Androgynie spirituelle

Au risque de perdre la vie, les femmes sont toujours plus nombreuses à sortir dans la rue pour crier leur colère. Surtout en Iran où elles protestent contre le port obligatoire du hijab et plus généralement contre la terrible oppression d’un régime autoritaire, mais aussi ailleurs dans le monde et notamment au Soudan où elles exigent l’abolition de la peine de mort par lapidation pour adultère.

Signe encourageant, les hommes se joignent désormais aux manifestantes. En plus de leur immense soif de liberté, sans pour autant en être vraiment conscients, ils délivrent ce message implicite: en méprisant la femme, l’homme se méprise et renie une partie de lui-même. Car les principes masculin et féminin sont tous les deux présents en chacun de nous, quel que soit notre sexe. Le principe masculin représente l’esprit qui crée la route, impulse, cadre, structure, ensemence les idées. Le principe féminin représente la matière. Il est lié relié à la Terre, aux émotions, aux éléments, au mouvement et à la transformation.

Symboliquement, dans les traditions les plus anciennes, le principe féminin est représenté par un triangle avec la pointe dirigée vers le bas. C’est aussi l’image de l’eau qui s’écoule. A l’inverse, le triangle dont la pointe est dirigée vers le haut représente le principe masculin. C’est le feu qui s’élève. Rassemblés, les deux triangles forment un hexagramme, le sceau de Salomon. L’esprit a besoin de la matière pour s’incarner, et la matière a besoin de l’esprit pour être animée, vivifiée. C’est le mariage du masculin et du féminin. Inutile de changer de sexe pour y parvenir!

N’ayez donc pas peur, les hommes, de votre principe féminin. Il ne demande qu’à vous aider à grandir dans l’accueil d’une nouvelle conscience riche en intuition, en sensibilité et en intériorité. Et vous les femmes, développez votre principe masculin nourri de force, de volonté et de rationalité, sans vous croire obligées de singer les hommes. L’androgynie spirituelle, c’est l’avenir de l’homme et de la femme.(Chronique parue dans Écho Magazine du 26 octobre 2022)

 

 

 

Philippe Le Bé

Désormais journaliste indépendant, Philippe Le Bé a précédemment collaboré à divers médias: l’ATS, Radio Suisse internationale, la Tribune de Genève, Bilan, la RTS (Radio), L'Hebdo, et Le Temps. Il a publié deux romans: «Du vin d’ici à l’au-delà » (L’Aire) et « 2025: La situation est certes désespérée mais ce n’est pas grave » (Edilivre).

Une réponse à “Androgynie spirituelle

  1. La nativité n’est rien d’autre que le miroir terrestre de la Création. L’Esprit-Saint féconde la Vierge Marie qui donne naissance à Jésus, le Nouvel Adam. Le premier Homme créé à l’image de Dieu, l’Androgyne Primordial, fut placé dans l’Eden, le paradis céleste. L’Androgyne Primordial engendra alors Adam, l’homme, et Eve, la femme, les scientifiques diraient «par parthénogénèse». Ceux-ci furent placés dans le Paradis Terrestre d’où ils furent chassés pour avoir voulu être Dieu. Si, en termes religieux, Eve est sortie de la côte, ou du côté, d’Adam, en réalité l’Androgyne Primordial est l’Œuf du Monde, origine de l’humanité dont une moitié est mâle et l’autre femelle, pôles positif et négatif de l’être. Laquelle de ces moitiés vaut plus ou est supérieure à l’autre ? Une fois différenciés, Adam et Eve se sont unis pour donner naissance au genre humain, union sacrée préfigurant le sacrement du mariage. Quant à la Triade Dieu – Paradis Céleste – Paradis Terrestre, elle préfigure la constituion de l’Homme, l’être humain, en corps matériel, âme, principe vital et esprit, lui seul immortel.

Les commentaires sont clos.