“Jésus revient…en Suisse” – Conte philosophique (Cabédita) –

Publié en 2016, mon avant-dernier roman «2025: la situation est certes désespérée mais ce n’est pas grave» (Édilivre), décrivait une pandémie trouvant son origine en Chine et se développant sur toute la planète dès 2020. CQFD ! Dans mon dernier roman qui vient de paraître, un autre événement majeur bouleverse l’humanité, mais presque discrètement. Le 8 novembre 2024, personne ne l’attend. Pourtant il est revenu. Jésus a choisi la Suisse, à commencer par Lausanne, pour un retour sur notre planète, toujours plus chamboulée par des pandémies qui n’en finissent pas, un climat qui se détraque, une biodiversité qui s’effondre et des guerres sanglantes.

Coaché par trois sages de l’Agartha, mystérieux territoire sacré au cœur spirituel de la Terre, l’Envoyé a quelques petites semaines pour dénicher douze nouveaux disciples, de Genève au Jura, à qui il va faire vivre une « grande Expérience », le soir de Noël, sur la mythique prairie du Grütli. Riches de cette initiation, dotés de facultés nouvelles comme le furent les apôtres, ces douze femmes et hommes pourront témoigner qu’un autre monde est possible sur Terre.

«Jésus revient…en Suisse», qui vient d’être publié aux Éditions Cabédita, c’est le titre de ce conte philosophique. Hélas, cette fois, je crains fort que la réalité ne dépasse pas la fiction ! Alors, pourquoi diable faire revenir Jésus ? Sans doute parce qu’il y a urgence qu’une transition intérieure, indispensable à une transition écologique et solidaire, soit vécue par le plus grand nombre d’êtres humains. Le Jésus de mon roman parle le langage du 21ème siècle, il suggère non sans humour les clés d’une profonde transformation. Après que Jean-Baptiste a annoncé la venue de Jésus, celui-ci nous prévient que le retour du Christ en gloire – avec lequel il ne fait qu’un – est imminent. Et qu’il est encore temps de se tenir prêt à l’accueillir pour ne pas imploser face à la puissance de Sa Lumière.

Pourquoi avoir choisi la Suisse ? Comme le relève l’abbé François-Xavier Amherdt dans la préface du livre, «sans doute parce que Jésus a bon goût (!)». Il souligne la vocation spirituelle de notre pays en l’illustrant par le serment des trois Confédérés au Grütli, la vocation conciliatrice de l’Helvétie à l’exemple de son saint patron Nicolas de Flue et sa tradition humanitaire d’accueil de diverses vagues migratoires. Et de poursuivre : «Puisse-t-elle se perpétuer!». Écrite, comme le roman, bien avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ces paroles sont plus que jamais d’actualité.

(Trait libre paru dans l’Écho Magazine du 6 avril 2022)

RTS La Première, lundi 18 avril 2022, Médialogues, 08h35: présentation du livre.

 

 

Philippe Le Bé

Désormais journaliste indépendant, Philippe Le Bé a précédemment collaboré à divers médias: l’ATS, Radio Suisse internationale, la Tribune de Genève, Bilan, la RTS (Radio), L'Hebdo, et Le Temps. Il a publié deux romans: «Du vin d’ici à l’au-delà » (L’Aire) et « 2025: La situation est certes désespérée mais ce n’est pas grave » (Edilivre).

6 réponses à ““Jésus revient…en Suisse” – Conte philosophique (Cabédita) –

  1. Monsieur Le Bè,
    Après la disparition de votre blog dans Le Temps, j’avais demandé à la Rédaction de vous transmettre ma demande de contact avec vous, ce qu’elle m’a confirmé avoir fait. L’aviez-vous reçue ?
    En ce qui concerne votre article de ce jour, encore une fois vous proposez du spirituel parmi tant d’autres préoccupations des médias. Serez-vous entendu ? Je vous le souhaite sincèrement.
    Quant à Jésus, vous annoncez son retour ‘’le retour du Christ en gloire’’, soit pour le jugement dernier. Serez-vous compris ?

  2. Monsieur Le Bé nous invite à nouveau dans le jardin de son blog après avoir fauché les mauvaises herbes pour mieux admirer les deux ou trois roses blanches qu’il arrose de ses articles.

  3. Vous êtes pris en exemple par les complotistes comme un journaliste qui a été contraint de se taire sur la Covid …

    Vous avez été censuré ? Vraiment ?

    1. Non, aucune censure. Seulement le souhait de ne plus laisser mon blog envahi par une polémique sans fin!

Les commentaires sont clos.