Andrew Gn, la vision punk d’un dandy 

La marque de fabrique d’Andrew Gn c’est un prêt-à-porter hyper sophistiqué. Le designer utilise les tissus et les techniques de la haute couture. Il habille une clientèle fidèle qui aime cette luxuriance, ce savoir-faire jusque boutiste.

Alors quand Andrew Gn me confie juste avant le défilé que le thème de sa collection printemps été est la rencontre entre les Merveilleuses du Directoire et les punks des années 80, je me demande comment il a réussi à faire réaliser ce saut quantique à ces deux contre-cultures. Andrew Gn est un amoureux de l’histoire et ceux qui l’ont écrite ne sont jamais bien loin de ses collections.

J’ai choisi ce thème parce que je voulais quelque chose de raffiné mais en même temps un peu “off”, moins soft.

Pour être sincère, l’esprit punk, ce mouvement nihiliste mu par le mot d’ordre “No Future” n’est pas franchement soluble dans le style raffiné d’Andrew Gn. Mais en voyant s’avancer des robes en patchwork de jeans ou de broderies anglaises délicates, je comprends que pour lui il s’agit surtout d’un léger encanaillement, allant jusqu’à l’usage des ceintures et des bottines cloutées.

Une collection en deux parties: l’esprit des années 80 d’abord, puis l’évocation du Directoire ensuite, avec des robes comme des jardins fleuris.

Après les clous, les fleurs…

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi

Isabelle Cerboneschi est la rédactrice en chef des Hors-Séries du Temps. La mode est un monde qu'elle aime arpenter Iphone en main. Cette "shoe addict" sait bien qu'un vêtement ne naît pas par hasard et qu'il parle autant de nous que de notre époque. Regards côté cour et côté jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *