facto, dans le bon camps sans faire son autocritique. Imposer sa volonté à l’autre pour son bien, c’est ce que nous avons fait ces dernières années. La propagande est une arme de guerre et elle a été utilisée par tous. La presse s’est d’ailleurs terriblement décrédibilisée en laissant apparaître les ficelles du pouvoir.

    Notre limite pour contrer cette terrible invasion n’est pas militaire, c’est bien un manque d’éthique ces dernières années (que l’on a renommé pudiquement “pragmatisme”) qui nous empêche aujourd’hui d’agir. Et que même si nous devions finalement entrer en guerre, l’Europe en sortirait plus affaiblie que jamais.

    Tout cela alors que la suprémacie des USA qui soutient ce dogme se fragilise prise à son propre jeu par la Chine

    La Russie n’est meilleure ni pire que nous: c’est le miroir de nos propres faiblesses. Nous n’avons rien appris des dernières guerres ni de cette pandémie.

    La crise en Ukraine est le symptôme d’un mal plus profond. L’Europe doit se reconstruire sur d’autres bases.

  8. Bonjour, Salut,
    Pourquoi parle-t-on si peu de la Bessarabie, voire de la Moldavie, probablement aussi convoitée(s) par les Russes, par Poutine, dans cette transgression violente et inacceptable de territoires démocratiquement constitués ?

  9. Cher René,

    Merci pour vos commentaires.
    Une lettre circule pour demander au Conseil fédéral de prendre des mesures engagées au lieu de faire preuve de neutralité dans ce moment historique sans précédent. Vous pouvez la signer en envoyant votre signature à [email protected]

    Sanctions immédiates contre la Russie !
    Les masques sont tombés. Poutine a ordonné d’envahir l’Ukraine, l’État le plus grand
    de l’Europe. Il a lancé une attaque massive, avec frappes aériennes et invasion
    terrestre. 24 heures après, on comptait déjà des centaines de morts, des combats
    proches de toutes les grandes villes ukrainiennes et de la centrale nucléaire de
    Tchernobyl. Poutine se lance ouvertement dans un chantage nucléaire. En ce moment
    même, l’Europe est très proche d’une guerre généralisée et meurtrière pouvant
    affecter la paix et la sécurité de toutes ses nations.
    Le Conseil Fédéral dénonce, il condamne, il regrette et propose ses bons offices. Il ne
    prend pas pour autant de sanctions directes, le gel des comptes n’est pas sur son
    agenda. Mais au fait, pourquoi la Suisse se tortille-t-elle pareillement ? Un tiers des
    fonds détenus par des entreprises et des personnes physiques russes à l’étranger se
    trouve en Suisse. 98% des gestionnaires russes interrogés disaient que leurs clients
    citaient la Suisse comme pays de prédilection pour mettre leur argent à l’abri. Quelque
    80% des matières premières russes seraient vendues depuis la Suisse. Trois quarts
    du pétrole russe seraient vendus à Genève. La Suisse joue un rôle central dans la
    vente des matières premières et la gestion des fortunes russes. C’est aussi la Suisse
    qui peut empêcher la catastrophe d’arriver. La question de savoir si la vie de milliers
    d’Ukrainiens ainsi que le maintien de la paix en Europe valent un tel sacrifice est une
    question éthique plutôt qu’une question financière que le Conseil Fédéral doit se
    poser. Il est temps pour elle d’assumer ses responsabilités. La neutralité ne signifie
    pas l’inaction.
    Nous appelons le Conseil Fédéral à prendre des sanctions politiques et économiques
    contre le gouvernement russe, responsable direct de cette guerre. Nous demandons
    des sanctions économiques ciblées, les plus sévères possibles, contre les oligarques
    russes qui utilisent les services financiers de la Suisse pour protéger leurs fortunes.
    Le mantra selon lequel les sanctions ne fonctionnent pas est faux ! Elles ne
    fonctionnent pas seulement lorsqu’elles trop faibles, superficielles et incohérentes.
    Les oligarques russes proches de Poutine gardent leur argent et leurs biens en Suisse
    et ils sont très vulnérables à des sanctions réelles et non purement déclaratives. Le
    Conseil Fédéral doit geler les fonds de ces derniers présents dans les banques en
    Suisse. Les autorités suisses devraient de même supprimer les privilèges fiscaux
    accordés aux oligarques proches du régime poutinien.
    Non à l’agression impérialiste de la Russie contre l’Ukraine !
    Non au business as usual avec la Russie !
    Blocage immédiat des comptes des oligarques russes en Suisse !
    Sanctions immédiates contre les responsables de la guerre !
    ENVOYEZ VOS SIGNATURES à [email protected]
    Rejoignez-nous au rassemblement « NON A LA GUERRE, OUI A LA PAIX ! » du
    samedi 25 février à 11h30 à Genève, Place des Nations, 1202

    Société Ukrainienne en Suisse (Genève)

  10. MDR. Après avoir dépouillé les armées européennes, la gauche manifeste “pour la paix”…. comme si nos gouvernements pouvaient faire quelque chose pour stopper les chars russes…

    Chers militants de gauche,
    Vous voulez aider ? Le président ukrainien vous attend pour renforcer ses fantassins. Le plus simple est de passer par la Pologne.

    Je crois en vous. Vos ancêtres ont vaincu les nazis… par procuration. Mdr.

    1. C’est vraiment le moment de venir avec de telles considérations lamentablement partisanes! Tous les démocrates, DE DROITE COMME DE GAUCHE, doivent aujourd’hui être unis dans nos pays dans la dénonciation sans équivoque de l’agression injustifiable (qui, possédant un minimum de jugeote, peut sérieusement croire au prétexte avancé de “dénazification”?!) de Poutine contre l’Ukraine?! Le fait que les Occidentaux n’aient pas fait “tout juste” dans cette histoire depuis la chute de l’URSS, n’est pas une excuse pour ce qui se passe aujourd’hui.

      1. parce que tu crois que la gauche se prive de toute photo d’une arme suisse au Yemen ou d’une grenade en Libye pour détruire notre industrie de l’armement ? pour appeler à supprimer notre armée ?

        marre que la gauche tient la propagande ! marre que la gauche, qui est responsable de millions de morts au XXe siècle, a réécrit l’histoire…

        L’invasion de l’Ukraine est une abomination; avoir rendu cela possible par le désarmenent des armées européennes… comment vous appelez cela ?

        https://mobile.twitter.com/OliDel73/status/1497145406631067651

        Et j’en ai marre de la propagande.

        Vous voulez que les chars russes s’arrêtent? coupez complètement votre chauffage, vendez votre voiture et ne cuisez plus votre nourriture 🛰⚘️

        1. Ah, la gauche…

          https://www.blick.ch/fr/news/suisse/nous-nous-sommes-trompes-voila-que-les-socialistes-ne-veulent-plus-dun-desarmement-id17276575.html

          1.
          Franziska Roth, conseillère nationale socialiste soleuroise, le reconnaît: «Nous nous sommes trompés en affirmant que les guerres d’agression territoriales n’étaient plus un scénario plausible. La réalité est malheureusement différente», a-t-elle répondu au «Nebelspalter».

          2.
          Malgré cette volte-face sur les chars, la position du PS ne change pas au sujet du nouvel avion de combat: la gauche (et le Groupe pour une Suisse sans Armée) continuera de récolter des signatures pour le référendum «Stop F-35». «Je suis convaincue que les forces aériennes ont besoin de nouveaux avions de combat. Mais le F-35 n’est pas le bon avion», justifie Franziska Roth.

          Lol.

          En cinq jours, on voit:
          – Les pays conservateurs comme la Pologne et la Hongrie ouvrir grands leurs bras pour accueillir des réfugiés;
          – La gauche soutenir le renforcement des armées; l’Allemagne y mettant 100 milliards, puis 70 milliards par année pour rattraper son retard.

          C’est génial comme les politiques tournent avec le vent…
          Ce ne doit pas être facile actuellement dans la tête d’un membre du GSSA…

  11. Cher René,
    Tu penses bien que je suis tout autant indigné que toi. Mon propos est de démontrer les dérives de l’ultra-libéralisme où le monde occidental est complice. L’avenir de la planète se joue sur le terrain de la géostratégie. Justifier l’invasion de l’Ukraine parce qu’elle a fait partie autrefois de l’empire russe est un prétexte.
    Supposons que les Habsbourg auraient voulu reconquérir la Suisse du Nord-Est au 19e siècle parce qu’ils sont originaires du canton d’Argovie?
    Ce que Poutine et sa clique veulent c’est tout simplement s’approprier les ressources de l’Ukraine sans bourse délier.
    Non, Poutine ne peut pas renoncer car il est à la tête d’une voyoucratie. Hélas « le monde normalement constitué » (je te cite) est en train de disparaître au profit d’une poignée de mégalomanes hyperpuissants. Xi Jinping en est un autre exemple. (L’autre cinglé, Trump, reste en embuscade).
    Ils ont bâti un mur en béton autour de leur personne, tout contradicteur est réduit au silence.
    Le cas de Poutine est flagrant: il a autour de lui des courtisans avec qui il partage son butin.
    Regarde: le coteau de Cologny fourmille d’oligarques russes. Les autorités genevoises sont silencieuses car ce sont de très gros contribuables…
    A Londres c’est encore pire, beaucoup de ces gens-là ont obtenu la nationalité britannique: l’argent n’a pas d’odeur…
    On a trop attendu pour se tourner vers des énergies qui ne dépendent pas de la Russie. Une reconversion va prendre beaucoup de temps.
    Les sanctions économiques véritables sont pour l’instant bien timides. L’Allemagne et l’Italie hésitent car ces pays dépendent énormément du gaz et du pétrole russe.
    Ce serait évidemment un soulagement pour l’humanité si Poutine terminait son existence comme un autre cinglé: Ceaucescu…
    La solution: que le peuple russe se soulève. Il faudrait pour cela qu’il y ait des mutineries massives dans l’armée. On peut rêver…
    En attendant, on vit sur une pétaudière. Car Poutine ne va pas s’arrêter, la Pologne et la Finlande faisaient partie de l’empire russe également.
    Je ne pensais pas vivre ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *