Voiture

Mais qui roule à la montagne ?

A un carrefour – Prise de température sur une représentation alpine

21 mai 2021, 16h30-17h00, Rte Mauvoisin, 1934 Le Châble, Série Delphine Schacher

Dacia, Seat, Skoda, Seat, Mercedes, VW, Nissan, Mercedes, Suzuki, Volvo, VW, Skoda, Man, Toyota, Nissan, Toyota, VW, VW, Mitsubishi, Mercedes, BMW, Mercedes, BMW, Audi, Dacia, Subaru, Suzuki, Subaru, VW, Suzuki, Subaru, Mitsubishi, Skoda…

Illustrée par la chorégraphie linéaire de quelques carrosseries, l’idée de la communauté alpine perçue sur le mode du cliché, qui les présente comme vivant dans l’entre-soi, hors du temps et isolée du reste du monde, se cabosse.

La photographe Delphine Schacher invitée en résidence par le Musée de Bagnes pose ses valises pour une semaine à Bruson (Val de Bagnes, Valais). A son arrivée au Châble, elle est surprise par le bruit et l’agitation de la route alors qu’elle se préparait à trouver le calme au cœur des montagnes. Cheminant à pied jusqu’à la résonance des moteurs, elle arrive à un carrefour, y trouve la circulation. La lumière est belle. Le point de vue cinématographique. Elle y installe trépied et appareil photo pour accrocher le visuel aux sons. En trente minutes, sur la route de Mauvoisin, là où deux bâtiments resserent la voie de passage obligeant les automobiliste à se laisser la priorité, à une heure de l’heure de pointe, elle photographie 200 voitures.

Sous forme d’images arrêtées , la série présente un intermède du balet ordinaire de la mobilité contemporaine.

Confrontée à un élément audible qui déborde de l’image stéréotypée de la vallée alpine – le bruit de la circulation – l’artiste décide de s’en approcher, pour l’observer et en rendre compte.

A première vue c’est la diversité des modèles, la palette des couleurs, la propreté des carrosseries, tout comme l’absence de piéton qui frappent. Au fil des images, le regard s’aiguise sur la pluralité des types d’automobiles. Les monospaces, les Vans aménagés, les utilitaires, les Pick-up, les SUV, les breaks, les petites citadines, les fourgonnettes estampillées au nom d’entreprises de menuiserie, de paysagisme, de centres sportifs, de loisirs ou de service public renvoient à des secteurs d’activités, des goûts, des standings et des modes de vie.

En tant que canton inscrit dans la topographie des Alpes suisses et l’histoire des imaginaires de la montagne, le Valais est perçu à travers des particularismes culturels étroitement conditionnés par les montagnes qui l’entourent (Debarbieux, Rudaz, 2010). Les recherches en ethnologie régionale ont d’ailleurs contribué à l’émergence de ces singularités, ceci à différents degrés. Portant un vif intérêt au Valais, les premiers ethnologues et ceux des générations suivantes se sont focalisés sur les périphéries en étudiant les vallées et les villages reculés. Une des voies souvent empruntées consistait à sélectionner des localités isolées, pensées comme autarciques, dans l’idée de retrouver un état originel où lire l’influence de l’environnement naturel. Cette recherche d’une culture primitive plus proche de la nature que des dynamiques culturelles a contribué à façonner une culture alpine qui se distingue des autres. Bien que ce précepte soit aujourd’hui dépassé dans les sciences humaines, l’imaginaire alpin en est resté marqué et continue d’alimenter de nombreuses représentations allant dans ce sens (Antonietti, 2013).

Avec sa série réalisée sur le vif, l’artiste se confronte spontanément à ce qui contredit ses a priori. Sa démarche artistique met à jour avec évidence que les villages alpins sont, comme tout autre lieu habité, inscrits dans les réalités plurielles de nos sociétés.

Mélanie Hugon-Duc, anthropologue, curatrice du Musée de Bagnes et collaboratrice au PALP Village.

Merci à Joséphine Vuigner et Alexandre Reinhard.

 

Bibliogarphie

Antonietti Thomas (sous dir. ) Un lointain si proche, Un siècle d’ethnologie en Valais Cahier du Musée d’histoire du Valais 12, hier+jetzt, Verlag für Kultur  und Geschichte, Baden, Musées cantonaux du Valais, Sion, 2013

Debarbieux Bernard, Rudaz Gilles, Les faiseurs de montagne, CNRS Editions, Paris, 2010

 

PALP Festival

Le PALP est la promesse d’événements atypiques qui renverse les traditions et rassemblent les arts, dans des cadres bucoliques. Il est devenu, au fil du temps, un véritable laboratoire de culture et de tourisme, un centre de recherche sur l’avenir de la culture et de la vie sociale en montagne, axé également sur une économie circulaire au cœur du village dans lequel il est implanté, Bruson.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *