L’épouvantable Ministère de la Vérité

img-1

L’annonce récente, par Google et Facebook, de leur ferme volonté de faire la chasse aux fausses informations laisse pantois à plus d’un titre. Le Temps s’en est récemment fait l’écho, notamment quant aux conséquences sur les sites satiriques tels que le Gorafi ou le site américain Onion.

 

Mais l’enjeu est bien plus sérieux encore.

 

Cette ambitieuse croisade pose déjà un problème de définition. Qu’est ce qu’une fausse information ? Et, corollairement, qu’est ce que la vérité ?

 

Que le bon peuple se rassure, les entreprises précitées ont annoncé qu’elles allaient recourir à de « puissants algorithmes qui trient et hiérarchisent les informations ».

 

Nous voilà rassurés : ce seront des machines qui trieront le bon grain de l’ivraie sur la toile. Mais de quelle façon exactement ?

 

Mystère et boule de gomme.

 

Les avocats dont je suis savent par ailleurs la difficulté extrême de séparer les faits des opinions, la matérialité du monde de l’interprétation que l’on peut légitimement en faire.

 

L’idée même qu’une machine puisse être chargée de cette complexe ségrégation fait naître de légitimes soupçons.

 

Qu’en sera-t-il du traitement des opinions minoritaires ?

 

Le spectre de la pensée unique guette à n’en pas douter derrière de telles initiatives.

 

L’information ne se hiérarchise pas, elle est. A chacun de se faire ses propres hiérarchies, ses opinions, ses religions.

 

Ce qui surprend encore davantage dans cette démarche des GAFA, c’est qu’historiquement ces mêmes entreprises se sont toujours réfugiées, lorsqu’elles étaient sollicitées de retirer tel ou tel contenu vu comme calomnieux ou diffamatoire, derrière leur neutralité, exigeant des jugements étatiques avant d’agir.

 

On ne peut ainsi s’empêcher de frémir à l’idée de l’institution, qui plus est en mains privées et étrangères, de ce Ministère de la Vérité.

 

On reste tout aussi ébahi face à l’idée de Facebook, testée l’an passé, tendant à signaler les contenus satiriques au moyen d’une étiquette. Lorsque l’humour, la satire et la parodie doivent se parer d’un écriteau, c’est que notre société est gravement malade et que l’éducation aux médias a failli. Ne nous y trompons pas : c’est l’esprit critique qui doit être cultivé, pas un jardin où l’on aurait retiré la mauvaise herbe. Car il est des mauvaises herbes qui sont aussi médicinales.

Nicolas Capt

Nicolas Capt

Né en 1978, Nicolas Capt est avocat aux Barreaux de Genève et Paris (liste des avocats communautaires). Spécialisé en droit des médias et des technologies de l’information, il intervient régulièrement sur des sujets ayant trait au bouleversement sociétal induit par les technologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *