Le paradoxe de la caméra

evian
23 octobre 2016, Evian (France). S’il est permis de scanner un marqueur visuel QR avec son smartphone, le fait de photographier les objets présents dans ce magasin est rigoureusement interdit. Mais comment s’assurer que les passants respectent bien cette consigne quand les apparences relatives à ces deux actions sont franchement similaires ?

Seuls des détails connus du seul usager – l’utilisation d’une app ou un autre, et les algorithmes qui les composent – reflètent les nuances du smartphone, devenu objet à tout faire/couteau suisse contemporain… Alors que la lecture d’un livre, la prise de photo, la consultation du courrier papier ou de l’agenda relève d’une gestuelle variée, le smartphone vient combiner toutes ces fonctions dans un minimum de mouvement. À tel point qu’un observateur extérieur a du mal à les distinguer.

Nicolas Nova

Nicolas Nova est cofondateur du Near Future Laboratory, une agence de prospective et d’innovation, et professeur à la HEAD – Genève, où il enseigne l’ethnographie, les cultures numériques et la prospective.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *