Air2030 : Essais du Super Hornet

Nous voici entré dans la seconde phase des essais en vol avec le deuxième avion en test, soit le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ».

Le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » BlockII :

Les deux avions biplaces « F » sont arrivés en fin de journée le 25 avril en compagnie d’un DC-10 Tanker de la société Omega sur la base aérienne de Payerne. Ces avions appartiennent au VFA-106 « Gladiators » basé à Océana en Virginie. Le VFA-106 est une unité spécialisée dans la formation des pilotes et les démonstrations (TAC DEMO). Pour les essais en Suisse, les marquages spécifiques de l’unité ont été retirés.

Le Super Hornet BlockII est un avion de combat de génération 4++ doté d’une avionique numérique avec système HOTAS. Issus de son petit frère le « Hornet », le Super Hornet dispose d’une structure agrandie qui permet une augmentation de carburant de l’ordre de 33%. La structure et le train d’atterrissage sont renforcés, pour permettre d’augmenter la masse maximale au décollage et à l’atterrissage.

Avion multirôle, le Super Hornet peut effectuer les missions suivantes simultanément : supériorité aérienne, interdiction aérienne, suppression de la défense aérienne ennemie (SEAD), soutien aérien rapproché (CAS) et attaque maritime. L’avionique comprend trois écrans couleurs, dont un est tactile ainsi que des éléments numériques additionnels comme la radio et données moteurs. Les améliorations du poste de pilotage permettent de simplifier le travail du pilote. La pilote dispose du viseur de casque Boeing JHMCS. Liaison de données tactique Link16 de l’Otan.

 

Les systèmes du Super Hornet :

Radar AESA :

Le Super Hornet est doté du radar Raytheon à balayage électronique (AESA) AN/APG-79 qui augmente la portée de détection et de poursuite de cible air-air et fournit une cartographie air-sol à haute résolution et à longue portée.  L’AN/APG-79 dispose d’un diagnostic de surveillance interne qui peut être interprété sur le terrain et sur les lignes de front, ce qui permet de réduire les coûts et d’améliorer l’état de préparation en temps de guerre.

IRST21 :

L’IRST (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34  destiné au « Super Hornet » est  développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » et augmente ainsi, la conscience de la situation du pilote.

Contre-mesure IDECM :

Le système intégré de contre-mesures défensives AN/ALQ-214 (IDECM) assure une prise de conscience coordonnée de la situation et gère les contre-mesures de tromperie embarquées et non embarquées, les leurres consommables et le contrôle du signal et de la fréquence des émissions. Le système a été développé conjointement par les systèmes de guerre électronique et d’information de BAE Systems.

Le système IDECM comprend le distributeur de contre-mesures ALE-47, le leurre remorqué AN/ALE-55 à fibre optique et le récepteur d’avertisseurs radar AN/ALR-67 (V) 3. Ce dernier intercepte, identifie et hiérarchise les signaux de menace, qui se caractérisent par la fréquence, l’amplitude, la direction et la largeur d’impulsion.

Nacelles :

ATFLIR:

L’appareil est équipé du module de ciblage de précision Raytheon AN/ASQ-228 ATFLIR (infrarouge à visée avancée de ciblage avancé). L’ATFLIR consiste en un réseau de plans focaux fixes de 3 à 5 microns ciblant en mode FLIR, et qui comprend un suiveur laser à haute puissance pompé par diode de BAE Systems Avionics, une caméra de navigation FLIR et de télévision CCD de BAE Systems Avionics.

LITENING:

Les avions de l’US Marine Corps sont équipés du module de ciblage avancé Northening Grumman Litening AT, avec FLIR de 540 x 512 pixels, téléviseur CCD, système de suivi de point laser, marqueur laser infrarouge et télémètre / indicateur laser infrarouge. La nacelle AN/AAQ-33 « Sniper Advanced Targeting Pod » est également disponible. L’avion est doté du module de reconnaissance multifonction Raytheon SHARP qui est capable de la reconnaissance simultanée aéroportée et terrestre.

Radios & IFF :

L’avion dispose de radios cryptées numériques Rockwell-Collins AN/ARC-210 Gen 5.2, MIDS-JTRS, SATCOM-DAMA, et du système de reconnaissance ami/ennemi IFF AN/APX-111 (V) de Bae Systems.

Données techniques & armement du Super Hornet BlockII :

Deux moteurs Général-Electric F414-400 de 62,3kN et 97,9 kN avec postcombustion. Masse à vide 14’552kg, maximale 29’937kg. Vitesse Mach 1,8. Plafond pratique 15’000m. vitesse ascensionnelle plus de 250m/s, rayon d’action 2’346km.

Armement : (12 points d’emport) : 1 canon Vulcan M61A2 de 20mm. Air-air : AIM-9X-2, AIM-120C7. Air-sol : JASSM, AGM-84 SLAM,  Maverick.  Anti-radar : HARM.  Anti-navire : Harpoon. Bombes guidées : MK-76, MK-82LD, MK-82HD, MK-84, JDAM, JSOW.

La version disponible en 2025 :

F/A-18 E/F « Advanced Super Hornet » BlockIII :

 Si notre pays devait opter pour cet avion, le standard livré en 2025 serait l’Advanced Super Hornet BlockIII. L’avion disposera d’une amélioration en ce qui concerne de la furtivité des revêtements et de la signature radar de l’avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle. Une autre amélioration est l’aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l’avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar. L’adjonction de réservoirs de carburant supplémentaires sur l’épine dorsale de l’avion en augmente le rayon d’action, permet de supprimer les réservoirs sous les ailes pour de l’armement additionnel, le cas échéant.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur d’Elbit Systems. L’avion est doté d’un capteur IRST. En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%.  Le mode SuperCroisière sera dès lors disponible.

Le Boeing « Super Hornet Block III » peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35C à l’exception de la pénétration furtive.

 

Photos:  F/A-18 F « Super Hornet » @DDPS

Pascal Kümmerling

Pascal Kümmerling

Né à Genève en 1970, Pascal Kümmerling a, depuis l'adolescence , pour passion le monde de l'aviation. Après une licence de pilote privé au Canada, licence pro et finalement instructeur. Avec plus de 3'000 heures de vols et une quarantaine d'élèves formés, Pascal se lance dans l'écriture à travers diverses publications aéronautiques, conférencier à ses heures.

7 réponses à “Air2030 : Essais du Super Hornet

  1. Est-ce que le F-35 évalué pourra décoller et atterrir verticalement ? Cela aurait-il du sens avec un territoire exigu comme la Suisse ?

    1. Bonjour,

      Non il s’agira du F-35A à décollage et atterrissage traditionnels. L’exiguïté n’est pas tant le problème sachant qu’un espace aérien commence l’altitude zéro et va jusqu’à environ 23’000 mètres. Le F-35C est principalement optimisé pour l’aéronavale donc peut efficient chez nous. Certes les capacités de décollages et atterrissages courts seraient intéressants pour un déploiement tactique hors des bases aériennes. Mais son coûts particulière cher en fait un aéronef peu intéressant.

  2. Bonjour Pascal,

    Merci pour vos articles très enrichissants. J’avais une question concernant ce F/A 18 “Super Hornet”. N’y aurait-t-il pas un gros avantage à la fois économique et pour les actuels pilotes suisses si cet avion venait a être choisi pour remplacer la flotte ? Je pense notamment au fait qu’il est le descendant de nos actuels F/A 18 et donc une atmosphère déjà très familière pour nos pilotes, donc une formation plutôt rapide pour s’adapter à ce nouvel appareil ? Je pense aussi aux mécaniciens concernant la maintenance et peut-être y-a t-il encore plein d’autres aspects déjà familier pour nos forces aériennes ?

    1. Bonjour,
      On ne peut encore parler de favori, mais il est évident que l’Advanced Super Hornet a une carte à jouer. Il y a une certaine logique à ce que ce celui-ci remplace l’actuel modèle. L’avenir nous le dira.

    2. Je crois comprendre que les E/F ne ressemblent que superficiellement au C/D en dotation actuelle. L’électronique, le cockpit et la façon de gérer la fusion d’înfos ont quand même 20 ans d’évolution en plus. En tout cas, vu le budget je crois qu’on peut oublier le F-35 et la Eurofighter qui coutent une blinde à l’exploitation et entretien. Le plus logique serait de négocier une sorte de groupon avec l’AdA pour intégrer nos besoins avec les dernières tranches de Rafale à commander par la France. En même temps avons nous réellement besoin d’avions aussi performants pour un rôle de police du ciel et ne serait-ce pas plus intelligent vu les réalités topologiques et géométriques de notre pays de mettre plutôt le paquet sur les missiles sol-air ?

      1. @Machin : le système sol-air est une arme de guerre elle ne permet pas la flexibilité d’un avion et est inefficace pour la police du ciel. De plus la topographie de notre pays limite sont action alors qu’un radar sur avion permet de voir au loin et surveiller les vallées en même temps

  3. Personnellement, nous avons une excellente relation avec les USA concernant les FA 18 C D… Donc pourquoi changer de système d’avion alors que nos pilotes sont rompus à l’utilisation de FA 18 c d ? LE super hornet FA 18 E F serait la continuité des programmes engagé… Je ne suis pas un partisan des USA mais en matière d’avion de chasse ils sont les meilleures… Le F35 n’est pas un avion bien né… Il est coûteux, on peut dire que c-est une diva des airs… Le rafale lui arrive en fin de vie… L’airbus… il est difficile de faire un avion aussi nul…

    Le Boeing « Super Hornet Block III » bien qu’il est supérieur à nos attentes… c’est le meilleures pour la suisse. 7, 8, 9 milliards c’est rien pour la suisse… cela ne coûte rien à la suisse réellement… en parle d’un avion de chasse pour les 30 prochaines années… le monde actuelle est au réarmement… avoir ces avions c’est aussi avoir de l’influence et de la dissuasion en Europe…

    Je suis père d’une petite fille de 4 ans… j’ai acheté le nouveau Mercedes GLS AMG… pourquoi le prix n’avait pas d’importance… je voulais une voiture sécurisante pour ma famille… J’ai donc acheté la meilleure du marché… Je n’arrive pas à comprendre pourquoi on réagit pas comme cela quand il s’agit de la sécurisation de notre pays… La suisse a une chance folle, elle n’a pas connu d’attentat… Les Suisses se croient en sécurité… jusqu’à….

    Une exemple: Les hôpitaux… Je vis en Corée du sud. Quand je rentre chez moi à Sion en Valais… je suis choqué de voir qu’il n’y a pas de sécurité à l’entrée des hôpitaux… A l’hôpital de sion je peux aller jusqu’au sous sol de l’hôpital sans avoir le moindre contrôle… Je rentre dans les magasins ici en suisse ou les couteaux de cuisine sont en libre accès…

    Est ce que mes compatriotes Suisse ont conscience dans quel monde on vit?

    Faire voté des gens sur la question du budget défense avion de chasse et stupide… L’armée n’a pas à devoir s’en remettre au peuple pour acheter des avions de combat… Les enjeux stratégiques, sécuritaire ne sont pas compris de la foule… Certain commence à dire ça pollue des avions de chasse… Ça fait du bruit… …. Mais quand se sera trop tard c’est même gens diront pourquoi n’avons nous pas de défense aérienne avion de chasse… pourquoi… parce que la grande majorité de peuple suisse a oublié que la suisse a rependu du sang pour devenir la suisse actuelle… et que dans son passé elle a été la plus crainte d’Europe…

    Rappelons-nous qui nous sommes, que la liberté acquise dans notre passé a eût un coût… La chance helvétique pourrait tourné… Avoir une armée, des pilotes… et la moindre chose dans le monde actuelle… Il faut arrêter de de fantasmer le monde dans lequel on vit…

    La France et l’Europe ne sont pas nos amis… ils sont nos concurrents… Acheté des avions à la France ou l’Europe qui ne nous aide pas, qui ne nous comprenne pas monterait que nous sommes stupides…

    Le sommes nous vraiment…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *