Le Ramayana du photographe Vasantha Yogananthan

Le Musée de l’Elysée de Lausanne accueille un jeune photographe français, Vasantha Yogananthan, pour son exposition A Myth of Two Souls, dans laquelle il propose son interprétation du Ramayana.

Le récit de la vie de Rama a traversé les millénaires, il fascine. Quoi de plus normal pour un ouvrage considéré comme l’un des textes fondamentaux de la mythologie hindoue et dont l’auteur, Valmiki, est présenté par la tradition comme le premier poète (ādi kavi) de langue sanskrite! Au fil de son histoire, le texte a été repris en plusieurs langues, réinterprété, adapté à de nouveaux contextes et de nouvelles audiences. Il a été véhiculé au travers de multiples supports: textes, chants, bas-reliefs des temples, peinture, théâtre, danse. Il a également traversé la modernité avec aisance et a été repris en bande dessinée, à la télévision, au cinéma, dans les jeux vidéos ou dans l’art populaire. Il s’est exporté et installé au-delà des frontières du sous-continent indien, comme le démontre, parmi d’autres, le travail de Vasantha Yogananthan.

Vasantha Yogananthan, Rama Combing His Hair, Ayodhya, Uttar Pradesh, India, 2015 © Vasantha Yogananthan / courtesy Espace JB (Genève) & The Photographers Gallery Print Sales (Londres)

Les valeurs véhiculées par le Ramayana: amour, courage, loyauté, fraternité, sens du devoir et les thématiques abordées: mariage, exil, perte, rivalité, guerre, sont universelles et dépourvues de limites temporelles. Le récit de la vie de Rama fait partie de ces textes si riches, que chacun peut y lire un bout de sa propre histoire, imbriquée dans celle de l’humanité toute entière.

Comme pour les séries télévisées à succès d’aujourd’hui, le Ramayana a connu plusieurs spin-off, des productions dérivées. Ce qui lui a également permis de traverser les âges et de se renouveler. Ces réinterprétations de l’épopée racontent l’histoire au travers d’autres personnages que Rama, que ce soit au travers de sa femme Sita, du dieu-singe Hanuman ou du méchant Ravana.

Personnellement, je n’avais encore pas croisé de lecture photographique du Ramayana et la proposition de Vasantha Yogananthan est audacieuse, riche et réussie. Elle témoigne de la contemporanéité de ce mythe ancestral, de son universalisme et de la profondeur du récit.

Vasantha Yogananthan, Longing For Love, Danushkodi, Tamil Nadu, India, 2018 © Vasantha Yogananthan / courtesy Espace JB (Genève) & The Photographers Gallery Print Sales (Londres)

Il faut dire que le photographe s’est donné les moyens de ses ambitions! Pour s’attaquer à une telle œuvre, il a décidé de mener son projet sur plusieurs années et de varier les approches artistiques. Ainsi, A Myth of Two Souls va au-delà de la photographie, puisqu’il intègre la peinture, l’écriture, la vidéo et la publication de sept ouvrages, miroirs des sept chapitres de l’exposition, eux-mêmes reflets des sept livres dont est composé le Ramayana. Sa proposition est parcourue d’échanges et de collaborations (avec des écrivaines contemporaines, un peintre, les sujets qu’il photographie), et tente de prendre en considération certaines des strates de la réception du Ramayana à travers l’histoire (par exemple une bande dessinée publiée dans les années 70).

 

L’exposition dure jusqu’au 5 mai 2019, le temps de vous faire votre propre idée en plongeant dans les tons pastels de ce Ramayana en images.

 

 

Image du bandeau issue du film d’animation Sita Sings the Blues de Nina Paley

Nadia Cattoni

Nadia Cattoni

Nadia Cattoni est titulaire d'un doctorat ès Lettres de l'Université de Lausanne, qu'elle a poursuivi par des recherches postdoctorales à Paris et Venise. Ses publications portent principalement sur les langues et littératures indiennes. Ses nombreux voyages en Inde et ses intérêts personnels la poussent également à explorer d'autres formes d'art et à s'investir dans des projets culturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *