La campagne de presse indécente contre Gianni Infantino

Dieu sait que j’aime et que je défends la presse, mais, dans le cas de Gianni Infantino, je ne comprends pas comment les journalistes, essentiellement suisses et allemands, se laissent embarquer sans aucun esprit critique dans une campagne orchestrée à l’encontre du Président de la FIFA sans doute par d’anciens dirigeants aigris et par une coterie suisse allemande.

Que reprochent ses détracteurs à Gianni Infantino ? D’avoir commis des actes illégaux ou contraires aux règlements sportifs ? Rien de tel. D’avoir rencontré le Procureur de la Confédération, Michael Lauber, grâce à l’entremise de son ami d’enfance, Rinaldo Arnold, également Premier procureur de la région du Haut-Valais ? En qualité de président fraîchement élu de la FIFA, partie plaignante dans différentes procédures, il aurait obtenu un tel rendez-vous en contactant lui-même ou par l’intermédiaire des avocats de la FIFA le Procureur. D’avoir trouvé un accord alors qu’il était secrétaire général de l’UEFA avec le PSG et Manchester City ? C’est la procédure réglementaire.

La réalité, c’est que Gianni Infantino a donné un coup de balai dans les pratiques inadmissibles de la FIFA de l’époque et que ceux qui soit en sont les victimes soit espéraient prendre le pouvoir par la bande au nom du compliance ne le supportent pas. En changeant de président, la FIFA a passé de l’ère de l’opacité à celle de la transparence. Aujourd’hui, on sait d’où vient l’argent, où il va et comment il est dépensé. Evidemment, vu qu’admettre cette réalité est insupportable à ceux qui veulent la tête de Gianni Infantino, ils considèrent que cette redistribution de l’argent du football au football n’est qu’un moyen utilisé par le nouveau président pour assurer sa réélection. On l’aura compris, pour ces gens-là, il n’y a aucune bonne solution si ce n’est qu’ils retrouvent leurs prérogatives et que ce ne soit pas un fils d’immigré italien, intelligent, maîtrisant six langues, intègre et honnête qui s’impose dans la bonne société suisse alémanique.

Faudra-t-il que la FIFA quitte Zurich, voire la Suisse, pour échapper à ce petit monde et pour que la presse helvétique reconnaisse enfin ce qu’a fait Gianni Infantino depuis qu’il est Président ? Je ne l’espère pas pour notre pays, mais c’est peut-être une solution à envisager.

 

Philippe Kenel

Philippe Kenel

Docteur en droit, avocat en Suisse et en Belgique, Philippe Kenel est spécialisé dans la planification fiscale, successorale et patrimoniale. Social démocrate de droite, il prône l’idée d’une Suisse ouverte sachant défendre ses intérêts et place l’être humain au centre de toute réflexion. Philippe Kenel est président de la Chambre de Commerce Suisse pour la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg à Bruxelles et de la Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) en Suisse.

5 réponses à “La campagne de presse indécente contre Gianni Infantino

  1. Merci Maître pour cette prise de position pertinente et intelligente.
    Depuis l’apparition des différents “papers” issus de prétendues enquêtes sérieuses conduites aux quatre coins du monde, nos journalistes, bonne partie d’entre eux en tout cas, écrivent à peu près tout et n’importe quoi.
    Il faut faire du papier, exciter la foule et provoquer les réseaux sociaux.
    Ça, c’est le nouveau journalisme ! Il est temps que la presse subisse aussi un sérieux aggiornamento !

  2. Navrant messieurs, et surtout Catule qui n’ose pas son identité. J’imagine que vous approuvez aussi Trump et ses fake news et que pour vous la presse indépendante est l’ennemi du peuple. Les faits qui ressortent des documents sont clairs, et indiquent clairement que le monde du foot n’est de loin pas le paradis que vous aimeriez qu’il soit.

  3. Pas seulement contre G. Infantino, mais aussi contre D. Trump. Hélas la presse ne se rend pas compte qu’à force de devenir polémiste, propagandiste, elle scie la branche sur laquelle elle est assise. Qu’est devenue la presse plurielle, la presse nuancée ? Par son attitude elle donne du gain à moudre à ceux qui publient sur les réseaux sociaux. Tant pis pour elle !

  4. Il n’y a pas que la presse écrite qui est concernée.
    Lorsque l’on entend les journalistes de la RTS et leurs commentaires partisans ce mardi 6 novembre aux infos radiophoniques et télévisées, cela devient lamentable.
    Donc aggiornamento à RTS aussi, évidemment.
    L’ego de certains d’entre eux est tel que personne n’ose imaginer les déloger.
    Ainsi va la presse écrite et radiotélévisée. Hélas.

Répondre à FREN KEL Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *