Mourir à 35 ans

La Suisse romande vient de perdre un Ami.

Il n'avait que 35 ans.

L'âge adulte, celui de la fougue, de l'espoir, de la vie. L'âge où tout ce qui était rêvé devient possible. L'âge où tout ce qui est possible fait encore rêver.

Mourir à 35 ans, quand on a tant d'histoires à raconter, tant de belles expériences à partager, tant de défis à relever!

Mourir à 35 ans, parce qu'on est de trop dans un monde plein de vide…

Philippe Le Bé

Philippe Le Bé

Désormais journaliste indépendant, Philippe Le Bé a précédemment collaboré à divers médias: l’ATS, Radio Suisse internationale, la Tribune de Genève, Bilan, la RTS (Radio), L’Hebdo, et Le Temps. Il a publié deux romans: «Du vin d’ici à l’au-delà » (L’Aire) et « 2025: La situation est certes désespérée mais ce n’est pas grave » (Edilivre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *