J’ai tout quitté… pour vivre sur une île

Je suis partie. Définitivement.

J’ai quitté la Suisse, cette terre qui m’a vue naître et grandir, celle qui m’a vu souffrir avant de me reconstruire, celle qui a cueilli mes larmes puis mes rires.  Je m’étais prouvée tout ce que j’avais à me prouver, j’avais roulé ma bosse autour du monde, vécu les aventures les plus folles. Je n’ai cessé de me construire, d’apprendre, de m’épanouir, d’explorer, d’expérimenter, de me casser la gueule et de me relever sous le regard bienveillant et les conseils de mon entourage.

Ce feu brûlant qui me poussait sans cesse à dépasser mes limites et prendre des risques s’est apaisé. Il a laissé place à de la tendresse, à un désir de prendre soin de ma santé, de ne plus me mettre en danger. Je m’étais suffisamment prouvée ma valeur. Mes blessures ont cicatrisé et ont laissé place à une douceur et une envie de tourner définitivement la page.

J’ai rencontré l’homme de ma vie, et j’ai déménagé sur une île pour le rejoindre. J’avais l’envie de m’éloigner des médias, des caméras, de mon passé. Car aujourd’hui c’est mon avenir que je construis, avec celui que j’aime plus que tout. Mon enfance me semble faire partie d’un autre monde, lointain. Je me sens solide sur mes deux jambes, car je sais que je peux surmonter par moi-même les obstacles du quotidien. Je me sens forte dans ma petite tête, sûre de ma valeur, de ma légitimité à avoir ma place dans ce monde.

C’était l’histoire d’une petite fille à qui on avait fait croire qu’elle était nulle, laide et fragile. Et qui aujourd’hui se sent solide, forte, prête à affronter tous les obstacles de la vie sans jamais flancher. C’était l’histoire d’une enfant à qui on avait fait croire qu’elle ne méritait pas d’être aimée… mais elle a reçu plus d’amour qu’elle n’en avait jamais rêvé.

Je souhaiterais tellement que ce soit le récit de tous les enfants mal-aimés, maltraités, violentés, négligés qui pensent être coupables d’être en vie. Je souhaite qu’ils trouvent eux aussi la force et l’entourage pour se battre et attraper leurs propres étoiles, qu’ils reçoivent l’amour dont ils auraient tant besoin et qu’un jour ils puissent se regarder dans la glace et se dire droit dans les yeux : je m’aime et je suis fier de moi.

 

“Les miracles, ça n’arrive pas qu’aux autres. Ma folie est prête à gommer les blessures de la vie, à oser rêver l’impossible.” Tim Guénard

 

 

Une vie, un rêve, un combat

Cher Docteur,

D’aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours eu ce sentiment qu’il fallait que je me dépêche de vivre, car la mort ne m’a jamais semblée très loin. Peut-être est-ce la raison pour laquelle je ne me pose que trop rarement, trop occupée à tout expérimenter, tour découvrir, tout apprendre, tout essayer, sans guère laisser de place aux doutes ou à la peur. Une vie sans questionnement et sans surpassement ne m’intéresse pas. Je m’ennuierai et dépérirai dans la routine. (suite…)

Lire la suite

A toi, Adrien

A toi l’ami à la bonne humeur imperturbable, solide pilier contre lequel je pouvais me reposer, à toi le géant au grand cœur toujours prêt à me suivre dans mes aventures les plus folles, avec lequel j’ai appris à tellement aimer la vie et le sport. J’aurais voulu te dire au revoir. Un dernier câlin, un dernier burger chez Holy Cow, une dernière virée ensemble en montagne. (suite…)

Lire la suite

Partir ou mourir: un mois de route et de déroute

Ankara, le 24 octobre 2018

Le 24 septembre je suis partie. Aujourd’hui, cela fait déjà un mois que je parcours le monde avec mon sac sur le dos et Múki en compagnon. C’est peu dans une vie de routine, c’est beaucoup dans une vie de voyage. J’ai vécu de multiples expériences, j’ai rencontré de nombreuses réponses à mes questions et trouvé le chemin vers la sérénité qui me tenait tant à cœur… alors le moment est venu de partager quelques anecdotes avec vous!

(suite…)

Lire la suite