And the winner is… Anthony Vaccarello chez YSL

“Une nouvelle organisation  créative pour la maison sera annoncée en temps voulu”. Ainsi se terminait le communiqué du Groupe Kering annonçant le départ d’Hedi Slimane de chez Yves Saint Laurent le 1er avril. On s’attendait à patienter un certain temps avant de connaître la teneur de cette nouvelle organisation – sans doute moins longtemps que chez Dior, qui a mis deux saisons pour nommer Jonathan Saunders à la place de Raf Simons – mais certainement pas 3 petits jours. Le nom du remplaçant d’Hedi Slimane au poste de Directeur Artistique de la maison Yves Saint Laurent a été annoncé aujourd’hui en fin d’après-midi et cette annonce officielle a mis fin à une interrogation qui n’en était plus vraiment une: c’est bien Anthony Vaccarello qui reprend les rênes de la maison. Ce créateur Italo-belge de 36 ans partait de toutes les façons comme favori dans la course qui menait à l’un des postes les plus convoités de la mode française.

Avec cette nomination, le groupe Kering démontre qu’il possède une vision extrêmement précise des profils qu’il souhaite nommer à la tête des maisons de mode historiques de son portefeuille: de jeunes designers possédant une vision, un univers bien à eux, avec des idées très tranchées sur ce que doit être la mode en l’an 2015 et suivants.  Ce fut le cas avec Alessandro Michele, un quasi inconnu nommé chez Gucci qui a réussi à redresser la maison et rendre la marque désirable en quelques saisons à peine, ce fut encore le cas avec Demna Gvasalia, un créateur underground, fondateur du collectif VETEMENTS nommé chez Balenciaga et qui a monopolisé toute l’attention et toute l’admiration de la presse avec son premier show pour la marque en mars dernier. Ce sera sans doute encore le cas avec Anthony Vaccarello qui a de fait quitté son poste de directeur artistique de Versus Versace avec effet immédiat et les regrets de Donatella Versace.

Même si je suis triste de le voir quitter la famille Versace, je souhaite à Anthony Vaccarello un fabuleux succès pour le nouveau chapitre qui s’ouvre devant lui, déclare Donatella Versace dans un communiqué. Ces dernières années j’ai travaillé avec trois immenses talents sur la marque Versus Versace: Christopher Kane, JW Anderson et Anthony Vaccarello. Leur passage chez Versus Versace les a conduit à faire une avancée immense dans leur carrière. J’ai apprécié la chance que j’ai eue de travailler avec chacun d’eux et j’ai aimé voir ce qu’ils ont apporté à une marque que j’aime profondément.”

Après avoir étudié le droit pendant une année, puis la sculpture, Anthony Vaccarello a suivi les cours de stylisme de la fameuse école d’art et de design La Cambre dont il est sorti diplômé avec les félicitations du jury en 2006. La même année il remportait le grand prix du Festival International de Mode & de Photographie à Hyères.  C’est là qu’il fut remarqué par Karl Lagerfeld qui lui a ouvert les portes de Fendi où le jeune créateur a passé deux ans à la création des collections fourrure. En 2009 il présente sa première collection sous son nom. En 2011, il remporte le prestigieux prix de l’ANDAM Fashion Award, assorti d’une somme de 200’000 euros. Ayant compris que son univers stylistique collait parfaitement avec celui de sa maison, Donatella Versace l’a choisi pour dessiner les collections de Versus Versace, d’abord comme consultant indépendant, puis, depuis 2015, comme Directeur Artistique. Trois heures avant l’annonce de sa nomination chez YSL, Versace annonçait son départ.

Anthony Vaccarello, c’est un style à la fois sexy et structuré, une manière radicale de cacher et de montrer le corps de femmes qui assument leur féminité et leur pouvoir de séduction. Bien obligée d’ailleurs, d’assumer quand on porte ses vêtements. Sans doute que son goût pour l’art et l’architecture y est pour quelque chose dans cet amour du corps et des formes. En cela il prend le contrepied d’Hedi Slimane, plus porté sur la ligne droite que sur la courbe.

Je suis ravie qu’Anthony Vaccarello nous rejoigne pour diriger la création d’Yves Saint Laurent, déclare Francesca Bellettini, Présidente-Directrice générale d’Yves Saint Laurent. La modernité et la pureté de son esthétique s’accordent parfaitement avec l’esprit de la Maison. Les silhouettes d’Anthony Vaccarello équilibrent impeccablement des éléments d’une féminité provocatrice et ceux d’une masculinité aigüe. Anthony Vaccarello est un choix naturel pour exprimer l’essence de la maison Yves Saint Laurent. Je suis enthousiaste à l’idée d’ouvrir cette nouvelle ère avec Anthony Vaccarello et de conduire ensemble la maison vers de nouveaux succès.

Ce à quoi Anthony Vaccarello répond:

La créativité, le style et l’audace de M. Saint Laurent sont légendaires. Je suis extrêmement reconnaissant de cette opportunité qui m’est offerte de pouvoir contribuer à l’histoire de cette maison extraordinaire.

Antony Vaccarello reprend les rênes d’une maison qui a fait des résultats extraordinaires depuis la nomination d’Hedi Slimane. En 2015, le chiffre d’affaire affichait une croissance à deux chiffres: + 36.9% au troisième semestre. Les résultats financiers ont été redressés, la maison de couture est née de nouveau dans un hôtel particulier de la rue de l’Université, le nom de Saint Laurent a retrouvé le prénom d’Yves, dont Hedi Slimane avait souhaité se passer. Il n’y a désormais plus qu’à…

La première collection d’Anthony Vaccarello pour la maison Yves Saint Laurent sera présentée en octobre 2016 lors de la semaine de la mode de la saison Printemps-Eté 2017 à Paris. Ce sera l’une des trois collections les plus attendues de la saison avec celle de Jonathan Saunders pour Dior et celle de Bouchra Jarrar pour Lanvin.

L’hiver sera chaud…

 

La nouvelle couture selon Yves Saint Laurent

C’est une nouvelle qu’on attendait depuis la nomination d’Hedi Slimane à la direction artistique de la maison Saint Laurent. La réouverture des ateliers de haute couture.

Sauf qu’il fallait s’attendre à une singularité de la part d’Hedi Slimane. Sa couture sera plus exclusive que la haute couture. Elle ne sera destinée qu’à certaines artistes et amies de la maison, des clientes choisies, désirées. Ce n’est pas le poids du portefeuille qui servira de sésame, mais une affinité sélective.

Depuis qu’il est entré dans la maison en mars 2012, Hedi Slimane a entrepris ce qu’il appelle une « réforme ». Il a tout d’abord rebaptisé la marque, délaissant le prénom Yves, avec la bénédiction de Pierre Bergé, pour revenir au nom de 1966, Saint Laurent, lorsque le fondateur lançait Saint Laurent Rive Gauche. Décision qui a entraîné une première polémique. Il a également délocalisé le studio de création à Los Angeles, où il vit, créant ainsi une deuxième polémique. Et comme il ne donne qu’une interview de loin en loin, il ne restait aux observateurs que le loisir de commenter, d’analyser, s’interroger, imaginer, critiquer, encenser et se perdre en conjectures.

La maison vient d’annoncer l’ouverture d’une maison de haute couture sous le nom d’Yves Saint Laurent, manière de marquer la différence avec le prêt-à-porter. Dans une très rare interview donnée par mail à Yahoo Style le 12 août, Hedi Slimane explique qu’il avait cette idée en tête depuis sa nomination en 2012, mais qu’il a fallu attendre toutes ces années pour que tous les éléments soient en place : trouver la maison, l’équipe, former à nouveau des ateliers tailleurs et flou. Et bien sûr commencer par assoir d’abord le prêt-à-porter.

SAINT_LAURENT_UNIVERSITE_02

Photographies de la campagne: Hedi Slimane

Mission accomplie. Depuis son premier défilé, où il convoquait l’esprit provocateur d’Yves Saint Laurent, mixant certains grands classiques de la marque à une subculture punk, il a généré des commentaires allant du dithyrambe à la détestation. Les chiffres parlent pour lui : le chiffre d’affaires a fait un bon de 27% au dernier trimestre et les modèles sont sold out à peine arrivés en boutiques.

Comment pourrait-on lui reprocher de faire ce qu’a fait le fondateur à l’époque ? Parler aux filles d’abord, plutôt qu’à leur mère ou leur grand-mère. Tendre un miroir et montrer ce qu’une société Y reflète à un moment X. Une société jeune si possible, éprise de sexe et de musique, si l’on a besoin d’un cliché.

A la fin, ma première collection a permis l’introduction de certains codes, confie-t-il à Yahoo Style. Une silhouette psychédélique rock assez décontractée, qui a émergé par la suite dans la musique et aussi dans la mode. J’ai dessiné une garde-robe indépendante, réintroduisant le daim, les longues robes un peu bohémiennes, l’esprit vintage, etc.

Hedi Slimane a opté pour une « attitude », une « nonchalance » portées par un casting assez « radical » sorti tout droit de ses photos et ses obsessions.

Ce n’était probablement pas l’idée que l’audience avait d’une marque de luxe.

La nouvelle maison de couture Yves Saint Laurent est installée dans un hôtel particulier de la Rive Gauche, l’Hôtel de Sénecterre, situé au 24 rue de l’Université. Une construction érigée entre 1685 et 1991 par Thomas Gobert, l’« Architecte des bâtiments du roi » Louis XIV. La bâtisse, qui fut transformée au fil des siècles, avait besoin d’une singulière restauration par les meilleurs « Artisans de France ». C’est dans cet hôtel particulier et ses jardins réhabilités qu’Hedi Slimane a photographié la campagne de la couture.

SAINT_LAURENT_UNIVERSITE_01

Photographies de la campagne: Hedi Slimane

Pas de défilé, clientes choisies, est-ce la fin de la haute couture telle qu’on la connaît ?

Non, tant qu’il restera des maisons comme Chanel et Dior prêtes à scénographier ce qu’elles savent faire de plus précieux lors de présentations quasi cinématographiques. Non tant qu’il y aura de jeunes couturiers qui ont envie de créer et montrer une couture plus ancrée dans le réel. Non tant qu’il restera des couturiers comme Viktor & Rolf ou Maurizio Galante pour qui la couture est une expression artistique plus qu’autre chose.

En revanche, on peut s’attendre à des manière plus personnelles de la montrer, sans doute moins radicales que celle choisie par Hedi Slimane. Riccardo Tisci, le directeur artistique de Givenchy, qui a décidé en janvier 2013 d’arrêter de présenter sa haute couture, montre désormais quelques modèles pendant les présentations masculines. Une manière de refuser les contraintes d’un calendrier de la mode trop serré ? C’est Chanel aussi qui démontre le meilleur de ses ateliers lors de défilés Métiers d’Art à une date, dans un lieu et devant une audience soigneusement choisis par la maison. Mais le maître, celui qui a montré la voie de l’indépendance, c’est sans doute Azzedine Alaïa qui défile quand il veut, ou qui ne défile pas.

La liberté, comme une nécéssité du luxe?

SAINT_LAURENT_UNIVERSITE_10

Photographies de la campagne: Hedi Slimane