Loi sur la chasse et protection du climat, mais quel rapport ?!

« Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou » disait le psychologue Abraham Maslow. Cela reflète parfaitement bien la logique prédatrice derrière la loi sur la chasse, sagement refusée par le peuple suisse dimanche dernier. Le loup met en péril mes moutons, je l’abats ; le castor cause la perte d’arbres fruitiers, je le chasse ; le lynx nuit au recrû naturel des forêts, je l’extermine.

Nous avons perdu la capacité de vivre en harmonie avec la nature, pourtant fondement de notre propre vie.

Pire, nous la détruisons là où elle semble gêner notre propre expansion, désormais exponentielle.

A l’arrivé des Vikings sur Islande au 9ème siècle, 25% de la surface de l’île étaient couvert de forêt, il en reste aujourd’hui 1%. A l’échelle de la planète, cela fait 85% des forêts perdues depuis l’an 1300. Le nombre d’êtres humains sur terre a crû de 400 millions en 1250, passant par 1 milliard en 1800 et 2 milliards en 1930, à 8 milliards aujourd’hui. La dégradation environnementale est proportionnelle à la croissance du nombre d’humains sur terre, et les deux s’accélèrent, d’année en année, d’un mois à l’autre. La planète est entrée dans l’anthropocène, l’âge de l’Homme, une nouvelle ère dans laquelle l’Homme est devenu le facteur principal du devenir de la planète, et nous n’en avons absolument pas pris la mesure.

Transposant les 4,6 milliards d’années d’existence de la terre sur un cadran d’une journée, l’Homme est apparu les 3 dernières secondes avant minuit seulement. C’est pendant ce minuscule laps de temps que nous avons réussi à mettre la planète en péril, exploitant ce qui peut nous servir comme ressource, tuant ce qui nous ne nous convient pas, abattant ce qui nous obstruit le chemin, exterminant ce qui nous dérange.

La déprédation de la nature et de la biodiversité, la destruction du climat et l’abattage des animaux sauvages ne sont que des manifestations différentes d’un seul et unique problème : l’Homme prédateur.

Pascal Gemperli

Pascal Gemperli

Pascal est entrepreneur, écologiste et médiateur. Membre du Conseil communal de Morges pour le mouvement écologiste vaudois (les Vert.e.s) et président dudit Conseil en 2018/2019. Il s'engage également pour l'intégration et dans la coopération au développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *