Storming the Souk

The lands of the politically-subaltern, Global South dweller have long been considered a playground for some Western visitors. This is a familiar lesson of Orientalism, and of tourism. What, however, is less often seen is how much of that Southern space and geography have historically constituted disposable scenery, both as regards real-life power dynamics and cultural representation. One such, by now, unconsciously-familiar, seemingly-trivial yet revealingly-powerful form is what we can here term the run through the bazaar or the storming of the souk (rather than the market chase) often witnessed in Hollywood action films or thrillers.

Typically taking the form of a chase through a crowded Middle Eastern or Arab or simply generically ‘Oriental’ market, this narrative vignette has been so ingrained in the visual legacy of Hollywoodian Orientalism that the viewer comes to literally expect it to play out sooner or later the moment the drama is set as such. Eventful, generally fast-paced — admittedly, fun — its outcome impacting the life or death prospects of the hero being chased or, alternatively, chasing the villain, the scene is nonetheless, in and of itself, a staple of how much the local reality is utterly secondary to the (fictional) story of the (Western) visitor.

From Alfred Hitchcock’s 1956 The Man Who Knew Too Much to Christopher Nolan’s 2010 Inception (both very good films in their dramatic respects), Marrakech to Mombasa, colonial to post-colonial, the matrix is the same. Faced with an impromptu challenge or acceleration of the plot, the story’s protagonists start chasing each other completely oblivious to the utter disruption they are causing and, in effect, behaving in all impunity and irresponsibility.

Generally, the local authorities are nowhere to be seen (or come too late and have no impact – just as real world local regimes are powerless in the face of Western powers), and the chase plays out undisturbed for minutes on — roaming through wide sectors of Casablanca, from market to street to highway, for instance, in Tom Cruise’s Mission Impossible – Rogue Nation (2015) where that North African city of millions is represented as almost ghostly.

In the event, the indigenous population is irrelevant, for it is either problematic in getting in the way of the righteous chaser or a nuisance if it starts preventing him from destroying their property. Dramatically, those shopkeepers are in effect represented in a way to be intuitively resented by the viewer who wants the hero to do whatever is necessary to escape the clutches of the villain or arrest him if the pursuit is the other way around. Inevitably, the viewer comes to share the hero’s irritation for any shop keeper slowing down the chase by trying to protect his shop. In Steven Spielberg’s Raiders of the Lost Ark (1981), the locals are passively sitting as Indiana Jones does that three times in Cairo – in the market, in the streets, and at a camp. In the sequel, Indiana Jones and the Temple of Doom (1984), the ‘fast streets of Shanghai’, are rampaged through from casino to airport by Professor Jones and his acolytes. In both cases, the disorderliness visited on the locals is not problematic – indeed it is amusing in a Tintin and the Blue Lotus kind of way – as it comes with a sense of entitlement.

The surroundings are in effect both an opportunity for chaos-creation and an invitation to do so given their nature. They are also so since the consequences to such behavior are non-existent. One scene that will not be seen is the admittedly logical next sequence of arrest of such public order violators. To be certain all chase scenes share that disregard for the urban environment but something about those taking place in an Oriental city transforms the relationship to the space and normalizes impunity. In William Friedkin’s The French Connection (1971) the New York streets and subway chase is subdued, performed discreetly by the protagonists trying to appear normal to each other, certainly, but also since the metropolis settings obliges them to a greater measure of restraint – the same local prudence observed in the Bostonian Chinatown neighborhood chase in Martin Scorsese’s The Departed (2006). And when the disruption is acknowledged (as in The French Connection‘s other car chase), the victims are humanized.

In contrast, in these films and series as seen in Taken 2 (2012) and Skyfall (2012) and Homeland (since 2011), the souk is a non-space, devoid of proper logics because those places cannot be put on a par, much less be allowed to imperil, the urgent needs of the Western visitor who unilaterally authorizes himself or herself to do violence to the local scene. Indeed, more insidiously, the… byzantine and labyrinthine nature of the souk is stealthily depicted as one whose very purpose is to provide a chance for deception (rather than, say, be a market for the local consumer getting his/her groceries). Echoing such ‘license to (k)ill’, the CIA-contractor character Matt Graver played by Josh Brolin in Sicario 2 – Day of the Soldado (2018) says to a Somali inmate he is about to torture in a CIA safe house in East Africa: “This is Africa, I can do whatever I want”.

Simply put, the storming of the souk is a metaphor for colonialism. Above and beyond a regular chase that could disturb any environment, the run through the bazaar is not mere entertainment decorum but ultimately a moment of Western interventionism in the South; a release moment characterized by impunity, violence, arrogance, and appropriation of space. That it has always been a normal feature of Western fiction set in the Orient is merely an indication that plus ça change


Photo: Skyfall, 2012 © Sony Pictures

Le Retour du Racisme

« Qu’est-ce que l’Histoire et où a-t-elle lieu ? », s’interroge Sebastian Haffner dans son manuscrit inachevé Defying Hitler rédigé en 1939. « L’histoire nous enseigne, mais n’a pas d’élèves », répondait Antonio Gramsci vingt ans plus tôt. Surjoué par les médias, et dans le droit-fil de cette présence-absence de l’Histoire, le multiculturalisme qui a présidé aux noces du prince Harry et de l’actrice Meghan Markle en mai 2018 donnerait à croire que l’ouverture de la famille royale britannique à d’autres cultures est un signe d’une époque de progrès racial, de même que le serait l’accueil fait par la France à son équipe de football championne du monde en juillet suivant, une formation composée en grande majorité d’enfants d’immigrés africains. Il n’en est malheureusement rien et, de par le monde, le racisme et la discrimination raciale font un retour spectaculaire. Celui-ci faisant autant écho à d’anciennes formes d’inégalités que dénotant une certaine continuité, l’on serait fondé à s’interroger : le racisme nous a-t-il jamais réellement quitté ?

Cette épiphanie – qui fait désormais palpablement ressembler les années 2010 aux années 1970, autre grande décennie de tensions raciales et d’affrontements identitaires – s’impose de façon persistante principalement en raison d’une fausse vision de progrès continu et d’avancement linéaire et cumulatif de tolérance au sein des sociétés. Ce récit anhistorique est en réalité un grand mythe contemporain et, si à l’évidence des progrès substantiels ont eu lieu ici et là (la campagne internationale pour mettre fin à l’apartheid sud-africain, notamment), la rapidité et l’étendue du regain actuel du racisme est sous-tendue principalement par un historique de non-résolution du problème.

Aussi, trois principaux phénomènes président à la recrudescence du racisme actuel : l’exemplarité négative de nombreux leaders, la banalisation sociétale qui masque la continuité du problème et la rationalisation intellectuelle qui outille son expression. Le premier, le plus important, est celui de la « jurisprudence sociale », comme on pourrait la nommer, qui a été introduite au niveau de plusieurs leaderships suivant laquelle le comportement de dirigeants a explicitement introduit une acceptation et un mimétisme (re)normant ainsi le racisme dans des paramètres d’acceptabilité. Au premier plan de ce phénomène se trouve logée l’action du président américain Donald Trump. On ne saurait assez souligner le rôle négatif joué par ce chef d’État, considéré comme « raciste » par 49% d’Américains en juillet 2018 et dont l’élection est en réalité moins choquante que l’acceptation de celle-ci ex post facto par de larges pans au États-Unis et au-delà, et, partant, le champ ouvert à la standardisation du néo-racisme.

Sept jours après avoir pris fonction et, très symboliquement à l’occasion de l’anniversaire du jour de mémoire de l’Holocauste (ce qui ne manqua pas de provoquer l’ire de groupes juifs américains), le président Trump signa le 27 janvier 2017 un ordre exécutif communément dit « Muslim Ban » instaurant au sein d’une république démocratique une discrimination officielle des individus – qui toucha des nationaux américains – sur la base de leur religion. La confirmation de cette décision par la Cour suprême américaine, le 26 juin 2018, est venue asseoir institutionnellement cette politique discriminatoire.

Entamée de la sorte, l’ère Trump s’est jouée par la suite sur le mode de la constante normalisation d’actes proto-racistes, ouvrant la possibilité au racisme ou simplement le révélant. Au niveau international, les pays africains (ainsi que Haïti et le Salvador) ont été qualifiés de « shit hole countries », et au niveau national le pays s’est enfoncé dans une nouvelle crise raciale qui ne dit pas encore son nom mais qui avance à grands pas. L’antisémitisme a augmenté de 60% en 2017, constituant la plus grande hausse enregistrée depuis plusieurs décennies, et le racisme anti-Noir a augmenté exponentiellement. Des hommes et des femmes noirs ont été contrôlés dans des piscines publiques par de simples autres citoyens s’arrogeant un droit d’arrestation, appelant ainsi la police à leur aide pour exprimer leurs « soupçons » à l’égard un enfant de douze ans qui distribuait des journaux, des individus pique-niquant ou utilisant, en tant que membres, un fitness ou encore des clients d’un restaurant agressés par un autre client pour avoir parlé espagnol.

Selon le Southern Poverty Law Centre, 954 « groupes de haines » sont désormais actifs aux États-Unis. Quantitativement frappant, le phénomène l’est tout autant qualitativement lorsqu’une une institutrice en sciences sociales enregistre nonchalamment un podcast pour ses enseignements à des écoliers de Floride appelant à l’éradication des musulmans et des juifs, et au retour de la ségrégation, ou que le New York Times fasse le portrait « normal » d’un néo-nazi. Logiquement dans un tel zeitgeist, une proposition de loi contre… le lynchage en 2018 a pu faire l’objet d’une soumission au Congrès ; parlement au sein duquel des candidats aux sympathies nazies affichées s’apprêtent à faire leur entrée – à l’instar de parlementaires en Grande-Bretagne (pays où l’antisémitisme s’est également accru) actifs dans des groupes racistes et à un moment ou le fascisme fait son retour en Italie et l’ultranationalisme slave reprend plein pied en Europe de l’Est.

Si la situation raciale est, à l’évidence en chute libre aux États-Unis, on ferait fausse route de croire que le mal n’est qu’américain ou européen. Le racisme est tout autant de plus en plus présent dans les pays du Sud. En Libye ou l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a révélé l’existence de marchés où les migrants sont vendus, en Algérie où les migrants sub-sahariens sont transportés et abandonnés aux portes du désert, au Liban où des kényanes ont été battues en public et un enfant noir refoulé d’une garderie, en Arabie Saoudite où les travailleurs asiatiques sont exploités, en Inde où la mémoire d’Hitler inspire l’assassinat de Musulmans et, à l’évidence au Myanmar où un génocide contemporain se joue au vu et au su de la communauté internationale, sans oublier les raids contre les camps de Roms en Ukraine.

Le deuxième phénomène qui au cours des dernières années a permis un tel accroissement du racisme a été sa banalisation. Partant de l’idée (fausse) que celui-ci ne constitue plus un problème, de nombreuses sociétés ont donné moins d’importance à son observation et ont ainsi graduellement perdu la capacité à suivre son évolution. En réalité, la responsabilité des sociétés est plus conséquente parce que beaucoup ont exprimé une forme de fatigue à l’égard de la question, voire d’irritation lors de sa mention. Cette insensibilité au problème frappe plus ceux qui en souffrent. Aussi, c’est une tare qui, selon un sondage AP/NORC Center for Public Research de février 2018, certains « blancs » seraient moins enclins à admettre et qui fait dès lors l’objet de l’expression d’un double déni, à savoir, d’une part, le problème en soi et, d’autre part, l’expérience de ceux qui en souffrent.  Partant, ceci construit une phraséologie non-interrogée qui fait que la même expérience est représentée (et donc acceptée) différemment selon, par exemple, le fait qu’il s’agit d’un docteur malien quittant un cabinet à Bamako pour un autre en France (« immigré ») ou un chômeur britannique quittant la misère sociale de Liverpool pour un emploi de serveur à Dubaï (« expatrié »).

Pour rappel, la terminologie et le vocabulaire deviennent toujours des enjeux en période fascisante, et un tel jeu sémantique participe fortement de la corruption des valeurs qui masquent les pratiques discriminatoires. Aux États-Unis, les violations des droits des afro-américains sont ainsi qualifiés de « brutalité policière » là ou une logique systémique est à l’évidence en marche. En Afrique du Sud, depuis les attaques de 2006 contre les africains sub-sahariens, les présidents Thabo Mbeki puis Jacob Zuma ont refusé de nommer les attaques comme étant xénophobes préférant les euphémiser en « défi de criminalité ».

Le racisme est, troisièmement, de retour parce que la banalisation des discriminations a été intellectualisée et est de plus en plus conceptuellement autorisée. La libération de la parole raciste a été accompagnée par une esbroufe qui consiste à la faire apparaître comme une opinion légitime, à l’instar d’autres points de vue, ou simplement la manifestation d’un droit d’expression que l’on ne saurait contredire sans apparaître comme un censeur. Cette intolérance au nom de la tolérance est peut-être la forme la plus insidieuse de ce racisme nouveau qui se drape, aujourd’hui des oripeaux d’un idéal de liberté, mais qui est en réalité profondément anti-démocratique. En France, par exemple, durant l’été 2017, sous une indifférence enthousiaste, une femme a été forcée par les forces de l’ordre à se déshabiller au nom de… sa liberté, révélant l’étendue du racisme institutionnel. Au-delà de l’obsession à l’égard du Musulman en France et la construction de son image par les élites de ce pays, apparaît de façon plus importante la question non posée pour l’heure de la mise en place d’un racisme nouveau à la fois ancré dans des dynamiques coloniales se rejouant et en même temps se libérant de façon arrogante au nom d’une expression auto-fondée et qui à terme a donné naissance à une république de l’islamophobie, ce que Jim Wolfreys nomme « le racisme respectable en France ».

Cette sophistication nouvelle du racisme,  souvent sous-tendue par les réflexions d’intellectuels libéraux et la normalisation de ces pratiques s’accompagnent d’une désinstitutionnalisation, qui ne dit pas son nom, des avancées contre le racisme ; affaires classées sans suite, victimes compensées de façon humiliante (4 cents pour une mort) et stigmatisation de ceux qui dénoncent le racisme. L’hypocrisie qui préside à la lutte contre le communautarisme en France au nom d’une laïcité largement réinventée mais qui en réalité vise essentiellement la communauté musulmane, ainsi que le rappelle Pascal-Emmanuel Gobry, est un exemple frappant.

Au final tout se synthétise dans cette passivité-couardise-autorisation-rationalisation et un Mark Zuckerberg se perd dans un discours commercial alambiqué et contradictoire par lequel, pour perpétuer la mainmise de son Facebook, indique qu’il ne voit pas l’utilité de suspendre des fake news niant la réalité historique de l’Holocauste (évènement dont la mémoire se perd). De fait, ce à quoi nous assistons dans ce monde post-moderne, nimbé d’ignorance, d’égoïsme et d’apathie, émerge alors comme une forme de racialisation de la haine ; un monde de plus en plus Orwellien où l’on peut être détenu pour parler une langue étrangère. Au vrai, l’éducation demeure au cœur du problème et trop de jeunes hommes et de jeunes femmes entendent leurs parents en privé utiliser des épithètes racistes à l’égard de tel ou tel groupes de personnes et une telle exemplarité négative se met en marche de façon irrémédiable. Au-delà de l’enfance, invisibilisé par beaucoup d’économistes se gargarisant des logiques de marchés, de classe ou de consommation, ne faisant pas l’objet des coup de projecteurs des matinales radio ou des débats de télévision, le retour du racisme devenu acceptable – comme le note Tendayi Achiume, l’envoyée spécial des Nations-Unies sur la discrimination en Grande-Bretagne depuis le Brexit – est pourtant le grand mal de notre époque et il fait le lit d’un avenir où les identités pourraient être encore plus meurtrières.


Photo : I am Not Your Negro, Raoul Peck © Magnolia Pictures, 2017

Channeling Empire

There are two stories about the rise of a new political moment in the Gulf.

The front-and-center one of a new generation cleaning house, introducing reforms, and taking the area forward is the easy one. Peddled both by the new regimes and allies abroad, notably in the White House, albeit with a twist, this is, however, a familiar story in the Middle East and North Africa. Since the 1930s, as the region’s new states embarked on fledging and still elusive state-building processes, conservative Arab rulers directly or indirectly serving the interests of the West more than those of their societies have regularly enjoyed Western political, journalistic, and at times civil society and indeed popular support. The list is long of autocratic monarchs, presidents and leaders who have been dubbed ‘reformers’, ‘visionaries’, ‘builders’, ‘fathers of’, and ‘modernizers’, and awarded the red carpet treatment – as long, that is, as the terms of the clientelist deal were clearly understood on both sides.

From King Faisal II of Iraq visiting Hollywood in 1952 to King Abdullah II of Jordan doing the same in 1995 (and treated with a cameo in the television series Star Trek), by way of the Shah of Iran and Egypt’s Anwar Sadat to Bashar al Assad regarded as heir to the new Syria in 2000 (the law was changed following a thirty-minute parliamentary ‘debate’ to lower the constitutional requirement from the age of 40 to his exact 34 in order to allow him to follow in the footsteps of his father Hafez al Assad). Contradiction was never an issue and amnesia always at the ready, if, for instance, Libya’s Muammar Gaddafi was financially needed in the globalizing liberal economy of the late 2000s and could then be allowed to set tent in Paris and was visited repeatedly by London’s Tony Blair.

Until now, Saudi Arabia was a partial exception to this dynamic, whereby cheering media profiling (courtesy of creative public relations agencies) could turn heads of nepotistic regimes into ‘security partners’ merely on the idea that they were needed as ‘moderate’ (a coded political term, if ever there was one) and ‘friendly’ Arab regimes. The urgency of the context always lent itself to such contortions – Suez crisis, oil crises, Israel’s defense, Gulf War, Iraq War, War on Terror, Arab Spring or Syrian conflict. The shared structure of Saudi dynastic power had made it difficult, or simply unnecessary, to champion such larger-than-life figure. To be certain, the reflex was always there however. And so, if today, New Yorkers can buy a Vanity Fair-like glossy magazine entitled The New Kingdom with headlines such as “Our Closest Middle East Ally Destroying Terrorism” and “Improving Lives of His People and Hopes for Peace”, it is because already in June 1960, the New York Times was writing that “Saud Champions Reform” noting that “In his efforts to assert authority, King Saud has increasingly assumed the role of liberal champion of constitutional reform”. Or yet again, featuring in its December 19, 1963 edition, an article entitled “Faisal Bolsters Saudi Monarchy – Prince’s reforms said to Give Regime New Life”.

The lily-white MBS story is therefore merely more of the historical same. (In the same spirit that, overnight, Liverpool soccer player Mohamed Salah becomes “Mo”, the acronymization partakes of a logic of cultural re-appropriation.) The political novelty in the Gulf lies elsewhere in a second story at play. More pernicious and politically consequential, this is the paradoxical story of the innovative ways by which a new generation of rising leaders in the region have adopted and are introducing the very language of imperial power they had been subject to.

Growing up amidst über-marketing, ubiquitous branding, and the globalized language of neo-imperial hubris; acting as platinum-level clients to its consumerist twists and turns; privately dismissive of the dogmas of their culture and traditions; and considering that there are no longer regional political red lines, these new actors are in effect channeling empire. Witness how opposition to the Trump administration’s decision to consider Jerusalem the capital of Israel came not from regional leaders but from civil movements round the world, including many European youth and American civil rights intellectuals. Egypt’s Abdelfattah al Sisi’s government reportedly instructed the media it controls to support Trump’s decision on moving the US embassy from Tel Aviv to Jerusalem.

Adopting the features of great powers they once regarded as the external source of their trouble, this new generation finds itself inserting imported techniques of control in its very midst and by its own volition. Interventionist wars are launched in the name of combating terrorism, delivering Operation Desert Storm-like briefings, and using the same corporate military imagery and phraseology of “decimating rebels”. George W. Bush-style ultimata and lists of conditions are issued to neighbors and former partners. Distancing devices from genuine reform are used cosmetically to maintain power and appear to restructure systems in the name of ‘fighting corruption’ and ‘expanding’ citizens’ rights. All while the susurrating words of ‘youth’ and ‘change’ are echoed praisingly across the mainstream Western media.

That a US official of the profile and character of Donald Trump allegedly boasts to have managed to set up his own man in Saudi Arabia should give us pause. It may, however, well be that the imperial game has now been disseminated beyond such Trumpian self-serving boasting and is from hereon played more problematically with equal dispossessive aplomb in the North and in the South.


Illustration: Hergé, Tintin au Pays de l’Or Noir, Éditions Casterman, 1951.

Cabanes en rondins moyen-orientales

Dans El Angel Exterminador (1962), Luis Buñuel met en scène un groupe de bourgeois mexicains qui, après un somptueux dîner festif, sont inexplicablement incapables de quitter la villa de leurs hôtes. Les jours passent et les convives demeurent – sans même s’en rendre compte ni trouver ceci anormal – dans la même situation, s’y adaptant alors même que leurs mœurs dégénèrent petit à petit. À l’image de l’allégorie surréaliste de Buñuel sur l’impuissance auto-produite et la turpitude naissante (ou révélée), le Moyen-Orient en cette fin de 2017 s’est installé dans la normalisation de la dystrophie, s’en accommodant nonchalamment, produisant et reproduisant une dangereuse amnésie, au-delà de sa traditionnelle conflictualité.

Présents-absents au cœur même d’une des phases les plus intenses de leur récente histoire, les acteurs de la région – toutes couches confondues, toutes orientations mêlées – semblent aujourd’hui perceptiblement animés moins par une compréhensible démission face à l’énormité et la complexité des défis sociaux, économiques et politiques à résoudre que par une anomie teintée de démission et quelque peu plus coupable.

Au cœur de cette irresponsable cécité, quatre vraies-fausses histoires se sont jouées cette année sur le mode trompeur de l’annonce de la résolution. Loin pourtant de la clôture mise en avant dans par les différents storytellers, ces fragiles cabanes en rondins sont en dépit des apparences, malgré l’emphase politique et au-delà de l’impatience médiatique plus proches d’un embrasement à venir que de la protection du gît fini et debout.

L’État islamique a été vaincu.

Le groupe armé a perdu les villes qu’il tenait en Irak et en Syrie depuis 2014, mais il demeure une entité martiale importante dont la nature intrinsèquement évolutive fait que ses récents insuccès sont à relativiser. Comme il l’avait fait après janvier 2007, lorsqu’on le donnait fini face à la reconquête américaine dite « The Surge » et comme il l’avait, à nouveau fait après la mort du leader d’Al Qaida, Oussama Ben Laden, en mai 2011, l’État islamique réapparaîtra fort probablement à nouveau sous d’autres oripeaux et, ses dernières mutations le laissent poindre, vers d’autres horizons au-delà du Levant. Le legs de l’influence du groupe sur son environnement est ce qu’il faut savoir scruter et décoder. Ce faisant, apparaissent des patterns révélant une grammaire sécuritaire transformée au-delà de la binaire logique victoire-défaite. Ainsi, aujourd’hui, les régimes de la région font appel à des entreprises privées pour gérer non pas simplement leurs services de sécurité mais, désormais, leurs propres guerres ; paradoxal effet miroir de ces entités non-étatiques qu’ils combattent.

Le régime syrien a remporté la guerre civile.

Le conflit armé persiste dans toute sa complexité, son hybridité et son irrésolution. Le contrôle que le président syrien a pu prendre sur certaines zones reprises aux rebelles est moindre que ce qu’il a au total perdu depuis l’entame de la guerre en 2011. De manière plus conséquente, cet aléatoire contrôle est principalement le fait d’acteurs étrangers – armée russe, milices iraniennes, groupe armé libanais et de facto soutien américain – ayant tous leur propre logique fluctuante. L’opposition syrienne a indéniablement été son propre pire ennemi et il sera difficile au front anti-Assad de se reconstituer de façon à obtenir gain de cause. Pour autant, ce jeu d’échec s’est inscrit dans la durée et donner victoire à Bachar al Assad à ce stade serait prématuré alors que nul scénario politique viable ne se dessine.

L’Arabie Saoudite change.

L’extraordinaire capacité des grands médias occidentaux à rationaliser l’autoritarisme arabe lorsqu’il fonctionne dans l’intérêt de l’Occident – c’est-à-dire toujours – réserve dans son répertoire une place de choix au couplet « réforme » sur le mode « coup de jeune » et « lutte contre la corruption ». Se gargarisant de phénomènes, certes nouveaux mais secondaires, les observateurs de l’évolution en cours au Golfe et notamment en Arabie Saoudite manquent noter le constat suivant : trois importants paris pris pas Riyad n’ont pas encore payé. Au Yémen, la blitzkrieg punitive envisagée en mars 2015 a tourné casaque avec une guerre larvée et des groupes armés qui envoient désormais des missiles sur les villes saoudiennes, conflit doublée d’une crise humanitaire sans précédent dans la région. Avec le Qatar, le bras de fer persiste et le petit émirat cousin s’organise et s’accommode d’une mise à l’écart qui est allée trop loin, trop vite. Enfin, la kafkaesque séquestration du premier ministre libanais a été contre-productive raffermissant trop facilement les rangs des adversaires du royaume au Liban et dans la région.

L’administration Trump a changé la donne dans la région.

« Je ne vois pas de méthode » répond le capitaine Willard à un Colonel Kurtz l’interrogeant sur le chaos ambiant sur lequel il préside à la fin d’Apocalypse Now, et ceci pourrait être une manière d’appréhender la tweetesque improvisation trumpienne. Ce serait faire fausse route. Le danger (éthique) du président américain est que son (indécente) méthode est bel est bien pensée. Partant, on peut donc l’évaluer sur ce flanc un an après l’entame du mandat de l’intéressé et conclure, non pas au fait qu’il ait « changé le Moyen-Orient », mais de façon plus clinique à la chute continue de l’influence stratégique américaine au Moyen-Orient. Ainsi, la Russie a renforcé son jeu dans la région, notamment sur le dossier syrien. Au-delà de la donne militaire, le président Vladimir Putin a opéré une OPA sur le processus diplomatique. Avançant dans un premier temps à la périphérie avec un processus parallèle à Astana en février, il a, dans un deuxième temps, déployé son influence sur les négociations à Genève plus frontalement en décembre. Et si Washington et Riyad, on en conviendra, semblent plus proches, il s’agit plus d’affinités personnelles entre les dirigeants que d’un alignement d’intérêts nationaux qui peuvent demeurer différents, comme on l’a vu sur la question de Jérusalem.

Au final, bercée d’illusions, 2017 aura été une étrange année au Moyen-Orient. De guerre lasse, une partie de sa population est revenue à la léthargie pré-printemps arabe qui avait si longtemps été source d’obstacles, acceptant, en Égypte notamment, le retour de l’État policier (signe des temps s’il en est, la station de métro cairote autrefois nommée « Moubarak » a officiellement retrouvé son nom qui avait été changé à la suite des soulèvements de 2011). Aveuglée par la prestidigitation du faux modèle de puissance néo-liberale déroulé in-your-face par Washington, une autre partie s’est vue plus branding que changement réel, aboutissant à la division en son propre sein.


Photo : The Last Temptation of Christ, Martin Scorsese © Universal, 1988

The Case for Counter-Colonialism

The publication in September 2017 – in the Third World Quarterly of all places – of an academic article making an explicit and unambiguous case for colonialism should not have come as a surprise. Above and beyond the article’s factual inaccuracies and in spite of its subsequent formal withdrawal, and the resignations and  discussions it has triggered, the unapologetic emergence of such reasoning is an important sign of the times as well as an indicator of the ongoing ‘back to the future’ evolution of contemporary international relations.

Well before this article called for a reconsideration of colonialism and its allegedly benign ways, argued to be an experience “objectively beneficial and subjectively legitimate in most of the places where it was found”, and a reappraisal of its effects, argued to be “better governance than the indigenous alternative”, the path had been undertaken towards a re-introduction of such a line of thought. If, in 1988, le devoir d’ingérence was not so straightforwardly dispossessive (given its protective mission) and if its humanitarian drive was admittedly more than a cloak, the materialization of that concept near-simultaneously with the end of the Cold War was nonetheless indicative of a moment where the gaze on the South was re-opened for debate and military action soon to follow with a series of interventions. In the original article ‘The End of History’ published by The National Interest in the summer of 1989, Francis Fukuyama had written – in the name of a universalizing ideology… – that “For our purposes, it matters very little what strange thoughts occur to people in Albania or Burkina Faso, for we are interested in what one could in some sense call the common ideological heritage of mankind”. Four years later, in a self-explanatorily titled essay in The New York Times Magazine, “Colonialism’s Back and Not A Moment Too Soon”, Paul Johnson heralded the current calls for recolonization stating that “There simply is no alternative in nations where governments have crumbled and the most basic conditions for civilized life have disappeared.” And in the aftermath of 9/11, Paul Johnson again comes back to offer a solution in an essay, this time in The Wall Street Journal, pithily dubbed “The Answer to Terrorism? Colonialism”.

Over the past fifteen years, we have failed to see the steady cementing and insidious democratizing of such a mindset. With each new terrorism incident in the Middle East, armed conflict in Sub-Saharan Africa or humanitarian crisis south of the Mediterranean, rationalization of disciplining these ‘savage’ lands increased, actors voicing them gained political footing and opposition to the once-unsayable remained weak, peripheral or altogether absent. At a time when, today, mere facts have become disputed, ‘rethinking of the past’ and use of ‘realistic measures’ and ‘data’ to gauge what colonialism really was must be identified for what they are, namely but proto-intellectual artifices allowing for an actual misrepresentation of a known, unforgettable and indeed unspinnable history. So let us restate that indelible history of colonialism: industrial scale violence, extermination, mass killing, brutal massacre, organized theft, systemic rape, pain and suffering for millions of people across continents.

The debrutalisation of colonialism partakes of a current logic of imagining of new ways of dispossession. The invisibility of these new ways logically invites a repackaging of history to the point indeed that an event of the magnitude of colonialism can be represented in such eminently de-historicized ways. ‘Forgetting’, ‘moving beyond’, ‘re-contextualizing’, ‘seeing the benefits of’ and indeed reconsidering the pressure that colonialism (and current migration) has had on developed nations are features of a strategic, blaming-the-victim dépassement meant not so much to treat wounds but, as it were, open the way to re-codified patterns of asymmetrical interaction. As a number of industrialized societies have come to continuously experience a lasting economic crisis, which plateaued since the late 1990s and deepened ten years later, the corollary social crisis they witnessed has by now – another decade later – spelled, in widening populist circles, explicit choices calling for a divorce from the norms and global standards that had been introduced or pursued more vigorously in the wake of the Cold War (human rights, democratization, good governance and human security).

This is our current early twentieth century history, the one that will be examined fifty years from now. In effect, the moment the illegal and illegitimate 2003 invasion of Iraq and its crimes were tolerated by the same international community that invaded Ivory Coast for an electoral dispute and that the practice of extraterritorial drone killing was born as a non-debate, we stepped into a new phase where the drivers of colonial force could in time be reintroduced. International affairs are thus in effect at this key juncture. They stand at the crossroads of a dynamic scene in which the repositioning of major powers in the United States and in Russia towards authoritarian dynamics at home and abroad are but single features amidst many uncertainties including now such calls for the return of colonialism.

And so, beyond recent calls for decolonizing international relations, decolonizing law and decolonizing war, the critique logic and the emancipation one of post-colonialism are therefore no longer sufficient. The current neo-fascistic tendencies observed across the globe and the deepening of an unrestrained usage of force necessitates not merely wits in the face of ethical trickery but the formulation of a contra logic that aims at preventing the return to a history that allowed for colonialism to be seen as a positive thing. What Aimé Césaire, Frantz Fanon , Albert Memmi and Edward Said had identified as a process of alienation and dispossession in the South (and in the North) must be updated with a sort of post-post-colonialism that moves beyond denunciation towards an intellectually-empowering and agency-driven counter-colonialism. Calls by Achille Mbembe to come out of the ‘great night’ and by Hamid Dabashi to re-own knowledge were the necessary anti-chamber for a historical phase that is now upon us with far more urgency. For colonialism and decolonization are increasingly looking not so much as a linear story that eroded inevitably in the face of ethical epiphanies in the 1950s but as a potentially cyclical seductive narrative that necessitates our ability to see and name the new forms it may take to keep it at bay.


Photo: Malcolm X and Muhammad Ali, March 1964, © Bob Gommel

Géopolitique du Nouveau Racisme

Parmi les militants néo-nazis lors de la manifestation à Charlottesville en Virginie aux États-Unis le 12 août dernier, certains portaient des portraits du président syrien Bachar al Assad. D’autres, parmi ces mêmes militants d’extrême-droite, dont l’un des promoteurs de l’événement, arboraient (comme l’a remarqué un survivant d’Auschwitz) des tee-shirts avec en photo Corneliu Zelea Codreanu, fondateur en 1923 du mouvement fasciste roumain, la Légion de l’Archange Michel, puis du parti politique la Garde de Fer prônant un régime totalitaire et antisémite en Roumanie. Tout à sa nature spectaculaire et à l’attaque terroriste à la voiture-bélier qui tua une femme ce jour, cet épisode révélait en réalité logiquement un peu plus la nature d’une importante, nouvelle et hybride dynamique émergente suivant laquelle le racisme au Nord s’allie de plus en plus à l’autoritarisme au Sud, au nom de l’ordre, de la protection de l’identité ancestrale (quelle qu’elle soit) et de la sécurité.

Circonscrire cette dynamique aux remous crées, aux États-Unis et à travers le monde, par l’élection de Donald Trump serait faire fausse route. L’homme d’affaires et présentateur d’émission télévisée a certes ouvert les vannes de divisions sociétales sans précédent à ce niveau de l’exécutif américain. Selon le Southern Poverty Law Center, il y a eu, à titre d’exemple, 1.094 incidents racistes aux États-Unis durant les trente-quatre premiers jours de la présidence Trump. Ce qui a suivi – de l’interdiction d’entrée sur le territoire d’individus sur la base de leur religion en janvier à la défense de manifestants portants des drapeaux nazis et scandant des slogans antisémites en août – a confirmé l’orientation assumée de cette présidence. Beaucoup, en Europe démocratique et au Moyen-Orient objet de cette discrimination, n’ont pas voulu voir ce racisme pour ce qu’il était et l’on souvent rationalisé.

Le refus du président Trump de condamner les attaques terroristes contre des Musulmans cette année (au Québec le 30 janvier, à Londres le 19 juin), dont des attaques sur le sol américain contre des citoyens américains (à Portland dans l’Oregon le 26 mai et à Fairfax en Virginie le 19 juin) ou son tweet relatant, afin de l’exemplifier, la fausse histoire de la manière dont, selon lui, le Général américain John Pershing aurait mis fin en 1908 au soulèvement des rebelles Moro aux Philippines durant l’occupation américaine  – en les exterminant à coup de balles trempées dans du sang de cochon – indiquent, a nouveau sans nulle ambiguïté, le positionnement du chef de l’État de la démocratie américaine.

Pour autant, la transformation en cours est plus profonde comme elle transcende le facteur Trump. L’instrumentalisation de conflits externes à des fins locales a une longue histoire. Au Nord comme au Sud, les extrémistes de tous bords ont régulièrement nourri leur opposition à l’ennemi interne en le liant a quelque parti extérieur, en temps de crise ou en temps de pourrissement démocratique. Dans la phase actuelle, néanmoins, on a vu apparaître une nouvelle puissance politique du racisme ou la rhétorique de xénophobie se dédouble d’un contenu oppressif afin de le normaliser comme agenda dominant, au nom de l’expression de la liberté et en modulant toujours la séduction de l’ordre. Par le biais d’appels du pied de plus en plus explicites de la part d’élus en démocraties ou d’autocrates jouant parfaitement la partition moi-ou-le-chaos-terroriste-et-islamiste, la démesure, la simplification et le populisme ont pris le dessus de la géopolitique mondiale au cours des deux dernières décennies. Mais le paradoxe est là que ce politique, comme toujours, est bien local et le défunt historien Tzvetan Todorov notait à ce sujet que « la démocratie secrète en elle-même des forces qui la menacent, et la nouveauté de notre temps est ces forces sont supérieures à celles qui l’attaquent du dehors. Les combattre et les neutraliser est d’autant plus difficile qu’elles se réclament à leur tour de l’esprit démocratique et possèdent donc les apparences de la légitimité ».

Nous sommes donc à cette croisée de chemins entrecroisés. Il y a cent ans était entamée une séquence historique qui allait déterminer la nature politique majeure du siècle dernier à savoir un double mouvement de décolonisation et de lutte entre les régimes totalitaires et les régimes démocratiques. À la fin du siècle, cette séquence semblait close et les valeurs qui en étaient nées furent consacrées et institutionnalisées durant les années 1990 – sécurité humaine, démocratisation, droits de l’homme, environnement, genre, population, bonne gouvernance – objets d’un projet mondial commun. Aujourd’hui, les avancées des trente dernières années sont remises en cause à la fois par un pourrissement au Nord et par une impossibilité à dépasser l’autoritarisme au Sud, avec la nouveauté que ces deux insidieuses dynamiques se donnent la main se renforçant ainsi. À tel point que, comme le notent le sociologue Zygmunt Bauman et le politologue Leonidas Donskis dans leur récent ouvrage, « le monde n’a probablement jamais été si inondé de croyances fatalistes et déterministes ». Et cette trompeuse disposition (celle des époques d’ignorances) fait le lit néo-médiévalo-libéral du désenchantement en cours de la démocratie.

Aussi, la libération de la parole raciste que l’on observe désormais partout génère une dédramatisation de la question de la haine de l’autre, et partant la normalisation de la discrimination, toujours au nom de la lutte pour la sécurité et donc ceux qui, ailleurs, sont présentés comme des alliés de cette sécurité avec comme premiers bénéficiaires les régimes autoritaristes au Moyen-Orient. Comprenons alors que l’escalade islamophobe, le regain judéophobe et la réactivation du racisme anti-noir sont liés. Très précisément, l’islamophobie depuis le 11 Septembre a mené à un regain de l’antisémitisme durant les années 2000 (en France notamment) et une réactivation du racisme anti-noir durant les années 2010 (à des niveaux aux États-Unis jamais observés depuis les années 1970). Les terreaux qui ont connu ces heures sombres et qui avaient œuvré longtemps à éviter un retour de ceci ont vu – en Allemagne (PEGIDA), en France (le Front National) – de nombreux épisodes au cours de cette décennie ou des populistes ont nonchalamment fait écho aux discours de haine et de stigmatisation fermant l’espace entre eux et la « poigne » des « homme forts » de quelque autocratie du Sud.

Et la mécanique de l’ailleurs désormais impliqué se joue sur ces deux modes ; l’ennemi de mon ennemi est mon allié et le moindre mal de l’autoritarisme est une protection contre les hordes barbares. Si, en Syrie, Assad a pu si aisément instrumentaliser la menace de l’État islamique, c’est bien grâce à cette imbrication simpliste. Comme toujours lorsqu’il s’agit d’éthique et de responsabilité, la couardise et l’apathie face à l’injustice sont néanmoins ce de quoi se nourrissent nos monstres auto-produits lorsque la raison s’endort.


Illustration : Francisco Goya, El Sueño de la Razón Produce Monstruos, 1799.

Unseen Puzzles in the Gulf

The Russian playwright Anton Chekov wrote in 1889 that if, in the first act of a play, a pistol is hung on the wall, then it will be fired by the third act. Inevitably coming into play, since it was passively promised, such invisible-yet-quite-visible elements stand at the heart of the crisis that erupted on 5 June 2017 between Saudi Arabia – joined by the United Arab Emirates and other Arab states – and Qatar. The tension had been building up in recent years with Qatar often criticized by its neighbors, and indeed a rehearsal of sorts took place in 2014 with Saudi Arabia and the other GCC countries suspending diplomatic ties with Qatar from March to December of that year, until a fragile reconciliation misleadingly closed that first episode.

Yet it is not so much the much-debated alleged policy independence by Qatar irking its neighbors or the accusations of terrorism support (in the current international context, that problematic term is now more than ever a use-it-as-you-see-fit malleable accusation) or indeed leaked emails in Washington that hold the key to making sense of the crisis but rather a combination of three eminently local recent developments having to do with Saudi Arabia’s change of leadership, Qatar’s emiral transition and the US’ new administration erratic foreign policy.

Firstly, Saudi Arabia is the ultimate survivor and a regional power never to be underestimated. This is not merely an issue of financial might – not to be discounted to be certain – but rather related demonstrably to the cumulative weight of history. The Saudis have survived Nasser, the Shah, the Gulf War, 9/11, the Arab Spring and ISIS. Their decades-long acumen was tested (and they were particularly unnerved) by the Obama administration éloignement policy towards them, particularly as it was combined with a US rapprochement with their Iranian arch-enemy. Saudi Arabia, however, is experiencing the most important leadership change since the death of the House’s founder, Abdelaziz Ibn Saud, in 1953. The arrival in 2015 of a new, more assertive king, Salman Bin Abdulaziz, and, more importantly, the subsequent, power-move appointment of his son, Mohammad Bin Salman, as crown prince is taking the country into an unprecedented lineal phase where the previous horizontal balance between the sons of Ibn Sau6d is being replaced by a new Salman dynasty-in-the-making.

Combined with the assertiveness and risk-taking that King Salman has shown in going to war in Yemen, this mutating scene explains why Riyadh increasingly harbored little tolerance for the dissonance Doha was bringing into its symphony gearing up. The June 5 break was therefore a combination of a Saudi desire to flex muscles at a key moment in the history of the new leadership, (re)establishing its dominion fully, bring order in GCC ranks under its leadership, but also the opening salvo of a new, younger and less introspective Saudi Arabia.

Secondly, Qatar has alienated too many parties. The current crisis took Doha by surprise and indeed shock. It should not have. As the small emirate launched its globally-oriented project in the mid-2000s, it had already ruffled quite some feathers throughout the region when it had launched Al Jazeera in 1997. For all the current criticism of its ambiguity and lack of coverage of the Bahrain uprising in the same manner as it did other revolts, it is worth remembering that the news channel was, however, importantly a welcome breath of fresh air in an Arab world saturated by information censorship and self-censorship. Qatar then turned that first regional revolution into a much-more ambitious plan to brand its country globally, and that is when things become complicated. What we are observing now is a political market correction-like phenomenon whereby – above and beyond the noted Saudi dimension and the engagement with Iran – all those that had invested in Qatar and failed to see returns and follow up on the part of the increasingly all-over-the-place Qataris are now considering that comeuppance as long coming, and in their view warranted. In addition, upon replacing his father in 2013, the new emir of Qatar lacked the gravitas of his father, the deposed Hamad bin Khalifa al Thani. In large ways, the current crisis also boils down ultimately to a generational issue and the personal enmity and contest now playing out between Saudi Arabia’s fast-rising 31-year-old Crown Prince Mohammad bin Salman (supported by the United Arab Emirates’ Crown Prince Sheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan) vs. 37-year old Qatari Emir Tamim bin Hamid al Thani.

Finally, and as also witnessed during President Donald Trump’s visit to Europe, the United States has become a force for instability for its own allies. It is no surprise that the crisis between Saudi Arabia and Qatar erupted two weeks after the visit by the US president. For the Saudis, the timing was what it was all about. As they basked in their lavish welcoming of President Trump – at the occasion of his first presidential trip abroad too – closing the sequence on the aggravating Obama years and planting this reactivating of their alliance with Washington in the face of Tehran, the last thing the Saudis could tolerate was a member of their regional brethren raining on their parade. Instead, however, of attempting to bring the tension down between Riyadh and Doha, defusing the crisis or indeed brokering a mediation between two of its key allies, President Trump chose sides and inflamed the crisis. In effect going along the most powerful of the two countries – while nonetheless simultaneously indirectly accusing Qatar of terrorism and selling it weapons within days – the Trump administration confirmed a pattern rising whereby the naked pursuit of its immediate interest is done at the explicit expense of any other considerations.

Qatar gambled but so did Saudi Arabia. And as is the US under Donald Trump doing.  All three can end up losing.


Photo: The Red Room, Twin Peaks, © ABC, 1990.  

État de Stase en Palestine

Il y a cinquante ans, le 5 juin 1967, Israël lançait une série d’attaques militaires aériennes et terrestres au terme desquelles, au soir du 10 juin, le pays avait défait les armées arabes pris contrôle de la Bande de Gaza palestinienne, la péninsule du Sinaï égyptienne, le plateau du Golan syrien, la Cisjordanie ainsi que Jérusalem-Est. L’échec (naksa) traumatisant que représenta cette défaite pour le camp arabe venait marquer le point d’orgue d’une séquence entamée avec la catastrophe (nakba) de 1948, près de vingt ans durant lesquelles les hostilités fondatrices n’avaient jamais cessé. Les lignes forces d’un conflit immuable se mettaient désormais en place. À la suite de « 1967 », la question palestinienne prend une nouvelle ampleur et s’assoit dans une configuration durable, forme de pourrissement congelé et d’état de fait cancéreux qui persiste un demi-siècle plus tard.

Le coup de force d’Israël cet été de 1967 ouvre une période qui est à la fois la confirmation, qu’après 1948 et 1956, les Palestiniens ont perdu l’essentiel de la Palestine et leurs « frères » arabes ont été  incapables de retourner la situation militairement en leur faveur. Israël fait et gagne le pari de défier la communauté internationale en refusant de se soumettre aux injonctions du Conseil de Sécurité des Nations-Unies qui lui intime de revenir au statu-quo ante. Adoptée en novembre 1967, à l’initiative de la Grande-Bretagne et votée à l’unanimité, la résolution 242 exige ainsi un retrait des « territoires occupés lors du récent conflit », soit 70.000 km2. Le blackboulage d’Israël et le soutien dont l’État bénéficie notamment de la part des États-Unis, et plus largement en Occident, marque la naissance de ce qui sera vécu de façon fataliste et invariablement depuis lors comme « l’impasse » de la question palestinienne.

Ni une nouvelle guerre en octobre 1973 qui met à mal Israël plus que lors des trois autres engagements précédents, ni les accords de paix avec l’Égypte en septembre 1978 qui règlent en partie la question du Sinaï, ni la reconnaissance par l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) de la résolution 242 en novembre 1988 acceptant ainsi de facto Israël dans ses frontières depuis 1949, ni le processus de paix des accords d’Oslo signés entre Israël et l’OLP en septembre 1993 et encore moins les deux Intifadas palestiniennes en 1987-1993 et 2000-2005 ou les invasions de Gaza (évacuée en 2005 mais encore assiégée) par l’armée israélienne en 2008, 2011, 2012 et 2014 ne vont changer la donne et la nature structurelle de cette impasse.

Au vrai, 1967 aura redéfini les paramètres de ce qui était encore historiquement à ce stade un conflit fluide et ouvert avec une possibilité de règlement d’une façon ou d’une autre et ou à la fois la guerre classique et la diplomatie encore conséquente demeuraient les vecteurs essentiels. La nature du (non)règlement de la guerre d’il y a cinquante ans redistribue les cartes en invitant une normalisation négative et, de fait, un état de stase persistant et bénéficiant avant tout à l’occupant israélien. L’échec des armées arabes et de la guérilla palestinienne donne pourtant initialement, à cette occasion, naissance à des transformations importantes, notamment la première campagne de violence politique transnationale où le conflit palestinien s’invite au cœur des capitales européennes – de Munich 1972 à Paris 1986. L’exode palestinien au Liban contribue de façon considérable à la guerre civile qui frappe ce pays de 1975 à 1990. Les populations et militants arabes se mobilisent au nom de la cause palestinienne et la société israélienne vit annuellement au rythme des soubresauts de cette et unique question.

Aujourd’hui, un demi-siècle plus tard, la question palestinienne – alors même qu’elle demeure la clef de voûte d’une architecture de paix durable au Moyen-Orient – se joue au ralenti dans le background de l’actualité internationale et dans une indifférence ambiante. La guerre puis l’embargo en Irak durant les années 1990 entament un mouvement ou le dossier passe graduellement au second plan, ce que vient confirmer le 11 Septembre et la période sécuritaire qu’il ouvre. Le printemps arabe de 2011 bouleverse l’ensemble de l’ordre du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, mais ne prête à la Palestine que peu d’attention. Au final, les intérêts géostratégiques des puissances mondiales sont désormais centrés sur la Syrie, l’Irak et la question du terrorisme, et les puissances régionales autrefois porte-voix de la Palestine, telle l’Arabie Saoudite et l’Iran, sont à couteaux tirés empêtrés dans des guerres par procuration au Yémen, ou, à l’image de la Libye ou l’Égypte, en chute libre interne. Si un regain d’intérêt et d’activisme sur la question de la Palestine est perceptible, il l’est d’ailleurs plus au-delà de la région arabe au niveau d’une nouvelle génération mondiale, notamment européenne et sud-américaine.

Durant ces cinq décennies pourtant depuis l’annexion de juin 1967, l’injustice a été grandissante en Palestine. Les crimes perpétrés par les autorités israéliennes se sont multipliés. La politique du fait accompli a été institutionnalisée. Les dépossessions se sont accrues. Le malheur des familles s’est joué sans fin. Et la colonisation illégale des territoires occupés s’est intensifiée. L’instauration de l’état de fait en 1967 aura ainsi été l’une des premières grandes rationalisations et tolérance contemporaines de l’illégalité à grande échelle – d’autres suivront, telle notamment l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003 – et c’est en cette démission collective que sont logées les mécaniques non pas de l’ombre mais de normalisation de l’anormal au vu et su de tous.


Illustration : Visit Palestine, © Franz Krausz, Tourist Development Association of Palestine, 1936.

Pax Lepenica

When on the evening of May 7, 2017, Marine Le Pen will be elected as president of France that country will have fully stepped into a new phase of its history and of its relationship with the Arab and Muslim world. The nature of the foreign policy which France will adopt vis-à-vis the Middle East and North Africa will not be immediately recognizable and indeed, what the government which President Le Pen will have set up would actually want from the region may not be clear readily.

Besides demands of ‘solid’ security partnerships and expectations of ‘active’ cooperation on immigration control, the relationship will move into uncharted waters. In effect and for all the Front National’s years of preparation for this moment and the explicit nature of the nationalistic foreign policies they have been gathering steam for, the main agenda, even as it relates to what they consider unshakably foreigners-in-their-midst, will be dictated by the primacy of the local.

Guidance, as it were, will be available but it will be derivative and recent. For if, arguably the British ‘elected’ Trump by making the inconceivable Brexitly possible, the former host of The Apprentice will have similarly ‘elected’ the daughter of Jean-Marie Le Pen. Populism and authoritarianism travel well under globalization. And so, explicitly modeling herself on the electoral success of the forty-fifth US President and sharing ideological affinities, Mrs. Le Pen would logically find inspiration in the policies he has adopted towards the Middle East.

Alignment with Russian President Vladimir Putin, support to Syrian dictator Bashar al Assad, criminalization of migration from the southern flank of the Mediterranean, passive animosity towards the Gulf monarchies (until a solution is found to their problematic wealth), protection of Christian minorities in the Middle East, possibly a customized Muslim Ban of her own, and generally preference for those ‘tough’ regimes instead of the democratizing wishy-washiness of that ‘Arab Spring’ which only produced the bad hombres of the Islamist winter.

The ride can be expected to be easy. Just as they did when Putin took charge of the Levant and Trump barred their citizens and/or fellow co-religionists from travel, Arab governments will display their time-tested passivity and soon enough proclaim the good relations they seek with President Le Pen in the name of international security and stability — that is, their political longevity.

France, however, is not the United States. It lacks that country’s ability to question itself and bring down presidents if they misbehave. It has a colonial past when the US Empire has none. And it harbors Europe’s largest Muslim population – as well as Europe’s largest Jewish population – Frenchmen and women who will find themselves overnight, more so than they do already since Charlie Hebdo and since Friday the 13th, and more so than Muslim-Americans do since The Ban, the enemy within.

The ‘enemy within’ to be pursued partout, a theme painfully familiar and not so long ago too in the land of fraternité – not the home of the brave.

And so, in effect, a democratically-decadent France will step into the unknown not so much domestically – it has been there – but in relation to that group of states it has such strong feelings and historical bonds with. How will that relationship play overtime in a context where, as Plato noted, power would obliterate reason? Indeed what type of longer-term course correction will this generate in France once Le Pen’s presidency fails? More importantly, what imprint will it leave then and in the future on the handling of unresolved crises affecting that Arab world seen time and again only though the frame of fear and hatred.


Illustration: Thomas Couture, “Romans during the Decadence”, 1847.

Cruauté et Couardise

Nous y sommes. Conséquent avec lui-même, ses déclarations au cours de l’année écoulée et les attentes de ses électeurs – il a été élu démocratiquement, et c’est toute la faute-crime de cette Amérique à la fois Vaudeville, Burlesque et Grand-Guignol désormais à la dérive presque plus que durant les années 1970 – le président Donald Trump a logiquement franchi le seuil et a ordonné aux autorités américaines la mise en place officielle de mesures discriminatoires contre les adeptes d’une religion (même si, hypnotiseur d’une audience complice, il s’en défend). Dans une république. Dans une démocratie fondée plus que toute autre société dans l’histoire sur la célébration de la diversité.

Ce qui doit donc le moins étonner est que cette phase ait été atteinte, puisque tout y a concouru. La détermination d’une figure qui a elle seule marie toutes les dystrophies de notre temps – errance ludique, négligence de la vérité, individualisme débridé, culte de l’argent, culture de la victoire à tout prix, abrutissement de masse, arrogance revendiquée, vulgarité normalisée, absence de civilité, mépris des conséquences sur autrui et admiration du fait accompli sans décence ni scrupules –, un homme-époque symbiose à la fois de la télé-réalité socialement pornographiée, de Wall Street version Oliver Stone et de l’infotainment à la Fox News, s’est allié à ce qui, en tout temps, a principalement fait le lit de l’autoritarisme, à savoir l’apathie et l’indifférence, pour nous faire entrer de plein pied dans le monde Orwellien du 21ème siècle.

Nous y sommes. Certes, les Musulmans de 2017 ne font que s’ajouter aux Chinois de 1882 (interdits par le président Arthur), les Anarchistes de 1903 (bannis par le président Théodore Roosevelt), les japonais de 1942 (incarcérés par le président Franklin Roosevelt), les Communistes de 1950 (pourchassés par le président Truman) et les Cubains de 1986 (dont l’entrée avait été limitée par le président Reagan). Cette fois-ci, néanmoins, la comédie des erreurs des fausses lectures et analyses bancales – dont la cécité n’a eu d’égale que la couardise de la rationalisation qui a si vite suivie – s’est jouée sur le mode lamento de l’irresponsabilité et du fatalisme. Si donc la pierre ne peut être jetée à Trump, adepte revendiqué des pratiques dépréciatives, convocateur de Kafka (un fait peut, désormais, être « alternatif ») et élu conséquent avec lui-même (peut-être œuvre-t-il quelque peu trop tôt à sa réélection), c’est bien aux pieds de  cette fameuse « majorité silencieuse », charmée par Richard Nixon en 1968 face aux « voyous » opposés à la guerre du Vietnam, tweetant sa haine anti-Islam à chaque attaque terroriste, faisant barrière (ou croche-pied) à des miséreux migrants fuyant mort et désolation, se préparant sourdement à élire Marine Le Pen au cocon patiemment tissé, admirant le bravado de Putin ou celui d’Erdogan, et qui aura donc élu le quarante-cinquième président des États-Unis qu’il faut aujourd’hui déposer les armes.

Les leçons sont légion et elles sont tout autant régulièrement ignorées dans les univers ouatés répétant, de tragédie en farce, une histoire qui, pourtant, à chaque fois a moins de raison d’être amnésique (« America First » était ainsi une formule utilisée par les antisémites américains des années 1940 sympathisants du régime hitlérien et qui, dès 1938, répondaient « oui » à 65% à un sondage Gallup demandant : « la persécution des Juifs est-elle de leur faute ? » ).

« Il faut lui donner sa chance », « n’a-t-il pas gagné l’élection ? », « elle était une candidate particulièrement mauvaise », « ces Musulmans exagèrent », « nous devons nous protéger de cette vague d’invasion de migrants », autant de rationalisations,  d’inépuisables interrogations sur les motivations de l’Autre et d’épuisantes certitudes sur les bienfaits attendus de la manière forte. Mais la couardise est universelle et, de la même façon, elle se retrouve aujourd’hui du côté de ces gouvernements arabes et musulmans qui a chaque fois ont toléré l’intolérable, à commencer par la misère de ces Syriens, nouveaux Palestiniens de la région, auxquels nulle main n’a été tendue, autorités qui s’accommodent encore et toujours de la stigmatisation de leurs propres citoyens et du diktat d’un Washington, face auquel ils ne peuvent concevoir la réciprocité souveraine et qu’ils préfèrent hypnotiser avec leur discours « sécuritaire » et leurs vrais-faux « terroristes ».

Mis en scène par des conseilleurs félicités par le Ku Klux Klan et annoncé à l’occasion de la journée de la mémoire de l’Holocauste, le décret Trump est pensé pour choquer et agi pour marquer une rupture. Une telle revendication a le mérite de la clarté, mais celle-ci, on peut le croire est également pyrrhique, puisqu’au-delà de son inhumanité, une telle démocratisation de la cruauté ne peut être que contre-productive. Il est en effet dangereux d’être trop conséquent. Aussi, à l’évidence, l’État Islamique fera son beurre de cette « confirmation » de son narratif comme l’on peut escompter voir plus de radicalisation au sein même de ceux-là auxquels on a fait injustice alors qu’ils fuyaient …l’injustice.  Silence pourtant sous les chapiteaux des droits de l’Homme. Et également dans ce monde arabe tétanisé et en cette Europe qui, ayant plus peur d’être Muniché se Vichyfie et observe avec fascination et épatement – en lieu de dénonciation et rappel à l’éthique – ce « Trump, alors là, décidément bien résolu ! », ouvrant la porte petit à petit à ce à quoi, elle a répété un demi-siècle durant, « plus jamais ça ».  Mention, bien entendu et chapeau bas à ces femmes (différentes de ces autres 53% qui, elles, avaient voté pour Trump) qui ont marché les premières, et en force, contre le retour de la discrimination raciale dans leur pays – voir, à ce sujet, les deux documentaires The 13th et I Am Not Your Negro sortis ce mois-ci qui illustrent froidement le retour aux années 1960 sur ce flanc – et aux rejets de toute sorte, ainsi qu’à ces Juifs qui ont admirablement pris la défense des Musulmans se déclarant prêt à se faire « lister » à leurs côtés.

Prosternation ou résistance, encore et toujours le test ultime de l’intégrité. Faire donc le corrélat que l’hystérie politique associée aux frayeurs collectives aboutit invariablement à la perversion de l’ordre sociétal est une leçon d’histoire nécessaire aujourd’hui. Signe des temps, les hausses de 1984 sont en vente. L’on s’interroge alors : qu’est-ce qui avait inspiré autant d’acuité de perception en George Orwell – et Aldous Huxley (qui était le professeur de français d’Orwell), mais également Philip K. Dick, Norman Mailer, Gore Vidal et jusqu’à Chris Hedges qui aujourd’hui parle courageusement d’« impératif moral de rébellion » ? Comment Orwell avait-il pu voir avec autant de prescience, si tôt après la seconde guerre mondiale, alors que le mode dominant était à l’optimisme « We Can Do It » et « Trente Glorieuses », qu’une telle obscurité sociétale était possible ? Simplement peut-être une mise en relation de ce lacis d’embûches qu’est le creuset de l’indifférence et de ces deux permanents menteurs, cruauté et couardise.


Photo : Scène de cauchemar conçue par Salvador Dali, Spellbound, Alfred Hitchcock © Seltznick International, 1945