Montagne abandonnée

La grande peur de la montagne qui se transforme

(ou le mythe du citadin qui aimait les paysages alpins vierges et de l’administrateur qui n’aimait pas suer*)

Proposer d’aménager un sauna design et écologique sur le tracé du bisse de Bruson, petit village valaisan du Val de Bagnes, voilà un projet en zone rurale qui s’est transformé en défi impossible et devient à notre sens l’emblème typique des difficultés que rencontre la montagne et ses habitants pour faire vivre leur région.

Voici donc l’anecdote pour bien comprendre ce phénomène qui raconte, bon gré malgré, la difficile tâche d’offrir un peu de vapeur à des visiteurs curieux. Il faut tout d’abord s’imaginer un sentier enchanteur de moyenne montagne attirant chaque année plus de 30’000 personnes au cœur des Alpes, un lieu de passage convivial réaménagé par les habitants pour faire vivre leur patrimoine. Et il faut mettre cela en perspective à ce qui nous inquiète tout particulièrement, le risque qui se développe depuis quelques années et dont on ne parle pas assez, celui de mettre la montagne sous cloche, au détriment même de projets les plus écologiques et locaux possibles.

Une idée accessible à la plaine peut-elle être un projet pour la montagne?

Partant du constat naïf qu’une bonne idée pour les hauteurs en vaut une autre au bord du lac et qu’offrir gratuitement aux visiteurs et habitants du village une construction sur pilotis entièrement démontable, pensée uniquement en matériaux locaux et bio-dégradables se présente à nos yeux comme un projet relativement simple. Notre plus grande contrainte nous semblant être le financement. Quelle erreur. Rassembler les fonds est une formule de politesse face aux démarches administratives qui attendent toute association, fondation ou structure de bien public pour amener un brin de vie et de bonne humeur dans l’arc alpin.

Mais revenons en à la vapeur. Une étude d’architecte sous le bras, la demande est officialisée à la commune, consultée au préalable et favorable au projet. Malgré un début prometteur, la réponse de l’Etat sera sans appel : impossible de construire hors zone à bâtir sur un terrain mis à disposition, même pour un projet de bien commun et démontable en tout temps. Même si à cet emplacement un petit bâtiment y est déjà aménagé. Hors, évidement, des zones à bâtir à l’extérieur des villages à la montagne, il n’en existe plus grand nombre et encore moins où l’on souhaiterait en trouver pour des projets de cet acabit.

Tenaces, un rendez-vous nous est accordé avec les juristes de l’Etat. L’explication est irrévocable, aucune possibilité de monter un projet de ce type, il y aurait un trop grand risque d’amener du monde dans une zone où l’on ne souhaite pas vraiment en avoir. Dans une commune qui vit du tourisme, au bord d’un bisse très fréquenté, cela tient de la boutade.

A cœur vaillant, rien d’impossible?

Nous proposons alors d’utiliser la grange existante d’un paysan qui est placée sur le parcours mais selon la loi, n’étant pas paysans nous-mêmes, rien ne sera possible de ce côté-là, même si la grange est abandonnée aux affres du temps, faute de pouvoir être usité.

Notre proposition suivante est d’offrir le sauna à notre ami fermier qui lui n’a pas d’utilité de son raccard, afin qu’il puisse le mettre à disposition des marcheurs, proposition tout aussi utopique, car ce n’est pas la vocation première de la grange, qui est d’utilité agricole. Mieux vaut un bâtiment vide qu’utilisé à mauvais escient. Impossible donc.

Nouvelle réflexion. Et si nous utilisions les herbes de l’agriculteur pour parfumer les vapeurs salvatrices ? Alors là, peut-être existe-il une petite faille juridique. Il faudrait engager un avocat-juriste spécialisé dans le droit des constructions, mais on nous prévient, les chances sont minimes et les coûts d’un tel bureau sont extrêmement couteux.

Dépités, retour à la case communale. La solution, toute aussi incertaine, serait d’attendre un remaniement parcellaire prévu dans trois ou quatre ans en espérant pouvoir mettre le terrain en zone d’intérêt public.

La procédure de la douche froide

Deux ans après le début du projet – 17 séances, 4 dossiers et de nombreux refus – nous continuons à suer, de rencontre en rencontre, avec comme seule retour la douche froide (non, malheureusement pas celle que l’on apprécie tout particulièrement quand on sort du sauna). Cette histoire, c’est l’exemple d’un essai parmi tant d’autres. Aménager un sentier pédestre avec un parcours de balles en bois pour les familles. Impossible. Construire une boîte de lecture aux abords d’une route de promenade. Impossible. Mettre des toilettes sèches permanentes dans une zone de montagne fort fréquentée**. Impossible

Si en 1926, Charles-Ferdinand Ramuz racontait la destruction d’un village de montagne anéanti par une avalanche d’eau et de boue dans son roman La Grande Peur dans la montagne, la peur semble aujourd’hui s’être déplacée. Ne serait-ce plus la rupture d’une poche d’eau du glacier que l’on craint mais la possibilité que les milieux alpins deviennent des lieux où la vie sociale et culturelle puisse se développer ?

En tout cas, une réflexion doit être menée. Comment laisser la liberté aux habitants des petits villages de montagne pour créer un dynamisme qui permet à ces lieux d’être à nouveau des espaces de vie avec les mêmes droits en termes d’aménagement et d’infrastructure que celui des habitants des villes. Le débat ne fait que commencer et sera crucial pour les années à venir, nous en sommes certains.

Sébastien Olesen, directeur du PALP festival

* à la vapeur du sauna, évidement

** histoire véridique vécue par une société de développement de la région

PALP Festival

Le PALP est la promesse d’événements atypiques qui renverse les traditions et rassemblent les arts, dans des cadres bucoliques. Il est devenu, au fil du temps, un véritable laboratoire de culture et de tourisme, un centre de recherche sur l’avenir de la culture et de la vie sociale en montagne, axé également sur une économie circulaire au cœur du village dans lequel il est implanté, Bruson.

6 réponses à “La grande peur de la montagne qui se transforme

  1. Un vrai et profond débat qu’est la sauvegarde de notre patrimoine… En 2019 lors de la visite de Monsieur le Conseiller Fédéral Cassis Ignacio au Verbier Festival avec qui j’ai échangé sur ces problèmes lancinants de protéger et rénover ce patrimoine bâti… Il m’a dit sans une prise de conscience de nos politiques et un allègement des mesures et autres règlements de la protection se nos sites. L’intérêt général de notre histoire doit primé et doit nous faire réfléchir pour que les générations futures puissent mettre des noms, des histoires et des anecdotes sur les lieux de notre richesse patrimoniales ! Lançons un référendum ou une pétition au niveau national pour que nos politiques se réveillent et voient ce qui nous pend au bout du nez… 😉 Bonne année à vous tous 👍

  2. Peut-être vaudrait-il la peine de comparer votre goût du “bucolique” et la perception qu’en ont les habitants de Bruson + vallées environnantes. Avez-vous approfondi dans ce sens ? Sinon essayez la voie Chambre fédérale par l’entremise du CN le mieux placé en matière de plantes médicinales versus extension du domaine skiable valaisan; il devrait pouvoir vous proposer une solution.

  3. Bonjour.
    Je vais vous raconter une “histoire inverse”. Dans ma commune, il existe une zone agricole où se trouvait d’anciens bâtiments. Les propriétaires les ont rénové officiellement “comme abri durant les activités agricoles”. Mais en fait ils ont été rénovés comme de vraies habitations, à qui ne manquaient que l’eau et l’électricité. Les propriétaires ont donc demandé à ce que ces bâtiments soient reclassifiés en habitations et que la commune entame donc les travaux nécessaires pour qu’ils soient raccordables aux différents réseaux.
    Cela montre donc l’autre face. Les règlements sont normalement faits pour protéger contre certains abus. Dès qu’on autorise une exception il y a malheureusement des personnes qui en abusent pour leur intérêt personnel.
    Donc, dans votre cas, en autorisant un “sauna temporaire” il sera plus difficile ensuite pour l’administration de refuser l’installation d’un sauna définitif, puis celle d’un hôtel 5* autour du sauna. Et au final votre joli chemin sera totalement bétonné au profit d’intérêts privés.
    Donc, et oui, il faudra une évolution législative pour vous. Celle-ci pourrait, par exemple, autoriser la construction de structures temporaires à l’occasion de festivals. Ces structures ne pouvant être présentes que durant la durée du festival, et ne pouvant excéder x jours.

  4. Lavaux même combat. Dans quelques années, grâce à M. Weber, nous finirons avec un tas de pierres impossibles à déplacer. Un essaim de villages dortoirs sans aucune âme. Des vignes à l’abandon faute de rentabilité et faute de vins de qualité. Un enfer écologique au glyphosate. Et des touristes qui iront ailleurs. Savuit en est un exemple. Un parking souterrain pharaonique, mais un village mort, qui sent l’épandage chimique. L’Alsace a réussi son intégration : des vins d’exception, de magnifiques villages typiques pleins de vie, des restaurants engageants, une bonne protection de la nature et des paysages à couper le souffle. Lavaux est un désert à force de légiférer et de laisser faire les idéalistes. Monsieur Weber est mort, et il entrainera prochainement son “oeuvre” avec lui.

  5. Malheureusement nous faisons partie de la génération qui paie les pots cassés. Le mitage à outrance de nos stations par de promoteurs dont le souci n’était pas vraiment le développement durable de nos régions nous amène à vivre la situation actuelle !
    Mazots à l’abandon dont il est impossible de redonner une quelconque utilité, hôtellerie qui se meure; vous le résumez très bien dans votre article.
    Quel avenir pour le milieu touristique en Valais Romand ?
    Heureusement il suffit de passer du côté Oberland Bernois pour constater que la conservation du patrimoine le développement durable et la gestion du parc immobilier et touristique peut faire bon ménage !
    Si vous n’êtes pas convaincu de nos erreurs, amusez-vous à comparer quelques photos trouvées sur le net de trois stations de réputation identique; Verbier, Gstaad, Ischgl.
    Ah si nous avions su nous prendre en main avant qu’un certain M. Weber ne vienne nous imposer son diktat ! Peut-être n’en serions-nous pas là ?
    Que devons-nous faire à l’heure actuelle ? Mettre le veto à tous projets de développement durable ? Est-ce vraiment la solution ? Devrions-nous pas être plus intransigeant lorsque les règles sont transgressées ?
    On ne va quand même pas s’évertuer à démolir un chalet illégale de 20 millions pour l’exemple alors qu’il est plus simpliste d’empêcher un project de bain à vapeur mobile… excusez moi je m’égard …
    et certainement que je ne comprends rien au problème.
    J’espère que vous puissiez trouver un soutien politique à même de défendre une projection à long terme qui puisse desservir l’intérêt des communautés de montagne et la sauvegarde de notre patrimoine. Sans oublier que la nature fait également partie de notre patrimoine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *